La 7e Conférence de l’Institut Confucius va s’ouvrir

Ajouté au 18/12/2012 par SHI Lei

Des présidents d’universités étrangères et chinoises de 108 pays et régions, ainsi que le directeur de l’Institut Confucius participeront à la 7e Conférence de l’Institut Confucius, qui se tiendra du 16 au 18 décembre à Beijing. Les dirigeants chinois seront présents pour prononcer des discours pendant la cérémonie d’ouverture qui se tiendra ce soir.

Chine : Salon asiatique du thé au Zhejiang

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le Salon asiatique du thé s’est ouvert récemment à Hangzhou, capitale de la province orientale du Zhejiang, en Chine. Des spécialistes de la cérémonie du thé venus de plusieurs pays et régions ont participé mercredi 24 octobre à la finale du concours de cérémonie du thé.

Belgique : inauguration de l’exposition "Age d’or de la Chine, trésories de la dynastie des Tang" à Maaseik

Ajouté au 14/05/2012 par SHI Lei

L’exposition “Age d’or de la Chine, trésories de la dynastie des Tang” a été inaugurée vendredi au musée de la ville de Maaseik dans la province du Limbourg, est de la Belgique, en présence de la princesse Mathilde et de l’ambassadeur chinois en Belgique, Liao Liqiang.

185 antiquités en 120 groupes datant de la période du 7ème au 9ème siècles après J-C et n’ayant jamais quitté la Chine y seront exposées du 11 mai au 20 octobre. Il s’agit d’une collection de 14 musées de la province du Shaanxi, capitale de 14 dynasties dans l’histoire chinoise.

La Chine médiévale a atteint son apogée sous la dynastie des Tang (618 – 907 après J-C), pendant cette période, la “Route de la Soie” était marquée par son grand succès dans les échanges fructueux entre la culture chinoise et la culture occidentale. A l’occasion de l’exposition, les visiteurs peuvent voir des statues de “personnalités de l’Ouest” en poterie tricolore. Des objets religieux en or, des fresques, des sculptures sur pierre, des poteries représentent la grande richesse de la dynastie des Tang.

Différents thèmes sont distingués et mis en lumière dans l’exposition : composantes sociales, femmes et hommes ; composantes culturelles, commerçants, commerce et production, sport et exercice physique, bouddhisme, mystique, art et littérature.

Durant l’exposition, différentes manifestations seront également organisées à savoir conférences, cours, sessions culinaires, cérémonies de thé et spectacle d’acrobatie.

C’est la deuxième fois que l’ancienne église des Frères mineurs de Maaseik accueille une exposition sur l’histoire chinoise, après celle “Armée de terre cuite de Xi’an” du 1er octobre 2008 au 31 mars 2009. Avec 150.000 visiteurs, cette dernière exposition a créé un record pour les musées de Maaseik qui se trouve proche de la frontière hollandaise.

Cérémonie à la mémoire de Confucius au printemps 2012

Ajouté au 04/05/2012 par SHI Lei

Le 29 avril, une cérémonie commémorative de Confucius 2012 s’est tenue au Temple de Confucius à Tianjin. Les spectacles de style traditionnel ont attiré beaucoup de visiteurs.

La médecine traditionnelle chinoise gagne l’Europe

Ajouté au 23/04/2012 par SHI Lei

Une médicament de la médecine traditionnelle chinoise a été autorisé pour la première fois à la vente sur un marché européen, a annoncé mercredi l’Académie chinoise des sciences (ACS).

Des experts de l’industrie ont déclaré que cette approbation ouvrira certainement la voie à la médecine traditionnelle chinoise (TCM) pour entrer sur le marché éuropéen grand public.

Diao Xin Xue Kang, un médicament bien connu à base de plantes produit par le Groupe Diao à Chengdu, a reçu l’autorisation de commercialisation du Conseil d’évaluation des médicaments des Pays-Bas (MEB), ce qui en fait le premier médicament traditionnel chinois à être reconnu comme un médicament thérapeutique dans l’Union européenne.

“C’est une étape importante pour la TCM de pénétrer un marché grand public”, a déclaré mercredi le ministre de la Santé Chen Zhu lors d’une conférence organisée par l’Académie chinoise des sciences à Beijing.

Ce premier succès est “la preuve que les entreprises chinoises sont capables de produire des médicaments de haut niveau”, a-t-il souligné.

Bai Chunli, président de l’Académie chinoise des sciences, a exhorté les institutions de recherche sur la TCM à se concentrer aujourd’hui davantage sur le marché européen.

«En plus de renforcer la recherche, j’espère qu’ils pourront également étudier les conditions d’autorisation des différents pays, de sorte que de plus en plus de médicaments puissent avoir un accès au marché haut de gamme», a-t-il déclaré.

Sang Guowei, vice-président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, a déclaré que la MTC pourra enfin entrer en Europe “à juste titre”.

La certification de Diao Xin Kang Xue fait suite à une interdiction de l’UE des médicaments traditionnels chinois en mai 2011, visant à empêcher les plantes médicinales non autorisées à êtres vendues comme compléments alimentaires.

“Cette nouvelle autorisation marque une première pour la médecine traditionnelle chinoise qui fait un pas sur le marché de la santé grand public”, a déclaré Zhang Boli, un membre de l’Académie chinoise d’ingénierie et président de l’Académie des sciences médicales chinoises.

Zhang a aussi expliqué que sept ou huit sociétés chinoises de TCM avaient déjà essayé d’accéder au marché de l’UE.

“Peut-être une ou deux d’entre elles recevront l’autorisation l’année prochaine. Et, cela pourra conduire à davantage de candidats, l’influence de la MTC progressant sur le marché international», a-t-il ajouté.

Des rapports antérieurs montrent que la compagnie Qixing Guangzhou Pharmaceutical, la compagnie Foci Pharmaceutical à Lanzhou et Tongrentang à Beijing s’efforcent également d’atteindre le marché de l’UE.

“Ce produit est également le premier médicament à base de plantes qui pénètre le marché de l’UE et provenant d’un pays qui n’est pas un Etat membre de l’UE”, a déclaré Li Bogang, président du Groupe Diao.

Li a confié qu’il a fallu six ans au groupe pour obtenir la certification des Pays-Bas, bien que le médicament soit vendu en Chine depuis 1988.

Le groupe a effectué deux années de recherche sur les substances actives dans les médicaments MTC avec l’aide de l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique appliquée.

Pour Li, “Sans l’aide de l’organisme de recherche, la demande aurait pris plus de temps”.”Le Diao Xin Kang Xue ne contient qu’une seule portion de médecine traditionnelle, ce qui rend la recherche beaucoup plus facile par rapport à un médicament composé, nous avons donc décidé de l’utiliser dans notre première tentative pour arriver au marché de l’UE.”

Chen Keji, un membre de l’Académie chinoise des sciences et président de l’Association chinoise de médecine intégrative, a insisté sur le fait que l’identification des substances actives est essentielle lors de l’application pour entrer dans le marché de l’UE.

“En Chine, nous n’avons actuellement pas d’exigences strictes pour l’étude de substances actives, en particulier dans les médicaments composés,” a fait observer Chen. “Par exemple, un médecin peut dans la TCM ajouter ou retirer certaines herbes dans les ordonnances pour des patients différents.”

“Toutefois, le principe de guérison est similaire pour la MTC et la médecine occidentale, il est donc préférable de trouver les parties efficaces dans tous les médicaments.”

Liu Jun, ingénieur en chef du département de recherche de la compagnie Guangzhou Qixing Pharmaceutical, note que la recherche fondamentale en substances actives a commencé en 2011 et prendra fin dans environ un an.

“Nous sommes susceptibles de promouvoir prochainement nos produits Xiaoyaowan et Biyanpian. Les deux sont des médicaments composés,” indique Liu. «Par rapport à Diao Xin Kang Xue, le médicament composé est plus complexe, de sorte que cela prend plus de temps.”

La Chine redémarrera les opérations de repêchage d’un navire ancien

Ajouté au 16/04/2012 par SHI Lei

Des archéologues chinois ont annoncé samedi qu’ils allaient relancer les expéditions de fouilles sous-marines destinées à récupérer les objets de valeur historique de l’épave du Nan’ao 1, un navire de commerce qui avait coulé dans les eaux au large de la province méridionale du Guangdong il y a 500 ans environ.

Les opérations qui commenceront fin avril ou début de mai, seront la troisième du genre sur les vestiges de l’épave du Nan’ao 1. Durant les deux précédentes campagnes, les archéologues avaient recouvré plus de 20 000 objets anciens, dont des pièces en porcelaine et de la monnaie en cuivre.

Le navire avait coulé dans les eaux de Sandianjin au large du district de Nan’ao vers le milieu ou à la fin de la dynastie des Ming (1368-1644). Selon certaines hypothèses, il se dirigeait vers les Philippines et la Malaisie lorsqu’il a sombré, a déclaré Cui Yong, chef d’une équipe d’archéologues.

Le Guangdong était déjà une des principales plateformes du commerce maritime chinois dans la Chine ancienne.

Certains experts sont convaincus que le navire faisait de la contrebande de métaux car des feuilles et des pièces en cuivre ont été découvertes parmi les vestiges de l’épave, alors que leur exportation était interdite à l’époque.

Durant certaines périodes dynastiques chinoises, dont la dynastie des Ming, les exportations de cuivre étaient interdites, car le métal était précieux et utilisé généralement pour produire des pièces, une des principales monnaies de cette époque.

La campagne de fouilles s’achèvera très probablement dans le courant de l’année, a précisé M. Cui.

Des pêcheurs locaux ont découvert en mai 2007 les vestiges de l’épave du Nan’ao 1, qui fait environ 25 mètres de long sur sept mètres de large. Le navire est envasé par 27 mètres de fond, à environ 5,6 miles nautiques de la ville de Shantou.

Le patrimoine culturel affronte le défi urbain

Ajouté au 13/04/2012 par SHI Lei

La rapide urbanisation à grande échelle et un développement rural peu approprié sont les principaux défis à relever pour protéger le patrimoine culturel de la Chine, ont affirmé les experts.

Le VIIe Forum de Wuxi sur la conservation du patrimoine culturel de la Chine a permis d’apprendre, mercredi, que le développement inapproprié dans des régions rurales avait endommagé la structure, l’environnement et les caractéristiques de certains villages historiques en Chine.

La relation harmonieuse entre l’homme et la nature a été brisée, et l’urbanisation accélérée a poussé les villes et villages historiques à accueillir de grosses populations, a déclaré Tong Mingkang, directeur adjoint de l’Administration d’État du patrimoine culturel, lors du Forum de Wuxi, province du Jiangsu (Chine de l’Est).

Les statistiques ont montré que le total des zones urbaines construites en Chine avait doublé, passant à 40 000 km2 de 1996 à 2010.

« Au cours des deux décennies de développement rapide, des problèmes ont été mis au jour concernant le développement durable du patrimoine culturel. De plus, la viabilité de la protection du patrimoine culturel est devenue un gros défi, étant donné les ressources actuelles et les conditions de l’environnement », a déclaré Chen Tongbin, membre principal du Groupe chinois de recherche et de conception en architecture.

Zhang Jie, professeur d’architecture à l’université Tsinghua, a souligné : « Bien que notre pays ait un patrimoine culturel varié, tous ses éléments ne conviennent pas nécessairement au tourisme. Nous devrions protéger et développer des traditions en accord avec leurs caractéristiques différentes et sur la base d’enquêtes approfondies. »

Dans certaines régions sous-développées de la Chine, des bâtiments et villages historiques ont été abandonnés, car un nombre croissant de personnes se déplacent vers les villes, alors que d’autres se sont détériorés en raison d’un manque d’entretien, a-t-on exprimé lors du forum.

Parallèlement, dans les zones urbaines, il est devenu tendance de développer des rues à l’ancienne dans la poursuite d’objectifs modernes, tels que des centres commerciaux ou des carrefours de divertissement.

Abhimayu Singh, représentant de l’Unesco en Chine, a déclaré que ce n’est qu’en comprenant que le patrimoine culturel est le cœur du développement social que les gens pourront savoir que la protection du patrimoine est une « responsabilité mutuelle » et pas seulement une « étiquette ».

Mounir Bouchenaki, conseiller spécial à l’Unesco, a indiqué que les gens devraient faire savoir aux décideurs qu’investir dans le patrimoine culturel est la clé du développement social.

Au cours du XIIe Plan quinquennal, l’Administration d’État du patrimoine culturel va dresser une liste préparatoire « crédible, représentative et équilibrée » du patrimoine mondial culturel de la Chine, a indiqué Tong Mingkang.

Ce dernier a ajouté que l’organisme va également mettre en place un système d’alerte et de surveillance partout au pays afin de combiner les efforts de conservation d’urgence et le patrimoine culturel.

Une « proposition de Wuxi » a été formulée mercredi afin de promouvoir le développement durable des sites du patrimoine mondial, et elle sera l’une des activités commémoratives du quarantième anniversaire de la Convention de l’UNESCO concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

Établie en 1972, la convention compte maintenant 188 pays membres et 936 sites du patrimoine mondial. Depuis 1985, année depuis laquelle la Chine participe à la convention, celle-ci a listé 41 sites du patrimoine – 29 sites du patrimoine culturel, huit sites du patrimoine naturels, et quatre sites du patrimoine mixte.

Des Chinois rendent hommage à un empereur légendaire à Huangling

Ajouté au 05/04/2012 par SHI Lei

Plus de 10 000 personnes ont assisté mercredi à une cérémonie organisée dans la province du Shaanxi (nord-ouest) pour rendre hommage à Huangdi, l’Empereur Jaune, qui est considéré comme le fondateur de la civilisation chinoise et l’ancêtre des Chinois.

La cérémonie s’est déroulée dans le mausolée de l’empereur, situé dans le district de Huangling de la province du Shaanxi, à l’occasion de la fête de Qingming, ou fête traditionnelle des morts en Chine.

L’Empereur Jaune, un souverain et héros culturel de la mythologie chinoise, aurait régné de 2 697 av. J.-C. à 2 598 av. J.-C. Les actes qui lui sont attribués ont été embellis par l’histoire. Il aurait ainsi introduit les systèmes de gouvernement et de lois, civilisé la Terre, enseigné de nombreux savoirs à la population et inventé toutes sortes d’objets.

Les Chinois commémorent l’Empereur Jaune depuis la période des Printemps et des Automnes, vers 8 av. J.-C., et se surnomment souvent eux-même comme “fils et petits-fils des empereurs Huangdi et Yandi”.

 

Comment préparer le riz gluant aux cinq couleurs pour célébrer la Fête de Qingming

Ajouté au 05/04/2012 par SHI Lei

Le riz gluant aux cinq couleurs est un plat important pour la majorité des minorités ethniques des régions montagneuses du nord du Vietnam. Le nom du plat vient de ses 5 couleurs.

Cependant, ce plat peut changer de nom en fonction des régions. Par exemple, le groupe ethnique Muong l’appelle le riz gluant multi-couleur ; le groupe ethnique Tay l’appelle le riz gluant aux cinq couleurs et d’autres l’appellent le riz gluant Dam Den, etc. Pendant les jours de fête ou pour toute autre occasion particulière, les femmes vont chercher les feuilles qui produisent différentes couleurs afin de préparer cette cuisine spéciale et intéressante.

En un mot, ce qui donne au riz ses couleurs n’est pas une substance chimique, mais des feuilles naturelles. Dans la croyance vietnamienne, les cinq couleurs de ce plat représentent les cinq éléments de la vie : le jaune pour la terre, le vert pour la végétation, le rouge pour le feu, le blanc pour les métaux, et le noir pour l’eau. Les gens pensent que l’existence de ces cinq éléments sont sources de bien-être au paradis et sur terre. Ainsi, afin d’obtenir la couleur désirée, ils doivent trouver et rassembler exactement ces feuilles. Ces feuilles sont ensuite bouillies avant d’être placées dans un grand bol avec du riz pour créer les différentes couleurs.

Dans le passé, lorsqu’elles devaient préparer le riz gluant aux cinq couleurs, les femmes les chercher en forêt. Heureusement, de nos jours, le riz gluant aux cinq couleurs est non seulement un plat traditionnel mais également une délicieuse spécialité apprécié de tous les voyageurs. En conséquence, les gens ont décidé de faire pousser ces arbres dans leur jardin pour ensuite vendre leurs feuilles sur les marchés. Ces feuilles naturellement colorées sont ensuite utilisées dans la préparation de ce merveilleux le riz gluant qui fait le plaisir de tous.

Le groupe ethnique Zhuang a pour tradition une tradition de préparer le riz gluant aux cinq couleurs pendant la Fête de Qingming, également connue sous le nom de la Fête du balayage des tombes qui a lieu, cette année, le 4 avril. Coloré par le bain de plantes herbacées naturelles telles que le lys de jour et la feuille d’érable, le riz gluant aux cinq couleurs symbolise la bonne récolte à venir.

 

Les moines de Shaolin guident le temple vers une nouvelle image

Ajouté au 31/03/2012 par SHI Lei

Comme le dit un adage ancien, « le changement vient de l’intérieur ».

C’est un message que le Temple de Shaolin a fait sien : les moines qui y habitent cherchent en effet à améliorer l’image du lieu saint, après une vague de critiques qu’il a subi l’année dernière.

Depuis février, au moins 20 moines du plus célèbre monastère bouddhiste de Chine ont en effet commencé à travailler comme guides gratuits pour les touristes.

Parmi eux se trouvent des diplômés de collèges bouddhiques, et chacun a suivi deux semaines de formation, a dit Zheng Shumin, Directeur de la communication du temple.

« C’est un honneur de présenter l’histoire glorieuse du temple aux visiteurs », a déclaré Yan Xin, un moine âgé d’une vingtaine d’années, le 17 mars.

Cet après-midi-là, il a conduit deux groupes, et au cours de la visite, il a déclamé des poèmes antiques gravés sur des tablettes de pierre, et raconté des anecdotes sur de nombreuses calligraphies et œuvres de peinture.

« Je pratique les arts martiaux tous les jours et je garde une bonne forme physique, donc je ne me sens pas fatigué », a-t-il dit.

Le service de visites guidées gratuites a été mis en place après la crise des relations publiques de décembre dernier, lorsque le temple a été critiqué par l’Association Nationale du Tourisme pour ses conditions et services, jugés mauvais.

L’association avait ainsi déclaré que ses inspecteurs avaient trouvé un parking en désordre, une abondance de vendeurs de souvenirs un peu trop présents, ainsi que de nombreuses personnes habillées en moines proposant des services ou produits de diseurs de bonne aventure.

Après cette vague de critiques, Le Quotidien du Peuple avait rapporté que la police avait arrêté plus de 63 personnes ayant violé la réglementation relative au tourisme à Dengfeng, tandis que quatre employés du Temple de Shaolin ont été licenciés. Dix guides touristiques ont également été suspendus.

Toutefois, M. Zheng a dit que le nouveau service de guides n’a simplement fait qu’étendre ce que faisait déjà le temple, à savoir demander aux moines de diriger des groupes en cas d’affluence de visiteurs ou lors d’événements majeurs du bouddhisme.

Yang Chaofei, un étudiant qui a été guidé par Yan, a dit que son guide a rendu sa visite inoubliable.

« Les moines sont très patients, et leurs présentations m’éclairent toujours car je suis un adepte de la religion bouddhiste », a-t-il dit. « Cela a été une sensation totalement différente par rapport aux guides qu’utilisent la plupart des agences de tourisme commerciales ».

Le jeune Yang a déclaré que le service avait amélioré son impression sur le Temple de Shaolin, ajoutant qu’il croyait que cela allait « réduire la distance entre les moines et le public ».

Malgré les éloges des visiteurs, certains doutent cependant encore que le service de guides soit vraiment gratuit, en grande partie du fait que, dans le passé, ils ont rencontré des personnes habillées comme des moines et qui tentaient de demander des frais.

« Les moines disent que le service est gratuit, mais je crains qu’ils ne nous demandent de payer à la fin de la visite, ou n’essaient de nous faire acheter des souvenirs », a ainsi déclaré Ren Juan, un touriste âgé de 43 ans, qui est venu là en visite avec ses amis.

« Nous ne voulons pas gâcher cette expérience par un conflit avec les moines ».

Un chauffeur de bus public qui a souhaité rester anonyme a déclaré que le nombre de plaintes de touristes et des habitants de la ville au sujet du Temple de Shaolin a cependant considérablement diminué depuis l’avertissement lancé par les autorités chargées du tourisme.

« En comparaison avec le passé, le Temple de Shaolin semble avoir développé une image complètement différente ces derniers mois », a-t-il dit. « Le gouvernement de la ville a maintenu une surveillance étroite sur toutes les activités illégales ou provoquant du désordre ».

« Précédent