Alibaba a conclu un accord de rachat avec Yahoo

Ajouté au 23/09/2012 par SHI Lei

Le groupe chinois Alibaba a officiellement conclu un accord de rachat d’une valeur de 7,6 milliards de dollars pour racheter 20% de ses parts à Yahoo, a annoncé Alibaba dans un communiqué publié mardi soir.

Selon l’accord, Alibaba, la plus grande société de commerce électronique de Chine, a versé à Yahoo 6,3 milliards de dollars en espèces et 800 millions de dollars en actions de préférence, restructurant ainsi ses relations avec cette société de la Silicon Valley.

“La réalisation de cette transaction ouvre un nouveau chapitre dans nos relations avec Yahoo”, a indiqué Jack Ma, PDG d’Alibaba.

Ce financement est le plus important financement privé jamais accordé à une société chinoise du secteur privé, selon le communiqué.

Huit banques internationales, dont Barclays Bank et Australia and New Zealand Banking Group, ont fourni un milliard de dollars de prêts bancaires pour cette transaction. La Banque de développement de Chine a également accordé un milliard de dollars de prêts bancaires.

Les Chinois sont les premiers consommateurs de produits détaxés à l’étranger

Ajouté au 11/09/2012 par SHI Lei

Les données publiées par les neufs Villages Chic Outlet Shopping européens, gérés par l’agence Value Retail, au premier semestre 2012, la croissance de produits détaxés par les consommateurs chinois s’est élevée de 77 %, et désormais, la Chine a dépassé le Moyen-Orient, la Russie et le Brésil pour devenir numéro 1 mondial de la consommation.

Les neuf Villages Chic Outlet Shopping sont composés de 900 boutiques de luxe des plus grandes villes européennes comme Londres, Paris, Berlin, Barcelone et Milan. Dans ces boutiques, les consommateurs peuvent bénéficier d’une remise maximum de 60 % en achetant des produits de la saison précédente.

L’enthousiasme des consommateurs chinois ne cesse d’augmenter. La demande moyenne de détaxe par consommateur chinois s’est élevée à 325 euros.

Au deuxième trimestre 2012, les neuf Villages ont signalé une croissance de 51 %. Sur le tableau de classement, la Chine est toujours en tête des plus grands consommateurs du monde, devant la Russie, le Brésil et le Japon.

L’analyse indique que la croissance rapide des produits détaxés au premier semestre 2012 peut s’expliquer par une augmentation des achats en Europe des touristes chinois.

La consommation des Chinois en produits de luxe en tête dans le monde

Ajouté au 11/09/2012 par SHI Lei

Aujourd’hui, les voyages à l’étranger pour faire des achats est de plus en plus populaire. Les boutiques des marques de luxe sont devenues les sites incontournables pour les touristes chinois. Il semble qu’acheter plusieurs produits de luxe est un élément nécessaire lors d’un voyage à l’étranger. Le grand écart entre les prix en Chine et à l’étranger fait que les Chinois tournent leur regard vers l’étranger.

Pourquoi des bons prix à l’étranger ?

Le sac à main Chanel « Timeless Classic Flap » coûte 3 100 euros (3 839 dollars) en France contre 37 000 yuans (5 850 dollars) en Chine, soit un écart de 34%. Il n’y rien d’étonnant donc que les consommateurs chinois affluent vers l’étranger pour les acheter.

« A cause du prix beaucoup plus élevé en Chine qu’à l’étranger, de nombreuses personnes choisissent d’acheter des produits de luxe à l’étranger », a confié Yi Shaohua, chercheur assistant à l’Institut de recherche sur les stratégies financières de l’Académie chinoise des sciences sociales. Cette consommation des Chinois est restée pendant plusieurs années consécutives en tête dans le monde. La Chine est vraiment devenue le principal pays dans ce secteur.

Les taxes, les frais de distribution et de marketing poussent les prix à la hausse

La Chine est en train de remplacer l’Europe et les Etats-Unis pour devenir la principale force de consommation de produits de luxe. Et ces marques apprécient davantage le marché chinois. Mais, pourquoi les prix sont-ils beaucoup plus élevés en Chine ?

Zhou Ting, présidente de l’Institut de recherche sur la richesse et la qualité et expert en produits de luxe a expliqué qu’il y avait trois raisons : primo, les droits de douane. Par exemple, le prix d’une montre en métal précieux peut aller de 10 000 yuans à des centaines de millierss de yuans, en plus d’une taxe de 30%. C’est évident que l’écart de prix va être grand. Secundo, les coûts de distribution, incluant la location du magasin et les frais de gestion. Tertio, les frais de marketing. On peut voir par les rapports annuels des groupes de marques internationales de luxe que ces derniers occupent une grande proportion des coûts.

Certains experts proposent de réajuster le cadre de perception des droits de douane en les baissant

Avec la récession de l’économie mondiale, la consommation de produits de luxe baisse aussi, même en Asie-Pacifique. Cependant, les groupes n’envisagent pas de réduire les prix de leurs produits en Chine, certains parmi eux sont même prêts à élever leur prix en Europe afin de réduire l’écart.

Face aux grands écarts de prix, comment baisser la dépense pour les mêmes produits payées par des consommateurs en Chine ? Des experts proposent qu’on puisse considérer de réajuster le cadre de perception des droits de douane en les baissant.

La Chine invite les membres de l’APEC à renforcer l’intégration économique régionale

Ajouté au 11/09/2012 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a invité les membres de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à adopter des mesures afin d’approfondir la coopération dans l’espace APEC, dont la libéralisation des investissements et l’amélioration de la sécurité alimentaire.

Dans son discours prononcé à la 20e réunion informelle de l’APEC tenue ce week-end à Vladivostok en Russie, le président Hu Jintao a proposé de se concentrer sur les secteurs prioritaires et renforcer la libéralisation du commerce et des investissements et l’intégration économique régionale.

Les membres de l’espace APEC doivent aussi étudier les questions du commerce et des investissements de “la prochaine génération”, a-t-il dit.

Le président chinois a souligné que la sécurité alimentaire est un problème important non seulement pour un pays mais aussi pour l’ensemble de l’être humain, appelant les membres de l’APEC à promouvoir les investissements dans l’agriculture et à augmenter la productivité agricole et la production des céréales.

Il a proposé d’améliorer les infrastructures du commerce céréalier, de mettre en place un système moderne de transport des produits agricoles, et de réduire les pertes lors des récoltes.

Il faut aussi créer des chaînes de ravitaillement dans l’espace APEC pour faciliter les échanges commerciaux et augmenter la compétitivité des produits de la région.

Enfin, le président Hu Jintao a mis l’accent sur la nécessité de renforcer la coopération dans les innovations relatives à la mode de développement économique et aux efforts visant à améliorer la qualité du développement économique.

“Nous devons créer un environnement favorable aux innovations, renforcer les politiques encourageant les innovations scientifiques et technologiques”, a-t-il dit.

Il a exhorté les membres de l’APEC à augmenter les investissements dans les recherches et à promouvoir les transferts de technologies.

Wen Jiabao tend la main à la Zone Euro

Ajouté au 01/09/2012 par SHI Lei

Après la signature d’un contrat d’achat d’Airbus, le Premier Ministre chinois a évoqué l’achat d’obligations européennes. C’est ainsi que la Chine pourrait acheter davantage d’obligations de gouvernement européennes, permettant à la Zone Euro de contenir les risques liés à la dette, a dit Wen Jiabao à la Chancelière allemande Angela Merkel, en visite à Beijing jeudi.

Un accord d’achat de 50 avions Airbus d’une valeur de 3,5 milliards de Dollars US a été signé avec l’Allemagne jeudi à Beijing, une nouvelle bienvenue pour le commerce allemand, au moment où le moteur de l’économie européenne montre des signes de faiblesse à cause de la crise de la Zone Euro.

Wen Jiabao a exprimé sa confiance envers l’Euro et l’économie de l’Union Européenne lors de ses discussions avec Mme Merkel, qui a cherché à convaincre Beijing que l’Europe est déterminée à surmonter la crise de la dette.

« La Chine va renforcer la communication et les consultations avec l’UE, la Banque Centrale Européenne, les fonds monétaires concernés et les pays les plus importants pour apporter son soutien aux membres de l’UE endettés », a dit M. Wen.

La Chine espère que l’UE pourra trouver un équilibre entre l’austérité fiscale et la relance économique, a t-il dit.

« La crise de la dette européenne s’aggrave et elle donne naissance à de sérieuses inquiétudes dans la communauté internationale. Pour être tout à fait franc, moi aussi je suis inquiet », a dit Wen Jiabao aux journalistes après les discussions.

Il a cité les incertitudes au sujet de la Grèce, se demandant si elle va ou non quitter la Zone Euro, et si l’Espagne et l’Italie vont ou non prendre des « mesures de sauvetage complètes », une référence aux réductions des dépenses et aux augmentations d’impôts, afin de rééquilibrer leur budget.

« Résoudre ces problèmes dépend de la détermination de la Grèce, de l’Espagne, de l’Italie et d’autres pays à réformer », a dit le Premier Ministre chinois. « Résoudre le problème de la dette européenne suppose une rigueur fiscale et un équilibre entre les différentes économies ».

La visite de deux jours de Mme Merkel est sa deuxième en Chine cette année, et elle arrive dans un contexte d’aggravation de la crise de la dette en UE et d’affaiblissement du commerce Chine-UE.

Depuis la rencontre entre les deux dirigeants en février dernier, la Chine a dévoilé toute une série de plans d’aide, dont une contribution de 43 milliards de Dollars US en faveur du fonds Monétaire International.
De son côté, Mme Merkel a concédé lors des discussions avec Wen Jiabao jeudi que la crise de la Zone Euro n’était pas finie, mais que les réformes commençaient à avoir des effets.

« J’ai dit au Premier Ministre Wen qu’un certain nombre de réformes étaient en cours, et qu’il y avait une volonté politique très ferme de refaire à nouveau une monnaie forte de l’Euro », a t-elle dit lors d’une conférence de presse.

La Chine pourrait acheter des obligations de gouvernement de l’UE à court terme en petites quantités, mais il est trop risqué d’acquérir trop de dette de l’UE, car la situation en Grèce, en Italie ou en Espagne pourrait s’aggraver en septembre, a dit Zhang Monan, économiste au Centre d’Information de l’Etat, un groupe de réflexion gouvernemental.

« Les remarques du Premier Ministre sont l’expression d’un signe fort de soutien au plus grand partenaire commercial de la Chine, et cela permettra aussi de contribuer la confiance dans l’Euro et la reprise économique dans le monde », a dit M. Zhang.

La crise de la dette de l’UE a provoqué une dépression de la demande en produits chinois et elle a contribué au plus fort refroidissement de la croissance de la Chine en trois ans.

En effet, le commerce Sino-UE a enregistré une baisse de 8,9% par rapport à l’année précédente à 48 milliards de Dollars US en juilletn tandis que les exportations de la Chine vers l’UE ont baissé de 16,6% à 29,37 milliards de Dollars US.

Lors des discussions avec Mme Merkel, Wen Jiabao a insisté sur l’importance qu’il y a à renforcer les relations économiques et commerciales Chine-Europe.

Mais la journée de jeudi a vu aussi la conclusion d’un accord commercial majeur. ICBC Financial Leasing, la branche prêts de la Banque Industrielle et Commerciale de Chine (Industrial and Commercial Bank of China), a signé un accord avec Airbus SAS pour l’achat de 50 Airbus de la famille A320, dont 20 avions avec option nouveaux moteurs. L’accord est d’une valeur de 3,5 milliards de Dollars US, au prix catalogue.

C’est la première fois que la Chine achète des A320 neo. Ils devraient entrer en service à compter de 2015.

Un peu plus tôt cette année, le Gouvernement chinois avait suspendu ses autorisations pour des commandes d’Airbus d’une valeur de 12 milliards de Dollars US, résultat d’un conflit entre la Chine et l’europe au sujet du Schéma d’Echange d’Emissions de Carbone, qui doit imposer une taxe carbone sur les compagnies aériennes à compter de 2013.

La Chine et l’Allemagne ont également signé dix autres accords, concernant l’aviation, l’automobile, la communication, l’énergie, l’environnement, la santé et la coopération maritime.

L’Allemagne est le principal partenaire commercial dans l’UE, avec près de la moitié de l’ensemble des exportations européennes vers la Chine, et près d’un quart de toutes les importations de l’UE en provenance de Chine vont vers l’Allemagne.

Le volume de commerce entre les deux pays a atteint 169 milliards de Dollars US en 2011, en hausse de 18,9% par rapport à l’année précédente.

Selon Mme Merkel, dont c’est la sixième visite en Chine depuis son entrée en fonctions en novembre 2005, l’Allemagne et la Chine ont une vaste gamme d’intérêts communs.

Les deux pays sont fortement dépendants l’un de l’autre, dit Liu Liqun, spécialiste en études allemandes à l’Université des Etudes Etrangères de Beijing.

M. Liu cite sur ce sujet l’attrait des technologies avancées de l’Allemagne sur la Chine, et march potentiel que représente la Chine pour l’Allemagne.

Pour Wang Haifeng, Directeur du département économie internationale à l’Institut pour la Recherche Economique Internationale, affilié à la Commission Nationale du Développement et de la Réforme, les deux pays devraient aussi s’allier pour combattre le protectionnisme commercial, afin de lutter contre les problèmes économiques du monde.

« L’économie chinoise se stabilise, mais fait face à une pression »

Ajouté au 01/09/2012 par SHI Lei

Un haut responsable promet des mesures pour stimuler la croissance et aider les exportateurs en difficulté

L’économie « se stabilise », mais elle va continuer à faire face à « une pression vers le bas » dans les mois qui viennent, a déclaré un haut responsable lors d’une séance d’information au Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale.

Zhang Ping, ministre de la Commission nationale du développement et de la réforme, a également promis davantage de mesures pour « faire reprendre la croissance des exportations » et « stimuler la demande intérieure ».

Le développement socioéconomique du pays se heurte à des difficultés tant sur le plan national que sur le marché mondial, a dit le ministre Zhang.

Cela risque de prendre un certain temps pour que l’économie sorte de cette zone de turbulence, a-t-il poursuivi.

Les efforts des autorités sont en train d’avoir des résultats et la croissance se stabilise lentement, a-t-il dit, mais il n’a pas précisé quand il pensait que la croissance, à son point le plus bas en trois ans (7,6 %) au second trimestre, allait repartir vers le haut.

Lundi, HSBC a revu à la baisse sa prévision de croissance du PIB de la Chine pour 2012, de 8,4 % à 8 %, principalement en raison d’inquiétudes concernant les exportations.

Qu Hongbin, économiste en chef de HSBC Chine, a déclaré que la perspective de chiffres plus faibles que prévu allait pousser les autorités à prendre davantage de mesures de soutien, ce qui entraînera une reprise, mais d’une envergure vraisemblablement modeste.

Mais selon le ministre Zhang, le développement économique de la Chine se maintient dans le droit chemin, avec des conditions favorables comme l’énorme potentiel de la demande intérieure et la possibilité de vastes programmes d’encouragement.

Cependant, les difficultés auxquelles se heurtent les exportateurs ne poussent pas à l’optimisme, a confié le ministre Zhang, citant la faiblesse de la demande extérieure et le fait que les prix des produits chinois sont de moins en moins avantageux.

Le commerce extérieur de la Chine a augmenté de 7,1 % au cours des sept premiers mois de l’année.

Wei Jianguo, ancien vice-ministre du Commerce qui est aussi économiste invité auprès du China Daily, a dit qu’il n’était pas sûr que la Chine puisse atteindre son objectif d’une croissance de 10 % de son commerce extérieur sur l’année.

M.Wei a expliqué que les petites et moyennes entreprises avaient vu décliner leurs exportations non seulement vers l’Europe, mais aussi vers les marchés émergents.

« Les difficultés auxquelles se heurtent les petits exportateurs s’aggraveront encore davantage l’année prochaine si les commandes continuent de baisser », a-t-il déclaré.

Ses paroles ont eu un écho auprès des exportateurs.

« La demande en provenance des clients européens a chuté spectaculairement dans la première moitié de l’année et il n’y a eu aucun signe de reprise pendant la grosse saison d’été », a dit Zhang Rui, propriétaire de Chuangsi Optical Spectacles de Wenzhou, ville de la province du Zhejiang connue pour son grand nombre d’entreprises privées.

Économie : les fabricants subissent la rigueur du ralentissement

Selon Zhang Rui, la plupart des entreprises de commerce de Wenzhou éprouvent de grosses difficultés du fait du marasme général du marché mondial et s’attendent à ne pouvoir faire, au mieux, que 40 % des profits de l’année dernière.

Ce sont des sentiments du même ordre qu’ont exprimés les membres du Comité permanent de l’APN lors de leur réunion de mercredi.

Liu Shoupei, un député de Deyang, province du Sichuan, a évoqué un sondage selon lequel environ 40 % des 2000 entreprises interrogées du secteur local de la fabrication d’équipement ont déclaré des pertes.

Le ministre des Finances Xie Xuren a promis au Comité permanent de l’APN davantage d’encouragements fiscaux, notamment des dégrèvements fiscaux et une nouvelle assurance sur le crédit. Le ministre Zhang de la Commission a promis l’adoption de politiques visant à aider et soutenir les exportateurs chinois de produits à forte intensité de main-d’œuvre.

Par ailleurs, Tang Jiawei, analyste en macro-économie auprès de la Banque des communications, a déclaré que l’indice des prix à la consommation atteindrait vraisemblablement 2,3 % en août par rapport à il y a un an, après avoir connu son niveau le plus bas en trente mois (+1,8 %) en juillet.

Chine : le nombre d’entreprises individuelles en constante augmentation

Ajouté au 01/09/2012 par SHI Lei

Les entreprises individuelles ont progressé de manière constante en termes de nombre d’entreprises, de sphère d’activité et de contribution à l’économie du pays, a rapporté mardi le Quotidien du Peuple citant un responsable.

Des articles sur Internet ont affirmé récemment que le nombre des entreprises individuelles était en recul, suscitant des inquiétudes concernant leur situation actuelle et leur développement futur.

“Les entreprises individuelles ont maintenu une dynamique de croissance rapide et stable depuis le lancement de la réforme et de l’ouverture du pays en 1978”, a indiqué Ma Fu, directeur du Département de la régulation de l’économie privée relevant de l’Administration d’État pour l’Industrie et le Commerce (AEIC).

Le nombre d’entrepreneurs qui ont créé une entreprise est passé de 140 000 en 1978 à 37,56 millions en 2011, soit une croissance annuelle moyenne de 18,5%, selon les statistiques de l’AEIC.

“Les entreprises individuelles jouent un rôle important dans la création d’emplois et l’augmentation des recettes fiscales, facilitent la vie du peuple et promeuvent la stabilité sociale”, a-t-il souligné.

Fin 2011, les entreprises individuelles avaient créé un total de 79,45 millions d’emplois et disposaient d’un capital social de 1 620 milliards de yuans (255,48 millions de dollars).

Un nouveau moteur de recherche pour concurrencer Baidu

Ajouté au 01/09/2012 par SHI Lei

Bien que la société chinoise de navigateurs internets Qihoo 360 Technology Co ait pour ambition de concurrencer le plus important moteur de recherche de Chine avec ses propres services de recherche, les analystes pensent qu’il y a toutefois peu de chances que cela change le paysage de la concurrence sur le court terme.

Qihoo a décidé de faire du moteur de recherche qu’elle a lancé la semaine dernière le moteur de recherche par défaut sur tous ses navigateurs, un service qui était jusque là assuré par Google. Cette décision a été considérée comme une quasi-déclaration de guerre aux autres moteurs de recherche actuels.

« Il va falloir du temps à Qihoo pour prendre une part de marché significative et construire ses canaux de vente et pouvoir concurrencer Baidu », a dit Wallace Cheung, analyste internet au Crédit Suisse, dans une note de recherche.

« Nous pensons que les services de recherche de Qihoo n’auront pas d’effets immédiats sur les revenus de Baidu, tout au moins pas en 2012 », dit-il.

Baidu n’a pas souhaité commenter cette affaire, et de son côté Qihoo s’est également montré peu ouvert à révéler ses prévisions de parts de marché.

Au deuxième trimestre 2012, Baidu détenait 78,6% du marché des moteurs de recherche en Chine, mesuré en termes de ventes, selon Analysys International, société chinoise de recherches. De son côté, Google détenait 15,7% du marché, mais la part de Qihoo restait elle difficile à évaluer.

Hong Bo, critique chinois des technologies de l’information, qui suit l’évolution de cette industrie, pense que l’arrivée de Qihoo sur le marché ne devrait pas affecter grandement la compétition actuelle entre les plus grands acteurs.

« Qihoo n’est pas une marque très connue dans le monde des moteurs de recherche », dit-il. « Les gens qui l’utilisent sont pour l’essentiel les mêmes qui utilisent ses navigateurs internet, et quant aux autres, il est peu probable qu’ils fassent de Qihoo leur premier choix pour les services de recherche ».

« Le meilleur scénario pour Qihoo serait que sa part de marché de 20% sur le secteur des navigateurs stimule le trafic en matière de recherches, mais de toute façon, ce niveau restera encore trop bas », dit Hong Bo.

Cependant, la décision de Qihoo constitue une menace pour Sogou, un moteur de recherche en langue chinoise développé par le portail internet Sohu.com Inc, dont le modèle de profit est similaire, dit-il. Mais même ainsi, le danger restera faible, car il est probable que les internautes chinois resteront fidèles aux moteurs de recherches auxquels ils sont habitués.
De plus, les analystes estiment que Google va voir son trafic diminuer puisque Qihoo va cesser d’utiliser ce moteur de recherches, le plus populaire du monde, sur son navigateur.

« L’effet a été réduit, parce qu’il est le principal fournisseur publicitaire de contenus liés au commerce international », dit Hong Bo, ajoutant que la part de marché de 15% de Google a aidé l’entreprise à consolider ses positions sur le marché des recherches en Chine.

« Le trafic de Qihoo va augmenter sur le court terme grâce à son plus grand réservoir d’utilisateurs de navigateurs », dit-il. « Mais jusqu’où cela peut-il aller, cela reste encore à voir ».

Faits et chiffres: les investissements en capital fixe en plein essor en Chine

Ajouté au 01/09/2012 par SHI Lei

Les investissements en capital fixe en Chine ont maintenu une forte croissance au cours de la dernière décennie, indique un rapport publié jeudi par le Bureau d’État des Statistiques (BES).

Ce rapport, qui passe en revue le développement des investissements en capital fixe du pays depuis le 16e Congrès national du Parti communiste chinois en 2002, montre que les investissements annuels en 2011 ont atteint 31 100 milliards de yuans (4 910 milliards de dollars), soit sept fois plus par rapport aux 4 350 milliards de yuans rapportés en 2002.

Les investissements en capital fixe durant la période 2003-2010 ont totalisé 144 900 milliards de yuans, enregistrant un taux de croissance annuel de 25,6%, révèle le rapport, qui précise que la structure de ces investissements a été améliorée.

Le BES a attribué la forte croissance de ces investissements à un développement régional plus coordonné, à l’optimisation des investissements industriels et aux investissements privés actifs.

Voici quelques faits et chiffres cités dans le rapport.

— Les investissements en capital fixe dans l’ouest de la Chine ont totalisé 31 190 milliards de yuans durant la période 2003-2011, enregistrant un taux de croissance annuel de 27,5%. Les régions de l’ouest comprennent douze provinces et régions autonomes, dont la région autonome de Mongolie intérieure, la région autonome Zhuang du Guangxi et la municipalité de Chongqing.

— Les investissements en capital fixe dans le nord-est du pays se sont élevés à 14 780 milliards de yuans, avec un taux de croissance annuel de 30,4%, soit le plus élevé parmi toutes les régions de Chine. Les régions du nord-est comptent le Liaoning, le Jilin et le Heilongjiang.

— De 2003 à 2011, les investissements en capital fixe dans six provinces du centre du pays ont atteint 30 700 milliards de yuans, avec un taux de croissance annuel de 29,8%.

— Les investissements en capital fixe dans l’est de la Chine, la région la plus développée du pays, ont affiché une croissance annuelle de 22,8% pour totaliser 65 200 milliards de yuans. Les régions de l’est regroupent dix provinces et municipalités, dont Beijing, Shanghai ainsi que les provinces du Guangdong, du Shandong et du Zhejiang. Cependant, la proportion des investissements dans les régions de l’est dans le total national des investissements a baissé de dix points de pourcentage depuis 2002 pour s’élever à 41,9% en 2011.

— De 2003 à 2011, les secteurs primaire, secondaire et tertiaire ont connu respectivement une croissance annuelle moyenne de 21,8%, 30,3% et 22,8%, pour atteindre 4 060 milliards de yuans, 62 240 milliards de yuans et 78 570 milliards de yuans.

— Les investissements dans les projets immobiliers en Chine durant la période 2003-2011 ont totalisé 26 140 milliards de yuans, enregistrant un taux de croissance annuel de 25,8% en moyenne.

— Les investissements privés se sont rapidement accrus depuis 2007, stimulés par les politiques gouvernementales. En 2011, les investissements privés représentaient 60,3% du total des investissements en capital fixe du pays. Cette proportion est supérieure de 7,8 points de pourcentage à celle de 2007.

Les importateurs de vin de Xiamen inquiétés par la double enquête sur le vin importé de l’UE

Ajouté au 01/09/2012 par SHI Lei

La ville de Xiamen est l’un des plus grands importateurs de vin en Chine. Récemment, l’Association chinoise de l’industrie des boissons alcoolisées a demandé au ministère du Commerce de mettre en place une enquête antidumping et anti-subvention sur les importations de vin en provenance de l’Union européenne. Les importateurs de vin de Xiamen sont agités par cette nouvelle.

Selon les professionnels du secteur, une fois que les taxes antidumping et anti-subvention sur le vin importé de l’UE seront mises en application, les importateurs de vin de Xiamen expérimenteront une influence extraordinaire. Cette démarche accélérera la réorganisation sectorielle.

L’UE critiquée de contrôler le marché du vin à prix bas

« L’UE est le plus grand producteur de vin au monde, avec 69% de la production mondiale. Depuis des années, l’UE propose beaucoup de subventions pour l’industrie du vin. Simultanément, elle a exporté ses produits en grande quantité en Chine, à un prix défiant la concurrence. Son intention de contrôler le marché chinois est évidente », a dit Wang Zuming, chef de la division du vin de l’Association chinoise des boissons alcoolisées le 20 août. Les importations de vins européens ont atteint 1 691 140 hectolitres en 2011, contre 359 440 hectolitres en 2008, soit une croissance annuelle de 67,71%. La part de marché du vin européen en Chine est passée de 4,94% à 14,32%.

Presque toutes les entreprises viticoles chinoises ont senti l’influence des importations de vin de l’UE, a annoncé Wang Zuming. D’après le témoignage recueilli par l’Association chinoise de l’industrie des boissons alcoolisées, les subventions fournies par l’UE ont mis le vin chinois dans une position défavorable dans la concurrence avec le vin importé de l’UE ; mais avec la croissance rapide des importations de vins de l’UE, l’influence sur l’industrie chinoise du vin s’aggravera.

« Malgré une histoire d’une centaine d’années, l’industrie chinoise du vin ne connait un développement significatif que depuis le milieu des années 1990. À cause d’une base vulnérable, elle reste une industrie nouvelle. L’écart est grand entre la Chine et les principaux producteurs mondiaux. L’Association chinoise de l’industrie des boissons alcoolisées espère lutter contre les actions commerciales illégales dans les importations de vin de l’UE, par une enquête antidumping et anti-subvention, dans le but de créer un environnement commercial favorable pour le développement sain de l’industrie du vin de Chine », a expliqué Wang Zuming.

La double enquête accélérera probablement la réorganisation sectorielle

Xiamen est l’un des plus grands importateurs chinois de vin. Les données publiées ont montré que, l’année dernière, les importations de vin de Xiamen étaient de 47,76 millions de dollars US, soit une augmentation de 143,3% ; la quantité était de 14,5 millions de litres, soit 19,3 millions de bouteilles. L’UE est l’exportateur principal et la France occupe le premier rang avec 25,6 millions de dollars, soit plus de la moitié des exportations.

« La douane de Xiamen est devenue la sixième importatrice de vin en Chine », a révélé un employé du Comité spécial du vin importé de la zone franche Xiangyu. Maintenant, la ville compte plus de 200 entreprises importatrices de vin, dont 10 ont un chiffre d’affaires de plus d’un million de dollars US.

« Une fois que les taxes antidumping et anti-subvention sur le vin importé de l’UE seront mises en application, les entreprises concernées de Xiamen connaîtront sans aucun doute une influence extraordinaire », a déclaré Chen, commerçant importateur de vin à Xiamen.

« Tout le monde pense que les importations de vin entraînent des profits exorbitants. En réalité, c’est difficile de réussir dans ce secteur à l’heure actuelle », a dit Chen. Dans le passé, la demande de vin à Xiamen était active, un grand nombre d’entreprises et d’individus se sont concentrés sur ce marché. Actuellement, seulement à Xiangyu, on compte une centaine d’importateurs de vin. Le marché n’est pas ordonné, le prix non plus. « Ce secteur va être confronté à une réorganisation. Une fois que les taxes sur les importations de vin de l’UE seront mises en place, la réorganisation sera accélérée. Les entreprises aux capitaux énormes survivront, tandis que les PME seront éliminées. »

« Précédent Suivant »