Chine : les grottes de Longmen rouvertes au public

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

Les grottes de Longmen situées dans la province du Henan (centre) et inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco, ont été rouvertes mardi aux touristes, trois jours après leur fermeture en raison d’une montée des eaux de la rivièreYi.

La rapide croissance de sa consommation permet à la Chine de prendre la tête des pays émergents

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

La Chine se classe au premier rang des 27 économies émergentes, du fait de son énorme marché de la consommation et de sa croissance économique rapide, d’après l’indice Emerging Markets Opportunity publié par la société américaine de comptabilité Grant Thornton.

Cet indice prend en compte des facteurs clés comme la taille de l’économie, la richesse, l’implication dans le commerce mondial, le potentiel de croissance et les niveaux de développement humain.

La Chine enregistre 454 points, soit le double de l’Inde (222 points), qui figure en deuxième place, et près du triple de la Russie (163 points), qui pointe à la troisième place.

« La Chine est en tête grâce à son énorme marché de consommateurs, une économie qui s’ouvre chaque jour davantage et une croissance extrêmement rapide du commerce, ce qui offre une kyrielle d’opportunités commerciales pour les investisseurs potentiels », a dit Xia Zhidong, Partenaire et Vice-président de Grant Thornton Chine.

D’après les chiffres de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement, c’est la Chine qui attire le plus d’investissements étrangers parmi les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine).

L’année dernière, le flux entrant des investissements directs étrangers en Chine a représenté 95 milliards de Dollars US, suivi par la Russie avec 39 milliards de Dollars US, puis l’Inde et le Brésil, avec 35 milliards de Dollars US et 26 milliards de Dollars US respectivement.

« Dans le futur, davantage d’opportunités apparaitront dans les infrastructures améliorées, le capital humain renforcé, les investissements dans la recherche et le développement, et l’élargissement de la base de la classe moyenne », a dit M. Xia.

Cependant, un manque de main d’oeuvre qualifiée, des coûts du travail en augmentation et un faible niveau du PIB par tête sont des entraves majeures aux investissements étrangers en Chine.

D’après Grant Thornton Chine, 23% des entreprises chinoises ont déclaré qu’elles faisaient face à une pénurie de main d’oeuvre qualifiée, soit plus que la moyenne mondiale, qui est de 21%.

Parmi les cinq premières places de l’indice, les pays du BRIC en occuppent quatre.

L’Inde, bien que loin derrière, dispose tout de même d’un immense marché de consommateurs, et d’une industrie des services florissante, qui représente 55% de son PIB, contre 40% pour la partie continentale de la Chine.

La Russie, en troisième position, ne dispose que d’une base de consommateurs bien plus faible que la Chine ou l’Inde, mais son PIB par tête est plus du double de celui de la Chine, et plus de cinq fois celui de l’Inde. De plus, son haut niveau de consommation par tête est proche des niveaux des villes les plus importantes des économies avancées d’Europe.

Interview de l’Ambassadeur et du Conseiller Culturel au CCF

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

Les journalistes en herbe de la Beijing Student Press Association se sont entretenus avec l’Ambassadeur de France, S.E.M. Hervé Ladsous, et le Conseiller Culturel de l’Ambassade de France, M. Anthony Chaumuzeau, au Centre Culturel Français de Pékin.

A la veille de la visite du pavillon français de l’Exposition Universelle de Shanghai, un groupe de 40 lycéens journalistes, membres de la Beijing Student Press Association, sont venus au Centre Culturel Français de Pékin ce vendredi 23 juillet 2010 interviewer l’Ambassadeur de France et le Conseiller Culturel, afin de mieux comprendre la culture française. Lors de cette rencontre, les thèmes abordés furent très variés : l’éducation, la culture, l’art, l’amitié franco-chinoise, les sciences, l’environnement…

A la suite de cet entretien, les apprentis journalistes ont pu visiter le Centre Culturel Français de Pékin, la médiathèque, ainsi que les locaux de l’Alliance Française et de CampusFrance. Ils ont ainsi pu découvrir la palette très large d’activités proposées au Centre Culturel Français et entendre les sonorités mélodieuses de la langue française. La rencontre s’est terminée par un goûter convivial. Le 25 juillet, les élèves sont partis à Shanghai, à la découverte des sens au Pavillon français.

Varin : la Chine au coeur de la stratégie de PSA Peugeot Citroën

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

La Chine est au coeur de la stratégie du constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën, a déclaré Philippe Varin, président du directoire du groupe, lors d’une interview accordée mercredi à Xinhua.

“La dynamique de la croissance sur le marché chinois est là pour durer, la Chine est au coeur de notre stratégie”, a affirmé M. Varin, à l’issue d’une conférence de presse consacrée à la présentation des résultats semestriels de PSA Peugeot Citroël.

“La Chine est devenue le plus grand marché du monde” et désormais deuxième marché du groupe PSA Peugeot Citroën, a remarqué M. Varin. “La croissance du marché chinois est très claire.”

“Nous avons enregistré des succès très positifs avec (la compagnie chinoise) Dongfeng à Wuhan (centre de la Chine)”, a-t-il rappelé.

Au premier semestre 2010, la performance opérationnelle du groupe français en Chine s’est “nettement améliorée”, rapportant une croissance de 50% de ventes de véhicules (à 176.000 unités) et un bénéfice net de 97 millions d’euros, contre 9 millions d’euros.

“Nous tablons cette année sur une croissance qui sera voisine de 15% sur l’année”, a dit le patron du deuxième manufacturier européen.

“Nous avons placé un des membres de notre direction générale à Shanghai, ce qui est un signe très fort”, a remarqué le président du directoire du groupe français.

“Nous avons signé, ceci est sujet à l’accord des autorités ( chinoises), une deuxième joint-venture avec Chang’an, et nous renforçons nos équipes de style et d’engineeing à Shanghai”, a précisé M. Varin. “Tout ceci témoigne du fait que la Chine est au coeur de la stratégie du groupe.”

Grégoire Olivier, membre du directoire de PSA Peugeot Citroën chargé des affaires asiatiques, sera envoyé en septembre prochain à Shanghai pour y piloter la section Asie du groupe français.

PSA Peugeot Citroën avait signé le 9 juillet avec le groupe automobile China Changan un contrat portant sur la création d’ une coentreprise à parité en Chine. La coentreprise, qui sera basée à Shenzhen (sud de la Chine), sera dotée d’un capital de 4 milliards de RMB ( environ 444,4 million d’euros). Le montant de l’investissement initial est de 8, 4 milliards de RMB (933,3 millions d’euros).

Cet accord doit être approuvé début 2011 par les autorités compétentes chinoises, a assuré M. Varin, lors de la conférence de presse à Paris. “La création d’une deuxième joint-venture en Chine représente une étape majeure dans le développement de nos opérations hors Europe.”

Le patron de PSA Peugeot Citroën a également fait savoir que le volet “nouvelles énergies” est “au premier rang” des priorités du groupe français.

“Que ce soit avec Dongfeng à Wuhan ou que ce soit dans le cadre de notre nouvelle joint-venture avec Chang’an, nous avons un volet dit +nouvelles énergies+, et ce volet va nous permettre de développer les technologies, en priorité d’ailleurs les technologies hybrides, à partir de notre centre de Shanghai”, a-t- il expliqué.

PSA a annoncé un bénéfice net de 680 millions d’euros au premier semestre 2010, un rebond remarquable après une perte nette de 962 millions durant la même période de 2009.

Le chiffre d’affaires semestriel du groupe français a atteint 28,394 milliards d’euros, soit une hausse de 20,8%, grâce “au succès des nouveaux modèles, aux grains de parts de marché et à une demande mondiale bien orientée”, a indiqué PSA Peugeot Citroën dans un communiqué.

Pour l’année 2010, PSA Peugeot Citroën prévoit une baisse de 7% du marché automobile en Europe, une croissance à deux chiffres en Chine et une hausse à un chiffre en Amérique latine.

La demande chinoise en énergie solaire pourrait atteindre 500 000 kilowatts cette année

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

La demande intérieure chinoise en énergie photovoltaique pourrait atteindre 500 000 kilowatts cette année, a déclarée mardi Liu Xi, directeur adjoint de l’Administration nationale de l’énergie (ANE), la plus haute instance du pays en matière de planification énergétique.

Celui-ci a fait cette remarque lors d’un forum pour la coopération des industries des énergies renouvelables entre les deux rives du détroit de Taiwan. Le forum, d’une durée de deux jours, va s’achever mercredi à Nanjing, la capitale de la province du Jiangsu (est).

La Chine projette de développer le marché de l’énergie solaire progressivement : de 5 millions de kilowatts de capacité en 2015 à 20 millions de kilowatts en 2020 d’après l’ANE.

La technologie photovoltaique produit de l’électricité en convertissant les radiations solaires en courant au moyen de matériaux semi-conducteurs.

Danone devient une entreprise indépendante dans ses activités en Chine

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

Le groupe français Danone a cédé à SAIF ses 337 millions de voix, soit 22,98 % des actions du groupe Huiyuan, à un prix unitaire de 6 HKD et pour un total de 202,4 millions de HKD. Huiyuan a remercié Danone pour les quatre années de coopération.

La Chine 2e économie mondiale

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

La Chine a détrôné le Japon comme deuxième économie mondiale, a affirmé un haut responsable de la Banque centrale chinoise, dans une interview publiée vendredi.
Yi Gang, un vice-gouverneur de la Banque centrale chinoise et numéro un de l’Administration d’Etat des changes, n’a cependant pas expliqué comment il était arrivé à cette conclusion.

“La Chine est en fait désormais la deuxième économie mondiale”, a dit Yi dans une interview au magazine China Reform, publiée également sur le site internet de l’Administration.

La Chine a réussi à faire face à la crise grâce à un plan de relance géant de 4.000 milliards de yuans (586 milliards de dollars) et à des prêts bancaires qui avaient presque doublé pour atteindre en 2009 quelque 9.600 milliards de yuans.
Son taux de croissance a été de 10,3% au deuxième trimestre et de 11,1% au premier semestre 2010.

Sur les six premiers mois, le PIB chinois s’est élevé à 172.840 milliards de yuans, selon le Bureau national des statistiques, soit 25.324 milliards de dollars, selon le taux de change moyen mensuel de la Banque centrale.

Le Japon doit publier son chiffre du PIB pour le premier semestre à la mi-août.

Jean-Pascal Tricoire : la France doit saisir les opportunités du développement en Chine

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

À la fin du mois de juillet, Jean-Pascal Tricoire, président du directoire de Schneider Electric, a accordé une interview au magazine La Tribune. À cette occasion, il a déclaré : « Il faut regarder la Chine comme un immense chantier et une formidable opportunité pour nos entreprises. La France doit saisir les opportunités du développement en Chine ».

Selon lui, la crise économique a joué un rôle de catalyseur. La Chine en sort renforcée, et elle s’est très bien comportée dans la crise actuelle. La Chine a été, comme il avait pu déjà le constater sur place pendant la crise asiatique de 1997-1998, un stabilisateur. En trente ans, la Chine a fait passer de la pauvreté au statut de classe moyenne plus de 400 millions de personnes. Actuellement, dans tous les domaines, économique, financier, mais aussi culturel et diplomatique, la Chine occupe de plus en plus d’espace.

D’après M. Tricoire, le développement de la Chine implique des besoins accrus en énergie, en logements, en eau et nourriture, et en transports. « On va de moins en moins en Chine pour les coûts, qui sont plus élevés qu’auparavant. On va en Chine d’abord pour le marché chinois, mais aussi pour le dynamisme de l’écosystème de production », explique-t-il.

Sur le développement du pays, il souligne : « Nos interlocuteurs chinois nous demandent désormais d’avoir une vision élargie sur l’urbanisation durable, l’alimentaire, la santé, les nouvelles technologies de l’information. Nos entreprises doivent investir et se développer en Chine ».

Pour saisir ces opportunités, il propose d’« accueillir beaucoup plus d’étudiants et de collaborateurs chinois en France. Nous devons enseigner le chinois dans nos écoles et nous apprendrons beaucoup de la culture et de la manière de penser de ce pays. Nous ne devons pas regarder la Chine au travers nos seuls prismes. Il va aussi falloir apprendre à vivre dans le village mondial avec un voisin sur cinq qui est chinois, parle chinois, pense chinois. Nos entreprises auront des clients, des partenaires, des employés, des actionnaires et des concurrents chinois ».

Schneider Electric emploie déjà 15 000 salariés en Chine, soit près de 15 % de son personnel. La Chine représente un peu plus de 10 % de son chiffre d’affaires, c’est son deuxième marché derrière les États-Unis.

Devenu président du directoire de Schneider Electric en mai 2006, Jean-Pascal Tricoire a vécu cinq ans en Chine où il a occupé, pour le groupe, des fonctions opérationnelles de 1995 à 1999. Passionné de culture chinoise, il préside le Comité France Chine.

Une fusée chinoise de nouvelle génération présentée au Salon international de l’aéronautique et de l’aérospatial de Farnborough

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Le lanceur de nouvelle génération CZ-5 et d’autres fusées de la série Longue Marche (Changzheng), CZ-2C, CZ-2F et CZ-3B, ont fait une apparition groupée le 19 juillet au Salon international de Farnborough en Grande-Bretagne. Ces modèles ont été conçus et fabriqués par l’institut de recherche des fusées porteuses de Chine.

Le lanceur CZ-5 est le dernier modèle de fusées chinoises et se caractérise par une grande poussée, une grande fiabilité, ainsi que par sa conception non toxique et non polluante.

La fusée porteuse CZ-2C est destinée au lancement de satellites héliosynchrones à orbite proche de la Terre. Cette génération a été utilisée dans une trentaine de lancements, dont plusieurs dizaines de satellites commerciaux internationaux, avec un taux de succès de 100 %.

La fusée porteuse CZ-2F a lancé le vaisseau spatial habité par le premier astronaute chinois, Yang Liwei, et quatre vaisseaux inhabités.

La fusée CZ-3B assume le lancement des satellites commerciaux internationaux sur orbite haute. En avril 2010, elle avait été utilisée dans 12 lancements, avec 11 succès et un seul échec.

En plus des fusées, des produits à destination civile comme des véhicules spéciaux et de nouveaux matériaux, tous conçus et développés par l’institut, ont été exposés au Salon.

Ces dernières années, l’institut de recherche des fusées porteuses de Chine s’est attaché aux échanges et à la coopération avec le marché international.

Il s’agit de sa cinquième participation au Salon de l’aéronautique après ceux en Russie, Australie, Chili et France.

Google s’engage à observer la loi chinoise et à se soumettre au controle

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Zhang Feng, directeur du département pour le développement des communication du ministère chinois l’industrie informatique a révélé le 20 juillet à Beijing que la société à capitaux mixtes de Google immaticulée en Chine avait réussi à passer l’examen annuel après avoir mené une restructuration et Google s’engageait à observer la loi chinoise et à se soumettre au contrôle du service compétent.

Zhang Feng a précisé que la société de technologie informatique Guxiang, societé google susmentionnée, a remis le 29 juin un dossier sur les mesures de restructuration relatives au contrôle annuel, selon lesquelles Google continuera à respecter la loi chinoise, à s’engager à fournir les informations s’abstenant de violer les règlements des télécommunications de Chine, ni de compromettre la sécurité d’Etat, les intérêts nationaux, d’ inciter la haine nationale, de propager les idées féodales et superstitieuses, de saboter la stabilité sociale, et d’ émettre  le terrorisme.

« Précédent Suivant »