La place Tian’an Men en fleurs pour le 1er mai

Ajouté au 02/05/2012 par SHI Lei

D’après le site www.chinanews.com, pour saluer la Fête du Travail du 1er mai, un beau parterre de fleurs qui a demandé près d’une semaine de préparation, vient d’être installé sur la place Tian’an Men à Beijing et pourra recevoir des visiteurs des quatre coins du monde.

Le mode chinois favorise le développement agricole de l’Afrique

Ajouté au 28/04/2012 par SHI Lei

Le président indépendant du conseil de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Luc Guyau, a fait part mercredi qu’il s’intéresse au mode chinois qui favorise le développement de l’agriculutre en Afrique, après une visite sur le Centre de Démonstration des Techniques agricoles (CDTA) établi avec le financement du gouvernement chinois, siuté à environ 17 km au sud de Brazzaville.

“Ce centre est une approche très intéressante pour le devéloppement des nouvelles techniques agricoles dont les pays africains ont bésoin”, a-t-il déclaré.

Le centre fait partie d’un programme de devéloppement de l’ assistance agricole du gouvernement chinois aux Etats africains.

M. Guyau a visité plusieurs structures du centre, dont les serres d’expérimentation des variétés de légumes congolaise, chinoises et africaines; les espaces de cultures expériemntales des variétés de manioc congolaises etchinoises et le centre de vulgarisation des techniques d’élévages au sein de cecentre.

“Il faut qu’il y ait un suivi auprès des différents satgeurs à leur sortie de ce centre, pour pérénniser tous les enseignements et les applications apprises”, a souhaité M. Guyau.

Selon les responsables du CDTA, lors du sommet de Chine-Afrique en 2006 organisé à Beijing, le gouvernement chinois a annoncé un programme qui prévoit la construction d’une vingtaine de centre à travers le continent noir, en vue d’aider les pays africains à asseoir un secteur agroicole solide.

Après une série de préparatifs, le gouvernement congolais a réceptionné fin 2011 le CDTA qui vise entre autres, la formation dans plusieurs secteurs, la récherche dans les domaines agronomiques et la vulgarisation des techniques peu connues des agriculteurs congolais.

Le centre compte spet experts chinois, quatre techniciens supérieurs congolais et près d’une vingtaine d’ouvriers locaux. En tant que fruit de la coopération entre le Congo et la Chine, le CDTA va durer pendant 15 ans.

Départ de Wen Jiabao pour des visites en Europe

Ajouté au 23/04/2012 par SHI Lei

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a quitté Beijing vendredi pour effectuer des visites officielles en Islande, en Suède et en Pologne, puis participer à une exposition industrielle internationale en Allemagne.

M. Wen effectue ces visites à l’invitation de ses homologues islandais, suédois et polonais, Mme Johanna Sigurdardottir, M. Fredrik Reinfeldt et M. Donald Tusk, ainsi que de la chancelière allemande Angela Merkel.

L’entourage du Premier ministre chinois comprend le ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi, le ministre de la Commission nationale du Développement et de la Réforme Zhang Ping, le ministre des Sciences et Technologies Wan Gang, le ministre de l’Industrie et de l’Informatisation Miao Wei, le ministre du Territoire et des Ressources Xu Shaoshi, le ministre de la Protection de l’Environnement Zhou Shengxian, le ministre du Commerce Chen Deming, le directeur du Bureau des Hautes Études du Conseil des Affaires d’État Xie Fuzhan, le vice-secrétaire général du Conseil des Affaires d’État et directeur du Bureau du Premier ministre Xiang Zhaolun et le vice-ministre des Affaires étrangères Song Tao.

 

Célébration du 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l’île Maurice

Ajouté au 20/04/2012 par SHI Lei

Le 13 avril, l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’Afrique a organisé une réception pour célébrer l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l’île Maurice à Beijing. Une centaine de personnalités étaient présentes à la réception.

Anonymous veut s’attaquer à la "grande muraille" du net chinois

Ajouté au 13/04/2012 par SHI Lei

Après le défacement de plusieurs centaines de sites chinois, dont quelques sites gouvernementaux mineurs, la semaine dernière, Anonymous prévient que la Chine reste dans sa ligne de mire.

Le collectif de cyber-activistes qui lutte pour la liberté d’expression sur le net en piratant divers sites institutionnels, a choisi sa cible : la grande muraille du net chinois, connu en anglais sous le nom de Great FireWall (GFW).

Le Great FireWall est un outil informatique dont s’est doté Pékin pour bloquer l’accès depuis l’intérieur du pays aux sites considérés comme subversifs. La muraille est la hantise des internautes chinois qui ne manquent pas une occasion de s’en moquer, de s’en plaindre ou de s’en prendre à Fang Binxing, son “créateur”.

Le compte Twitter @AnonymousChina, par lequel avait été annoncées et revendiquées les attaques de la semaine dernières, a affirmé ce lundi que le GFW ne “tiendrais pas longtemps”.

D’après le hacker F0ws3r, interrogé par Reuters, le collectif prévoit “d’autres attaques, plusieurs en même temps” avec comme but ultime “d’abattre” la muraille.

“Nous n’avons pas peur et nous allons révéler la vérité et nous battre pour la justice”, explique le hacker. F0ws3r précise que les cibles seraient cette fois plus importantes.

Le collectif de cyber-activistes Anonymous revendique le piratage de centaines de sites chinois, dont plusieurs sites gouvernementaux, tandis qu’un hacker proche de Lulzsec dit avoir rendu public les documents d’une société du secteur militaire.

 
Anonymous avait prévenu. Le collectif de cyber-activistes qui s’est déjà illustré par de nombreux piratages de sites privés ou institutionnels dans le monde avait annoncé depuis plusieurs jours des attaques massives sur des sites chinois. C’est en effet des centaines de pages qui affichent désormais des messages défendant la liberté d’expression, dont plusieurs sites gouvernementaux.

Teenage Wasteland

Le 30 mars, un compte Twitter « Anonymous China » était créée et relayait une liste de presque 500 sites cibles. L’attaque a été menée depuis le début de la semaine, touchant les pages officielles d’autorités locales de Chengdu, Dalian, Taishou, Zhongshan ou Jiazhou. Plusieurs d’entre elles n’ont toujours pas été rétablies.

D’après les hacktivistes, des adresses emails, numéros de téléphone et d’autres informations auraient été piratées, mais la plupart des sites ont simplement été « défacés » : leur pages de présentation affichent désormais un message signé Anonymous. Sur un fond noir et un tube symbolique des Who (Baba O’Riley), les cyber-activistes adressent un message en anglais au peuple et au gouvernement chinois, accompagné de la phrase « C’est dans le malheur qu’on reconnaît ses vrais amis », écrite, elle, en idéogrammes.

 

“Hack by Anonymous” La page que l’on trouve depuis quelques jours sur divers sites gouvernementaux mineurs chinoiscdcbd.gov.cn
“Le gouvernement contrôle l’Internet de votre pays et s’efforce de filtrer ce qu’il considère comme une menace pour lui-même. Soyez vigilants, utilisez des VPN pour votre propre sécurité.” lit-on toujours sur le site du quartier des affaires de Chengdu cdcbd.gov.cn, ou sur celui du district central de Dalian…

Une page de tutoriel, créée directement à l’intérieur du site visé par l’attaque explique comment se doter de moyen de contournement de la censure et donne des conseils de navigation sécurisée.

“Chacun d’entre vous subit la tyrannie d’un régime qui ne connait rien de vous. Nous sommes avec vous. (…) Nous devons tous se battre pour votre liberté.” lit-on au dessus d’une photo des fameux masques de Guy Fawkes.

Pas infaillibles

Anonymous s’adresse aussi directement au gouvernement chinois :

“Toutes ces années, le gouvernement communiste a soumis son peuple à des lois injustes et des travaux insalubres. Cher gouvernement, vous n’êtes pas infaillible. Aujourd’hui des sites web sont piratés, demain, c’est votre infâme régime qui tombera. Redoutez-nous, car nous ne pardonnons pas, jamais.”, préviens le message en référence à la devise du collectif, “Nous sommes Légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Redoutez-nous”

«Ce que vous faites aujourd’hui à votre peuple vous sera demain infligé. Sans pitié. Rien ne nous stoppera, ni votre colère, ni vos armes. Vous ne nous faites pas peur, parce que vous ne pouvez pas effrayer une idée. »

 

Costume cravate et masque de Guy Fawkes, une des emblèmes désormais mondialement célèbre d’Anonymous.
La question du cyber-espionnage a régulièrement été un point de friction entre la communauté internationale et la Chine, que beaucoup accusent de ne rien faire voire d’encourager le piratage à des fins économiques ou de renseignement. Pékin s’est plusieurs fois défendu en affirmant que les sites chinois étaient eux aussi victimes d’attaques, bien que peu de cas aient été rendus publics.

C’est la première fois qu’une attaque informatique de grande envergure à des fins politiques est rapportée en Chine. Anonymous, un collectif non hiérarchisé et aux limites floues avait déjà revendiqué des actions de défense à la liberté d’expression liées au printemp arabe, aux mouvements Occupy!, au soutien de WikiLeaks ou de sites de téléchargements gratuits.

Hardcore Charlie

Dans un acte à priori sans connexion apparente avec la frappe d’Anonymous, des informations confidentielles d’une société chinoise d’import-export auraient été rendues publiques sur le net, d’après Reuters. « Hardcore Charlie » un hacker qui déclare être lié au groupe de cyber-activistes Lulzsec, dit avoir pénétré et « exploré » les serveurs de la compagnie pékinoise China National Import & Export Corp (CEIEC). Parmi les documents piratés et “leaké” sur les réseaux sociaux, des informations commerciales touchant au domaine militaire, CEIEC étant un sous-traitant de l’armée chinoise.

Comme c’est souvent le cas dans l’hacktivisme, on ne dispose que de très peu d’informations sur les auteurs ou les motivations de l’attaque. Reste que ces piratages interviennent peu de temps après un baillonnement sans précédent des réseaux sociaux en Chine. Pour éviter que des rumeurs de coup d’Etat ne se propagent, Pékin avait interdit les commentaires sur les sites de micro-blogs pendant 3 jours le week-end dernier.

Anonymous semble vouloir organiser une contre-offensive : “Pirate chinois, programmeurs et hackers du monde entier, nous vous invitons à rejoindre Anonymous China et vous battre pour la justice.”, lit on sur le Twitter du groupe.

En Chine, se connecter à des sites étrangers est de plus en plus compliqué ces derniers temps, même en utilisant un VPN. Il semble bien que la censure du web chinois soit en train de se renforcer.

 
Entre les sites bloqués, l’instabilité des connexions et le débit qui ne monte jamais bien haut, surfer sur le web en Chine s’apparente parfois à un véritable parcours du combattant. Cela n’est pas nouveau.

Mais l’étau se resserre chaque jour un peu plus sur les 477 millions d’internautes que compte l’empire du milieu, en particulier pour ceux qui veulent accéder à des sites situés à l’étranger.

De nombreux internautes ont en effet rapporté des difficultés à accéder à un ou plusieurs sites étrangers, y compris ceux qui ne sont d’habitude pas bloqués par la “grande muraille du web”, le système de censure de l’Internet mis en place par les autorités.

C’est le cas, par exemple, de Yahoo ou de GMail, qui ont connu des interruptions fréquentes, alors que les connexions à MSN messenger sont souvent instables.

Beaucoup de réseaux d’entreprises ou d’institutions ont été particulièrement touchées par ces nouvelles cyber-restrictions.

Haro sur les VPN

Ainsi, une université de Hangzhou et une autre de Canton ont signalé des difficultés, qu’ils ont attribué à “des restrictions sur les visites des sites étrangers établies par les fournisseurs d’accès à Internet – China Unicom et China Telecom (les deux seuls du pays, des entreprises d’Etat, ndlr)”.

Autre exemple, le personnel du bureau de Pékin d’IBM s’est récemment plaint d’être incapable de se connecter à son propre site ibm.com.

En réalité, l’attaque de Pékin serait ciblée sur les VPN, ces petits logiciels utilisés pour contourner la grande muraille du web et accéder aux sites bloqués tels que Twitter ou Youtube.
Ainsi, l’entreprise américaine commercialisant le VPN “VPNVIP” a récemment demandé à ses utilisateurs de changer de nom de domaine, car l’original avait été piraté.

Selon le site greatfirewall.biz, qui référence les sites bloqués par la grande muraille du web, les sites internet de huits fournisseurs de VPN ont été récemment bloqués. La Chine fait en effet la chasse aux sites fournissant des VPN, ce qui complique la vie des internautes: pour obtenir un vpn, il faudrait en fait qu’ils en aient déjà un…

La grande muraille du web colmate ses fissures

Mais ce qui provoque le plus la crainte des internautes est que le système de censure semble être désormais capable d’analyser le flot d’informations envoyés à une certaine adresse IP, et de détecter si une partie de ces informations est cryptée… Comme le sont les informations transmises via un VPN!

Selon William Long, bloggeur spécialisé dans les nouvelles technologies, les censeurs seraient ensuite capables de bloquer l’accès à tous les sites étrangers à l’adresse IP du contrevenant.

L’association de défense de la libeté d’expression en ligne Global Voices Advocacy rapporte une note interne de l’Académie des Sciences Sociales de Chine confirmant ces inquiétudes. “Certains utilisateurs ont utilisé des outils de contournement pour avoir accès à des contenus illégaux, et donc , le bureau de la sécurité publique a mis l’adresse IP de notre université sur liste noire”, commente l’institution.

Il semble donc bien que la censure du web soit en train de se renforcer, et cela pourrait bien ne pas être sans rapport avec la mise en place, au début du mois, d’un nouvel organe de contrôle du web, plus puissant que jamais.

C’est en tout cas l’avis de beaucoup d’internautes, y compris le webmaster du site bestvpnservice.com, interrogé par le South China Morning Post, pour qui ces changements sont “entièrement liés” au nouveau Bureau.

 

Les sociétés d’Internet sont pressées de prévenir les rumeurs en ligne en Chine

Ajouté au 13/04/2012 par SHI Lei

La Société Internet de Chine a demandé dimanche aux entreprises d’Internet du pays de renforcer l’autodiscipline et d’empêcher la diffusion de rumeurs en ligne.

La propagation de rumeurs en ligne est devenue une nuisance qui viole gravement les intérêts des gens, la sécurité nationale et la stabilité sociale, a déclaré la Société dans une proposition écrite.

Les entreprises d’Internet devraient prendre des mesures efficaces pour résister aux rumeurs en ligne en respectant de manière stricte les lois et règlements du pays ainsi que les règles d’autodiscipline de l’industrie, a-t-elle indiqué.

Les autorités chinoises ont fermé 16 sites Web pour « fabrication ou propagation de rumeurs en ligne », en particulier par des messages sur les microblogs.

Depuis la mi-février, la police de Beijing a arrêté 1 065 suspects et supprimé plus de 208 000 messages « nocifs » en ligne dans le cadre d’une campagne nationale intensive de lutte contre les crimes liés à Internet.

Les deux principaux portails Internet de la Chine, www.sina.com et www.qq.com, ont été critiqués et sanctionnés par les autorités d’administration de l’information par Internet pour avoir permis la diffusion de rumeurs en ligne et d’autres informations illégales.

Les fonctions de commentaires des sites de microblogs des deux portails, weibo.com et t.qq.com, ont également été suspendues pendant quatre jours afin d’éradiquer les rumeurs et toute autre information illégale qu’elles diffusaient.

Les compagnies d’Internet devraient renforcer l’éducation en éthique professionnelle chez leurs employés et améliorer leur capacité à distinguer les rumeurs en ligne, a indiqué la proposition.

Les compagnies doivent également se conformer à la règle du gouvernement d’authentifier la véritable identité et de bien protéger les informations personnelles des internautes, peut-on y lire.

 

Le gala du Festival de Printemps, dans le Guinness des records

Ajouté au 13/04/2012 par SHI Lei

Le Guinness World Records a présenté China Central TV (CCTV)pour le nouveau record mondial d’audience pour son gala annuel du Festival du Printemps.

Le programme, qui est produit spécialement pour célébrer le Nouvel An chinois, a eu un audimat unique de 498 millions de téléspectateurs en 2012 – ce qui en fait le programme national de variété le plus regardé dans le monde.

M. Alistair Richards, directeur général mondial du Guinness World Records a déclaré que le Gala du Festival du Printemps de CCTV a battu les Academy Awards aux Etats-Unis et la finale du Super Bowl en termes d’audienceship domestique.

Le certificat d’enregistrement officiel a été remis par M. Richards au Vice-Président de CCTV M. Luo Ming au cours d’un spéciale “Chine à Cannes” lors de la réception cette d’année du marché MIPTV.

Le Nouvel An chinois est un moment privilégié pour les familles chinoises et le Gala de la Fête du Printemps a été le point culminant de la télévision traditionnelle de divertissement depuis ces trois dernières décennies.

Le nouvel enregistrement sera inclus dans la prochaine édition du célèbre livre Guinness World Records.

La Chine et l’UE tiendront la première réunion de leur mécanisme d’échanges culturels

Ajouté au 13/04/2012 par SHI Lei

La Chine et l’Union européenne (UE) tiendront vers la fin du mois la première réunion de leur mécanisme de haut niveau d’échanges et de dialogue culturels, a annoncé vendredi à Beijing le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei lors d’une conférence de presse.

La Conseillère d’Etat chinoise Liu Yandong assistera à cette réunion lors de sa visite en Europe et co-présidera en compagnie de responsables de l’UE la cérémonie inaugurale du mécanisme ainsi que la première réunion. Elle assistera également à un forum de haut niveau sur les échanges culturels entre la Chine et l’UE, a indiqué M. Hong.

Outre la Belgique, Mme Liu se rendra également lors de ce déplacement, qui durera du 12 au 21 avril, en Grande-Bretagne et à Chypre.

En prévision de la fête de Qingming, la Chine réglemente les services funéraires

Ajouté au 05/04/2012 par SHI Lei

De nouvelles réglementations concernant les services funéraires ont été décidées et pourraient calmer les gros titres négatifs qui se répètent chaque année et touchent l’industrie juste avant la Fête de Qingming (la fête des Morts et du balayage des Tombes) début avril.

Un document a été publié la semaine dernière par la Commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC) et le ministère des Affaires civiles stipulant que les services funéraires devaient être classés en deux catégories : les services de base et les services facultatifs.

Les frais pour les services de base, y compris le transport et le stockage du corps, la crémation et les soins de cendres, sera décidé par les gouvernements locaux. Ils seront mis à la norme basées sur le coût des services et les subventions des entreprises de pompes funèbres reçoivent du gouvernement.

En vertu des normes proposées par le gouvernement, les frais pour les services optionnels – comme la préservation du corps et les arrangements funéraires – peuvent être décidés par les pompes funèbres.

L’administration décidera également du prix des tombes pour les cimetières publics, et intervenir lorsque les cimetières commerciaux demandent trop d’argent, explique le document.

Le règlement a exhorté les gouvernements locaux à définir une tarification funéraire préférentielle pour les familles dans le besoin.

A travers le pays, les gouvernements lanceront une campagne destinée à gérer les politiques de tarification illégales des maisons de pompes funèbres, indiquait le communiqué NDRC.

Le public peut signaler les mauvaises pratiques de l’industrie à une hotline, 12358, a-t-il ajouté.

Récemment, le gouvernement a ouvert un cimetière écologique public dans la ville de Shanghai. Il exige moins de terres et propose des tarifs inférieurs. Le cimetière contient près de 100 000 petites tombes et chacune coûte environ 1 000 yuans (159 dollars américains).

Le gouvernement de la Chine orientale du Shandong s’est également engagé à supprimer cette année les frais de base de services funéraires pour toutes les familles à faible revenu.

La Fête de Qingming, ou la Fête de la journée du balayage des Tombes, qui a lieu le 4 avril cette année, est une tradition vieille de plusieurs siècles et permet de pleurer la mort des ancêtres et des proches.

Week-end parano sur le net chinois

Ajouté au 05/04/2012 par SHI Lei

Le net chinois est spectaculairement censuré depuis ce samedi matin, selon Romandie.com :

Les deux principaux services de microblogs en Chine, Sina Weibo et Tencent QQ, ont suspendu samedi la possibilité pour les internautes de mettre en ligne des commentaires, officiellement afin de lutter contre les rumeurs.

Les deux géants de l’internet ont affirmé sur leur site respectif que cette mesure resterait en vigueur jusqu’au 3 avril, alors que les autorités, inquiètes du flot de critiques véhiculées par les microblogs, tentent de renforcer leur contrôle sur la Toile.

Le China Daily, quotidien de propagande du régime, affirme que les sites sont sanctionnés pour avoir permis la propagation de rumeurs. 16 sites ont par ailleurs été complètement fermés, et 6 personnes détenues, selon les autorités.

Ces derniers jours, les rumeurs de coup d’Etat et de lutte au sommet du pouvoir entre les partisans de Bo Xilai, limogé, et du premier ministre Wen Jiabao ont fleuri sur internet, sans réaction officielle du pouvoir.

 

« Précédent Suivant »