Chine : les ventes de China Vanke en chute en mai suite aux mesures d’austérité du gouvernement

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

China Vanke, le plus grand promoteur immobilier du pays en valeur de marché, a annoncé dimanche que les recettes provenant de ses ventes avaient chuté de 20,2% en mai par rapport au même période de l’année dernière, suite aux mesures d’austérité du gouvernement.

L’environnement international des investissements et du commerce est difficile pour les entreprises chinoises, juge le ministère chinois du Commerce

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

D’après le “Rapport sur l’environnement des investissements et du commerce sur un pays spécifique” publié ce jeudi à Beijing par le ministère chinois du Commerce, le contexte international de commerce et d’investissements auquel les entreprises chinoises sont confrontées n’est pas optimiste.

Ce rapport montre que le volume global du commerce extérieur a dépassé 2 200 milliards de dollars. De plus, la Chine détenait la première place de l’exportation mondiale. Les conflits commerciaux ont simultanément augmenté. En 2009, 116 enquêtes de sauvegarde commerciale ont été lancées contre les produits chinois, concernant un montant de 12,7 milliards de dollars. Par ailleurs, toutes les barrières commerciales pèsent davantage sur le commerce extérieur chinois et entraînent une grosse perte de l’exportation chinoise.

C’était le 8e rapport chinois sur l’environnement d’investissement et de commerce publié par le ministère du Commerce depuis 2003.

Expo Universelle de Shanghai: les produits de luxe se vendent comme des petits pains

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

Pour beaucoup de visiteurs, visiter les pavillons veut dire un peu plus que regarder : ils sont en effet nombreux à se glisser parmi la foule pour acheter des produits de luxe étrangers, ou ceux qui ont été édités en quantité limitée, a rapporté xinhuanews.com.cn vendredi.

Le gouvernement chinois demande aux syndicats d’être plus présents dans les entreprises étrangères, celles de Hong Kong, de Macao et de Taiwan

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

Ce 4 juin, la Fédération nationale des Syndicats de Chine a publié une note demandant aux différents syndicats d’intensifier leurs actions dans les entreprises à capitaux étrangers, dans celles de Hong Kong, de Macao et de Taiwan, ainsi que dans les autres entreprises non publiques.

Selon cette note, les syndicats de ces entreprises doivent veiller à l’application du droit du travail, le droit syndical, la réglementation des contrats de travail, mais aussi chercher à perfectionner le système afin de défendre les droits et les intérêts des travailleurs, et d’en améliorer la gestion.

Le texte indique également que les syndicats doivent permettre à tous les employés de travailler dans la dignité, et qu’ils doivent se soucier de la santé psychologique et des souhaits de chaque employé.

Tibet: intensification des constructions industrielles

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

Au cours de ces quatre dernières années, le gouvernement chinois a investi au total 270 millions de yuans dans des projets afin d’aider les paysans et les éleveurs pauvres. Chaque année plus de 130 000 paysans et éleveurs tibétains bénéficient de ces projets et dans le même temps, le revenu annuel par habitant y augmente d’environ mille yuans.

A partir de 2006, 210 projets spéciaux pour la reconversion de la main-d’oeuvre vers d’autres secteurs ont été mis en place au Tibet.

La Chine souhaite éliminer une barrière dans le commerce alimentaire avec l’UE

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

La Chine souhaite coopérer avec les pays membres de l’Union Européenne afin de supprimer la barrière commerciale liée à la protection de la sécurité alimentaire. C’est ce qu’a déclaré le 6 juin, à Shanghai, M. Yu Taiwei, le directeur général du Bureau pour la sécurité alimentaire à l’import-export auprès de l’Administration générale du contrôle de la qualité, de l’inspection et de la quarantaine.

M. Yu a tenu ces propos lors d’un forum organisé dans le pavillon collectif Belgique-UE de l’Expo 2010. Il a souhaité que la coopération sino-européenne sur la sécurité alimentaire puisse promouvoir le commerce bilatéral, et non l’entraver. Il a espéré que les deux parties créeront des règles uniformes de contrôle de la qualité et de l’inspection, tout en évitant les actions inutiles consistant à renvoyer ou à détruire des produits importés ou exportés sans communication en temps opportun entre les deux parties.

Par ailleurs, les services chinois et européens concernés ont signé, à la même occasion, un mémorandum d’entente dans lequel ils s’engagent à coopérer dans le domaine de la recherche sur les normes de contrôle de la qualité des produits, ainsi que sur la formation professionnelle.

Conseils pour gérer vos fournisseurs en Chine

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

Faire du sourcing en Chine n’est pas quelque chose de si facile que cela en a l’air. Il arrive souvent que l’on rencontre des problèmes avec ses fournisseurs chinois.

Voici une série de conseils pour mieux négocier avec ses fournisseurs chinois.

Visite des usines

En Chine, pour effectuer un sourcing efficace, vous devez visiter les usines et vous rendre sur place accompagne  d’un interprète lors de votre voyage.

Ce que vous pouvez voir sur Internet n’a généralement rien à voir avec ce que vous trouverez dans le centre de production. Cela peut sembler évident pour beaucoup de personnes, mais moins pour d’autres. Un site Internet peut être super bien fait mais en réalité l’usine ne produit que très peu de produits et sous traitent via d’autres fournisseurs, et inversement, une usine peut avoir un site Internet vieux et peu attractif mais faire de très bons produits à bas coût.

Le piege du prix

Attention en Chine, généralement  il ne faut pas acheter le prix le plus bas.  Le prix le plus bas en Chine est souvent source de problèmes.  On ne peut pas exiger a un fournisseur d’avoir le prix le plus bas et une qualité acceptable.
Si vous avez besoin de bonne qualité, vous devrez payer pour cela.

Identifier le preneur de décisions

En Chine, le décideur ne se détecte pas directement, on passe par plusieurs interlocuteurs qui n’ont généralement pas un grand pouvoir décisionnel. Cela vous gâchera beaucoup de temps et d’efforts. Il est donc important d’identifier le preneur de décision assez rapidement.

Cultiver le réseau en Chine

Les bons fournisseurs peuvent vous aider à trouver d’autres fournisseurs pour des produits non-concurrents. Grands nombres de vos partenaires pourront vous conseiller sur des autres fournisseurs avec de bonnes références ou ayant une bonne réputation. Cultiver le Guanxi avec son fournisseur pourra vous aider aussi a résoudre des problèmes plus facilement plus rapidement.

Un fournisseur en Chine c’est comme dans le reste du monde un partenaire, du gagnant gagnant.

Avoir une communication efficace

La meilleure façon de faire des affaires en Chine est face à face. Le téléphone, les émail sont des moyens très pratiques mais il est essentiel pour les chinois d’avoir une bonne relation avec la personne. Il est donc important de rencontrer la personne avec qui on va communiquer par la suite. D’où la nécessité de venir en Chine accompagné d’un interprète pour la communication.

Par exemple, une personne ne parlant pas bien anglais va écrire des emails courts qui peuvent paraître agressifs, alors que c’est du aux lacunes linguistiques de celui-ci.

Les fournisseurs chinois de plus ont n’ont pas pour habitude de dire : « je ne peux pas faire… » alors si vous obtenez un silence pour une réponse cela signifie que le fournisseur n’est pas en mesure de répondre a votre demande.

Demander un Feed back.

Faites-lui récapituler tous les points que vous avez évoqués, ne présumez pas qu’ils ont compris juste parce que vous estimez avoir été assez clair. Les chinois pour ne pas perdre la face ne diront jamais je n’ai pas compris, donc le feed back est un excellent moyen de savoir si ils ont compris ou non.

Si ils n’ont pas compris il est de votre devoir de ré-expliquer ce point.
La communication en Chine est un art.

La gestion du temps.

En Chine, il faut s’attendre à des retards dans votre emploi du temps.

Si vous n’êtes pas leur plus gros client, ils vont vous mettre en second plan et donc vous allez avoir des retards.

En Chine, il y a un grands nombre de facteurs qui provoquent des retards,  l’alimentation d’électricité réduite, fermeture temporaire pour cause de JO ou d’exposition universelle,  pénurie d’un composant ou de matière première,  plus toutes les autres excuses que peuvent inventer les chinois pour justifier un retard.

Le meilleur moyen est de prévoir les retards et d’anticiper.

Conditions de paiement

Les conditions de paiement en Chine sont très variables. Il est important d’installer un climat de confiance avec son partenaire pour ne pas l’étouffer et pour assurer une certaine fidélité.

Dans les meilleurs pratiques, les primes sur le respect de l’emploi du temps et les primes sur la qualité délivrée. Lorsque la marchandise est livrée, on inspecte la marchandise et si tout est conforme et dans les temps on verse une petite prime pour encourager le fournisseur a remplir ses engagements.

Le Contrôle qualité.

En Chine il ne faut jamais baisser sa garde. Il faut continuer de contrôler même avec un vieux fournisseur. Les chinois ont une tendance a produire de la bonne quantité les 1eres commandes puis a se laisser aller (volontairement le plus souvent).

Vouloir économiser des coûts ou des ressources en contrôles qualité n’est (généralement) pas une bon calcul.

Il en est de même pour le contrôle de la chaîne logistique. Il est important de contrôler les documents comme les BL, liste de produits ou les factures pour éviter de retrouver son conteneur bloqué aux douanes.

Quelles sont les répercussions sur la Chine de la crise de dettes en Europe ?

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

Comment la crise d’endettement en Europe va-t-elle s’étendre et se développer ? L’European Central Bank (ECB) a publié le 31 mai dernier un rapport d’estimation qui indique que la crise de la dette en Europe a tendance de s’étendre petit à petit. Bref, l’évolution de la crise d’endettement peut continuer à se présenter sous les quatre aspects suivants : le premier, rétablissement de l’ordre et recouvrement de la confiance ; le deuxième, avance trébuchante et irrésolution hésitante et vacillante ; le troisième, agitation sociale qui cause de profondes blessures à la société ; et le quatrième, refus de payer les dettes et l’effondrement de l’euro. On pense en général que le deuxième aspect sera le plus probable.

Il est improbable que cette crise produise des effets sur l’économie mondiale qui l’amène à faire une nouvelle chute au fond, mais elle est défavorable aux exportations chinoises.

La crise de l’endettement de certains pays européens pourra-t-elle affecter la croissance économique de la Chine ?

Sur le plan macroéconomique, il faut d’abord voir si cette crise s’étendra aux Etats-Unis et même jusqu’au monde entier. A l’heure actuelle, le marché financier européen est confronté à d’assez grands risques. Les données établies montrent que le secteur bancaire allemand a accordé à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal et à l’Italie des sommes énormes dont le montant s’élève à 650 milliards de dollars US. Des institutions bancaires américaines détiennent des dettes européennes dont le montant global se chiffre à quelques 1.200 milliards de dollars US. Par ailleurs, selon les statistiques établies par l’ECB, les créances douteuses contractées cette année par les banques des pays de la Zone euro sont près d’atteindre cette année 123 milliards d’euros, alors qu’il est prévu que leur montant atteindra 105 milliards d’euro l’année prochaine, ce qui montre que les Etats-Unis et l’Europe sont assis au-dessus d’un « cratère de volcan ».

Cependant, la plupart des économistes pensent que malgré le degré de gravité de la présente crise de dettes en Europe dépasse les prévisions et que les effets de suite de la crise continueront à « fermenter continuellement », toutefois comme on a pris à temps les mesures pour faire face à elle et pour la combattre, il y a peu de possibilité qu’elle pourrait produire sur l’économie mondiale des effets qui pourraient l’entraîner uns fois de plus au fond. Pourvu que le courant du redressement peu à peu de l’économie mondiale persiste et demeure inchangé, l’économie chinoise continuera alors à y profiter.

Sur le plan microéconomique, la crise des dettes en Europe est effectivement défavorable aux exportations chinoises. La baisse de l’euro entraîne la réévaluation du renminbi (monnaie chinoise) face à l’euro et avec la récession du marché européen, cela diminuera certainement les exportations chinoises vers l’Europe. Selon les statistiques établies, le volume commercial bilatéral entre la Chine et l’Europe a atteint 364,1 milliards de dollars US en 2009, dont 236,28 milliards pour les exportations chinoises en Europe, soit 19,7% du volume global des exportations chinoises. Selon les estimations de spécialistes, les exportations chinoises en Europe diminueront peut-être de 6% à 7%. Mais, même dans ce cas-là, la situation du commerce extérieur chinois ne sera pas en-dessous de celle de l’année dernière, alors qu’il est prévu que ses exportations de toute l’année connaîtront une croissance de 15% environ.

En ce qui concerne les entreprises, il y a des répercussions positives et des répercussions négatives sur elles. Compte tenu de la dévaluation de l’euro, de la baisse de la valeur des actifs européens, de la concurrence de plus en plus acharnée sur les marchés, ainsi que des difficultés d’exploitation pour les entreprises, il existe alors plus d’opportunités pour les entreprises chinoises qui désirent procéder à la fusion-acquisition d’entreprises européennes. Mais de l’autre côté, pour les entreprises chinoises installées à l’étranger, elles rencontreront dans leur exploitation encore plus de difficultés, dont financement des projets en cours d’exécution, obligation de prolonger ou de réduire le délai de réalisation, … etc.

Taobao.com entre dans le marché du voyage

Ajouté au 13/06/2010 par SHI Lei

Faire ses achats sur Taobao, c’est quelque chose que de plus en plus d’internautes cherchent à faire, chinois comme occidentaux. Pas étonnant avec ses 1 millions de vendeurs et sa masse de produits pas cher et aux design sympathiques…

Mais le site du Groupe Alibaba ne s’arrête pas là, Chinatechnews nous apprends aujourd’hui que le géant de la vente en ligne a lancé Tao Lvyou (???? prononcer Tao Luyo-o), une entrée fracassante sur le marché du voyage d’affaire et de tourisme.

Le site propose donc de réserver des billets d’avion, des chambres d’hôtel, du service aux voyageurs jusqu’aux informations touristiques sur de nombreuses destinations. Le site permettra aussi aux utilisateurs de commenter et de noter les différents services.

La concurrence est rude dans ce domaine sur le Web chinois, pour y faire face, Taobao mise sur le service. Le site garantit que tous les institution (plus de 10.000 hôtels déjà recensés, par exemples) répondent aux obligations légales en vigueur grâce à un contrôle rigoureux, et qu’en cas de litige, Taobao dédommagera directement les clients. Les entités ayant de nombreuses notes négatives données par les utilisateurs, ou ne garantissant pas un service de bonne qualité seront renvoyés du site.

Manzhouli, Ouverture Chinoise sur la Russie et l’Europe de l’Est

Ajouté au 07/06/2010 par SHI Lei

Manzhouli n’est pas un port qui vient naturellement à l’esprit lorsque l’on aborde le sujet des importations et exportations chinoises. Pourtant c’est la porte par laquelle passent 60 pour cent de l’ensemble des échanges chinois en provenance ou à destination de la Russie et du reste de l’Europe de l’Est. Il est de loin le plus grand port d’entrée de la Chine continentale, et de ses régions limitrophes, de la Russie à la Mongolie. C’est ce qui lui a valu son statut unique de « région des trois pays ».

Manzhouli, à la frontière de la ville russe de Zabaykalsk, est une zone de libre-échange, et permet aux résidents des deux côtés de la traverser sans visa. La zone comprend également une zone franche économique, ainsi qu’ une série de politiques mises en place par le gouvernement visant à stimuler les échanges transfrontaliers et cela depuis que la ville a été désignée comme un port d’entrée international en 1992. Le commerce de Manzhouli est passé du traitement des déchets d’acier, de la production d’engrais chimiques, de fruits, de légumes et de revêtements de bois, à celui du pétrole et des technologies. Les industries qui se développent dans la ville sont le reconditionnement, le stockage, la consolidation des biens, et la distribution. Le port est également le siège de plus de 200 sociétés d’importation et d’exportation.

Les lecteurs de China Briefing sont invités à participer à un événement sur l’ investissement, parrainé par le PNUD à Manzhouli le 14 et 15 Juin. Organisé par l’entremise du Greater Tumen Initiative – organisme affilié au PNUD pour la Chine, la Russie, la Mongolie et la Corée – une présentation des différentes formes d’investissement possibles au sein de cette zone frontalière (la Chine, la Russie et la Mongolie) sera faite par le gouvernement local puis une séance de rencontres et d’échanges sera organisée entre les participants et les entreprises locales. Une visite technique et touristique seront également à l’ordre du jour. L’événement sera particulièrement utile aux entreprises déjà installées ou qui souhaitent s’informer d’avantage sur cette région, sur les opportunités d’exportations entre la Chine, la Russie et la Mongolie, et avoir sur l’accès aux marchés depuis la Chine à l’Europe de l’Est.

« Précédent Suivant »