Hu Jintao affirme la volonté chinoise de travailler avec la France en vue d’un sommet du G20 positif

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a annoncé mercredi que la Chine travaillerait avec la France dans la promotion d’un sommet du G20 positif et pragmatique, afin d’aider l’économie mondiale à retrouver au plus tôt le chemin d’une croissance forte.

M. Hu a fait cette remarque dans une interview écrite accordée au quotidien français Le Figaro, avant sa participation au sommet du G20, prévu du 3 au 4 novembre à Cannes en France.

Il a indiqué que la Chine accordait une importance particulière à sa coordination et sa coopération avec la France dans le cadre du G20, et qu’elle soutiendrait la France pour un sommet réussi.

“[Je discuterai] avec les dirigeants des autres membres du G20 des moyens de promouvoir une croissance forte, durable et équilibrée de l’économie mondiale. J’aurai également le plaisir de rencontrer de nouveau le président Nicolas Sarkozy”, a indiqué M. Hu.

Il a rappelé le succès de sa visite d’Etat en France en novembre dernier, ainsi que des deux autres rencontres avec M. Sarkozy à Beijing en mars et en août de cette année.

La Chine et la France ont connu un développement stable de leurs relations bilatérales ces dernières années, et les deux parties ont joui de visites de haut niveau fréquentes, d’une coopération commerciale rapide et d’échanges humains et culturels importants. Nous maintenons également une communication et une coordination étroites sur les dossiers régionaux et internationaux de premier plan, a souligné M. Hu.

Il a appelé les deux pays, confrontés à une situation internationale complexe et évoluant très rapidement, à renforcer la coordination et la coopération et à relever les défis planétaires, afin de contribuer positivement à la paix, à la stabilité et à la prospérité dans le monde.

 

Entretien entre les présidents chinois et français à la veille du G20

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao s’est entretenu mercredi à Cannes avec son homologue français, Nicolas Sarkozy et les deux parties ont abordé le sujet des relations bilatérales, ainsi que plusieurs autres préoccupations communes, dont le sommet du G20, qui doit avoir lieu jeudi et vendredi à Cannes (sud de la France).

M. Hu a souligné que le redressement de l’économie mondiale faisait face à plusieurs facteurs d’incertitude et d’instabilité, et que la communauté internationale fondait en conséquence des attentes élevées sur ce sommet.

“La partie chinoise soutient activement la France dans l’organisation de ce sommet”, a-t-il dit, en soulignant que le G20 se devait d’envoyer à la communauté internationale un signal fort de ses efforts de garantir la croissance et la stabilité, dans l’esprit de coopération qui a toujours été le sien.

Le président chinois a exprimé son espoir que toutes les parties concernées puissent unir leurs efforts pour faire de ce sommet un moment de solidarité et d’entraide, profitable à tous.

Le président français a salué les efforts fournis par la Chine dans la préparation de ce sommet, ajoutant que la partie française était prête à renforcer sa coopération avec la partie chinoise ainsi qu’à travailler de concert avec toutes les autres parties afin que ce sommet aboutisse à des résultats positifs.

M. Hu a déclaré que l’Europe était la plus grande économie du monde, et qu’il n’y aurait en conséquence pas de redressement économique mondial sans un redressement de l’économie européenne. Le dernier plan de sauvetage ratifié par l’Union européenne a clairement démontré sa détermination à résoudre le problème de la dette en Europe, a-t-il estimé, exprimant le souhait que ce plan permette à l’Europe de surmonter ses difficultés, de redresser son économie et de renouer avec la croissance.

“La résolution du problème de la dette européenne dépend en grande partie de l’Europe elle-même”, a souligné le président chinois.

“Nous sommes persuadés que l’Europe possède la sagesses et les capacités requises pour résoudre ce problème”, a-t-il ajouté.

Le président français a déclaré que l’Europe faisait tout son possible pour résoudre la crise de la dette, à la fois par ses propres moyens et par le biais d’une coopération plus étroite avec la communauté internationale. M. Hu a indiqué que la Chine souhaitait avant tout voir l’Europe prospérer.

Rappelant qu’il s’agissait de sa troisième rencontre avec M. Sarkozy cette année, M. Hu a indiqué que les deux parties avaient dialogué de manière franche et approfondie sur des thèmes tels que les relations bilatérales, la situation économique mondiale, les dossiers du G20 et les principaux problèmes internationaux, et que de nombreux points de consensus avaient été atteints.

Le développement des relations sino-françaises a ces derniers temps fait preuve d’un dynamisme constant. Le président Hu Jintao a effectué une visite d’Etat en France en novembre 2010, et a rencontré deux fois M. Sarkozy cette année, en mars et en août, à l’occasion des visites de ce dernier en Chine.

La Chine attache une grande importance au développement de ses relations avec la France et l’Union Européenne, a indiqué M. Hu. Il a également remercié M. Sarkozy pour sa préparation méticuleuse du G20, et pour l’hospitalité de la France envers les chefs d’Etat du monde.

La France tient en haute estime le rôle joué par la Chine sur la scène mondiale ainsi que l’attention qu’elle porte aux problèmes internationaux, a déclaré M. Sarkozy, ajoutant que la France était désireuse de maintenir avec la Chine des communications et des consultations constantes.

 

Le président chinois demande au G20 d’assurer la croissance économique

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Le G20 doit faire du maintien de la croissance économique l’une de ses priorités, a indiqué mercredi le président chinois Hu Jintao, avant sa participation au sommet du G20 qui se déroulera à Cannes les 3 et 4 novembre.

Cette remarque de Hu Jintao est extraite d’une interview écrite accordée au journal français Le Figaro.

Le président chinois explique que la communauté internationale doit voir objectivement les rapports entre la croissance forte, la croissance durable et la croissance équilibrée.

“La croissance durable est un objectif à long terme, la réalisation d’une croissance équilibrée par la restructuration est une exigence objective, tandis que la croissance forte représente une tâche prioritaire pour l’économie mondiale à l’heure actuelle, de même qu’un préalable pour réaliser une croissance équilibrée et durable”, a-t-il indiqué.

Il exhorte la communauté internationale à correctement reconnaître les causes des déséquilibres dans l’économie mondiale.

Hu Jintao explique que la racine des déséquilibres est d’ordre structurel, notamment le déséquilibre de la structure de l’économie mondiale, celui de la division internationale du travail et celui du système monétaire international.

“La solution du problème réside dans la restructuration économique qui devra être entreprise par tous les pays”, explique-t-il, ajoutant qu’il s’agit d’un processus long qu’on ne pourra mener à bien du jour au lendemain.

A l’occasion des précédents sommets du G20, les dirigeants de la Chine et d’autres pays ont observé que le plus grand déséquilibre de l’économie mondiale se situait entre le développement du Nord et celui du Sud, précise Hu Jintao.

“Ce n’est qu’en aidant les pays en développement à accélérer leur développement et à réaliser la croissance et la prospérité qu’on pourra asseoir la reprise sur une base solide, élargir la demande globale mondiale et assurer une croissance durable dans le monde.”

Ceci explique le ferme soutien de la Chine à ce que le G20 se concentre sur la question du développement mondial, a-t-il ajouté.

Hu explique que depuis la crise financière internationale, la Chine a adopté des mesures positives pour stimuler sa demande intérieure et a maintenu une croissance annuelle moyenne de son PIB supérieure à 9%.

 

Ouverture du quatrième Festival de Films Européens en Chine

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Du 1er au 30 novembre, des projections auront lieu à Chengdu, Shenzhen et Pékin dans le cadre de ce festival organisé par la délégation de l’UE. Le but : ouvrir les portes de la Chine aux productions européennes, trop méconnues.

 
Pendant un mois, des théâtres et des centres culturels de Pékin, Chengdu et Shenzhen diffuseront différents films européens reconnus dans leurs pays, comme « Des hommes et des dieux » de Xavier Beauvois. Chaque film sera diffusé en VO accompagné de sous-titres chinois et anglais.

Pour Markus Ederer, ambassadeur de l’Union européenne en Chine, « Le festival est l’occasion de promouvoir la culture européenne dans sa diversité, et de renforcer les échanges culturels entre l’Europe et la Chine. »

Les films étrangers limités par des quotas

Diffuser un film européen en Chine est loin d’être simple. Les productions étrangères sont soumises à un quota. Aujourd’hui, seuls 20 films non-chinois peuvent être vus dans les cinémas du pays, et ce en dépit de l’ultimatum posé début 2011 par l’OMC pour la suppression de cette limitation.

Pourquoi ce quota ? Il s’agit d’une part de protéger l’audience du cinéma chinois menacée par les productions à succès d’Hollywood. Et de fait, en 2009, Avatar a complètement éclipsé la biographie de Confucius pourtant prévue comme un succès. Mais pour Zhao Huili, producteur interrogé par le Guardian, il s’agit également de préserver l’intérêt pour des histoires locales.

Pour le cinéma européen, cette limitation est lourde de conséquence. En effet, les productions diffusées dans le cadre de ce quota sont surtout hollywoodiennes.

Promouvoir le cinéma européen

Le festival de Films Européens en Chine est donc, pour Markus Ederer, l’occasion de promouvoir auprès des Chinois un cinéma européen mal connu, et peut-être d’ouvrir la porte à une diffusion plus importante de productions européennes.

Une vingtaine de courts et longs métrages pourront être vus dans les théâtres pékinois du 1er au 14 novembre. Le festival se déplacera ensuite à Chengdu du 16 au 22 novembre et à Shenzhen du 24 au 30. Les films seront également diffusés dans plusieurs centres culturels de Pékin du 15 au 30 novembre.

 

Hu Jintao parle des prix des marchandises, de l’énergie et de la sécurité alimentaire dans son discours au G20

Ajouté au 06/11/2011 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a prononcé un discours vendredi au sommet du G20 sur les problèmes importants comme la fluctuation des prix des marchandises de base, l’énergie, la sécurité alimentaire et l’emploi. Concernant la fluctuation des prix des marchandises de base, M. Hu a déclaré que le G20 doit se concentrer sur les trois aspects suivants:

Premièrement, chercher un équilibre entre la stabilisation des prix des marchandises de base et la promotion de la croissance économique mondiale.

Le G20 doit adopter des mesures pour accroître la capacité de production, stabiliser l’offre et la demande, renforcer la supervision, augmenter la transparence des transactions du marché et enrayer la spéculation afin de maintenir la stabilité des prix des marchandises de base à un niveau raisonnable.

Deuxièmement, atteindre un équilibre équitable entre la stabilité des prix des marchandises de base et assurer la sécurité alimentaire et énergétique mondiale.

Le G20 doit prendre des mesures concertées dans les domaines tels que l’économie réelle, le commerce et la finance, et établir un système de promotion avancé pour la recherche et le développement des technologies en matière d’énergie et d’agriculture, a-t-il souligné.

M. Hu a poursuivi en indiquant que le G20 doit également bâtir un système commercial international non discriminatoire afin de promouvoir un développement solide, stable et méthodique du marché international des marchandises de base.

Troisièmement, atteindre un équilibre entre la stabilisation des prix des marchandises de base et la promotion du développement et de la coopération au niveau international. Les nations du G20 doivent valoriser les transferts de technologie et le soutien financier pour les économies en développement, et les aider à assurer la sécurité en matière d’énergie et de sécurité alimentaire.

Concernant le secteur de l’énergie, en accordant la priorité à l’économie, en dépendant des ressources domestiques, en encourageant les différents modèles de développement et en protégeant l’environnement, la Chine oeuvre pour construire un système de fourniture d’énergie stable, économique, propre et sûr.

Le leader chinois a également déclaré que son pays s’efforce d’appliquer la politique d’autonomie alimentaire en augmentant les investissements dans l’agriculture, en améliorant les installations d’irrigation agricole et en valorisant le développement dans les sciences et technologies agricoles afin d’élever la productivité alimentaire et agricole dans son ensemble.

Concernant l’emploi, Hu Jintao a déclaré que les membres du G20 doivent donner la priorité à la stabilisation et à l’augmentation de l’emploi, notamment de l’emploi des jeunes et des personnes vulnérables dans le développement socioéconomique, ajoutant qu’ils doivent promouvoir l’emploi via la croissance et maintenir la croissance via l’emploi.

La Chine a toujours considéré le plein emploi comme mission majeure pour assurer et améliorer les conditions de vie de la population, et il s’agit également d’une mesure importante pour accroître la demande domestique, a expliqué M. Hu.

Il a ajouté que l’application des stratégies sur l’emploi et des politiques actives en la matière ont maintenu un secteur de l’emploi généralement stable, qui contribue également considérablement à la reprise de l’économie mondiale et à la réduction du chômage.

Lors du sommet du G20, le président chinois a discuté des relations bilatérales et de la coopération dans le cadre du G20 avec un certain nombre de dirigeants étrangers et chefs d’organisations internationales comme le Premier ministre britannique, David Cameron, la chancelière allemande, Angela Merkel, le Premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, ainsi que Pascal Lamy, directeur général de l’OMC.

Hu Jintao rentre en Chine après le sommet du G20

Ajouté au 06/11/2011 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a quitté Cannes, France, vendredi pour rentrer en Chine après sa participation au sommet du G20, au cours duquel les leaders du G20 ont discuté des mesures pouvant mettre un terme à la récession de l’économie mondiale et promouvoir la stabilité financière mondiale.

Au sommet de deux jours, les leaders ont discuté de la crise de la dette de la zone euro, de la réforme du système monétaire international, du renforcement des régulations financières et des questions liées au développement et au commerce.

Le sommet du G20 a lieu en pleine période de tensions et de risques baissiers pour l’économie mondiale.

Actuellement, les marchés financiers internationaux souffrent de fluctuations drastiques, et la reprise de l’économie mondiale est en danger dans le contexte d’instabilité et d’incertitude croissante. Dans la zone euro, les risques de la dette souveraine augmente dans certains pays.

Avec un chômage toujours élevé dans la plupart des pays développés, les économies émergentes connaissent des pressions inflationnistes. La croissance économique mondiale montre des signes de ralentissement.

Le président Hu s’est exprimé lors du sommet, présentant des propositions chinoises sur le sujet.

Le G20 doit continuer de montrer l’esprit d’union dans les périodes d’adversité et poursuivre la coopération gagnant-gagnant, a indiqué M. Hu.

“A ce moment critique, le G20 doit travailler pour résoudre les problèmes clé, booster la confiance du marché, réduire les risques et répondre aux défis, et promouvoir la croissance économique mondiale et la stabilité financière”, a déclaré le leader chinois.

M. Hu a formulé un certain nombre de propositions, et notamment: assurer la croissance tout en faisant attention à l’équilibre, poursuivre des résultats gagnant-gagnant via la coopération, améliorer la gouvernance dans la course aux réformes, s’efforcer à progresser en innovant, et améliorer la prospérité commune via le développement.

Le G20 a été créé en 1999 en réponse aux crises financières affectant les pays émergents à la fin des années 1990.

Face à la crise financière mondiale, les chefs d’Etat et de gouvernement des membres du G20 se sont réunis pour la première fois à Washington en novembre 2008 pour établir un plan d’action afin d’empêcher le système financier et l’économie mondiale de s’effondrer.

Depuis, les leaders du G20 se sont rencontrés régulièrement: à Londres en avril 2009; à Pittsburgh en septembre 2009; à Toronto en juin 2010; et à Séoul en novembre 2010.

Ces trois dernières années, les membres du G20 ont pris des mesures drastiques pour soutenir l’économie mondiale, et ont commencé à résoudre les problèmes de déséquilibres macro- économiques mondiaux et les insuffisances de la régulation financière.

Le G20, qui représente 85 % de la production mondiale et deux tiers de la population mondiale, est devenu le premier forum pour la coopération économique et financière.

Les membres du G20 sont: Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Russie, Arabie Saoudite, Afrique du Sud, Corée du Sud, Turquie, Royaume-Uni, Etats-Unis et l’Union européenne.

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhai Jun insiste sur la coopération Chine-Afrique

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhai Jun a souligné mercredi le renforcement de la coopération avec les pays membres du Forum de coopération Chine-Afrique (FCCA).

Zhai Jun, également co-président du Comité de suivi chinois du FCCA, a indiqué que le forum était étroitement lié au bien-être des deux milliards de personnes en Chine et dans 50 pays africains, lors de la 8e réunion des hauts fonctionnaires du FCCA.

Il a noté que le forum avait obtenu de grands résultats, en particulier dans l’application du travail de suivi après la 4e conférence ministérielle du FCCA tenue en Egypte en 2009.

“Le forum a attiré davantage d’attention et d’investissements vers l’Afrique, et est devenu un point de repère remarquable dans la coopération internationale avec l’Afrique.

La ministre assistante égyptienne aux Affaires étrangères, Mme Mona Omar Attia, a affirmé que la Chine et l’Afrique avaient déployé de grands efforts pour surmonter l’impact de la crise financière mondiale.

La Chine et l’Afrique doivent être plus unies pour faire face aux défis, ce qui sera favorable à la sauvegarde des intérêts communs des pays en voie de développement, a-t-elle ajouté.

Plus de 240 personnes, dont de hauts fonctionnaires de la Chine et des 50 pays membres du FCCA, des représentants de la Commission de l’Union africaine et de certaines organisations régionales africaines, ainsi que des envoyés diplomatiques africains en Chine, ont participé à la réunion à Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang (est).

Le FCCA a été conjointement proposé et établi par la Chine et plus de 40 pays africains en 2000.

Le président chinois se rendra en visite d’Etat en Autriche et participera au sommet du G20 à Cannes

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Du 30 octobre au 4 novembre, le président chinois Hu Jintao effectuera une visite d’Etat en Autriche et participera au sommet du G20 prévu à Cannes en France, a annoncé vendredi Mme Jiang Yu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

M. Hu a été invité par le président fédéral d’Autriche Heinz Fischer et le président français Nicolas Sarkozy. La France assure actuellement la présidence tournante du G20, a indiqué Mme Jiang.

Le sommet du G20, qui réunit les principales économies de la planète, est devenu une plate-forme multilatérale pour promouvoir la coopération mondiale en matière d’économie.

Le forum de Cannes a pour but de restaurer la confiance des marchés en cette période critique pour la reprise de l’économie mondiale et sur fond de crise de la dette en Europe.

Le G20 regroupe les principales économies développées, dont le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni, les Etat-Unis, et d’autres pays comme l’Argentine, l’Australie, le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, la Russie, l’Arabie Saoudite, l’Afrique du Sud, la République de Corée et la Turquie, ainsi que l’Union européenne.

EPR de Taishan : pose du dôme

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

La pose d’un dôme de 240 tonnes à 44 mètres de hauteur sur le bâtiment réacteur de la tranche 1 de l’EPR de Taishan dans le Guangdong a été réalisée hier avec succès.
Cette opération, coordonnée par le maître d’ouvrage Taishan Nuclear Power Joint Venture Company (TNPJVC) – Joint Venture détenue à 70% par CGNPC et à 30% par EDF – intervient un peu plus de 2 ans après le coulage du béton du radier du bâtiment réacteur.

 
Cette réussite constitue une étape majeure pour la construction du réacteur EPR fourni par AREVA en Chine. Elle est l’aboutissement d’un travail de grande ampleur, qui a duré plus de deux ans et a mobilisé plus de 2 000 personnes pour la réalisation du génie civil du bâtiment réacteur.

 

Lancement de « Bordeaux Connexion » à Hong Kong

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Après Shanghai et Pékin, Bordeaux Gironde Investissement a officiellement lancé le 26 octobre l’antenne hongkongaise de « Bordeaux Connexion ». Objectif : créer un réseau d’ambassadeurs de l’Aquitaine à l’international en s’appuyant sur les Bordelais expatriés.

« On vous a réuni dans un restaurant provençal mais ne nous en tenez pas rigueur le menu est Bordelais ! » annonce en accueillant ses invités Marc Etcheverry.

Profitant de la troisième édition du Wine & Dine Festival (reproduction hongkongaise de la Fête du Vin de Bordeaux) qui ouvre ses portes au public vendredi 28 octobre, le jeune chargé de mission de Bordeaux Gironde Investissement avait choisi le restaurant « Chez Didier » pour réunir les futurs ambassadeurs de la capitale girondine.

« Le but de notre agence, organisme para public financé par la Région Aquitaine, le Conseil Général, la Mairie de Bordeaux, la Communauté Urbaine et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux est de promouvoir Bordeaux à l’international et d’essayer d’y attirer des investisseurs étrangers.

Diaspora bordelaise

Comme les Bretons, les Chtis, les Corses ou les Basques, les Bordelais qui se sont installés à l’étranger gardent un attachement très fort à leur région, c’est pour cela que nous avons reçu il y a deux ans, la mission de créer un réseau d’ambassadeurs. Ces ambassadeurs vont avoir, à un moment donné, le réflexe de promouvoir Bordeaux auprès d’interlocuteurs désirant s’implanter en Europe et pourrons nous le faire savoir » explique-t-il.

Depuis sa création en 2009, Bordeaux Connexion compte cinq cent ambassadeurs à travers le monde, notamment à Québec, à Londres et en Californie. En Chine, les diplomates girondins sont déjà cinquante répartis entre Shanghai et Pékin. La plate- forme internet www.bordeaux-connexion.com, mise en place leur permet de communiquer et d’échanger les informations.

La première réunion de la « diaspora » girondine hongkongaise comptait près d’une vingtaine d’invités aux côtés de vignerons, du représentant de La Charcuterie Bordelaise, du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux et de son Directeur Général, bien décidés à relever le défi. Parmi eux, des figures « historiques » de la communauté française comme Jacques Boissier, Président de Classic Fine Foods ou Jean Yves Chatté, créateur de l’épicerie « Monsieur Chatté ».

Un club ouvert

Des jeunes bordelais installés plus récemment à Hong Kong comme Pierre Stanghellini, directeur marketing du groupe de restaurants Aqua, Gaspard de Roquefeuil, directeur des ventes de Asia Jet, Jordi Bonabosch du cabinet Deloitte, Catherine Pechaudra – Hourdou dont la société Keyfair Investment vend notamment des vignobles à des investisseurs hongkongais avaient également répondu à l’appel.

« Il n’y a pas de critères trop strictes pour rejoindre Bordeaux Connexion, il suffit d’être natif de la région ou d’y avoir fait ses études, être supporters des Girondins de Bordeaux ou encore aimer le vin de Bordeaux… Ensuite c’est très simple,il faut nous contacter directement par l’intermédiaire de notre plate forme » ajoute en souriant Marc Etcheverry.

Dans cet esprit, les « voisins basques » arrivés la veille pour Wine & Dine Festival sous la houlette du charcutier Pierre Oteiza s’étaient naturellement joints au déjeuner et c’est au son chaleureux de l’accordéon et des chansons du célèbre « Étienne » que les diplomates se sont quittés en prenant date pour une prochaine réunion.

 

« Précédent Suivant »