Jean-Pierre Raffarin : La Chine au premier plan pour aider l’Europe à sortir de la crise

Ajouté au 21/10/2011 par SHI Lei

La Chine est un partenaire mondial de premier plan dans la crise de la dette européenne
Avec son grand nombre de réserves en euro et ses investissements en Europe, la Chine est un acteur important de la situation économique européenne. « Tous les interlocuteurs chinois que j’ai rencontrés depuis mon arrivée expriment leurs préoccupations, mais aussi leurs dispositifs », a dit l’ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, en répondant à une question sur le rôle joué par la Chine dans le sauvetage de la crise de la dette en Europe, lors d’une rencontre avec les médias le 14 octobre à Beijing. « On verra à l’occasion du sommet du G20 à Cannes, qui aura lieu le 3 novembre, que la France et la Chine ont une vision internationale, dans laquelle, au fond, la Chine a des positions qui sont voisines de celles de la France ». Les deux pays croient que la maitrise de l’endettement ne peut passer que par des réformes. Selon M. Raffarin, durant les précédents sommets de Pittsburgh et Londres, la Chine a démontré sa détermination et sa capacité à faire face à la crise. Le prochain sommet à Cannes devrait donc être un laboratoire, tant pour la crise actuelle que pour la Chine. « Nous comptons sur ce sommet pour que les grands acteurs de l’économie mondiale envoient un message de nature à rassurer les acteurs économiques et financiers », a-t-il ajouté.

Les barrières du commerce sont des drogues douces

M. Raffarin a également partagé ses idées sur la récente adoption du projet de loi du Sénat américain sur la réforme du taux de change. « Dans la conception parlementaire française, le rôle des parlements n’est pas de fixer la parité monétaire des autres monnaies, notamment des monnaies étrangères. Les États-Unis, envers lesquels nous sommes reconnaissants de nous avoir appris quelques principes du libéralisme économique et politique, sur ce sujet, ne sont pas très libéraux », a souligné M. Raffarin. Depuis 2008, les États sont revenus au premier plan parmi les acteurs économiques, après une période de dérégulation et de dérèglementation. Selon lui, il faut faire attention à la tentation du protectionnisme. « L’intervention de l’État avait un aspect très positif, qui est de corriger les erreurs qu’un certain nombre d’acteurs privés avaient développées. Pour la défense des citoyens, l’intervention des États est un élément important. Mais il ne faut pas passer de cette intervention de l’État à un excès de nationalisation qui débouche sur le protectionnisme ». Il considère que le protectionnisme accélérerait aujourd’hui la crise et que les barrières sont des drogues douces qui peuvent donner une satisfaction de court terme, mais fragilise les échanges à moyen terme. « C’est par la régulation que nous pourrons équilibrer les échanges et non pas par le protectionnisme ».

Les étudiants sont les acteurs de la relation franco-chinoise
La France a récemment durci sa politique d’immigration. D’une part, depuis le début de l’été, les étudiants étrangers diplômés en France du supérieur ont du mal à obtenir des permis de travail, à cause de la circulaire Guéant du 31 mai visant à réduire le nombre de visas accordés aux travailleurs d’origine étrangère. De l’autre, de nouvelles règles ont été fixées pour les candidats à la nationalité française. Il faut désormais un diplôme de français pour pouvoir devenir Français. Ces deux évènements, qui ne vont certainement pas favoriser l’augmentation du nombre d’immigrés en France, méritent l’attention, car selon certains analystes, la France a besoin de plus d’immigrés pour redresser son économie.

« Nous sommes attentifs à ce que les populations immigrées puissent s’intégrer dans la société française, notamment à travers l’emploi. Nous aurons des discussions, notamment à l’Assemblée, pour veiller à ce que l’on tienne compte de la capacité de s’intégrer par l’emploi dans la société pour délivrer les permis de séjour après une formation en France pour les étudiants étrangers », a déclaré M. Raffarin. Le mot « talent » est entré dans la politique d’immigration de la France avec des visas accordés pour des gens dont le talent a été identifié comme les rendant capables de s’intégrer à la société française. « La France est parfaitement consciente qu’elle a besoin d’un certain nombre de talents. Nous sommes très attentifs sur cette question lorsque nous accueillons les étudiants chinois ou autres dans les universités et écoles françaises. Le débat parlementaire montrera probablement l’intérêt que nous avons dans notre pays pour développer l’accueil des étudiants étrangers, d’abord en formation et ensuite dans notre économie », a-t-il ajouté. M. Raffarin a souligné que la France souhaite accueillir plus d’étudiants chinois en France et il a souhaité que plus d’étudiants français viennent en Chine, car, selon lui, les étudiants sont les acteurs de la relation franco-chinoise.

 
Information relative :
Du 13 au 18 octobre, l’ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin conduit en Chine une délégation de 50 membres, dont 25 jeunes et 25 dirigeants de PME françaises, dans le programme d’échange décidé conjointement il y a un an par les présidents Hu Jintao et Nicolas Sarkozy.

Dimanche 16 octobre, l’ex-premier ministre français est parti pour Chengdu, capitale de la province du Sichuan, pour assister à la cérémonie d’ouverture de la 12e Exposition internationale de l’ouest de la Chine.

 

La position française face à la Chine expliquée au Global Times

Ajouté au 17/10/2011 par SHI Lei

Le Global Times, quotidien officiel chinois en langue anglaise a publié aujourd’hui un article intitulé ” L’Ambassadeur de France demande plus à la Chine”.

Madame Sylvie Bermann, ambassadeur de France, y parle de la crise européenne en appelant à un effort international commun : ” Nous sommes tous sur le même bateau après tout”.

Elle insiste également sur le fait que la Chine, en tant que seconde économie mondiale, devrait jouer un plus grand rôle dans le redressement économique: ” Le 12ème plan quinquennal ( 2011-2015) a pour but d’augmenter la consommation domestique ce qui signifie aussi de plus grandes opportunités pour les entreprises étrangères”.

“Nous avons maintenant près de 2.200 sociétés françaises en Chine et nous espérons encore de voir plus de coopération dans d’autres secteurs que l’aérospatiale et l’énergie nucléaire, par exemple la santé et l’alimentation”.

Madame Bermann appelle à une plus grande ouverture du marché chinois : ” Nous voulons que la Chine devienne plus ouverte et qu’elle soit reconnue le plus vite possible comme une complète économie de marché afin que le commerce bilatéral soit placé sur une base plus égale. Nous encourageons donc la Chine à poursuivre ses discussions avec la Commission européenne afin de remplir les critères”.

L’article se conclut sur la position française face à l’embargo sur les armes, imposé à la Chine par l’Union Européenne après les tragiques événements du 4 juin 1989 où l’armée chinoise, sous ordre du PCC, a tiré sur la foule place Tiananmen.

” La France soutient complètement la levée de l’embargo. Cependant cela peut prendre du temps pour que tous les membres de l’UE arrivent à un accord. ” explique au Global Times Sylvie Bermann.

 

Inauguration de l’année de la langue chinoise à l’Institut Confucius de la Réunion

Ajouté au 14/10/2011 par SHI Lei

L’année de la langue chinoise a été inaugurée à la Réunion le 30 septembre dans l’après-midi à l’Institut Confucius de la Réunion. M. Zhang Guobin, consul général de Chine à Saint-Denis, a participé à l’événement.

À l’issue de la cérémonie, les étudiants ont posé des questions aux professeurs sur les cours, les manuels et les conditions de demande de bourse, etc.

6e Festival du film français d’animation à l’Institut français de Chine

Ajouté au 10/10/2011 par SHI Lei

Depuis sa première édition en 2006, le Festival du film français d’animation reste une occasion à ne pas manquer pour tous les amoureux du genre.
Cette année encore, le cinéma de l’Institut français de Chine (IFC) vous propose une sélection haute en couleurs !

 

L’Illusionniste
Angleterre, France, 2010
80 min
Animation
Réalisateur : Sylvain Chomet
Film muet

À la fin des années 50, une révolution agite l’univers du music-hall : le succès phénoménal du rock, dont les jeunes vedettes attirent les foules, tandis que les numéros traditionnels deviennent démodés. Notre héros, l’illusionniste, ne peut que constater qu’il appartient désormais à une catégorie d’artistes en voie de disparition. Les propositions de contrats se faisant de plus en plus rares, il est contraint de quitter les grandes salles parisiennes et part avec ses colombes et son lapin tenter sa chance à Londres. César 2011 du meilleur film d’animation.

 

La Vieille Dame et les Pigeons
France, Canada, Belgique, 1996
25 min
Animation
Réalisateur : Sylvain Chomet
Anglais sous-titré en chinois et français

Film précédé de Babel et Chienne d’histoire

Un gardien de la paix famélique rend de fréquentes visites à une vieille dame qu’il a longuement observée tandis qu’elle régalait maternellement au square une multitude de pigeons. Il décide de se déguiser en pigeon pour profiter des délicieux repas de cette vieille dame…

 

Les Triplettes de Belleville
France, Belgique, Canada, 2003
80 min
Animation
Réalisateur : Sylvain Chomet
Film muet

Madame Souza était bien loin de se douter, en offrant un tricycle à son neveu, que celui-ci se prendrait d’amour pour la petite reine au point de se lancer dans le Tour de France !
Brillant athlète, il est mystérieusement kidnappé au détour d’un virage.
Madame Souza se lance alors à sa recherche à travers un trépident voyage qui l’entraînera à pedalo de l’autre côté de l’Atlantique et lui fera rencontrer les extraordinaires triplettes de Belleville…
Étoile d’or du film en 2004

 

Kirikou et la Sorcière
France, 1999
70 min
Animation
Réalisateur : Michel Ocelot
Français sous-titré en anglais et chinois

Le minuscule Kirikou naît dans un village d’Afrique sur lequel la sorcière Karaba a jeté un terrible sort : la source est asséchée et tous les hommes ont disparu du village. Que sont ils devenus ? La sorcière les mange-t elle ? Est-ce son armée qui les a fait disparaître ?
Sitôt sorti du ventre de sa mère, Kirikou met tout en œuvre pour délivrer le village de son emprise maléfique et découvrir le secret de Karaba.
Grand prix du Festival international du film d’animation d’Annecy en 1999.

 

Kirikou et les Bêtes sauvages
France, 2006
75 min
Animation
Réalisateur : Michel Ocelot
Français sous-titré en anglais et chinois

Kirikou et les Bêtes sauvages revient sur 4 aventures extraordinaires, vécues par le jeune garçon pendant qu’il sauvait son village du maléfice de la sorcière Karaba.
Dans la première, Kirikou affronte une hyène qui détruit les travaux d’irrigation des hommes. Dans la seconde, un buffle chargé de poteries sauvera le village de Kirikou de la pauvreté. Il se lie d’amitié avec une girafe dans la troisième aventure avant de sauver, dans un dernier épisode, sa mère, empoisonnée par une fleur, en lui faisant avaler le calice d’une plante magique.

 

Mia et le Migou
France, 2008
91 min
Animation
Réalisateur : Jacques-Rémy Girerd
Français sous-titré en chinois

Mia est une fillette d’à peine dix ans. Alertée par un pressentiment, elle décide de quitter son village natal quelque part en Amérique du Sud pour partir à la recherche de son père. Ce dernier travaille sur un chantier gigantesque visant à transformer une forêt tropicale en luxueuse résidence hôtelière. La route est longue pour retrouver son papa. Mia doit franchir une lointaine montagne, entourée d’une forêt énigmatique et peuplée d’êtres mystérieux.
Prix du meilleur film d’animation aux prix du cinéma européen en 2009.

 

Princes et Princesses
France, 1998
70 min
Animation
Réalisateur : Michel Ocelot
Français sous-titré en anglais et chinois

Suite de six contes en théâtre d’ombre. Deux enfants se retrouvent chaque soir dans un cinéma désaffecté. Ils se déguisent et, avec l’aide d’un vieux technicien, vivent ensemble de merveilleux contes dont ils deviennent les héros : La Princesse des diamants, Le Garçon des figues, la Sorcière, Le Manteau de la vieille dame, La Reine cruelle et enfin Princes et Princesses.
Prix Cinéma de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques en 2000.

 

Kérity la maison des contes
France, Italie, 2009
80 min
animation
Réalisateur : Dominique Monféry
Français sous-titré en chinois

L’histoire se passe à Kérity, où le jeune Nathanaël, 7 ans, emménage avec ses parents et sa sœur dans l’ancienne maison de leur tante Éléonore. Chacun des deux enfants reçoit d’elle un héritage : Angelica obtient une poupée, tandis que Nathanaël est le légataire de la bibliothèque. Il ne sait pas encore lire mais s’aperçoit vite que ces livres abritent de merveilleux petits personnages dont le monde est en danger. Pour sauver ses minuscules amis et leurs histoires, Nathanaël, rétréci par la Fée Carabosse, se lance dans l’aventure…
Mention spéciale au Festival international du film d’animation d’Annecy 2010.

 

Ma petite planète chérie
France, 2010
44 min
Animation
Réalisateur : Jacques-Rémy Girerd

Neuf histoires qui abordent l’écologie de manière amusante et poétique : Le Voyage d’une goutte d’eau, Les Mal-aimés, La Racine magique, La Coccinelle et le puceron, Des montagnes d’emballages, Le Hérisson amoureux, 20 millimètres sous terre, Tintamarre et bouche cousue, De l’air de l’air !

 

Sélection de courts métrages du Festival d’Annecy 2011
France, 2011
80 min
Animation
Divers réalisateurs
Français sous-titré en chinois

Le Festival international du film d’animation d’Annecy nous propose cette année encore une dizaine de courts-métrages. L’occasion de découvrir de tous nouveaux réalisateurs et de nouvelles idées et techniques toujours plus audacieuses !

 

Le Louvre ouvre ses portes à la Cité Interdite

Ajouté au 10/10/2011 par SHI Lei

L’ancien palais des rois de France accueille 130 chefs-d’œuvre des empereurs chinois. Une superbe exposition qui retrace huit siècles d’échanges.

Sur la carte culturelle du bloc eurasien, le Louvre et la Cité interdite ressemblent à deux phares balisant les extrémités est et ouest. Près de 9000 kilomètres séparent ces deux palais, aujourd’hui musées. Est-il pertinent de les comparer? Qu’apprend-on à rassembler les pièces les plus significatives de leur histoire?

Par une sélection de 130 objets sur les 1.807.558 conservés entre les remparts pourpres de Pékin, mise en regard d’éléments des collections permanentes de l’institution parisienne, Jean-Paul Desroches, conservateur général au Musée Guimet, a osé l’exercice.
L’empereur Yongzheng, qui a régné de 1723 à 1735, vêtu à la façon de l’aristocratie versaillaise du début du XVIIIe siècle. (Musée du Palais impérial)Sur la carte culturelle du bloc eurasien, le Louvre et la Cité interdite ressemblent à deux phares balisant les extrémités est et ouest. Près de 9000 kilomètres séparent ces deux palais, aujourd’hui musées. Est-il pertinent de les comparer? Qu’apprend-on à rassembler les pièces les plus significatives de leur histoire?

Par une sélection de 130 objets sur les 1.807.558 conservés entre les remparts pourpres de Pékin, mise en regard d’éléments des collections permanentes de l’institution parisienne, Jean-Paul Desroches, conservateur général au Musée Guimet, a osé l’exercice. Il s’avère aussi beau que passionnant, quand bien même il pâtit d’un parcours éclaté en trois salles. Il est vrai qu’une seule n’aurait jamais suffi pour accueillir les jades, porcelaines, laques, sceaux, armes, calligraphies, peintures sur soie, broderies et autres trésors généreusement prêtés par la Chine en retour d’une exposition sur Napoléon montée à Pékin en 2008.

Desroches a privilégié des pièces jamais montrées jusqu’à ce jour en Occident. D’une lettre d’un kahn mongol à Philippe le Bel lui proposant une alliance contre les mamelouks en 1289, à l’évocation des dernières impératrices Eugénie et Cixi (l’une par un de ses corsages en soie asiatique, l’autre par une délicate pivoine qu’elle prétendait avoir peinte), elles jalonnent sur huit siècles les rapports économiques, diplomatiques ou guerriers.

Aux yeux de tous les descendants de l’empire du Milieu, l’objet le plus précieux est l’acte de la fondation de la dynastie Ming, un recueil de tablettes de jade, gravées au début du XVe siècle. Mais on peut lui préférer ce petit plat de porcelaine « blanc doux » de la même époque. Renversant de finesse, il révèle, lorsqu’on s’approche de très, très près, tout un décor de nuages et de dragons délicatement estampé.

Plus intelligemment encore, Desroches rapproche les chronologies, esquisse des affinités (architecturales par exemple, à travers des plans et maquettes, ou bien encore dans les grands mouvements de constitutions d’encyclopédies au XVIIIe siècle). Il n’omet pas les différences nombreuses mais s’arrête plus longuement sur les métissages. Les missionnaires jésuites en particulier. Dans le sillage du maître milanais Giuseppe Castiglione, dont quelques grandes peintures animalières sur papier et soie sont déroulées, ils furent de merveilleux artistes. Parfaitement reconnus à la cour, ils firent école. Au total, c’est cette fascination réciproque qui, déployée dans le temps, surprend le plus.

La salle du Trésor
Dans un de ses portraits, l’empereur Yongzheng est coiffé d’une perruque Louis XIV, «déjà obsolète à Versailles lorsqu’il l’arbore, mais la mode a mis du temps à voyager», sourit le commissaire. Dans l’autre sens, Mme de Pompadour promeut les « chinoiseries». Bien que préférant les laques japonais, Marie-Antoinette prolongera cet engouement comme l’illustre sa fontaine aux deux perroquets en porcelaine bleue montée sur bronze doré. Le vase a été acquis vers 1780 et converti en fontaine dans un souci d’intégration au style rocaille. Quoi de plus naturel? L’exotique est quotidien.

Enfin, juste pour le plaisir, la salle Richelieu a été transformée en salle du Trésor. C’est la plus belle. Le trône de Qianlong (empereur de 1736 à 1796), qui fut l’un des plus grands collectionneurs de l’histoire impériale, ainsi son mobilier d’apparat en bois rouge grouillant de paisibles dragons, y est installé. Beaucoup plus visible que dans la salle de l’Harmonie suprême où il se trouve d’habitude.

En 2010, la Cité interdite a accueilli 13 millions de visiteurs. Le Louvre, qui se targue d’être le plus grand musée du monde, affiche «  seulement », 8,5 millions, les passants des jardins des Tuileries n’étant pas comptabilisés. Mais que valent ces chicanes quand, en sortant de l’exposition, on regarde la pyramide de Ioeh Ming Pei d’un autre œil ?

Semaine franco-chinoise de la forêt à Changsha

Ajouté au 10/10/2011 par SHI Lei

L’ouverture de la semaine franco-chinoise de la forêt à Changsha s’est déroulée le 19 septembre après-midi, dans le cadre d’une cérémonie solennelle organisée en partenariat par le Consulat Général de France à Wuhan et l’Académie de la forêt du Hunan, en présence de nombreuses personnalités, dont M. Li Changzhu, directeur de l’académie de la forêt de Hunan, Mme Wen Zhenjun, ingénieur général du bureau des forêts du Hunan, M. Lavroff, Consul Général de France à Wuhan, M. Fu Xinghua, vice-directeur du bureau des relations internationales du Hunan, et d’une centaine de personnes.
Cette célébration, organisée à l’échelle de la Chine par l’Ambassade de France à Pékin et les Consulats généraux, s’inscrit dans le cadre de l’initiative des Nations Unies qui ont décrété 2011 « Année internationale de la forêt », une initiative destinée à sensibiliser la société civile au rôle important des forêts et à la nécessité de la protéger, face aux multiples dangers qui les menacent.

 Pour l’occasion, l’exposition « La forêt : une communauté vivante », produite par la fondation Goodplanet, a été présentée et le grand public a bénéficié d’un cycle de conférences et de films sur la forêt, échelonné sur toute la semaine.

Un temps fort de cette inauguration fut la conférence prononcée par M. Falconnet, ingénieur et responsable des formations en foresterie à Agro-ParisTech-Nancy, qui a rappelé les caractéristiques et l’état de la forêt de par le monde, avant d’évoquer les dangers qui la menacent ainsi que les mesures prises ou envisagées pour la protéger, et de conclure : « Des forêts pour les hommes … , mais aussi les hommes pour la forêt ! ».

La venue à Changsha de M. Falconnet fut aussi l’opportunité d’échanges approfondis avec des professeurs et étudiants de l’Académie de la forêt ainsi qu’avec la direction de la faculté de la foresterie de l’Université technologique et forestière du Centre Chine. Le développement de nouvelles collaborations entre ces deux établissements et Agro-Paristech-Nancy, notamment en recherche, a été envisagé à court et moyen termes.

La semaine franco-chinoise de la forêt à Changsha est donc un succès dans la mesure où elle a mobilisé un nombreux public sur un sujet d’actualité planétaire et qu’elle a permis de renforcer la coopération franco-chinoise dans le Hunan, en l’ouvrant à de nouvelles thématiques.

 

Les prestiges de la Cité interdite seront exposés au Musée du Louvre

Ajouté au 10/10/2011 par SHI Lei

Le 26 septembre, le portrait de l’empereur Kangxi (1654-1722) est projeté sur les bases médiévales dans le sous-sol du Musée du Louvre.

Le 26 septembre, l’exposition sur la vie des empereurs chinois des dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1644-1912) s’est inaugurée au Musée du Louvre. À cette occasion, 130 collections d’objets de prestige de la collection de la Cité interdite, dont une maquette du Palais impérial et 22 trésors nationaux, seront exposées en France. Cette exposition ouvre ses portes le 29 septembre, et durera jusqu’au 9 janvier 2012.

Exposition-Evénement : Picasso à Shanghai !

Ajouté au 09/10/2011 par SHI Lei

Cet automne, plus de 60 œuvres venues tout droit du Musée national Picasso à Paris sont exposées en Chine. Une exposition exceptionnelle qui se tiendra dans le Pavillon chinois de l’Exposition universelle du 18 octobre au 10 janvier.
Agenda
Du 18 octobre 2011 au 10 janvier 2012 : Shanghai
80 Rmb en semaine
120 Rmb les weekends et jours fériés
Lieu : Pavillon de Chine de l’Exposition universelle

 Actuellement fermé pour rénovation jusqu’au printemps 2013, le Musée National Picasso de Paris fait tourner ses collections. Après une étape réussie à Taipei, c’est à Shanghai que font escale 62 œuvres (peintures, sculptures, chalcographies) du maître, ainsi que 50 photographies issues des collections du Musée, pour ce qui constitue la plus importante exposition de Picasso jamais présentée en Chine.

 

——————————————————————————–
 Présentée dans le Pavillon chinois, cette exposition est la première manifestation internationale de cette envergure à se tenir dans ce lieu symbolique depuis la fin de l’Exposition universelle. Y sont données à voir plus de 60 œuvres parmi les plus célèbres de Picasso, dont 49 peintures et 7 sculptures, ainsi que des chalcographies. Pour compléter cette magnifique collection, une cinquantaine de photographies viennent illustrer la vie de l’artiste. S’étalant de la fin du XIXème siècle jusqu’à sa disparition en 1971, cette sélection permet de découvrir des œuvres représentatives des différentes périodes de la vie créatrice de l’artiste : période bleue, période rose, néo-classicisme, cubisme etc. Elle permet d’appréhender la diversité de ses styles et l’incroyable créativité qui caractérise cet artiste hors du commun. Vous aurez ainsi l’occasion de traverser les grandes étapes de la vie du peintre, depuis l’âge de 14 ans avec « La fillette aux pieds-nus », jusqu’à son dernier autoportrait « Dimanche », alors qu’il était âgé de 90 ans.

Pour 80 RMB en semaine et 120 le weekend, ne ratez pas ce rendez-vous avec les chefs d’œuvre de cet immense artiste !

Participation de Philippe Martineau, conseiller adjoint pour la science et la technologie, à l’inauguration du « 2011 Beijing Science Festival »

Ajouté au 27/09/2011 par SHI Lei

Le « 2011 Beijing Science Festival » a été lancé le vendredi 16 septembre soir au parc olympique.
Le «  2011 Beijing Science Festival  » a été lancé le vendredi 16 septembre soir au parc olympique, en la présence du vice-maire de Pékin, d’un responsable de l’association des sciences et des techniques de Chine, du président du « Europe Science Communication Events Association », du président du centre scientifique de Singapour et de plusieurs diplomates scientifiques étrangers, dont Philippe Martineau, conseiller adjoint pour la science et la technologie de l’Ambassade de France à Pékin.

Organisé du 16 et 23 septembre par l’Association des sciences et des technologies de Pékin, ce festival a été l’occasion de multiples manifestations : exposition, semaine des films scientifiques internationaux, semaine sino-italienne économique et scientifique, etc. Une centaine activités interactives liées aux secteurs de l’environnement, de l’information, des télécommunications, de l’énergie et de l’automatique ont été conduites durant cette exposition, certains pays (Allemagne, Japon, Etats-Unis, Royaume-Uni, Afrique Sud) disposant d’un stand national. Ce festival englobait pour la première fois la « Journée chinoise de vulgarisation scientifique  » (17 septembre). Selon les médias chinois, plus de 4500 évènements ont été organisés cette année dans l’ensemble du pays dans le cadre de cette journée, avec une fréquentation dépassant le million de personnes.

 

Un haut responsable de la diplomatie chinoise rencontre le président français à Paris

Ajouté au 27/09/2011 par SHI Lei

Dai Bingguo, conseiller d’Etat chinois en charge de la politique étrangère, a rencontré vendredi à Paris le président français Nicolas Sarkozy, avec qui il a échangé des vues sur les relations sino-françaises, la crise de la dette en Europe et les actualités internationales.

Selon M. Dai, le plus haut responsable de la politique étrangère de la Chine, les relations sino-françaisess sont sur la bonne voie. Suite à la visite d’Etat du président chinois Hu Jintao en France en novembre 2010, les présidents des deux pays se sont rencontrés à deux occasions depuis le début de l’année 2011.

Les échanges commerciaux bilatéraux se multiplent tandis que les échanges dans le domaine culturel ne cessent de s’amplifier. En matière des importantes questions internationales et régionales, les deux pays maintiennent une coordination étroite. La Chine souhaite renforcer ses relations avec la France à travers des efforts des deux parties, a indiqué M. Dai.

Dans la perspective du prochain sommet du G20 à Cannes, la Chine espère que cette réunion des hauts responsables des puissances mondiales puisse transmettre au monde entier des messages de confiance, de solidarité et de coopération. Elle coordonne volontiers avec la France afin de contribuer au succès du sommet, a poursuivi M. Dai.

En ce qui concerne la crise de la dette en Europe, M. Dai a exprimé sa confiance en euro et le soutien de la Chine pour l’intégration de l’Europe. La Chine souhaite qu’en dépit des difficultés que vivent certains pays, les Européens déployent des efforts concertés afin de sortir de la crise actuelle, a fait remarquer M. Dai.

Selon le président Sarkozy, qui a manifesté également lors de l’entretien sa volonté de promouvoir la coopération bilatérale avec la Chine, la France, en tant que président du G20, espère que le sommet de Cannes puisse transmettre des signes de solidarité à la communauté internationale qui renforceraient la confiance et qui donneraient l’impulsion à la croissance économique mondiale.

La France attache une grande importance au rôle de la Chine dans le cadre du G20, et souhaite avoir une coopération étroite avec elle afin d’aboutir au succès final du sommet, a indiqué le chef de l’Etat français.

Quant à la crise de la dette, la France estime que le temps est venu d’agir avec résolution avec ses partenaires. Les pays européens adopeteront des solutions déterminées pour surmonter les difficultés actuelles, a assuré M. Sarkozy.

M. Dai a eu plus tôt dans la journée de vendredi des entretiens avec le conseiller diplomatique du président français Jean-David Levitte et le secrétaire général de la présidence française Xavier Musca.

« Précédent Suivant »