17ème Foire internationale du livre de Pékin

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

Rendez-vous régulier de la rentrée, la Foire internationale du livre de Pékin est un moment privilégié des échanges éditoriaux avec les éditeurs chinois.

Chaque année le Bureau International de l’édition française (BIEF) présente 1700 titres et publie cette année un « Carnet de Plumes françaises » bilingue franco-chinois mettant à l’honneur les éditeurs de littérature qui participent au 4ème séminaire professionnel organisé par l’ambassade de France en Chine.

Le 28 août, au Centre Culturel français de Pékin, éditeurs chinois et français échangent autour de la place du secteur du livre dans leur environnement éditorial respectif.

Le Festival les Mondes électroniques

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

Originaires de Paris, Chengdu, Pékin, Hong-Kong ou encore Shenzhen, ces artistes se sont retrouvés pour une tournée en Chine, démarrant à Shanghai et passant par Shenzhen, Foshan et Guangzhou pour un total de six dates.

Sur un format de soirée en deux parties, les nuits du Festival ont débuté par des fusions électroniques expérimentales entre artistes franco-chinois. Ainsi, CLAUDE YVANS, artiste français performer depuis les années 70 mêla sa poésie à Dickson DEE, hongkongais créateur du label Noize+Asia, basé sur une musique électronique multiple (soundscapes, turntablism, cut ups…).

Le duo LLND s’est produit au son et à l’image en s’associant à B6, célèbre artiste chinois qui développe une musique minimaliste. AUDIOFLOW de Paris, connu pour ses lives de machines électroniques Dubstep et Techno, s’est produit en duo avec LI DAIGUO, chinois-américain de Chengdu, virtuose d’instruments chinois classiques et axés performance contemporaine.

LON, français de Shanghai, à la musique sombre oscillant entre Ambiant et Break, joua avec YAN JUN, penseur de Pékin qui expérimente avec des moyens différents les ondes sonores et les fréquences.
Les soirées ont continué avec des DJs sets de Dance Music et des lives rythmiques.

Les performances ont été accompagnées par les Live Art Visuels de Pechou LLND, réalisés en direct avec des objets, caméras, donnant une ambiance lumineuse au spectacle.

Expo universelle: des spectacles dans toute la Chine et même à l’étranger

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

Certains spectacles proposés aux visiteurs de l’Exposition universelle de Shanghai sont désormais organisés dans d’autres lieux, extérieurs au site shanghaien. Des spectacles ont déjà eu lieu dans des quartiers résidentiels de Shanghai, dans d’autres villes chinoises, et même à l’étranger.

Selon Hu Jinjun, le directeur adjoint du Bureau de coordination de l’Exposition universelle, à la fin juillet, plus de 80 spectacles, créés par une trentaine de pays participants, avaient déjà été organisés dans des quartiers de Shanghai, à Beijing, dans la région autonome du Ningxia, ainsi que dans diverses villes chinoises. D’ailleurs, le spectacle “Cha” vient d’obtenir un grand succès au Japon.

La France exprime sa tristesse face au drame d’un crash d’avion enChine

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

La France a exprimé mercredi sa tristesse face au drame de l’accident du vol de la compagnie Henan Airlines qui a coûté la vie à plus de 40 personnes, selon un communiqué du ministère français des Affaires étrangères.

Commentaire : l’Europe doit être plus rationnelle en traitant avec la Chine

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

L’étendue et la profondeur des relations sino-européennes actuelles sont sans précédent dans l’Histoire, et des problèmes profonds apparaissent donc de plus en plus. Afin d’apaiser les tensions, il faut résoudre le problème clé, celui du complexe de supériorité des Européens. Cette attitude ne correspond pas à la réalité du développement de la relation sino-européenne. De plus, les « préoccupations » sur la montée de la Chine sont également un obstacle non avoué par les Occidentaux.

Afin de permettre le développement de la relation sino-européenne, l’Europe doit donc changer de mentalité, abandonner l’orgueil et la méfiance, et se défaire de la crainte illusoire qu’elle héberge dans le profond de son cœur. Il faut être plus rationnel en traitant avec la Chine. La diversité et les différences de cultures ne sont pas un état normal pour l’Europe, mais sont une attitude habituelle pour l’histoire et la réalité du monde. Donc, la compréhension et l’admiration mutuelle sont d’importants vecteurs pour les échanges culturels, ainsi qu’une voie pour promouvoir une relation stable entre les pays.

La dissymétrie a toujours existé au cours du développement de la relation entre la Chine et l’Europe. L’Europe aime à regarder la Chine de haut et lui faire la morale. Elle rejette toujours la responsabilité sur la Chine. Dans cette relation dissymétrique, la base de l’égalité n’est pas stable, le respect mutuel insuffisant, et l’admiration ne sait par où commencer.

Dans cette situation, afin d’approfondir la relation sino-européenne, il faut apprendre à s’admirer. L’Europe doit reconnaître qu’on ne peut pas dissiper les différences sur la culture et la conviction de la valeur, mais on peut s’admirer l’un l’autre. Bien comprendre la logique de la pensée chinoise permet de réduire les malentendus et les frictions dans la relation sino-européenne, et de promouvoir le développement du partenariat stratégique des deux côtés. En Chine, il y a un dicton qui dit : « un pas en arrière, et l’on a toute liberté d’action ». Pour l’Europe, ça marche aussi.

Dans l’histoire du contact entre la Chine et l’Europe, il y eut beaucoup de personnes admiratives de la civilisation chinoise. Le grand écrivain français Voltaire a adapté le roman chinois Les orphelins de Zhao en une tragédie intitulée Les orphelins chinois, qui eut une grande répercussion en France. Dans la période contemporaine, les sinologues Kristofer Schipper, Wolfgang Kubin et Helwig Schmidt-Glintzer ont connu de grands succès dans la recherche sur la pensée et la culture chinoise.

Les gouvernements, les élites et les médias européens ont donc la responsabilité de présenter sincèrement la situation chinoise au public européen pour lutter contre les fausses idées de l’Europe à l’encontre de la Chine.

Dominique de Villepin : La crise financière reflète la stabilité de l’économie chinoise

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

« Les pays asiatiques, en particulier la Chine, ont joué un rôle moteur dans la reprise économique après la crise financière. En effet, le développement de l’économie chinoise n’a pas débuté avec cette crise ; au contraire, la crise financière a reflété la stabilité de l’économie chinoise », a déclaré Dominique de Villepin, président de l’Association Asia-Pacific CEO’s (APCEO) et ancien Premier ministre français le 30 août à Beijing.

M. de Villepin est en visite en Chine à l’occasion du premier Sommet mondial des Industries innovantes, qui aura lieu du 31 août au 3 septembre à Changchun, dans la province du Jilin (nord-est de la Chine). À l’occasion de l’interview exclusive qu’il a accordée à China.org, il a expliqué que « le Sommet évoquera les perspectives d’un partenariat mondial pour l’innovation et la coopération dans les industries innovantes, pour assumer en commun la responsabilité d’une croissance verte durable et porteuse de progrès social ».

« La Chine devient de plus en plus un acteur central des relations internationales et un coopérateur indispensable mondial, en matière financière, mais aussi climatique et stratégique. C’est pourquoi nous choisissons une ville chinoise pour le premier sommet ».

À propos du thème du sommet, « Nouvelle révolution industrielle et économie verte », il affirme que « face à la réalité du réchauffement de toute la planète, il faut changer notre modèle de développement dépendant du pétrole. Nous devons exploiter les énergies renouvelables, à savoir l’énergie éolienne, l’énergie solaire et l’énergie nucléaire. La Chine a déjà établi son propre plan sur le développement vert, et par la suite il y aura un grand marché de coopération avec le pays dans les domaines de la biotechnologie, des nouveaux matériaux, ou encore des automobiles électriques ».

Quant à la crise de la dette souveraine en Europe, Dominique de Villepin souligne qu’il s’agit d’« un problème inhérent à l’intégration économique de l’Union européenne. Nous sommes en train d’établir un mécanisme pour promouvoir un meilleur développement de l’intégration économique de l’UE, par exemple avec la réforme fiscale. Tout ce qui est fait sert à renforcer la coopération intérieure, mais pas la concurrence. En outre, le G20, dont la France fait partie, joue un rôle important dans ce processus ».

Selon les Chinois, la poésie est romantique et la politique est réaliste, et en tant qu’homme politique et poète, Dominique de Villepin pense que ces deux qualités sont nécessaires à la résolution des problèmes actuels. « Lorsqu’on doit transformer la concurrence en coopération, nous devons avoir une imagination de poète et l’attitude pragmatique d’un homme politique. Les deux ne sont pas en contradiction », analyse-t-il.

L’Association Asia-Pacific CEO’s vise à promouvoir la coopération internationale et les rencontres entre décideurs économiques, diplomatiques, politiques à l’échelle internationale. Dominique de Villepin la préside depuis 2008. Après le Sommet mondial des Industries innovantes à Changchun, il se rendra dans la province du Shanxi, à Jincheng, afin d’inaugurer une stèle dans le parc naturel de la rivière Monghe sur laquelle sera inscrit l’un de ses poèmes, en français et en chinois.

Le boulanger personnel du président Sarkozy en Chine pour faire des gateaux de lune

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

Le boulanger du président français Sarkozy est arrivé le 28 août à Tianjin. L’objectif de son voyage est d’exercer le contrôle final sur le gâteau de lune au fromage et à la confiture, dont les recherches et la fabrication ont pris un an pour avoir une combinaison parfaite entre les gâteaux et les gâteaux de lune traditionnels chinois. Selon le boulanger, il proposera certainement ce type de gâteau de lune au président français Sarkozy et sa femme Carla Bruni.

Selon le boulanger, Nicolas Sarkozy aime la farce de pommes, que ce soit pour les gâteaux ou les pains, alors que sa femme Carla Bruni mange peu de gâteaux pour garder la ligne. Agé de 40 ans, il est devenu le boulanger personnel du président Sarkozy en 2007 et il a souvent accompagné le président lors de ses tournées dans les autres pays. La dernière fois qu’il a fourni les services au président était lors de la cérémonie d’ouverture de l’Exposition universelle de Shanghai.

Lorsque le journaliste a trouvé le boulanger, il était en train de fabriquer attentivement des nouveaux produits qu’ils avait conçu – le gâteau de lune au fromage et à la confiture – sur la chaîne de production de la compagnie de Jinleyuan. Selon lui, le gâteau de lune est un produit traditionnel chinois que tout le monde mange lors de la fête de la mi-automne. Sa connotation culturelle a même dépassé sa valeur d’aliment. Ils discutent toujours des moyens pour combiner la cuisine chinoise qui a une longue histoire et la cuisine française une grande diversité. « Vu que le fromage est un produit indispensable dans tous les foyers français, alors j’ai pensé ‘si l’apportais en Chine ? ‘ Ainsi est né ce gâteau de lune au fromage et à la confiture après un an de recherches. Il est excellent que ce soit la forme, la couleur, la structure et les couches. Sou goût excellent va certainement susciter votre appétit. » « M. le président l’aimera aussi sans doute. »

Chine/UE : dialogue stratégique entre Dai Bingguo et Catherine Ashton

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

La Chine et l’Union européenne (UE) ont tenu mercredi leur cinquième dialogue stratégique à Guiyang, la capitale de la province du Guizhou, dans le sud-ouest de la Chine.

Le conseiller d’Etat chinois Dai Bingguo et la haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères Catherine Ashton ont co-présidé la rencontre d’un jour au cours de laquelle les deux parties ont discuté des questions régionales et internationales importantes, ainsi que des relations entre la Chine et l’UE.

Lors de la rencontre, M. Dai a souligné la nécessité de renforcer la coopération entre tous les pays dans le processus de globalisation, afin de relever les grands défis mondiaux.

Depuis l’application de la politique de réforme et d’ouverture il y a plus de 30 ans, la Chine a fait des progrès remarquables, a poursuivi Dai Bingguo, qui a souligné néanmoins que la Chine restait un pays en voie de développement et qu’elle se concentrerait sur son développement national pour une longue période.

La Chine ne prétendra jamais à l’hégémonie et poursuivra une voie de développement pacifique, a indiqué M. Dai, avant de souligner que le développement de la Chine nécessitait un environnement international pacifique et que celui-ci contribuait en même temps à la paix et au développement dans le monde.

Le gouvernement chinois soutient toujours la construction de l’UE et il attache une importance particulière aux relations sino-européennes, a fait remarquer M. Dai. Il a donc appelé les deux parties à renforcer le dialogue politique, à augmenter la confiance mutuelle sur le plan stratégique, à étendre les domaines de coopération de manière égalitaire, à traiter de manière appropriée les difficultés entre les deux parties et à multiplier les échanges bilatéraux, afin de porter à un nouveau niveau le partenariat de coopération stratégique Chine-UE.

Mme Ashton a de son côté réaffirmé la volonté de l’UE de renforcer le dialogue politique et économique avec la Chine et d’étendre les domaines de coopération entre les deux parties.

L’UE doit considérer le développement de la Chine comme une opportunité importante et s’efforcer d’intensifier la coopération bilatérale dans les domaines du commerce, de l’investissement et de l’emploi, a-t-elle indiqué, ajoutant que l’UE accordait une haute importance au rôle de la Chine dans les affaires internationales et qu’elle était prête à renforcer la communication et les consultations entre les deux parties, afin de relever ensemble les défis du monde.

Mme Ashton se rend mercredi soir à Beijing, où elle rencontrera le Premier ministre chinois Wen Jiabao et le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi.

Le modèle de croissance chinois est en train de changer, selon un journal français

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

Le ralentissement de la croissance de l’économie américaine se confirme. Le département du commerce à Washington a révisé, vendredi 27 août, le produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre à 1,6 % en rythme annuel contre 2,4 % en première estimation. Le redressement de l’économie américaine est “loin d’être achevé”, a estimé le président de la Réserve fédérale (Fed) Ben Bernanke lors d’un discours à Jackson Hole (Wyoming), ajoutant que la Fed était “prête” à prendre des mesures supplémentaires pour la soutenir.

Michel Aglietta, professeur d’économie à l’université Paris-Nanterre, analyse l’ampleur de la détérioration de l’économie américaine, les risques que ce ralentissement fait planer sur le reste du monde.

Washington vient d’annoncer une révision significative du PIB américain pour le deuxième trimestre. Que doit-on en penser ?

Cela signifie que le ralentissement de la croissance arrive plus vite que prévu. Le rebond de l’économie en début d’année n’a été que le résultat du restockage et du plan de relance budgétaire. Aux Etats-Unis, le marché de l’immobilier ne s’est pas redressé, les prix baissent, les saisies de maisons se poursuivent. Il faudra deux ou trois ans pour que les effets délétères des subprimes, ces emprunts hypothécaires dont les défauts s’échelonnent, s’estompent.

Faut-il craindre comme l’évoquent certains économistes un “double dip”, une nouvelle récession ?

On peut le craindre. Mais le scénario d’une croissance molle, inférieure à 2 %, est le plus probable. Autrement dit celui d’une reprise très faible qui maintiendrait le chômage autour de 10 %. Pour les Etats-Unis, où le modèle économique est celui du plein-emploi, cela soulève une interrogation : pourront-ils le supporter ? Les allocations chômages ne sont pas adaptées à un tel phénomène.

Et si l’on ignore sa probabilité, le risque d’un double dip n’est pas à écarter. La Fed a des marges de manœuvre étroites pour soutenir l’économie. Ses taux d’intérêt directeurs sont déjà à 0 %, le système financier reste fragile.

Le premier risque viendrait d’une croissance trop faible avec une consommation flageolante qui supposerait de relancer l’économie par le commerce extérieur. Et donc de faire baisser le dollar pour faciliter les exportations. Mais une chute brutale du billet vert pourrait provoquer une panique financière qui ferait plonger le pays dans la récession.

L’autre danger serait que le gouvernement mette en place un nouveau plan de relance. Or, son déficit est déjà autour de 10 % du PIB. Un nouveau stimulus budgétaire pourrait effrayer les détenteurs de dettes américaines qui sont en majeure partie des non-résidents. Ils pourraient alors exiger une rémunération plus élevée, ce qui ferait remonter les taux d’intérêt. Cela tuerait la croissance avec, en outre, un effet boule de neige sur la dette publique.

Quels risques le ralentissement américain fait-il planer sur l’Europe ?

Ce que l’on observe aux Etats-Unis se manifestera d’ici à six mois en Europe. Toutes choses égales par ailleurs, on peut s’attendre à une croissance au deuxième semestre en zone euro inférieure à 2 % et de l’ordre de 1,5 % en 2011. Il n’y a que les gouvernements qui pensent encore autre chose.

Surtout si le ralentissement est trop prononcé, on peut redouter une nouvelle crise de dettes souveraines. Les pays qui ont prévu des remèdes de cheval pour résorber leurs déficits ne pourront pas les tenir. Cela inquiétera le marché. Les dettes grecques et espagnoles pourraient alors être attaquées de nouveau.

La Chine et les pays émergents peuvent-ils “sauver” la croissance mondiale ?

La Chine comme le Brésil font partie de la solution. Le modèle de croissance chinois est en train de changer. Les salaires progressent, la consommation intérieure se développe. Mais la transition vers cette nouvelle forme de développement prendra du temps. D’ici là la Chine doit parvenir à éviter la surchauffe, les dérapages dans l’octroi de crédits et la bulle immobilière. Si, à moyen terme, la Chine comme le Brésil sont les vecteurs de la sortie de crise, il n’est pas impossible que ces pays traversent à court terme encore quelques trous d’air.

Rentrée artistique à Shanghai : forte présence française

Ajouté au 10/09/2010 par SHI Lei

Le mois de septembre est traditionnellement un temps fort pour l’art contemporain à Shanghai, avec la tenue de deux grandes foires : ShContemporary (9-12 septembre) et Shanghai Art Fair (8-12 septembre). Cette année, comme par le passé, les galeries et artistes français sont au rendez-vous et on les trouve en grand nombre dans chacune de ces deux foires.

« Précédent Suivant »