Xi Jinping s’engage à promouvoir la coopération avec la France

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le vice-président chinois Xi Jinping s’est engagé mardi à promouvoir la coopération avec la France.

M. Xi s’est ainsi exprimé lors de sa rencontre avec Alain Mérieux, président de la Fondation Mérieux, une fondation française qui coopère avec la Chine en matière de soins de santé publics.

M. Xi a indiqué que les deux parties avaient mené de multiples échanges et coopérations stratégiques depuis l’établissement des relations diplomatiques.

La partie chinoise attache une importance particulière aux relations bilatérales et est prête à oeuvrer avec la partie française pour saisir de nouvelles opportunités et accroître les échanges et la coopération de manière durable dans divers domaines, a-t-il assuré.

M. Xi a remercié la Fondation Mérieux pour ses contributions au développement des relations bilatérales, ajoutant qu’il était convaincu que les deux parties connaîtraient un avenir plus brillant grâce à des efforts conjoints.

Informant M. Mérieux des efforts de la Chine pour réformer et développer son système de santé, M. Xi a apprécié l’attention et le soutien de la fondation aux mesures de la Chine concernant la santé publique.

La Fondation Mérieux a coopéré de manière approfondie avec le ministère chinois de la Santé en matière de prévention et de contrôle des maladies infectieuses, telles que la tuberculose.

Le gouvernement chinois a accordé une grande attention au développement des soins médicaux publics et donné la priorité à la protection de la santé et de la vie des citoyens, a indiqué M. Xi.

Le vice-président a souhaité que la fondation continue à soutenir les efforts de la Chine pour améliorer les soins médicaux dans le pays.

M. Mérieux a indiqué que la fondation allait promouvoir la coopération avec ses partenaires chinois afin de contribuer davantage à la prévention et au contrôle des maladies, ainsi qu’à l’amélioration des soins médicaux dans le pays.

J-L Mélenchon : le développement de la Chine est "une chance pour l’humanité"

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le développement de la Chine constitue “une chance pour l’humanité”, a estimé Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche français et ancien candidat du Front de gauche, qui a récolté 11,11% des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle d’avril-mai 2012.

“Je considère que c’est une chance pour l’humanité”, a déclaré l’ancien candidat à l’Elysée, dans une récente interview accordée en exclusivité à l’agence Xinhua.

“La Chine, par sa montée en puissance et par le relais que son marché intérieur est en train de provoquer, peut être une puissance qui apaise les relations économiques mondiales en proposant au monde un pôle de stabilité”, a estimé M. Mélenchon.

L’homme politique français a notamment souligné que les Chinois partageaient avec les Européens et les Français le souhait de bâtir “un monde organisé avec des échanges équilibrés et négociés”, loin du “libre marché” prôné par les Nord-Américains.

Dans cette optique, il a envisagé la conclusion d’accords privilégiés de coopération entre les pays européens et la Chine comme un développement souhaitable de leurs relations économiques et commerciales.

“Je suis un partisan actif d’un dialogue débarrassé de préjugés avec les Chinois”, a-t-il affirmé, tout en admettant qu’il existait des divergences d’idées entre les Européens et les Chinois.

Par ailleurs, ce farouche opposant à l’austérité budgétaire préconisée par l’Union européenne (UE) a salué le “pragmatisme” dont sait faire preuve l’Etat chinois. Le leader du Front de gauche a poursuivi en évoquant un autre atout : “le recours des Chinois à la politique planifiée qui tâche de se donner la maîtrise du temps”.

“En Europe et dans le monde anglo-saxon, il n’y a plus aucune maîtrise du temps”, a-t-il regretté, constatant “la domination du temps très court” au détriment de “toute stratégie de long terme”.

“Je trouve stimulant et intéressant de voir comment la planification a été un outil de développement qui s’est appliqué à un modèle plutôt proche du modèle du marché que du modèle de l’ancienne conception du socialisme”, a déclaré M. Mélenchon.

A la veille du 18e congrès du Parti communiste chinois (PCC) à Pékin, le député européen a estimé que le pays, fort de sa population d’un milliard trois cent millions, relèverait deux grands défis : la question environnementale et celle du pluralisme politique.

“Le défi écologique sera traité par la Chine”, a prédit M. Mélenchon, mettant en avant la responsabilité de Beijing envers le reste de l’humanité, celle d’ “apporter des réponses qui soient utiles pour le monde entier” à cet égard.

“Il y a une évolution sur le fond qui doit être faite par le communisme, qui doit intégrer la dimension écologique de la crise”, a-t-il remarqué, mettant notamment en cause “le caractère productiviste (…) intrinsèquement lié au capitalisme”.

“Deuxièmement, se pose la question de comment prendre en compte la diversité qui s’exprime naturellement dans la société”, a poursuivi M. Mélenchon, évoquant l’autre défi majeur qui doit être abordé par les autorités chinoises.

“Dans le passé, le modèle communiste pensait que c’est par la forme de la dictature du prolétariat que cette autorité pouvait s’exercer. L’expérience montre que ce n’est pas le meilleur chemin et que cela comporte des risques d’erreur qui coûtent horriblement cher”, a expliqué ce leader d’extrême-gauche, dont la formation politique est née en 2009 d’une alliance avec le Parti communiste français (PCF).

“Par conséquent, la question du pluralisme politique est compliquée à envisager et à comprendre, dans bien des endroits du monde. Elle doit être posée aussi en Chine”, a-t-il ajouté.

“Je fais confiance aux Chinois pour l’aborder”, a conclu M. Mélenchon, qui n’a pas caché son admiration pour ce “peuple de profonde culture”.

Le succès de la Chine concorde avec les intérêts de l’Europe

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le succès de la Chine concorde avec les intérêts moteurs de l’Europe, a déclaré vendredi Herman Van Rompuy, président du Conseil européen.

L’Union européenne (UE) devrait “faire un pas en arrière et regarder sur le long terme” en ce qui concerne le développement des relations avec la Chine, a déclaré M. Van Rompuy lors d’une conférence de presse qui a suivi le sommet de l’UE.

“J’ai informé le Conseil européen du sommet récent organisé en septembre avec la Chine”, a-t-il indiqué.

“Sur le long terme, il est dans l’intérêt moteur de l’Europe que la Chine réussisse”, a-t-il ajouté.

M. Van Rompuy a déclaré que l’UE reviendrait sur le sujet au printemps prochain pour mieux préparer le prochain sommet UE-Chine qui se tiendra en Chine au cours de l’automne 2013.

La réussite de la Chine correspond à l’intérêt fondamental de l’ Europe

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

La réussite de la Chine correspond à l’intérêt fondamental de l’Europe, a indiqué vendredi le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

L’Union européenne (UE) doit “faire un pas en arrière et regarder sur le long terme” en ce qui concerne le développement” le développement de sa relation avec la Chine, a souligné M. Van Rompuy, lors d’une conférence de presse au terme d’un sommet de deux jours de l’ UE à Bruxelles.

“J’ai donné un compt rendu au Conseil européen sur le récent sommet tenu en septembre avec la Chine”, a-t-il déclaré.

“Dans une perspective à long terme, il est dans l’intérêt fondamental de l’Europe que la Chine réussisse”, a-t-il ajouté.

M. Van Rompuy a fait savoir que l’UE réexaminerait cette question en début du printemps prochain pour préparer au mieux le prochain sommet UE-Chine prévu en Chine au cours de l’automne 2013.

Les bénéfices mutuels de la coopération sino-française dans les sciences et la technologie

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Depuis ces dernières années, la Chine et la France ont multiplié leur coopération dans les sciences et la technologie, des échanges de grands intellectuels ont également augmenté.

La coopération sino- française dans les sciences et la technologie présente un large éventail de projets multiples et une grande envergure.

La Chine et la France ont le même degré de reconnaissance dans le domaine de la culture, de nombreux hommes politiques français ont démontré leur amitié avec la Chine, des deux parties à coopérer avec bonne volonté, ce qui est la base à la fois du maintien d’une coopération large au cours des dernières années entre les deux pays. La Chine et la France ont leurs propres avantages dans le domaine de la science et de la technologie, la coopération scientifique et technique est à l’avantage mutuel et gagnant-gagnant.

Le Parc des ruines du Palais Daminggong en Chine jumelée avec un musée français

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le 15 octobre, le Parc des ruines du Palais Daminggong (Palais de la Grande Clarté des Tang), situé à Xi’an, capitale de la province chinoise du Shaanxi, a signé un contrat de jumelage avec le musée de la ville de Saint-Denis en France.

Cette cérémonie de jumelage a été organisée par le Fonds de la province du Shaanxi pour la protection des ruines du Palais Daminggong, la société Qujiang pour l’administration du Parc des ruines du Palais Daminggong et le musée de Saint-Denis. D’après Zhang Libo, directeur adjoint en charge de la protection et de la restauration des ruines du palais, l’établissement de cette relation amicale accélérera les échanges et la coopération entre les hommes des milieux culturels, muséaux et des reliques des deux pays, et favorisera la coopération et les échanges culturels entre la Chine et la France, tout en promouvant le développement et la prospérité des causes culturelles et muséales de ces deux pays.

De plus, une exposition des œuvres de Li Shihao a été inaugurée lors de la cérémonie, attirant davantage de visiteurs par des objets précieux, afin d’accroître la réputation du Parc des ruines du Palais Daminggong.

La Chine s’engage à renforcer ses relations avec la Suisse

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le conseiller politique chinois suprême Jia Qinglin s’est engagé jeudi à ce que la Chine collabore davantage avec la Suisse au renforcement des relations entre les deux pays.

Cet engagement a été pris à l’issue de la rencontre entre M. Jia et Bruno Zuppiger, président du Groupe parlementaire Suisse-Chine, venu en Chine pour une visite de onze jours à la tête d’une délégation.

La Suisse est un des premiers pays occidentaux à avoir reconnu et établi des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine, a rappelé M. Jia, notant le rapide développement des relations diplomatiques bilatérales au cours des six dernières décennies.

M. Jia, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, le plus haut organe de conseil politique du pays, a à cette occasion parlé de la Suisse comme d’un partenaire important de la Chine en Europe et souligné l’importance que la Chine accordait à ses relations avec ce pays.

“La Chine serait heureuse de collaborer avec la Suisse pour comprendre et prendre en considération les intérêts et préoccupations réciproques afin d’accomplir de nouveau progrès en matière de coopération bilatérale dans tous les domaines”, a affirmé le plus haut conseiller politique chinois.

Il a appelé les deux pays à consolider la base politique des relations bilatérales, rechercher les bénéfices mutuels, exploiter le potentiel de développement à tous les plans, renforcer le niveau et la qualité de la coopération et à promouvoir le développement commun.

M. Zuppiger a apprécié le développement économique et social de la Chine, indiquant qu’il existait un grand potentiel de coopération bilatérale.

Il a en outre affirmé que la délégation qui l’accompagnait était attachée à offrir des informations objectives complètes sur la Chine à la Suisse et qu’elle poursuivrait ses efforts positifs pour le développement des relations bilatérales.

Déplacement d’Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, en Chine et au Japon (04-09.10.12)

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Hélène Conway-Mouret s’est rendue en Chine et au Japon du 4 au 9 octobre 2012.

La communauté française en Chine, forte de 44 000 ressortissants, continue de croître chaque année (+ 10 % en 2011). Ces Français sont jeunes, qualifiés, et engagés dans la vie économique. La communauté française est également forte au Japon, avec 7 500 de nos compatriotes expatriés dans ce pays.

En Chine, Mme Conway-Mouret débutera sa visite à Hong-Kong où elle rencontrera deux membres du gouvernement local, Mme Carrie Lam, secrétaire générale de l’administration et M. Eddie Ng, secrétaire à l’éducation. Elle participera également au lancement du livre « Hong-Kong : Présences françaises – Du XIXe siècle à nos jours », publié à l’occasion du 150è anniversaire des relations franco-hongkongaises. La ministre déléguée rencontrera les agents consulaires, les conseillers du commerce extérieur, et les responsables du lycée Victor Segalen, plus grand établissement scolaire français d’Asie. Sa visite à Hong-Kong lui permettra de visiter les installations du futur terminal de croisière réalisé par Bouygues et de rencontrer des partenaires hongkongais et français du marché de l’art.

A Pékin, Mme Conway-Mouret ouvrira les travaux de la réunion des consuls généraux français en Chine, rencontrera la communauté française et se rendra au lycée français international de Pékin. Elle visitera également l’exposition Shang Xia, partenaire d’Hermès en Chine dont elle rencontrera les responsables.

La ministre déléguée se rendra le 9 octobre au Japon. En présence de M. Tatsumi Ando, vice-gouverneur de Tokyo, elle y inaugurera le lycée français international, projet auquel ont contribué les représentants des entreprises françaises et japonaises ainsi que la communauté scolaire et des parents d’élèves. Le nouveau lycée français de Tokyo accueillera à terme 1200 élèves. Il constitue une référence dans l’offre scolaire internationale et un outil sans précédent du rayonnement de la France au Japon.

La Chine souhaite un équilibre commercial dynamique avec la France

Ajouté au 02/10/2012 par SHI Lei

La Chine souhaite renforcer sa coopération pragmatique avec la France et cherche un équilibre dynamique du commerce bilatéral, a indiqué samedi le vice-Premier ministre Li Keqiang lors de sa rencontre avec le conseiller diplomatique du président français Paul Jean-Ortiz.

“La Chine et la France doivent approfondir leur coopération pragmatique dans les domaines des hautes technologies, de la santé, de l’urbanisation et surtout dans les grands projets, et contribuer à un équilibre dynamique du commerce bilatéral,” a précisé le vice-Premier ministre chinois.

A la tête d’une délégation, M. Jean-Ortiz effectue une visite à Beijing pour co-présider samedi matin, avec le conseiller d’Etat chinois Dai Bingguo, les consultations annuelles sino-françaises.

Li Keqiang a transmis les salutations du président chinois Hu Jintao et d’autres dirigeants chinois au président français François Hollande.

“Au vu de l’ordre international changeant et de la lenteur de la reprise économique mondiale, la coopération sino-française renforcée et le progrès du partenariat stratégique entre les deux pays iront au-delà de la seule sphère bilatérale,” a souligné le vice-Premier ministre chinois.

La Chine est heureuse de voir que le Mécanisme européen de stabilité, qui fournit une assistance financière aux membres de la zone euro en difficulté, joue pleinement son rôle, a-t-il déclaré, ajoutant que le pays continuerait à participer de diverses manières à la résolution des problèmes de la dette européenne.

M. Jean-Ortiz a pour sa part indiqué que le gouvernement français accordait une grande importance aux relations avec la Chine et qu’il était prêt à élargir la coopération bilatérale dans tous les domaines.

La France prendra activement part à la coopération dans le cadre des liens Union européenne(UE)-Chine et encouragera les relations franco-chinoises et UE-Chine à franchir un nouveau palier, a-t-il promis.

Un conseiller d’Etat chinois s’entretient avec le conseiller diplomatique du président français

Ajouté au 02/10/2012 par SHI Lei

Le conseiller d’Etat chinois Dai Bingguo a tenu samedi à Beijing des consultations avec Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique du président français, s’engageant à renforcer le partenariat stratégique sino-français.

Considérant les relations entre les deux pays comme “faisant partie des plus importantes relations bilatérales au monde”, M. Dai a déclaré que la Chine était prête à travailler avec la France pour développer les relations bilatérales dans un esprit d’innovation et de réciprocité.

Les deux parties chercheront ainsi à maintenir la compréhension et le respect mutuels, à prendre en considération les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures de l’un et de l’autre et à renforcer leur coordination sur les questions internationales et régionales.

Ce faisant, elles rendront le partenariat stratégique sino-français plus substantiel et favorable aux deux pays et au monde, a souligné le conseiller d’Etat chinois.

M. Jean-Ortiz a pour sa part assuré que la France accordait une grande importance à ses relations avec la Chine et souhaitait maintenir les échanges de visites de haut niveau.

Il a en outre fait part de son espoir de voir les deux pays intensifier leur coopération bilatérale dans les domaines de l’énergie nucléaire, de l’aviation, des technologies aéronautiques ainsi que de l’agriculture et du développement durable, ajoutant qu’il espérait également que la France et la Chine renforceraient leur communication sur les questions internationales et régionales majeures.

Les deux parties ont également échangé leurs points de vue sur la situation en Asie de l’Ouest, en Afrique du Nord et sur le problème syrien.

« Précédent Suivant »