La Chine et l’UE doivent regarder au-delà des irritants commerciaux

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

Les relations économiques entre l’Union Européenne (UE) et la Chine constituent un élément clé pour le retour à une économie mondiale durable, et les deux parties devraient regarder au-delà des irritants commerciaux à court terme, a déclaré samedi Lucian Cernat, économiste en chef de la Commission européenne lors d’un forum de cinq jours sur la coopération entre la Chine et l’UE à Tianjin, ville portuaire du nord de la Chine.

La Chine est le marché qui a la plus forte croissance pour le développement du commerce de l’UE, et une destination importante pour ses investissements directs à l’étranger. Elle reste également le plus grand marché pour les exportations chinoises, a indiqué M. Cernat.

“Nous devons éviter de nous laisser fourvoyer par les irritants commerciaux à court terme et poursuivre les objectifs systémiques communs au sein de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC)”.

L’économiste a évoqué une récente enquête d’opinion de l’UE, selon laquelle, 65% des personnes interrogées pensent que l’UE a bénéficié de façon significative des retombées du commerce international et 64% d’entre elles sont convaincues que dans les toutes prochaines années, les échanges commerciaux profiteront davantage aux économies émergentes telles que le Brésil, la Chine et l’Inde.

L’UE et la Chine sont devenues de plus en plus interdépendantes, et l’UE se concentrera sur un agenda à long terme visant un renforcement de priorités bilatérales dans les domaines de l’investissement, des services, des droits de propriété intellectuelle et technologique, et de la gouvernance mondiale.

Cérémonie d’inauguration de l’Année de la langue française en Chine

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

L’Année de la langue française en Chine a été inaugurée le mardi 13 septembre 2011 à l’Université des langues et cultures de Pékin (BLCU) par M. Alain Juppé, Ministre d’Etat, Ministre des affaires étrangères et européennes et Mme Liu Yandong, Membre du Bureau politique du Comité central du PCC et Conseillère d’Etat.
Durant cette cérémonie, la bande-annonce officielle de l’Année de la langue française en Chine a été révélée, donnant la parole à neuf personnalités chinoises francophones qui expriment leur amour de la langue française. Ensuite, quatre étudiantes de la BLCU ont proposé un spectacle d’instruments traditionnels chinois. Enfin, Shang Wenjie, diplômée en français de l’Université Fudan de Shanghai, a chanté l’un de ses grands succès « La Muse de la nuit » avant de laisser place aux discours des officiels chinois et français.

Mme Wang Lujiang, présidente du Conseil d’administration de la BLCU a tout d’abord retracé l’historique de la coopération franco-chinoise. Puis, M. Alain Juppé a évoqué les temps forts de l’Année de la langue française en Chine, parrainée par l’académicien François Cheng et émis le souhait que ces manifestations continuent à développer la présence de la langue française en Chine et à renforcer les échanges entre les deux pays. Enfin, Mme Liu Yandong a rappelé que les échanges culturels et la langue en particulier sont un moyen important de promouvoir les relations diplomatiques franco-chinoises.

Pour clôturer cette cérémonie, M. Alain Juppé et Mme Liu Yandong ont dévoilé la plaque portant le logo de l’Année linguistique croisée France-Chine.

 

Épiceries et Produits du Terroir Français séduisent les Hongkongais

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

L’ouverture récente d’une seconde boutique pour les enseignes indépendantes d’épiciers – traiteurs « Chez Patrick Déli » et « Monsieur Chatté », illustrent l’intérêt croissant des hongkongais pour l’authenticité des produits du terroir hexagonal. Un marché en plein essor, une nouvelle déclinaison de la restauration française dans le « Port Parfumé ».

« En ouvrant notre épicerie il y a trois ans à Sheung Wan, nous voulions montrer aux chinois qu’il existait autre chose que la grande gastronomie française : des plats cuisinés simplement, avec de bons ingrédients mais qui font la réputation des petits restaurants que l’on trouve dans nos campagnes, ces épiceries, ces traiteurs qui n’existaient pas à Hong Kong » déclare Jean Yves Chatté, propriétaire et concepteur de l’épicerie « Monsieur Chatté ». Installé à Hong Kong avec sa famille depuis 1989, le chef d’entreprise français a longtemps été directeur pour l’Asie d’un grand négociant Bordelais avant de se mettre à son compte dans le négoce du vin.

Même avis de la part de Daniel Schneersohn, fondateur avec le chef Patrick Goubier du restaurant gastronomique « Chez Patrick » en 2006 et de sa déclinaison en bistrot contemporain, traiteur-épicerie fine, « Chez Patrick Déli ». « Nous ne voulions pas faire un bistrot à l’ancienne qui nous rappelle nos grands parents mais quelque chose d’aujourd’hui avec de la cuisine traditionnelle : des bons petits plats comme on en trouve dans les bouchons lyonnais, toutes ces spécialités qui nous manquaient » !

Si pour Jean Yves Chatté l’ouverture d’un commerce alimentaire de proximité était un peu un retour aux sources (ses parents charcutiers traiteurs ont régalé pendant plusieurs décennies les habitants du Raincy, de Gagny et de Rosny-sous-Bois), rien ne prédestinait Daniel Schneersohn à se lancer dans la restauration, si ce n’est un certain atavisme pour les bonnes choses : « Je travaillais dans la haute technologie pour des sociétés américaines et j’étais connu par mes collègues Australiens, Californiens comme un épicurien qui ne pensait, la plupart du temps, qu’à ce qu’il allait manger et boire !

C’était clairement une passion qui s’est révélée à Hong Kong en arrivant en 1989. C’est en quittant la France que je me suis découvert Français ! Plus on est loin, plus les bonnes choses manquent ! On redécouvre ses racines ».

La rencontre

En 2004, il fait la connaissance de Patrick Goubier. À l’époque, les grands chefs étoilés ne sont pas encore arrivés jusqu’à Hong Kong et le chef lyonnais officie au piano du restaurant « Chez Moi », l’une des rares adresses gastronomiques de la ville.

« C’est là, à la fin d’un bon déjeuner et après quelques belles bouteilles que nous avons commencé à évoquer l’idée de créer un restaurant dans lequel Patrick pourrait exprimer tout son talent. Il a dit oui après deux ans de réflexion et nous avons ouvert le premier restaurant « Chez Patrick » à Peel Street à Central » se souvient Daniel Schneersohn.

Le tour de table est constitué par un petit groupe cosmopolite d’amis épicuriens qui investissent dans l’affaire « par passion pour ce que l’on voulait faire sans imaginer qu’ils reverraient leur argent et qu’ils en gagneraient ! ». Le succès est immédiat, un second établissement ouvre dans le quartier de Wanchai et les propriétaires réfléchissent sérieusement à y adjoindre une boutique épicerie –traiteur lorsque le doublement du prix du loyer lors du renouvellement du bail les oblige à fermer.

« C’est à ce moment là que nous avons décidé de nous lancer dans le concept Patrick Déli. Une épicerie traiteur avec des produits frais faits maison et un côté restauration plus décontractée ». Le premier Patrick Déli est inauguré en janvier 2011 dans Star Street, la nouvelle rue « branchée » de Wanchai à deux pas du siège régional d’une grande banque française… « Mais quand la banque est fermée on travaille encore mieux en fin de semaine et les jours fériés avec une clientèle locale ! » précise Daniel Schneersohn.

Touche française et de la convivialité

Le concept du « Déli » ne tarde pas à avoir ses adeptes si bien que les promoteurs des centres commerciaux, convaincus de l’attractivité de l’enseigne, approchent le directeur général pour lui proposer des nouveaux emplacements. Le second « Chez Patrick Déli » ouvre ses portes le 9 septembre à Stanley Plaza, le tout nouveau complexe commercial en bord de mer au sud de l’île.

Pour « Monsieur Chatté », c’est un client de l’épicerie, salarié de la division immobilière du M.T.R. , propriétaire du centre commercial Elements à Kowloon, qui lui propose d’y ouvrir une deuxième enseigne (inaugurée le 10 septembre), au pied de l’hôtel le plus haut d’Asie.

Au -delà de la touche française et de la convivialité, chaque enseigne possède son identité propre et sa cuisine centrale. « Monsieur Chatté » emploie une vingtaine de personnes et « Chez Patrick » une cinquantaine. « Nous ne sommes pas là pour nous copier, chacun doit développer ce qui marche bien en répondant aux attentes des clients » souligne Daniel Schneersohn.

« Nos ouvertures respectives montrent qu’il y a de plus en plus de gens qui sont sensibles à la nourriture traditionnelle française et nous avons tout à y gagner » ajoute Jean Yves Chatté.

Une identité propre en termes de décor mais aussi en termes de produits. Les pâtés « Lou Gascoun », confits et cassoulet « La Belle Chaurienne », biscuits « Traou Mad » côtoient jambons, saucissons, boudins et andouillettes « Loste » et une large gamme de vins chez « Monsieur Chatté ».

Au rayon crèmerie, une sélection de fromages affinés par le fromager Meilleur Ouvrier de France Éric Lefèvre et une gamme moins onéreuse de fromages préemballés. Les plats cuisinés tels que les tomates farcies, le lapin au vin rouge, pâtes aux trois fromages sont préparés chaque jour tout comme les cannelés, tartes au citron et financiers. Le foie gras maison, dont le secret familial de l’assaisonnement se transmet de génération en génération depuis 1949, fait de très nombreux adeptes.

Tradition, créativité et excellence

« Chez Patrick Déli », tradition, créativité et excellence font bon ménage dans la cave comme dans les vitrines du rayon frais qui n’ont rien à envier à celles des grands traiteurs parisiens.

Outre les productions « maison » comme les confits de canard, rillettes de saumon, saumon fumé accompagné de son yaourt également fumé, terrine de lapin, foie gras, saucisson brioché, tartes salées et sucrées, îles flottante où terrine d’escargots au gingembre et coriandre (douce création du chef inspirée de son expérience vietnamienne) les produits importés proviennent des meilleurs artisans de l’hexagone.

Pierre Oteiza pour la charcuterie basque et le fameux jambon « Kintoa », Hervé Mons et Les Frères Marchand pour les fromages affinés avec notamment le « Gros Lorrain » et le « Wasabique » créations des célèbres fromagers nancéens.

« Le saucisson sec médaille d’or vient d’un petit charcutier de mon village, Sainte Foy l’Argentière dans les monts du lyonnais, tout comme les jésus, saucisses et saucissons à cuire » explique fièrement Patrick Goubier.

Le chef lyonnais a réussi à importer récemment des conserves d’escargots issus du petit élevage de Marie Christine Grillandini à Saint Pierre de Chandieu. Depuis quelques mois l’exploitante agricole n’en revient pas d’exporter ses petites bêtes à cornes à Hong Kong et l’été dernier Patrick Goubier a même eu les honneurs du Progrès de Lyon lors de la visite de l’élevage.

Bientôt des enseignes en Chine continentale?

« Je suis heureux de pouvoir honorer la tradition lyonnaise dans mes établissements, pour Noël je vais même avoir la « Trique de Guignol », des saucisses de brebis produites par un artisan lyonnais qui inonde le marché et les grands restaurants avec ce produit. Il n’a pas besoin d’exporter car il n’arrive pas à fournir mais il a accepté d’en fabriquer 40 kilos pour Hong Kong » se réjouit le chef à l’idée de faire découvrir ce produit insolite de la « Capitale des Gaules » à sa clientèle hongkongaise.

Dans les prochains mois de nouveaux « Chez Patrick Déli » ouvriront à Hong Kong, les consommateurs pourront également commander en ligne les produits de l’épicerie et faire appel au service traiteur à domicile.
Jean Yves Chatté quand à lui n’exclue pas, si l’expérience de l’épicerie en centre commercial est concluante, de regarder les opportunités en Chine Continentale.
Le dernier week end d’octobre, les deux entrepreneurs épicuriens feront déguster leurs bons produits du terroir aux dizaines de milliers de gourmands Hongkongais qui envahiront les stands de la troisième édition du « Wine & Dine Festival ».

Président de l’Université des langues étrangères de Xi’an: établir un système éducatif pluraliste

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

M. Hu Sishe, député de l’APN en provenance du Shaanxi (nord-ouest) et le président de l’Université des langues étrangères de Xi’an

China.org a récemment interviwé M. Hu Sishe, député de l’APN en provenance du Shaanxi (nord-ouest) et le président de l’Université des langues étrangères de Xi’an, au sujet du développement de l’éducation en Chine.

Un système éducatif pluraliste

Selon M. Hu, un système éducatif idéal doit, d’une part, permettre aux élèves de développer tous leurs talents uniques. D’autre part, ce système doit satisfaire aux exigences du développement économique et social de l’Etat. « J’ai remarqué que l’éducation dans les écoles secondaires anéantit, très souvent, l’imagination et la créativité des élèves. C’est pour cette raison qu’il est urgent de créer plus d’écoles spéciales pour ces élèves aux talents particuliers, tels que la musique, la peinture, l’architecture ou bien le sport ».

Problème d’emploi des étudiants

Depuis l’année dernière, les étudiants sont confrontés au problème du chômage. « Les étudiants en recherche d’emploi sont notre plus grande préoccupation », souligne le président de l’Université des langues étrangères de Xi’an. « Heureusement, nous, les universités de langues étrangères, nous portons mieux que d’autres universités. Cette année, la situation de l’emploi s’est améliorée et il est plus facile pour les étudiants de trouver des emplois correspondant à leurs exigences », poursuit-il.

M. Hu indique que le problème du manque d’emplois constitue en effet un défi non seulement pour les étudiants, mais également pour les universités. Selon lui, ces dernières doivent s’engager à transformer leur mode de développement, en modifiant l’arrangement des cours et en fournissant aux étudiants des guides de planification de carrière, etc.

 

Des étudiants nés dans les années 80 et 90

« Il est normal que la jeune génération, ces étudiants nés dans les années 80 ou 90, soient parfois incompris des plus âgés. Au lieu de les critiquer, nous devons leur offrir un environnemnt plus libre », affirme M. Hu.

Six suggestions du président de l’Université des langues étrangères de Xi’an

Cette année, M. Hu a formulé six suggestions au sujet du développement économique et éducatif dans l’ouest de la Chine :

– Inclure les trois villes de l’Ouest, à savoir, Xi’an, Chongqing et Chengdu, dans le onzième plan quinquennal de l’Etat afin d’assurer un développement différencié en mettant en valeur les atouts des trois villes.

– Accorder un soutien aux universités de l’Ouest, en termes de politiques, de projets ainsi que de capitaux.

– Les finances centrales et locales doivent prendre en charge une partie des dettes des universités.

– Développer des programmes de formation pour les enseignants de langues étrangères des écoles de l’Ouest.

– Corriger toutes les informations mal traduites dans les lieux publics.

– Etablir une banque de données multilingue des œuvres littéraires.

 

Premières rencontres littéraires franco-chinoises de Xian

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

Le 27 octobre 2011 à l’Université XISU, l’Alliance Française de Xian organise une rencontre littéraire franco-chinoise avec les écrivains Philippe Claudel (Le rapport de Brodeck) et Shan Sa (La joueuse de Go), tous deux lauréats de nombreux prix littéraires.
Philippe Claudel est un célèbre écrivain et réalisateur français. Il a réalisé en 2008 le film “Il y a longtemps que je t’aime » qui a remporté en 2009 le BAFTA du meilleur film étranger. En 2011, il réalise « Tous les soleils », qui obtient un gros succès public et critique. Après ses études à Nancy, il décide d’y rester et enseigne pendant 11 ans dans des prisons, ce qui lui inspire des nouvelles et des scénarios. Il raconte que son expérience lui a appris à porter des jugements simples sur les gens, sur la culpabilité, sur les besoins de juger autrui. « C’est clair pour moi que je n’aurais jamais pu écrire des textes comme « Le rapport de Brodeck », « Les âmes grises », ou tourner des films comme « Il y a longtemps que je t’aime » si je n’avais pas connu l’univers carcéral. Son plus grand succès est “les âmes grises », prix Renaudot en France, et également primé dans plusieurs autres festivals internationaux. Il remporte en 2003 le Prix Goncourt de la nouvelle pour « Les petites mécaniques » et son ouvrage « Le rapport de Brodeck », une histoire hallucinante prochainement publiée en Chine, est également lauréat de plusieurs prix célèbres. Shan Sa est née à Pékin, en Chine, dans une famille d’enseignants. Nommée Yan Ni, elle décide d’adopter le pseudonyme de Shan Sa en hommage à un texte du poète Bai Juyi, de la dynastie Tang. A 8 ans, elle publie son premier recueil de poèmes, qui obtient le premier prix d’un concours national de poésie pour enfants de moins de 12 ans. Après avoir terminé ses études secondaires à Pékin, elle s’installe à Paris en août 1990 grâce à une bourse du gouvernement français. Installée avec son père, un professeur de l’Université de la Sorbonne, elle apprend rapidement la langue française. En 1994 elle termine ses études de philosophie et de 1994 à1996 elle travaille comme secrétaire du peintre Balthus. Elle publie ensuite ses deux premières nouvelles et un recueil de poésie, très remarqués de la critique, et se voit décerner le prix Goncourt de la première nouvelle pour « La porte de la paix céleste ». En 2001 elle remporte son plus grand succès avec « la joueuse de Go », qui plaît énormément au public et reçoit de nombreux prix littéraires, notamment le prix Goncourt 2001 des lycéens, et sera publié en 32 langues.

Visite d’Alain Juppé en Chine

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

Le ministre d’État, ministre des affaires étrangères et européennes, est venu en visite officielle en Chine les 13 et 14 septembre, à l’invitation de son homologue chinois.
A Pékin, il s’est entretenu avec M. WEN Jiabao, Premier ministre, M. DAI Bingguo, Conseiller d’État, et M. YANG Jiechi, ministre des Affaires étrangères. Il a prononcé un discours à l’université de Tsinghua et s’est enfin adressé aux représentants de la communauté française de Pékin.
Il a inauguré l’année de la langue française en Chine, dans le cadre des années linguistiques croisées décidées par le Président de la République et son homologue chinois en novembre 2010.
Le ministre d’État s’est ensuite rendu dans la province du Guangdong, afin d’inaugurer l’Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire à Zhuhai, établissement de formation entrant dans le cadre de la coopération bilatérale dans le domaine du nucléaire civil.
Il s’est également adressé aux représentants de la communauté française de Canton. Enfin, il s’est entretenu avec M. WANG Yang, principal dirigeant de la province du Guangdong.
Cette visite a permis la poursuite de l’approfondissement du partenariat global stratégique franco-chinois dans toutes ses composantes. La coordination sur les grands dossiers internationaux et la coopération sur les enjeux globaux, au premier rang desquels les sujets du G20, ont été au cœur des entretiens du ministre d’État.

L’Année de la langue française en Chine Pendant un an, le français à l’honneur dans toute la Chine !

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

En novembre 2010, le Président de la République française, M. Nicolas Sarkozy, et le Président de la République populaire de Chine, M. Hu Jintao, sont convenus de la mise en œuvre d’une année linguistique croisée entre la France et la Chine. De nombreux événements, se dérouleront de septembre 2011 à juin 2012, tant en France qu’en Chine.
Placée sous le parrainage de M. François Cheng, Membre de l’Académie française, l’Année de la langue française en Chine a été inaugurée à Pékin le 13 septembre 2011 par M. Alain Juppé, Ministre d’Etat, Ministre français des Affaires étrangères et européennes.

 Pendant presque un an, 200 événements culturels et éducatifs seront à l’affiche dans toute la Chine : conférences et colloques, projections, concours, expositions, ateliers, spectacles, rencontres, etc.

L’Année de la langue française en Chine est marquée par plusieurs temps forts, autant d’occasions pour le public chinois de découvrir la richesse et la diversité la langue française. Parmi eux :

•Le Festival Off d’Avignon invité au Beijing Fringe Festival, du 5 au 25 septembre 2011 : Des compagnies de théâtre françaises qui se sont produites dans le cadre du festival Off d’Avignon seront invitées par le Beijing Fringe Festival dans le cadre d’un partenariat pluriannuel entre les deux festivals.
•La Semaine franco-chinoise de la forêt, du 18 au 25 septembre 2011 : Afin de sensibiliser les citoyens chinois sur la nécessité de préserver la forêt et de favoriser les échanges d’expérience, plusieurs événements seront organisés à l’Institut français de Chine à Pékin et dans plusieurs villes de Chine (Changsha, Canton, Chengdu, Shanghai) : conférences scientifiques et littéraires, projection de films, exposition de photographies et d’œuvres d’art.
•L’exposition sur l’Ecrit, l’Homme et le Droit, du 18 au 31 octobre 2011 : Cette exposition, présentée d’abord à Paris, sera à Shanghai pour célébrer le 10ème anniversaire de la création du Centre franco-chinois de formation et d’échanges notariaux et juridiques. Elle illustre la relation entre l’écrit et le droit avec sa fonction civilisatrice et pacifique ainsi que les similitudes des perceptions françaises et chinoises.
•La Comédie française présente en Chine Le Malade imaginaire de Molière, du 27 au 29 octobre 2011 : La Comédie française est la plus ancienne compagnie de théâtre du monde, mais également parmi l’une des plus prestigieuses. Elle joue Le Malade imaginaire, au Centre national des arts du spectacle à Pékin.
•Le séminaire pédagogique de Wuhan et le colloque scientifique de Kunming, novembre 2011 : L’Ambassade de France en Chine et l’association chinoise des professeurs de français organisent un séminaire pédagogique et un colloque scientifique réunissant chacun plus de 150 enseignants de français, autour des problématiques de l’enseignement de la langue française en Chine.
•Le 20ème anniversaire du programme Fu Lei et la remise du Prix Fu Lei 2011, 3 décembre 2011 : Décerné pour la première fois en 2009, le Prix Fu Lei récompense le meilleur ouvrage traduit du français et publié en Chine. A cette occasion sera célébré le 20ème anniversaire du programme d’aide à la publication Fu Lei.
L’Année de la langue chinoise en France a été inaugurée le 4 juillet à Paris par M. He Guoqiang, membre du Comité permanent du Bureau politique du Parti communiste chinois, et M. Valéry Giscard d’Estaing, ancien Président de la République française. L’objectif de l’année linguistique France-Chine est de célébrer les langues française et chinoise dans nos pays respectifs par l’organisation d’événements culturels et éducatifs. Elle vise à développer les échanges entre la France et la Chine, impliquant en particulier les jeunes de nos deux pays.

La France se réjouit de la coopération avec la Chine dans la reconstruction de la Libye

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

« L’intervention militaire en Libye est quasiment terminée. Il faut tourner la page vers la reconstruction. Nous sommes heureux de nous retrouver dans cette phase de reconstruction côte à côte avec la Chine », a déclaré hier à Beijing M. Alain Juppé, ministre d’État, ministre français des Affaires étrangères et européennes, lors d’une conférence de presse tenue dans le cadre de sa visite en Chine du 13 au 14 septembre.

M. Juppé a souligné que l’intervention en Libye n’était pas l’action de la France, mais celle des Nations unies dans le cadre des résolutions 1970 et 1973 qui ont fixé très précisément la légalité de l’intervention internationale.

La Chine a reconnu lundi le Conseil national de transition (CNT) libyen comme l’autorité au pouvoir et le représentant du peuple libyen. M. Juppé s’en est réjoui en indiquant que « la France est le premier pays qui a reconnu le CNT il y a plusieurs mois. Nous souhaitons travailler avec l’ensemble des partenaires dans le cadre des Nations unies pour aider la Libye à se reconstruire ».

D’après lui, la Libye est un pays riche, avec de grandes ressources naturelles. Il faut mettre en oeuvre ces ressources pour consolider l’État de droit et restaurer l’économie.

« La Chine a participé il y a quelques jours à Paris à la conférence “des amis de la Libye” convoquée par la France et elle participera le 20 septembre prochain à New York à la deuxième réunion sous l’égide du secrétaire général des Nations Unies », a fait savoir M. Juppé, en déclarant qu’il était tombé d’accord mardi matin avec M. Yang Jiechi, ministre chinois des Affaires étrangères, pour une possible coopération sino-française dans la reconstruction sous l’égide des Nations Unies.

Alain Juppé a commencé sa visite par l’inauguration de l’Année de la langue française en Chine à l’université des Langues et Cultures de Beijing, dans le cadre des années linguistiques croisées décidées par le président chinois Hu Jintao et son homologue français Nicolas Sarkozy lors de leur rencontre en novembre 2010. M. Juppé s’est entretenu avec le Premier ministre chinois Wen Jiabao, le Conseiller d’État chinois Dai Bingguo, et le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi.

Il se rendra mercredi dans la province du Guangdong afin d’inaugurer l’Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire, établissement de formation entrant dans le cadre de la coopération bilatérale dans le domaine du nucléaire civil. A Guangzhou, il s’entretiendra avec le secrétaire du Parti de la province, M. Wang Yang.

A la recherche d’un nouveau chapitre dans les relations sino-libyennes (COMMENTAIRE)

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

La reconnaissance officielle du Conseil national de transition (CNT) libyen par la Chine comme autorité dirigeante et représentant du peuple libyen est une décision mature prise au bon moment par la partie chinoise.

La Chine et la Libye travaillent ensemble en faveur d’une transition douce et du développement des relations bilatérales.

A présent, la situation en Libye n’est pas stabilisée, et on ne sait toujours pas où se cache Mouammar Kadhafi. Mais ce qui est clair c’est que le CNT contrôle la majeure partie de la Libye et a commencé à prendre le pouvoir et à assumer les responsabilités administratives.

La décision de la Chine se base sur sa politique étrangère indépendante de paix et le principe de respect du choix des Libyens.

La politique chinoise sur la Libye ne cherche pas à satisfaire ses propres intérêts mais est entièrement consacrée aux intérêts des relations bilatérales ainsi qu’à la paix, la stabilité et au développement de la région dans son ensemble.

Depuis que les troubles ont éclaté en Libye, la Chine a tenté d’apaiser les conflits, a maintenu la communication et les contacts avec la communauté internationale et a appelé à une solution pacifique.

Les relations d’amitié et de coopération entre la Chine et la Libye doivent se développer sur la base de l’amitié entre les deux peuples et les intérêts communs des deux pays.

Quels que soient les changements au niveau des autorités libyennes au pouvoir, des efforts doivent être déployés pour faire en sorte que le vide ne s’installe pas dans les relations bilatérales et que la coopération amicale et les échanges continuent sans interruption.

La Chine soutient la reconstruction politique et économique de la Libye et est prête à jouer son rôle dans le processus de reconstruction.

De son côté, le leadership du CNT s’est dit “ravi” de la décision de la Chine de reconnaître son statut.

En réponse, le CNT a publié un communiqué en trois points: respecter strictement tous les traités et accords existants entre les deux pays; adhérer fermement à la politique d’une seule Chine; accueillir la participation de la Chine dans la reconstruction du pays et promouvoir de concert le développement stable et durable des relations bilatérales.

 

Wen Jiabao rencontre Alain Juppé

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a rencontré,mardi à Beijing, Alain Juppé, ministre d’Etat et ministre français des Affaires étrangères et européennes, et s’est engagé à porter les relations stratégiques sino-françaises à un niveau supérieur.

Face à la nature complexe de la politique, de l’économie et de la sécurité mondiale, la communauté internationale doit s’en tenir à une politique d’unité et de coopération, a indiqué Wen Jiabao lors de la rencontre.

“La Chine est prête à coopérer étroitement avec la France pour améliorer la coordination sur les relations bilatérales et les relations sino-européennes et pour encourager le développement du partenariat stratégique Chine-France”, a fait remarquer le Premier ministre chinois.

M. Juppé a indiqué à Wen Jiabao que le gouvernement français attachait une grande importance au partenariat avec la Chine. Il a remercié la Chine pour son soutien et sa confiance dans l’économie de la zone euro et s’est engagé à oeuvrer avec la Chine pour faciliter le développement durable des relations France-Chine et Europe-Chine.

La France souhaite renforcer sa coordination et sa coopération avec la Chine afin de garantir le succès du prochain sommet du G20 qui aura lieu à Cannes en France en novembre, a ajouté le ministre français.

M. Juppé effectue une visite de trois jours en Chine à l’invitation de son homologue chinois Yang Jiechi. Il devrait se rendre en visite dans la province méridionale du Guangdong après son séjour à Beijing.

« Précédent Suivant »