La Chine développera les programmes pilotes de promotion de l’énergie solaire

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

La Chine projette de développer des programmes pilotes pour la promotion de l’usage domestique de l’énergie solaire en lançant une série de nouveaux projets pilotes avant la fin de l’année, selon un communiqué officiel publié lundi.

Le ministère des Fiances a indiqué dans un communiqué, conjointement publié avec trois autres départements gouvernementaux, que les autorités locales pouvaient demander à ce que de nouveaux projets pilotes soient inclus dans deux programmes pilotes visant à promouvoir l’énergie solaire.

Selon le communiqué, le gouvernement encourage l’utilisation expérimentale de nouveaux produits et technologies afin de promouvoir les progrès technologiques.

L’un des deux programmes pilotes, le Golden Sun, a été lancé en 2009 dans le but de subventionner les projets de production d’électricité photovoltaïque qualifiés.

L’autre programme vise à promouvoir l’utilisation de l’énergie solaire dans les immeubles.

La Chine continue d’être un moteur important pour les économies régionales et mondiales (PM)

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

La Chine continuera d’être un moteur important pour les économies régionales et mondiales, a déclaré le Premier ministre chinois Wen Jiabao au 7e Sommet d’Asie de l’est (SAE) ici à Phnom Penh mardi.

L’économie chinoise devient plus stable et devrait maintenir une croissance relativement rapide et se développer encore davantage, selon M. Wen.

Les membres du SAE devraient faire des efforts importants pour bien mener leurs affaires, et être conscients des périls et responsabilités potentiels, établir des politiques et des mesures plus puissantes pour faire face à la crise financière internationale, stabiliser les finances, relancer leurs économies, augmenter le nombre d’emplois et améliorer les conditions de vie des habitants, a-t-il poursuivi.

Ce sont les moyens les plus directs et les plus efficaces pour contribuer au développement régional, a-t-il indiqué.

La communauté internationale s’inquiète du rythme lent de la reprise économique mondiale, accompagnée de facteurs croissants d’instabilité et d’incertitudes, a déclaré M. Wen.

Le SAE a pour but l’unité et la coopération, a-t-il indiqué, ajoutant que ses membres devraient activement répondre aux inquiétudes de l’ensemble de la communauté internationale et ramener la confiance et l’espoir au monde.

Le SAE devrait créer une atmosphère de coopération en faveur du dialogue, des consultations et des résultats gagnant-gagnant, a-t-il poursuivi.

L’Asie-Pacifique se caractérise par une diversité remarquable, avec des différences et des problèmes entre les pays difficiles à éviter, a-t-il expliqué, ajoutant que les pays concernés peuvent très bien gérer leurs différends en dialoguant.

La Chine a toujours prôné le respect mutuel et la compréhension, ainsi que le renforcement des relations pacifiques en maintenant la bonne foi, a-t-il souligné, ajoutant que la Chine souhaite continuer de jouer un rôle responsable dans la paix, la stabilité et le développement en Asie de l’est.

La Chine soutient entièrement les efforts de l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN) qu’elle encourage à continuer de construire le Partenariat économique régional complet (RCEP).

Le RCEP est très important car il reflète le consensus des pays de la région et donne une direction claire à l’intégration économique régionale, a-t-il insisté.

Le 7e SAE a ouvert ses portes ici mardi en présence des leaders des 10 Etats-membres de l’ASEAN et des huit partenaires au dialogue ainsi que des chefs de plusieurs institutions financières internationales.

Les négociations sur le RCEP seront officiellement lancées à la fin du sommet par les dirigeants des nations de l’ASEAN et de six pays clefs d’Asie-Pacifique: la Chine, l’Australie, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et la Nouvelle-Zélande.

La Chine consomme de plus en plus d’énergie propre

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

L’énergie propre, dont le gaz naturel et l’hydroélectricité, représente une proportion de plus en plus importante dans la consommation énergétique croissante de la Chine, révèle un rapport annuel publié par la Commission nationale du développement et de la réforme de Chine.

Selon ce rapport intitulé “Politiques et actions de la Chine pour faire face au changement climatique”, le pays a consommé environ 283 millions de tonnes d’énergie non fossile en 2011, soit 8,1% de la consommation énergétique totale du pays, en hausse de 3,4 points de pourcentage par rapport à 2005.

Le gouvernement chinois a sélectionné 108 districts pilotes en matière d’utilisation d’énergie verte et établi les lignes directrices du développement des installations de recharge des véhicules électriques dans cinq villes, dont Shanghai.

Des chiffres du rapport montrent que des générateurs hydroélectriques d’une capacité de 14 millions de kW étaient entrés en service l’année dernière en Chine, portant la capacité totale d’hydroélectricité du pays à 230 millions de kW.

En même temps, les capacités de production d’énergie éolienne et solaire ont respectivement augmenté de 16 millions de kW et de 2,1 millions de kW en 2011.

Selon le rapport, le pays ne cesse d’encourager la construction de centrales propres et de grande capacité alimentées au charbon, qui font appel à la technologie moderne pour améliorer leur efficacité et réduire la pollution.

L’UE lance une nouvelle enquête contre les subventions sur les panneaux solaires chinois

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

L’Union Européenne a annoncé jeudi le lancement d’une enquête à l’encontre des fabricants chinois de panneaux solaires photovoltaïques.

Cette décision intervient un jour après que la Commission américaine du commerce international ait décidé que les importations de cellules et modules photovoltaïques en provenance de Chine ont nui à l’industrie américaine de l’énergie solaire.

Selon un analyste, cette décision va conduire à une guerre commerciale sur le marché mondial des énergies renouvelables, entravant le développement des technologies de l’énergie solaire.

L’enquête lancée par l’UE pour déterminer si le Gouvernement chinois accorde ou non des subventions aux fabricants de panneaux solaires vient après qu’une autre enquête européenne distincte se soit penchée sur les accusations portées contre les entreprises chinoises à qui il est reproché de vendre des cellules solaires photovoltaïques sur le marché européen à des prix inférieurs aux coûts, une pratique connue sous le nom dumping.

L’enquête anti-subventions concerne une somme de 21 milliards d’Euros (27 milliards de Dollars US), ce qui en fait la plus grande enquête de ce type lancée par la Commission Européenne, organe exécutif de l’Union Européenne.

La commission a débuté son enquête le 6 septembre dernier, afin de déterminer si les fabricants chinois ont vendu des panneaux solaires sur le marché de l’UE en dessous de leur prix.

Les deux enquêtes lancées en Europe trouvent leur origine dans des plaintes formulées par UE ProSun, un groupe de l’industrie solaire dirigé par la société allemande SolarWorld AG.

La nouvelle enquête anti-subventions aura une durée de 13 mois, après quoi une décision sera rendue. La Commission aura alors neuf mois pour décider si elle imposera ou non des mesures anti-subventions.

Un jour avant l’annonce de l’UE, les Etats-Unis avaient de leur côté déjà déclaré qu’ils allaient imposer des droits punitifs allant jusqu’à 250% du coût des panneaux solaires photovoltaïques importés de Chine au cours des cinq prochaines années.

Ces droits de douane, cependant, ne seront pas imposés aux modules solaires qui sont assemblés en Chine à partir de cellules achetés dans un pays tiers.

Le Département américain du Commerce prévoit officiellement de signer cet ordre le 30 novembre prochain.

TrinaSolar Ltd, l’un des plus grands producteurs de panneaux solaires en Chine, a dit qu’il était en train d’évaluer la décision américaine, notant qu’il a le droit d’interjeter appel.

« Nous espérons que le marché mondial pourra continuer à être ouvert et que tout le monde pourra avoir les moyens d’avoir de l’énergie solaire verte dans un proche avenir », a déclaré Miao Liansheng, Président de Yingli Green Energy Holding.

« Nous sommes très déçus de la décision américaine, qui va ralentir le processus de mise à niveau des technologies utilisées dans l’industrie solaire mondiale et conduire à une diminution des investissements dans l’énergie solaire aux Etats-Unis », a déclaré Gao Jifan, Président de la société.

La Chine procède déjà de son côté à une enquête sur le polysilicium en provenance des États-Unis, et la dernière annonce américaine pourrait « contraindre le Gouvernement chinois à continuer d’exercer des représailles contre les exportations américaines ou à déposer une nouvelle plainte contre les Etats-Unis devant l’Organisation Mondiale du Commerce au sujet de leurs propres subventions vertes », a déclaré Scott Lincicome, un avocat spécialisé en commerce international au sein du cabinet d’avocats White & Case LLP. Lincicome, qui est également l’auteur d’un récent rapport rédigé pour le Cato Institute sur la politique menée par les États-Unis sur les droits compensateurs.

« Ces droits, litiges et incertitudes sont précisément ce dont cette industrie solaire en difficulté -aux États-Unis, en Chine et ailleurs- n’a pas besoin », a-t-il dit.

Selon Aaron Chew, analyste en énergies renouvelables au sein du Groupe Maxim, une banque d’investissements et de gestion d’actifs de New York, une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ne pourrait que nuire grandement à l’industrie solaire.

« Que l’on parle de fabricants de modules ou d’installateurs de panneaux solaires aux Etats-Unis, en Europe ou en Chine, il est évident que personne ne veut d’une guerre commerciale », a déclaré M. Chew.

« Finalement, l’énergie solaire doit voir son prix baisser. Cette guerre commerciale va empêcher le solaire de faire des progrès ».

Huang Qifan : L’économie de Chongqing s’est débarrassée de l’impact de l’affaire Bo Xilai

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Le 8 novembre dans l’après-midi, la délégation de Chongqing du XVIIIe Congrès du PCC a mis en place une discussion sur le rapport du Congrès dans la salle de Chongqing du Grand Palais du Peuple. Huang Qifan, député du XVIIIe Congrès et maire de la municipalité de Chongqing, a révélé qu’en raison de l’impact de l’affaire Bo Xilai, l’économie de Chongqing au premier trimestre avait été marquée par un ralentissement des investissements, et qu’elle s’était améliorée durant les deuxième et troisième trimestres grâce à la politique du Comité central du Parti.

D’après Huang Qifan, en raison de l’affaire impliquant Wang Lijun, Bogu Kailai et Bo Xilai survenue au premier trimestre, les commerçants étrangers ont hésité, le développement des investissements a ainsi ralenti, les investissements nationaux ont stagné. Les entreprises de Chongqing, y compris les cadres de base, ont pris une attitude attentiste.

Huang Qifan a souligné que le Comité central du Parti et le Conseil des affaires d’État avaient pris des mesures à temps, notamment après l’arrivée de Zhang Dejiang comme secrétaire du Comité du Parti pour la municipalité de Chongqing en mars. Les mesures du Comité central du Parti sur la stabilisation de l’économie, de la croissance, de l’import-export et des investissements ont été globalement mises à exécution. Simultanément, des investissements de niveau national, privé et étranger ont été lancés en même temps, réalisant une augmentation de l’investissement des entreprises d’État de 39,6 milliards de yuans à Chongqing, une augmentation de 6 milliards de yuans de l’investissement étranger (en croissance de 40 % en glissement annuel) et une augmentation du nombre de personnes morales d’entreprises privées dépassant 20 % (au premier rang mondial). Le développement économique de Chongqing aux deuxième et troisième trimestres a été meilleur qu’au premier trimestre.

Comme les données le montrent, durant les premiers trois trimestres, le PIB de Chongqing a connu une croissance de 13,8 %, soit la deuxième plus rapide du pays et la plus rapide de Chine de l’Ouest. Huang Qifan a attribué le mérite de ces succès à la stratégie de mise en valeur de l’Ouest et au soutien du Comité central du Parti.

« La mise en valeur de l’Ouest a une histoire de plus de dix ans. Elle a atteint, en partant d’un développement fondamental, un état idéal petit à petit. Le développement économique chinois est caractérisé par le développement de l’Ouest plus rapide que celui du Centre, et celui du Centre plus rapide que celui de l’Est. En tant que pionnier de l’Ouest, le développement de Chongqing fait ressortir cette tendance », a-t-il déclaré.

De plus, Huang Qifan a souligné que la demande du président Hu Jintao sur l’accélération de transformation de Chongqing vers le centre de croissance dans l’Ouest, le centre économique sur le cours supérieur du fleuve Changjiang, une municipalité relevant directement de l’autorité centrale marquée par une coordination du développement des régions urbaines et rurales, une construction sur tous les plans d’une société moyennement aisée en premier dans l’Ouest, avait proposé une nouvelle orientation du développement de la ville. Le document n° 3 du Conseil des affaires d’État, l’autorisation de l’établissement du nouvel arrondissement Liangjiang et l’accélération de la coordination du développement des régions urbaines et rurales ont contribué à l’accélération du développement de Chongqing.

Hu Jintao s’engage à élargir la demande intérieure

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Hu Jintao s’est engagé jeudi à poursuivre fermement la tâche stratégique d’élargissement de la demande intérieure dans le processus du réajustement stratégique de la structure économique.

Dans son rapport prononcé devant le 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), M. Hu a indiqué que le réajustement stratégique de la structure économique était l’objectif principal de l’accélération du changement de mode de développement économique.

“Sans jamais nous départir de cette tâche stratégique qu’est l’élargissement de la demande intérieure, nous devons accélérer la mise en place d’un mécanisme permanent d’élargissement de la consommation, stimuler les potentialités de consommation des ménages, maintenir un accroissement rationnel des investissements et étendre l’ampleur du marché intérieur,” a-t-il expliqué.

Hu Jintao : la Chine parachèvera la construction de la société de moyenne aisance d’ici 2020

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Hu Jintao a exhorté jeudi le Parti et le peuple à saisir l’opportunité et à atteindre, d’ici 2020, l’objectif de parachever la construction in extenso d’une société de moyenne aisance.

“En faisant un tour d’horizon de la situation tant intérieure qu’extérieure, nous constatons que notre pays se trouve encore dans une période importante pleine d’opportunités stratégiques propices à son développement”, a indiqué M. Hu dans son rapport présenté lors de l’ouverture du 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC).

Il a établi de nouvelles exigences pour parachever la construction in extenso d’une société de moyenne aisance :

— Assurer un développement sain et soutenu de l’économie. Le changement du mode de développement économique devra enregistrer des résultats substantiels. Grâce à un développement plus équilibré, plus harmonieux et plus durable, le PIB et le revenu moyen par tête d’habitant dans les villes comme dans les campagnes devront doubler par rapport à ceux de 2010.

— Garantir au peuple une démocratie sans cesse élargie. Le système démocratique se perfectionnera davantage, la démocratie se traduira sous des formes plus variées, alors que le sens de l’initiative, la motivation et la créativité de la population seront mieux mis en valeur. La stratégie fondamentale d’édification d’un État de droit sera appliquée sur toute la ligne, une administration ne fonctionnant que dans le respect de la loi sera pratiquement mise en place, la crédibilité de la justice auprès du public sera améliorée sans cesse et les droits de l’homme seront effectivement respectés et garantis.

— Renforcer nettement le soft power culturel. Les valeurs essentielles du socialisme pénétreront profondément dans les esprits, la formation culturelle et morale des citoyens et la civilisation sociale enregistreront des succès notables.

— Réaliser une élévation générale du niveau de vie de la population. L’égalité d’accès aux services publics fondamentaux sera réalisée dans l’ensemble. Le niveau d’instruction de toute notre population et celui de formation des talents novateurs seront sensiblement relevés.

— Faire avancer considérablement la construction d’une société économe en ressources et respectueuse de l’environnement. La disposition des régions à fonctions spécifiques sera accomplie dans l’ensemble, et le système de recyclage des ressources sera mis en place pour l’essentiel. L’intensité énergétique (consommation d’énergie par unité de PIB) et les émissions de CO2 connaîtront une très forte baisse, et le volume global de l’évacuation des principaux déchets et matières fort polluants devra sensiblement diminuer.

Il a appelé tous les membres du PCC à travailler dur et avec la plus grande opiniâtreté afin de parachever la construction in extenso d’une société de moyenne aisance d’ici 2020.

Chine : la communauté internationale apprécie l’engagement de la Chine au niveau écologique

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

La communauté internationale se félicite que la Chine s’engage à accorder une plus grande importance à la question écologique lors du 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), tenu du 8 au 14 novembre à Beijing, en intégrant la construction de la civilisation écologique dans son plan de développement.

Niranjan Deva-Aditya, président de l’Association d’amitié UE- Chine, estime que la Chine a réunsi à sortir son peuple de la pauvreté en adoptant une approche scientifique de développement. La Chine cherche à progresser sur le plan écologique, a-t-il déclaré, estimant qu’encapsuler une perspective écologique dans les statuts du PCC est une mesure exceptionnelle.

Babara Finamore, fondateur et directeur du Programme Chine du Conseil de défense des ressources naturelles (NRDC, une Ong américaine), a indiqué pour sa part que la décision du PCC d’incorporer la civilisation écologique dans le plan global du pays a une grande importance pour la progression de la Chine, l’amélioration de la qualité de vie de ses citoyens et la protection de l’environnement mondial.

Mme Finamore a affirmé que la Chine avait réalisé d’énormes progrès au cours des deux décennies passées dans la promotion du développement vert, devenant un leader mondial dans l’efficacité énergétique et les énergies propres.

John Cobb, économiste écologique américain, s’est déclaré convaincu que “la Chine bénéficiera grandement de toutes les mesures qu’elle prennent en faveur de la civilisation écologique, ce qui contribuera aussi au monde entier”. Pour lui, il est nécessaire et urgent que la Chine excerce un leadership mondial dans ce domaine.

Geng Xin, directeur adjoint de l’Institut de recherche du nouveau Japon pour la coopération nippo-chinoise, a déclaré de son côté que la promotion de la civilisation écologique réflète le principe du PCC de “servir le peuple de tout coeur” et qu’il s’agit d’une mesure du PCC et du gouvernement chinois pour faire face à l’intensification de la pression écologique.

M. Geng a décrit les efforts de la Chine en faveur des progrès écologiques comme une exploration vigoureuse visant à chercher aussi bien l’efficacité économique que la qualité de vie. D’après lui, ce choix fera de la Chine un chef de file mondial dans la protection de la Terre et l’avènement d’une nouvelle ère de civilisation écologique.

Enrique Posada, économiste de renom colombien et directeur de la cellule de réflexion, L’Observatoire virtuel Asie-Pacifique, a indiqué que dans le rapport du 18e Congrès national du PCC, les parties conernant l’économie et l’écologie sont quelques choses de nouveau.

Les expressions telles que conservation des ressources, société respecteuse de l’environnement, vert, et faible émission de carbone, qui sont apparus plusieurs fois dans le rapport, montre que la Chine veut une croissance économique rapide sur la base de l’utilisation et la protection maximum des ressources, a fait remarquer M. Fosada.

Denise Kodhe, directeur exécutif de l’Institut pour la démocratie et le leadership en Afrique (IDEA) qui est basé à Nairobi, estime que promouvoir la civilisation écologique est une décision très correcte. Pour lui, il s’agit non seulement d’un progèrs dans le concept, mais aussi d’une importance au niveau stratégique.

La consturction de la civilisation écologique élargit la définition de développement de la Chine et montre l’importance que la direction chinoise accorde à la santé et au niveau de vie du peuple, a-t-il affirmé.

Les pays africaines, a poursuivi Kodhe, envisagent d’apprendre les expériences réussies de la Chine sur le développement, ajoutant que le concept de la civilisation écologique va certainement élargir la coopération sino-africaine dans ce domaine.

John Conner, directeur général de Climate Institute de l’Australie, cellule de réflexion favorisant des politiques progressives sur la gestion du changement climatique, a indiqué qu’il est très important de mettre l’accent sur l’édification de la civilisation écologique dans le rapport du 18e Congrès national du PCC.

“C’est une intégration importante qui réflète d’une façon accrue la détermination du gouvernement chinois à atteindre les objectifs environnementaux et relatifs au climat dans le 12e plan quinquennal”, a-t-il déclaré, ajoutant que cela démentre que la Chine peut construire une réputation comme un acteur sérieux dans la durabilité écologique.

Elizabeth C. Economy, directeur pour les études asiatiques au Conseil des relatoins extérieures, s’est félicité que les ministres chinois s’intéressent davantage à la santé publique et à la protection de l’environnement.

L’ancien ministre kirghiz des Affaires étrangères Alikbek Jekshenkulov estime que le concept de la civilisation écologique lance la nuovelle tendance du développement global et qu’il est surtour important pour les pays comme la Chine. Les progrès que la Chine a réalisés dans la promotion de la civilisation écologique vont bénéficier aux pays voisins.

Selon le ministre italien de l’Environnement, Corrado Clini, en mettant l’accent sur la protection de l’environnement et la civilisation écologique, la Chine veut continuer à introduire davantage d’investissements dans ce domaine. La Chine, a-t-il dit, fait des progrès remarquables dans la protection de l’environnement ces dernières années, contribuant fortement à l’amélioration de l’environnement mondial.

Henning Kristoffersen, un expert norvège sur la Chine, a déclaré que mettre le concept de la civilisation écologique au centre du développement durable de la Chine a un impact énorme non seulement sur la Chine, mais aussi sur le monde entier. Pour le développement global durable, il est donc vital que les dirigeants chinois s’engagent à construire un pays magnifique tout en cherchant le développement sur le plan économique, politique, culturel et social.

Pierre Picquart, expert français sur la Chine, a indiqué que le problème de l’environnement est crucial pour le bien-être du peuple. Le rapport du 18e Congrès national du PCC met l’accent sur la construction de la civilisation écologique alors que ces dernières années, les leaders chinois ont insisté sur le concept de la civilisation écologique à plusieurs occasions en facilitant les recherches et les investissements dans les énergies renouvelables, a-t-il fait remarquer.

18e Congrès du PCC et perspectives d’avenir

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

Alors que s’est clôturé aujourd’hui le 18e Congrès du Parti Communiste Chinois (PCC), l’heure est au bilan. Dans le domaine économique, le Congrès a souligné un bilan positif et encourageant, tout en définissant la politique a mener dans les dix prochaines années.

Les nouveaux dirigeants de l’Empire du Milieu auront pour rude tâche de maintenir une croissance élevée, gage de stabilité intérieure et de poids extérieur. A l’heure où l’économie chinoise ralentit, et que la répartition des richesses est de moins en moins équitable, le nouveau gouvernement devra prendre en compte les aspirations des Chinois à plus de pouvoir d’achat et une inflation maîtrisée.

On l’a vu avec le chiffre d’affaires astronomique réalisé par Taobao le 11/11, les ventes sur Internet sont une des clés pour assurer à la Chine une hausse des ventes sur son marché intérieur. Il faut aussi noter que la classe aisée chinoise va doubler d’ici l’horizon 2020, favorisant les ventes de produits de luxes, aussi bien chinois qu’importés. Cette classe sociale assurera à elle seule 75% des ventes du marché du luxe en Chine. Ce marché du luxe est une mine d’or pour les entreprises étrangères, qui ont de plus en plus à écouler leurs marchandises dans leurs pays d’origine.

La classe aisée chinoise, qui se situe entre la classe moyenne et les grosses fortunes, représente actuellement 6% de la population en Chine. D’ici 2020, ce chiffre devrait augmenter à 21% ! Sur les marchés émergents, comme l’Inde, la Russie ou le Brésil, c’est en Chine que cette classe sociale est la plus nombreuse, et la plus dépensière. Ils représentent 120 millions de Chinois, qui gagnent en 40 000 et 200 000$ à l’année, ce qui représente un pouvoir d’achat immense en Chine. Les contraintes socio-culturelles les poussant à “garder la face” et à assurer leur statut, ils dépensent donc beaucoup dans l’industrie du luxe, pour être à la pointe de la mode et des tendances, aussi bien vestimentaires que technologiques ou automobiles, sans compter les cosmétiques. Leur nombre atteindra 280 millions en 2020, qui assureront à eux seuls 35% de la consommation chinoise et 5% de la consommation mondiale. La Chine, à elle seule, représentera dans dix ans 40% des ventes de l’industrie du luxe.

Accélération des investissements chinois à l’étranger

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Les fusions et acquisitions chinoises à l’étranger se sont multipliées ces dernières années, les compagnies ayant d’abondantes liquidités étant encouragées par le gouvernement à racheter des actifs étrangers dans le contexte de la détérioration de la crise de la dette européenne.

Le nombre de fusions et acquisitions réalisées à l’étranger par des entreprises chinoises, ainsi que le volume des transactions effectuées à cet effet se sont élevés respectivement à 208 et 93,09 milliards de dollars en 2012, contre 107 et 13,58 milliards de dollars en 2007, révèlent les chiffres publiés lundi par ChinaVenture Group, un institut de recherche et de consultation de premier plan.

Wan Ge, un analyste à ChinaVenture, a indiqué que la crise de la dette européenne avait permis à d’avantage d’entreprises chinoises de racheter des actifs sous-évalués sur le marché européen.

Parallèlement, la croissance économique rapide de la Chine a engendré une très forte?demande en énergie et technologies avancées, c’est pourquoi les industries de l’énergie et minières ont figuré en tête de liste des fusions et acquisitions du pays à l’étranger au cours des trois premiers trimestres de l’année 2012.

Sany Group a ainsi racheté en janvier l’allemand Putzmeister pour 360 millions d’euros (462 millions de dollars), tandis que deux géants pétroliers chinois, Sinopec et CNOOC, ont annoncé en juin le rachat de 50% des parts de BP dans la joint-venture TNK-BP en Russie.

Des signes suggèrent également que la Chine est en train de diversifier ses investissements directs à l’étrangers (IDE), les orientant vers les industries de l’énergie et d’autres secteurs, dont l’agriculture.

En 2009, 82% des IDE chinois sont allés vers les industries de l’énergie, mais ce chiffre est tombé à 60% au premier semestre de cette année, selon un rapport de Ernst & Young.

Les IDE chinois dans les secteurs non financiers ont augmenté de 28,9% en glissement annuel pour atteindre 52,52 milliards de dollars durant les neuf premiers moins, selon les données officielles.

« Précédent Suivant »