La Chine pourrait subir l’impact de la crise européenne

Ajouté au 30/05/2012 par SHI Lei

Le commerce entre la Chine et l’Union européenne pourrait être affecté négativement, alors que la crise de la zone euro continue d’empirer dans le contexte de la crainte d’une possible sortie de la Grèce de la région, a déclaré Pascal Lamy, directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, mercredi.

« L’économie mondiale ne va pas bien, et la faible croissance économique a contribué à un très faible volume des échanges cette année », a indiqué M. Lamy lors d’une conférence de presse tenue pendant le forum de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris.

Le commentaire de M. Lamy survient juste avant la tenue du sommet de l’UE à Bruxelles pendant lequel les dirigeants européens doivent discuter de solutions pour maintenir la Grèce au sein de la zone euro.

Pier Carlo Padoan, économiste principal de l’OCDE, a indiqué que la crise au sein de la zone euro demeure le plus gros risque individuel de chute que doivent affronter les perspectives économiques mondiales.

Dans ses dernières prévisions économiques, cet organisme basé à Paris prévoit que l’économie de la zone euro se contractera de 0,1 % cette année et connaîtra une croissance de 0,9 % en 2013.

M. Lamy a également indiqué que la solide croissance économique et la forte demande intérieure de la Chine l’aideront à compenser l’impact négatif sur son commerce extérieur.

Par ailleurs, la Chine devient un important importateur dans le monde, ce qui aidera à impulser la croissance et à créer plus d’emplois ailleurs dans le monde, a-t-il ajouté.

Ouverture de la 7e Exposition du Centre-Chine dans le Hunan

Ajouté au 21/05/2012 par SHI Lei

La 7e Exposition du Centre-Chine, un événement de trois jours favorable à la signature de contrats et à l’investissement dans les régions centrales de la Chine, s’est ouverte vendredi à Changsha, capitale de la province du Hunan.

Plus de 30 000 hommes d’affaires venus de 73 pays et régions, dont des directeurs d’entreprises telles que Carrefour, Citibank, Messer et encore Mitsubishi Heavy Industries, sont venus y participer.

Cette exposition vise à renforcer les investissements étrangers et domestiques dans les régions centrales du pays, que la Chine compte porter au rang de destinations propices aux transferts industriels en provenance des régions côtières, et ce, dans une période de ralentissement économique.

Le vice-Premier ministre chinois Wang Qishan, le ministre du Commerce Chen Deming et l’ancien président mexicain Vicente Fox ont assisté à la cérémonie d’ouverture de l’exposition.

La Chine a dévoilé sa stratégie de “réveil de la Chine centrale” en 2004, après avoir appliqué des stratégies similaires pour l’ouest et le nord-ouest du pays, afin de promouvoir un développement plus équilibré entre les différentes régions.

Les six provinces centrale à savoir le Shanxi, l’Anhui, le Henan, le Jiangxi, le Hunan et le Hubei comptent un quart de la population chinoise et représentent un cinquième de la production économique du pays.

 

Le commerce extérieur de la Chine sera plus équilibré

Ajouté au 21/05/2012 par SHI Lei

Les perspectives du commerce extérieur de la Chine demeureront sombres pour les mois à venir, en raison du ralentissement de la demande mondiale, de la hausse des coûts d’exploitation et de la fréquence accrue du protectionnisme commercial, a indiqué mardi le ministère du Commerce.

Cependant, Shen Danyang, porte-parole du ministère, a déclaré que la Chine « n’est pas pessimiste » à propos de la situation et que le commerce extérieur du pays est en voie de devenir « plus équilibré ».

Depuis la fin de l’année dernière, la croissance des exportations décline, et selon l’Administration générale des Douanes, en avril, les exportations de la Chine ont augmenté de 4,9 % par rapport à l’année précédente et ont atteint 163,25 milliards $, par rapport aux 8,9 % enregistrés en mars.

« Les perspectives du commerce extérieur de la Chine resteront assez sombres dans les mois à venir », a déclaré M. Shen, lors de la séance mensuelle d’information à l’intention des médias.

« Nous ne sommes ni optimistes, ni pessimistes à propos des perspectives des exportations chinoises et du commerce extérieur de cette année », a dit M. Shen.

La demande décroissante des marchandises fabriquées en Chine de la part des marchés développés a nui aux exportations chinoises.

Les exportations de la Chine vers les États-Unis ont baissé à 10 % en avril, alors qu’elles étaient à 14 % en mars, et celles vers l’Union européenne ont continué d’enregistrer une croissance négative en avril, chutant de 2,4 % après avoir montré une croissance négative de 3,1 % en mars.

« Si l’économie mondiale ne se dégrade pas et que la demande mondiale ne connaît pas de gros revers, cette année, le commerce extérieur de la Chine connaîtra une faible croissance au début de l’année, une légère croissance stable au milieu et une forte croissance à la fin», a indiqué M. Shen.

« Nous sommes encore sûrs de réaliser l’objectif d’une croissance de 10 % du commerce extérieur pour cette année. »

Pendant les célébrations du soixantième anniversaire du Conseil de Chine pour la promotion du commerce international qui se sont tenues mardi, le vice-ministre Wang Qishan a dit qu’un « commerce libre et ouvert ainsi que l’investissement constituent le principal moteur de la croissance économique nationale, aidant à créer plus d’emplois ».

« La Chine accroîtra activement les importations, tout en stabilisant la croissance des exportations », a indiqué le vice-ministre Wang.

La Chine affronte le risque d’un ralentissement économique plus grave. En avril, l’import-export de la Chine était inférieur aux prévisions, et en plus, les dépenses au détail et l’investissement du pays ont été plus faibles que prévu en avril.

Le mois dernier, la production industrielle de la Chine a augmenté de 9,3 % par rapport à l’année dernière, les données les plus faibles en trois ans.

Les économistes ont abaissé leurs prévisions de croissance économique du pays pour le deuxième trimestre. Wang Tao, économiste en chef pour la Chine chez UBS AG, a diminué ses prévisions pour le deuxième trimestre, les faisant passer de 8,4 % à 8 %, et son évaluation pour l’année entière passe de 8,5 % à 8,2 %.

En avril, le surplus de la balance commerciale de la Chine a été de 5,35 milliards $. De plus, le surplus de la balance commerciale du pays n’a été que de 660 millions $ au premier trimestre. Le pays a rapporté un déficit de 31,5 milliards $ en février, son premier en un an et le plus gros depuis au moins 1989.

« Le commerce extérieur de la Chine atteint peu à peu l’équilibre », a affirmé M. Shen.

Comme le pays souhaite augmenter ses importations, « nous croyons que, pour l’ensemble de l’année, le commerce extérieur de la Chine sera équilibré pour l’essentiel, mais avec un léger excédent, et le surplus de la balance commerciale diminuera encore par rapport à l’année dernière ».

« Il est normal qu’au cours des mois qui viennent il y ait un surplus de la balance commerciale durant certains mois, et un déficit pendant certains autres », a indiqué M. Shen.

Le commerce extérieur chinois confronté à une perspective morose

Ajouté au 21/05/2012 par SHI Lei

La perspective du commerce extérieur de la Chine reste morose, mais l’objectif d’une croissance annuelle de 10% est encore réalisable, a annoncé mardi le ministère du Commerce.
Le pays pourrait enregistrer en 2012 un excédent commercial qui serait inférieur à celui de 155,14 milliards de dollars de l’année dernière, a indiqué Shen Danyang, porte-parole du ministère, lors d’un point de presse.

“Le commerce extérieur chinois sera équilibré dans l’ensemble cette année avec un petit excédent”, a estimé M. Shen.

Quant aux chiffres décevants du mois d’avril, le recul de la demande extérieure, l’augmentation des coûts de la main-d’oeuvre et des matières premières, ainsi que le nombre croissant de frictions commerciales ont pesé sur la croissance des exportations, a noté le porte-parole.

“La demande extérieure est plus faible que prévue. La demande de l’Union européenne, le plus grand partenaire commercial du pays, a fortement diminué”, a-t-il déclaré.

Les exportations chinoises vers l’UE ont diminué de 2% en base annuelle en avril, selon les statistiques officielles.

Le ralentissement de la demande intérieure, la modération du commerce de transformation et la baisse des prix mondiaux des marchandises ont affaibli la croissance des importations de la Chine en avril, a noté M. Shen.

86% des consommateurs chinois n’achèteront pas des produits de luxe  made in China 

Ajouté au 14/05/2012 par SHI Lei

Bien que le monde soit arrivé à un consensus que la Chine est maintenant un grand marché des produits de luxe. Le pays asiatique, qui est déjà le deuxième plus grand consommateur de produits de luxe au monde, se trouve dans une situation embarrassante ne possèdant pas ses propres marques de produits de luxe.

Foire de Canton : la crise mondiale met un frein aux exportations

Ajouté au 14/05/2012 par SHI Lei

Malgré une légère augmentation du nombre d’acheteurs d’outre-mer, le volume des ventes a diminué lors de la plus grande foire commerciale en Chine, envoyant un signal morose pour les perspectives d’exportation.

Les transactions conclues lors de la 111e de la Foire de l’import-export de Chine qui s’est terminée samedi à Guangzhou, la capitale de la province du Guangdong, ont totalisé environ 36 milliards de dollars, en baisse de 4,8% et 2,3% par rapport à 110e et 109e édition, d’après le comité organisateur de la foire.

La foire, également appelée «Foire de Canton», a enregistré cette année plus de 210.000 acheteurs étrangers venant de 213 pays et régions, une légère augmentation de 0,23% par rapport à l’édition précédente.

“La baisse des ventes est principalement due au fait de la faible demande en provenance d’Europe et des Etats-Unis», a déclaré Liu Jianjun, porte-parole de la foire.

En pleine crise de la dette européenne, le nombre d’acheteurs et de transactions en provenance d’Europe a diminué respectivement de 15,5% et 5,6%, a constaté Liu.

Et d’ajouter, que le volume des ventes des acheteurs américains a également diminué de 8,1% par rapport à la dernière session.

«Les acheteurs restent prudents dans la signature de commandes à long terme avec les exportateurs chinois en raison de la crise financière mondiale”, a souligné Liu, qui a noté qu’environ 86% des commandes signées à la foire sont des traites à court terme.

“Déçus par le ralentissement de la demande en provenance d’Europe, nous nous sommes tournés vers les marchés émergents comme l’Amérique du Sud”, a déclaré Cao Yunhui, directeur des exportations de la technologie Electronic Co de Fuxin, un refroidisseur de vin exposant à la Foire de Canton.

Les transaction sur les marchés émergents, y compris les membres des BRICS et les pays africains ont augmenté respectivement de 4,1% et 13,5%, selon le comité organisateur de la foire.

Chen Feng, président exécutif de Xinghui Auto Model Co dans le Guangdong, a déclaré que les affaires des entreprises dans les marchés émergents, y compris le Brésil, la Russie, l’Inde et l’Afrique du Sud – ont vu une augmentation spectaculaire au cours des deux dernières années.

La société, basée à Shantou dans la province du Guangdong,exporte navires et voitures miniatures à travers 47 pays et régions, avec par exemple pour ses bénéfices en Russie, une augmentation de 40% par rapport à l’année dernière, selon Chen.

“Avec la mise à niveau de nos produits, nous avons mis l’accent sur les marchés émergents depuis la crise financière mondiale en 2008, lorsque l’économie mondiale dans les principaux marchés d’Europe et les Etats-Unis était très lente,” a expliqué Chen.

Avec une augmentation spectaculaire des exportations vers les marchés émergents, les sociétés ont connu une croissance régulière des activités ces dernières années, avec des ventes atteignant quelque 440 millions de yuans (70 milliards de dollars) l’année dernière.

Pour attirer plus d’acheteurs en provenance des marchés développés comme l’Europe et les Etats-Unis, le speaker de la foire Liu Jianjun a exhorté les entreprises chinoises à se concentrer sur le développement de leurs propres marques et à investir davantage dans l’auto-innovation.

«Offrir des produits haut de gamme qui approvisionnent le marché de l’UE est la clé de stabilisation de la croissance des exportations», a reconnu Liu.

Les fabricants chinois, qui ont déjà introduit des produits nouveaux et innovants à haute valeur ajoutée ont vu une popularité croissante parmi les acheteurs européens, a constaté Liu.

Pour Liu :”Outre les marchés émergents, les fabricants chinois devraient également se tourner vers le marché intérieur pour développer leurs canaux de vente”.

 

Warren Buffett apprécie les sociétés chinoises

Ajouté au 14/05/2012 par SHI Lei

La compagnie Berkshire Hathaway de Warren Buffett a organisé la conférence annuelle des actionnaires samedi 5 mai 2012. Environ 40 000 actionnaires ont afflué à Omaha, ville du centre des Etats-Unis, et quelque 18 000 actionnaires ont assisté sur place à la conférence organisée au centre ville. Lorsque Warren Buffett a répondu aux questions des actionnaires, il a révélé que Charles Thomas Munger et lui appréciaient certaines sociétés chinoises. « La Chine possède déjà des sociétés de premier niveau mondial et leurs valeurs de marché dans l’avenir vont dépasser ceux des sociétés américaines. » a indiqué Warren Buffett.

Un actionnaire a évoqué la voiture de marque chinoisr BYD, en demandant si la croissance de la demande pour les voitures électriques va ecourager BYD à exporter ses produits aux Etats-Unis. Warren Buffett à laisser le soin à Munger de répondre à cette question. Selon ce dernier, BYD concentre actuellement son attention sur le marché intérieur chinois, bien que la première cible après son entrée sur le marché américain soit probablement les affaires de location en Californie.

Toujours selon Munger, en tenant compte du développement de BYD et des voitures électriques aux Etats-Unis, le gouvernement devrait accorder des subventions comme il a fait pour l’énergie éolienne et les autres technologies vertes.

Quant au problème de succession, Buffett ne veut toujours pas révéler plus d’informations.

 

Les marques de luxe s’attaquent au ralentissement du marché en Chine

Ajouté au 08/05/2012 par SHI Lei

En Chine, les marques de luxe internationales relèvent le défi d’un ralentissement du marché en déployant de plus gros efforts pour améliorer la qualité du service à la clientèle et l’expérience globale du client.

Gucci planifie d’ouvrir 10 nouveaux magasins en Chine cette année, après en avoir ouvert 12 l’année dernière. Le nombre de magasins Gucci dans la partie continentale est passé de quatre à 46 de 2004 à la fin de 2011.

« Oui, le taux d’expansion sera plus lent qu’au cours des années précédentes », a déclaré Patrizio di Marco, président et PDG de Gucci.

Certaines autres marques de luxe, notamment LV et Chanel, ralentiront également leur expansion en Chine cette année, ont indiqué les analystes du milieu des affaires.

Plutôt que de seulement accroître le nombre de leurs magasins en Chine, les principales marques de luxe commencent à accorder plus d’attention à l’amélioration de leurs magasins actuels.

En dépit du ralentissement, Gucci va déménager et agrandir certains de ses magasins en Chine.

« Ce n’est pas le nombre (de magasins), c’est comment vous vous investissez avec votre clientèle qui compte », a déclaré M. Di Marco.

L’expansion plus lente des marques de luxe est l’un des facteurs sous-jacents au ralentissement de la croissance du marché chinois du luxe cette année.

« Les marques de luxe internationales sont raisonnablement optimistes quant à l’avenir du marché de la Chine, en raison de l’incertitude de l’ensemble de l’économie », a déclaré Bruno Lannes, partenaire de Bain & Company, une société des États-Unis.

La croissance du marché chinois du luxe sera d’environ 20 % cette année, une baisse de 10 points par rapport à l’année dernière, selon un rapport de Bain.

Publié le 18 avril, le rapport du premier trimestre de LVMH, le principal groupe de produits de luxe dans le monde, a montré que l’Asie, sauf le Japon, ne s’est pas classée parmi les trois principales régions en croissance pour le département de la mode et des produits en cuir du groupe, ce qui inclut Louis Vuitton, Fendi et Marc Jacobs.

Au premier trimestre, le revenu en Asie a augmenté d’environ 10 %, alors que la région avait représenté 32 % du revenu de ce département l’année dernière.

Stacey Cartwright, directrice financière du Burberry Group Plc, a déclaré, le 17 avril, que le revenu de la marque en Chine avait augmenté de 20 % de septembre dernier à mars, mais que le taux était de 30 % de septembre dernier à décembre.

« Il est difficile de prévoir la durée du déclin, et pour un grand nombre de marques de luxe, il est peut-être temps de changer de stratégie en Chine », a déclaré Zhou Ting, directrice générale du Centre de recherches sur les biens de luxe et le service à l’Université des affaires et des sciences économiques internationales de Beijing.

« Le marché chinois évolue très rapidement, et nous devons pouvoir réagir à ce marché changeant », a affirmé Patrizio di Marco, qui a confié que c’était l’un des défis de Gucci en Chine.

« Heureusement, nous avons déjà une grosse part de marché ici, a-t-il affirmé. Notre objectif est maintenant de la consolider. »

Un plus grand nombre de produits et de canaux d’achats sera la manière qu’adoptera Gucci pour fidéliser ses consommateurs.

Gucci planifie le lancement de son commerce électronique pour la fin de l’année, ce qui permettra aux consommateurs chinois d’acheter sur le site Web officiel de Gucci.

Les marques de luxe sont maintenant confrontées au défi de satisfaire plus de demandes des clients.

Les consommateurs de haut de gamme, particulièrement dans les grandes villes, ne suivent pas tout simplement les marques bien connues et exigent des produits plus personnalisés, affirme Zhou Ting.

« Les scènes de consommateurs chinois se précipitant dans les magasins de luxe à la recherche de grandes marques diminueront dans les grandes villes », a-t-elle confié.

En plus des marchandises de luxe, les consommateurs de haut de gamme veulent une meilleure expérience d’achats, a-t-elle ajouté.

Avec le lancement, en février, de sa ligne directe de service à la clientèle dans la partie continentale, Gucci a déjà pris des mesures dans cette direction.

Clôture de la Foire de Canton avec une diminution des transactions à l’export

Ajouté au 08/05/2012 par SHI Lei

La session printanière de la Foire semestrielle de Canton, ou 111ème édition de la Foire de l’import-export de Chine, s’est clôturée samedi dans la ville de Guangzhou, locomotive économique du sud de la Chine. Son volume de transactions à l’export a connu une baisse pour la première fois depuis 2009.

La valeur des contrats d’exportations a en effet reculé de 2,3% sur un an pour chuter à 36,03 milliards de dollars, soit une diminution de 4,8% par rapport au chiffre de la session automnale 2011 de la Foire, a déclaré Liu Jianjun, porte-parole de l’événement.

Il s’agit de la première diminution du volume des transactions de la Foire depuis le printemps 2009, après que la crise économique ait frappé le monde en 2008, a rappelé M. Liu.

Il a attribué le recul du volume à la crise de la dette des pays de l’Union européenne et au marché d’emploi stagnant aux Etats-Unis.

“Bien que les exportations vers les nouveaux marchés tels que le Brésil, la Russie, l’Inde, l’Afrique du Sud et certains pays africains, se soient considérablement accrues, cela n’arrive cependant pas à contrebalancer la récession des marchés européens et américains.

Pour cette édition, 210 000 acheteurs ont participé à la Foire, soit un nouveau record depuis sa création en 1957.

Le fonds souverain chinois et ses partenaires créent un fonds de croissance Europe-Chine

Ajouté au 04/05/2012 par SHI Lei

Le fonds souverain chinois China Investment Corporation (CIC), a annoncé jeudi avoir lancé un fonds conjoint de croissance avec la Belgian Federal Holding and Investment Company et la société d’investissement de capital privé A CAPITAL afin d’investir dans des groupes européens pour encourager leur croissance en Chine.

Le nouveau fonds vise les entreprises européennes performantes avec des chiffres d’affaires de plus de 100 millions d’euros et un grand potentiel de croissance en Chine, a-t-on appris d’un communiqué publié par les trois sociétés.

Le fonds investira en priorité les entreprises européennes qui possèdent des marques de premier plan, des technologies avancées et des canaux de distribution, et invitera des entreprises privées et d’Etat comme co-investisseurs stratégiques.

Le premier cycle de financement a été clôturé lors de la cérémonie officielle de signature organisée à Bruxelles, où étaient présents le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang et le Premier ministre belge Elio di Rupo.

Le CIC et ses partenaires n’ont pas révélé la taille de ce nouveau fonds dans leur communiqué, mais selon des médias, le fonds envisage d’investir d’abord entre 30 et 50 millions d’euros (entre 39 et 65 millions de dollars), et vise un investissement total de 250 millions d’euros.

« Précédent Suivant »