Président : la Chine continuera la réforme et la dynamique de développement en 2013

Ajouté au 02/01/2013 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a délivré lundi un discours pour le Nouvel An via les médias d’Etat.

Lors de son discours adressé aux audiences intérieures et extérieures, il a indiqué que le pays renforcerait la réforme et l’ouverture, ainsi que sa dynamique de modernisation en 2013.

Il a noté que le pays avait pour ambition de prendre un “bon départ” dans la nouvelle année pour réaliser les objectifs de développement présentés dans le rapport du 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC).

Selon le président chinois, l’année 2012 a été d’une grande et profonde importance dans le cours général du développement du pays.

Le 18e Congrès national du PCC et le premier plénum du 18e Comité central du PCC tenus en novembre ont conçu un programme pour permettre à la Chine d’achever la construction d’une société d’aisance moyenne et de renforcer la réforme et l’ouverture, a annoncé M. Hu.

Les événements ont également vu un changement en douceur de la direction centrale du PCC, a-t-il déclaré.

Sous la direction du Comité central du PCC avec Xi Jinping en tant que secrétaire général, le peuple chinois se dirige vers l’aboutissement de l’édification d’une société d’aisance moyenne, a-t-il ajouté.

Selon lui, la Chine continuera à transformer son modèle de développement économique, ainsi qu’à poursuivre le progrès tout en assurant la stabilité.

Chine : on cible le marché local pour vendre les articles de Noël

Ajouté au 26/12/2012 par SHI Lei

Lu Jianzhi fait rapidement le calcul des comptes d’un client chinois qui a acheté des articles de Noël à son magasin.

Dans le passé, une telle tâche aurait été terminée en octobre, mais le marché international déprimé a fait en sorte que, cette année, Mme Lu a dû cibler les clients du pays pour écouler ses articles de Noël.

« Les marchands étrangers demandent de l’information en mars et passent leurs commandes en juin. Nous exportons les marchandises en septembre et en octobre », a dit Mme Lu, une grossiste de la ville de Yiwu, dans la province de Zhejiang (Chine de l’Est), le plus grand centre de distribution du pays pour les menus articles.

« Cette année, le nombre de commandes des clients étrangers a chuté de près du tiers; nous espérons donc compenser les pertes par le marché intérieur », a indiqué Mme Lu.

Yiwu compte plus de 700 entreprises qui vendent des articles de Noël. Environ 40 % des articles de Noël sur le marché européen proviennent de la Chine, et cela atteint 70 % sur le marché américain.

Cependant, près de la moitié des sociétés ont dû changer leurs stratégies de marketing à cause de la chute de la demande.

Wang Liqun, président de Yiwu Youlide Handicraft Co Ltd, dont le total des exportations annuelles est de plus de 30 millions de yuans (4,8 millions $ US), a indiqué que les contrats avec certains grands supermarchés dans des villes comme Hangzhou et Nanjing ont été les sauveurs. « Un des contrats valait 5 millions de yuans », a indiqué M. Wang.

Selon Zhang Handong, directeur du Centre de recherches du Zhejiang sur le commerce international, la Chine doit augmenter la demande intérieure en articles de Noël.

Pour les entreprises, Internet est un autre canal. Taobao.com, le plus important détaillant en ligne en Chine, a enregistré une augmentation du commerce de Noël. Les arbres et les décorations de Noël ont été envoyés dans les villes et villages du pays plutôt qu’à l’étranger.

Les chinois préferent acheter les produits de luxe hors de Chine

Ajouté au 26/12/2012 par SHI Lei

Les chinois sont les premiers consommateurs de luxe dans le monde, ils ont fait en 2012 environ 2/3 de leurs achats hors de Chine continentale (63%), une proportion qui ne cesse d’augmenter.

« Cette proportion était déjà assez importante les années précédentes, mais elle a encore davantage augmenté en 2012. Pour info, elle était de 56% en 2009, 59% en 2010 et 60% en 2011?, d’après Joëlle de Montgolfier, directrice d’études du pôle européen de Bain & Company pour la Grande Consommation, la Distribution et le Luxe.

Ces chiffres incluent les achats faits à Hong Kong, à Macao et à Taïwan

Les Chinois ont réalisé 30% de leurs achats de produits de luxe à l’étranger, contre 26% en 2011.
Plusieurs explications à ce phénomène. « D’abord, le tourisme des Chinois est en train d’exploser dans le monde. Rien qu’en France, le nombre de touristes chinois est passé de 600.000 en 2009 à 1,1 million en 2011?.

« Ensuite, il y a un effet de report d’achats chez ceux qui vont voyager en Europe. A cause des différences de devises et des taxes supplémentaires qui existent en Chine, il peut y avoir un différentiel de prix de 30 à 40% entre la Chine et l’Europe sur un produit donné, en particulier pour les produits les plus chers comme l’horlogerie. Donc les Chinois attendent d’être en Europe pour acheter moins cher », souligne-t-elle.

De fait, en Chine continentale, les ventes de produits de luxe n’ont augmenté que de 7% en 2012.
Au total, les Chinois assurent désormais à eux seuls 25% des achats de produits de luxe dans le monde et constituent ainsi la nationalité la plus consommatrice en la matière devant les Américains.

En Chine ou ailleurs, les Chinois ont acheté pour environ 53 milliards d’euros de produits de luxe en 2012, alors que Bain & Company chiffre à 212 milliards d’euros le marché mondial du luxe en 2012.
Du côté des pays et régions, la « Grande Chine » a désormais dépassé le Japon dans le palmarès mondial, avec une valeur de marché de près de 23 milliards d’euros, mais reste loin derrière les Etats-Unis, premier marché mondial du luxe avec 59 milliards d’euros. Au Japon, les dépenses de produits de luxe pèsent 19,7 milliards d’euros, en Italie 18,2 milliards, en France 15,1 milliards (dont 10 milliards à Paris). La Chine continentale seule représente 15 milliards, Hong Kong 7 milliards d’euros et Macao près d’un milliard.

Les consommateurs chinois sont de plus en plus sophistiqués, et note « l’émergence progressive d’un luxe d’initiés, davantage porté sur la discrétion que l’ostentation ». A Pékin et à Shanghai, les Chinois « semblent se détourner (…) des logos et autres signes ostentatoires » pour rechercher davantage « l’exclusivité, la haute qualité et la sobriété ». Dans ces deux villes, 65% des consommateurs de luxe prévoient ainsi d’acheter moins de produits ayant une marque visible.
Et alors que les femmes chinoises désirent davantage des marques de cosmétique ou de mode, les hommes rêvent d’horlogerie.

Chine : les importations de charbon continueront d’augmenter en 2013

Ajouté au 26/12/2012 par SHI Lei

Les importations de charbon de la Chine devraient continuer d’augmenter en 2013, avec l’approvisionnement stable de principaux exportateurs tels que l’Indonésie et l’Australie, ont indiqué samedi des expert de l’industrie.

Au cours des onze premiers mois cette année, les importations de charbon ont atteint 245 millions de tonnes, en hausse de 34,9% sur un an, selon l’Association chinoise de transport et distribution du charbon.

Les importations pour l’an 2012 devraient atteindre 270 millions de tonnes.

Wang Zhanjun, président de l’association, a indiqué lors d’une réunion tenue dans la province du Shanxi (nord) que les importations devraient maintenir un “niveau élevé” l’an prochain.

Le pays est devenu un pur importateur de charbon en 2009.

Le volume du charbon importé a augmenté de manière stable ces trois dernières années en raison du déclin des prix sur le marché international et de la réduction des coûts de transport, ont expliqué des experts participant à cette réunion sur le marché du charbon en Chine.

Les chinois et le chocolat importé

Ajouté au 21/12/2012 par SHI Lei

Le Marché  chinois des chocolats d’importation
La Chine est devenue le moteur pour le marché mondial du chocolat. Sa croissance annuelle de 30% et sa population importante ont attiré les enseignes de chocolat de tous les coins du monde. Une compréhension approfondie des consommateurs chinois  est la clé pour pénétrer le marché du chocolat en Chine.

Etat des lieux
Longtemps considéré comme un produit exotique, il a fallu des décennies pour que les Chinois se mettent au chocolat. Le marché reste jeune. Selon les données de l’Association des fabricants de chocolat, les chinois consomme consomme en moyenne 70 grammes de chocolat chaque année. Ce n’est rien en comparaison des 2 kilos consommés par les japonais et  je ne parles même pas des 7 kilos consommés par les européens. Cependant il ne faut pas perdre de vue la taille du marché chinois et sa jeunesse qui lui confèrent un fort potentiel de croissance.

marché potentiel
Le marché chinois a ainsi connu une croissance annuelle de 40% en 2008 alors que la croissance mondiale la même année n’était que de 10%.  Un rapport du cabinet Bain considère que la croissance annuelle chinoise du marché du chocolat devrait se maintenir autour de 11% au cours des 5 prochaines années. Cela peut sembler peu comparer à l’estimation à 30% de croissance du rapport de  AC Nielsen. Qui a raison ? Au fond cela importe peu. L’essentiel est que tout le monde s’entend sur  l’énorme potentiel du marché chinois du chocolat d’importation.
Aujourd’hui dans un supermarché à Shanghai, vous pouvez facilement trouver plus de 70 marques de chocolat différentes. La plupart sont des marques étrangères. Une étude sur les habitudes de consommation des consommateurs chinois de chocolat indique que les chocolats de marques étrangères sont plus populaires:

32,1% des consommateurs préfèrent les marques étrangères
seulement 22,2% préfèrent les marques locales

Les entreprises locales ont encore besoin de temps pour améliorer leurs produits qui sont encore de qualité médiocre. En conséquence, environ 90% du marché est occupé par les marques étrangères. Les Big Four (quatre plus grandes entreprises sur le marché du chocolat en Chine) que sont dans l’ordre d’importance Dove, Ferrero, Cadbury et Leconte ont pris plus de 70% du marché. Or Seule Leconte est une marque chinoise ! Parmi les trois marques étrangères, Dove a pris un tiers du marché.

Ces quatre marques se positionnent sur le  haut de gamme. Viennent les marques UHA, Meiji et Lindt & Sprüngli qui occupe le moyen de gamme tandis que le reste du marché est pris par des entreprises locales.
Une bonne nouvelle pour le chocolat importé est que la nouvelle génération a une compréhension beaucoup plus profonde du chocolat: de sa fabrication, des différents types de chocolats et de leur histoire.Une véritable culture du chocolat est en train de naitre en Chine.
Points de vente des chocolats importés

Quels sont les facteurs qui poussent les chinois à acheter du chocolat importé ? Un rapport montre que les facteurs clefs sont dans l’ordre: goût (30%), la marque (18%) et enfin le prix (7%).

1. Goût

Il suffit de jetter un coup d’oeil aux slogans des marques principales pour voir que le goût est LE  facteur  déterminant de l’achat de chocolat:

Dove: ?? ??, ?? ?? (Savoureux comme le lait et doux comme la soie)
Ferrero: ? ? ??, ???? (Laissez-le fondre et laissez parler vos émotions !)
Cadbury: ?? (La douceur)

Il est vrai qu’en Chine, le goût est le facteur le plus important en ce qui concerne le marché du chocolat, mais moins que pour les consommateurs occidentaux. Un rapport montre que 66% des consommateurs occidentaux mettent en avant le goût comme facteur le plus important, contre 30% des consommateurs chinois.

2. Marque

La marque est un facteur d’achat de plus en plus important.
Tout d’abord, une grande partie des chocolats importés achetés en Chine sont des cadeaux.Pour les jeunes hommes chinois, une boite de chocolat délicatement emballée est devenu un must pour montrer leur amour à leurs petites amies. Lors de la Journée de la Saint-Valentin chinoise la moitié des 10 premiers articles vendus en ligne étaient des chocolats.
Outre leur présentation plus soignée, les chocolats importés bénéficient également d’une renommée pour la qualité de leurs ingrédients de base. Avec une préoccupation croissante pour les questions de santé et de sécurité alimentaire, les consommateurs chinois sont de plus en plus attention aux ingrédients des chocolats et dans ce domaine les chocolat importés inspirent confiance au détriment des marques locales.

3. Prix

Quand le chocolat est apparu en Chine, le prix d’une boîte de chocolats importés était exorbitant.Aujourd’hui, le chocolat est devenu un produit alimentaire auquel la majorité des gens peuvent avoir accès. Certaines marques de chocolat restent célèbres pour leur prix élevé, comme Ferrero Ferrero mais parce qu’elles visent  le marché haut de gamme où le prix est  important de montrer sa valeur. Et certains consommateur recherchent ce prix élevé pour se donner de la face.

Le programme de la Chine, une chance pour les sociétés européennes

Ajouté au 21/12/2012 par SHI Lei

Le programme politique, établi lors de la conférence centrale sur le travail économique qui s’est tenue le week-end dernier, profitera non seulement à la Chine, mais apportera des opportunités aux entreprises européennes, selon des experts.

« C’est un signe positif que la Chine va s’orienter vers un modèle de croissance orienté vers la consommation intérieure », a déclaré Françoise Nicolas, économiste principale et directrice du Centre des études asiatiques à l’Institut français des relations internationales.

La Chine ne peut plus enregistrer un taux de croissance relativement plus élevé en se basant sur les exportations et l’investissement, a-t-elle déclaré.

« Ce type de stratégie de croissance est chose du passé et vous devez changer de vitesse. Les dirigeants chinois sont très sensibilisés à ce problème », a indiqué Mme Nicolas.

« Si le gouvernement déploie des efforts importants pour élargir le marché chinois et vraiment l’ouvrir davantage, cela sera extrêmement positif pour les sociétés françaises et européennes. »

Antoine Doyon, directeur associé du cabinet de consultations Arthur D. Little, a dit que lorsque la Chine accorde plus d’attention à l’augmentation la demande intérieure, les entreprises privées et étrangères en profitent.

Selon lui, des secteurs de services tels que les biens de consommation courante, la logistique, la sous-traitante des TI et les secteurs industriels à forte teneur en technologie de pointe et à valeur ajoutée offriront des opportunités aux investisseurs étrangers, alors que les secteurs à forte intensité de main d’œuvre et de capitaux ne feront pas aussi bonne figure.

Pour profiter d’une économie basée sur les services et impulsée par la consommation, les « entreprises étrangères devront réexaminer leurs propositions de vente uniques et prêter une attention supplémentaire au produit et aux caractéristiques de service que les consommateurs chinois aimeront », a-t-il affirmé.

Les capacités et la recherche et développement sur le plan local auront de plus en plus d’importance, a ajouté M. Doyon.

L’urbanisation est soulignée dans le programme du gouvernement, et elle est considérée comme un nouveau moteur de la croissance économique. Selon les experts, c’est également un secteur dont beaucoup d’entreprises européennes peuvent profiter.

Duncan Freeman, chargé de recherches à l’Institut de Bruxelles pour les études chinoises contemporaines, a indiqué que l’accent sur l’urbanisation et la qualité de l’urbanisation signifient que les produits et services employés par les consommateurs urbains bien nantis seront de plus en plus demandés. François Godement, professeur à l’Institut des études politiques de Paris, a indiqué : « D’un point de vue français ou européen, l’accent sur l’urbanisation est bienvenue, parce que c’est un secteur où nous avons beaucoup d’expertise et de technologies à offrir, si le marché est ouvert. »

Selon ce dernier, la France et l’Europe envisagent un plus grand nombre de mesures pour donner accès aux marchés publics de la Chine, permettre l’investissement dans les services et la finance, et offrir l’égalité en matière de conditions de crédit aux sociétés publiques et privées, y compris aux entreprises étrangères.

À la conférence, il a été déclaré que des principes écologiques devraient être intégrés dans le processus d’urbanisation qui devrait être respectueux de l’environnement.

Janez Potocnik, commissaire européen à l’environnement, a indiqué que l’accent mis sur la protection de l’environnement apportera d’énormes opportunités économiques aux entreprises européennes.

Selon lui, la vision de l’Europe et celle de la Chine sont très semblables quand il s’agit de l’importance des questions environnementales. L’Europe a également une stratégie de croissance, et les Européens veulent que l’Union européenne devienne une économie intelligente, durable et ouverte.

« Tout comme la feuille de route de l’UE, la stratégie de la Chine met l’accent sur des aspirations très semblables ? améliorer l’efficacité ? et elle le fait en utilisant les ressources naturelles, dont l’énergie, et en présentant de nouveaux objectifs de réduction des principaux polluants », a-t-il dit.

Les Chinois fortunés continuent à partir à l’étranger

Ajouté au 21/12/2012 par SHI Lei

Un rapport sur la situation migratoire en Chine publié lundi estime que la tendance d’un nombre croissant de citoyens fortunés à émigrer se poursuivra dans les années à venir.

Selon le Rapport annuel sur les migrations internationales des Chinois en 2012, les principaux facteurs de cette émigration comprennent une quête de ressources éducatives plus satisfaisantes, des environnements d’investissement plus sûrs et une meilleure qualité de vie.

Le rapport, publié par les Presses de l’Académie des sciences sociales, note que ce phénomène engendrera probablement des pertes pour le pays en termes d’actifs et de talents, formera des obstacles à la supervision des actifs non performants par le gouvernement et compliquera le développement de l’économie réelle chinoise.

Selon le rapport, il y avait plus de 45 millions de Chinois à l’étranger en 2010, qui formaient la plus grande diaspora mondiale.

En 2011, plus de 150 000 Chinois ont obtenu le statut de résident permanent dans les destinations principales d’immigration. Les États-Unis, le Canada et l’Australie étaient les trois destinations les plus populaires.

Le rapport indique que la plupart des émigrés sont des individus fortunés qui investissent dans l’immobilier et les actions.

Les Chinois, plus gros consommateurs de luxe du monde

Ajouté au 18/12/2012 par SHI Lei

Les Chinois sont désormais les plus gros consommateurs de luxe de la planète, supplantant les Etats-Unis. Les acheteurs de l’Empire du milieu sont responsables de 25% des ventes mondiales, selon le cabinet d’analyse Bain & Co, cité par Bloomberg. Les Américains, eux, représentent 20% des ventes, devant les Japonais à 14%.

Conséquence de cet engouement chinois, les grands groupes de luxe comme Burberry ou Prada ont développé leur présence en Asie. Les ventes de produits de luxe en Chine, estimées à près de 13 milliards d’euros en 2011, devraient augmenter cette année de 7%. Un recul par rapport à la progression de 30% qu’a connue 2011, dû à la crise en Chine. Les Chinois ont aussi tendance à acheter plus lors de leurs déplacements à l’étranger : en Europe, par exemple, les prix peuvent être inférieurs de 40% à ceux pratiqués en Chine, en raison d’un euro faible et de taxe moins lourdes.

Une rue pékinoise sera bientôt un paradis de la détaxe

Ajouté au 18/12/2012 par SHI Lei

Beijing envisage de transformer son « quartier russe » en première zone commerçante duty free du centre-ville, suite à l’annonce la semaine dernière d’une politique de 72 heures d’exemption de visa pour les touristes étrangers à partir du 1er janvier prochain. Les autorités de la ville ont révélé que le projet étudie la transformation de la rue Yabao, une artère commerciale qui attire de nombreux commerçants étrangers, en zone pilote constituée de points de détaxe et en boutiques duty free.

« Les plans détaillés seront établis au début de l’année prochaine en ce qui concerne la taille des magasins et le nombre de marques présentes », a déclaré Hong Guangxin, directeur adjoint de la Commission municipale du commerce de l’arrondissement Chaoyang.

Ce centre traditionnel de commerce de marchandises en provenance de Russie et d’autres pays d’Europe est situé à proximité du deuxième périphérique, à côté d’une zone réputée pour ses vendeurs de fourrures.

M. Hong indiqué que les autorités municipales ont signé une lettre de coopération stratégique avec le China Duty Free Group en mai lors de la Foire internationale du commerce et des services de Chine qui s’est tenue à Beijing, précisant les plans conjoints de mise en place de boutiques hors taxes dans le quartier d’affaires CBD (Central Business District) de la capitale.

Selon l’accord, les touristes étrangers seront en mesure d’obtenir le remboursement des taxes payées sur leurs achats et acheter directement des produits détaxés dans le centre-ville, et non plus seulement à l’aéroport.

Ces magasins duty free seront essentiellement destinés aux touristes étrangers, on ignore pour l’instant s’ils seront ouverts aux résidents locaux qui ont l’intention de sortir du pays.

Le long de la rue Yabao lundi, les vendeurs savaient peu de ces projets, et certains ont exprimé leurs inquiétudes quant à l’impact possible de l’arrivée de grandes boutiques hors taxes dans ce qui est déjà un centre commercial très concurrentiel.

Les propriétaires de boutiques et de stands au marché Yabao ont affirmé que les affaires tournent au ralenti depuis le début de l’année, ce qu’ils attribuaient au renforcement du yuan par rapport aux devises étrangères.

« Il est de plus en plus difficile de faire des affaires en ce moment, et les touristes étrangers sont moins enclins à dépenser leurs devises qui se retrouvent dévaluées face au yuan » a déclaré Fang Yingqiao, une vendeuse de thé chinois.

« Auparavant, ils dépensaient sans compter. Maintenant, ils sont de plus en plus exigeants dans leurs négociations », a-t-elle ajouté.

Qiao Yongfang, qui dirige une entreprise de vente en gros de nappes sur le marché, a déclaré qu’elle espérait que la nouvelle zone franche attirerait davantage de consommateurs expatriés.

« Le centre commercial hors taxes pourrait avoir plus d’impact sur les magasins de détail. J’espère que davantage de grossistes seront inclus dans le plan », a-t-elle expliqué.

Alyona Belousova, une jeune femme de 30 ans originaire de la ville russe de Novosibirsk, a dit qu’elle attendait l’installation de la zone détaxée avec impatience.

« J’aime la rue Yabao parce que les marchandises y sont vraiment bon marché. J’espère que la zone franche maintiendra ses avantages en termes de prix », a-t-elle déclaré.

Les autorités de Beijing ont annoncé la semaine dernière que les visiteurs en provenance de 45 pays qui détiennent un billet pour un pays tiers pourront séjourner trois jours dans la ville sans visa.

Selon les termes de cette mesure, les touristes étrangers doivent rester à Beijing, et ceux qui voyagent dans d’autres villes sans autorisation pourraient s’exposer à des poursuites, selon Gao Huada, directeur adjoint de l’administration des entrées et sorties du Bureau de la sécurité publique de Beijing.

La commission municipale de Chaoyang estime que l’exemption de visa devrait attirer 600 000 à 800 000 touristes en transit supplémentaires l’année prochaine.

Lu Yong, directeur du Comité de développement du tourisme de Beijing, a déclaré que la mise en place zone franche répondant aux normes internationales permettra d’améliorer les chiffres du tourisme.

Les nouvelles dispositions relatives à l’exemption de visa seront applicables aux ressortissants de 45 pays, dont les États-Unis, la France, l’Italie, le Canada, le Brésil, l’Allemagne, l’Espagne, l’Australie, l’Argentine, le Japon et Singapour, selon le comité.

Chine : la croissance des exportations et importations ralentit en novembre

Ajouté au 18/12/2012 par SHI Lei

La croissance des exportations et importations en Chine a ralenti en novembre par rapport à l’année précédente, l’excédent commercial mensuel du pays ayant baissé à 19,63 milliards de dollars, montrent lundi les données douanières.

Les exportations ont augmenté de 2,9% en base annuelle en novembre contre 11,6% en octobre, soit moins que les estimations du marché à 9%.

La croissance des importations est restée inchangée par rapport aux chiffres de novembre 2011, et inférieure à celle de 2,4% enregistrée en octobre, a indiqué l’Administration générale des Douanes.

Li Jian, expert en commerce étranger de l’Institut de recherche du ministère du Commerce, a indiqué que le ralentissement était causé par une base de comparaison plus élevée que l’année précédente, alors que le mois de novembre de l’année dernière avait connu le plus gros volume mensuel d’importations et le troisième plus grand volume mensuel d’exportations en 2011.

L’excédent commercial étranger s’est contracté à 19,63 milliards de dollars en novembre contre 31,99 milliards de dollars en octobre et 27,67 milliards de dollars en septembre.

Durant les 11 premiers mois, le commerce extérieur chinois a augmenté de 5,8% en glissement annuel, en dessous de l’objectif du gouvernement pour 2012 fixé à 10%.

La Chine avait fixé l’objectif d’une croissance de 10% pour l’année 2012, un chiffre que des responsables ont concédé être difficile à réaliser.

Selon M. Li, le volume du commerce extérieur pour toute l’année devrait augmenter de 6 à 7% par rapport à l’année dernière.

Le volume du commerce entre la Chine et l’UE, le plus grand partenaire commercial du pays, a baissé de 4,1% sur un an entre janvier et novembre, alors que celui avec les Etats-Unis, son deuxième plus grand partenaire, a augmenté de 8,2% sur un an.

Le commerce avec le Japon a connu une baisse de 2,9% par rapport à la même période l’année précédente, selon les données douanières.

Les données du commerce sont arrivés après que des chiffres du gouvernement ont révélé dimanche une reprise de la deuxième plus grande économie mondiale.

Selon ces chiffres, la production industrielle du pays a continué à augmenter, l’inflation à la consommation est restée faible, tandis que les ventes en détails ont maintenu une forte croissance.

L’économie a connu une croissance de 7,4% au cours du troisième trimestre de l’année, en ralentissement pour le septième trimestre consécutif.

« Précédent