Visite d’État de HU Jintao en France – Signature d’une convention de prêt de l’AFD

Ajouté au 16/11/2010 par SHI Lei

Une convention de prêt d’un montant de 28 millions d’euros a été cosignée le 4 novembre à l’Élysée par son Excellence M. KONG Quan, ambassadeur de Chine en France représentant le Ministère chinois des Finances, et par M. Dov ZERAH, Directeur Général de l’Agence Française de Développement (AFD), en présence de HU Jintao et Nicolas Sarkozy.

Cette convention de prêt concerne le financement de la construction d’un réseau de chauffage urbain pour la municipalité de Jinzhong, située dans la province du Shanxi.

JPEG – 513.8 ko

Cette opération s’inscrit dans la mise en œuvre de la Déclaration conjointe sur le changement climatique, signée par les présidents Nicolas Sarkozy et HU Jintao à Pékin en novembre 2007.

Le projet vise à doter la ville de Jinzhong d’un réseau centralisé de chauffage urbain. Il prévoit de construire la première phase d’un réseau de chaleur, alimenté par une centrale à co-génération nouvellement construite, et qui desservira une surface totale d’environ 10 million de m². Ce réseau se substituera aux anciennes chaufferies d’ilot et de quartier, particulièrement inefficaces et très polluantes. Le projet permettra ainsi d’éviter annuellement l’émission d’environ 400 000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2). Il aura également un effet positif sur la santé publique et le confort de vie des habitants de Jinzhong en évitant l’émission de plusieurs milliers de tonnes de dioxyde de souffre (SO2) et de suie chaque hiver et en améliorant le service public de chauffage urbain. Ces impacts environnementaux sont particulièrement importants dans la province du Shanxi dont l’économie centrée sur l’exploitation du charbon engendre une pollution locale et globale importante.

Le coût total du projet est estimé à 66 millions d’euros auquel l’AFD participe à hauteur de 28 millions d’euros. Le concours de l’AFD servira à l’achat d’équipements.

L’AFD en Chine Institution publique financière, l’Agence Française de Développement (AFD) agit, depuis plus de 60 ans et dans plus de 60 pays, pour combattre la pauvreté et préserver les biens publics mondiaux.

L’AFD intervient en Chine depuis 2004 dans le cadre d’un mandat de lutte contre le changement climatique. Ce mandat a été réaffirmé par la Déclaration conjointe sur le changement climatique adoptée par les Présidents Sarkozy et HU Jintao en novembre 2007 à Pékin.

L’intervention de l’AFD en Chine se décline ainsi selon deux objectifs reflétant les préoccupations stratégiques de la France en Chine :

* Découpler croissance économique et émissions de gaz à effet de serre,
* Nourrir les accords bilatéraux par des partenariats franco-chinois.

Au-delà des économies d’émissions de gaz à effet de serre induites par les projets que réalise l’AFD, l’effet recherché est d’accompagner les politiques publiques chinoises vers des modes de développement plus sobres en carbone.

A la fin 2010, le cumul des engagements nets de l’AFD en Chine devrait s’élever à près de 820 millions d’Euros pour 15 projets, répartis dans les secteurs suivants : efficacité énergétique, énergies renouvelables, développement urbain et rural durable.

Véhicules électriques : coopération scientifique de haut niveau entre la Chine et la France

Ajouté au 16/11/2010 par SHI Lei

À l’occasion du 25e Salon international des véhicules électriques, hybrides et à piles à combustible (EVS 25) à Shenzhen, une délégation française composée d’entrepreneurs et de chercheurs s’est rendue en Chine du 7 au 12 novembre.

« Au cours de sa visite en France, le président chinois Hu Jintao a inspecté spécialement une usine d’automobiles électriques à Nice. Avec l’approfondissement de leur relation, la Chine et la France ne sont pas seulement un vendeur et un acheteur. Nous avons besoin également de recherches communes sur la technologie automobile et l’industrie émergente. Nous avons un grand potentiel de coopération dans ce domaine », a déclaré le 11 novembre Hervé Ladsous, ambassadeur de France en Chine, lors d’une réception d’honneur pour la délégation.

Sur les difficultés du développement du marché, Eric Prosé, président de Tilter et membre de la délégation, a expliqué au journaliste de China.org que « dans un véhicule, nous avons deux cent soixante cellules, contre les quatre au maximum d’un appareil photo. Aujourd’hui, la plus grande difficulté est de trouver une échelle de contrôle électronique qui permet à toutes ces cellules de communiquer de manière harmonieuse, et une autonomie longue distance. L’un de nos défis majeurs est d’utiliser 100 % de l’énergie disponible, de manière fiable et en assurant la sécurité du système de batterie, contre l’utilisation actuelle de 80 % de sa capacité ».

« J’étais venu ici pour trouver un fabricant de batteries qui nous convient, et j’ai été surpris du dynamisme du marché chinois, cela me donne envie d’aller plus vite que prévu vers la création d’une nouvelle usine pour proposer mon véhicule ici ». À propos des coopérations concrètes conclues lors de la visite avec des entreprises chinoises, il a gardé le secret, mais « une coopération scientifique de haut niveau a été établie entre la Chine et la France dans le domaine du véhicule électrique », a-t-il révélé.

Le conseiller pour la Science et la Technologie de l’ambassade de France en Chine, Norbert Paluch, a confirmé ces propos : « La délégation a visité le Centre de recherche sur le véhicule électrique de l’Académie des sciences de Chine, et a conclu des échanges avec les ingénieurs de l’Université de Tsinghua, soit deux des meilleurs établissements chinois dans le domaine. Les deux pays vont continuer à promouvoir la coopération scientifique de haut niveau ».

« Les deux pays ont déjà eu beaucoup de coopérations sur la production de l’électricité nucléaire, une composante importante du véhicule électrique et de la protection de l’environnement, donc, à l’avenir, je suis convaincu que la Chine et la France peuvent développer ce secteur », a répondu M. Prosé aux inquiétudes sur la pollution engrangée par ces activités.

« Les coopérations industrielles dans ce domaine n’ont pas toutes commencé, mais cela est normal. Il faut beaucoup de confiance et des accords de partenariat, ce qui prend du temps », a-t-il indiqué.

Le superordinateur chinois Tianhe – premier reconnu comme le plus rapide du monde

Ajouté au 16/11/2010 par SHI Lei

Le supercalculateur chinois Tianhe-1A devient est le plus rapide du monde dans la liste publée dimanche par les chercheurs américains et européens.

Association « Carrefour France Sichuan » … 10 ans déjà !

Ajouté au 03/11/2010 par SHI Lei

Le 2 Juin 2010, Jean François Lemoux, Directeur Général international de Groupama accueillait au Siège Social de l’entreprise à Paris les membres de l’Association « Carrefour France Sichuan » et leurs invités pour une conférence-table ronde autour du thème « Chine-Sichuan : actualités, accélérations et nouvelles dynamiques ».

Les quelques deux cents participants à cette soirée ont écouté les interventions des meilleurs experts français de l’économie et des entreprises chinoises rassemblés autour de Bernard Debray, président fondateur de l’Association.

Les travaux furent conclus par un discours particulièrement apprécié de Philippe Guelluy, ancien ambassadeur de France en Chine qui a dressé un tableau réaliste de l’actualité politique, économique et humaine chinoise. Il a souligné les efforts remarquables de l’Association et l’intérêt majeur représenté par l’évolution du Sichuan et ses potentialités.

Les membres de l’association se sont ensuite réunis pour fêter le 10ème anniversaire de l’Association, en se remémorant les actions très concrètes menées depuis sa création : missions d’entreprises conduites dans la province en partenariat avec l’Association des Dirigeants Commerciaux de France (DCF), accueil en France de nombreuses délégations sichuannaises, organisation d’expositions…

L’activité de l’association s’appuie tant en France qu’au Sichuan sur un réseau d’associations et d’institutions, et plus particulièrement au Sichuan avec la Chambre de Commerce Internationale du Sichuan (CCPIT), le Centre d’Incubation de PME de l’Union Européenne à Chengdu (EUPIC), et bien évidemment avec le Consulat Général de France et le Bureau Ubifrance à Chengdu.

Au-delà de ces actions, il faut mettre en avant la dimension éducative, culturelle, humaine de l’association composée de bénévoles, hommes et femmes français et chinois, de bonne volonté, tous acteurs de la vie économique, culturelle et sociale.

Chine/Mali : échange de messages de félicitations à l’occasion du 50e anniversaire de l’établissement des relations bilatérales

Ajouté au 03/11/2010 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao et son homologue malien, Amadou Toumani Touré, ont échangé lundi des messages de félicitations à l’occasion du 50e anniversaire de l’établissement des relations bilatérales entre la Chine et le Mali.

Prochaine ouverture du 3e Festival du Film de l’UE en Chine

Ajouté au 03/11/2010 par SHI Lei

« Forts du grand succès des deux précédentes éditions du Festival, nous sommes fiers de vous annoncer que le 3e Festival du Film de l’Union européenne aura lieu du 1er novembre au 2 décembre 2010 », a déclaré le 27 octobre Serge Abou, ambassadeur de l’UE en Chine, lors d’une conférence de presse.

Cette année, le festival prend de l’ampleur puisqu’il se déroulera non seulement à Beijing et Chengdu, mais également pour la première fois à Xi’an. Le festival offrira un large choix de longs et courts métrages de toute l’Union européenne.

Le festival, qui est financé par la délégation de l’Union européenne en Chine et soutenu par l’ambassade de Belgique, invite les pays membres de l’UE à présenter un film récent et ayant rencontré du succès dans son pays d’origine. La sélection permettra au public chinois de découvrir de nouvelles facettes du cinéma européen.

Cette année, la moitié des films seront diffusés dans des cinémas commerciaux de Beijing, Chengdu et Xi’an. Les projections auront lieu au Star City Cinema et au Broadway Cinémathèque MOMA à Beijing ; les projections à Chengdu se tiendront au Stellar Yingdu Multiplex, et à Xi’an au Bona New Horizon International Cineplex.

La seconde moitié des longs métrages, ainsi que les deux programmes de courts métrages seront projetés dans les centres culturels européens suivants : le Centre culturel français, l’Institut Cervantes, l’École internationale de l’ambassade d’Allemagne, l’Institut italien de la culture, et la salle de projection de l’ambassade de Pologne. Chaque film sera projeté en langue originale avec des sous-titres en anglais et en chinois.

Serge Abou : les pavillons européens obtiennent de grands succès à l’Expo

Ajouté au 03/11/2010 par SHI Lei

« Le pavillon de l’UE et les pavillons des pays européens ont obtenu de grands succès au cours de ces 180 journées à l’Expo de Shanghai. Le pavillon de l’UE a accueilli plus de sept millions de visiteurs, et le pavillon France a reçu son 8 888 888e visiteur le 15 octobre. Il faut faire la queue devant tous les pavillons européens », a déclaré le 27 octobre Serge Abou, ambassadeur de l’UE en Chine, lors d’une conférence de presse.

En tant que Commissaire général du pavillon de l’UE, M. Abou a visité plusieurs pavillons de l’Expo. « Pour les visiteurs, particulièrement pour les Chinois, c’est une bonne occasion de découvrir le monde, parce que la plupart des Chinois n’ont pas l’opportunité d’aller à l’étranger. Par exemple, plus de six millions de personnes sont allées au pavillon du Maroc pour connaître ce royaume d’Afrique du Nord, dont la population est seulement d’environ 30 millions ».

« D’après moi, l’Expo est également une occasion de communiquer pour les Chinois. J’ai observé que quand les visiteurs font la queue, ils discutent de leurs provinces, logements, salaires, et d’autres sujets actuels en Chine. La Chine est très grande, mais tout le monde y parle chinois et peut communiquer ; en Europe, c’est un peu difficile », a-t-il expliqué.

Concernant les craintes d’unification linguistique en Europe et la question de la sauvegarde des langues minoritaires, M. Abou a déclaré que le problème était résolu. « L’Union européenne a 27 pays membres et 23 langues officielles. Dans les institutions exécutives, par exemple la Commission européenne, ou bien dans les domaines du transport aérien et de la santé, le personnel doit apprendre au moins deux de ces trois langues : l’anglais, le français et l’allemand. Mais les représentants du pays et le public peuvent s’exprimer dans leur langue maternelle dans les conférences de l’UE et obtenir des informations légales dans cette langue ».

XIIe plan quinquennal chinois: aperçu des opportunités et défis de l’Europe

Ajouté au 03/11/2010 par SHI Lei

Le prochain plan quinquennal de développement de la Chine, qui marquera une avance importante dans le rééquilibrage de la deuxième plus grande économie mondiale, comporte à la fois des opportunités et des défis pour les entreprises de l’Union européenne (UE), a indiqué mardi Duncan Freeman, chercheur à l’Institut bruxellois d’études sur la Chine contemporaine.

« Il y a une volonté de poursuivre les réformes. De nombreuses discussions portent sur le besoin de rééquilibrer l’économie et de rééquilibrer le développement en Chine. Cela constitue le principal élément du plan quinquennal », a affirmé M. Freeman dans une interview accordée récemment à l’agence Xinhua.

Les dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) ont achevé la semaine dernière une réunion importante avec l’élaboration d’un projet de plan pour la stratégie de développement économique du pays pour les cinq ans à venir, en vertu duquel la Chine entend développer une économie durable et verte en stimulant la demande intérieure et en investissant dans les technologies propres.

Le nouveau plan quinquennal constituera une avancée en ce qui concerne le souhait de Beijing de parvenir à une croissance plus durable et plus inclusive, a estimé M. Freeman, qui suit de près les politiques économiques de la Chine et ses relations avec l’UE depuis des années.

« La Chine a toujours mis en place des politiques dans de nombreux domaines, tels que la protection sociale et la consommation. Ce dont il est question dans la préparation du plan quinquennal, c’est le rééquilibrage plus cohérent et plus complet du modèle de développement économique chinois », a-t-il souligné.

Selon cet expert belge, les efforts de la Chine visant à rééquilibrer son économie sont concentrés sur deux fronts. L’un consiste à passer d’une croissance basée sur les exportations à un modèle plus durable reposant davantage sur la consommation intérieure, tandis que l’autre consiste à rechercher le bon équilibre entre la croissance économique et la protection de l’environnement.

« On parle évidemment beaucoup de la nécessité d’accroître la consommation intérieure en augmentant les niveaux de revenus de la population chinoise et en développant un système de protection sociale », a poursuivi M. Freeman, tout en estimant que cette évolution ne sera pas facile. « Il faudra beaucoup d’années pour voir émerger des résultats conséquents ».

Le nouveau plan permettra également à la Chine de développer une économie plus écologique et, parallèlement, l’économie verte deviendra un moteur clé du futur développement de la Chine, a-t-il ajouté.

« L’accroissement de la consommation intérieure et les réformes économiques continues en Chine constituent des opportunités pour les entreprises européennes tant en matière d’investissement en Chine qu’en matière d’exportations vers la Chine », a noté M. Freeman, ajoutant que de plus en plus de Chinois souhaitaient acheter des produits européens haut de gamme généralement plus chers.

Quant aux technologies vertes, une étude européenne menée en 2007 montre qu’elles sont, avec les produits haut de gamme et les services commerciaux, l’un des trois secteurs les plus lucratifs du marché chinois à moyen terme pour les entreprises européennes.

Mais l’UE s’inquiète de la concurrence croissante de la Chine alors que les entreprises chinoises sont de plus en plus pointues dans le domaine des technologies vertes.

« Vont donc naître des opportunités ainsi qu’une potentielle concurrence », a ajouté l’expert belge.

La coopération Chine-ASEAN joue un rôle clé dans la paix et le développement régionaux

Ajouté au 03/11/2010 par SHI Lei

La coopération entre la Chine et l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) s’est progressivement renforcée et a joué un rôle clé dans l’instauration de la paix, de la stabilité et du développement régionaux, a estimé le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung, lors d’un entretien exclusif accordé à l’agence Xinhua.

“Suite à environ deux décennies de développement, la relation entre la Chine et l’ASEAN est devenue l’une des plus complètes et actives des relations qu’entretiennent l’ASEAN et ses partenaires de dialogue”, a indiqué Nguyen Tan Dung, lors de l’entretien préalable au 17e sommet de l’ASEAN et aux sommets connexes entre l’ASEAN et ses partenaires de dialogue.

La zone de libre-échange Chine-Asean (CAFTA), officiellement lancée le 1er janvier 2010, constitue le résultat le plus notable enregistré par les deux parties, a rappelé le Premier ministre, ajoutant que l’établissement de la CAFTA avait facilité le commerce, les investissements et les échanges personnels entre la Chine et l’ASEAN.

Peuplée de 1,9 milliard de personnes, la CAFTA demeure la première du genre mise en oeuvre entre les pays en développement et elle est la 3e plus importante au monde en terme de volume commercial, juste derrière celles établies en Amérique du Nord et en Europe.

Plusieurs politiques favorisant le commerce et les investissements sont appliquées au sein de la CAFTA, où 90% des produits échangés entre la Chine et l’ASEAN sont exemptés des droits de douane.

Selon les statistiques du ministère chinois du Commerce, le montant des investissements cumulés entre la Chine et l’ASEAN a atteint 69,4 milliards de dollars à la fin de juin 2010. L’ASEAN est devenue le 3e marché d’importations et la 4e destination d’exportations de la Chine alors que le volume des échanges commerciaux entre les deux parties s’est chiffré à 185,38 milliards de dollars durant les huit premiers mois de cette année.

Le Premier ministre vietnamien a salué les efforts déployés ces dernières années par la Chine à la construction de la communauté de l’ASEAN, dont un fonds d’investissements de dix milliards de dollars et un prêt de 15 milliards de dollars.

En prévision du 13e sommet ASEAN-Chine, Nguyen Tan Dung a fait savoir que les deux parties devraient continuer à approfondir leurs relations d’intérêt réciproque et contribueraient de façon positive à la paix et à la sécurité régionales.

L’ASEAN regroupe actuellement Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, la Malaisie, le Myanmar, le Laos, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.

Ayant pour thème “Vers la communauté de l’ASEAN : de la vision à l’action”, le 17e sommet de l’ASEAN et les sommets connexes entre l’ASEAN et ses partenaires de dialogue doivent se dérouler de jeudi à samedi à Hanoï.

Visite de Hu Jintao en France: le nucléaire et l’aviation espèrent de nouveaux contrats

Ajouté au 03/11/2010 par SHI Lei

La Chine et la France espèrent signer plusieurs documents de coopération dans l’énergie nucléaire civile ainsi que dans l’aviation, a déclaré jeudi Fu Ying, vice-ministre chinois des Affaires étrangères.

Mme Fu a fait cette remarque lors d’un point de presse portant sur la visite du président chinois Hu Jintao en France et au Portugal du 4 au 11 novembre.

La Chine et la France ont établi une coopération fructueuse en matière d’énergie nucléaire civile et d’aviation, citant pour exemple la centrale nucléaire de Daya Bay dans la province du Guangdong (sud), ainsi que la cha?ne d’assemblage final d’Airbus A 320 à Tianjin, a-t-elle poursuivi.

La Chine a une attitude positive envers la France quant au développement de la coopération dans ces deux domaines, ajoutant que les deux parties cherchent ensemble à l’étendre.

En réponse à une question concernant l’impact des grèves actuelles en France, elle a répondu que la situation en France ne bousculerait pas l’ordre du jour du président chinois.

La visite du président Hu en France et au Portugal intervient dans un contexte économique mondial encore instable et à la veille du Sommet du G20 à Séoul.

Cette visite s’inscrit également dans la promotion des relations amicales entre la Chine, la France et le Portugal, et plus généralement entre la Chine et l’UE.

Pendant son séjour en France, M. Hu s’entretiendra avec le président fran?ais Nicolas Sarkozy et rencontrera le Premier ministre Fran?ois Fillon ainsi que d’autres dirigeants fran?ais.

Mme Fu a indiqué que l’objectif de la visite de Hu Jintao en France était de promouvoir un développement stable et à long terme des relations stratégiques entre la Chine et la France.

“La Chine est satisfaite du développement complet des relations bilatérales, mais nous estimons que nos relations doivent refléter les changements actuels”, a ajouté Mme Fu.

La Chine souhaite qu’à travers le dialogue de haut niveau, les deux pays puissent intensifier la compréhension et la confiance mutuelles, et promouvoir un partenariat d’égalité et de respect mutuel entre les deux puissances.

Dans le domaine économique, la Chine espère que cette visite permettra de promouvoir le commerce bilatéral et les investissements afin d’obtenir de nouveaux progrès, a-t-elle fait savoir.

Les dirigeants des deux pays discuteront aussi de la promotion des relations Chine-UE et de la coopération à un niveau international, a ajouté Mme Fu.

Vu que la France prendra la présidence du G20 à la mi-novembre, les deux dirigeants devraient procéder à un échange de points de vue sur le sommet du G20 de Séoul et sur le futur développement du mécanisme du G20, a poursuivi Mme Fu.

Les discussions porteront aussi sur la coopération dans les domaines des hautes technologies, de l’économie d’énergie, de la protection environnementale et des échanges culturels et éducatifs, a-t-elle révélé, ajoutant que les deux parties pourraient signer des accords dans ces domaines.

Lors de son séjour au Portugal, Hu Jintao aura des entretiens avec le président portugais Anibal Cavaco Silva, le Premier ministre Jose Socrates et d’autres dirigeants portugais.

Les deux parties discuteront de l’élargissement de leur coopération dans les domaines du commerce, des investissements, de la construction d’infrastructures, des nouvelles énergies et des échanges culturels, a ajouté Fu Ying.

La Chine souhaite signer des documents de coopération dans ces domaines avec le Portugal, a fait savoir Mme Fu, ajoutant que la coopération économique et culturelle serait au centre des discussions.

« Précédent Suivant »