Dassault Falcon ouvre sa filiale chinoise

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Le constructeur d’avions d’affaires français Dassault Falcon a annoncé mercredi avoir ouvert une filiale à Beijing dans l’objectif de promouvoir la présence de l’entreprise en Chine.

Jean-Michel Jacob, directeur général de Dassault Falcon Business Services (Beijing) Co. Ltd., a fait cette annonce lors du 9e Salon international de l’aéronautique et de l’aérospatiale de Chine à Zhuhai, dans la province du Guangdong (sud).

La filiale nous permet de fournir un niveau de service élevé à nos clients sur le marché chinois de l’aviation en croissance, a indiqué Jean Rosanvallon, président et PDG de Dassault Falcon.

D’après lui, la société projette d’implanter le siège de son service clients régional dépendant de sa filiale chinoise à Beijing dans les six premiers mois de 2013, afin de répondre aux besoins de ses clients chinois.

Dassault Falcon, une filiale du groupe Dassault Aviation basé à Paris, a fait savoir que la société a prévu d’avoir en service 25 avions d’affaires en Chine d’ici la fin de l’année 2013. Actuellement, sur les 200 avions d’affaires en exploitation en Chine, seulement 12 sont des Falcon.

“Nous n’avons vendu qu’un seul nouvel avion d’affaires Falcon en Chine en 2006, mais le pays est devenu le plus grand marché pour nos nouvelles commandes et est le plus prometteur”, a-t-il expliqué.

Il a ajouté que 7 000 avions d’affaires étaient en service aux Etats-Unis. Mais avec l’ouverture progressive du marché chinois à l’aviation générale, le marché potentiel est énorme.

“En 2020, la Chine comptera 1 000 avions d’affaires, et la société espère élever sa part de marché en Chine à son niveau mondial”, a indiqué M. Jacob.

Selon les prévisions d’un constructeur étranger d’avions, d’ici 20 ans, 2.360 nouveaux avions d’affaires seront mis en service en Chine.

Alain Juppé invité d’honneur du Wine & Dine Festival Festival à Hong Kong

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

La quatrième édition du Wine & Dine Festival, créé en 2009 avec la ville de Bordeaux se déroule ce week end à Hong Kong. Plus de 170 000 visiteurs y sont attendus.Un événement phare inauguré jeudi soir par Alain Juppé, Maire de Bordeaux et invité d’honneur de Hong Kong.
Inauguration Wine and Dine Festival

« Alain Juppé est un very very VIP et nous sommes très heureux de l’accueillir à Hong Kong. Grâce à lui et sa délégation, les Hongkongais ont une formidable opportunité de mieux connaître Bordeaux » déclare enthousiaste Anthony Lau en accueillant Alain Juppé lors de l’inauguration de l’édition 2012 du Wine & Dine Festival. Pour le directeur général du Hong Kong Tourism Board, la présence du Maire de Bordeaux est une consécration illustrant la qualité des liens étroits qui se sont tissés au fil des années entre la capitale de l’Aquitaine et l’ancienne colonie britannique. Initié en 2009 en partenariat notamment avec la municipalité et la chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux, le Wine & Dine Festival n’a cessé de battre des records de fréquentation chaque année, au point de devenir l’un des événements les plus populaires auprès d’une population locale avide de convivialité gastronomique et œnologique… Cette année, les organisateurs attendent plus de 170000 personnes.

La tentation de Hong Kong ?

« Je suis déjà venu à Hong Kong pour Vinexpo il a déjà dix ans. Je suis très heureux d’y revenir, de participer à cet événement qui s’inspire de Bordeaux Fête le Vin dont Hong Kong était justement la ville invitée en juin dernier. Je suis sous le charme, ce festival mobilise un public considérable, le site est magnifique, le temps parfait et Bordeaux est très bien représentée. Pour la réputation de notre vignoble c’est une excellente manifestation » témoigne Alain Juppé. Une réputation qui n’est plus à faire : en 2011, Hong Kong est devenue le premier marché à l’export en valeur pour les vins de Bordeaux, devançant l’Allemagne, les États- Unis et la Grande Bretagne.

Malgré un emploi du temps chronométré, l’ancien Premier Ministre Français a pris le temps d’arpenter les allées du Wine & Dine Festival en compagnie de John Tsang, Secrétaire d’Etat aux Finances (« père » de la suppression des taxes sur le vin à Hong Kong). Alain Juppé s’est attardé avec un plaisir non dissimulé dans le « Bordeaux Village » (un village qui regroupe cette année plus de cinquante stands d’exposants d’Aquitaine), n’hésitant pas à poser pour la photo avec les montures de lunettes jaune à la couleur des « Sweet Bordeaux » ou à déguster la charcuterie basque de Pierre Oteiza et les confitures artisanales de Francis Miot sur le stand animé par les producteurs et les équipes de Classic Fine Foods, « Bordeaux Gastronomie Sud Ouest ». Si les exposants du cru étaient heureux de serrer la main de leur élu et d’échanger sans protocole avec lui, leurs homologues hongkongais n’étaient pas en reste de reconnaissance. Au cours de la visite officielle, le chef cuisinier Hongkongais « William » fera même signer à Alain Juppé la photo prise avec lui et les membres de la délégation hongkongaise en juin dernier à Bordeaux !

L’ancien chef de la diplomatie française n’oublie pas, au cours de sa visite, de saluer les importateurs et jeunes entrepreneurs français installés à Hong Kong présents sur la foire et de mentionner l’excellence des relations économiques entre la France et Hong Kong, un discours qu’il tenait quelques mois auparavant. Mais Alain Juppé est à Hong Kong avant tout pour défendre les couleurs Girondines « Nos relations économiques sont excellentes, tous les champs de coopération sont très développés, qu’il s’agisse du tourisme vinicole, du tourisme en général, de l’éducation et de la jeunesse. Nous pouvons faire encore mieux ! »

En dehors du domaine vinicole, les entreprises Bordelaises ne semblent pas souffrir de problème de compétitivité à l’export «Dans le secteur du numérique, nous avons des entreprises très performantes. L’une d’elles vient de créer un nouveau produit « made in Bordeaux » qui permet de visiter la ville en temps réel sur une tablette numérique. Nos entreprises se battent, elles ont du mérite parce que c’est vrai qu’elles supportent des charges très lourdes, mais c’est un autre débat que nous reprendrons en France… »

Pas question pour Alain Juppé d’entrer davantage dans le débat politique franco- français même si, à la question d’une consoeur du « Figaro » sur les derniers propos « assez véhéments » du ministre du redressement productif relatifs à la « concurrence déloyale de la Chine au sein de l’OMC », l’envie est bien présente :

« Je me suis fait une règle c’est de ne pas parler de politique intérieure lorsque je suis à l’étranger. Je serais presque prêt à faire une exception pour Monsieur Montebourg…Il ne suffit pas de mettre une marinière pour restaurer la compétitivité ! je trouve que c’est plutôt contreproductif… Ce genre de déclaration s’apparente plus à des rodomontades qu’à des vrais politiques je n’en dirai pas plus parce que ça ne mérite pas plus… » .

La France souhaite élargir la coopération économique avec la Chine (INTERVIEW)

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Mme Sylvie Bermann, ambassadeur de France en Chine, a exprimé mercredi que la France souhaitait élargir la coopération économique avec la Chine, lors d’une interview exclusive accordée à Xinhuanet, le site web officiel de l’Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle).

Mme Bermann a indiqué dans l’interview que la croissance exceptionnelle de la Chine, des exportations envers la France et l’Europe, qui sont en croissance permanente, suscitaient un petit peu d’inquiétude des Européens qui subissent la crise de dette. Mais la France ne va pas ralentir la coopération avec la Chine. Au contraire, la France est favorable à l’augmentation du commerce entre les deux pays dans les deux sens. ”Nous souhaitons que les Chinois puissent acheter davantage de produits français, puisque le niveau de la vie augmente en Chine, et il y a certainement des produits français qui peuvent intéresser les Chinois”, a-t-elle dit.

En ce qui concerne ”la balance commerciale française” proposée par M. Fabius pendant sa visite en Chine, Mme Bermann a remarqué qu’il y a un déficit très important entre la France et la Chine. ”La balance commerciale, ça ne veut pas dire importer moins de produits chinois, ça veut dire exporter plus de produits français. On a tendance à considérer que la France est un pays romantique, le pays du luxe, des parfums, des vins, mais la France est beaucoup plus que cela, c’est plutôt un pays de haute technologie. D’ailleurs, nous célébrons cette année le 30e anniversaire de la coopération nucléaire entre la France et la Chine”, a-t-elle expliqué.

”Nous avons d’autres produits de haute technologie qui intéressent beaucoup la Chine , (…) ceux de l’environnement et du développement durable. Dans ce sens là, nous souhaitons rééquilibrer nos relations. Nous souhaitons également davantage d’accès au marché chinois, en particulier au marché public”, a-t-elle ajouté.

Récemment, les sociétés chinoises Huawei et ZTE ont rencontré des obstacles aux Etats-Unis, en raison d”’une menace de la sécurité d’Etat”. Mme Bermann a indiqué qu’il n’y avait pas (en France, Ndrl) de limitation dans le domaine d’investissement à l’exception de l’industrie de la défense nationale. Les entreprises chinoises sont déjà présentes dans plusieurs domaines en France (Huawei dans le domaine de télécommunication, Hainan Airlines dans celui de l’aéronautique).

”Il y a déjà 150 entreprises chinoises en France qui emploient 7 000 personnes, mais ce n’est pas assez. Nous souhaitons accueillir davantage”, a-t-elle souligné.

Elle a aussi noté qu’une délégation française du projet du Grand Paris a été arrivée à Beijing pour attirer les investisseurs chinois.

Une conférence intitulée ”Le Grand Paris : de nouvelles opportunités de partenariats et d’investissements” a également été organisée le 22 octobre à l’ambassade de France à Beijing.

La Chine est la première étape de la campagne de promotion internationale du projet du Grand Paris depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande.

A travers ce projet, la France souhaite collaborer avec trois types d’investisseurs chinois, à savoir les établissements financiers, les entreprises renommées et les sociétés travaillant dans les technologies.

Les deux pays vont accueillir en 2014 leur 50e anniversaire de l’établissement de la relation diplomatique . Davantage d’événements politiques, culturels, scientifiques et économiques seront organisés pour l’occasion, a révélé Mme l’ambassadeur.

Mme Bermann est la première femme diplomate à occuper le poste d’ambassadeur de France en Chine. Elle a pris ses fonctions depuis le 3 mars 2011 en remplaçant son prédécesseur M. Hervé Ladsous.

Le Grand Paris tente d’attirer les investisseurs chinois malgré des incertitudes

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Une conférence intitulée ”Le Grand Paris : de nouvelles opportunités de partenariats et d’investissements” a été organisée le 22 octobre à l’ambassade de France à Beijing pour attirer les investisseurs chinois.

La Chine est la première étape de la campagne de promotion internationale du projet du Grand Paris depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande, a indiqué Pierre Simon, président de Paris-Ile de France Capitale Economique.

D’après Pierre Simon, cette campagne de promotion internationale se focalisera sur les pays en développement profitant d’une croissance rapide, notamment les BRICS, ainsi que sur la région du Moyen-Orient.

Pascal Gondrand, représentant en Chine de l’Agence française pour les investissements internationaux, a indiqué à cette occasion que les investissements chinois en France avaient rapidement augmenté, ajoutant qu’à ce jour, une centaine d’entreprises chinoises, dont Huawei et ZTE (deux géants des télécommunications), étaient installées dans le pays et employaient 12 000 Français.

M. Simon a précisé que le Grand Paris souhaitait collaborer avec trois types d’investisseurs chinois, à savoir les établissements financiers, les entreprises renommées et les sociétés travaillant dans les technologies. Ces dernières bénéficieront d’ailleurs d’un régime fiscal préférentiel. Les investissements dans le secteur immobilier seront quant à eux des investissements immédiats réalisés dans les programmes existants.

Pourtant, derrière le futur idyllique dépeint par la campagne de promotion, le projet du Grand Paris, lancé par l’ancien président Nicolas Sarkozy, est confronté à des incertitudes dans l’Hexagone.

Début octobre, le milliard d’euros de dotation en capital de la Société du Grand Paris (SGP), promis par le gouvernement pour financer la construction de 205 km de lignes de métro automatiques autour de Paris, était absent de la loi de programmation des finances publiques 2013-2015.

La SGP dispose de ses fonds propres, et ce milliard d’euros traduit plutôt une volonté politique, a précisé M. Simon.

Selon ce dernier, la bonne nouvelle vient du fait que le président François Hollande a réitéré que le Grand Paris était un projet d’intérêt national et qu’il entendait le poursuivre.

Pierre Picquart : l’ouverture du XVIIIe Congrès du PCC est un moment historique

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le processus d’urbanisation de la Chine, le développement social et la croissance économique au cours de la dernière décennie ont été remarquables et ont grandement impressionné le monde, a déclaré Pierre Picquart, un expert français de la Chine.

« Le prochain 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) sera un moment historique », a souligné Pierre Picquart, docteur en géopolitique et en géographie humaine de l’Université de Paris-VIII, lors d’une interview.

Ces dix dernières années, la Chine a connu des réformes nécessaires et est devenue la deuxième économie du monde, a-t-il montré.

Les différentes régions du pays se sont largement développées et de nombreuses entreprises chinoises ont commencé à investir à l’étranger, a-t-il dit, ajoutant que la Chine était en pleine transformation, abandonnant le rôle de producteur de produits de consommation pour devenir un centre mondial de conception et de création.

Ces réalisations, pour une nation de la taille d’un continent et abritant une population de près de 1,4 milliard d’habitants, n’ont pas été faciles à faire, dit Picquart.

« J’ai été témoin de l’extraordinaire développement du pays », a évoqué cet expert qui a fait plus de 40 visites en Chine au cours des 15 dernières années, et a publié La Chine dans vingt ans et le reste du monde en chinois.

Concernant les défis auxquels la Chine sera confrontée, l’expert a indiqué que Beijing, en plus de faire face aux défis économiques et sociaux, sera également confronté à des problèmes découlant des fronts stratégiques et géopolitiques dans les années à venir.

Après être devenue une puissance économique, la Chine va rencontrer une série de défis, y compris la façon d’orienter le monde vers une stratégie de multi-polarisation et la manière de renforcer les liens avec les pays en développement, en particulier avec les BRICS, a-t-il souligné.

Selon cet expert français, la prochaine décennie est cruciale pour la Chine, elle jouera un rôle important dans des domaines tels que la réglementation financière, la gouvernance économique, la protection de l’environnement et le développement des relations avec d’autres pays.

A propos du modèle de développement de la Chine, M. Picquart a déclaré que le pays jouit d’une tradition culturelle vieille de 5000 ans, beaucoup plus longue que celles de l’Europe et des Etats-Unis.

« Je ne suis pas d’accord avec la pratique visant à copier aveuglément l’expérience de l’Europe. Les Etats-Unis ont leur propre modèle. La Chine doit chercher un modèle de développement unique », a-t-il déclaré.

Il suggère que la Chine s’appuie sur sa propre tradition culturelle et trace sa propre voie de développement.

La Chine va offrir au monde un tout nouveau modèle de croissance, qui est plus harmonieux et pacifique, a-t-il dit, ajoutant que la philosophie chinoise rendra les relations entre les différents pays plus équilibrées et la culture chinoise offrira un point de vue différent, distinct de la perception occidentale qu’une superpuissance est destinée à dominer le monde par la force militaire.

« Je pense que la Chine va créer un nouveau modèle de coopération », a-t-il montré.

Beaucoup d’Occidentaux ont encore des préjugés sur la Chine, mais ils vont progressivement revenir sur leurs aprioris alors que la Chine continue à faire progresser la politique pacifique et l’initiative d’ouverture, a dit l’expert.

« Je pense que la meilleure façon de promouvoir l’image de la Chine est de permettre à plus de gens de se rendre en Chine, pour découvrir le pays par eux-mêmes et entrer en contact étroit avec les Chinois ordinaires”, a-t-il conclu.

Jean-Pierre Raffarin : la Chine jouera un rôle important dans la gouvernance mondiale

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

« La Chine, ainsi que le reste du monde, attend avec impatience l’ouverture du XVIIIe Congrès national du Parti communiste chinois (PCC). La Chine jouera un rôle important dans la gouvernance mondiale », a déclaré M. Jean-Pierre Raffarin, l’ancien premier ministre UMP.

Selon M. Raffarin, les futurs dirigeants chinois ont déjà une longue expérience dans le domaine de la gouvernance. Pour les défis et les opportunités intérieurs et extérieurs, la nouvelle génération de dirigeants doit non seulement soutenir la croissance économique du pays, mais aussi jouer un rôle important dans les affaires internationales.

Au sein du G20 et des autres mécanismes internationaux, le rôle de la Chine est remarquable. « Sur la scène internationale, la Chine est une grande puissance responsable », a-t-il souligné.

D’après M. Raffarin, la culture chinoise et son mode de pensée peuvent avoir une influence positive sur le monde. Il sera donc important de développer le pouvoir de convaincre de la Chine à l’avenir. Sur la scène diplomatique, la Chine doit participer plus activement aux affaires internationales.

Quant à la coopération avec les membres du BRICS, M. Raffarin pense qu’il y a de nombreuses difficultés à surmonter, mais que ce nouveau mécanisme sera un élément positif pour le reste du monde.

Concernant les réalisations après la réforme et l’ouverture de la Chine, il a déclaré qu’elles « vantent le mérite des prévoyances de Deng Xiaoping, qui avait planifié la direction exacte que prendrait le développement de la Chine ».

Au cours de la dernière décennie, avec l’accélération de la mondialisation, la Chine a soutenu sa réforme et son ouverture, elle est devenue la deuxième économie mondiale. La mise en valeur de l’ouest de la Chine a également stimulé la croissance de l’économie chinoise.

Xi Jinping s’engage à promouvoir la coopération avec la France

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le vice-président chinois Xi Jinping s’est engagé mardi à promouvoir la coopération avec la France.

M. Xi s’est ainsi exprimé lors de sa rencontre avec Alain Mérieux, président de la Fondation Mérieux, une fondation française qui coopère avec la Chine en matière de soins de santé publics.

M. Xi a indiqué que les deux parties avaient mené de multiples échanges et coopérations stratégiques depuis l’établissement des relations diplomatiques.

La partie chinoise attache une importance particulière aux relations bilatérales et est prête à oeuvrer avec la partie française pour saisir de nouvelles opportunités et accroître les échanges et la coopération de manière durable dans divers domaines, a-t-il assuré.

M. Xi a remercié la Fondation Mérieux pour ses contributions au développement des relations bilatérales, ajoutant qu’il était convaincu que les deux parties connaîtraient un avenir plus brillant grâce à des efforts conjoints.

Informant M. Mérieux des efforts de la Chine pour réformer et développer son système de santé, M. Xi a apprécié l’attention et le soutien de la fondation aux mesures de la Chine concernant la santé publique.

La Fondation Mérieux a coopéré de manière approfondie avec le ministère chinois de la Santé en matière de prévention et de contrôle des maladies infectieuses, telles que la tuberculose.

Le gouvernement chinois a accordé une grande attention au développement des soins médicaux publics et donné la priorité à la protection de la santé et de la vie des citoyens, a indiqué M. Xi.

Le vice-président a souhaité que la fondation continue à soutenir les efforts de la Chine pour améliorer les soins médicaux dans le pays.

M. Mérieux a indiqué que la fondation allait promouvoir la coopération avec ses partenaires chinois afin de contribuer davantage à la prévention et au contrôle des maladies, ainsi qu’à l’amélioration des soins médicaux dans le pays.

J-L Mélenchon : le développement de la Chine est "une chance pour l’humanité"

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le développement de la Chine constitue “une chance pour l’humanité”, a estimé Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche français et ancien candidat du Front de gauche, qui a récolté 11,11% des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle d’avril-mai 2012.

“Je considère que c’est une chance pour l’humanité”, a déclaré l’ancien candidat à l’Elysée, dans une récente interview accordée en exclusivité à l’agence Xinhua.

“La Chine, par sa montée en puissance et par le relais que son marché intérieur est en train de provoquer, peut être une puissance qui apaise les relations économiques mondiales en proposant au monde un pôle de stabilité”, a estimé M. Mélenchon.

L’homme politique français a notamment souligné que les Chinois partageaient avec les Européens et les Français le souhait de bâtir “un monde organisé avec des échanges équilibrés et négociés”, loin du “libre marché” prôné par les Nord-Américains.

Dans cette optique, il a envisagé la conclusion d’accords privilégiés de coopération entre les pays européens et la Chine comme un développement souhaitable de leurs relations économiques et commerciales.

“Je suis un partisan actif d’un dialogue débarrassé de préjugés avec les Chinois”, a-t-il affirmé, tout en admettant qu’il existait des divergences d’idées entre les Européens et les Chinois.

Par ailleurs, ce farouche opposant à l’austérité budgétaire préconisée par l’Union européenne (UE) a salué le “pragmatisme” dont sait faire preuve l’Etat chinois. Le leader du Front de gauche a poursuivi en évoquant un autre atout : “le recours des Chinois à la politique planifiée qui tâche de se donner la maîtrise du temps”.

“En Europe et dans le monde anglo-saxon, il n’y a plus aucune maîtrise du temps”, a-t-il regretté, constatant “la domination du temps très court” au détriment de “toute stratégie de long terme”.

“Je trouve stimulant et intéressant de voir comment la planification a été un outil de développement qui s’est appliqué à un modèle plutôt proche du modèle du marché que du modèle de l’ancienne conception du socialisme”, a déclaré M. Mélenchon.

A la veille du 18e congrès du Parti communiste chinois (PCC) à Pékin, le député européen a estimé que le pays, fort de sa population d’un milliard trois cent millions, relèverait deux grands défis : la question environnementale et celle du pluralisme politique.

“Le défi écologique sera traité par la Chine”, a prédit M. Mélenchon, mettant en avant la responsabilité de Beijing envers le reste de l’humanité, celle d’ “apporter des réponses qui soient utiles pour le monde entier” à cet égard.

“Il y a une évolution sur le fond qui doit être faite par le communisme, qui doit intégrer la dimension écologique de la crise”, a-t-il remarqué, mettant notamment en cause “le caractère productiviste (…) intrinsèquement lié au capitalisme”.

“Deuxièmement, se pose la question de comment prendre en compte la diversité qui s’exprime naturellement dans la société”, a poursuivi M. Mélenchon, évoquant l’autre défi majeur qui doit être abordé par les autorités chinoises.

“Dans le passé, le modèle communiste pensait que c’est par la forme de la dictature du prolétariat que cette autorité pouvait s’exercer. L’expérience montre que ce n’est pas le meilleur chemin et que cela comporte des risques d’erreur qui coûtent horriblement cher”, a expliqué ce leader d’extrême-gauche, dont la formation politique est née en 2009 d’une alliance avec le Parti communiste français (PCF).

“Par conséquent, la question du pluralisme politique est compliquée à envisager et à comprendre, dans bien des endroits du monde. Elle doit être posée aussi en Chine”, a-t-il ajouté.

“Je fais confiance aux Chinois pour l’aborder”, a conclu M. Mélenchon, qui n’a pas caché son admiration pour ce “peuple de profonde culture”.

Les bénéfices mutuels de la coopération sino-française dans les sciences et la technologie

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Depuis ces dernières années, la Chine et la France ont multiplié leur coopération dans les sciences et la technologie, des échanges de grands intellectuels ont également augmenté.

La coopération sino- française dans les sciences et la technologie présente un large éventail de projets multiples et une grande envergure.

La Chine et la France ont le même degré de reconnaissance dans le domaine de la culture, de nombreux hommes politiques français ont démontré leur amitié avec la Chine, des deux parties à coopérer avec bonne volonté, ce qui est la base à la fois du maintien d’une coopération large au cours des dernières années entre les deux pays. La Chine et la France ont leurs propres avantages dans le domaine de la science et de la technologie, la coopération scientifique et technique est à l’avantage mutuel et gagnant-gagnant.

Le Parc des ruines du Palais Daminggong en Chine jumelée avec un musée français

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le 15 octobre, le Parc des ruines du Palais Daminggong (Palais de la Grande Clarté des Tang), situé à Xi’an, capitale de la province chinoise du Shaanxi, a signé un contrat de jumelage avec le musée de la ville de Saint-Denis en France.

Cette cérémonie de jumelage a été organisée par le Fonds de la province du Shaanxi pour la protection des ruines du Palais Daminggong, la société Qujiang pour l’administration du Parc des ruines du Palais Daminggong et le musée de Saint-Denis. D’après Zhang Libo, directeur adjoint en charge de la protection et de la restauration des ruines du palais, l’établissement de cette relation amicale accélérera les échanges et la coopération entre les hommes des milieux culturels, muséaux et des reliques des deux pays, et favorisera la coopération et les échanges culturels entre la Chine et la France, tout en promouvant le développement et la prospérité des causes culturelles et muséales de ces deux pays.

De plus, une exposition des œuvres de Li Shihao a été inaugurée lors de la cérémonie, attirant davantage de visiteurs par des objets précieux, afin d’accroître la réputation du Parc des ruines du Palais Daminggong.

« Précédent Suivant »