Une fusée chinoise de nouvelle génération présentée au Salon international de l’aéronautique et de l’aérospatial de Farnborough

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Le lanceur de nouvelle génération CZ-5 et d’autres fusées de la série Longue Marche (Changzheng), CZ-2C, CZ-2F et CZ-3B, ont fait une apparition groupée le 19 juillet au Salon international de Farnborough en Grande-Bretagne. Ces modèles ont été conçus et fabriqués par l’institut de recherche des fusées porteuses de Chine.

Le lanceur CZ-5 est le dernier modèle de fusées chinoises et se caractérise par une grande poussée, une grande fiabilité, ainsi que par sa conception non toxique et non polluante.

La fusée porteuse CZ-2C est destinée au lancement de satellites héliosynchrones à orbite proche de la Terre. Cette génération a été utilisée dans une trentaine de lancements, dont plusieurs dizaines de satellites commerciaux internationaux, avec un taux de succès de 100 %.

La fusée porteuse CZ-2F a lancé le vaisseau spatial habité par le premier astronaute chinois, Yang Liwei, et quatre vaisseaux inhabités.

La fusée CZ-3B assume le lancement des satellites commerciaux internationaux sur orbite haute. En avril 2010, elle avait été utilisée dans 12 lancements, avec 11 succès et un seul échec.

En plus des fusées, des produits à destination civile comme des véhicules spéciaux et de nouveaux matériaux, tous conçus et développés par l’institut, ont été exposés au Salon.

Ces dernières années, l’institut de recherche des fusées porteuses de Chine s’est attaché aux échanges et à la coopération avec le marché international.

Il s’agit de sa cinquième participation au Salon de l’aéronautique après ceux en Russie, Australie, Chili et France.

Google s’engage à observer la loi chinoise et à se soumettre au controle

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Zhang Feng, directeur du département pour le développement des communication du ministère chinois l’industrie informatique a révélé le 20 juillet à Beijing que la société à capitaux mixtes de Google immaticulée en Chine avait réussi à passer l’examen annuel après avoir mené une restructuration et Google s’engageait à observer la loi chinoise et à se soumettre au contrôle du service compétent.

Zhang Feng a précisé que la société de technologie informatique Guxiang, societé google susmentionnée, a remis le 29 juin un dossier sur les mesures de restructuration relatives au contrôle annuel, selon lesquelles Google continuera à respecter la loi chinoise, à s’engager à fournir les informations s’abstenant de violer les règlements des télécommunications de Chine, ni de compromettre la sécurité d’Etat, les intérêts nationaux, d’ inciter la haine nationale, de propager les idées féodales et superstitieuses, de saboter la stabilité sociale, et d’ émettre  le terrorisme.

Google ferme deux services internet en Chine

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Google Inc a annoncé mardi qu’il fermerait deux sites internet en Chine, car peu fréquentés, et qu’il mettrait fin au support technique d’un site de forum en ligne en langue chinoise.

Le géant de l’internet a fait cette annonce par un communiqué mis en ligne mardi sur son site en langue chinoise.

Ce remaniement opéré par le moteur de recherche américain arrive juste dix jours après qu’il ait reçu l’autorisation du gouvernement chinois de pouvoir poursuivre son site internet chinois.

Le plan de Google concerne la fermeture en Chine d’une page de classement de sites internet, qu’il avait lui-même développée, et d’un site sur les styles de vie. Cette décision a été prise du fait d’« une demande plus faible que prévu », d’après le communiqué.

Google va également mettre fin cette semaine au support technique qu’il offrait à son partenaire local Tianya.cn, a annoncé la société.

Tianya.cn utilise les technologies de Google pour alimenter certaines fonctions de son site internet.

D’après le communiqué, les changements annoncés mardi sont justifiés par la demande des consommateurs.

« Nous avons toujours essayé de développer des nouveaux produits et services pour nos utilisateurs. Certains ont eu beaucoup de succès, mais d’autres ont connu un échec », a précisé le communiqué.

« En Chine, la page de classement de sites et le site sur les styles de vie n’ont pas été bien accueillis par nos utilisateurs, c’est pourquoi nous avons décidé de les fermer ».

Le communiqué mis en ligne a également précisé qu’aucun autre service de Google en Chine ne serait interrompu.

La porte-parole de Google, Jessica Powell, a refusé mardi d’en dire davantage, a rapporté Bloomberg News, ajoutant que la société californienne était entrée dans un processus de ralentissement de sa coopération avec Tianya.

Pour les observateurs de l’industrie, la décision prise par le géant des moteurs de recherche est, financièrement parlant, justifiée.

« Pour Google, réduire ses services car ces deux (services) là n’ont pas beaucoup contribué à ses performances est compréhensible », car de plus ils consommaient aussi de la force de travail et du capital, a dit Li Zhi, Analyste chez Analysys International, société chinoise de recherche.

Cette décision, a-t-elle ajouté, ne devrait pas avoir un fort impact sur la part de marché de Google en Chine, vu le peu d’influence de ces deux services.

Cette annonce de Google arrive après que l’entreprise ait déclaré le 10 juillet dernier que sa licence de fournisseur de contenu internet avait été renouvelée en Chine, mettant fin à un long face-à-face de plusieurs semaines avec les autorités chinoises.

A la fin du mois dernier, Google avait cessé de rediriger automatiquement les utilisateurs de son site chinois vers son site de Hong Kong, mais avait continué d’offrir des services tels que musique et cartographie sur Google.cn.

La porte-parole de Google, Marsha Wang, avait déclaré la semaine dernière dans un entretien avec le China Daily que l’entreprise ne chercherait pas à reprendre sa stratégie d’auto-direction, car cette approche s’était révélée inacceptable pour le gouvernement chinois.

Zhang Feng, Directeur du Département de Développement des Technologies des Télécommunications au Ministère de l’Industrie et des Télécommunications, a déclaré mardi lors d’une conférence de presse que Google s’était engagé à « respecter les lois chinoises » et éviterait d’offrir des liens vers des contenus susceptibles de menacer la sécurité nationale ou la stabilté sociale.

Cet engagement, a précisé M. Zhang, a permis à Google d’obtenir le feu vert de la part du gouvernement pour renouveler sa licence internet.

Durant son conflit avec les autorités gouvernementales chinoises, la part de marché du moteur de recherche de Google en Chine a chuté à 30,9% au premier trimestre, contre 35,6% trois mois plus tôt.

Ligne TGV Beijing-Shanghai : la gare ouest de Jinan en construction

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

La gare ouest de Jinan, l’une des cinq gares d’embranchement principales de la ligne TGV Beijing-Shanghai, a achevé la pose des toits latéraux. Les travaux du toit central devraient être achevés prochainement. Selon le rythme actuel du projet, la construction de la partie principale devrait être achevée avant la fin de cette année. Cette gare a été mise en chantier en juin 2009 et possédera 15 quais et 17 lignes. Sa phase de test sera lancée en avril 2011, pour une mise en service prévue en octobre de la même année.

L’Expo au centre de la campagne pour les sept nouvelles Merveilles du monde

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Le Bangladesh invite les visiteurs à voter pour les Sundarbans, dans la compétition finale pour les sept nouvelles Merveilles du monde. Une campagne a été lancée sur le site de l’Expo le 19 juillet, suivant l’exemple des pavillons des Maldives et d’Israël.

Les Sundarbans abritent la plus grande forêt de mangrove du monde, à cheval entre le Bangladesh et l’État indien du Bengale-Occidental. On estime que 500 tigres du Bengale et environ 30 000 cerfs axis y vivent.

La campagne mondiale en ligne est à présent dans sa phase ultime, et vingt-huit finalistes ont été sélectionnés, notamment la mer Morte, les Maldives, le fleuve Amazone, le Salto Angel, les îles Galápagos, le Grand Canyon et la baie d’Along.

Ce projet a été lancé en 2007 par Bernard Weber. Les vainqueurs seront connus le 11 novembre 2011. Un milliard de votes sont attendus au total.

La Chine et le Japon commenceront fin juillet leur négociation sur la mer de Chine orientale

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

La Chine et le Japon organiseront le 27 juillet 2010 leur premier cycle de négociation sur la mise en oeuvre du consensus de principe sur la question de la mer de Chine orientale.

Cette décision fait suite à une réunion entre le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi et son homologue japonais Okada Katsuya en marge de la Réunion ministérielle de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) à Hanoi, a indiqué Qin Gang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères jeudi à Beijing.

Elle fait suite aux consultations entre les administrations concernées de la Chine et du Japon et elle est en accord avec le consensus entre les dirigeants de ces deux pays, a souligné le porte-parole lors d’une conférence de presse.

Lors de la visite de Wen Jiabao au Japon fin mai, le Premier ministre chinois et le Premier ministre japonais d’alors Yukio Hatoyama, s’était mis d’accord sur la mise en oeuvre du consensus de principe sur la question de la mer de Chine orientale.

Selon Qin Gang, les ministres des Affaires étrangères des deux pays ont également exprimé pendant leur rencontre leur satisfaction devant le bon climat général actuel des relations sino-japonaises et ils ont appelé à renforcer le développement des relations stratégiques sino-japonaises basées sur la réciprocité.

Par ailleurs, ils ont appelé à maintenir les échanges de haut niveau afin d’insuffler une nouvelle vitalité politique aux relations bilatérales, de renforcer la coopération gagnant-gagnant et de bien préparer le 3e dialogue de haut niveau économique Chine-Japon, a ajouté Qin Gang.

La RPDC souhaite maintenir la communication avec la Chine pour la reprise des pourparlers à six

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Le ministre des Affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Pak Ui Chun, a déclaré jeudi à Hanoi que la RPDC souhaitait maintenir la communication avec la Chine pour la reprise des pourparlers à six, selon un communiqué de presse publié par le ministère chinois des Affaires étrangères.

Il a fait ces remarques lors de sa rencontre avec son homologue chinois Yang Jiechi en marge de la 43e réunion ministérielle de l’ASEAN.

La Chine et la RPDC se sont engagées à mettre en oeuvre le consensus important atteint par des dirigeants des deux pays, à élargir la coopération économique et commerciale et à améliorer les relations bilatérales, indique le communiqué.

Yang Jiechi a églament rencontré ses homologues russe et pakistanais pour discuter des relations bilatérales.

Pendant la rencontre entre Yang Jiechi et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ils ont indiqué que la Chine et la Russie ont connu un développement important dans l’amélioration du partenariat stratégique de coopération depuis le début de l’année, selon la même source.

Lors de sa rencontre avec son homologue pakistanais, Shah Mehmood Qureshi, Yang Jiechi a déclaré que la Chine et le Pakistan ont renforcé leur amitié et coopération globale. Les deux pays devraient renforcer la coopération dans divers domaines en vue de poreter leurs relations bilatérales à un nouveau hauteur, a dit le chef de la diplomatie chinoise.

Le Cube d’eau devient un parc nautique pour accueillir plus de visiteurs

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Le centre national de natation, le Cube d’eau, ouvrira ses portes aux visiteurs le 28 juillet (mercredi prochain) après des travaux qui ont duré une dizaine de mois et coûté 350 millions de yuans, dans lequel un parc nautique lèvera son rideau le 8 août. Le Cube d’eau réalisera une transformation, auparavant son profit ne se basait que sur la vente de billets de tourisme, et depuis alors il s’était mis au service des citoyens de Beijing.

Le parc nautique a une superficie de 12 000 m2, et le billet d’entrée est de 200 yuans.

Le nombre de Chinois qui partent vivre à l’étranger augmente

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Malgré les progrès économiques de la Chine ces dernières années, les Chinois sont de plus en plus nombreux quitter le pays, selon un récent rapport sur les migrations de l’OCDE.

Une rue du Chinatown de New York L’appel de l’étranger reste en vogue en Chine, si l’on en croit le trente quatrième rapport sur les perspectives des migrations internationales publié par le Système d’Observation Permanente des Migrations (SOPEMI) de l’OCDE la semaine dernière.

Premier constat : la Chine est, en nombre, le pays qui envoie le plus d’émigrants à l’étranger. Dans le total des migrations observée dans les pays de l’Organisation de Coopération et le Développement Economique, elle représente 10% des flux en tant que pays d’origine. En comparaison, l’Inde est à moins de 5%.

Certes, cela n’est guère surprenant compte tenu de la taille de la population totale chinoise.

Mais par rapport aux flux observés à la fin des années 1990, la Chine est parmi les pays qui ont connu la plus forte augmentation du nombre de départs, avec la Colombie, le Maroc et la Roumanie.

Ainsi, alors que 144 000 personnes quittaient la Chine chaque année entre 1995 et 1999, en 2008 ils étaient 539 000, soit presque le quadruple. En pourcentage du nombre total d’émigrés dans l’OCDE, la Chine est passée de 4,9% à 9,8% sur la même période.

Dans 15 des 31 pays de l’OCDE, dont la France, les Chinois sont la première communauté d’immigrés en nombre.

Les destinations des émigrants Chinois sont multiples, selon le rapport. 20% sont partis vers l’Europe, 15% vers les Etats-Unis et 11% vers l’Australie, le Canada ou la Nouvelle Zélande. La moitié des personnes restées en Asie ont choisi le Japon ou la Corée.

Les immigrés clandestins chinois sont également présents dans tous les pays de l’OCDE. Aux Etats-Unis, de plus en plus de Chinois sont arrêtés pour avoir tenté d’immigrer illégalement par la frontière mexicaine. En Janvier dernier, un article du New York Times rapportait que la police de frontière avait arrêté 281 chinois entre octobre et décembre 2009.

Toujours aux Etats-Unis, les Chinois forment le groupe le plus important à immigrer en tant que demandeurs d’asile, devant le Salvador.

La Chine est par ailleurs toujours et encore confrontée à un véritable phénomène de fuite des cerveaux, que l’amélioration des conditions de vie globale ne semble pas avoir endigué.

Ainsi, alors que le nombre d’étudiants chinois à partir étudier hors des frontières de l’empire du milieu augmente en permanence ( 30,8% d’augmentation moyenne sur les treize dernières années pour les étudiants chinois en France), ils sont encore beaucoup à ne pas revenir.

“Selon les statistiques officielles, seul un tiers des 220 000 étudiants partis à l’étranger depuis 1979 sont revenus au pays”, a expliqué Ronald Skeddon dans un article du Journal of International Affairs.

Cette préoccupante fuite des cerveaux, qui semble donc continuer malgré les efforts législatifs déployés pour faire revenir les élites parties vivre à l’étranger a récemment fait l’objet de débats dans plusieurs médias chinois.

Mais si le gouvernement prend des mesures pour séduire et ramener au bercail ses “cerveaux” exilés, avec l’instauration d’avantages significatifs pour les Haigui (“tortues de mer”, surnom donné aux personne ayant étudié à l’étranger et étant revenues), il ne fait rien pour inciter les autres à revenir.

Le pavillon de Monaco accueille son millionième visiteur

Ajouté au 26/07/2010 par SHI Lei

Un couple originaire de Shanghai a remporté le 21 juillet un voyage de trois jours à Monaco en devenant les millionièmes visiteurs du pavillon monégasque.

Huang Hai a déclaré avoir le moral au beau fixe, à l’image du temps de la journée.

Ce pavillon d’une superficie de 2000 m2 invite les visiteurs à découvrir les véhicules, la transformation de la ville et le système KERS du Grand Prix de Monaco, qui a démarré en 1929, dans un espace consacré à la Formule 1. Monaco est la seule ville qui comporte un circuit dans son centre. Une promenade le long de reproductions de vieilles rues typiques offre un aperçu de la cité État, de sa flore et de sa faune.

À l’entrée du pavillon, on peut visionner un court-métrage d’animation de six minutes, intitulé « Monaco, un rocher pour l’éternité », réalisé exclusivement pour l’Exposition universelle. Une extraordinaire aventure s’y déroule, renvoyant les visiteurs à l’ère préhistorique.

« Précédent Suivant »