Du faux riz à base de plastique circule en Chine

Ajouté au 14/02/2011 par SHI Lei

Selon de nombreux rapports cités dans les médias de Singapour, des entreprises chinoises produiraient en masse du faux riz fait de plastique, rapporte le Very Vietnam.

Le “riz” incriminé est composé d’un mélange de pommes de terre, de patates douces et de plastique. Les pommes de terre sont d’abord moulées sous forme de grains de riz auxquels sont ajoutées des résines synthétiques industrielles. Le riz reste cependant dur, même après cuisson.

Manger trois bols de ce faux riz serait équivalent à manger un sac en plastique.

Il serait vendu dans la ville chinoise de Taiyuan, dans la province de Shaanxi. Une enquête est actuellement en cours dans l’usine suspectée de produire la marchandise.

Ce n’est pas la première affaire du genre touchant le riz en Chine. Il y a peu, une société à Xi’an avait ajouté des arômes artificiels sur du riz ordinaire afin de le faire passer pour du riz “Wuchang”, qui est considéré comme le meilleur riz dans le pays.

Avant la Fête du Printemps c’est la ruée vers l’or

Ajouté au 14/02/2011 par SHI Lei

Alors que le compte à rebours pour la Fête du Printemps –une des deux plus grandes périodes de vacances de l’année en Chine, connue aussi sous le nom de « semaine dorée »- nombreux sont les Chinois qui se précipitent dans les bijouteries pour y acheter quelques colifichets de prix pour leurs amis et proches.

M. Li, consommateur âgé de 40 ans, est l’un de ces clients typiques qui transforment les vacances de la Fête du Printemps, qui comprennent la célébration de la nouvelle année lunaire, en période dorée pour les orfèvres et les bijouteries. Il a acheté trois Bouddhas en or pour 100 000 Yuans (15 000 Dollars US) chez Caibai Ornaments Store, un des plus grands détaillants en or du pays.

« Je veux installer deux de ces Bouddhas chez moi, dans l’espoir qu’ils m’apporteront de la chance dans mes investissements », a dit M. Li, entrepreneur de la Province du Hebei. « Le troisième est un cadeau du nouvel an lunaire pour ma mère ».

Selon lui, offrir de l’or est une solution bien meilleure que d’autres choix comme offrir du liquide, car l’argent peut perdre de sa valeur avec le temps du fait de l’inflation, tandis que l’or constitue une splendide manière de maintenir et d’accroitre le patrimoine familial.

L’index des prix à la consommation a atteint en novembre son niveau le plus élevé depuis 28 mois, à 5,1%, avant de retomber à 4,6% en décembre.

Cette poussée de l’inflation a eu pour écho un appétit croissant des consommateurs pour l’or.

Zhang Bingnan, Secrétaire général de l’Association Chinoise de l’Or, a dit vendredi au China Daily que l’utilisation totale d’or a augmenté de près de 20% l’année dernière, à 510 tonnes, en grande partie parce que les gens sont à la recherche d’investissements ne craignant pas l’inflation.

« La quantité d’or utilisée par les joaillers et l’industrie a augmenté régulièrement, tandis les achats d’or pour investissement ont augmenté rapidement », a t-il dit.

La Chine a été le deuxième plus grand acheteur d’or du monde après l’Inde lors des trois dernières années, et le premier producteur du précieux métal ces quatre dernières années. En 2010, la nation a produit 340 tonnes d’or, en augmentation de 8,6% par rapport à l’année précédente.

« L’appétit des consommateurs chinois pour l’or a été plus fort cette année que lors des années précédentes », a dit Wang Chunli, Directeur général de Caibai Ornaments Store à Beijing.

« La demande en bijoux et lingots d’or a été phénoménale à l’approche des vacances du nouvel an lunaire ».
Le magasin a connu des ventes record de 7,2 milliards de Yuans en 2010, en hausse de 60% par rapport à l’année précédente. Les ventes journalières à l’approche de la Fête du Printemps ont souvent dépassé 100 millions de Yuans.

« Le Nouvel An chinois est la période de l’année où les Chinois font des cadeaux, ordinairement de l’argent placé dans des enveloppes rouges », a dit M. Wang. « Mais cette année l’or est populaire esentiellement parce qu’il ne se déprécie pas ».

Mais d’après Wang Lixin, du bureau chinois du Conseil Mondial de l’Or, cette tendance ne date pas d’aujourd’hui.

« L’or est très en vogue depuis l’année dernière », a dit Wang Lixin. « Couplé avec la glissade du marché boursier et des prix de l’immobilier, c’est devenu le meilleur investissement ».

Ce fort désir d’or des consommateurs chinois a provoqué un mouvement de recherche pour davantage de réserves afin de satisfaire la demande.

D’après M. Zhang, le Gouvernement a investi 500 millions de Yuans dans l’exploration de nouveaux filons d’or ces cinq dernières années.

L’activité d’investissement reste solide en Chine, l’or physique à la Bourse de l’Or de Shanghai s’étant monté à 6 046 tonnes en 2010, en hausse de 28,48% par rapport à l’année précédente.

Selon Wang Lixin, la demande devrait probablement continuer à augmenter, compte tenu de l’énorme population chinoise et de son pouvoir d’achat en augmentation.

La CCIFC, partenaire clé des PME en Chine du Sud

Ajouté au 30/01/2011 par SHI Lei

La Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine (CCIFC) est une structure associative privée qui aide et anime la communauté d’affaires à Canton depuis 2001. Le siège de la CCIFC en Chine a été établi à Pékin en 1992.

La CCIFC Chine du Sud couvre un vaste territoire s’étendant sur sept provinces : le Guangxi, le Guizhou, le Hunan, le Jiangxi , le Guangdong, le Fujian et le Hainan. Les implantations françaises ont connu une forte croissance depuis 10 ans. Alors qu’elle ne comptait que 44 membres lors de sa création en 2001, la CCIFC Chine du Sud s’appuie désormais sur un solide réseau composé de plus de 248 implantations membres (dont 84 % de PME) et a ouvert un bureau à Shenzhen en 2008 pour répondre aux besoins d’entrepreneurs de plus en plus nombreux dans cette zone économique spéciale, fer de lance des réformes économiques en Chine.

La mission de la CCIFC est de réunir et de soutenir les entreprises françaises et franco-chinoises en Chine. Ses activités s’articulent autour deux pôles. Elle offre d’une part des services à ses membres : soutien commercial, domiciliation, appui RH, publications et événementiel. D’autre part, elle soutient les entreprises françaises non implantées en Chine et souhaitant y développer des affaires. Ses orientations stratégiques sont définies par un Bureau, composé de 6 membres (un Vice-président, un trésorier et quatre élus) élus par la communauté d’affaires française.

La CCIFC bénéficie du soutien particulier des entreprises membres de son Comité de Patronage et de l’Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d’Industrie (ACFCI). Elle est membre de l’Union des Chambres de Commerce et d’Industrie Françaises à l’Etranger (UCCIFE) et entretient des relations privilégiées avec les 20 CCIFE de la zone Asie.

Chaque année la CCIFC organise une série d’événements en partenariat avec le Consulat général de France à Canton. La cérémonie du 14 juillet 2010 à Canton a réuni plus de 800 personnes et plus de 1 400 personnes ont participé à la soirée organisée le 18 novembre à Canton pour célébrer l’arrivée du Beaujolais Nouveau. Le 14 janvier 2011 aura lieu, pour la première fois en Chine du Sud, la remise du prix PME.

A l’approche de la Fête du Printemps, les restaurants se frottent les mains

Ajouté au 30/01/2011 par SHI Lei

Après avoir enquêté sur les réservations pour le dîner de la veille du Nouvel An chinois, le 2 février prochain, les experts en ont conclu que le secteur de la restauration va connaître un boom durant la Fête du Printemps.

D’après Wang Ruihua, Vice-secrétaire général de l’Association de l’Industrie de la Restauration de Beijing, la tendance qui voit davantage de personnes sortir pour dîner à la veille du Nouvel An reflète les chiffres de l’année dernière. En se basant sur une enquête menée auprès de centaines de restaurants dans 21 rues de Beijing où sont concentrés les plus célèbres des établissements, il s’avère que la plupart d’entre eux sont déjà réservés à 80% pour le repas le plus important de l’année des familles chinoises.

Les plats traditionnels restent toujours le choix le plus populaire dans les établissements les plus célèbres, comme Quanjude ou Donglaishun, qui sont déjà quasiment complets au moment où nous écrivons ces lignes, et cela bien que la hausse des prix ait fait passer le coût d’une table de dix personnes de 2 000 Yuans (303 Dollars US) à 3 000 Yuans. Certains établissements les plus réputés ont demandé un acompte de 50% à l’avance. Quant aux restaurants occidentaux de Beijing, comme le Moscow Restaurant ou Maxim’s, ils ont dit que les clients pourraient toujours faire des réservations de dîner à la dernière minute.

Tendance qui s’est développée ces dernières années, les villages de vacances situés en périphérie des grandes villes sont également considérés comme des lieux de choix. Un rapport sur les cent restaurants préférés pour le dîner de la veille du Nouvel An 2010 compilé par la Commission Municipale du Commerce de Beijing a d’ailleurs montré que 52% d’entre eux étaient situés en dehors de la ville.

Des données provenant de la commission ont également montré que les ventes des 369 restaurants interrogés durant la semaine de vacances 2010 avaient augmenté de 23,84% d’une année sur l’autre, le taux le plus élevé depuis 2007. La Commission publiera les chiffres pour 2011 au début du mois de février.

Les vacances de la Fête du Printemps sont traditionnellement une période d’affaires faste pour les restaurants. L’année dernière, les ventes dans la province de l’Anhui avaient connu le plus fort taux d’augmentation de toutes les provinces, avec 48,3%. Le Liaoning, le Jiangxi, le Shandong et la Municipalité de Chongqing avaient connu une hausse de près de 20%, d’après des données du Ministère du Commerce.

Afin de résoudre le problème de la pénurie de tables pour le dîner, certains restaurants ont réduit le temps moyen pour les repas à deux heures le soir. Et ceux qui ne réussiront pas à obtenir une table pour le dîner du Nouvel An pourront toujours commander les plats et les emporter pour les déguster à la maison. Dans la Province du Shaanxi, cette activité a connu une progression de 30%.

« La plupart des restaurants ont divisé l’heure du dîner en deux parties –de 16h à 18h et de 18h à 20h », a dit Shi Wanrong, Directeur de l’Association de la Cuisine Chinoise, qui possède aussi un restaurant à Beijing. « Nous avons ouvert les réservations dès la fin des vacances de la Fête Nationale, et nous étions déjà complets avant même le début de l’année 2011 ».

Nombreux aussi sont ceux qui, préparant les dîners à la maison, ont trouvé que les légumes et la viande devenaient de plus en plus chers. Désormais, pouvoir préparer un repas à la fois plantureux et économique à la maison appartient au passé, a dit M. Shi.

« D’une manière générale, les réservations de restaurants et les ventes durant la Fête du Printemps représentent environ trois fois les niveaux normaux. Par exemple, dans mon restaurant qui fait 150 mètres carrés, nous pouvons faire entre 80 000 et 90 000 Yuans par jour durant les vacances, alors qu’en temps ordinaire, nous faisons entre 20 000 et 30 000 Yuans par jour ».

En se basant sur la dernière enquête en ligne de l’Association de la Cuisine Chinoise en 2010, on se rend compte aussi que la majorité des clients déclarent qu’ils dîneront à l’extérieur lors de la prochaine Fête du Printemps. La plupart des participants au sondage ont dit que leur budget pour le dîner serait situé entre 500 et 1 200 Yuans. Quelque 25% ont dit être disposés à dépenser plus de 1 200 Yuans tandis que le reste envisage de dépenser moins de 500 Yuans.

Les restaurants réputés sont ceux qui recueillent le plus de suffrages pour plus de 31,5% des personnes qui ont participé à l’enquête. Le cadre pour le dîner a également été considéré comme plus important que le prix par 30% des personnes.

Un Nouvel an lunaire enjoué

Ajouté au 30/01/2011 par SHI Lei

Les vacances du Nouvel an lunaire devraient faire la part belle aux comédies. Tandis que “La gentille chèvre et le gros gros loup 2011” ravit déjà les enfants, d’autres comédies vont bientôt faire leur apparition dans les salles de cinéma du pays.

“La gentille chèvre et le gros gros loup 2011” a invité son public le plus loyal, les enfants, à son avant-première à Shanghaï. Pour la troisième année d’affilée, le dessin animé s’affiche sur grand écran à l’occasion du Nouvel an lunaire. Les 2 premiers épisodes ont été extraordinairement populaires, donnant naissance à une dynamique heureuse pour les films d’animation : de faibles coûts et de vastes profits. Cette année, c’est l’année du lapin. La chèvre et le gros gros loup ont décidé d’imiter l’un des lapins les plus fameux de la tradition chinoise et de prendre le chemin de la lune. Ensemble, ils forment une redoutable opposition aux vélléités d’invasion d’un roi ambitieux.

Parente

“Chaque personnage a une personnalité qui lui est propre. Les enfants ont adoré et les adultes, comme moi, également.”

Par ailleurs, l’adaptation sur grand-écran de la série télévisée “Mon épéiste” sort enfin, après 5 ans d’attente. Les acteurs sont les mêmes que ceux de la série. Le réalisateur et le scénariste également. La série télévisée était parvenue à conquérir le coeur d’une génération entière de jeunes Chinois. Il sera intéressant de voir si, 5 ans plus tard, le film peut rééditer cet exploit.

Li Lan

Gérante de cinéma

“Avec tous ces films et les vacances, le box-office des 7 jours du Festival du Printemps devrait surpasser celui des vacances du Nouvel an.”

Entre le 26 janvier et le 3 février, 10 films supplémentaires devraient faire leur entrée en salles. Parmi ces films : “Le Frelon vert” et “M. et Mme Incroyable”. La plupart sont des comédies. Grâce aux éclats de rire qu’ils ne manqueront pas de provoquer, le Nouvel an lunaire de cette année devrait être particulièrement enjoué…

Festival du Tofu dans l’Anhui

Ajouté au 30/01/2011 par SHI Lei

Chaque année, les amoureux du tofu se réunissent dans l’Anhui à l’époque de la Fête du Printemps. Les plus grands chefs du pays entendent rivaliser de créativité pour proposer plus de 300 manières de savourer cet met.

Le tofu, ou fromage de soja, est une spécialité chinoise qui a su s’imposer sur les tables du monde entier. La province de l’Anhui serait selon les historiens du tofu le lieu qui a vu naître cette délicieuse mixture il y a près de 2 millénaires.

Des générations de chefs ont fait appel à leur imagination pour accommoder cette préparation et l’Anhui compte naturellement les plus grands spécialistes de la discipline.

Zhu Jianglong

Chef

“Le tofu est un plat très ordinaire dans la vie des chinois. Mais il peut être adapté en une multitude de préparations de toutes formes et pour tous les goûts.”

Le tofu, c’est la joie. Ce n’est donc pas tout à fait un hasard si les deux concepts, joie et tofu, ont une sonorité si proche en chinois

Su Xinhua

Native de l’Anhui

“Tofu… ‘TO-FU’… Une bouchée de joie. Nous autres, Chinois, ne pouvons passer une Fête du Printemps sans manger du Tofu. Ce plat peut amener de la chance à la famille entière.”

Le tofu, ce n’est pas seulement de la joie, c’est aussi la garantie d’une bonne santé. Beaucoup de bonnes protéines et peu de gras en font la nourriture de l’homme moderne.

L’atmosphère de la fête du Printemps règne en Chine

Ajouté au 30/01/2011 par SHI Lei

À l’approche de la fête du Printemps, les Chinois commencent à acheter des décorations pour préparer le Nouvel An chinois, calculé selon le calendrier lunaire, et qui tombe cette année le 3 février. En Chine, une atmosphère festive règne dans les marchés proposant des produits du Nouvel An.

Le 23 janvier, dans un marché de produits festifs de Guiyang, dans la province du Guizhou (sud-ouest de la Chine), les habitants choisissent des décorations pour l’année du lapin.
Des habitants du district de Lushi, dans la province du Henan (centre de la Chine), sélectionnent des Chunlian (phrases en vers parallèles sur papier rouge).
Le 22 janvier, des habitants de l’arrondissement de Huairou, à Beijing, achètent des décorations dans la foire de la culture de la fête du Printemps.
Des habitants du district de Ganyu font des emplettes dans l’allée dédiée aux décorations du Nouvel An d’un supermarché.
Une commerçante vend des Chunlian (phrases en vers parallèles sur papier rouge) à la foire du district Wuyi dans la province du Zhejiang (est de la Chine).
Une commerçante met de l’ordre dans ses Chunlian (phrases en vers parallèles sur papier rouge) dans une foire de la ville de Changzhi (province du Shanxi, nord de la Chine).
Une femme de la ville de Hefei de l’Anhui, choisit les décorations pour la fête du Printemps.
Dans la ville de Hefei de l’Anhui, les habitants choisissent des décorations pour l’année du lapin.

La fête du Printemps : Célébrations au centre culturel de Chine à Paris

Ajouté au 30/01/2011 par SHI Lei

Le 22 janvier était une des journées les plus animées de l’année au Centre culturel de Chine à Paris. Plus de 300 invités chinois et français se sont réunis pour célébrer la fête du Printemps, le Nouvel An chinois calculé selon le calendrier lunaire, et qui tombe cette année le 3 février. Des diplomates de l’ambassade de Chine en France, dont le ministre et chargé d’affaires Liu Haixing, ont assisté aux représentations de la culture traditionnelle chinoise pour accueillir l’année du lapin en présence des invités.

Radio France va émettre une émission spéciale à la veille du Nouvel An chinois

Ajouté au 30/01/2011 par SHI Lei

Comment passer la Fête du printemps en France? A la veille du Nouvel An chinois, accueillir l’arrivée d’une nouvelle année tout en écoutant un concert de la musique traditionnelle chinoise diffusé par la Radio France est peut-être un bon choix.

La Radio France a invité lundi l’Orchestre de la musique traditionnelle de Shanghai à enregistrer dans son siège un concert consacré à son émission spéciale d’une heure et demie pour la Fête du printemps, qui sera émise le 2 février soir, la veille du Nouvel An chinois.

“On a déjà présenté à plusieurs fois dans notre émission la musique chinoise, mais c’est rare d’avoir l’occasion de faire enregistrer sur place un concert de la musique traditionnelle chinoise”, a déclaré à l’agence de presse Xinhua (Chine nouvelle) Fançoise Degeorges, productrice de l’émission “Couleurs du monde”, le magazine des musiques de traditon orale, des rencontres et des partages.

“Je voudrais donner une surprise à mes auditeurs”, a-t-elle ajouté.

D’après un récent sondage, la radio reste le mode privilégié par une majorité des Français pour écouter et découvrir de la musique.

“Nous avons choisi différents morceaux de musique, tels que ‘Fleuve, lune et fleurs printanières’, ‘La lune refletée sur Er-Quan’, ‘Les ruines’, a présenté Duan Aiai, musicienne de l’Orchestre de la musique traditionnelle de Shanghai, certains des morceaux sont doux, les autres sont chaleureux, nous voudrions donner une image assez globale de la musique traditionnelle chinoise, qui est très riche et variée”.

“Notre orchestre se produit souvent à l’étranger, je me sens un respect à la musique traditionnelle chinoise à l’issue des concerts à travers des applaudissements et des fleurs”, a déclaré Duan Aiai.

Cette année, c’est la 3e fois que l’Orchestre de la musique traditionnelle de Shanghai a été invité pour donner des concerts en France. Il va se produire au Salon d’honneur des Invalides, au Théâtre des variétés, à la mairie du 13e arrondissement de Paris… etc.

Chine: Carrefour au centre du scandale de tricherie sur les prix

Ajouté au 30/01/2011 par SHI Lei

Dans la rubrique “Service à la clientèle” du site Internet de Carrefour Chine, filiale du grand distributeur français, on peut lire un slogan “votre satisfaction est notre bonheur”. Mais ce Carrefour Chine vient d’être sanctionné par la Commission nationale pour le Développement et la Réforme de Chine (CNDR), pour avoir trompé des consommateurs.

Une théière en forme de globe était affichée à 36,8 yuans dans le magasin Nanxiang de Carrefour à Shanghai, mais la caissière a enregistré un prix de 49 yuans.

Le magasin Xinmin de Carrefour à Changchun, dans la province du Jilin (nord-est), a vendu des sous-vêtements pour homme à 50,70 yuans en prétendant que le prix d’origine était de 169 yuans. Cependant, il s’avère que le prix original du produit était de 119 yuans.

Carrefour Chine est accusé, par la CNDR dans un communiqué publié mercredi 26 janvier, de plusieurs fraudes, comme l’affichage sur les étiquettes d’un rabais plus élevé qu’il ne l’est en réalité ou l’impression de certaines étiquettes pour faire croire à un prix inférieur.

L’américain Wal-Mart est aussi mis en cause par la CNDR pour les mêmes raisons.

Les hypermarchés concernés devront payer, selon la CNDR, cinq fois le montant des sommes injustement perçues. En cas d’impossibilité d’évaluer ces dernières, ils devront verser des amendes allant jusqu’à 500 000 yuans (75 987 dollars).

Carrefour Chine a exprimé mercredi après-midi ses excuses auprès des clients chinois, et s’est engagé à verser cinq fois les sommes injustement perçues, ainsi qu’à lancer une campagne d’inspection intérieure.

Entré en 1995 en Chine, Carrefour dispose aujourd’hui de plus de 160 magasins dans le pays. Il a commencé pourtant à perdre sa position de leader sur le marché. Le chiffre d’affaires de Carrefour a été dépassé par celui de RT-Mart, groupe basé à Taiwan, tandis que son concurrent traditionnel Wal-Mart a ouvert en Chine près de 200 hypermarchés.

En outre, ses frais d’entrée élevés ont fait l’objet de vives critiques en 2010. Des disputes avec ses trois gros fournisseurs, à savoir KSF (Kangshifu, le plus grand producteur chinois de nouilles instantanées), le groupe COFCO (China Oil & Food Corporation) et le groupe agroalimentaire Jiusan , ont été très médiatisées.

“Notre bénéfice brut se trouve à environ 25 points de pourcentage. Carrefour prend, considérablement, 20,5 points de pourcentage de notre main. Quand nous vendons les produits pour valeur d’un million de yuans au Carrefour, nous perdons 65 000 yuans”, s’est plaint Zhang Guomin, directeur du centre commercial de Dingdian de Beijing, lors d’une interview accordée à National Business Daily.

Cette entreprise, en proie à de multiples frais d’entrée et de promotion, est un fournisseur de produits congelés au Carrefour Chine.

“Les frais d’entrée trop élevés nuisent, sur la durée, à la santé de Carrefour”, a commenté en septembre dernier Lang Xianping, économiste chinois renommé. Il a indiqué que la dépendance aux marges arrières dans le modèle économique de Carrefour était une vision à courte vue et un mauvais exemple pour les distributeurs chinois.

Ces dernières années, Carrefour s’est retiré successivement des marchés sud-coréen, britannique, russe et japonais. En avril 2010, le groupe français a vendu 524 magasins au Portugal.

« Précédent Suivant »