Cérémonie d’inauguration du centre de Recherche et de Développement « Alsthom Grid China Technology Center »

Ajouté au 22/03/2011 par SHI Lei

Le Consul général de France à Shanghai Emmanuel LENAIN a participé vendredi 18 mars à la cérémonie d’inauguration du centre de recherche et de développement d’Alstom en matière d’équipements de transmission et de systèmes électriques avancés.

Localisé dans le parc de haute technologie de “Chaohejing Pujiang” à Shanghai, ce centre rassemble environ 130 ingénieurs dans des locaux de 54.500 m2, représentant un investissement de 47 millions d’euros.

Les champs de recherche concernent :

  • le design, l’analyse et le test pour des équipements de transmission ;
  • les équipements et les solutions systèmes pour le Smart Grid ;
  • la recherche technologique avancée dans les systèmes électriques.

Le centre a notamment pour mission :

  • de participer aux activités de recherche du groupe ;
  • de supporter les activités de développement des produits ;
  • de résoudre des problèmes rencontrés par les unités locales ;
  • d’entretenir de bonnes relations avec le secteur académique et industriel en Chine ;
  • d’être une vitrine en Chine des ambitions technologiques du groupe ;
  • d’améliorer le développement et le management de la propriété intellectuelle en Chine.

Le développement pacifique de la Chine est une opportunité pour le monde (ambassadeur chinois)

Ajouté au 22/03/2011 par SHI Lei

Le développement pacifique de la Chine est une opportunité gagnant-gagnant pour le monde, a indiqué jeudi l’ambassadeur chinois à Londres, Liu Xiaoming.

Les pensées et la direction du développement chinois pour les cinq prochaines années peuvent être trouvées dans le 12e Plan quinquennal, qui embrasse deux termes principaux, à savoir “le développement scientifique et le développement pacifique”, a souligné M. Liu dans son discours prononcé à l’Institut royal des Affaires internationales.

“L’avenir de la Chine n’a jamais été si étroitement lié au reste du monde et son développement scientifique invite la coopération internationale et un environnement pacifique”, a dit l’ambassadeur Liu.

“Le développement pacifique de la Chine est ouvert, coopérant et gagnant-gagnant pour les autres. […] Il est une opportunité pour le monde. Plus développée la Chine devient, plus grande est sa contribution au monde” a souligné M. Liu.

Selon M. Liu, la Chine est devenue le plus grand exportateur et le plus grand fabriquant du monde, et a attiré plus de 700 milliards de dollars d’investissements étrangers au cours de la dernière décennie.

Le développement pacifique de la Chine est un moteur et une opportunité pour la croissance économique du monde, a-t-il fait remarquer.

Citant comme exemples l’engagement actif de la Chine dans les missions de maintien de la paix de l’ONU et les efforts de la Chine pour faciliter les pourparlers à six, M. Liu a indiqué que le développement pacifique de la Chine était avéré que la Chine était une force ferme pour la paix et la stabilité du monde.

M. Liu a par ailleurs exhorté son audience à rejeter les pensées stéréotypées, à tenter d’écouter, de voir et de comprendre la Chine avec un esprit ouvert, et à saisir les opportunités présentées par le développement chinois.

Succès de l’essai statique pour l’hélicoptère AC352 effectué en coopération sino-française

Ajouté au 22/03/2011 par SHI Lei

L’essai statique du connecteur tampon pour l’hélicoptère de modèle AC352 a été mené avec succès, selon le centre de recherche de la Compagnie aéronautique de Chine, qui siège à Jingdezhen dans la province du Jiangxi.

Mis au point conjointement par la Compagnie aéronautique de Chine et le Français Eurocopter, ce modèle est principalement destiné au transport de passagers, aux opérations en mer, à la recherche sur la vie, aux secours médicaux et au tourisme.

En décembre 2005, la Chine et la France ont signé un accord, et en 2009, l’hélicoptère AC352 a réalisé son premier vol. On prévoit d’obtenir en 2012 le certificat de qualité de l’aviation civile chinoise pour ce modèle.

Liste des projets d’exchange pour les chercheurs entre le CNRS et la NSFC en 2011

Ajouté au 22/03/2011 par SHI Lei

Projets retenus par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et la Fondation des Sciences Naturelles de Chine (NSFC) pour l’exercice 2011 :
Numéro Nom de projet Candidat chinoisUnité du côté chinois Candidat françaisUnité du côté français
1 Explicit solutions of extended soliton equations and their applications in fluid dynamics Runliang LINTsinghua university Robert ConteUMR 8536, Centre de mathematiques et de leurs applications, Ecole normale superieure de Cachan
2 Catalytic conversion of cellulose over solid catalyst-supported ionic liquids Yanlong GUHuazhong University of Science and Technology François JérômeUMR 6503, CNRS-Université de Poitiers
3 Identification of AtLTP interacting protein in Arabidopsis thaliana Jian HUChina Agricultural University Laurent DESLANDESLIPM, CNRS-INRA
4 Application of molecular and isotopic markers to track the pollution sources in coastal sediment Dongyan LIUYantai Institute of Coastal Zone Research,Chinese Academy of Sciences Robert Galois / Pierre RichardLIENSs, CNRS-La Rochelle University
5 Study on the earthworm population, behavior and molecular stress responses Yinsheng LIShanghai Jiao Tong University Daniel CLUZEAUEquipe RBPE, UMR CNRS EcoBio, Université de RENNES 1 ; Station Biologique
6 Exact and parameterized algorithms for independent set, vertex cover and some related problems Mingyu XIAOUniversity of Electronic Science and Technology of China Vangelis PaschosLAMSADE, Université de Paris-Dauphine
7 A data fusion approach in the context of a vision aided SINS/GNSS Ultra-tight Integrated Navigation System Xinlong WANGBeihang University Jean-Yves TourneretUniversité de Toulouse
8 Novel far-infrared glass fibres based on highly purified Te-chalcogenide glasses Xunsi WANGNingbo university XiangHua ZhangUniversité de RENNES 1
9 Open innovation, globalization and absorptive capacity : The changing and interconnected strategies of French and Chinese telecommunication firms Jun JINZhejiang University Edward LorenzUniversite de Nice Sophia Antipolis
10 Network configuration of technological activities and innovation performance in modular networks : an institutional comparison between France and China Bin HAOEast China University of Science and Technology Yannick LungGroupe de Recherche en Économie Théorique et Appliquée (GREThA),Université Montesquieu Bordeaux

Hommage à Jean-Marie CHARPENTIER

Ajouté au 22/03/2011 par SHI Lei

Le 24 décembre dernier, l’architecte Jean-Marie Charpentier s’est éteint à Paris à l’âge de 71 ans. Shanghai lui doit un hommage tout particulier car il a contribué à façonner cette ville où il se rendait une dizaine de fois chaque année, lui offrant son Opéra, transformant sa rue de Nankin en rue piétonne, créant l’Avenue du Siècle qui structure la zone nouvelle de Pudong, entre autres réalisations, aussi nombreuses que remarquables. Hommage à un architecte et urbaniste d’exception, dont l’œuvre continue à travers l’agence qu’il a créée : ARTE Charpentier.

Bien connu en Chine et tout particulièrement à Shanghai pour les réalisations emblématiques qu’il a laissées à la ville, Jean-Marie Charpentier était à la tête d’une des plus grandes agences d’architecture et d’urbanisme françaises, ARTE Charpentier, qu’il fonda en 1969. Se développant au rythme des villes nouvelles (logements à Marne-la-Vallée, activités et bureaux à Cergy ou Saint-Quentin, hôtels à Roissy, etc), l’agence a également beaucoup construit à Paris : on lui doit notamment la station Saint-Lazare du Météor (la ligne 14 du métro) et sa « lentille de verre », de grandes réhabilitations, ainsi que de nombreux sièges sociaux à Paris, à la Défense, et dans d’autres villes de France, comme Lyon où elle possède également un bureau.

En plus de l’architecte, Jean-Marie Charpentier était un meneur d’hommes, capable de fédérer les talents et mobiliser les énergies. Son goût de l’aventure et de la découverte qui l’a poussé très tôt vers l’international se retrouvait dans son agence : multiculturelle, jeune, motivée, réalisant des projets aux quatre coins du monde. Expérience rare en France que cette agence patiemment construite, au prix de quarante années d’un travail sans relâche, individuel et collectif. Jean-Marie Charpentier souhaitait ardemment la pérenniser, la voir durer après lui autour d’un réseau d’associés et de collaborateurs, d’amis et de clients fidèles, selon un modèle plus anglo-saxon que français où des structures, organisées en entreprises, se transmettent de génération en génération.

L’aventure asiatique et chinoise

Si l’aventure asiatique de Jean-Marie Charpentier commence avec le Cambodge, où il vit et enseigne dans les années 1960 et où il gardera toute sa vie des activités et des liens très forts, c’est en 1984 qu’il découvre la Chine, à l’occasion d’un colloque sur le logement à Pékin qui débouche sur un projet expérimental de réhabilitation d’un quartier de Shanghai. En 1993, l’agence remporte son premier concours chinois : celui d’un centre d’expositions, qu’elle ne construira pas ; sa première réalisation est l’Opéra de Shanghai dont l’aventure commence en 1994 : quatre ans de chantier et une inauguration en 1998 pour ce bâtiment qui devient immédiatement un emblème de la ville.

A une époque où tout s’expérimente à Shanghai, Jean-Marie Charpentier, passionné par ces problématiques à l’échelle d’un continent et conquis par la Chine, sa culture et ses habitants, donne à son aventure chinoise les proportions que l’on connaît. C’est ainsi que se succèdent des projets de grands équipements (Opéra de Shanghai) ; de grands espaces publics : boulevard urbain structurant (Avenue du Siècle à Pudong), rue piétonne (rue de Nankin), grande place (Central Plaza à Pudong), ou encore éco-quartier de Wanli pour 10 000 habitants, qui reçoit le Grand Prix d’Urbanisme ; de réhabilitation d’un quartier de l’Ancienne Concession (Sinan Mansions), etc.

Ces modèles de projets ont ensuite été repris par les autres métropoles régionales de Chine. A partir de son bureau installé dans le quartier de Xintiandi à Shanghai, Arte Charpentier a donc suivi le mouvement pour travailler à Chongqing, sur l’Ilôt des Pêcheurs en cours de réalisation ; au Xinjiang, dans le désert, pour le Musée d’Ala’er ; à Wuhan pour le bâtiment des services municipaux ; au Shaanxi pour l’extension de la ville de Taiyuan et le nouvel opéra en cours de construction… et bien d’autres projets, achevés ou en cours, qui ont valu à Jean-Marie Charpentier, et à son agence, une immense reconnaissance locale.

Un architecte engagé et passionné

Jean-Marie Charpentier eut également un rôle public très important, avec des responsabilités dans de nombreuses associations ou institutions : à l’Ordre des architectes, à l’Union internationale des architectes, à l’Académie d’architecture, à l’Association des architectes français à l’export (AFEX), à l’Association des amis d’Angkor, à l’Ecole de Fontainebleau, à l’orchestre du Violon d’Ingres… et bien d’autres encore témoignant de sa volonté de répondre aux innombrables sollicitations et tentations intellectuelles de participer aux débats, à l’ouverture de la profession, à la recherche ou à l’innovation. En Chine, il n’était pas avare de ses conseils aux municipalités, avides de tirer des leçons des expériences urbaines étrangères.

Passionné par son métier, hérité de son père Claude, architecte également, ardent défenseur de Paris (il avait avec acharnement lutté pour la sauvegarde de Montmartre et contribué à l’élaboration de la Loi dite Malraux de 1962 de création de secteurs sauvegardés), Jean-Marie Charpentier partageait également avec lui une autre passion : la musique. Né dans une famille de musiciens, il avait pour grand-oncle Gustave Charpentier, l’auteur de Louise, et son père Claude avait, pendant cinquante ans, dirigé l’Orchestre du Violon d’Ingres. Jean-Marie, pianiste lui-même, avait hésité un temps entre les deux arts et les deux carrières : la musique ou l’architecture. Il choisit la seconde, mais c’est en chef d’orchestre qu’il la mena.

Petit déjeuner Jean-Pierre Raffarin

Ajouté au 22/03/2011 par SHI Lei

La Chambre de Commerce Française en Chine a le plaisir de vous convier à ce petit-déjeuner débat autour de Monsieur Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier Ministre et sénateur de la Vienne.

Monsieur Jean-Pierre Raffarin présidera le XVIIème colloque du Comité France-Chine sur le thème ” Croissance durable et nouvelle économie: quel équilibre?

A l’issue de ce colloque, Monsieur Raffarin partagera avec les participants au petit-déjeuner son analyse de la relation franco-chinoise et des atouts de la France dans les échanges économiques sino-européens.

 

 

 

Date : Mercredi 13 avril 2011
Horaires : 07h30 – 09h30
Accueil des participants à 07h00
Lieu : à venir
Tarif : Membres CCIFC : 350 RMB / Non-membres : 500 RMB
Paiement en espèces le jour même
Langue : Français

 

Pour participer à ce rendez-vous, enregistrer vous avant le 11 avril 2011 17h. Pour vous enregistrer, remplisser le formulaire à votre gauche.(Nom; Prénom; Société; Mail).

Si vous avez la moindre question, n’hesitez pas à contacter Gauthier LECLERE at leclere.gauthier@ccifc.org ou +86 (010) 6461 0260 Ext. 15.

Tremblement de terre au Japon : message de solidarité de la communauté française d’Asie du Nord.

Ajouté au 19/03/2011 par SHI Lei

Chers compatriotes vivant au Japon, Chers amis,

Les mots justes ne sont jamais faciles à trouver dans ce genre de circonstances et d’épreuves, je vous transmets donc tout simplement à vous et à vos familles le témoignage d’amitié et de solidarité des Français de Chine, de Corée, de Hong Kong, de Macao, de Taïwan et de Mongolie.Nous suivons heure par heure les évènements et sommes moralement et de tout coeur à vos côtés.L’administration, les pouvoirs publics et le gouvernement français sont mobilisés pour aider le peuple japonais dans cette immense tragédie ainsi que pour apporter secours à la communauté française résidant au Japon.Déjà des initiatives ont été lancées comme l’accueil au Lycée de Hong Kong d’élèves français scolarisés au Japon. Nous nous tenons prêts à vous aider davantage si la situation évoluait.

Nos pensées vont aussi au peuple japonais, peuple frère qui aime tant notre pays, peuple aujourd’hui meurtri.

Amitiés sincères à tous.

Francis NIZET, au nom des communautés d’Asie du Nord

Les vins de Bordeaux en Chine

Ajouté au 18/03/2011 par SHI Lei

Les vins de bordeaux sont les vins rouges les plus prisés en Chine.

 

Jean-Pierre Rousseau, à la tête de Diva, négociant du quartier des Chartrons, à Bordeaux a déclaré qu’au cours des six derniers mois, les expéditions vers Hong Kong et la Chine se sont envolées sur le créneau des grands vins .

Laurent Dufau, directeur de Ballande & Méneret, également installé à Bordeaux a déclaré que « plus de 50 % de notre business s’opère désormais en Asie. Hong Kong représente un chiffre d’affaires jamais atteint par un marché en vingt ans d’histoire de notre société de négoce « .

C’est l’unanimité sur les bords de la Garonne : l’Empire du Milieu est venu télescoper les marchés d’exportation comme aucune autre destination ne l’avait fait dans l’histoire récente. Un mouvement enclenché il y a trois-quatre ans à peine et qui s’est accéléré en 2010. D’après les opérateurs, 2011 s’annonce de la même veine.

Les chiffres sont là. En un an, de novembre 2009 à fin octobre 2010, le couple Chine-Hong Kong a importé 251 000 hectolitres de vins de Bordeaux pour un total de 333 millions d’euros.

En volume, l’Allemagne est théoriquement devancée (ce sera le cas dès la publication des chiffres des deux derniers mois de l’année), ainsi que la Belgique et le Royaume-Uni, les clients historiques. En valeur, le Royaume-Uni est largement dépassé sur le podium ainsi que les États-Unis.

Rappelons, cependant, pour relativiser, que les deux tiers des ventes de bordeaux s’opèrent toujours dans l’Hexagone ; le dernier tiers, le plus actif, partant à l’exportation. Et donc tiré par la Chine.

Même si les vins girondins jouissent d’une bonne réputation en Chine, le mouvement concerne bien d’autres vignobles français et étrangers. C’est, en fait, tout un pays de 1,5 milliard d’habitants qui s’ouvre à cette boisson, symbole d’un art de vivre et d’une occidentalisation prisés par une partie de la population qui élève son niveau de vie.

 

Sans compter que les autorités ont supprimé les taxes à l’importation à Hong Kong pour booster le mouvement : à leurs yeux, il vaut mieux consommer du vin que des alcools forts à base de cultures vivrières (riz, blé…) plus utiles pour nourrir les populations. Ce qui n’empêche pas le cognac d’y obtenir de bons résultats, mais le mouvement est plus ancien que pour les vins ou les effervescents.

 

« Nous devons cependant faire attention aux contrefaçons. Elles s’y développent sur des marques connues. Les propriétaires de châteaux adoptent des parades sur leurs étiquettes, capsules ou bouteilles », complète Philippe Laquèche, directeur du négoce Yvon Mau (Sud-Gironde) qui dispose de quatre collaborateurs en Chine. Royaume de la contrefaçon, il y est tentant de trafiquer les étiquettes, vendre de la bibine pour un grand cru, récupérer les bouteilles vides au restaurant, y coller d’autres étiquettes pour les réutiliser…

« J’ai vu dans des salons au fin fond du pays – mais où les villes ont des millions d’habitants ! – des exposants proposer des catalogues de bouteilles loufoques imitant des noms connus. Il est vrai que personne n’y lit notre alphabet… », note, dubitatif, un exportateur.

Dans un pays où les scandales alimentaires sont légion, l’Agence Chine nouvelle indiquait en fin d’année qu’une trentaine d’entreprises viticoles avaient été fermées pour cause de vins frelatés : eau sucrée, arômes et colorants étaient vendus avec des noms ronflants. Quelques jours avant, un vaste trafic de riz moisi était démantelé…

« Nous travaillons à défendre la marque Bordeaux. D’autant que la Chine achète aussi nos vins d’entrée et de milieu de gamme », pointe Pascal Loridon, directeur marketing de l’interprofession.

Michel Plasson dirige l’Orchestre National Symphonique de Chine

Ajouté au 14/03/2011 par SHI Lei

Le Chef d’orchestre français Michel Plasson est l’invité de l’Orchestre National Symphonique de Chine au printemps 2011 pour un programme prestigieux

Michel Plasson a dirigé pendant trente ans l’Orchestre National du Capitole de Toulouse. Grâce à son talent, cet orchestre a atteint un niveau de réputation international. De Moscou à Milan, de Leipzig aux Etats-Unis, en Chine et au Japon, Michel Plasson fait vivre dans les meilleures conditions musicales les œuvres qu’il aime, en premier lieu la musique française dont il est le plus éloquent apôtre.

Grand ami de la Chine où il a effectué de nombreux séjours, notamment à l’invitation du Grand Théâtre de Pékin, Michel a été nommé en mars 2010 directeur musical de l’Orchestre National Symphonique de Chine. Premier étranger à accéder à de telles fonctions, il vient régulièrement à Pékin travailler avec l’Orchestre avec lequel il donne une dizaine de concerts annuels en Chine et à l’étranger.

Programme :
Turina, La Oracion del Torero
Ravel, Schéhérazade
Rimsky-Korsakov “Scheherazade”

Organisateurs : National Centre for the Performing Arts, Orchestre National Symphonique de Chine
Avec le soutien de : ambassade de France en Chine
Pékin
Michel Plasson dirige l’Orchestre National Symphonique de Chine

Samedi 11 juin 2011 19:30-21:00

Pékin, National Center for the Performing Arts – ???????

Adresse : ?Xicheng district, 2 Xi chang an jie
? ????????????2?
???+86 10 6655 0989

Réunion franco-chinoise sur la coopération franco-chinoise dans les maladies infectieuses émergentes

Ajouté au 14/03/2011 par SHI Lei

La lutte contre les maladies infectieuses émergentes est une priorité de la coopération franco-chinoise ; c’est à ce titre que la France et la Chine ont signé en 2004 un accord intergouvernemental de coopération, qui inclut plusieurs volets : la construction et la mise en œuvre d’un laboratoire P4 de haute sécurité biologique à Wuhan, le développement de l’Institut Pasteur de Shanghai, des formations, des projets de recherche…

En vue des réunions de coordination qui se tiendront à Paris fin mars, M. Norbert Paluch, Conseiller pour la science et la technologie, Mme Yamina Kabrane, coordinatrice du projet en Chine, et M. Jacques Fleck, attaché scientifique au Consulat de France à Wuhan, ont rencontré récemment le Pr. Yuan Zhiming, Directeur-adjoint de l’Institut de virologie de l’Académie des sciences et chef du projet du laboratoire P4, ainsi que plusieurs membres de son équipe.

Le laboratoire P4 de Wuhan devrait bientôt sortir de terre : la conception française a en effet été récemment acceptée par les autorités de contrôle chinoises, ce qui préfigure un démarrage imminent des travaux par divers prestataires chinois. De même, un plan spécifique de formation, destiné aux personnels du futur laboratoire, devrait être mis en œuvre à partir du 2ème semestre 2011.

Plusieurs contacts ont déjà été établis entre des laboratoires français de recherche et des institutions de Wuhan (Institut de virologie, Laboratoire national de virologie, Collège médical de Tongji de l’Université Huazhong, Laboratoire de microbiologie de l’Université d’agriculture) : ils se sont concrétisés par des échanges de doctorants et de post-doctorants et par la préparation de quelques projets, actuellement en cours de finalisation.

Les deux parties se sont félicitées du travail réalisé et se sont déclarées décidées à renforcer et à pérenniser leur collaboration dans ce domaine essentiel, dans l’intérêt des deux pays mais aussi pour contribuer à la santé des populations à l’échelle planétaire.

« Précédent Suivant »