Li Na fait entrer la Chine en finale de Roland Garros

Ajouté au 09/06/2011 par SHI Lei

En devenant jeudi la première Chinoise à entrer en finale de Roland-Garros, Li Na s’est un peu plus affirmée comme l’ambassadrice de son sport en Chine, où le tennis s’éveille lentement mais sûrement.

Déjà finaliste à l’Open d’Australie en janvier, Li, 29 ans, a écarté la Russe Maria Sharapova (6-4, 7-5) en demi-finale. Elle affronte l’Italienne Francesca Schiavone, tenante du titre, samedi en finale.

Avant cette première historique, aucune Chinoise n’avait jamais réussi à atteindre les quarts de finale à Roland-Garros.

Li, actuelle N.7 mondiale, est déjà assurée de devenir lundi la première Chinoise à intégrer le Top 5. Elle sera cinquième en cas de défaite en finale, et quatrième si elle s’impose.

“C’est important pour le tennis chinois, d’avoir quelqu’un qui joue une finale, a-t-elle souligné. Quand les gamins voient ça, ils se disent: +Eh, c’est pas mal, et peut-être qu’un jour je le ferai, voire mieux+. Ils ont un objectif, ils savent ce qu’ils doivent faire. J’espère que le tennis en Chine va pouvoir vraiment se développer.”

“Plus de 400 millions de Chinois ont suivi ce match, a souligné Kong Quan, l’ambassadeur de Chine en France, au micro de France Télévision. La Chine commence à apprendre à aimer ce sport.”

Avant même son aventure parisienne, la souriante Li avait déjà apporté sa pierre à l’édifice. En 2004, elle était devenue la première Chinoise à remporter un titre sur le circuit WTA, à Canton.

Elle était entrée peu auparavant dans le giron de la Fédération chinoise, décidée à sortir le tennis de l’anonymat en vue des jeux Olympiques de Pékin.

Les premiers succès de Haïer en France incarnent la volonté de l’industrie chinoise de s’adapter à la globalisation économique

Ajouté au 09/06/2011 par SHI Lei

Sur le palmarès 2010 des 500 plus grandes marques mondiales, on constate que ces dernières viennent de 28 pays, dont les trois premiers rangs sont occupés par les États-Unis (237 marques listées), la France (47 marques) et le Japon (41 marques).

Dix-sept marques chinoises ont été retenues dans le palmarès, soit 3,4 % de la liste, dont Haïer, Lenovo, CCTV, China Mobile, ICBC (Banque de l’industrie et du commerce de Chine) et State Grid of China. Ces marques représentent surtout des monopoles sectoriels, à l’exception de Haïer (électroménager). On voit par là que les marques chinoises restent peu reconnues à l’étranger.

Depuis l’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001, de nombreuses entreprises ont connu une forte croissance annuelle de leurs exportations, notamment dans le secteur électroménager. Mais la plus grande partie de ces exportations concernent surtout les produits à faible valeur ajoutée. Par ailleurs, beaucoup d’entreprises n’avaient pas vraiment de notion de marque dans les exportations, et ont perdu ainsi la voix malgré des quantités très importantes de produits écoulés.

On peut citer l’exemple des fours à micro-ondes. Bien que la production chinoise représente à peu près 90 % du marché global, les marques chinoises restent méconnues dans les marchés étrangers.

Selon les données d’Euro Monitor, les marques chinoises d’électroménager représentent seulement 2,9 % du marché étranger, dont 2,6 % rien que pour les produits Haïer (soit 86,5 % des produits électroménagers chinois vendus à l’étranger). Les autres entreprises souffrent en général d’une mauvaise image et d’une compétitivité trop faible sur les marchés internationaux.

Ces entreprises, incapables de sauvegarder leurs parts de marché à l’étranger, risquent dans le futur de le payer cher. Face à la globalisation et à l’internationalisation de l’économie, les entreprises chinoises doivent clairement prendre conscience du sens de leurs marques et se battre pour la valeur de ces dernières.

« En comparaison avec les grandes marques européennes et américaines, Haïer souffre encore d’une maturité très courte face à la concurrence », indiquent les analystes. Heureusement déjà, la série Casarte de réfrigérateurs haut de gamme Haïer est fortement mise en avant par les magasins BHV, spécialistes français du bricolage et de l’aménagement de la maison. Les logos de Haïer sont affichés le long des deux côtés du périphérique d’Île-de-France, et les bannières de la marque étaient également très répandues durant le Festival du film asiatique de Deauville… Haïer est sur la bonne voie pour devenir un leader mondial du secteur électroménager, notamment des réfrigérateurs.

Selon les analystes, les entreprises chinoises ont une forte volonté de s’adapter à la globalisation et à l’internationalisation, et les premiers succès de Haïer en France pourraient les encourager en ce sens et contribuer à la transformation de la Chine, d’un statut de pays producteur à celui d’une nation riche en savoir-faire électroménager.

Le Festival Croisements, suite et fin : ne manquez pas les événements de juin !

Ajouté au 09/06/2011 par SHI Lei

Pour ceux qui n’ont pas encore vu l’incontournable exposition « Entre-Temps » au Minsheng Art Museum, vous avez jusqu’au 26 juin pour vous rattraper ! Mais bien d’autres événements vous attendent encore…
Agenda
Du 10 au 12 juin : Shanghai
Traffic Live Programmation vidéo d’artistes français et chinois Tel : 021-31001033
Lieu : Foundry Gallery
Adresse : 729 Shanxi Bei Lu
Du 25 au 26 juin : Hangzhou
Spectacle Cinématique, compagnie Adrien M.
Billets : 280 / 180 / 120 / 80 RMB Réservation téléphonique : 87805135 ou 87703888 * 8910/8918 Sur internet Kuai Piao Wang : www.qqkp.com / 88003888 Tel : 0571 – 8770 3888

Lieu : RedStar Theater (Théâtre Hongxing)
Adresse : 280 Jianguonan Lu, Shangcheng
Du 28 juin au 31 juillet : Shanghai
Exposition franco-chinoise d’art interactif AUGMENTED SENSES Vernissage le 28 juin Tel : 021 – 6608 5129
Lieu : OCT Suzhou Creek Gallery
Adresse : 1016 North Suzhou Lu
 Traffic Live
 
Exposition “Traffic Live”L’exposition vidéo Traffic Liveprésente le regard spécifique de quatre artistes occidentaux sur les métissages, les points de convergence des cultures. A travers le point de vue social de Cédrick Eymenier, sentimental de Dominique Gonzalez Foerster, visionnaire de Cécile Hartmann ou documentaire de Nicolas Floc’h, nous découvrons la ville en toile de fond, ses flux, ses transformations, ses passants, ses mutations. Pour compléter cette programmation vidéo, Corinne Lapp, à l’initiative du projet, a invité deux autres commissaires, Dong Bing Feng et Dan Dan Li, deux visions différentes et complémentaires. L’une et l’autre ont sélectionné des artistes chinois. Dan Dan Li a invité Wei Dajun qui nous fait redécouvrir Shanghai à travers le regard de l’écrivain Sun Ganlu. Dong Bing Feng a quant à lui invité les artistes Dong Wensheng, Huang Wenhai, Gao Shiqiang et Huang Weikai.

****

 Exposition franco-chinoise d’art interactif AUGMENTED SENSES
 
Augmented SenseCette exposition originale offre un parcours étonnant et ludique, où le visiteur est invité à interagir avec des œuvres qui exploitent avec inventivité et créativité les innombrables possibilités offertes par la combinaison du numérique, de l’informatique et des arts en général. Entre musique, performances et arts visuels, cette exposition peu commune est présentée dans un lieu qui surprendra également le public, en bordure de Suzhou Creek dans un nouvel espace bientôt dédié à l’art contemporain.

****

 Spectacle Cinématique, compagnie Adrien M.
La Compagnie Adrien M présente un incroyable spectacle de nouveau cirque, jonglerie, danse, art numérique et musique. Vous y découvrirez la lumière comme unique décor et des paysages virtuels où évoluent un jongleur et une danseuse. Ne manquez pas ce spectacle qui a reçu le Grand prix du jury “Danse et nouvelles technologies” au Festival des Bains numériques en 2009.

Signature d’un MOU entre le Genopole et le Shanghai Biomedecine center of Technology and Industry

Ajouté au 09/06/2011 par SHI Lei

Suite à la visite de M. YU Zhengsheng (secrétaire du PCC de Shanghai) en France, un Memorandum of understandinga été signé le jeudi 2 juin 2011 par Eric Lameignère, directeur de Genopole Entreprises et Mme Huang Ying, Directrice du SBCTI.
 
De GàD : M. FU Guoqing, directeur RI de la commission S&T – municipalité de Shanghai, Mme XU Zuxin, Vice directrice de la commission scientifique, M. Eric Lameignère, directeur de Genopole Entreprises, Mme HUANG Ying, Directrice du SBCTI.Cet événement organisé par la commission S&T de la municipalité de Shanghai a réuni quatre entreprises françaises, des entreprises chinoises et des responsables d’hôpitaux. Une présentation des sociétés françaises DNA Therapeutics, NOKAD, Xentech, Genewave a suscité de nombreuses questions du public et a permis des échanges à l’issue de la conférence. Avec cette première étape,Genopolesouhaite se positionner comme une plateforme d’accès au marché européen pour les entreprises chinoises.

Les 12 animaux du zodiaque de Yuanmingyuan exposées à l’Expo internationale d’horticulture

Ajouté au 09/06/2011 par SHI Lei

Pour la première fois, les douze sculptures des animaux du zodiaque chinois de l’ancien Palais d’été sont présentées ensemble au public à l’Expo internationale d’horticulture à Xi’an dans leur taille d’origine notée dans les documents historiques offerts par l’Association de Yuanmingyuan. En 1860, le jardin impérial fut détruit par les forces britanniques et françaises, et les douze animaux du zodiaque ont été perdus à l’étranger. Certaines sculptures sont rentrées en Chine grâce aux efforts de collectionneurs patriotes, tandis que certaines n’ont toujours pas été retrouvées. Les reproductions présentées à l’Expo internationale d’horticulture nous permettent de revoir l’image des douze animaux ensemble devant le Palais de Haiying dans l’ancien Palais d’été.

178 vedettes chinoises rassemblées pour le le film  Jian Dang Wei Ye 

Ajouté au 09/06/2011 par SHI Lei

Le film tourné pour fêter le 90e anniversaire du PCC est devenu un sujet très chaud ces derniers jours. Réalisé par Han Sanping et Huang Jianxin, le film qui raconte l’histoire entre la Révolution de 1911 et la fondation du PCC (en 1921) sortira sur les écrans chinois le 15 juin.

Les vedettes sont “nerveuses” face à leur rôle

A part Ma Shaohua, acteur spécialiste de l’incarnation de Sun Yat-sen, les autres acteurs vont jouer pour la première fois ces personnalités. Le réalisateur Huang Jianxin a choisi ces nouveaux visages afin de rendre le film plus frais pour les spectateurs. “Liu Ye (Mao Zedong), Feng Yuanzheng et moi étions tous étonnés quand le réalisateur nous a distribué les rôles. Personne ne croyait qu’on ressemblait à ces personnalités, mais après le maquillage, nous étions plus fiers. Les qualités intrinsèques sont plus importantes que l’apparence.”, a dit Zhang Jiayi, qui joue Li Dazhao dans le film.

Le film présente 3 époques

Selon Han Sanping (réalisateur), “Jian Dang Wei Ye” montrera au public les 3 grandes époques -les seigneurs de guerre après la Révolution de 1911, la floraison des élites chinoises après le “Mouvement du 4 mai” (en 1919, après la Première Guerre Mondiale) et la fondation du PCC.

Comme un prélude à la fondation du PCC, «le Mouvement du 4 mai » est naturellement devenu la clé dans tout le film. Apparemment, ce film présente également des événements comme « Mettre le feu à la maison de Cao Rulin (ministre des transports)”, et le slogan écrit avec le sang « Rendez nous Qingdao ».

Chine : les prêts français aident la province du Hubei à devenir plus écologique

Ajouté au 09/06/2011 par SHI Lei

La ville de Wuhan, la capitale de la province du Hubei dans le centre de la Chine, utilisera 20 millions d’euros de prêts français afin de rendre ses immeubles plus économes en énergie dans les quatre prochaines années, a annoncé mercredi la municipalité de Wuhan.

Il s’agit du premier projet de rénovation de bâtiments en vue de les rendre plus économes en énergie, qui implique des prêts d’un gouvernement étranger, a indiqué la municipalité dans un communiqué de presse.

Le projet a pour objectif de réduire de 20% à 30% la consommation en énergie et en eau de 37 immeubles, selon le communiqué.

La plupart de ces bâtiments accueillent des bureaux du gouvernement.

Le coût des travaux de rénovation s’élève à 199 millions de yuans, incluant les prêts de l’Agence française de Développement et 25 millions générés par les taxes locales, indique le communiqué.

Les parties externes des bâtiments, ainsi que la climatisation, les systèmes d’eau chaude et d’éclairage seront modernisés.

Les travaux de rénovation comprennent également l’installation de systèmes de surveillance de la consommation énergétique, qui peuvent envoyer des alertes si la consommation énergétique dépasse les limites dans différents secteurs des bâtiments.

Des Français font un marathon sur la grande muraille de Chine

Ajouté au 09/06/2011 par SHI Lei

Au rayon des sports extrêmes, 40 Français participent actuellement au “Trail de la Grande Muraille de Chine” qui célèbre cette année sa 11ème édition. Cette course de 80km réunit pendant 4 jours des “aventuriers” de tous niveaux sportif.

Direction du FMI : Lagarde bientôt en Chine pour convaincre

Ajouté au 09/06/2011 par SHI Lei

La ministre de l’Economie et des Finances française, Christine Lagarde, devait s’envoler la nuit dernière à destination du Brésil. But du voyage : défendre sa candidature pour le poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI). D’autres déplacements devraient suivre, notamment en Chine, au Moyen-Orient et en Inde, pour tenter de convaincre les pays émergents de soutenir sa candidature. Un exercice d’autant plus délicat qu’à la suite du sommet des chefs d’Etat du G8, la semaine dernière à Deauville, elle est quasiment assurée de diriger l’institution pour cinq ans. Le sujet a été évoqué par Nicolas Sarkozy et Barack Obama. Le chef de l’Etat français s’est déclaré confiant quant au soutien de Washington.

Le défi de l’investissement français en Chine

Ajouté au 30/05/2011 par SHI Lei

Les Missions Économiques de Chine, les Conseillers du Commerce Extérieur et la Chambre de Commerce Française en Chine ont rédigé en collaboration un livre blanc sur la présence des entreprises françaises en Chine.
La présence de nos entreprises en Chine est certes récente, puisqu’elle ne remonte guère en moyenne à plus de 10 à 15 ans, mais elle est déjà considérable, tant par les chiffres d’affaires réalisés qui représentent deux fois et demie nos exportations directes, que par l’emploi créé. Les témoignages rapportés dans ce Livre Blanc montrent que nous ne sommes qu’au début de cette histoire. Les rythmes de progression de l’activité sont rapides, les prises de participations stratégiques se développent, de plus en plus de nos entreprises, grandes comme petites, nourrissent des perspectives très ambitieuses.

La Chine n’est pas seulement une opportunité de marché, elle est aussi une composante stratégique de la compétitivité de nos entreprises, qui doivent faire face à des exigences croissantes de globalisation des achats et des plates-formes de production, et d’innovation. Leurs activités sont dès lors multiformes, alliant achats de composants, production locale, importations d’équipement clés à partir de France ou d’Europe, création de centres de recherche-développement. Mais, contrairement aux idées reçues, seule une infime minorité d’entreprises voit la Chine comme une terre de délocalisation.

Les témoignages recueillis montrent également qu’il n’est pas facile de travailler en Chine. Les pièges sont nombreux, qu’il s’agisse des problèmes de partenariat, de concurrence déloyale, d’obstacles non tarifaires, de contrefaçons, d’incertitudes juridiques. Mais l’un des messages principaux de ce Livre Blanc est que les difficultés d’accès au marché chinois n’empêchent pas nos entreprises de réussir et d’avoir de vastes projets. Être en Chine comporte des risques, mais pour la quasi-totalité de nos entreprises, ne pas y être se traduirait par une perte d’opportunité, et dans de nombreux cas par un risque compétitif majeur.

Cet ouvrage a été réalisé en 2008 en collaboration entre les Missions Économiques de Chine, les Conseillers du Commerce Extérieur et la Chambre de Commerce Française en Chine.
L’édition de l’ouvrage a été financée par la section Chine des CCE et réalisée par la CCIFC. Il se fonde sur des entretiens individuels réalisés auprès de 88 entreprises françaises. Ces entretiens ont été réalisés par Hubert Testard, Benjamin Dubertret, appuyés par Marie-Chantal Piques, Hélène Hovasse, Alain Berder, Thibaut Fabre, Stephane Piskorz pour les Missions Economiques de Chine, ainsi que par Emmanuel Suquet, stagiaire ENA et Cecile Stos, Directrice de l’appui aux entreprises de la CCIFC. Le document de synthèse a été rédigé par Benjamin Dubertret pour les chapitres 1 à 3 et Hubert Testard pour le chapitre 4.

« Précédent Suivant »