Nouvel an chinois : le ministre français de l’ Intérieur rend hommage à la communauté chinoise

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

A l’occasion du défilé du Nouvel an chinois qui s’ est déroulé dimanche à Paris, le ministre français de l’ Intérieur, Claude Guéant, a salué l’ intégration réussie de la communauté chinoise et asiatique, tout en lui adressant ses “vœux très sincères” pour la nouvelle année.

Dans son discours prononcé à cette occasion, le ministre français a profité des festivités organisées dans le 13ème arrondissement parisien, où se situe le quartier chinois et asiatique de la capitale, pour rendre hommage à cette population et à son apport à la nation française.

“Ma présence à vos côtés (…) est l’ occasion de rendre hommage, par votre intermédiaire, à la communauté asiatique de France qui a tant apporté dans notre histoire”, a déclaré M. Guéant.

Rappelant “les liens profonds” tissés au cours de leur histoire commune avec la France, le ministre de l’Intérieur a, en outre, souligné que les Français d’origine chinoise incarnent “la valeur travail dont la réhabilitation (…) est la condition d’ une intégration pleinement réussie”.

Louant la capacité d’ intégration de la communauté chinoise, M. Guéant a conclu que le signe du dragon d’ eau attaché à cette nouvelle année, favorable “à la fertilité et à la fécondité”, est annonciateur de changement et de renouveau.

En cette période de campagne présidentielle, le candidat du Parti socialiste français (PS), François Hollande, a également pris part au défilé du Nouvel an chinois dimanche à Paris.

Les candidats présidentiels français célèbrent le Nouvel An chinois à Paris

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

Le 29 janvier, le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande et le ministre de l’Intérieur Claude Guéant ont tous deux participé, chacun à leur manière, au défilé du Nouvel An chinois, dans le 13e arrondissement de Paris.

A cette occasion, François Hollande a maquillé les yeux du masque du dragon pour la cérémonie du défilé. « Celui qui ne progresse pas chaque jour recule », a-t-il noté, citant Confucius. « J’ai retenu cette phrase forte et j’essaie d’avancer chaque jour. Je veux que notre pays avance ».

Le ministre de l’Intérieur a salué la « remarquable capacité d’intégration de la communauté asiatique », une « intégration qui est exactement celle que conduit le gouvernement ».

Cette célébration « donne un peu de baume au cœur » face à la crise économique et la morosité ambiante, confient Rachel, 66 ans, et Marianne, 60 ans, revenues à ce défilé pour la première fois depuis la précédente année du dragon, il y a douze ans.

Selon Chenva Tieu, Secrétaire National UMP pour l’Asie, la communauté asiatique commence à former une force politique qui peut influencer l’élection française.

Le 3 février, le président Nicolas Sarkozy offrira également une réception pour la communauté asiatique pour célébrer l’année du dragon.

Amitié sino-africaine: une coopération en expansion constante

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

Les relations d’amitié entre la Chine, le plus grand pays en développement, et le continent africain, qui regroupe le plus grand nombre de pays en voie de développement, ont plus de 60 ans d’histoire. Elles influent sur la vie de plus de 2,3 milliards de personnes.

Le Centre de conférences du siège de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba, perçu par beaucoup comme un véritable monument à la longue amitié sino-africaine, a été inauguré à la veille de l’ouverture, samedi, du 18e sommet de l’UA.

Cet édifice de 20 étages, financé et construit par la Chine, culmine à 100 mètres au-dessus de la capitale éthiopienne.

Lors de la cérémonie d’inauguration, Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), a déclaré que ce complexe architectural abritant le nouveau siège de l’UA était un cadeau du gouvernement et du peuple chinois, ainsi qu’un symbole des relations d’amitié entre la Chine et l’Afrique.

UNE COOPÉRATION ÉCONOMIQUE ET COMMERCIALE EN EXPANSION RAPIDE

La coopération économique et commerciale constitue la principale force motrice de la coopération entre la Chine et le continent africain. Elle est d’autant plus importante que les pays développés, destinataires traditionnels des exportations chinoises et africaines, font actuellement face avec difficulté à la crise économique mondiale et aux conséquences de la crise de la dette européenne.

La création du Forum sur la Coopération Chine-Afrique (FCCA) en 2000 a donné une impulsion essentielle aux relations économiques et commerciales entre les deux parties, des relations qui se développent depuis à une vitesse sans cesse croissante. Le commerce bilatéral est passé de 10,6 milliards de dollars en 2000 à 160 milliards en 2011. Les investissements chinois en Afrique, qui étaient initialement de l’ordre de quelques dizaines de millions de dollars, ont dépassé les 10 milliards de dollars.

La Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Afrique, selon le ministère chinois du Commerce.

Dans le même temps, l’Afrique est devenue l’une des principales destinations des investissements chinois. Plus de 2 000 entreprises chinoises investissent sur le continent, pour un montant total qui a d’ores et déjà dépassé les 40 milliards de dollars.

La Chine a en outre facilité l’accès des produits africains sur son marché. Lors du sommet du G20, qui s’est tenu à Cannes en Novembre 2011, le président chinois Hu Jintao a déclaré que la Chine allait exempter de droits de douane 97% des exportations en provenance des pays les moins avancés (PMA) ayant des relations diplomatiques avec la Chine.

Les PMA sont définis par les Nations Unies comme les pays dont le revenu par habitant n’atteint pas 745 dollars par an. Ils comptent 33 pays d’Afrique, 14 pays d’Asie, et Haïti.

La Chine a de fait déjà importé des produits africains à tarif douanier zéro à hauteur de 1,32 milliard de dollars entre 2005 et juin 2010, selon un Livre Blanc publié en 2010 par le gouvernement chinois sur la coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Afrique.

Par ailleurs, la Chine a contribué à mettre en place des zones spéciales de coopération économique et commerciale en Zambie, sur l’île Maurice, au Nigeria, en Egypte et en Ethiopie, injectant 250 millions de dollars dans la construction d’infrastructures dans ces pays.

La Chine est non seulement un partenaire commercial de l’Afrique, mais elle participe également de manière active au renforcement de la durabilité du développement de l’Afrique, en aidant les pays du continent à améliorer leurs secteurs éducatif, agricole et environnemental.

Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, au cours des années scolaires 2010 et 2011, le gouvernement chinois a offert 5.710 bourses d’études aux pays africains, dépassant deux ans avant la date prévue l’objectif de 5.500 bourses auquel la Chine s’était engagée lors de la conférence ministérielle du FOCAC en 2009.

Afin d’accélérer la coopération scientifique et technologique entre la Chine et l’Afrique et de faciliter le renforcement des capacités technologiques dans les pays africains, la Chine a également lancé le Programme de partenariat scientifique et technologique Chine-Afrique (CASTEP) en Novembre 2009.

En vertu de ce programme, 100 projets conjoints en matière de recherche scientifique et technologique seront menés sous forme de dons d’équipements, de cours de formation technique et d’ateliers, d’activités de diffusion de la technologie, et de recherches conjointes. En outre, 100 stagiaires post-doctoraux africains pourront venir mener des recherches scientifiques en Chine avec l’aide financière du gouvernement chinois.

L’agriculture est l’un des domaines qui témoignent le mieux du dynamisme de la coopération sino-africaine. De 2007 à 2009, la Chine a envoyé 104 experts agricoles compétents vers 33 pays africains, a créé des centres de technologie agricole dans 14 pays africains, et a décidé d’en construire 10 autres, a déclaré Lu Shaye, directeur général du Département des affaires africaines du ministère chinois des Affaires étrangères.

Depuis 2009, la Chine a envoyé 16 groupes d’experts agricoles en Afrique et formé 874 experts agricoles africains, selon M. Lu.

Dans le domaine multilatéral, la Chine a participé activement au Programme spécial pour la sécurité alimentaire de l’Organisation des Nations Unies (FAO). Elle a envoyé plus de 700 agronomes dans huit pays africains. Outre l’envoi de professeurs pour faire des recherches dans les universités et les institutions africaines, la Chine a également construit des centres de démonstration et de formation aux techniques agricoles, et a dépêché des experts de terrain dans les campagnes.

Au Zimbabwe, la construction d’un tel centre a commencé en octobre 2009 au sein du Collège d’agriculture de Gwebi, dans la banlieue de Harare. Le centre est appelé à devenir une plaque tournante de la recherche en matière de hautes technologies agricoles, et devrait s’imposer comme une institution essentielle en matière de démonstration, de formation technique et de développement durable dans le pays.

Au Malawi, les entreprises chinoises et le Fonds de développement Chine-Afrique ont investi conjointement dans un programme de culture du coton. Une fois terminé, le programme aidera plus de 50.000 agriculteurs locaux à accroître leur production et leur capacité de traitement du coton.

Au Nigeria, beaucoup de progrès ont été réalisés grâce au concours des experts chinois travaillant en partenariat avec les agriculteurs locaux dans 36 Etats du pays. La coopération couvre la pêche, l’élevage, la production et le traitement des produits agricoles.

Alhaji Bello Gidado, coordinateur du Programme de coopération Sud-Sud / Chine-Nigeria, a indiqué que les experts chinois et leurs centres de services agricoles à travers le Nigeria avaient permis de stimuler le progrès technologique, d’améliorer la production et de maximiser les revenus.

La protection environnementale est un autre secteur dans lequel les liens étroits entre la Chine et les pays africains prennent tout leur sens, dans la mesure où ils sont tous également confrontés au défi de la dégradation de l’environnement.

Dans un village de l’Etat nigérian de Kano, les scientifiques chinois ont travaillé avec leurs homologues nigérians à la mise en place d’une base de recherche sur la lutte contre la désertification. Ils effectueront des expériences de reboisement et de lutte contre la désertification, en espérant pouvoir développer une agriculture d’abri-ceintures et mettre en place des industries tirant profit du sable, afin de restaurer l’écologie locale et de stimuler la croissance économique.

Des projets du même type sont également en cours dans plusieurs autres pays désertiques, dont le Kenya, l’Egypte, l’Algérie et le Niger.

Par ailleurs, afin d’améliorer les capacités d’adaptation des pays africains au changement climatique, la Chine a lancé 100 projets d’énergie propre, dont l’énergie solaire, le biogaz et des projets de petites centrales hydroélectriques en Afrique, a fait savoir M. Lu lors d’une session du Forum de réflexion Chine-Afrique d’octobre 2011.

M. Lu a déclaré que la Chine avait élaboré des projets adaptés à chaque pays, et s’était accordée sur le lancement d’études préliminaires sur ces projets avec 11 pays, dont l’Ethiopie et le Mozambique.

UNE AIDE RAPIDE EN TEMPS DE CRISE

Les liens d’amitié et de coopération entre la Chine et les pays africains se sont avérés particulièrement solides lorsque la Corne de l’Afrique et les régions voisines ont été touchées par une grave sécheresse suivie d’une famine de grande envergure en 2011, une catastrophe humanitaire qui a menacé des millions de vies.

A la fin d’octobre 2011, la Chine a fourni une aide alimentaire d’une valeur totale de 443,2 millions de yuans (69,58 millions de dollars) à la Corne de l’Afrique et aux régions voisines, selon le ministère chinois des Affaires étrangères.

La Chine a tout d’abord annoncé, fin juillet, une première aide de 90 millions de yuans (14 millions de dollars) ; le 15 août 2011, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a ensuite déclaré que la Chine allait offrir une aide alimentaire supplémentaire de 353,2 millions de yuans (55,28 millions de dollars) à l’Ethiopie et à d’autres pays africains frappés par la sécheresse.

C’est le don de céréales le plus important offert à des pays étrangers par le gouvernement chinois depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949.

Ce don exceptionnel n’est que la dernière preuve en date de l’aide continue apportée par la Chine à l’Afrique. Dès 1956, la Chine a commencé à aider les pays africains par divers moyens, allant de la construction d’infrastructures à l’aide médicale.

Durant les dernières années, la Chine a non seulement aidé les pays africains à construire des écoles, des hôpitaux, des ponts et d’autres projets importants, mais elle a également envoyé de nombreux experts agricoles, des professionnels médicaux et des bénévoles pour former près de 30.000 personnes.

Selon le Livre Blanc publié par le gouvernement chinois, la Chine a accordé 256,29 milliards de yuans (38,54 milliards de dollars) d’aide à des pays étrangers, dont 106,2 milliards de yuans en subventions, 76,54 milliards de yuans en prêts sans intérêt et 73,55 milliards de yuans en prêts avec intérêts ; l’Asie et l’Afrique représentent 80% des bénéficiaires de ce montant.

“Afin d’aider les pays africains à atteindre indépendance économique et développement durable, le gouvernement chinois a apporté à l’Afrique un soutien indéfectible par tous les moyens à sa disposition, contribuant ainsi largement au développement socio-économique de l’Afrique, au bénéfice de tous les peuples africains”, a noté M. Jia.

Grâce à la bonne volonté et aux efforts communs de la Chine et de l’Afrique, la relation unique qui existent entre elles ne pourra que connaître un avenir encore meilleur.

Sommet de l’UA: un responsable chinois fait cinq propositions pour le développement des relations sino-africaines

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

“Le renforcement de la solidarité et de la coopération entre la Chine, le plus grand pays en développement et l’Afrique, continent qui regroupe le plus de pays en développement, revêt une signitifcaiton maheure pour la paix, la stabilité et le développement dans le monde”, a déclaré Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), à l’occasion de l’ouverture de la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba (capitale de l’Ethopie).

M. Jia a fait cinq propositions pour le développement des relations sino-africaines.

Premièrement, il convient d’oeuvrer activement au rayonnement de l’amitié traditionnelle sino-africaine. Richesse commune de la Chine et de l’Afrique, cette amitié est la base de la confiance mutuelle stratégique et la force motrice du développement des relations sino-africaines.

Deuxièmement, il nous faut intensifier les concertations et la coopération sur les questions internationales et régionales. La Chine soutiendra fermement les efforts des pays africains pour défendre leur souveraineté et indépendance, pour trouver des solutions africaines aux problèmes africains, et pour choisir librement leur voie de développement.

Troisièmement, il importe d’élever effectivement le niveau de la coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Afrique. Sur la base de l’égalité, du bénéfice mutuel et du développement commun, ses échanges et sa coopération avec les pays africains dans les domaines de l’agriculture, des infrastructures, de la formation et de la finance.

Quatrièmement, il convient de développer vigoureusement les échanges entre les peuples chinois et africains. Nous devons renforcer les échanges et la coopération entre les organisations non gouvernementales, les institutions académiques, les médis et les établissements d’enseignement supérieur chinois et africains, encourager les contacts entr les jeunes et développer activement diverses formes d’échanges culturels.

Cinquièmement, il importe de renforcer le mécanisme du FCSA (Forum sur la Coopération sino-africaine). Nous devons continuer à travailler sans cesse dans un esprit innovant pour renforcer la planification stratégique et la construction institutionnelle du Forum afin de l’adapter à l’évolution de notre époque.

M. Jia Qinglin est l’invité d’honneur au sommet de l’UA.

Message de félicitations du président chinois Hu Jintao à la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

Voici le message de félicitations du Président de la République populaire de Chine Hu Jintao à la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine.

“A la Conférence de l’Union africaine

A l’occasion de l’ouverture de la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine (UA), je voudrais exprimer, au nom du gouvernement et du peuple chinois et en mon nom personnel, mes vives félicitations.

La création de l’UA a été un événement historique pour l’unité, la coopération, le renouveau et le développement des pays africains. Depuis sa naissance il y a dix ans, l’Union africaine a déployé de grands efforts en matière de construction institutionnelle et de renforcement des capacités et joué un rôle capital dans la préservation de la paix et de la stabilité en Afrique et dans la promotion du développement socio-économique et du processus d’intégration du continent, devenant ainsi une organisation régionale très influente au monde. Nous sommes convaincus que sous la conduite de l’UA, les pays et les peuples d’Afrique, en faisant preuve de solidarité et d’innovation, continueront à avancer courageusement sur la voie qui les mène à l’unité et à la puissance.

La Chine et l’Afrique sont liées par une amitié très ancienne. Depuis le début du nouveau siècle, leurs relations ont connu sur tous les plans un développement rapide et en profondeur. L’établissement et le développement du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) et du nouveau partenariat stratégique sino-africain ont donné une formidable impulsion aux échanges et à la coopération entre les deux parties dans les domaines politique, économique, commercial et culturel. La Chine et l’Afrique ont ainsi vu leur confiance politique mutuelle se consolider, leurs liens d’intérêt se resserrer et leurs peuples se rapprocher davantage. La Chine est depuis toujours un bon ami, un bon partenaire et un bon frère de l’Afrique. Consolider et renforcer sans cesse la solidarité et la coopération sino-africaines en vue d’un progrès et d’un développement partagés, c’est pour elle une pierre angulaire de sa politique extérieure et un choix stratégique ferme et de long terme. A l’avenir, la Chine continuera à travailler main dans la main avec l’Afrique pour faire accéder le nouveau partenariat stratégique sino-africain à des niveaux plus élevés et à des domaines plus vastes et pour contribuer davantage à la paix et au développement en Afrique et dans le monde.

Je souhaite plein succès à la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine !

Que l’amitié sino-africaine soit éternelle et progresse sans cesse au fil du temps !

Hu Jintao

Président de la République populaire de Chine

Le 29 janvier 2012.”

Commémoration du 48e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

Le 26 janvier, la veille du 48e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France, M. Kong Quan, ambassadeur de Chine en France, a visité la ville de Lille, lieu de naissance de Charles de Gaulle et s’est rappelé du grand homme qui a permis la fondation des relations sino-françaises.

Dans son discours, M. Kong a fait l’éloge de la perspicacité et de l’esprit du Général de Gaulle sur les relations sino-françaises. « Aujourd’hui, les échanges entre nos deux pays se développent vigoureusement dans le domaine de l’économie, de la politique et de la culture ».

« Ma visite dans la ville de naissance de Charles de Gaulle sert à nous souvenir de l’amitié traditionnelle entre nos deux pays, envisager l’avenir des relations entre la Chine et la France et exprimer notre respect pour ce grand homme », a déclaré M. l’ambassadeur.

Dominique Bur, préfet du Nord Pas de Calais a souhaité la bienvenue à M. Kong Quan pour sa visite. Il a espéré à cette occasion plus de coopérations entre la Chine et le Nord Pas de Calais pour promouvoir les échanges régionaux sino-français.

Le 27 janvier 1964, le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République populaire de Chine ont décidé, d’un commun accord, d’établir des relations diplomatiques.

Paris organise sa réception du Nouvel An chinois pour la dixième année

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

L’Hôtel de Ville était décoré de lanternes rouges le 25 janvier au soir, à l’occasion de la réception du Nouvel An chinois pendant laquelle le maire de Paris Bertrand Delanoë a accueilli la communauté chinoise avec ses meilleurs vœux. Il s’agit de la dixième année qu’est organisée cette réception de la fête du Printemps par la mairie.

Mercredi soir, les dix lustres en cristal du grand hall de réception de l’Hôtel de Ville brillaient de rouge pour donner à la salle une atmosphère chinoise festive. Dans son discours, M. Delanoë a salué l’Histoire et la culture chinoises qui enrichissent la diversité de Paris. Il a souhaité que la communauté chinoise s’intègre encore mieux, que les Chinois en France pour affaires rencontrent le succès et que toutes les familles connaissent une excellente santé.

Xu Jiangong, conseiller des affaires consulaires de l’ambassade de Chine en France, a adressé ses meilleurs vœux à tous. Il a rappelé qu’au cours de l’année passée, les échanges commerciaux entre la Chine et la France avaient connu de nouveaux sommets d’innovation, que les échanges culturels étaient devenus plus fréquents, notamment avec une exposition de la Cité interdite au Louvre, des années linguistiques croisées, et plus récemment le prêt au zoo français des deux pandas Huanhuan et Yuanzi, des événements qui témoignent du développement stable des relations bilatérales, ce qui offre aux ressortissants chinois un environnement d’épanouissement encore meilleur.

Après leurs discours, Bertrand Delanoë et Xu Jiangong ont peint ensemble les yeux du dragon et du lion utilisé pour la danse traditionnelle, un symbole pour la nouvelle année. Les danses du dragon et du lion et les représentations artistiques des minorités ethniques ont gagné les applaudissements unanimes de la communauté réunie.

Message de l’ambassadeur à la communauté française de Chine

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

Sylvie Bermann s’adresse à la communauté française en Chine, pour lui annoncer les problématiques phares de cette année du dragon et lui présenter ses vœux.

Cérémonie des vœux à la communauté française de la circonscription consulaire de Chengdu

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

Cérémonie des vœux à la communauté française de la circonscription consulaire de Chengdu
19 janvier 2012

Allocution du Consul Général de France, Emmanuel Rousseau

(Chengdu, le 14 janvier 2012)

Bonjour à tous,

En ce début d’année 2012, je suis très heureux de vous accueillir pour cette cérémonie traditionnelle des vœux à la communauté française et c’est avec un réel plaisir que je sacrifie à cette activité quelque peu rituelle. Je vous remercie aussi d’être venus nombreux à mon invitation et je regrette de ne pas pouvoir me couper en deux, en trois ou même en quatre pour aller à la rencontre de nos compatriotes qui sont à Kunming, à Chongqing, ou à Guiyang, ou encore disséminés ça et là dans la circonscription, à Mangshi ou à Deyang par exemple, mais je ne les oublie pas.

JPEG – 7.4 ko

Permettez-moi tout d’abord de vous présenter tous mes vœux les plus chaleureux pour vous-même, pour vos familles et pour tous ceux qui vous sont chers, des vœux de santé et de succès sur le plan personnel comme professionnel.

Je voudrais ensuite revenir rapidement sur l’année écoulée, qui a été, je crois, particulièrement faste pour notre communauté ; elle a continué de croître pour atteindre presque le chiffre des 500 inscrits sur l’ensemble de la circonscription, démontrant ainsi son dynamisme dans les secteurs économique, culturel, commercial, de l’enseignement, et d’autres encore ; faste aussi pour la relation France-Sichuan avec plusieurs visites ministérielles qui ont permis de la consolider et de lui donner de la vigueur : je pense en particulier à celles de M. Raffarin qui est venu à deux reprises, comme M. Thierry Mariani, à celle de Mme Kosciusko-Morizet, ou encore celles de vice-présidents et président de plusieurs régions françaises. Ce regain d’intérêt pour le Sichuan, au-delà des conséquences médiatiques immédiates, est surtout le signe que notre travail quotidien pour développer les relations avec la France, ce travail porte ses fruits et il nous encourage à continuer dans cette voie.

2012 sera une année un peu différente, cruciale à bien des égards en France comme en Chine.

Tout d’abord, ce sera une année d’élections avec deux scrutins d’ampleur nationale : l’élection présidentielle d’abord, puis celles, pour la première fois, de onze députés à l’assemblée nationale représentant les français de l’étranger, c’est-à-dire vous-mêmes. Le consulat travaille activement à la préparation de ces quatre échéances : un bureau de vote sera ouvert au consulat pour ceux qui sont inscrits sur la liste électorale consulaire de Chengdu. Les équipes du consulat sont à votre entière disposition pour vous renseigner sur toutes les questions que vous pourriez vous poser à ce sujet et, surtout, pour vous permettre d’exercer votre droit de vote.

2012, en tout cas le début de l’année, sera aussi marqué par deux évènements à la portée très symbolique :

le départ, demain 15 janvier, de deux pandas géants pour le zooparc de Beauval, les premiers depuis 39 ans et les seuls en France. Je suis heureux de saluer M. et Mme Delord, directeurs du parc de Beauval, que je vous invite tous à aller découvrir lorsque vous irez en France, et surtout de les féliciter pour la belle détermination dont ils ont fait preuve pour mener à bien ce beau projet lancé il y a plus de six ans, pour tout ce qu’ils font également pour la protection des espèces animales menacées, les pandas étant le symbole de cette lutte pour la protection de celles-ci.

Dans un tout autre registre, nous célèbrerons en mars prochain l’ouverture de la première ligne aérienne directe entre Chengdu et la France. Ce projet économique, mené en un temps record par la région française de Champagne-Ardenne en partenariat avec la province du Sichuan et la ville de Chengdu, ouvre de très belles perspectives d’échanges économiques et commerciaux entre la France et le Sichuan et illustre bien cette volonté d’ouverture manifestée aussi bien ici qu’en France.

Pour conclure, je voudrais rappeler et vous redire que, comme l’a indiqué notre ministre Alain Juppé dans ses vœux au ministère le 10 janvier dernier, que ce consulat, comme tous les autres consulats de France en Chine, est « en première ligne » pour assurer le soutien à la communauté française : alors n’hésitez pas à faire appel à lui autant que de besoin. Merci à tous de tout ce que vous faites pour faire vivre la relation France-Sichuan et bonne année à tous !

Les Français célèbrent la nouvelle année chinoise à Paris

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

Le 19 janvier, le Centre culturel chinois à Paris a organisé une série d’activités pour célébrer la fête du Printemps. Des Français ont passé une journée à la chinoise à cette occasion.

« Précédent Suivant »