La Chine achète les forêts françaises

Ajouté au 31/03/2012 par SHI Lei

15 % des chênes y sont exportés. Une situation préoccupante pour les scieries de l’Hexagone.
 
Les Chinois n’apprécient pas seulement les produits de luxe français, mais s’intéressent également à des matières plus simples, comme le bois. Jeudi, la Fédération nationale du bois (FNB) s’est élevée contre les importations par la Chine de grumes, ces troncs d’arbre abattu dont on a coupé les branches mais encore recouvert d’écorce.

«Depuis 2007, les importations chinoises de grumes se sont envolées, explique Laurent Denormandie, président de la FNB. En 2008, la Chine importait environ 30.000 mètres cubes de grumes de chêne français. Au premier semestre 2011, ses importations se situaient à 121.000 mètres cubes.»

Le prix des grumes à la hausse
Les entreprises chinoises importent ce produit brut, puis le transforment en planches et en meubles, qui sont ensuite réexportés vers l’Europe. La croissance économique chinoise explique pour partie ce besoin croissant de bois, mais Laurent Denormandie pointe également «la volonté des autorités chinoises de protéger leurs propres ressources». La crainte vient surtout de l’accélération du mouvement. «Actuellement 15 % des volumes de chênes récoltés en France partent en Chine, contre seulement 6 à 7 % il y a seulement 4 ans, s’alarme Nicolas Douzain-Didier, délégué général de la FNB. Pour le hêtre, les volumes exportés vers la Chine représentent 10 à 12 % de la production, contre 5 à 6 % auparavant.»

Ce phénomène affecte d’abord les scieries. «Ces achats poussent le prix des grumes à la hausse», se plaint Dominique Julliot, président de Scieries Réunies du Châlonnais. La FNB avance une hausse de 20 % pour le chêne et de 15 % pour le hêtre l’an dernier. «Les difficultés pour obtenir du bois dans des conditions normales commencent à mettre en péril l’approvisionnement de certaines scieries françaises», précise Dominique Julliot.

«Nous voulons des accords de réciprocité»
Il devient alors difficile d’investir dans de nouvelles machines ou la mise aux normes des installations. Conséquence: les fermetures de scieries s’accélèrent. Entre 2008 et 2010, leur nombre a diminué de près de 11 % dans l’Hexagone.

«Nous ne demandons pas un arrêt des exportations, tempère toutefois Laurent Denormandie. Nous voulons des accords de réciprocité.» La Chine a mis en place une série de taxes à l’importation, faibles sur les grumes et de plus en plus fortes à mesure qu’on se rapproche du produit fini, destinées à protéger son industrie locale. Il n’y en a aucune en Europe. «Des quotas à l’exportation ne seraient pas une mauvaise idée», conclut Laurent Denormandie.

 

Chine : Les commandes d’Air China à Airbus maintenues

Ajouté au 31/03/2012 par SHI Lei

La compagnie aérienne chinoise Air China a déclaré jeudi qu’elle n’avait pas annulé de commandes d’Airbus et qu’elle envisageait d’accroître ses capacités, malgré la dispute qui oppose Pékin à l’Union européenne au sujet de la taxe carbone introduite en Europe sur le secteur aérien.

En représailles contre cette nouvelle taxe imposée sur les émissions de gaz à effet de serre des vols en provenance ou à destination d’Europe, la Chine a bloqué à ce jour l’achat de 55 Airbus, dont 45 long-courriers A330 et 10 très gros porteurs A380, des commandes d’une valeur totale de 14 milliards de dollars (10,5 milliards d’euros).
Les commandes en cours d’Air China portent sur 51 Airbus – 30 modèles A320/310 et 21 appareils A330 – dont la livraison est étalée jusqu’en 2014.

 

Pour sa 7e édition, le festival Croisements débarque dans 24 villes chinoises

Ajouté au 31/03/2012 par SHI Lei

En mars, la Chine accueille la nouvelle édition du festival Croisements, une plateforme des échanges culturels franco-chinois. Le 29 mars, une conférence de presse consacrée au festival s’est tenue au siège de la nouvelle ambassade de France en Chine, en présence de professionnels de l’art.

Cette année, le festival Croisements présentera environ 134 événements, comprenant des spectacles de danse, de théâtre, de cinéma, de musique, de nouveau cirque et des expositions dans 24 grandes villes chinoises.

« Il y a eu un livre baptisé Paris et le désert français, comme si seul Paris existait en France. Je ne veux pas voir ici Pékin et le désert chinois. Pékin est certainement la plus grande ville culturelle en Chine où nous avons le plus d’activités. Mais nous souhaitons également faire connaître dans toutes les autres villes la culture française », a expliqué Mme l’Ambassadeur Sylvie Bermann.

Le festival Croisements est également une occasion d’échanges entre les artistes chinois et français. Au cours de ces dernières années, les artistes chinois Liu Ye, Yao Chen, Zhang Yadong et Wang Xiaoshuai ont participé au festival et contribué aux échanges culturels. « Il est important pour nous que les artistes chinois soient motivés, et je suis très heureuse des participations de ces artistes qui montrent l’enthousiasme et l’intérêt pour le festival », a souligné Mme Bermann.

Pour promouvoir les échanges sino-français, le festival Croisements 2012 proposera la représentation du chorégraphe français Bertrand d’Art pour le Ballet central de Chine et l’adaptation de la pièce de Victor Hugo « L’homme qui rit » par la metteuse en scène Yamina Hachemi.

Né en 2006 de la volonté des autorités françaises et chinoises de poursuivre le formidable élan donné aux échanges culturels franco-chinois par les Années croisées, le festival Croisements propose une programmation de qualité sur une période de plus de deux mois. En 2011, le festival a rassemblé avec succès plus de 500 000 spectateurs.

Vol Paris-Wuhan

Ajouté au 31/03/2012 par SHI Lei

« Le rapprochement entre la Grue Jaune et la Tour Eiffel est pour bientôt… » 
 

La conférence de presse
Une conférence de presse concernant l’ouverture le 12/04/2012 de la ligne aérienne directe entre l’aéroport Tianhe de Wuhan et Charles de Gaulle de Paris s’est tenue le 21/03/2012 dans la capitale provinciale du Hubei. Le Consul général de France à Wuhan, M. Serge LAVROFF, le Directeur général d’Air France-KLM en Chine, M. Frédéric KAHANE, ainsi que le Directeur des transports de la municipalité de Wuhan, M. PENG Jun, ont présenté devant une large assemblée de journalistes, dont ceux de la chaîne nationale chinoise CCTV, les particularités de cette future première ligne internationale directe entre le Centre Chine et l’Europe.

Dans son discours, le Directeur général d’Air France-KLM s’est réjoui de cette nouvelle ligne et a annoncé que la collaboration entre les transports ferroviaires à grande vitesse et aériens devrait permettre à ce vol direct d’attirer des voyageurs en provenance des provinces du Hunan, du Jiangxi, de l’Anhui, etc. M. KAHANE a par ailleurs expliqué que les voyageurs de cette ligne se verraient proposer des services de qualité*.

Au cours de son allocution, M. PENG Jun a indiqué que l’ouverture de cette ligne répond une réelle demande en Centre Chine, et a souligné la ferme volonté de la province du Hubei de devenir le hub de l’aviation internationale dans cette région.

Le Consul général de France à Wuhan, M. Serge LAVROFF, a déclaré que l’ouverture de cette ligne apporte de nouvelles perspectives pour les échanges et coopérations dans les domaines culturels, diplomatiques, scientifiques, économiques et commerciaux entre le Hubei, Wuhan et la France. Elle devrait également permettre de renforcer l’attractivité de Wuhan vis-à-vis des entreprises étrangères. Le vol Wuhan-Paris constitue par ailleurs un atout pour le développement historique de la capitale provinciale du Hubei et marque un cap majeur dans son processus d’internationalisation. En ce qui concerne le Consulat général de France à Wuhan, M. LAVROFF a annoncé qu’au cours du prochain mois de mai, soit après l’ouverture de la ligne, le nombre de visa devrait doubler par rapport à la même période 2011.

La Chine compte actuellement 9 villes possédant des vols internationaux directs à destination de l’Europe.
——————————————————————————–

 Informations pratiques sur le vol Wuhan-Paris :
 
•Type d’appareil : Boeing 777-200ER ;
•Capacité en passagers : 309 personnes (35 en première classe, 24 en classe affaires et 250 en classe économique) ;
•Durée de vol : environ 11 heures ;
•Tarifs : 6 200 RMB (prix le plus bas), 14 500 RMB, 27 500 RMB ;
•Fréquence des vols :

 
•Fréquence des vols :
   
Ville de départ Ville d’arrivée Numéro de vol Jours Heure de départ Heure d’arrivée
Wuhan Paris AF139 mardi, jeudi, samedi 10:10 17:15
Paris Wuhan AF132 lundi, mercredi, vendredi 14:40 08:10 +1

•*Services à bord :
   
Annonces et informations en chinois 
Repas chinois, occidentaux et végétariens (réservations possibles en ligne avant le vol)
Divertissements : écrans individuels offrant plus de 3 000 sources multimédia (musique, films, séries télévisées, etc.)
Accueil par du personnel sinisant à Paris pour les passagers en transit ou arrivés à destination.

Concernant la réservation, il est à noter que les billets peuvent être achetés en se connectant depuis un téléphone portable sur : http://mobile.airfrance.com (en langue chinoise).
——————————————————————————–

 Retombées
•Économiques :
Outre les intérêts touristiques, logistiques ou encore de toutes les industries modernes, l’ouverture de la ligne Wuhan-Paris constitue un véritable enjeu économique. L’entreprise PSA Peugeot Citroën fût la première entreprise du top 500 mondial à s’implanter dans le Hubei il y a déjà vingt ans. L’implantation du groupe français a permis de faire de Wuhan un pôle automobile chinois. La province compte désormais près de 90 entreprises françaises comptant pour ¼ des investissements étrangers à Wuhan.

L’ouverture de cette ligne, bien que commerciale, entre dans un processus de réflexion stratégique pour Wuhan. Elle contribue à l’essor économique et à l’internationalisation de la capitale du Hubei, et devrait permettre d’emporter davantage d’investissements et de politiques préférentielles.

•Touristiques
L’ouverture de la ligne directe permet de réduire les temps de trajet et les coûts pour un voyage en Europe (l’économie est estimée à environ 10%). Selon le Bureau du tourisme de Wuhan, le vol Wuhan-Paris va contribuer à l’essor du marché touristique entre les deux parties. En vue d’attirer des touristes européens, la ville de Wuhan a déjà élaboré une vingtaine de produits touristiques regroupés dans 8 grandes thématiques. La branche wuhanaise du groupe Huayuan International Travel Tourism Co., Ltd. a prévu une délégation de 46 personnes dans le vol inaugural du 12/04/2012 (à destination de Paris), pour un séjour de 8 jours dans 5 pays d’Europe (France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) avec une réduction d’environ 1 000 RMB (grâce aux promotions d’Air France et d’agences de voyage).
——————————————————————————–

 Informations complémentaires :
La première ligne aérienne internationale directe de Wuhan a été ouverte en 1998 avec le Japon.

Selon les prévisions, la ligne aérienne directe entre Wuhan et Singapour sera ouverte le 24/04/2012, et sera opérée par la compagnie Singapourienne Silkair. L’ouverture d’une ligne Wuhan-Chicago est vivement souhaitée par la municipalité.

La province du Hubei a récemment annoncé ses objectifs pour 2015 et 2030, et affiche clairement son intention de développer énergiquement ses lignes internationales directes et escales.

La tactique « Avancer vers l’Europe et les États-Unis, développer l’Asie de l’Est, et s’étendre en Asie du Sud Est » va ainsi être mise en œuvre, et devrait permettre pour 2015 d’ouvrir 20 lignes internationales directes, 80 nationales, et d’atteindre un flux annuel de passagers de plus de 23 millions de personnes. L’aéroport de Tianhe quant à lui, pourrait ainsi se placer parmi les 10 premiers aéroports nationaux en termes de passagers et de fret.

Pour 2030, l’objectif annoncé pour l’aéroport de Tianhe est de passer dans le top 5 national et 1er du Centre Chine. Pour se faire, le Hubei va mettre l’accent sur l’achèvement de la troisième phase des travaux de l’aéroport de Tianhe et de son centre de transports, la promotion de l’aéroport de Shennongjia, la construction de l’aéroport de Wudangshan, ainsi que la rénovation et l’amélioration des aéroports d’Enshi, Yichang et Xiangyang.

 

M. Raffarin : Le respect, la discussion et la prévisibilité font des relations de confiance entre la Chine et la France

Ajouté au 31/03/2012 par SHI Lei

Le 28 mars, le XVIIIe colloque économique franco-chinois s’est déroulé à Beijing en discutant le thème suivant : « Davantage de croissance, moins de ressources : quelles solutions ? »

M. Bai Lichen, vice-président de la CCPPC, M. Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre français, Mme Sylvie Bermann, ambassadeur de France en Chine, et les représentants organisateurs étaient présents à la cérémonie d’ouverture.

M. Bai a approuvé le rôle important du colloque pour les échanges économiques entre la Chine et la France dans son discours. Il a également présenté les industries prioritaires à développer en Chine durant le douzième plan quinquennal, et a souhaité que les deux pays renforcent leurs coopérations dans le domaine aérien et du transport, explorent les coopérations dans le domaine de l’économie d’énergie et de la protection de l’environnement.

Selon M. Raffarin, 2012 est une année des présidents et une année stratégique dans le monde. « Dans ce contexte international, soulignons combien la relation entre la France et la Chine doit être une perspective, un exemple pour ce que sera demain dans ce monde multipolaire. Le respect réciproque des cultures, la discussion stratégique permanente, et la prévisibilité font ces relations de confiance ».

Après la cérémonie d’ouverture, les économistes et les représentants des entreprises ont organisé des discussions sur l’optimisation des ressources en énergie et en eau, des ressources financières, des ressources humaines, et de la sécurité alimentaire.

Ces dernières années, les coopérations économiques entre la Chine et la France se sont développées rapidement. En 2011, le volume des échanges entre les deux pays a atteint 52 milliards de dollars. Les exportations françaises vers la Chine ont augmenté de 29 %, et plus de 100 entreprises chinoises se sont installées en France.

Depuis 1995, le comité France-Chine et le comité pour la promotion du commerce international de Chine organisent chaque année un forum économique. Les gouvernements et les entreprises des deux pays accordent une grande importance à ce forum. La réforme des entreprises d’État, la formation intellectuelle, l’e-commerce ont fait partie des sujets discutés dans le cadre de ce forum.

Jean-Pierre Raffarin insiste sur un dialogue permanent sur la taxe carbone

Ajouté au 31/03/2012 par SHI Lei

Le 28 mars, le 18e colloque économique franco-chinois s’est tenu à Beijing. Avec la participation de 600 entrepreneurs et experts et 25 entreprises françaises, le thème du séminaire de cette année était « Davantage de croissance, moins de ressources : quelle solution ? ». M. Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre français, a loué la réussite du colloque à l’issue de l’événement.

« Nous sommes satisfaits de la réussite de cette nouvelle édition du colloque économique franco-chinois », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse avec Jean-Pascal Tricoire, président du Comité France-Chine.

« Le Comité France-Chine renforce la coopération franco-chinoise depuis 33 ans », a noté M. Raffarin. M. Tricoire a ensuite expliqué les enjeux du comité en ajoutant que l’objectif du comité France-Chine est d’attirer de nouvelles entreprises françaises pour élargir les champs de coopération.

Selon M. Tricoire, le Comité France-Chine s’intéresse beaucoup aux directions désignées dans le 12e plan quinquennal chinois. Il l’a résumé en « plus de consommation interne, plus d’innovation et plus de services ». « Ce sont des secteurs auxquels les entreprises françaises peuvent beaucoup apporter dans le futur », a-t-il souligné.

M. Raffarin a réaffirmé lors de la conférence de presse sa position sur la controverse de la taxe carbone de l’UE : le dialogue permanent. « Il est clair que les objectifs sont communs en matière de lutte contre la pollution, notamment les émissions de CO2. Il est clair qu’en ce qui concerne les responsabilités, nous savons qu’elles sont communes mais différenciées. Nous souhaitons que les dialogues à ce sujet puissent se prolonger », a-t-il souligné.

Quant à l’internationalisation du yuan, M. Raffarin a indiqué que ce fait est « à la fois prudent et inéluctable ». Selon lui, actuellement, les objectifs sont bien définis, et il s’agit d’une méthode très prudente pour rester connecté en permanence à l’économie réelle et non pas entrer dans des risques financiers non maîtrisés.

A cette occasion, M. Raffarin a présenté son nouvel ouvrage « Je marcherai toujours à l’affectif » aux médias chinois, sa version chinoise devait être publiée dans un futur proche.

Le Pavillon France sur le salon Laser World of Photonics

Ajouté au 31/03/2012 par SHI Lei

Le salon Laser World of Photonics China qui vient de se tenir du 20 au 22 mars à Shanghai rencontre un succès croissant.
Le pavillon France, piloté par le bureau Ubifrance de Shanghai, a réuni quatorze exposants dont deux pôles de compétitivité : La Route des Lasers et Photonics Bretagne. Ce salon technique, organisé par Messe München Internationnal (MMI)sur le modèle du salon laser de Munich, est devenu en quelques années le carrefour des technologies laser et photonique en Asie, avec, pour cette sixième édition, 460 exposants (contre 340 en 2011) incluant tous les leaders mondiaux. L’ensemble des exposants a salué la montée en puissance de ce salon ainsi que la qualité et le nombre de visiteurs professionnels.

 
UBIFRANCE a intégré dans son espace, pour la deuxième année consécutive, le centre français des technologies d’optique et de photonique en Chine, PYTHAGORE. Un cocktail a été organisé avec la communauté locale du laser, ainsi que des rendez-vous sur salon et une diffusion en amont du salon d’un communiqué de presse collectif.

La prestation Ubifrance et la coopération avec Pythagore ont été appréciées par les entreprises, dont la plupart ont confirmé leur présence en 2013 sur ce salon qui prévoit de passer la barre des 500 exposants avec trois halls complets.

Le tourisme chinois booste le shopping en France

Ajouté au 26/03/2012 par SHI Lei

Le tourisme asiatique domine toujours le shopping réalisé en France par la clientèle étrangère, selon une étude publiée jeudi par Global Blue, leader mondial de la détaxe.

Les dépenses des touristes étrangers en France augmentent de 26% atteignant 3,8 milliards d’Euros l’an dernier, et le panier moyen (même magasin, même journée) croit de 5% à 984 euros.

Les touristes chinois, premiers consommateurs étrangers dans le pays depuis 2009, représentent aujourd’hui pour plus du quart (26%) du marché de la détaxe.
En quand les chinois vont en France, c’est pour consommer : les prix du luxe sont 30% moins cher que chez eux.

La manne des touristes chinois devient de plus en plus vitale économiquement, et les pays se l’arrachent. “La France est leur destination préférée en Europe, loin devant l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie”, commente le vice-président de Global Blue aux Echos, mais attention à ne pas les perdre, “ils sont très exigeants”.

 

Assemblée Générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine.

Ajouté au 26/03/2012 par SHI Lei

Mme Annick De Kermadec, Présidente de la CCIFC, a inauguré l’assemblée par un discours rappelant le contexte économique pour les entreprises françaises en Chine :
A fin décembre 2011, la Chambre réunissait 1 379 membres, soit une aug­mentation de 9% par rapport à 2010. La Présidente a rappelé le rôle de 1er plan que joue la Chambre au service des entreprises françaises afin de développer leurs affaires, en les accompagnant en Chine dans le cadre de CCI INT’L, en multipliant les opportunités de networking, en partageant les informations importantes, et en initiant des projets et des partenariats structurants.

La réunion s’est poursuivie par la revue des réalisations de la mandature 2011 par M. Manuel Deleers, Directeur Général de la CCIFC : création du Bureau de Chengdu, du Club Réseau Chine, accompagnement ou renseignement gratuit de plus de 100 entreprises françaises, organisation de près de 200 événe­ments dans les antennes et bureaux, formalisation de partenariats avec le Mof­com-CICPCM et les Mofcom et CCPIT municipaux, succès des Villes d’Avenir : 2011 a été une année propice à la création d’opportunités pour les membres de la Chambre.

En 2012 la Chambre a fêté ses 20 ans à travers une programmation ambitieuse. M.Deleers a ensuite présenté aux membres les différents projets à venir pour les activités Club d’Affaires et Appui aux Entreprises. En 2012, la Chambre fête les 20 ans de sa création et initie à cette occasion une dynamique ambitieuse avec plus d’une trentaine de projets prévus dans ses différents services et implantations : les Villes d’Avenir 2012, la Mission en Birmanie, les accréditations Visa Business “Fast Track” à Pékin, la création de nouveaux groupes de travails et clubs, l’organisation de galas anniversaires à Pékin et Shanghai, le lancement de deux enquêtes partenaires sur le climat des affaires françaises en Chine et sur le leadership, la publication d’un livre spécial 20 ans de la CCIFC sur l’économie française en Chine, la création d’un nouveau site Internet et bien d’autres choses.

 

Echange des permis de conduire français et chinois : une avancée réglementaire importante.

Ajouté au 26/03/2012 par SHI Lei

La reconnaissance mutuelle et l’échange réciproque des permis de conduire français et chinois est un dispositif qui est évoqué depuis de nombreuses années et demandé par nombre de nos compatriotes résidant en Chine.

J’avais rappelé ce souhait, entre autres points, au Ministre des Affaires Etrangères et Européennes, Monsieur Alain Juppé, lors de son dernier passage en visite officielle en Chine. Je vous avais transmis mon courrier, remis en mains propres à Pékin, et la réponse qu’il avait bien voulu me faire. Au sujet du permis de conduire, il évoquait l’avancée des négociations et la nécessité d’une nouvelle disposition réglementaire du côté français (en attaché de ce message).

J’ai donc effectué une veille au Journal Officiel dans l’attente de l’arrêté nécessaire abrogeant le précédent. Celui-ci est effectivement paru le 12 janvier 2012 (également en attaché de ce message).Le nouvel arrêté rentrant ainsi en vigueur, j’ai tout de suite posé une question écrite au Directeur de des Français à l’Etranger et de l’Administration Consulaire à Paris dont je vous communique la réponse en attaché.

La publication de cet arrêté constitue une avancée majeure en vue de la reconnaissance mutuelle des permis de conduire français et chinois.

Je ne manquerai pas d’évoquer ce dossier lors de la réunion consulaire, réunissant Madame l’Ambassadeur et l’ensemble des Consuls Généraux de France en Chine, qui se tiendra en fin de semaine pour que les futures négociations entre Etats puissent mener dans les plus brefs délais, maintenant que les obstacles techniques sont levés, à la concrétisation effective de cette possibilité d’échange des permis de conduire français et chinois.

 Francis Nizet, Conseiller à l’assemblée des Français de l’étranger.

« Précédent Suivant »