Le président chinois promeut le partenariat stratégique entre la Chine et le Canada

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a appelé jeudi au développement tous azimuts du partenariat stratégique entre la Chine et le Canada, déclarant qu”une relation “solide, stable, positive et en progression” servirait les intérêts des deux pays, de la région Asie-Pacifique et du monde entier.

Lors d’un banquet donné en son honneur par le Premier ministre canadien Stephen Harper à Ottawa, M. Hu a indiqué que l’amélioration des relations entre la Chine et le Canada avait débouché sur des bénéfices concrets pour les deux peuples et contribué de manière significative à la paix, à la stabilité et à la prospérité dans la région d’Asie-Pacifique et dans le monde.

Bien que les conditions de vie propres à la Chine et au Canada soient différentes, il n’existe pas de conflits d’intérêts fondamentaux entre les deux pays, et leurs intérêts communs sont plus importants que leurs différends, a affirmé M. Hu.

“Aussi longtemps que les deux pays respectent les principes de respect mutuel, de bénéfices réciproques et recherchent un terrain d’entente tout en aplanissant les différends, aussi longtemps que nous maintenons la bonne direction des relations bilatérales, nous ferons de nos relations un modèle pour les relations entre les pays disposant de systèmes sociaux, de niveaux et de modèles de développement différents”, a-t-il affirmé.

M. Hu, qui effectue actuellement une visite d’Etat au Canada, a avancé des propositions dans son discours destinées à promouvoir le développement tous azimuts du partenariat stratégique entre la Chine et le Canada, établi en 2005.

Hausse du cours du coton en Chine

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

Le cours du coton en Chine est en hausse depuis le début de l’année. Il atteignait 17 mille 600 yuans la tonne le 10 juin contre 15 mille en janvier dernier. Il n’y aurait cependant pas de liens entre la hausse du cours et celle du prix des vêtements.

La surface cultivée de coton en Chine est passée de 5 millions 900 mille hectares en 2008 à 5 millions 200 mille en 2010.

La réévaluation du renminbi pourrait affecter le pouvoir d’achat des Français

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

Une nouvelle réévaluation du Renminbi pourrait affecter l’économie de l’Europe à moyen et long terme, a dit Antoine Berthou, économiste de CEPII (Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales).

L’économiste a tenu ces propos dans son entretien avec le magazine français « Le Point ».

Le taux de change du yuan chinois contre le dollar américain serait plus souple et, le Yuan chinois a été déjà réévalué de fait par rapport à l’euro.

Quant à la question de savoir quelle pourrait être l’influence de la réévaluation du Renminbi sur la France, M. Berthou a dit : en principe, la réévaluation du Renminbi favoriserait les exportations européennes et françaises vers la Chine, mais cette influence serait peu importante, car le nombre des marchandises compétitives que la France exporte vers la Chine est peu important. D’autre part, cette réévaluation ne pourrait pas apporter de grands avantages aux moyennes et petites entreprises désireuses d’explorer le marché chinois. En outre, face à la nouvelle opportunité d’entrer sur le marché chinois du fait de la réévaluation du Renminbi, les marchandises françaises ne seraient pas forcément dans une meilleure position que celle d’un pays tiers.

Répondant à la question de savoir si la réévaluation pourrait affecter ou non le pouvoir d’achat des Français, M.Berthou a dit que cela pourrait affecter les prix d’exportation des marchandises chinoises et que les prix des marchandises chinoises en vente sur le marché français serait plus élevé. Ainsi, les Français et les entreprises françaises pourraient hésiter, quant à eux, à acheter des produits chinois.

Les grandes entreprises publiques chinoises manquent de technologies de pointe

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

Les grandes entreprises publiques chinoises ont réalisé de grands progrès ces dernières années, mais ceci a dépendu principalement de la forte croissance de l’économie nationale.

Li Rongrong, directeur de la Commission de contrôle et de gestion des actifs d’Etat (CCGAE), a fait cette remarque au cours d’une conférence des entreprises d’Etat tenue le 24 juin.

Par rapport aux sociétés multinationales, les grandes entreprises publiques chinoises sont encore peu compétitives du fait de leur faible capacité d’innovations technologiques, a dit M.Li. Il a cité comme exemple la CNPC (china national petrolem corporation). La CNPC a été classée au premier rang mondial pour sa valeur de marché. Mais elle n’a pas de produits de classe mondiale, ni de produits connus à l’échelle mondiale.

Le haut fonctionnaire chinois a dit que la Chine est aujourd’hui le deuxième plus grand pays économique du monde, après les Etats-Unis et que les grandes entreprises d’Etat sont principalement engagées dans l’industrie manufacturière. Cependant, des entreprises chinoises ne sont compétitives sur le plan international que sur certains produits de bas de gamme et de niveau intermédiaire. Du fait qu’elles manquent de technologie de pointe, il leur est difficile d’être à l’avant-garde de l’industrie manufacturière et les équipements clés dans certains secteurs dépendent encore des importations. 70% des technologies des nouveaux produits industriels proviennent de l’étranger et nos entreprises publiques devraient établir un mécanisme pour encourager à chercher à se développer, en comptant sur le progrès de la technologie.

Ce mécanisme sera mis en place en priorité dans les sociétés du secteur de la technologique cotées en bourse, selon une décision de la CCGAE.

Le Club des Étudiants français de Shanghai

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

Le Club des Étudiants français de Shanghai fut officiellement lancé le 28 mai 2010 à la Résidence du Consul général de France à Shanghai.

La quatrième Fête de la Musique à Wuhan à travers la presse quotidienne régionale

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

2007 – 2010 : la Fête de la Musique poursuit son aventure à Wuhan.

Dans le Chutian du shi baodu 20 juin, l’ouverture de la fête de la musique faisait la une, avec une photo de la Compagnie des Enfants du spectacle et la mention des différents groupes participants à la soirée d’ouverture : les jeunes Français bien sur, mais aussi les étudiants Gabonais polyglottes d’Ok’nRoll, ainsi que de jeunes artistes du Conservatoire National de Musique de Wuhan et de l’Université Huazhong. Annonce de la poursuite de la fête dimanche et lundi, avec notamment les groupes Java et Gemini. Bref rappel historique sur la Fête de la Musique et sa diffusion dans 110 pays et 340 villes.

Un musicien du groupe La tortue de mer
Esmeralda A noter un court article dans le Changjiang ri bao, mais en manchette : une photo et quelques lignes étaient consacrées à la Compagnie des Enfants du Spectacle en première page du quotidien.

En seconde page du Chutian jin bao, un historique de la fête de la musique et une présentation de la 4ème édition wuhanaise. Évocation des différents groupes participants (chinois, français et gabonais), en particulier le célèbre groupe Java, SUBS et Gemini, et des différents sites de la fête de la musique 2010.

En page 14du même journal, un article était consacré à la « Musique romantique » proposée au restaurant du Novotel par la Compagnie des Enfants du Spectacle.

Le Hubei ri baodu 20 juin, avait lui aussi consacré un article en haut de sa page 2 à « l’ouverture de la Fête de la Musique française ». Rappel historique de présentation de la Fête de la Musique et informations concernant les différents groupes et lieux de la quatrième fête de la musique à Wuhan.

Les filles de DAN MEI
Le groupe GEMINI Dans le Wuhan chen bao du 21 juin, article en page A09 avec deux photos (Gemini, & le public en liesse). Présentation du groupe franco-chinois Gemini. L’accent est mis sur la variété de la programmation. Mention des jeunes Niçois de la compagnie des enfants du spectacle. Ambiance et public venu nombreux.

Le groupe JAVA à Wuhan pour la Fête de la Musique

JAVA face au public Le Changjiang shang bao et Wuhan wan baodans leurs éditions de mardi présentaient le groupe JAVA. Dimanche matin, les artistes du groupe de rock musette avaient rencontré des journalistes wuhanais. A leur arrivée à Wuhan, ils ont eu l’impression que Wuhan était une très grande ville. Ils ont déclaré qu’ils étaient très heureux de venir à Wuhan pour promouvoir la musique française à l’occasion de la Fête de la Musique. Le public pourrait chanter et danser à Wuhan, comme pour tous leurs concerts. Le groupe Java est né en 1998, de la rencontre de deux Parisiens, FIXI, compositeur et R.wan, auteur de chansons. Leur musique, qui est à la fois hip-hop, rock et musette, mêle la musique populaire traditionnelle aux sons des instruments les plus modernes. Java aimerait avoir l’occasion de collaborer avec des musiciens chinois. Au sujet de la Coupe du Monde, les musiciens français déclaraient être extrêmement déçus par les performances de l’équipe de France : ils ne savaient même pas s’ils allaient regarder le match contre l’Afrique du Sud.

Passion partagée de la musique
Dans le Hubei ri baodu mercredi 23 juin 2010, une photo des musiciens du groupe Gemini et un bilan général de ce quatrième opus : la « Fête de la musique française » à Wuhan a pris fin à Hankou. Pendant trois jours, les Wuhanais ont pu apprécier un programme varié de musique (hip-hop, rock, électro et autres…) et partager dans la joie la passion de la musique.

Les Pièges de la TVA pour les Investisseurs Etrangers en Chine

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

La Taxe sur la Valeur Ajoutée représente plus de la moitié du total des impôts prélevés par l’Etat chinois. Son importance dans les structures d’investissements étrangers (surtout pour les PME) ne doit pas être sous-estimée. La TVA est à prendre en compte avant tout établissement de structure et tout démarrage d’ activités en Chine.

L’investisseur qui laisse les complexités de la TVA au hasard court le risque de fausser ses calculs quant à la quantité requise de capital à déclarer, ou encore celui de se retrouver dans l’incapacité de réclamer le remboursement de la TVA sur ses exportations.

Dans cet article, nous examinerons les erreurs communes des investisseurs étrangers lors de leur interprétation de la TVA :

Une quantité trop faible de capital déclaré peut affecter le remboursement de TVA à l’exportation

Beaucoup savent que la quantité minimum autorisée de capital à déclarer lors de l’établissement d’un commerce, d’une entreprise d’import-export ou de production en Chine a été rabaissée à 100 000 RMB (soit environ 15 000 USD), voire parfois moins. Ce qui est moins connu, c’est qu’adhérer à la stratégie d’investissement de « capital minimum » peut poser de sérieux problèmes au moment d’effectuer la demande de statut de Contribuable Général de la TVA.  Or, ce statut est important car il donne le droit d’émettre des factures TVA à ses clients, ce qui leur permet de déduire leur participation TVA à l’achat lorsqu’ils payent la TVA de sortie sur leurs ventes. Sans ce procédé, il est donc impossible de réclamer un remboursement de TVA sur les ventes à l’export.

Par conséquent, pour les sociétés étrangères enregistrées en Chine (souvent les FICE ou des WFOE) , dont les activités sont  en B to B, c’est-à-dire dont les clients ont besoin de factures TVA (comme par exemple les industries de transformation), le statut de Contribuable Général de la TVA est nécessaire. Si, par contre, l’activité de l’entreprise est uniquement le commerce de produits finis à destination de particuliers (sous une forme B to C)  ce statut ne sera pas obligatoire.

L’Administration des Impôts Chinoise a clarifié la situation en précisant que si les ventes annuelles imposables d’un contribuable dépassent le niveau de « petit contribuable » préétabli par le Ministère des Finances, celui-ci doit faire une demande auprès des autorités fiscales pour le statut de Contribuable Général. Ce niveau a été fixé à des ventes annuelles d’une valeur de 500 000 RMB (soit environ 73 500 USD) pour les entreprises engagées dans la production de biens ou la délivrance de services imposables, et à 800 000 RMB (soit environ 118 000 USD) pour les entreprises engagées dans la vente de gros ou la vente au détail.

Les autorités fiscales chinoises approuvent la demande de statut de Contribuable Général pour les entreprises qui ont une quantité de production ou des sites d’opération fixes, qui répondent aux normes comptables nationales, et qui peuvent fournir des relevés d’impôts complets et à jour. Pour information, l’an dernier, les autorités ont été très indulgentes dans l’attribution du statut de Contribuable Général aux entreprises qui ne remplissaient pas totalement les standards requis ci-dessus.

Les documents requis pour effectuer la demande de Contribuable Général de la TVA sont les suivants :

  • Une demande écrite
  • Le contrat de location et l’accord concernant la location de propriété
  • Le certificat de contribuable général
  • Une copie de pièce d’identité du représentant légal et du personnel comptable ainsi qu’un certificat de comptabilité
  • Une photo de la personne qui achète la facture
  • Une confirmation temporaire/définitive de contribuable général
  • D’autres documents et informations à la demande des autorités fiscales locales
  • Les résultats financiers annuels

Comme toutes les entreprises Commerciales à Capitaux Etrangers (FICEs) sont liées au commerce, une FICE devra, la plupart du temps, demander le statut de Contribuable General de la TVA pour pouvoir déduire sa participation à la TVA. Certaines WFOE de commerce sont également dans ce cas de figure. Ne pas être pointilleux sur ce point, surtout lors d’échanges avec des agents et consultants sans expérience concernant la TVA, peut conduire à des problèmes de liquidités pour l’entreprise.

Ainsi, le problème du statut de Contribuable General de la TVA doit être traité avant la création d’une société, et ses implications financières doivent être comprises en détail.  La procédure de remboursement de la TVA sur l’exportation de biens achetés doit être finalisée avant le commencement des opérations.

Les importants problèmes de TVA souvent ignorés

Le traitement de la TVA

De nombreux dires sont faux en ce qui concerne les exemptions de TVA à l’export. Si le taux de remboursement est plus faible que le taux de prélèvement, l’entreprise doit alors supporter le coût de TVA supplémentaire à l’exportation.

Plus précisément, le taux de TVA pour les contribuables généraux est de 17 pour cent, ou 13 pour cent sur certains biens.

Articles Imposables Taux
Exportation de biens (excepté mention contraire par l’Etat) 0%
Agriculture, Forêt, produits issus de l’élevage d’animaux, produits aquatiques, légumes, huile, ou semis (céréales), eau courante, produits de chauffage ou réfrigération, production d’air chaud, eau chaude, gaz de houille, gaz issu de pétrole liquéfié, gaz naturel, méthane, charbon à usage domestique, livres, journaux, magazines (sauf journaux et magazines distribués par la poste), rations de nourriture, fertilisants chimiques, produits chimiques utilisés dans l’agriculture, machines agricoles et films plastiques couvrants , produits de traitement des métaux et minéraux, produits de traitements des produits autres, charbon 13%
Pétrole brut, sel de mine et biens autres que ceux mentionnés dans la liste ci-dessus, services de traitement, réparation et remplacement 17%

Pour les contribuables dont les activités sont en rapport avec des biens ou des services taxés selon un autre pourcentage, les quantités de vente pour les différents taux de taxes doivent être constituées séparément. Il est donc important de maintenir les rapports financiers à jour pour différencier les deux. Si ceci n’est pas fait, le bureau des taxes appliquera le pourcentage le plus haut.

Le coût de la TVA se calcule comme suit :

Contribuables généraux de la TVA

La TVA à payer correspond à la taxe de sortie pour la période en cours à laquelle on a soustrait la taxe à l’entrée sur la même période.  La formule est donc la suivante :

TVA à payer = TVA sur la vente – TVA sur l’achat

La TVA sur la vente est calculée sur la valeur des ventes du contribuable, à savoir :

TVA sur la vente = A x B, où A = valeur des ventes et B = pourcentage de TVA sur les ventes

Petits contribuables de la TVA

Comme mentionné précédemment, le seuil de ventes pour les petits contribuables est de 500 000 RMB pour les entreprises engagées dans la production de biens ou la délivrance de services imposables ; et de 800 000 RMB pour les entreprises engagées dans le commerce de gros ou de détail (ce seuil, autrefois de 1 millions et 1,8 millions de RMB, a été réduit en 2009). Les unités d’entités qui ne sont pas des entreprises et qui n’engagent normalement pas d’activités imposables ont le choix d’être ou non imposées sur la base de petit contribuable, tandis que les contribuables individuels (personnes physiques) dont le chiffre d’affaires excède le seuil de petit contribuable sont toujours taxées selon ce statut. Le taux actuel de TVA pour les petits contribuables est de 3 pour cent. Ces contribuables ne peuvent déduire leur montant de TVA à l’achat. La formule est donc la suivante :

TVA à payer = valeur des ventes x taux de TVA (3%)

Pour la vente de biens ou services imposables, la TVA est encourue à la date à laquelle le paiement sur les ventes est reçu, ou la date à laquelle est obtenu le document apportant la preuve du droit de collecter le paiement de la vente. Pour les biens importés, la TVA est obtenue  a la date de déclaration d’importation. La TVA sur les biens importés est collectée par les douanes chinoises pour les autorités fiscales.  La TVA sur les articles d’usage personnel apportés ou envoyés en Chine par des individus est prélevée en même temps que les droits de douane.

Les normes à remplir d’emblée concernant les dépôts aux Douanes

Nous entendons souvent cette fausse affirmation : « Il n’y a pas de TVA ni de droits de douane sur les matières premières importées et utilisées pour produire localement des biens qui sont finalement exportés à 100 pour cent. » Ceci est incorrect. En réalité, les entreprises à capitaux étrangers dernièrement établies doivent toujours effectuer un dépôt de taxes à l’Administration des Douanes pour la TVA (à un taux d’environ 17 pour cent) et remettre les droits des importations initiales généralement pendant une période de 6 mois. Cette somme doit être incluse dans le capital de départ, que doit déclarer l’entreprise. Toutefois, de nombreux investisseurs ne l’incluent pas au budget du capital enregistré au départ en temps que fonds de roulement, et se retrouvent plus tard à court de liquidités.  Ceci peut être frustrant, d’une part car les besoins financiers se retrouvent sous-estimés, et d’autre part parce que le manque de liquidités peut causer des problèmes opérationnels et des pressions.

Ces problèmes ne sont pas dramatiques et peuvent être surmontés, mais prennent du temps et engagent de nombreuses procédures administratives. Ils peuvent donc entraîner des dépenses additionnelles  non-nécessaires dès la naissance d’une entreprise. Une grande attention à ces détails doit être effectuée avant la création de l’entreprise. Si celle-ci a déjà été établie, il est toujours possible de rectifier la situation, mais une demande de statut de petit contribuable à la TVA devra, dans tous les cas, être faite, et il faudra impérativement obtenir une approbation. Sans cette procédure, aucun remboursement de la TVA ne sera autorisé.

Le Petit Milu, guide du nouvel arrivant en Chine (Shanghai)

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

Milu en mandarin signifie « qui a perdu son chemin ». Et il est vrai que lorsqu’on arrive à Shanghai on peut très rapidement se sentir désarmé face à une ville qui bouge à 100 à l’heure. Malgré ses airs de métropole internationale, Shanghai réserve bien des surprises au quotidien et les chocs culturels sont ici permanents. Le guide Milu est là pour vous aider à retrouver votre chemin, en toute sérénité, grâce à un véritable condensé d’informations utiles et pratiques.

Trouver un appartement ou déménager ; chercher un emploi ou monter une entreprise mais aussi bien manger, communiquer, se déplacer… autant de problématiques qui trouveront une réponse simple mais complète dans Le Milu.

Grand succès pour Intervilles en Chine

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

De la Suisse, les Chinois connaissent les montagnes, le chocolat et les montres. Mais il y a également une personnalité qui est un visage familier du public, car il s’invite régulièrement dans le salon des foyers chinois. Il s’agit d’Olivier Grandjean, un animateur suisse qui booste les audiences de la versions chinoise d’Intervilles et qui est en passe de devenir une super star.

Chine : 4e expédition scientifique au Pôle Nord

Ajouté au 28/06/2010 par SHI Lei

Une centaine de scientifiques chinois partiront pour l’Arctique le 1er juillet en constituant la 4e expédition de ce genre pour étudier les changements à la surface des glaciers et leurs effets sur l’environnement, a déclaré samedi l’Administration océanique d’Etat de Chine.

Un groupe de 122 scientifiques, personnel logistique et journalistes vont participer à un programme de recherche de 85 jours à bord de la brise-glace “Snow Dragon”, a indiqué Li Haiqing, porte-parole de l’administration lors d’une conférence de presse.

Les scientifiques vont faire une recherche globale sur la fonte des glaces de mer et la situation écologique à l’aide d’un hélicoptère, d’une station d’observation et d’un robot submersible, a précisé Qu Tanzhou, directeur du Bureau d’expédition pour les régions polaires de l’administration.

Li Haiqing a indiqué que la 4e expédition battait un record au niveau tant de la durée que du nombre des participants.

Sept scientifiques en provenance des Etats-Unis, de la France, de la Finlande, de l’Estonie et de la République de Corée participeront aussi à cette mission, a-t-il ajouté.

Un scientifique de Taïwan sera également à bord, a annoncé le porte-parole, “c’est la deuxième fois qu’un scientifique taïwanais prend part à une expédition polaire de la Chine”.

Le premier scientifique taïwanais est celui qui a participé à la 26e expédition antarctique de la Chine en automne 2009.

Ce groupe commencera leur voyage de Xiamen, une ville côtière dans la province du Fujian (sud-est) le 1er juillet et rentrera le 23 septembre à Shanghai.

Les autres expéditions scientifiques de la Chine pour l’Arctique étaient en 1999, en 2003 et en 2008.

En 2004, la station d’observation le plus septentrionale de la Chine a été établie en Norvège.

« Précédent Suivant »