Le président chinois demande au G20 d’assurer la croissance économique

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Le G20 doit faire du maintien de la croissance économique l’une de ses priorités, a indiqué mercredi le président chinois Hu Jintao, avant sa participation au sommet du G20 qui se déroulera à Cannes les 3 et 4 novembre.

Cette remarque de Hu Jintao est extraite d’une interview écrite accordée au journal français Le Figaro.

Le président chinois explique que la communauté internationale doit voir objectivement les rapports entre la croissance forte, la croissance durable et la croissance équilibrée.

“La croissance durable est un objectif à long terme, la réalisation d’une croissance équilibrée par la restructuration est une exigence objective, tandis que la croissance forte représente une tâche prioritaire pour l’économie mondiale à l’heure actuelle, de même qu’un préalable pour réaliser une croissance équilibrée et durable”, a-t-il indiqué.

Il exhorte la communauté internationale à correctement reconnaître les causes des déséquilibres dans l’économie mondiale.

Hu Jintao explique que la racine des déséquilibres est d’ordre structurel, notamment le déséquilibre de la structure de l’économie mondiale, celui de la division internationale du travail et celui du système monétaire international.

“La solution du problème réside dans la restructuration économique qui devra être entreprise par tous les pays”, explique-t-il, ajoutant qu’il s’agit d’un processus long qu’on ne pourra mener à bien du jour au lendemain.

A l’occasion des précédents sommets du G20, les dirigeants de la Chine et d’autres pays ont observé que le plus grand déséquilibre de l’économie mondiale se situait entre le développement du Nord et celui du Sud, précise Hu Jintao.

“Ce n’est qu’en aidant les pays en développement à accélérer leur développement et à réaliser la croissance et la prospérité qu’on pourra asseoir la reprise sur une base solide, élargir la demande globale mondiale et assurer une croissance durable dans le monde.”

Ceci explique le ferme soutien de la Chine à ce que le G20 se concentre sur la question du développement mondial, a-t-il ajouté.

Hu explique que depuis la crise financière internationale, la Chine a adopté des mesures positives pour stimuler sa demande intérieure et a maintenu une croissance annuelle moyenne de son PIB supérieure à 9%.

 

Le président chinois se rendra en visite d’Etat en Autriche et participera au sommet du G20 à Cannes

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Du 30 octobre au 4 novembre, le président chinois Hu Jintao effectuera une visite d’Etat en Autriche et participera au sommet du G20 prévu à Cannes en France, a annoncé vendredi Mme Jiang Yu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

M. Hu a été invité par le président fédéral d’Autriche Heinz Fischer et le président français Nicolas Sarkozy. La France assure actuellement la présidence tournante du G20, a indiqué Mme Jiang.

Le sommet du G20, qui réunit les principales économies de la planète, est devenu une plate-forme multilatérale pour promouvoir la coopération mondiale en matière d’économie.

Le forum de Cannes a pour but de restaurer la confiance des marchés en cette période critique pour la reprise de l’économie mondiale et sur fond de crise de la dette en Europe.

Le G20 regroupe les principales économies développées, dont le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni, les Etat-Unis, et d’autres pays comme l’Argentine, l’Australie, le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, la Russie, l’Arabie Saoudite, l’Afrique du Sud, la République de Corée et la Turquie, ainsi que l’Union européenne.

La Chine s’engage aux liens commerciaux plus étroits avec la Belgique

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Le vice-président chinois Xi Jinping a rencontré lundi le prince Philippe de Belgique en visite à Beijing, et a appelé à des efforts conjoints afin d’élargir les liens commerciaux bilatéraux et les coopérations substantielles.

“Les fondations pour le développement stable des relations Chine-Belgique sont le respect mutuel, l’égalité et l’importance mutuellement accordée aux intérêts fondamentaux des deux parties” a dit M. Xi.

Le prince Philippe effectue cette visite en Chine à l’occasion de la célébration du 40ème anniversaire de l’établissements des liens diplomatiques entre les deux pays.

L’exploitation des potentiels commerciaux se classe en haut de l’agenda du Prince, qui est accompagné par une délégation commerciale de 450 membres.

Le prince Philippe s’est déclaré totalement en accord avec M. Xi sur le développement des coopérations bilatérales. Il s’engage à des efforts conjoints avec la Chine pour maintenir des échanges de haut niveau, approfondir la compréhension mutuelle des peuples, et élargir les échanges dans les domaines de la technologie, l’éducation et la culture.

Sa délégation devrait signer quelque 40 contrats de coopération avec la Chine.

 

Ruée des Chinois vers l’étranger pour y acquérir des biens immobiliers

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

Que ce soit dans leur pays d’origine ou bien à l’étranger, les Chinois accordent toujours la plus grande importance aux achats de biens immobiliers et cela est une tradition millénaire de la culture chinoise de consommation qui préconise que le plus important pour un individu est d’avoir un gîte. A l’heure actuelle où un grand nombre de pays du monde s’efforcent de se remettre de la crise financière et économique qui les a frappé durement, en Chine c’est tout le contraire vu que le nombre des richards multiplie sans cesse. Suite à l’augmentation des Chinois qui sortent du pays et qui s’installent à l’étranger, la fortune et les biens qu’ils apportent avec eux constituent une quantité considérable de capitaux fébriles qui foncent impétueusement vers les marchés immobiliers des pays où ils désirent s’établir. Ainsi maintenant, c’est le tour des Chinois de « sortir audacieusement » du pays, de traverser les mers et de passer par monts et par vaux pour aller s’installer aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, en Europe, en Asie du Sud Est ou bien dans d’autres endroits où ils dépensent sans compter pour acquérir des biens immobiliers et c’est ainsi qu’il est déclenché à l’étranger une nouvelle « tempête d’achats de biens de propriété ».

Toutefois, lorsque un nombre croissant de gens s’engouent et s’entichent des investissements à l’étranger dans les marchés immobiliers, on se préoccupe et on s’inquiète de plus en plus aux risques que cela provoque en même temps. Des spécialistes du marché indiquent que les achats de biens immobiliers à l’étranger constituent en fait un investissement dont la distance physique est de « long tracé », ce qui signifie qu’il faut être plus prudent dans le processus d’investissement et qu’il est nécessaire de réfléchir mûrement, de mener de sérieuses enquêtes et d’évaluer judicieusement la situation avant de prendre décision. Il ne faut absolument pas se laisser griser et suivre à l’aveuglette. Comment adopter une attitude et une position positives et avoir l’esprit lucide face aux marchés immobilier étrangers, c’est en vérité un problème qui mérite de réflexions mûres et profondes.

La ruée des investisseurs chinois pour acquérir des biens immobiliers à l’étranger est en fait due à la dépression et au marasme du marché immobilier intérieur.

Depuis le début de cette année, suite aux effets de l’application d’une série de mesures politiques en vue de régulariser et de contrôler le marché le marché immobilier, dans les principales grandes villes chinoises, il est apparu une situation où l’immobilier est en dépression et en récession et où son avenir est flou et incertain. Ainsi, le volume des transactions du marché immobilier est en baisse continuelle, car les restrictions imposées aux achats et aux prix répriment fortement l’enthousiasme des investisseurs pour le marché immobilier, alors que pour ces derniers, il est important et urgent pour eux un domaine sûr pour placer l’argent et les fonds qu’ils disposent. Et c’est justement à ce moment-là qu’ils constatent que les achats à l’étranger de propriétés constituent pour eux un bon moyen de placement de capitaux.

Suite à l’augmentation du nombre des Chinois qui sortent du pays pour s’installer à l’extérieur, de plus en plus d’investisseurs chinois commencent à tourner leur regard vers l’autre côté de la mer et de l’océan et décident d’investir à l’étranger, ce qui influence sans cesse les marchés immobiliers d’un grand nombre de pays et de territoires du monde. Des spécialistes et des personnalités du milieu indique que le volume global des fonds et des capitaux qui n’ont pu être investis en Chine en raison de la politique de contrôle et de réajustement du marché immobilier intérieur est estimé à plus de 400 milliards de yuans RMB. Parmi ces fonds et ces capitaux, combien y en a-il qui sont écoulés à l’étranger vers les marchés immobiliers, il n’y a pas moyen jusqu’ici de les établir statistiquement.

Au cours des six premiers mois de cette année, les services établis en Chine par Colliers International (le plus grand réseau de sociétés indépendantes actives dans l’immobilier d’investissement) ont placé plus de 130 millions de yuans RMB pour investir dans des projets de construction immobilière à l’étranger, dont principalement à Vancouver, au Canada. Parmi les autres pays dont ce genre d’investissement est souhaité et bien accueilli, on remarque entre autres la Grande-Bretagne, l’Australie, les Etats-Unis, Singapour et l’Allemagne.

Les investisseurs chinois se ruent au Canada pour s’installer à Vancouver et pour y acheter des maisons. Leur nombre croît sans cesse pour atteindre, durant le premier trimestre de cette année, 29% du nombre total des investisseurs chinois établis à l’étranger, soit quatre points de pourcentage de plus par rapport à l’année dernière avec 25%. Avec l’impulsion due au facteur chinois, le prix de l’immobilier dans cette ville canadienne a augmenté de 12% en 2010. Selon les prévisions de Canada Mortgage and Housing Corp.(CMHC), les prix de l’immobilier à Vancouver continueront à s’accroître cette année au moins de 3%.

L’Association nationale américaine de l’immobilier a établi des données qui montrent qu’au cours de l’année allant de mars 2010 à mars 2011, les investisseurs étrangers ont placé dans le marché immobilier américain plus de 41 milliards de dollars US et que parmi les acheteurs 9% sont d’origine chinoise, lesquels occupent la deuxième place juste après les Canadiens qui sont à la tête avec 23%, tandis que les Britanniques, les Mexicains et les Indiens occupent ex aequo la troisième place avec 7%.

En Grande-Bretagne, pour les seuls deux derniers mois, les Chinois ont investi quelques 120 millions de livres sterling (environ 1,27 milliards de yuans RMB) pour acquérir des biens immobiliers à Londres. Dans le quartier financier londonien « Canary Wharf » , un tiers des maisons qui viennent d’être vendues sont acquises par des acheteurs venus de la partie continentale chinoise ou bien de Hong Kong. L’année dernière toujours dans la capitale britannique, dix pour cent des nouvelles maisons ont été acquises par des Chinois. Savills plc, un fournisseur de services immobiliers coté à la bourse de Londres, révèle qu’une quantité considérable de capitaux étrangers se précipitent sur le marché immobilier londonien et que parmi ces capitaux, les fonds venus de la Chine augmentent sans cesse et rapidement.

En Corée du Sud, de janvier à mars derniers, la surface des biens immobiliers acquis dans le pays par des Chinois s’élève à 165.560 mètres carrés, soit presque le double par rapport à la même période de l’année passée, tandis que la valeur globale atteint 74,9 milliards de Wons sud-coréens (environ 448 millions de yuans RMB), soit une augmentation de près de quatre fois par rapport à la période correspondante de l’année dernière (15,6 milliards de Wons sud-coréens). Pour ce qui est de Singapour qui se trouve également en Asie, le nombre des acheteurs chinois venus de la partie continentale a dépassé celui des Indonésiens et des Malaisiens et les Chinois figurent maintenant à la tête des clients étrangers quant à l’achat à Singapour de maisons privées …… tellement de Chinois qui investissent dans les marchés immobiliers étrangers et c’est justement cela qui déclenche la « ruée d’acquisition de biens immobiliers à l’étranger ».

Dans la ruée vers l’étranger pour les achats de biens et de propriétés, il faut agir avec prudence et non pas à l’aveuglette et surtout ne pas se laisser griser par de beaux discours.

Bien qu’à l’heure actuelle, un grand nombre de Chinois préfèrent placer leur argents et leurs fonds à l’étranger pour y faire des achats de biens et de propriétés et pour s’y établir définitivement, toutefois, il ne faut pas oublier qu’il y a pas mal de risques qu’ils doivent affronter et auxquels ils sont obligés de faire face. Certains spécialistes du marché ont fait remarquer que les achats de biens immobiliers à l’étranger constituent en fait un investissement dont la distance physique est de « long tracé » et qu’il faut faire preuve de prudence dans le processus d’investissement.

Dans certains pays, les prix de l’immobilier ne sont effectivement pas élevés, tandis que les coûts provenant des dépenses des maillons de l’achat, de la propriété et de la vente ne sont nullement pas négligeables. En dehors des risques dus à la chute des prix de l’immobilier, il faut tenir compte également de la possibilité du flottement du change. Suite à la croissance rapide de l’économie chinoise, il y a de plus en plus de richards dans le pays et parmi eux, certains pensent à leur avenir ou bien à fournir à leurs progénitures un excellent environnement d’éducation, pour réaliser leur rêve, ils portent et fixent leur regard vers l’étranger. Ainsi, pour la plupart des investisseurs chinois, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie et certains autres pays sont devenus pour eux les pays où ils peuvent réaliser leur rêve et leur objectif. Un média étranger a rapporté dernièrement qu’un investisseur chinois a dépensé sans compter plusieurs centaines de millions de dollars US pour faire l’acquisition de biens immobiliers à New York. Toutefois pour les Chinois qui désirent investir à l’étranger, il est important pour eux de faire preuve de lucidité, de clairvoyance et de prudence, de voir les choses sous l’angle spécial en discernant les risques et de faire les choix en agissant avec précaution en tenant compte de leurs conditions financières et économiques, et en aucun cas, ils ne doivent se comporter en mouton de Panurge en suivant aveuglément les autres.

Un courtier américain des affaires immobilières a indiqué qu’à l’heure actuelle, la plupart des Chinois qui sortent du pays pour faire l’acquisition de biens immobiliers à l’étranger, sont conscients de l’importance d’avoir l’aide d’un courtier et ils l’engagent avant leur départ pour un quelconque pays. Cependant, d’après lui, cela est insuffisant, car pour les acheteurs chinois, ils ont toujours des idées erronées au sujet du choix de l’emplacement de la maison qu’ils désirent acheter. Par exemple, ils préfèrent une maison de petite surface dans le centre de la ville et cela provient complètement et directement de leurs expériences acquises dans leur pays d’origine, c’est-à-dire en Chine. Car dans des pays tels que les Etats-Unis, le Japon ou bien l’Australie, dans le cas où l’on ne fait pas un bon choix dans un quartier du centre-ville, non seulement il serait possible que la revalorisation soit lente, alors que la plupart des locataires seraient des étudiants étrangers ou bien des habitants locaux à revenu bas, lesquels sont le type de preneur que les investisseurs de l’immobilier souhaitent le moins avoir affaire. Par conséquent, comment en fin de compte placer au mieux son argent et ses fonds, il est nécessaire de bien réfléchir, de mener des enquêtes judicieuses et de porter un jugement approprié et pertinent sur la situation. Il est important d’avoir le sens des affaires, d’avoir l’esprit lucide, et surtout il ne faut pas suivre les autres à l’aveuglette.

 

Report du sommet Chine/UE

Ajouté au 24/10/2011 par SHI Lei

La crise de la zone euro empêche les dirigeants européens de se rendre à Pékin la semaine prochaine.
 
Le sommet annuel entre la Chine et l’Union européenne, qui devait se tenir mardi à Tianjin (nord-est de la Chine), va sans doute être reporté à une date ultérieure, selon des sources européennes concordantes.

L’incapacité des Européens à s’entendre sur les remèdes à la crise de la dette souveraine et la perspective d’un sommet supplémentaire d’urgence à Bruxelles la semaine prochaine vont interdire au président de l’UE Herman Van Rompuy d’honorer son rendez-vous avec le président Hu Jintao et le premier ministre chinois Wen Jiabao, a expliqué au Figaro un responsable européen.

L’implication de la Chine et de ses ressources financières dans un règlement de la crise européenne était l’un des sujets implicites du rendez-vous à Tianjin. C’était la première fois que les trois dirigeants européens, Herman Van Rompuy, et José Manuel Barroso et Catherine Ashton devaient se rendre ensemble en Chine.

Le dernier sommet UE-Chine s’était tenu le 6 octobre 2010 dans une atmosphère tendue à Bruxelles, l’Europe ayant demandé à la Chine de laisser davantage sa monnaie s’apprécier et de réaliser des progrès en matière de droits de l’Homme, deux jours avant l’annonce du prix Nobel de la paix au dissident chinois emprisonné Liu Xiaobo.

Ouverture de l’Exposition Chine-ASEAN dans le Guangxi

Ajouté au 24/10/2011 par SHI Lei

La 8e Exposition Chine-ASEAN s’est ouverte, vendredi dans la ville de Nanning , capitale de la région autonome Zhuang du Guangxi.

Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, et des dirigeants des pays membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) ont assisté à la cérémonie d’ouverture.

Environ 2 300 entreprises participeront à cette exposition qui durera jusqu’au 26 octobre.

L’ASEAN regroupe le Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.

Le 14ème Sommet Chine-UE se tiendra à Tianjin (porte-parole du ministère des A.E.)

Ajouté au 24/10/2011 par SHI Lei

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao rencontrera le président du Conseil européen Herman Van Rompuy lors du 14ème sommet Chine-UE prochain afin de discuter de la coopération économique, a annoncé jeudi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Jiang Yu.

Herman Van Rompuy et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, participeront au sommet prévu le 25 octobre à Tianjin.

La porte-parole a indiqué, lors d’un point de presse quotidien, que les deux parties allaient échanger leurs points de vue sur les relations stratégiques globales, le développement, les finances et le commerce, la coopération culturelle, ainsi que d’autres sujets importants aux yeux des dirigeants du G20.

La Chine et l’Europe coopéreront pour relever les défis et approfondir leur coopération globale afin de maintenir une croissance économique forte, durable et équilibrée suite à la crise de la dette européenne, a ajouté Mme Jiang.

Elle a rappelé que les relations Chine-UE avaient connu un bon développement grâce aux fréquentes communications de haut niveau entre les deux parties.

La Chine et l’UE ont eu des dialogues dans tous les domaines, obtenu des résultats concrets, et ont devant elles de nouvelles opportunités pour approfondir leur coopération, a déclaré la porte-parole.

“Avec les efforts conjoints des deux parties, je souhaite que le sommet aide à améliorer encore la confiance mutuelle, et à promouvoir la coopération dans les affaires bilatérales et multilatérales”, a-t-elle poursuivi.

Elle a également souligné à cette occasion que la Chine et l’UE devraient envoyer des messages positifs de réussite face aux défis, ce qui répondrait non seulement aux intérêts communs des deux parties, mais contribuerait également au redressement de l’économie mondiale.

 

Chine : Taobao Mall reporte l’augmentation des frais face à la protestation des petits vendeurs

Ajouté au 21/10/2011 par SHI Lei

Taobao Mall, la plus grande plate-forme du commerce d’entreprise au consommateur (appelé aussi B2C) en Chine, a annoncé lundi qu’elle ajournerait l’augmentation des frais annuels de service et de garantie des vendeurs enregistrés, face à la protestation massive de ses petits vendeurs.

Lundi dernier, la plate-forme a annoncé son intention d’augmenter les frais de service à la fin de l’année, ce qui a suscité la protestation de plusieurs milliers de petits vendeurs sur Internet.

Taobao Mall avait en effet projeté d’augmenter les frais annuels de service imposés au business à une fourchette de 30 000 à 60 000 yuans, contre 6 000 yuans (942 dollars) actuellement.

Les petits vendeurs se sont plaints du désavantage que leur causerait une telle mesure, arguant que seuls les gros vendeurs seraient à même de supporter une telle charge.

Jack Ma, président du groupe Alibaba, compagnie mère de Taobao Mall, a expliqué que la hausse des frais visait à rétablir l’ordre sur cette plate-forme de commerce, des e-consommateurs s’étant plaints à plusieurs reprises au cours des dernières années de multiples fraudes et ventes de produits contrefaits.?

Samedi soir, le ministère du Commerce a publié un article sur son site Internet, appelant les parties concernées à cesser leur querelle sur cette démarche, afin de stabiliser les prix et soutenir les petits commerces.

Créée en 2008, Taobao Mall dispose aujourd’hui de plus de 400 millions d’utilisateurs et 50 000 vendeurs enregistrés, distribuant 70 000 marques.

 

La 110e Foire d’import-export de Chine sous de tristes auspices en raison de la crise européenne

Ajouté au 21/10/2011 par SHI Lei

Les impacts de la crise européenne de la dette souveraine sont remarquables sur les exportations chinoises. Dans le cadre de la Foire d’import-export de Chine, considérée comme un indicateur du commerce international chinois, de nombreuses entreprises ont constaté la diminution des commandes en raison de la crise, et cherchent à réduire au minimum les risques en modifiant les délais de paiement ou de livraison, en renforçant l’innovation, et en accélérant l’exploitation des marchés émergents.

En réalité, les affaires entre la Chine et l’UE sont entrées dans un entonnoir depuis le deuxième trimestre 2010. Selon les constats de la douane chinoise, le ralentissement de la croissance en Europe a exercé une influence remarquable sur les exportations chinoises : en septembre, les exportations chinoises vers l’UE ont connu une croissance de 9,8 %, soit un ralentissement de 22,3 % en comparaison avec le mois précédent.

De nombreux hommes d’affaires présents à la foire ont indiqué que la durée de la crise de la dette souveraine et la récession économique en Europe allaient certainement se répercuter sur les exportations chinoises, notamment avec une baisse des commandes.

Selon Wang Jiefeng, directeur de Hongyou Compresseurs du Zhejiang, les commandes de l’UE représentent plus de 40% des exportations de la société. Pour l’instant, l’impact n’est pas énorme, mais la baisse du pouvoir d’achat en Europe va réduire la demande pour les produits extérieurs, et finalement les commandes aux exportateurs chinois.

En réalité, les commandes européennes de la société ont diminué de plus de 10 % depuis le début de cette année, révèle Wang Jiefeng. L’entreprise a même perdu contact avec des clients grecs, espagnols, italiens, etc. Parallèlement à la faible motivation des acheteurs, la société doit assurer la fiabilité des comptes clients.

Selon Wang, il est impossible pour l’entreprise de satisfaire aux exigences de ses clients malgré les pertes, et il est urgent de prendre les mesures nécessaires pour protéger les intérêts de la société. À cet effet, l’entreprise a investi plus massivement dans les R&D en vue d’augmenter la valeur ajoutée de ses produits. En même temps, pour garantir la fiabilité des comptes clients, la société a proposé de remplacer les crédits à échéance par des virements.

Pour Long Haiming, directeur de la distribution d’outre-mer de Fenglu Aluminium du Guangdong, il est normal de voir une baisse des commandes en raison de la crise de la dette souveraine en Europe. Comme les produits de Fenglu sont du haut de gamme, l’impact négatif est encore peu visible. Mais se mettant en garde contre la crise, la société a accéléré l’exploitation de nouveaux marchés en Amérique latine et en Asie du Sud-est, en même temps que le marché intérieur.

Selon Lu Lei, directeur de l’Institut des finances du Guangdong, les impacts de la crise européenne de la dette souveraine seront progressifs pour les exportations chinoises vers l’UE. Le mode de développement de l’économie chinoise se situe actuellement dans une étape de transformation en vue d’éviter une trop haute dépendance aux exportations. Ainsi, la baisse de la demande extérieure pousse plus ou moins vers la réorientation de la croissance sur la demande et la consommation intérieures.

La Chine dépasse les Etats-Unis en tant que premier partenaire commercial de l’UE en juillet

Ajouté au 17/10/2011 par SHI Lei

Le commerce entre la Chine et l’Union européenne (UE) a totalisé 35,6 milliards d’euros (49,4 milliards de dollars) en juillet. Le pays détrône ainsi les Etats-Unis comme premier partenaire commercial de l’UE, a annoncé le ministère chinois du Commerce, citant les dernières statistiques du Bureau des statistiques de l’UE (Eurostat).

La valeur totale des échanges commerciaux entre la Chine et l’UE au mois de juillet était supérieure de 800 millions d’euros à celle entre les Etats-Unis et l’UE, soit 13,4% du total des importations et des exportations de l’UE, selon les chiffres publiés par l’Eurostat.

Le commerce entre la Chine et l’UE a cependant reculé de 0,8% en juillet par rapport à la même période de l’année dernière.

La Chine demeure le deuxième plus grand marché destinataire des exportations de l’UE. L’Union européenne a réalisé en juillet des exportations d’une valeur de 11,7 milliards d’euros vers la Chine, soit une hausse de 12,3% en glissement annuel. Ce pourcentage est supérieur au taux de croissance des exportations totales de l’UE (4,1%).

L’UE a importé 23,9 milliards d’euros de produits chinois, ce qui représente une baisse de 6,2% en un an. La Chine se classe cependant en tête des pays exportateurs vers l’UE, et les produits en provenance de Chine représentaient 17,4% du total des importations de l’UE.

L’UE a annoncé un déficit commercial de 12,2 milliards d’euros avec la Chine en juillet.

« Précédent Suivant »