Xi Jinping s’engage à réaliser le "grand renouveau de la nation chinoise"

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, a visité jeudi à Beijing l’exposition “La voie vers le renouveau”, s’engageant à continuer à réaliser l’objectif du “grand renouveau de la nation chinoise”.

M. Xi a fait ces remarques lorsqu’il visitait l’exposition au Musée national de Chine, accompagné par les autres membres du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC, dont Li Keqiang, Zhang Dejiang, Yu Zhengsheng, Liu Yunshan, Wang Qishan et Zhang Gaoli.

Xi Jinping a visité une par une toutes les salles de l’exposition, écoutant attentivement les explications du personnel du musée. L’exposition rassemble un grand nombre de photos, tableaux, pièces et vidéos historiques illustrant l’histoire chinoise depuis la Première Guerre de l’Opium (1840-1842).

Xi Jinping se prépare à diriger le pays

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Le XVIIIe congrès du Parti communiste chinois s’ouvre aujourd’hui à Pékin. Xi Jinping est assuré de succéder à Hu Jintao à la tête du parti, et donc à la présidence du pays en mars2013.

Cet homme de 59 ans, vice-président de l’État chinois depuis 2008, peut donc déjà se préparer à diriger le pays le plus peuplé du monde, et qui a accédé en dix ans, de la sixième à la deuxième place de l’économie mondiale. Il devra, en outre, répondre à une opinion publique naissante mais déjà frondeuse, de moins en moins encline à tolérer l’enrichissement extravagant des élites locales ou nationales.

Véritable «aristocratie rouge», les «fils de prince» (leurs pères étaient les révolutionnaires d’hier) dont fait partie Xi Jinping, surfent sur la vague d’un capitalisme mal régulé, où l’opacité des marchés publics et les accointances avec les puissantes entreprises d’État permettent de rapides fortunes boursières.

Selon un sondage publié hier par le quotidien Global Times, qui dépend du Quotidien du peuple (l’organe du PCC), quelque huit citadins chinois sur dix se sont prononcés en faveur d’une «réforme politique». Sept sur dix ont estimé que le gouvernement devait être soumis à une plus grande surveillance de l’opinion publique et ont demandé un renforcement de la lutte contre la corruption.

Le commerce extérieur de la Chine se portera mieux en 2013 (ministre)

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Le commerce extérieur de la Chine se portera mieux l’année prochaine par rapport à 2012, en particulier au deuxième semestre de 2013, a annoncé mercredi le ministre chinois du Commerce Chen Deming.

M. Chen a fait cette remarque lors de la Conférence annuelle de Caijing, organisée par la revue Caijing, qui se tient à Beijing durant deux jours.

M. Chen a noté que les prévisions pour l’année 2013 seraient plus précises après la publication des statistiques concernant l’ensemble de l’année 2012.

Le ministre a également averti que les exportations chinoises seraient confrontées à de nombreuses incertitudes l’année prochaine, ajoutant que la “falaise fiscale” (fiscal cliff) dans certains pays et l’adoption ou non des budgets dans les unions économiques pesaient sur le commerce extérieur de la Chine.

Des pressions inflationnistes pourraient également apparaître après le redressement de l’économie, a ajouté M. Chen.

Le ministre a par ailleurs indiqué que la Chine se concentrerait sur le développement des relations commerciales avec les marchés émergents, notamment avec l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est, l’Amérique du Sud, l’Afrique et l’Asie centrale.

La plus grande technopole chinoise installe un bureau de liaison à Bruxelles

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

La “Silicon Valley” chinoise, Z-Park, a inauguré jeudi son bureau de liaison à Bruxelles. Il s’agit de son neuvième bureau de liaison à l’étranger et du quatrième en Europe.

Z-Park constitue la plus grande technopole chinoise, avec dix zones situées à Beijing. Né dans les nouvelles vagues d’ouverture et de réforme en Chine dans les années 1980, Z-Park rassemble aujourd’hui 41 grandes écoles, 206 instituts de niveau étatique ou provincial, 67 laboratoires d’Etat, 55 centres technologiques de niveau étatique, ainsi que plus de 6.000 entreprises High-Tech dont 219 cotées en bourse. En 2011, le chiffre d’affaires de Z-Park a atteint 2.000 milliards de yuan (300 milliards de dollars américains).

Dans son discours prononcé à l’occasion de la cérémonie d’inauguration, Yang Jianhua, directeur adjoint du comité de gestion de Z-Park, a noté que le programme de développement décennal de cette technopole donnerait la priorité au renforcement de la coopération internationale, aux échanges internationaux et à l’internationalisation. Il a également révélé l’objectif de Z-Park de réaliser un chiffre d’affaires de 10.000 milliards de yuan (1.500 milliards de dollars américains).

Z-Park est en effet le deuxième à s’implanter en Belgique. En avril dernier, Wuhan East-Lake High Tech Innovation Center (WHIBI), situé au cœur de la Chine, a signé un accord avec l’Université catholique de Louvain sur la construction d’un Centre technologique Chine-Belgique, comme un incubateur d’entreprises High-Tech, au sein du parc technologique de Louvain-la-Neuve.

La communauté internationale salue le développement de la Chine durant les dix dernières années

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Des officiels, experts et médias étrangers ont positivement parlé des réalisations de la Chine au cours des dix dernières années, affirmant que son développement rapide a fait d’importantes contributions à l’économie mondiale.

Ils ont fait des observations à l’occasion du 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), qui s’est ouvert jeudi à Beijing.

Sergei Koshevoi, directeur exécutif de l’Association de coopération Ukraine-Chine, a déclaré à Xinhua que la Chine avait eu des réalisations remarquables sur la voie de prospérité et d’ouverture au cours des dix dernières années sous la direction du PCC.

La Chine a établi une économie de marché socialiste, et les réalisations de la Chine dans le développement économique ont attiré l’attention et les compliments du monde entier, a-t-il dit, ajoutant que la politique de réforme et d’ouverture de la Chine, sans aucun doute, a stimulé une croissance économique rapide et apporté de grandes contributions au développement de l’économie mondiale.

Le 18e Congrès national du PCC est d’une importance particulière du fait que les décisions qui seront prises lors du Congrès non seulement influenceront le développement futur de la Chine, mais aussi l’avenir du monde, a-t-il ajouté.

Boni Yaw Gerbe, un expert de relations internationales du Centre de Legon pour les affaires internationales et diplomatiques à l’Université du Ghana, a déclaré à Xinhua dans une interview téléphonique que la Chine a eu de grandes réalisations, notamment dans le domaine de la coopération économique avec d’autres pays, ce qui a bénéficié au monde.

Il a souhaité que Chine joue un rôle plus important sur la scène politique internationale et devienne un acteur majeur dans le maintien de la paix au monde.

Le ministre danois des Affaires étrangères Villy Sovndal a déclaré, dans une interview à la télévision nationale danoise, qu’il a estimé que l’économie chinoise continuerait à maintenir son rythme de croissance actuel.

La Chine serait un moteur pour la croissance économique mondiale, at-il commenté, ajoutant que le Danemark souhaite travailler avec la Chine pour promouvoir les développements économiques bilatéraux.

Elizabeth Economy, directeur des études sur l’Asie au Conseil des relations étrangères, a déclaré à Xinhua que la Chine a connu des progrès énormes dans son développement ces dernières années.

Depuis l’adoption de la politique de réforme et d’ouverture il y a plus de 30 ans, la Chine est devenue l’un des moteurs importants pour la croissance économique mondiale en développant l’industrie de fabrication et le commerce extérieur, a-t-elle dit, notant que la Chine a joué un rôle clé dans le développement mondial.

La Chine s’efforcera de maintenir une croissance stable du commerce extérieur

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Bien qu’il soit difficile pour la Chine d’atteindre son objectif de croissance de 10% cette année face à la faiblesse de la demande extérieure, le pays s’efforcera de maintenir une croissance stable de son commerce extérieur, a déclaré mardi le porte-parole du ministère chinois du Commerce.

Lors d’une conférence de presse régulière, le porte-parole Shen Danyang a attribué la morosité des exportations à la faiblesse de la demande de ses principaux partenaires commerciaux, notamment l’Union européenne (UE) et le Japon.

“Il est difficile de prévoir la croissance des exportations pour l’année entière, mais nous ferons de notre mieux pour maintenir une croissance stable du commerce extérieur”, a-t-il indiqué.

D’après les statistiques de l’Administration générale des Douanes, le commerce entre la Chine et l’UE a chuté de 3% en glissement annuel à 452,83 milliards de dollars au cours des dix premiers mois de l’année, tandis que le commerce sino-japonais a reculé de 2,1% à 275,47 milliards de dollars.

La faible demande extérieure, accompagnée du ralentissement des investissements dans le secteur immobilier, a entravé la croissance économique chinoise qui a ralenti à 7,4% de juillet à septembre, soit le niveau le plus modeste depuis le premier trimestre 2009.

Cependant, la croissance du commerce extérieur chinois a dépassé la moyenne mondiale et sa part dans le commerce mondial pourrait dépasser les 10,4% en 2012, selon M. Shen.

Au cours des dix premiers mois, le volume du commerce extérieur du pays a augmenté de 6,3% par rapport à la même période l’année dernière, tandis que ses exportations ont enregistré une hausse de 7,8%.

La Chine encourage la création d’un réseau international de marketing

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

La Chine envisage de faire face au ralentissement de la croissance de son commerce extérieur en accélérant la construction d’un réseau international de marketing visant à faciliter le commerce, ont indiqué jeudi des responsables lors d’une réunion.

La deuxième économie mondiale doit briser “l’étranglement” du commerce extérieur en créant de “nouveaux atouts” en termes de technologie, marque, qualité et service, a indiqué le vice-ministre chinois du Commerce Zhong Shan lors d’une réunion sur la construction du réseau international de marketing.

Le ministère chinois du Commerce (MDC) prévoit que le commerce extérieur chinois devrait augmenter en 2012 de 6% en glissement annuel, contre un objectif initial de 7,5%.

Au cours des dix premiers mois, le commerce extérieur chinois a augmenté de 6,3% par rapport à la même période l’année précédente, alors que le taux de croissance a continué de baisser en novembre, selon des chiffres du MDC.

Les entreprises chinoises orientées sur l’exportation doivent réduire les intermédiaires, diversifier la compétition et renforcer les ventes de produits de marque et de produits à haute valeur ajoutée dans le but d’améliorer leurs performances commerciales, a indiqué M. Zhong.

A ce jour, les entreprises chinoises opèrent plus de 26 700 bureaux de liaison dans le cadre du réseau international de marketing. Parmi ces derniers, 83% ont reçu moins de 1 million de dollars d’investissement et 95% réalisent moins de 10 millions de dollars de chiffre d’affaires, a-t-il indiqué.

Des experts participant à la réunion ont suggéré que les entreprises chinoises devraient collaborer pour former des géants de l’industrie comme les marques étrangères Wal-mart et Carrefour au lieu de vendre leurs produits via des grossistes, détaillants et petits commerçants.

La Chine devrait devenir le deuxième débouché commercial de la France

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Selon une étude réalisée par HSBC, à l’horizon 2030 l’Allemagne restera le premier débouché commercial de la France mais la Chine passera du quatrième au deuxième rang. L’Asie mais aussi l’Afrique subsaharienne devraient offrir les plus belles opportunités de croissance pour les exportateurs.

L’exercice de projection est toujours périlleux mais il n’est jamais inintéressant. Surtout alors que le gouvernement lance le débat sur la compétitivité des entreprises françaises et semble vouloir s’attaquer auproblème de la perte des parts de marchés de la France à l’international. Les experts de la banque HSBC se sont ainsi livré à l’exercice consistant à dresser les grandes tendances à venir des échanges extérieurs français au cours des prochaines années.

Cette étude permet de constater qu’à l’horizon 2030 le top cinq des marchés à l’exportation de l’Hexagone sera quelque peu bouleversé. Si L’Allemagne devrait conserver son rang de premier débouché pour les exportateurs français, par contre la Chine, actuellement en quatrième position devrait s’imposer comme deuxième partenaire à l’exportation, passant ainsi devant le Royaume-Uni et les Etats-Unis.
publicité

Autre surprise, la Pologne actuellement cinquième débouché des exportateurs français disparaîtrait de ce top cinq au profit de laTurquie. Les liens commerciaux avec ce pays « sont déjà bien établis » depuis 1996 et devraient se renforcer estiment les experts d’HSBC. Une disparition qui d’une certaine manière consacre la montée en puissances des marchés hors Europe. Même si HSBC ne s’avance pas à dire si les exportateurs français continueront à privilégier, comme ils le font actuellement les marchés du vieux continent.
Asie et Afrique sur des rythmes de croissance à deux chiffres

En tout état de cause, ce n’est pas en Europe que le commerce international sera le plus dynamique puisque selon HSBC il ne devrait croître que de 3 % en moyenne d’ici à 2030. Il est donc nécessaire, selon HSBC, que la France réoriente ses exportations vers des marchés plus dynamique. l’Asie bien sur, mais aussi l’Afrique subsaharienne.

La progression de la Chine dans le classement des marchés à l’exportation reflète plus largement le dynamisme attendu des ventes à destination des marchés asiatiques au cours des prochaines années. Les ventes françaises devraient ainsi y progresser sur un rythme proche de 14 % entre 2013 et 2015, portées par la reprise attendue dans cette partie du monde. Par la suite, elles devraient s’installer sur un rythme de croisière plus proche de 8 % dans les années 2016/2020. Sur toute cette période, si la Chine restera une destination prisée des exportateurs français, l’Inde et le Vietnam devraient monter en puissance dans les carnets de commandes tricolores.

Souvent négligée, en d épit d’une présence ancienne des entreprises françaises, l’Afrique subsaharienne devrait également donner des motifs de satisfaction aux exportateurs français qui s’y intéressent. Selon HSBC en effet, les exportations vers cette zone devrait croître à un rythme proche de 12 % en rythme annuel entre 2013 et 2015.
Les exportateurs s’inquiètent de la santé de leurs clients et fournisseurs

Mais pour l’heure, le gouvernement devra gérer une situation de morosité croissante des exportateurs français. HSBC qui calcule, à partir des réponses de ses clients, un indice de confiance des exportateurs, relève en effet que celui-ci atteint actuellement son plus bas niveau depuis le début de la décennie. Et alors qu’au premier semestre de cette année seulement 35 % des exportateurs interrogés anticipaient une détérioration de l’économie mondiale ils sont désormais 49 %.

Désormais, 43 % des exportateurs français craignent que leur client à l’international se retrouve en situation de défaut. Ils n’étaient que 35 % au premier semestre. Et plus d’un sur quatre (27 %) s’inquiètent de la capacité de leurs fournisseurs à honorer leurs engagements.

La Chine devrait devenir la première économie mondiale dans 4 ans

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

La Chine devrait devenir la plus grande économie du monde dans quatre ans, car le pouvoir économique mondial devrait se rééquilibrer au cours des cinq prochaines années, selon l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

La croissance rapide des économies émergentes leur donnera une part sans cesse croissante de la production mondiale au cours des cinquante prochaines années, estime l’OCDE, et le produit intérieur brut de la Chine dépassera celui la zone euro cette année.

Les États-Unis devraient céder leur place de plus grande économie du monde à la Chine dès 2016, selon le dernier rapport de l’OCDE.

Cependant, l’analyste John Ross, professeur invité à l’Université de Shanghai Jiaotong, a déclaré qu’il faudrait peut-être attendre un peu plus longtemps pour voir la Chine en tête de liste.

« Je pense que c’est un peu exagéré. Il faudra cinq à sept ans pour arriver à ce résultat », a-t-il jugé.

L’OCDE a également déclaré que le PIB de l’Inde devait dépasser celui des États-Unis sur le long terme. La production combinée de la Chine et de l’Inde dépassera le PIB du G7 actuel vers 2025, et en 2060, il sera plus d’une fois et demie plus important, alors qu’en 2010, la Chine et l’Inde représentaient moins de la moitié de la production du G7.

Le G7 est composé du Canada, de la France, l’Allemagne, l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Les poids lourds économiques en vieillissement rapide, comme le Japon et la zone euro, vont progressivement perdre du terrain en termes de PIB mondial au profit des pays ayant une population plus jeune, comme l’Indonésie et le Brésil, a déclaré l’OCDE.

« L’équilibre du pouvoir économique se déplacera de façon spectaculaire au cours des 50 prochaines années dans un scénario prudent », a déclaré Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE.

L’OCDE a noté que la production mondiale augmenterait légèrement de 3 % par an au cours du prochain demi-siècle, principalement grâce aux gains de productivité et à la croissance du capital humain, tandis qu’un écart significatif entre les régions et les pays est attendu.

La Chine deviendra le plus grand consommateur de robots industriels du monde d’ici 2014

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

La demande chinoise en robots industriels devrait atteindre 32.000 unités d’ici 2014, faisant de la Chine le plus grand consommateur de robots du monde.

Selon la Fédération internationale de robots, les technologies et la production du secteur ont gagné en élan en cette période d’augmentation des coûts de main d’oeuvre et d’efforts de la Chine pour restructurer son mode de développement et améliorer l’efficacité énergétique.

Durant la Foire internationale de l’industrie de Chine, qui s’est achevée samedi, des constructeurs chinois de robots ont exposé leurs modèles en compétition directe avec leurs homologues étrangers.

La foire a attiré plus de 1.800 participants au cours de cet événement de cinq jours.

« Précédent Suivant »