Bo Xilai démis de ses fonctions de député à l’APN

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le Comité permanent de la onzième Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) a annoncé vendredi la déchéance du mandat de député à l’APN de Bo Xilai .

Le Comité permanent de l’Assemblée populaire municipale de Chongqing a démis Bo Xilai de ses fonctions de député à l’APN fin septembre.

Bo Xilai a en effet été déchu de son poste selon les dispositions de la loi sur les députés à l’APN et les assemblées populaires locales, a indiqué un communiqué du Comité permanent de l’APN lors de sa session bimestrielle.

La Chine appelle les candidats américains à prendre davantage de mesures favorables à la confiance et la coopération

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei a appelé mardi les candidats à la présidentielle américaine à prendre davantage de mesures favorables à la confiance réciproque et à la coopération entre les deux pays, et a contesté l’allégation selon laquelle la Chine est un pays “manipulateur de monnaie”.

Le ratio de l’excédent du compte courant par rapport au produit intérieur brut (PIB) de la Chine a graduellement baissé, l’offre et la demande sur le marché des changes se sont progressivement équilibrées et le taux de change s’est également stabilisé cette année, a déclaré le porte-parole lors d’une conférence de presse quotidienne.

La Chine continuera à promouvoir la réforme du mécanisme de formation du taux de change du RMB, la monnaie chinoise, sur la base des principes d’initiative, de progressivité et de contrôle, a-t-il poursuivi.

“Nous espérons que les candidats républicain et démocrate à l’élection présidentielle des Etats-Unis se déferont de l’impact des politiques électorales et prendront davantage de mesures favorables à la confiance réciproque et à la coopération”, a indiqué M. Hong, soulignant que cela est également dans l’intérêt des Etats-Unis.

Mardi dernier, lors de son deuxième débat avec le président Barack Obama, le candidat républicain américain Mitt Romney a rappelé sa promesse de déclarer, s’il est élu, la Chine comme ”manipulateur de monnaie”.

Les droits de propriété intellectuelle des produits chinois, les investissements chinois aux Etats-Unis et d’autres questions concernant la Chine sont devenus des sujets brûlants au cours de l’élection présidentielle américaine.

M. Hong a appelé les “personnes concernées” à bien comprendre que les relations économiques et commerciales sino-américaines sont mutuellement bénéfiques afin de résoudre les questions pertinentes sur la base de la compréhension et du respect mutuel.

“Nous sommes convaincus que le développement de la Chine est une importante opportunité pour les Etats-Unis”, a ajouté M. Hong, soulignant que la Chine et les Etats-Unis, deux grands pays du monde, partagent de nombreux intérêts et responsabilités communs.

La Chine est propriétaire des îles Diaoyu et non le Japon (ambassadeur de Chine en France)

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

L’ambassadeur de Chine en France, Kong Quan, a publié un article intitulé “La Chine est propriétaire des îles Diaoyu et non le Japon” dans l’édition de mercredi du quotidien français Le Monde.

Il y a douze ans, Kong Quan a été nommé porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, poste qu’il a occupé pendant cinq ans. Durant son mandat, les questions qui lui ont été le plus souvent posées portaient sur les relations entre la Chine et le Japon autour de deux questions principales : les problèmes historiques et les contentieux territoriaux, écrit le diplomate chinois.

En 2006, le Premier ministre japonais d’alors, Junichiro Koizumi, a tenu à visiter le sanctuaire Yasukuni, un acte synonyme d’hommage rendu aux criminels de guerre auteurs de crimes contre l’humanité pendant la Seconde Guerre mondiale. Comment peut-on imaginer que le peuple chinois et l’ensemble des peuples asiatiques victimes du militarisme japonais puissent l’accepter ?

L’Europe a aussi beaucoup souffert lors de la Seconde Guerre mondiale. Cependant, l’Allemagne a adopté une attitude radicalement opposée à celle du Japon, a rappelé l’ambassadeur de Chine en France.

“Je me rappelle encore vivement des scènes de la visite en 1970 du chancelier Willy Brandt en Pologne. Une nation qui a le courage de reconnaître ses erreurs et de les corriger est une nation confiante. L’attitude des Allemands à l’égard de leur passé a constitué la base de la paix et de la prospérité en Europe”, a-t- il ajouté.

Aujourd’hui, les relations sino-japonaises se retrouvent une fois de plus dans une situation très difficile à cause du contentieux autour des îles Diaoyu. Bien des documents historiques ont prouvé que les îles Diaoyu faisaient partie intégrante de la Chine. Et s’agissant des documents anciens, que nous disent les documents historiques français ?

“J’ai demandé à mes collaborateurs de consulter les précieuses archives de la Bibliothèque nationale française qui a mis à notre disposition des cartes établies par Guillaume Delisle en 1772, Didier Robert de Vaugondy en 1778 et Alexandre Blondeau en 1817”, a dit M. Kong. Toutes ces cartes ont démontré de façon claire l’appartenance des îles Diaoyu à la Chine, a souligné Kong Quan dans son article.

La restitution de ces îles à la Chine est en fait un devoir que le Japon doit assurer en tant que pays vaincu de la seconde guerre mondiale conformément aux traités signés à la fin de la guerre. Au cours des négociations menées par la Chine et le Japon en vue de normalisation de leurs relations en 1972 et du traité de paix et d’amitié entre les deux pays en 1978, les dirigeants chinois comme Zhou Enlai et Deng Xiaoping ont proposé de laisser de côté ce contentieux. Cette proposition a fait l’objet d’un consensus entre les deux pays confirmé par les Premiers ministres japonais de l’époque, Kakuei Tanaka et Takeo Fukuda. C’était une des cautions essentielles pour toute normalisation des relations sino- japonaises, indique le même article.

La Chine souhaite développer son économie, améliorer les conditions de vie de sa population. Tant de choses lui restent à faire et qui nécessitent des efforts de plusieurs générations. La Chine a besoin, de ce point de vue, plus que les autres, d’un environnement de paix et de stabilité, a dit le diplomate chinois.

“Lorsque j’étais porte-parole du ministère des affaires étrangères, le Japon avait déjà commencé la construction de phares sur les îles Diaoyu”, a rappelé le diplomate chinois.

Tout récemment, dans le prolongement de sa logique, le Japon a ravivé intentionnellement le feu en “nationalisant” l’île.

La Chine et le Japon partagent une proximité géographique, une similitude culturelle et une interdépendance économique. Quarante ans depuis la normalisation des relations sino-japonaises, le volume du commerce entre les deux pays a atteint 340 milliards de dollars (260 milliards d’euros). L’interdépendance économique et commerciale est profonde, et nul ne peut la briser. Alors que l’économie mondiale souffre actuellement d’un ralentissement soutenu, il est d’autant plus nécessaire à la Chine et au Japon de renforcer, main dans la main, leur coopération.

La Chine ne veut pas que cette situation difficile perdure. Nous souhaitons simplement que la partie japonaise corrige au plus vite ses erreurs. La balle est maintenant dans le camp du Japon, a conclu l’ambassadeur de Chine en France dans son article.

La Chine s’engage à renforcer ses relations avec la Suisse

Ajouté au 05/11/2012 par SHI Lei

Le conseiller politique chinois suprême Jia Qinglin s’est engagé jeudi à ce que la Chine collabore davantage avec la Suisse au renforcement des relations entre les deux pays.

Cet engagement a été pris à l’issue de la rencontre entre M. Jia et Bruno Zuppiger, président du Groupe parlementaire Suisse-Chine, venu en Chine pour une visite de onze jours à la tête d’une délégation.

La Suisse est un des premiers pays occidentaux à avoir reconnu et établi des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine, a rappelé M. Jia, notant le rapide développement des relations diplomatiques bilatérales au cours des six dernières décennies.

M. Jia, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, le plus haut organe de conseil politique du pays, a à cette occasion parlé de la Suisse comme d’un partenaire important de la Chine en Europe et souligné l’importance que la Chine accordait à ses relations avec ce pays.

“La Chine serait heureuse de collaborer avec la Suisse pour comprendre et prendre en considération les intérêts et préoccupations réciproques afin d’accomplir de nouveau progrès en matière de coopération bilatérale dans tous les domaines”, a affirmé le plus haut conseiller politique chinois.

Il a appelé les deux pays à consolider la base politique des relations bilatérales, rechercher les bénéfices mutuels, exploiter le potentiel de développement à tous les plans, renforcer le niveau et la qualité de la coopération et à promouvoir le développement commun.

M. Zuppiger a apprécié le développement économique et social de la Chine, indiquant qu’il existait un grand potentiel de coopération bilatérale.

Il a en outre affirmé que la délégation qui l’accompagnait était attachée à offrir des informations objectives complètes sur la Chine à la Suisse et qu’elle poursuivrait ses efforts positifs pour le développement des relations bilatérales.

Hangzhou en tête de la satisfaction des citadins chinois en 2012

Ajouté au 23/09/2012 par SHI Lei

Le 10 septembre, le nouveau rapport sur le niveau de satisfaction des Chinois face à leurs conditions de vie a montré que les villes de Hangzhou, Chongqing et Shenzhen conservent les trois premières places de la plus grande satisfaction des citadins. Avec un score de 83,3 sur le rapport d’estimation, la ville de Hangzhou est la ville où les citadins sont les plus heureux en 2012.

Le Premier ministre chinois émet des propositions pour développer les relations sino-européennes

Ajouté au 23/09/2012 par SHI Lei

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao, dans un discours prononcé lors du 15ème sommet Chine-Union européenne (UE) à Bruxelles jeudi, a émis une proposition en quatre points pour le développement des relations sino-européennes.

M. Wen a déclaré que le sommet Chine-UE a joué un rôle stratégiquement important depuis l’établissement du partenariat stratégique des deux parties il y a 10 ans.

Comme la crise financière internationale persiste, la Chine et l’UE doivent s’efforcer de renforcer la confiance, travailler étroitement pour relever les défis, et promouvoir les contacts et la coordination afin de protéger leurs intérêts communs dans le futur paysage international.

Afin de construire un partenariat stratégique complet avec l’UE, le Premier ministre chinois a présenté les mesures suivantes à prendre:

Premièrement, la Chine et l’UE doivent promouvoir vigoureusement la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements et se positionner fermement contre le protectionnisme sous toutes ses formes.

Deuxièmement, les deux parties doivent se concentrer sur les nouvelles industries telles les industries de pointe, les énergies nouvelles, les matériaux nouveaux, la biopharmacie, et l’information et les télécommunications, et enfin établir des centres de recherche et développement conjoints, des centres de transferts des technologies et d’incubateur conjoints.

Troisièmement, M. Wen prévoit l’établissement de mécanismes pour promouvoir la coopération bilatérale dans les secteurs tels que les transports, l’électricité et les télécommunications.

Beijing encourage les entreprises chinoises et institutions financières à s’impliquer dans la construction d’infrastructures en Europe et à mettre en place un réseau logistique couvrant toute l’Eurasie afin de répondre aux demandes des échanges personnels et commerciaux de plus en plus croissants entre les deux parties.

Quatrièmement, les deux parties doivent promouvoir les réformes du système financier international pour réaliser de nouveaux progrès et maintenir la stabilité financière et économique mondiale.

La Chine encourage les entreprises européennes à utiliser le yuan chinois dans le commerce et les investissements transfrontaliers et souhaite travailler avec l’Europe pour soutenir l’établissement de filiales bancaires des deux parties.

M. Wen a également salué le rôle stratégique du mécanisme pour les réunions régulières entre les dirigeants chinois et de l’UE.

Concernant les problèmes européens de dettes, M. Wen a déclaré qu’il s’agissait d’un problème qui concernait les intérêts de la planète.

La Chine soutiendra, comme toujours, les efforts déployés par l’Europe pour résoudre les problèmes de dettes et renforcer les communications et la coopération avec les organismes de l’UE, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international, a- t-il souligné.

La Chine espère que la partie européenne cimentera davantage son consensus sur les réformes, appliquera les mesures de secours et obtiendra un équilibre entre austérité fiscale et croissance économique pour donner plus d’élan dans la reprise économique et la croissance durable de l’Europe.

L’UE, quant à elle, a déclaré que grâce aux efforts concertés des deux parties au cours des dix dernières années, les relations UE-Chine ont connu un développement complet avec des relations politiques bilatérales plus étroites et une plus grande interdépendance économique. La coopération dans différents domaines entre les deux parties a porté ses fruits.

L’UE a indiqué que les deux parties devraient se donner la main pour enrayer la crise financière internationale et la crise de la dette européenne afin de protéger les bénéfices mutuels.

D’après l’UE, les relations entre l’UE et la Chine, qui sont bâties sur le socle de la compréhension mutuelle, du respect mutuel, de l’égalité et des bénéfices réciproques, jouissent d’un rythme fort et de vastes perspectives, ajoutant que quels que soient les défis qu’elles rencontreront à l’avenir, les intérêts de l’UE et de la Chine seront étroitement liés.

L’UE a également fait l’éloge de la proposition en quatre points de M. Wen et a déclaré espérer formuler un plan de coopération sur le long-terme comme guide stratégique pour poser les fondations pour le développement futur de leurs relations.

L’UE souhaite renforcer la coopération commerciale et en matière d’investissement avec la Chine, lancer des négociations sur des accords d’investissement, et résoudre comme il se doit les différents via des discussions et des négociations.

L’UE souhaite également renforcer la coopération en matière d’infrastructure avec la Chine, intensifier les échanges humains et renforcer les communications et la coordination dans les affaires régionales et internationales afin de faire face ensemble aux problèmes mondiaux.

La partie européenne tente de faire avancer les réformes pour résoudre la crise de la dette européenne comme elle peut. L’UE a déclaré que le soutient de la Chine et la coopération UE-Chine étaient d’une importance cruciale pour la reprise et la croissance économique de l’Europe, et a souligné qu’elle allait renforcer les communications et la coopération avec la Chine

Le sommet était coprésidé par Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, et José Manuel Barroso, président de la Commission européenne.

Après la réunion, les leaders des deux parties ont participé à la cérémonie de signature des documents de coopération et ont publié un communiqué de presse commun. F

La Chine et le Luxembourg promettent de renforcer leur coopération

Ajouté au 11/09/2012 par SHI Lei

Le Premier ministre du Luxembourg Jean-Claude Juncker et le vice-Premier ministre chinois Hui Liangyu se sont rencontrés samedi à Luxembourg en promettant de renforcer la coopération bilatérale.

M. Hui, en escale au Luxembourg lors d’un voyage à l’étranger, a louangé la contribution de M. Juncker dans l’avancement des liens chinois avec le Luxembourg et l’Europe.

Le Premier ministre, un dirigeant vétéran en Europe, est un bon ami de la Chine, a-t-il mentionné.

M. Hui a indiqué que la Chine était prête à travailler avec le Luxembourg pour maintenir des contacts de haut niveau et pour renforcer la coopération pragmatique, dans l’espoir d’assurer une croissance solide et rapide de leurs liens.

Précisant que la coopération économique et commerciale avait généré des résultats fructueux, M. Hui a déclaré que Beijing encourageait les entreprises chinoises à utiliser le Luxembourg comme base pour accroître leurs activités en Europe.

M. Hui a indiqué que le lancement d’une enquête antidumping contre les fabricants chinois de panneaux solaires était injuste, et espère que le Luxembourg adoptera une position juste et équitable et saura exercer une influence positive à cet effet.

Pour sa part, M. Juncker a déclaré que son pays était satisfait des relations politiques et économiques solides avec la Chine et appréciait l’aide chinoise face à la crise de la dette européenne.

Le Luxembourg est prêt à accueillir plus d’investisseurs et visiteurs chinois, a affirmé M. Juncker, ajoutant que les deux pays pourraient résoudre les frictions commerciales à travers des consultations et des négociations.

Faisant référence aux accomplissements impressionnants de la Chine depuis son ouverture vers le monde, le Premier ministre a indiqué que les deux pays avaient beaucoup à apprendre l’un de l’autre et qu’il y avait un énorme potentiel pour la coopération bilatérale.

M. Hui est en route vers le Kirghizistan et l’Ouzbékistan, après des visites en République du Congo et en Tanzanie. Il a également assisté aux funérailles de Meles Zenawi, ancien Premier ministre éthiopien, à Addis Abeba.

La Chine et la Suisse réalisent des percées sur un accord de libre-échange

Ajouté au 11/09/2012 par SHI Lei

La Chine et la Suisse ont réalisé des progrès importants lors du sixième cycle des négociations bilatérales sur un possible accord de libre-échange, selon un communiqué publié vendredi sur le site Internet du ministère chinois du Commerce.

Durant les négociations de trois jours qui ont débuté mardi, les deux pays sont parvenus à un consensus sur toute une série de sujets, dont le commerce des services, la propriété intellectuelle et le règlement des disputes.

La Chine et la Suisse ont entamé leurs négociations sur un accord de libre-échange en janvier cette année afin de resserrer leurs relations économiques bilatérales.

Au cours des sept premiers mois de l’année, le volume du commerce entre les deux pays s’est élevé à 15,53 milliards de dollars, la Chine ayant importé des produits suisses pour 13,48 milliards de dollars, en majeure partie pour des montres, des produits mécaniques et pharmaceutiques.

Le catalogue de produits chinois exportés vers la Suisse comprend essentiellement des vêtements, des chaussures, des équipements de traitement automatique des données et des bateaux.

En 2011, le commerce entre la Chine et la Suisse a totalisé 30,9 milliards de dollars, en croissance annuelle de 54%.

Hu Jintao : la Chine et l’Asie inséparables l’une de l’autre

Ajouté au 11/09/2012 par SHI Lei

Le développement chinois ne peut pas être dissocié de l’Asie, tandis que le développement de l’Asie ne peut se réaliser sans la Chine, a déclaré mardi le président chinois Hu Jintao.

Hu Jintao a énoncé cette remarque lors d’une rencontre avec le Premier ministre Singapourien Lee Hsien Loong à Beijing.

“La Chine poursuit sa politique étrangère de bon voisinage avec les pays voisins”, a indiqué M. Hu, ajoutant que la Chine encourageait également le développement approfondi de la coopération régionale.

La Chine soutiendra l’intégration de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), ainsi que le rôle important de l’ASEAN dans la coopération de l’Asie de l’Est, a affirmé le président chinois.

La Chine est disposée à travailler avec les pays membres de l’ASEAN, dont Singapour, afin de créer un environnement régional caractérisé par la paix, la stabilité, l’égalité, la confiance et le bénéfice mutuels ainsi que la coopération, a-t-il poursuivi.

M. Lee a de son côté indiqué que les pays asiatiques étaient capables de maintenir la stabilité régionale et la croissance économique grâce à leur coopération.

Singapour apprécie hautement la participation de la Chine dans la coopération régionale, et salue et soutient les efforts de l’ASEAN pour renforcer son partenariat de coopération avec la Chine, a indiqué M. Lee.

Singapour coopérera avec la Chine pour promouvoir l’intégration régionale afin de bénéficier aux populations de cette région, a-t-il ajouté.

Invité par son homologue chinois Wen Jiabao, M. Lee a entamé sa visite officielle en Chine dimanche après-midi. Il rencontrera également Wu Bangguo, président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine, le vice-président chinois Xi Jinping, le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang, et s’entretiendra avec Wen Jiabao.

Hu réitère la position chinoise sur les relations avec le Japon et les îles Diaoyu

Ajouté au 11/09/2012 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a rencontré le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda dimanche à Vladivostok et a clairement exposé la position de la Chine sur les relations avec le Japon et le problème des îles Diaoyu.

La rencontre a eu lieu en marge de la 20e rencontre informelle des dirigeants économiques du Forum de coopération économique Asie-Pacifique.

M. Hu a indiqué avec tout le sérieux qui s’impose que les relations sino-japonaises avaient récemment été confrontées à une grave situation à cause du problème des îles Diaoyu, et il a réaffirmé que la Chine maintenait une position inchangée et claire sur ce problème.

Tout moyen que la partie japonaise emploierait pour “acheter les îles” serait illégal et dénué de validité et la Chine s’oppose fermement à de telles démarches, a-t-il souligné.

Le gouvernement chinois reste ferme quant à la question de la sauvegarde de sa souveraineté territoriale, a affirmé M. Hu, ajoutant que le Japon devait pleinement reconnaître la gravité de la situation et ne pas prendre de mauvaises décisions.

Il a exhorté le Japon à travailler avec la partie chinoise pour maintenir le développement d’ensemble des relations entre les deux pays.

« Précédent Suivant »