La France émet un timbre à l’effigie du lapin pour le Nouvel An chinois

Ajouté au 24/01/2011 par SHI Lei

Selon le quotidien chinois en France Nouvelles d’Europe, pour célébrer l’année lunaire du lapin, la poste française a émis un timbre spécial et organisé les 14 et 15 janvier une vente-signature au Carré d’Encre du 9e arrondissement de Paris. Li Zhongyao, célèbre artiste chinois en France, a une nouvelle fois été en charge de la conception de cette collection consacrée aux signes chinois.

Chaque planche est composée de cinq exemplaires d’une valeur unitaire de 0,58 euro. Au centre du timbre se trouve un lapin mignon peint à l’encre colorée et en haut sont écrits les caractères de l’année de lapin en chinois et en français.

La Poste a émis pour la première fois en 2005 un timbre au signe du coq pour le Nouvel An chinois, dessiné par Li Zhongyao et des artistes français. Des éditions consacrées aux années du chien, du cochon, du rat, du buffle et du tigre ont suivi. Li Zhongyao a conçu celles du chien, du cochon, du buffle, du tigre et du lapin. L’annuaire philatélique de France a choisi cette année pour couverture le timbre du lapin. Le concepteur a représenté le lapin domestique, doux, élégant et bienveillant. Il est très aimé et représente la paix.

Au petit matin du jour J, des philatélistes et des passionnés de culture chinoise, venus pour certains de l’extérieur de Paris, ont fait la queue devant le Carré d’Encre. Un vieil homme français a expliqué au journaliste qu’il avait collectionné les timbres consacrés aux signes chinois dès l’année du coq et qu’il avait ainsi appris les anecdotes relatives aux signes chinois. Une jeune Française a déclaré qu’elle avait acheté des timbres de signes chinois par amour pour la Chine, plutôt que par intérêt pour la philatélie.

Exposition : rencontres et symétries entre artistes chinois et français

Ajouté au 17/01/2011 par SHI Lei

Une exposition conçue autour d’un projet de rencontres de 11 artistes chinois et français : confrontations, symétries, correspondances, oppositions… Un dialogue entre des techniques et de nombreux supports : sculptures, gravures sur bois, installation, peintures, dessins, photos…
Agenda
Du 10 au 23 janvier : Wuhan
Exposition : rencontres et symétries entre artistes chinois et français.
Lieu : Wuhan Tiandi – ????

Un événement organisé par Jean-Francois Feuillant et Sun Qiang, avec le concours de Shui ON et le soutien du Consulat général de France à Wuhan.

Artistes chinois : Yu Jikai, Fu Yong, Song Enhou, Xiao Yuefu, Tian Hua et Cheng Chunli.

Artistes français : Sébastian Colovic, Roland Cognet, Marc Brunier-Mestas, Laurent Savoie et Delphine Reist

Adresse : Wuhan, Wuhan Tiandi – ????

* Du 10 au 23 janvier 2011

Nouveau festival du film chinois en France

Ajouté au 17/01/2011 par SHI Lei

Le premier festival du film chinois organisé conjointement par l’Administration générale d’État de la Radio, du Film et de la Télévision et le Centre culturel chinois de Paris aura lieu en France du 26 janvier au 8 février dans quatre villes : Paris, Lyon, Toulouse et Versailles.

L’événement se déroulera sur deux weekends. Il vise à promouvoir la compréhension et l’amitié des personnalités chinoises et françaises du cinéma. Douze films, dont Tremblement de terre à Tangshan (Tángsh?n dà dì zhèn), Bodyguards and Assassins (Shí yuè wéi chéng) et Confucius (K?ng z?) seront projetés. Ces grands succès populaires offrent aux spectateurs français une vitrine sur l’actualité cinématographique de la Chine.

Les célèbres acteurs Jiang Wen et Jean Reno ont été choisis comme ambassadeurs du projet.

En outre, afin de concrétiser l’accord de tournage conjoint signé pendant la visite de Nicolas Sarkozy en Chine en 2010, la délégation chinoise va s’entretenir avec les organismes français concernés à cette occasion.

Rencontres littéraires franco-chinoises 2011

Ajouté au 17/01/2011 par SHI Lei

Durant deux jours, 6 auteurs français dont Philippe Nemo, Gérard Macé et Annick Geille, viennent à la rencontre de 10 auteurs chinois pour une série de débats qui auront lieu au Musée de la littérature contemporaine de Chine.

Ouvertes au public, ces rencontres littéraires font suite à celles qui s’étaient déroulées en France en 2009. Organisées par Culturesfrance, l’ambassade de France en Chine et l’Association nationale des écrivains de Chine, elles offriront de nouveaux regards sur la littérature française contemporaine encore trop méconnue en Chine. Les questions abordées porteront entre autres sur la place de la féminité dans l’avant-garde, la place du livre numérique et plus généralement sur la place que tient la littérature d’aujourd’hui en France et en Chine.

LE PROGRAMME

Vendredi 21 janvier

* 14h30 Inauguration et présentation des invités.
* 14h40 Discours d’inauguration par Mme Tie Ning, présidente de l’Association des Ecrivains de Chine et M. Paul de Sinety, directeur du Département du Livre et de l’Ecrit de Culturesfrance : Ecrivains – Littérature – Société
* 15h20 Questions – Réponses avec le public

Séance I(modérateur : Li Jingze)

* 15h25 Littérature, vie contemporaine et frontières intellectuelles (Philippe Némo & Li Er)
* 16h15 Questions – Réponses avec le public
* 16h25 Pause

Séance II(modérateur : Li Jingze)

* 16h40 Littérature classique, littérature contemporaine (Marie Nimier & Zhang Wei, Liu Zhenyun)
* 17h50 Questions – Réponses avec le public

Samedi 22 janvier

Séance III(modérateur : Geneviève Imbot-Bichet)

* 10h00 L’écriture poétique et les valeurs d’aujourd’hui (Gérard Macé & Liu Qingbang, Jiang Yun)
* 11h00 Questions – Réponses avec le public

Séance IV(modérateur : Liu Yan)

* 11h10 La féminité est-elle une avant-garde littéraire ? (Annick Geille & Fang Fang, Ji Hongzhen)
* 11h50 Questions – Réponses avec le public
* 12h00 Déjeuner

Séance V(modérateur : Wu Yiqin)

* 14h30 La Révolution numérique (Hervé Serry & Xu Kun, Bi Feiyu (à confirmer))
* 15h30 Questions – Réponses avec le public
* 15h45 Pause

Séance VI(moderateur : Wu Yiqin)

* 16h00 Comment lire et comprendre une œuvre traduite (Sylvie Gentil & He Xiangyang)
* 17h10 Questions – Réponses avec le public
* 17h25 Discours de Clôture (un français et un chinois)

LES AUTEURS

Les auteurs français

Marie Nimier

Fille de l’écrivain Roger Nimier, Marie Nimier s’est vite affirmée comme l’une des meilleures romancières de sa génération. À partir de 1985, elle embrasse une carrière d’écrivain rapidement couronnée par l’Académie française et la Société des gens de lettres. Elle écrit également pour la jeunesse, et pour le théâtre. Marie Nimier est aussi l’auteur de plusieurs textes radiophoniques, notamment pour France Culture. Elle obtient le prix Médicis en 2004 pour La Reine du silence, qui a été traduit en chinois. Son dernier roman, Photo-Photo est paru chez Gallimard en 2010. Elle y raconte une scène de photographie avec Karl Lagerfeld, le directeur artistique de Chanel.

Annick Geille

Romancière passionnée, Annick Geille a travaillé plusieurs années à la rédaction du magazine Playboy. Le livre qu’elle a consacré à Françoise Sagan, plus qu’une biographie littéraire, est le portrait d’une époque où il y avait tout à faire, et où une femme, seule, fragile mais déterminée, a ouvert les brèches vers sa propre liberté. C’est aussi une lettre d’amour adressée à Françoise Sagan, une écrivaine folle de modernité, écrivant dans une langue classique, parfaite.

Gérard Macé

Gérard Macé est un poète, essayiste, traducteur et photographe français né à Paris en 1946. Son œuvre mêle des genres littéraires divers et est relativement inclassable. On peut rapprocher sa démarche créatrice de celle d’auteurs contemporains comme Pierre Michon et Pierre Bergounioux. Il est notamment un écrivain de la mémoire vivante et créatrice. En 2008, il a reçu le Grand Prix de Poésie, décerné par l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

Philippe Nemo

Philippe Nemo, né en 1949, est professeur de philosophie politique et sociale, et historien des idées politiques français. Ses domaines de recherches vont du libéralisme, notamment sur Friedrich Hayek dont il est le principal spécialiste français, de l’histoire des idées politiques, à l’idée d’Occident, à l’idée républicaine. Son interrogation sur « qu’est-ce que l’Occident ? » est une des questions les plus pertinentes de notre époque. Sa présence en Chine nous permettra peut-être d’y répondre.

Hervé Serry

Hervé Serry est chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique (le CNRS). Sociologue, spécialiste de la sociologie de la production culturelle, de l’édition, des intellectuels et de la religion, Hervé Serry s’interroge sur les grandes problématiques de notre époque, notamment la question numérique. Par ailleurs, grand spécialiste de l’édition, il continue à mener une réflexion d’intellectuel sur la valeur symbolique du travail éditorial, et son action sur le monde actuel.

Sylvie Gentil

Traductrice de la littérature chinoise en français. Elle a traduit Xu Xing, Mian Mian, Yan Lianke, Liu Suola et d’autres écrivains chinois emblématiques de la modernité littéraire de ce pays. En 2010, elle a reçu le prix de traduction Amédée Pichot pour sa traduction du chinois de Bons baisers de Lénine de Yan Lianke, Éditions Philippe Picquier, 2009.

Les auteurs chinois

Tie Ning

Ecrivain née en 1957 à Pékin, Tie Ning est, depuis 2006, présidente de l’Association des Ecrivains de Chine. Elle commence la création littéraire à partir de 1975. Elle a réalisé quatre romans (Portail de roses, Grande femme sous douche…), une centaine de nouvelles (O ! Neige douce, La 12e nuit, Chemise rouge sans bouton, En face…) et une cinquantaine de recueils d’essais. La collection « Les œuvres de Tie Ning » de 9 volumes est parue en 2007. Elle a obtenu six fois les prix littéraires nationaux tels que le Prix littéraire Lu Xun et une trentaine de prix littéraires décernés par des revues littéraires chinoises. Le film O ! Neige douce dont elle est la scénariste a remporté le prix du 41e Festival de Film de Berlin, ainsi que les prix « Coq doré » et « Cents Fleurs ». Plusieurs de ses œuvres ont été traduites en de nombreuses langues étrangères. Fleurs de coton et La 12e nuit ont été traduites en français en 2004.

Fang Fang

De son vrai nom Wang Fang, Fang Fang est née en 1955, à Nankin. Diplômée du Département de chinois de l’Université de Wuhan en 1982, elle commence à écrire de la poésie avant ses études universitaires et obtient le premier prix « Nouvelle poésie » de la Revue Poésie. Elle commence à publier des romans à l’Université avant de travailler comme scénariste pour la chaîne de télévision du Hubei. Auteur de plus de 70 ouvrages, dont la plupart ont été traduits en de nombreuses langues, elle est aujourd’hui présidente de l’Association des Ecrivains du Hubei. Elle a obtenu de nombreux prix littéraires tels que le Prix « Cent fleurs » de la revue Roman, le Prix de la littérature féminine et le Prix littéraire Qu Yuan du Hubei. Œuvres principales : Une vue splendide, Début fatal, Soleil du crépuscule, Grand-père est au cœur du père, l’Eau est au-dessous du temps.

Guo Xuebo

Originaire de Mongolie intérieure, Guo Xuebo a été très influencé par le lamaïsme, la culture mongole ainsi que celle des Hans, en particulier la religion première des Mongols vouant un culte à la nature. Parmi ses œuvres principales : L’enfant du loup, Le Renard d’argent, Le loup et le renard, L’âme du désert, Le Renard du désert (Prix du Festival artistique asiatique et Prix du Festival artistique italien), L’Histoire du désert …etc. Les deux derniers ont été traduits en langues étrangères. Membre de l’Association des Ecrivains de Pékin, il est directeur adjoint de l’Association des Etudes pour la Littérature de l’Environnement de Chine.

He Xiangyang

Chercheuse et directrice adjointe du Département de recherches en création littéraire de l’Association des Ecrivains de Chine, elle est également membre du Comité de critique théorique de Chine, de l’Association de recherche en littérature contemporaine de Chine et directeur adjoint de l’Association de recherche pour le roman de Chine. Elle a dirigé la rédaction de collections telles que « Figures de femmes intellectuelles » aux éditions Henan Literature and Art Publishing House. Certains de ces titres ont été traduits en langues étrangères. Elle a reçu de nombreux prix dont le celui du Meilleur critique théorique du Prix Lu Xun. Ses principales œuvres : Histoires de pèlerinage ou en route, Sur les épaules est le vent, Le rêve et le cheval, L’eau du miroir ne s’écroule pas.

Ji Hongzhen

Née en 1955 à Lishui dans la province du Zhejiang, elle a passé son enfance dans la banlieue de Pékin et la province du Hebei. Envoyée à la campagne en rééducation dès 15 ans, elle est entrée au Département de chinois de l’Université du Jilin en 1978. Actuellement professeur à l’Institut de la Culture et de la Littérature chinoise de l’Ecole normale supérieure de Shenyang, elle a travaillé au Département de recherche en création littéraire de l’Association des Ecrivains de Chine pendant 20 ans. Elle a reçu de nombreux prix tels que le Prix de recherche en littérature contemporaine chinoise en 1988. Ses œuvres principales : Conflits entre la civilisation et l’ignorance, Ames mélancoliques, Biographie de Xiao Hong, écrivain chinois, Portraits des Dieux…

Jiang Yun

Née en 1954 dans la province du Shanxi, Jiang Yun est diplômée du Département de chinois de l’Ecole normale supérieure de Taiyuan. Dès 1979, elle publie de nombreux romans dont : Epanouissement secret, Prisonnier du chêne, Mon continent intérieur, Epoque de déplacement, Voyages parfaits, Amour du siècle dernier. Certains ont été traduits en plusieurs langues étrangères. Elle a reçu de nombreux prix tels que le Prix littéraire Lu Xun et le Prix littéraire Zhao Shuli. Membre de l’Association des Ecrivains de Chine, elle travaille actuellement à la Fédération des Arts et des Lettres de Taiyuan.

Liu Qingbang

Né en 1951 dans le Henan, il a été à la fois agriculteur, mineur et journaliste. Auteur d’une quarantaine de romans et d’essais, il a reçu de nombreux prix littéraires comme le Prix Lao She pour Le puits. Le film adapté de cette œuvre a été primé d’un Ours d’argent lors du 53e Festival de Film de Berlin. Nombre de ses œuvres ont été traduites en langues étrangères. Membre de l’Association des écrivains de Chine, il est actuellement directeur adjoint de l’Association des écrivains des mines de Chine.

Liu Zhenyun

Né en 1958 à Yanjin dans le Henan, Liu Zhenyun a fait son service militaire avant d’entrer au département de littérature chinoise de l’Université de Pékin, dont il est diplômé en 1982. Il se consacre alors à l’écriture et publie plusieurs recueils de nouvelles qui font de lui le porte-flambeau du « nouveau réalisme ». Dans les années 1990, il écrit une trilogie dont l’action s’étend sur plusieurs siècles et se déroule dans son village natal. Il poursuit avec cette œuvre sa réflexion sur la réalité sociale et sa satire de la bureaucratie. Ses œuvres principales sont : Paroles superflues, Portable, Je m’appelle Liu Yuejin, Une phrase prévaut à dix milles, Les mandarins, Peaux d’ail et plumes de poulet. Beaucoup de ses œuvres ont été traduites en de nombreuses langues étrangères.

Xu Kun

Née en 1965 à Shenyang, Xu Kun est docteur ès lettres de l’Académie des Sciences sociales de Chine. Elle commence la création littéraire à partir de 1993. Membre de l’Association des écrivains de Chine, elle se lance dans la littérature dès les années 1990. Ecrivain représentatif de la littérature postmoderne et de littérature féminine, elle écrit particulièrement sur la place des intellectuels et des femmes dans la société. Les œuvres principales : Paroles inutiles, Hot-dog, Le Dernier tango sur la place de minuit, 22 nuits du Printemps. Elle a reçu de nombreux prix littéraires pour ses œuvres comme le Prix littéraire Lu Xun ou le Prix Feng Mu. Certaines de ses œuvres ont été traduites en plusieurs langues étrangères.

Zhang Wei

Né en 1956 à Longkou dans la province du Shandong, Zhang Wei commence à écrire à partir de 1975, de la poésie puis du roman. Il est actuellement président de l’Association des Ecrivains du Shandong. Parmi ses œuvres, on compte : Partance, Récits d’ailleurs, Fable du septembre, Famille, Lettres en province. Certaines ont été traduites en plusieurs langues étrangères et il a reçu de nombreux littéraires. En 2010, est sorti son roman-fleuve composé de 10 volumes,Vous êtes sur le Plateau.

Li Er

De son vrai nom Li Rongfei, Li Er est né en 1965. Originaire du Henan, il a été professeur de chinois à l’Institut de la Formation de Zhengzhou. Devenu écrivain professionnel à partir de 1997, il adhère en 2000 à l’Association des écrivains de Chine. Ses œuvres principales : Muet bavard, Devoirs collectifs (en collaboration), Maître est mort, Fentes, Sur place, Deuil….

Les modératrices françaises

Li Jingze

Né en 1964 et d’origine de Ruicheng au Shanxi, Li Jingzi est diplômé du Département de chinois de l’Université de Pékin. Il travaille actuellement comme secrétaire général de l’Association des Ecrivains de Chine et comme rédacteur en chef de la Revue Littérature du Peuple. Il a reçu le prix « Meilleur jeune critique littéraire » Feng Mu en 2000 et le prix « Meilleur critique littéraire » pour la littérature média en langue chinoise, en 2005. Ses œuvres littéraires éditées dans la revue Littérature du Peuple ont obtenu de nombreux prix littéraires. Ses œuvres principales sont : Les noms des couleurs, Les jours au bord de la rivière,Jouissance glacée, Politique du regard, Lire les jours infinis, Témoin de mille et une nuits, Littérature : Actions et Réfléxions.

Wu Yiqin

Né en 1966 et d’origine de Hai’an au Jiangsu, il est docteurs ès lettres, directeur de thèse et directeur adjoint du Musée de la Littérature contemporaine et de l’Association de Recherches pour le Roman de Chine. Il a publié plus de deux cent articles importants dans des revues telles que Critiques littéraires, Etudes en littérature et art et huit ouvrages de recherche tel que Le roman et l’art. Il a reçu une dizaine de prix littéraires comme le prix Lu Xun et le Prix Zhuang Zhong.

Liu Yan

Liu Yan a traduit en chinois plusieurs ouvrages dont La Difficulté d’être de Jean Cocteau, le recueil des interviews du peintre Balthus, Balthus à contre courant et un roman de Pierre-Jean Rémy (Jean-Pierre Angremy), Le Plus grand peintre vivant est mort, qui a reçu en Chine le prix du Meilleur Roman Etranger (Français) de 2008. Liu Yan a aussi traduit en français pour les éditions Bleu de Chine un recueil de nouvelles de Tie Ning.

Geneviève Imbot-Bichet

Traductrice et sinologue, elle a fondé en 1994 les éditions Bleu de Chine, qui ont publié un nombre très important de littérature chinoise classique et contemporaine. Bleu de Chine est Geneviève Imbot-Bichet met également ses talents au service de la Maison de la Chine, à Paris, où elle organise de nombreuses activités culturelles de promotion de la culture chinoise.

EDF poursuivra sa coopération stratégique à long terme avec la Chine

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang et le Premier ministre français François Fillon ont assisté à la cérémonie d’inauguration de Taishan Nuclear Power Joint Venture Company Limited (TNPC).
Récemment, EDF (Électricité de France) a organisé une conférence de presse sur sa coopération avec son partenaire chinois CGNPC (China Guangdong Nuclear Power Group) pour les journalistes chinois à Paris. Hervé Machenaud, directeur exécutif du groupe, en charge de la production et de l’ingénierie, a présenté la progression des projets coopératifs et la stratégie internationale d’EDF à cette occasion.

« Depuis les années 1980, EDF a participé à la construction et à l’opération de la centrale nucléaire de Daya Bay à Shenzhen. Pendant 25 ans, nous avons joué un rôle important dans le développement de l’électricité nucléaire en Chine. Dans ce cadre, EDF et CGNPC ont signé un accord sur la construction conjointe de la centrale nucléaire de Taishan dans la province du Guangdong, en appliquant la technique EPR la plus avancée ».

« La coopération avec la Chine est bénéfique aux deux parties. En tant que plus grand opérateur du monde dans le domaine de l’électricité nucléaire, EDF a accumulé une grande expérience, et CGNPC a élaboré le projet le plus colossal du monde pour le développement de l’électricité nucléaire en Chine. Les deux entreprises ont leurs propres spécialités, et le potentiel de coopération est très vaste », a-t-il expliqué.

« En outre, la France utilise pour ses besoins la plus grande proportion d’électricité nucléaire du monde, et la Chine se trouve au premier rang du monde dans le domaine de l’électricité thermique et de l’électricité hydraulique. La coopération est bénéfique aux deux pays, parce qu’on pourra renforcer les échanges dans le domaine de l’électricité nucléaire et établir une relation complète et de long terme », a souligné M. Machenaud.

Au sujet des préoccupations sur la compétitivité de la Chine contre la France après des transferts de technologies clés, il a répondu que « depuis le siècle dernier, la France possède la technique la plus avancée du monde sur l’électricité nucléaire, et la Chine deviendra certainement le plus grand pays producteur. La coopération est donc profitable à tous. Après plusieurs décennies, la relation bilatérale en matière d’électricité nucléaire est plus étroite et solide ».

Selon les prévisions d’EDF, la croissance annuelle de la demande chinoise en électricité sera de 15 % jusqu’en 2020. « EDF va saisir cette opportunité, maintenir sa supériorité technique, et participer au développement de l’énergie en Chine. EDF partagera ses expériences sur la construction, l’aménagement, la réparation des centrales avec la Chine et poursuivra sa coopération stratégique de long terme qui vise au développement durable du monde », a-t-il conclu.

Ouverture prochaine du Centre de visas pour la Chine à Paris

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Ces dernières années, les demandes de visa pour la Chine des citoyens français se sont multipliées de manière constante. Afin de fournir un meilleur service de délivrance de visa, l’Ambassade de Chine en France introduira le modèle de centre de visa à Paris. Ce centre sera habilité pour les services suivants : recevoir les demandes de visa pour la Chine des titulaires de passeports privés français, percevoir les frais de visa pour le compte de l’Ambassade de Chine; remettre les passeports aux demandeurs. Installé au 117 Avenue des Champs-Élysée, il sera ouvert à la mi-janvier 2011. Bien situé, le centre est doté d’un environnement agréable. Avec une salle d’accueil de 500 m2 et 16 guichets, il sera ouvert toute la journée pour recevoir les demandes de visa et offrira un service rapide, efficace et de bonne qualité.

Le Centre de visas pour la Chine offrira les services suivants :

1. Création d’un site internet pour publier les informations sur les demandes de visa pour la Chine

2. Réponse aux questions sur les demandes de visa pour la Chine via téléphone et courriel

3. Mise en ligne des formulaires de demande de visa pour que les demandeurs de visa puissent remplir les formulaires en ligne

4. Prise des rendez-vous en ligne précisant la date et l’heure pour la demande de visa

5. Extension des horaires de service et installation d’un système de gestion de file d’attente pour vous fournir un meilleur service

6. Règlement des frais de visas par chèque et cartes de crédit

Les services dont les demandeurs de visa pourront bénéficier sont les suivants:

Possibilité de préparer en ligne la demande de visa pour la Chine à domicile : remplir le formulaire de demande, prendre rendez-vous pour le dépôt du dossier, etc;

Temps d’attente réduit au centre;

Différents moyens de paiement: chèques ou cartes de crédit;

Réponses à toutes vos questions avec un service personnalisé via téléphone et courriel;

Environnement et ambiance plus agréables;

Le centre de visa sera créé par la société China Bridge, immatriculée en France conformément aux lois françaises. Ayant pris toutes les mesures nécessaires, il garantira, selon les lois françaises, la sécurité des passeports et des informations sur les demandeurs de visa. Pour assurer le fonctionnement du centre, ce dernier percevra les frais de service auprès des demandeurs de visa.

Après l’ouverture du centre de visa, les titulaires de passeport diplomatique ou de passeport de service et les demandeurs de visa ou de permis d’entrée pour la Région administrative spéciale de Hong Kong devront continuer à déposer leurs demandes à la section consulaire de l’Ambassade de Chine.

Le centre de visa n’intervient pas dans la procédure d’approbation de demande de visa. L’Ambassade de Chine se réserve le droit de décision sur la délivrance de visa, le type de visa, la validité du visa, la durée du séjour et le nombre d’entrée conformément aux lois et règlements chinois. L’Ambassade de Chine a le droit de demander aux demandeurs de visa de fournir des documents complémentaires ou de se rendre à l’Ambassade pour un entretien.

Les informations détaillées sur l’ouverture du centre seront publiées sur le site internet de l’Ambassade de Chine en France. Veuillez suivre nos informations.

Adresse et horaires d’ouverture du centre de visa:

117, avenue des Champs-Elysées, 75008 Paris.

Métro: George V ou Charles De Gaulle Etoile

Du lundi au vendredi: de 9 h 30 à 16 h 30(sauf jours fériés français et chinois)

Fermé le samedi et le dimanche

Pour contacter le centre:

Téléphone : 0179970339

Fax: 0147206328

Courriel: pariscentre@visaforchina.org

Source: Ambassade de Chine en France

La France cherche activement les investissements chinois pour soulager son taux de chômage élevé

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Les tempêtes de neige ont offert aux Français un vrai Noël blanc. En même temps, les données de l’emploi de novembre en France ont également fait subir une tempête au gouvernement français après une courte période calme en octobre. Selon les statistiques rendues publiques par le bureau des statistiques du travail, le chiffre de la population au chômage en novembre en France a augmenté de 0,8% pour atteindre 2,698 millions, soit l’augmentation la plus forte depuis 6 mois.

Au moment où l’influence de la crise financière ne s’est pas encore dissipée, la crise de la dette a encore une fois causé un choc au continent européen. Cette année, David Appia, le président de l’Agence française pour les investissements internationaux, a ajusté son parcours. Au lieu de voler partout dans le monde, il fréquente désormais plutôt la Chine pour essayer de persuader plus d’entreprises chinoises d’investir en France, afin de promouvoir l’emploi et la croissance économique de la France en profitant des efforts extérieurs.

Récemment, David Appia a accordé un entretien exclusif au quotidien « First Financial Daily » à Shanghai.

First Financial Daily : Comment pouvez-vous persuader les entreprises chinoises d’investir en France et non dans les autres pays européens ? Pour les entreprises chinoises, où se trouvent les opportunités ?

David Appia : Les investissements chinois ont une remarquable tendance à s’accroître en Europe, alors que la France est le 4e pays d’Europe le plus prisé des entreprises chinoises. En 2009, on comptait en France au total 22 projets d’investissement provenant de Chine, qui ont créé des opportunités d’emploi et 1 483 nouveaux postes. A ce jour, plus de 100 entreprises chinoises ont investi en France et cela a créé au total plus de 8 000 postes.

Les ressources données par le gouvernement français pour soutenir le développement des entreprises chinoises sont : des ressources humaines qualifiées et efficaces, un environnement innovant et favorable à la recherche, des infrastructures industrielles de bonne qualité, de l’énergie et des transports, etc.

First Financial Daily : Selon les estimations des experts, de l’année 2005 à la fin de l’année 2009, le taux de survie des entreprises chinoises qui ont investi en France était de 10%. Ce taux est largement inférieur au niveau moyen du taux de succès des entreprises chinoises qui ont investi à l’étranger. Qu’en pensez-vous ce taux de survie qui reste bas?

David Appia : Le coût d’investissement élevé en France est provoqué par un malentendu des gens sur la France. En réalité, la France possède un environnement de surveillance et fiscal très attrayant.

Une des avantages de la France est que le pays peut aider les entreprises étrangères àfonctionner avec des coûts bas et attrayants. Les coûts commerciaux en France sont inférieurs de 1,7% à ceux des Etats-Unis. La dévalorisation de l’euro a de plus accentué l’avantage de la France dans ce domaine.

De plus, suite à la mise en vigueur du CIR (crédit d’impôt recherche), les privilèges d’impôts sur les frais R&D en France figurent en tête dans le monde. En 2009, les quelque 14 000 entreprises étrangères en France ont économisé au total 4,2 milliards d’euros grâce au CIR.

First Financial Daily : Quels sont les attentes et les objectifs de l’Agence française pour les investissements internationaux au sujet de l’attraction des investissements chinois?

David Appia : On n’a pas d’attente ou d’objectif sur certains secteurs fixés. Pourtant, on sait qu’entre 2000 et 2008, les 3 industries qui ont attiré le plus d’investissements chinois en France sont: l’industrie des produits chimiques et des matériaux plastiques (13% des projets totaux), les équipements électriques, électroniques et informatiques (12% des projets totaux), ainsi que les transports et la logistique (10%).

En 2006, la China National Chemical Corporation, a acheté, via sa filiale Bluestar, la société Adisseo, numéro trois mondial des additifs et solutions nutritionnelles pour animaux, tandis qu’en 2005, le groupe Lenovo a installé son siège européen à Paris.

En 2009, les secteurs concernés par les investissements chinois se sont davantage élargis. En septembre 2009, la société Huawei a annoncé l’installation d’un centre R&D en région parisienne, le premier centre R&D installé en France par les entreprises chinoises, alors qu’en novembre 2009, ZTE Corporation a annoncé lui aussi l’installation de son siège pour l’Europe et l’Amérique du Nord en région parisienne.

Par ailleurs, les secteurs de l’énergie, des services commerciaux et financiers, l’industrie des machines et équipements ont tous de belles perspectives. A ce jour, les nouveaux projets d’investissements chinois en France concernent le groupe Haier, BSI (Bluestar Silicones International), etc.

Vols directs prévus cette année entre la France et Wuhan

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

La ville de Wuhan, la capitale de la province du Hubei, ouvrira, cette année, trois lignes aériennes directes vers la France, Singapour et le Japon, selon les médias chinois.

La compagnie aérienne Air China assurera le vol direct entre Wuhan et Tokyo, qui devrait être opérationnel au mois de janvier, a précisé un fonctionnaire, sans révéler d’autres détails sur ces vols directs.

Selon les statistiques de l’aéroport, le volume des passagers internationaux de l’aéroport de Wuhan s’est chiffré à 350.000 (+85%) en 2010 et devrait atteindre 400.000 en 2011.

Allocution du Consul Général de France à Chengdu : réunion de lancement du projet de l’AFD de développement du carbone rural au Yunnan et au Sichuan

Ajouté au 27/12/2010 par SHI Lei

Allocution du Consul Général de France à Chengdu, le 18 décembre 2010.

Je suis très heureux de participer ce matin à vos côtés à cette cérémonie, qui me parait importante pour plusieurs raisons majeures. Elle est tout d’abord consacrée au lancement d’un nouveau programme emblématique de la coopération franco-chinoise…

Messieurs les directeurs généraux du Ministère de la science et de la technologie et de son agence Acca21,

Monsieur le représentant de la NDRC et de l’administration nationale des forêts,

Monsieur le directeur du département de la science et de la technologie de la province du Sichuan,

Mesdames et Messieurs les experts,

Je suis très heureux de participer ce matin à vos côtés à cette cérémonie, qui me parait importante pour plusieurs raisons majeures.

Elle est tout d’abord consacrée au lancement d’un nouveau programme emblématique de la coopération franco-chinoise, dans le domaine du climat et dédié au développement rural durable et à la promotion des crédits carbone ruraux en particulier.

Il s’agit ensuite d’un programme conforme en tous points, il y en a six pour être précis, aux engagements de la Déclaration conjointe franco-chinoise de 2007 sur le développement durable.

Elle se tient un mois seulement après la signature de la convention ACCA21/FFEM lors de la visite d’Etat à Paris du Président Hu Jintao. C’est le signe du très grand dynamisme des partenaires franco-chinois dans une coopération qui se développe et qui se renforce puisque ce programme s’inscrit dans le prolongement d’un programme FFEM/ACCA21/AFD, aujourd’hui achevé, d’appui à la création de centres MDP en Chine, qui a d’ailleurs démarré lui aussi dans le sud-ouest de la Chine.

Cette cérémonie est enfin pertinente car elle est construite autour du principe central d’échanges et de dissémination. Je me félicite à cet égard de la présence de nombreuses provinces et experts.

L’objectif principal de cette coopération, la dissémination au plus grand nombre, est ainsi aujourd’hui parfaitement bien illustré. Nous espérons accroître ces échanges dans les mois à venir, y compris en direction d’autres pays, dont l’Afrique, en mettant en valeur les résultats et les expériences développés en Chine.

Ce programme se propose de travailler sur un triple enjeu, le climat, l’énergie rurale (le biogaz) et la lutte contre la pauvreté et s’intéressera à développer de nouvelles méthodologies permettant de renforcer la place des projets de séquestration biologique du CO2 (en particulier la forêt et l’agro-écologique) et de méthanisation rurale sur les marchés carbone.

En tant que Consul Général de France à Chengdu, je me félicite de ce programme-pilote développé dans la circonscription, au Yunnan et au Sichuan, dans un premier temps. Je suis heureux de rappeler le dynamisme de la coopération franco-chinoise dans ces deux provinces, en particulier sur la thématique du développement durable et de vous confirmer le soutien des autorités françaises à ce programme de coopération sino-français.

Je souhaite de fructueux échanges à notre rencontre et une dissémination rapide et large des prochains résultats vers le plus grand nombre, au bénéfice de la lutte contre le changement climatique.

Je vous remercie de votre attention./.

Séminaire franco-chinois sur les technologies de l’environnement tenu à Pékin

Ajouté au 27/12/2010 par SHI Lei

Le 13 décembre 2010 s’est tenu à Pékin le deuxième séminaire franco-chinois sur l’eau et les technologies de l’environnement.

Cet évènement, organisé par le Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France à Pékin et le Ministère de la Science et Technologie chinois (MOST), s’inscrit dans la continuité des accords MoU (Memorandum of Understanding) signés entre l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et le MOST, et l’ANR et la Chinese Research Academy of Environmental Sciences (CRAES). Ce séminaire a rassemblé près de 70 personnes. Ce fut l’occasion de faire le point sur les projets Petzeco et Creative-Eru du programme ECOTECH de l’ANR, mais également d’élargir les coopérations à de nouvelles thématiques dans les domaines du traitement des sols pollués, du recyclage des déchets et de la pollution de l’air.

Discours d’ouverture donné par XING Jijun, Directeur de Division Europe du MOST et Norbert PALUCH, Conseiller Scientifique à l’Ambassade de France à Pékin.

« Précédent Suivant »