Semaine de la Culture du Zodiaque Chinois

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

Pour entretenir la flamme de la culture traditionelle, une semaine de la culture du zodiaque chinois aura prochainement lieu dans la capitale chinoise.

12 animaux symboliques du zodiaque chinois en dessin animé. Voici l’une des initiatives dévoilées lors de la conférence de presse organisée pour la première édition de la Semaine de la Culture du Zodiaque Chinois. Initié par le peintre de ces tableaux, cet évènement se veut l’illustration de son attachement profond à cette culture traditionelle.

Liu Shi’ai

Peintre chinois

Président exécutif

Commission d’Organisation de la Semaine de Culture du Zodiaque Chinois

“La culture de l’astrologie chinoise est incarnée dans la vie de chaque chinois. Quel que soit le mode de développement de la société, les signes astrologiques chinois ne changent jamais.”

Avec le développement du pays, cette culture datant plus de 2 mille ans, est menacé pourtant par d’autres influences étrangères.

Jin Qiang

Sponsor

Semaine de Culture du Zodiaque Chinois

“Aujourd’hui, les jeunes chinois ne s’intéressent plus au zodiaque chinois, mais à l’astrologie occidentale. C’est un problème très concret. C’est donc notre but et notre devoir de déployer des efforts pour faire vivre le zodiaque chinois.”

Selon la commission d’organisation de cet évènement, différentes activités telles que des expositions, des spectacles, et des forums sur ce thème sont en préparation. La première édition se tiendra à Beijing en janvier 2012, le printemps de l’année du dragon, le signe le plus important chez les Chinois. Et chaque année, différentes villes du monde entier seront choisies pour organiser cet évènement.

Signature de six accords de coopération économique et commerciale entre la Chine et la France

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

À l’occasion de la visite en France de Wu Bangguo, président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine (APN, parlement chinois), le Forum sur la coopération économique et commerciale franco-chinoise a été organisé le 9 juillet à Paris. Les deux pays ont signé six accords de coopération économique et commerciale, pour un montant total de 1,7 milliard de dollars (1,34 milliard d’euros).

Le plus gros contrat concerne l’accord de joint-venture entre PSA Peugeot Citroën et China South Industries Group. Les cinq autres relèvent de domaines variés : manganèse, coton, achat de câbles ou encore vente d’alcool. L’un d’eux, signé entre le groupe Advens-Geocoton et China SDIC International Trade Co., porte sur une coopération triangulaire entre la Chine, la France en Afrique.

Selon Gao Hucheng, vice-ministre chinois du Commerce, à l’heure de la reprise économique mondiale et du renforcement de la coopération économique internationale, les entreprises chinoises et françaises doivent renforcer leur compréhension mutuelle et explorer les opportunités commerciales, pour contribuer à une croissance stable, forte, durable et équilibrée entre les deux pays et dans le monde.

La France est le quatrième plus grand partenaire commercial européen de la Chine, et la Chine est le plus grand partenaire asiatique de la France. Au cours des premiers cinq mois de l’année 2010, le volume des échanges entre la Chine et la France s’est élevé à 17,25 milliards de dollars (13,69 milliards d’euros), soit une augmentation de 40,3 % par rapport à 2009.

Au-delà des secteurs traditionnels, les deux pays ouvriront de nouveaux champs de coopération, dans la biopharmacie, les nouvelles énergies, l’économie verte, l’environnement et le transport urbain. La coopération entre les PME chinoises et françaises est également en plein essor.

La Chine dope le marché mondiale de la High Tech

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

Les ventes de biens électroniques ont augmenté de 16 % au premier trimestre, tirées notamment par les téléviseurs et les PC.
Depuis le début d’année, la consommation chinoise de produits électroniques et informatiques affole les statistiques. Selon GfK, les ventes de produits électroniques (« smartphones », téléviseurs, PC…) ont bondi de 16 % en Chine au premier trimestre, et pèsent désormais la bagatelle de 19,61 milliards d’euros. De quoi permettre à l’empire du Milieu d’afficher l’une des plus fortes croissances mondiales, mieux que le reste de l’Asie (+ 13 %), que l’Europe de l’Ouest (+ 2 %) et que les Etats-Unis. « Vu son poids dans le marché mondial, la Chine participe largement au rebond de l’industrie électronique », juge GfK.

En quelques années à peine, la Chine s’est hissée aux premières places de l’industrie électronique. Premier marché mondial d’ordinateurs de bureau, deuxième sur le segment des ordinateurs portables, troisième sur les téléviseurs LCD (derrière les Etats-Unis et l’Europe de l’Ouest)… Les Chinois achètent en masse, même si le taux d’équipement reste encore faible dans ce pays de 1,3 milliard d’habitants.

Cette année, la population se rue notamment sur les écrans plats. Le marché chinois devrait atteindre les 59 millions d’unités écoulées en 2012, soit une croissance annuelle de 14 % selon une étude publiée la semaine dernière par le cabinet américain Display Search. Mieux, la Chine devrait devenir, selon Display Search, le premier marché mondial des téléviseurs LCD dès l’année prochaine. De fait, les ventes sont soutenues par le vieillissement du parc installé. « En Chine, l’achat de téléviseurs couleur a réellement grimpé dans le milieu des années 1990. Comme ces téléviseurs ont une espérance de vie de 8 à 10 ans, on arrive aujourd’hui sur un cycle de renouvellement très important », juge Display Search, qui chiffre à 450 millions le nombre de téléviseurs devant être remplacés dans les dix années à venir. Les vieux téléviseurs à tube cathodique, longtemps majoritaires dans les ventes, sont en plein déclin : ils ne représentent plus que 14,6 % des ventes au premier trimestre 2010, contre 68 % il y a deux ans à peine…

Outre l’urbanisation croissante 65 millions de Chinois des campagnes devraient rejoindre de petites et moyennes villes dans les cinq prochaines années et l’élévation du niveau de vie, l’industrie profite également du programme de subventions à l’achat d’appareils électroniques et électroménagers dans les zones rurales, lancé en février 2009 pour faire face à la crise. Une mesure qui bénéficie également aux achats d’ordinateurs. Selon Gartner, les ventes de PC devraient encore croître de 22,4 % en 2010, notamment tirées par les PC portables.
Lenovo leader incontesté

Reste que ce gâteau n’est pas accessible à tous les industriels. Parmi les dix plus gros vendeurs de PC en Chine, la moitié sont des constructeurs chinois : Lenovo arrive loin en tête avec 25 % de part de marché selon Gartner. Des fabricants comme Founder Electronics (6 %), Tongfang (3 %), Great Wall Computer (2 %) et Haier (2 %) sont aussi dans le Top 10. Ce sont toutefois des groupes étrangers qui ont affiché les plus fortes croissances entre 2008 et 2009 : le taïwanais Asus, numéro cinq en Chine, dont les ventes ont bondi de 72 % et l’américain Hewlett-Packard, numéro deux du marché qui a écoulé 65 % d’unités en plus l’an dernier.

Les exportations chinoises continuent d’augmenter

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

La Chine a annoncé que ses exportations avaient continué à croître en juin 2010, alors que la demande pour les produits « made in China » demeure solide en dépit des problèmes financiers de l’Union européenne et de la faiblesse de la reprise américaine.

Les exportations chinoises, incluant principalement de l’électronique, des chaussures et du textile, ont atteint 137,4 milliards de dollars en juin, soit une hausse de 43,9% en glissement annuel.

La croissance des exportations chinoises a été plus faible qu’au mois de mai, où elles avaient bondi de 48,5%, mais le chiffre de juin a dépassé les attentes de la plupart des experts.

La Chine a enregistré un excédent commercial de 20,02 milliards de dollars en juin, soit une légère augmentation par rapport au mois précédent, selon les statistiques produites par les douanes chinoises.

En mai, l’excédent commercial était de 19,52 milliards de dollars, contre 1,68 milliard seulement en avril.

Les importations ont enregistré, elles aussi, une croissance en juin, de 34,1% en glissement annuel, ce qui représente un ralentissement par rapport au mois précédent, où les importations avaient crû de 48,3%.

« Ces exportations plus importantes que prévu montrent que la faiblesse de l’environnement économique extérieur n’a pas encore eu d’impact (sur l’économie chinoise)« , a commenté Ken Peng, de chez Citigroup à Pékin.

La vigueur des exportations a pu être entretenue par les sidérurgistes et d’autres producteurs de matières premières, ceux-ci ayant accéléré leurs livraisons pour devancer les nouvelles taxes gouvernementales concernant ces secteurs, qui doivent entrer en vigueur ce mois-ci, selon les experts.

Selon Brian Jackson, de la Royal Bank of Canada, ces chiffres devraient contribuer à accroître la pression sur le gouvernement chinois pour qu’il accélère le processus de réévaluation du yuan.

« La Chine vient d’annoncer un fort excédent commercial de plus, alors que les Etats-Unis, eux, vont annoncer la semaine prochaine un déficit commercial de plus », a relevé M. Jackson.

Le yuan s’est apprécié de 0,8% face au dollar depuis que la Banque populaire de Chine (banque centrale) s’est engagée le 19 juin dernier à relâcher son contrôle sur la devise nationale.

Un yuan plus fort rendrait les produits chinois plus chers à l’exportation mais contribuerait à stimuler la consommation intérieure en réduisant le coût des produits importés.

Pour les six premiers mois de l’année, l’excédent commercial chinois s’est monté à 55,3 milliards de dollars, soit une baisse de 42,5% par rapport au premier semestre 2009. La preuve, selon les douanes chinoises, que le commerce extérieur s’oriente vers « un plus grand équilibre ».

Chine: Hu Jintao rencontre le président honoraire du KMT à Beijing

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

Le secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), Hu Jintao, a rencontré lundi à Beijing Wu Poh-Hsiung, président honoraire du Kuomintang (KMT, ou Parti nationaliste).

Wu Poh-Hsiung effectue sa visite à Beijing après avoir participé au 6e Forum économique, commercial et culturel entre les deux rives du détroit de Taïwan, qui s’est achevé dimanche après-midi à Guangzhou, capitale de la province méridionale du Guangdong.

Hu Jintao a apprécié le succès du forum, alors que les deux rives se sont concentrées sur des questions majeures comme l’approfondissement de leur coopération dans les industries émergeantes pour renforcer la compétitivité économique à travers le détroit de Taïwan, et ont abouti à beaucoup d’accords.

Dans la proposition conjointe faite lors du forum, les deux parties ont appelé à approfondir leur coopération dans les textiles, les électroniques, les machines de précision, les industries pétrochimiques, et à renforcer la coopération dans des industries émergeantes, telles que l’information, les biotechnologies, les nouvelles énergies, l’économie d’énergie, la protection environnementale et les véhicules électriques.

Le forum a eu lieu presque deux semaines après la signature de l’Accord-cadre de coopération économique (ECFA) entre les deux rives le 30 juin.

Hu Jintao a indiqué que l’accord était une réussite importante dans le développement pacifique des relations entre les deux rives du détroit de Taïwan et le signe de l’entrée dans une nouvelle ère des relations économiques et commerciales.

L’ECFA est dans l’intérêt des deux rives et donc dans l’intérêt fondamental de la nation chinoise, a-t-il souligné.

La signature de l’accord montre que sur la base politique commune qui s’oppose à “l’indépendance de Taïwan” et le renforcement du Consensus de 1992, les deux rives à travers le détroit de Taïwan peuvent “promouvoir leurs relations par des interactions positives et des négociations égales”, a indiqué Hu Jintao.

Hu Jintao a exprimé ses espoirs de voir l’accord faire effet le plus tôt possible afin qu’il puisse apporter ses bénéfices substantiels au peuple des deux rives.

L’ECFA, qui vise à établir un mécanisme systématique de renforcement de la coopération économique entre les deux rives du détroit de Taïwan, a été signé le 30 juin par des négociateurs de la partie continentale de Chine et de Taïwan.

L’accord entrera en vigueur officiellement un jour après l’accomplissement des procédures décidées et la notification mutuelle des deux rives.

“La signature de l’ECFA est en bonne voie”, a affirmé Wu Poh-hsiung, ajoutant que l’île de Taïwan pourraient probablement accomplir les procédures légales de l’accord en août.

Saluant Hu Jintao au nom du président du KMT, Ma Ying-jeou, Wu Poh-hsiung a indiqué que la communication à haut niveau entre les deux rives était essentielle pour le développement pacifique des relations à travers le détroit de Taïwan.

Le président du KMT, Ma Ying-jeou, espère -à travers son envoyé Wu Poh-hsiung- que les deux rives continuent à promouvoir leurs relations en faisant face aux réalités, en nourrissant une confiance mutuelle et en recherchant les points communs sans affirmer leurs différences.

Achats-flash : une nouvelle mode en Chine

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

Acheter un téléphone portable pour un yuan seulement. Ce n’est pas une blague. Il suffit de cliquer avec votre souris quand vous faites du shopping en ligne. Mais il faut faire vite. En Chine, les vendeurs en ligne proposent de bonnes affaires à des prix extrêmement bas et souvent en-dessous du prix réel. Avec des consommateurs à l’affût, les ventes se font en un rien de temps. Ce shopping en ligne, appelé aussi achat-flash, a déjà séduit la Chine.

Liu Weiwei est un vétéran de la consommation en ligne. Des cosmétiques aux vêtements, du lait en poudre aux meubles, elle achète tout en ligne. Et aujourd’hui, elle trouve l’achat-flash super.

Liu Weiwei

consommatrice

“Il n’y a rien au monde de plus excitant que l’achat-flash. Un achat réussi demande de la technique et en même temps les chances de faire un deal sont aussi nombreuses que de gagner au loto.”

En 2009, taobao.com, la version chinoise de e-bay, s’est lancée dans l’achat-flash pour les consommateurs en ligne. Les clics sur son site web ont atteint le record de 1,8 milliard en 3 jours.

Personnel de taobao.com

“Les bénéfices de l’achat-flash sont évidents pour les consommateurs. Pour les propriétaires de boutiques en ligne, c’est une forme de promotion. En même temps, ce aide taobao.com à gagner des clients.”

Tandis que de plus en plus de clients se lancent avec plaisir dans l’achat-flash, les experts préviennent des risques potentiels. Quand ils sortent des produits a prix bas, certains ne disent pas combien sont disponibles. Quand les affaires sont faites, les propriétaires refusent de livrer les produits en prenant pour excuse la rupture de stock.

Xiao Wang, consommateur

“Comment savoir si le deal est juste? Est-ce que le propriétaire de la boutique dit finalement combien il vend ses produits? Ces questions valent la peine d’être discutées.”

Les hommes de loi suggèrent que les consommateurs gardent trace de leurs deals pour être protégés légalement. Et bien, sur, les consommateurs ont aussi besoin de garder le sang froid devant ces prix incroyablement bas.

Chine : lacune dans la traduction des livres

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

En plus de la différence culturelle, la traduction est aussi un facteur important pour l’exportation de livres chinois. Lors d’une récente conférence de promotion, la demande s’est révélée très importante pour des livres chinois bien traduits, en littérature et en sciences sociales.

Lors de la 6e conférence de promotion des livres chinois, les participants ont appelé à une traduction de meilleure qualité. Les problèmes qui se présentent : mauvais usage de langue, traduction trop littérale résultant en une accumulation de mots qui ne veulent rien dire, ou même des contresens. La qualité de la traduction devrait s’améliorer notamment pour les oeuvres littéraires et les ouvrages de sciences sociales.

Guo Guang

Directeur

Maison d’Edition des Jeunes de Chine

Londre

“En plus d’une bonne maîtrise de la langue et des techniques de traduction, un bon traducteur doit aussi avoir une solide connaissance de la culture du pays ciblé, et aussi des connaissances professionnelles nécessaires pour la traduction. Nous avons un grand besoin de bons traducteurs.”

La plupart des traducteurs chinois travaillent en free-lance. Des livres mal traduits sont sortis en raison d’une absence de qualification. Les mauvaises traductions ne sont pas seulement un problème de perte d’information, les lecteurs étrangers n’achèteront pas des livres qu’ils ne peuvent pas comprendre.

Selon certains experts, un système de formation doit être établi pour le travail de traduction. Il y aura des normes et des règlements, et une équipe de talents fiable. La traduction est l’un des point clés pour l’exportation de livres chinois.

Les régions centrales attirent un tiers des investissements français en Chine

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

Les régions au centre de la Chine — les provinces du Hubei, du Hunan et du Jiangxi — ont attiré un tiers des investissements français en Chine alors que la coopération économique et culturelle entre la France et ces régions est plus florissante que jamais.

C’est ce qu’a fait savoir mercredi Serge Lavroff, le consul général de France à Wuhan, à l’occasion des célébrations du 14 juillet –la Fête nationale française– organisées dans la capitale du Hubei.

La France s’est implantée très tôt au centre de la Chine, en créant un Consulat général à Wuhan dès 1998. Depuis, la coopération entre ce pays européen et les provinces du Hubei, du Hunan et du Jiangxi a affiché une vitalité éclatante, a rappelé M. Lavroff, ajoutant que les régions centrales de Chine comptent un grand nombre de francophones.

Actuellement, plus de 80 entreprises françaises sont installées dans ces trois provinces centrales, et plus d’un millier de Français y vivent.

La coopération économique sino-française est aussi caractérisée par sa diversité : de l’automobile à l’énergie, de la vente au détail à la banque, en passant par le développement urbain durable et les technologies de pointe.

Au-delà de ces échanges économiques fructueux, la France a aussi renforcé sa coopération en matière de culture, d’éducation et de recherche scientifique avec les provinces centrales de Chine. Chaque année, plus de 2 000 étudiants sont envoyés par ces trois provinces faire des études en France, soit près de 20% du nombre total d’étudiants chinois partant étudier dans le pays.

M. Lavroff a cité d’autres exemples de coopération culturelle sur la durée, tels que le septième Panorama du cinéma français, le cinquième Festival Croisements franco-chinois et la quatrième édition de la Fête de la musique.

En avril 2010, la France et la province du Hubei ont signé une lettre d’intention de coopération en matière de développement urbain durable. Wuhan a été désignée comme ville pilote dans ce domaine.

Pour M. Lavroff, le projet de la protection du lac Liangzi et la planification urbaine est un exemple magistral des nombreux projets mis en oeuvre par la France et le gouvernement local du Hubei.

Le consul général s’est déclaré confiant concernant la pérennité et la qualité de la coopération entre la France et les régions du centre de la Chine.

Goso.cn, le Moteur de Recherche du Peuple en Chine

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

Après le départ de Google de Chine, son remplacement s’est un peu fait attendre mais c’est un remplaçant de taille puisqu’il s’agit d’un moteur de recherche lancé par le portail d’information officiel du gouvernement People’s Daily. Baptisé Goso, il arbore fièrement le slogan « Moteur de Recherche du Peuple » avec un design très très proche de Google. Autant dire que c’est un moteur de recherche très propre, c’est-à-dire où la censure est le premier mot d’ordre. Essayez de taper quelques requêtes comme le fameux Tiananmen ou encore youtube, p*rn, wikipedia et vous comprendrez très vite. Goso couplé au Great Firewall, c’est surement le système de censure par excellence.

Reste à savoir ce qu’en pensent les internautes car beaucoup d’avis négatifs et ironiques ont déjà fait irruption sur la toile chinoise. Goso viendra-t-il marcher sur les plates bandes de Baidu ?

Expo 2010 : les pavillons les plus chers et les moins chers

Ajouté au 21/07/2010 par SHI Lei

Depuis l’ouverture de l’Expo universelle 2010, on a beaucoup parlé des records de cette Expo, comme le plus grand nombre de pays participants ou le premier pavillon dédié aux personnes handicapées. Mais quels sont les pavillons les plus chers et les moins chers ?

Ce pavillon de 9,24 m² est en fait un appartement mobile de 3 étages. Malgré sa petite taille, il comprend tout ce qu’il faut dans une maison: le salon, la cuisine, la salle de bain, le bureau, la chambre… et il y a même un balcon au 3ème étage.

Ce programme du Portugal pour la zone des meilleures pratiques urbaines a déjà été mis en oeuvre dans plusieurs villes du pays. Pratiques, ces mini-maisons peuvent être transportées facilement, même par camion.

Visiteuse

“Je pense que l’idée est vraiment géniale. Et je pense aussi que ça correspond bien à la situation de la Chine. Il y a trop de monde en Chine.”

Zhang Ni

Journaliste de CCTV-F

“Ce petit pavillon avec un coût de construction de 8 mille euros est considéré comme le pavillon le moins cher dans cette exposition universelle. Mais quel est le pavillon avec le coût de construction le plus élevé ?”

“La pavillon de l’Arabie Saoudite. 140 millions d’euros pour le construire. Il s’agit de l’un des pavillons les plus grands et les plus chers.”

Avec une cour intérieure ressemblant à celle de l’hôtel 7 étoiles à Dubai, le pavillon nous emmène dans une atmosphère de luxe. Mais le point fort de ce pavillon est sans doute son cinéma IMAX, le plus grand du monde. Cet écran à 360 degrés projette l’histoire de ce riche pays.

Abdulhamid Hasan

Directeur du pavillon de l’Arabie saoudite

“Il y a un proverbe chinois qui dit : “yi hua sheng qian yan”, c’est à dire : une image vaut mille paroles. Donc, nous avons proposé aux visiteurs un film, et un film bien particulier. C’est comme voyager sur un tapis volant, nous transportons nos visiteurs en Arabie saoudite.”

Cette expérience unique au monde fait du pavillon celui le plus visité de l’Expo. Tous les jours pour entrer, il faut faire la queue au moins 6 heures. Mais pour témoigner d’une telle richesse, ça vaut le coût !

« Précédent Suivant »