La Chine et la Suisse vont lancer des négociations portant sur un accord de libre échange

Ajouté au 23/08/2010 par SHI Lei

La Chine et la Suisse ont convenu vendredi de lancer les négociations sur un accord de libre échange, à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire de l’ouverture des relations diplomatiques entre les deux pays.

Le président chinois Hu Jintao et la présidente suisse Doris Leuthard étaient présents lors de la cérémonie de signature du mémorandum de compréhension clôturant l’étude sur la faisabilité de l’accord de libre échange qui a débuté en 2009.

Les deux pays vont entamer les négociations sur l’accord de libre échange le plus tôt possible, a déclaré le ministère chinois du Commerce dans un communiqué.

L’un des tous premiers pays occidentaux à nouer des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine, la Suisse est maintenant un partenaire commercial important de la Chine en Europe.

“Avec des nouvelles opportunités de développement, les relations sino-suisses se trouvent à un nouveau carrefour de l’histoire,” a fait savoir M. Hu, lors de son entretien de 30 minutes avec Mme Leuthard au Grand palais du Peuple à Beijing.

M. Hu a salué le développement des relations bilatérales et s’est engagé à approfondir la confiance mutuelle politique et à élargir la coopération commerciale et économique.

Mme Leuthard a exprimé ses sincères condoléances envers les victimes des catastrophes naturelles survenues récemment en Chine, avant d’ajouter que son pays continuerait à adhérer à la politique d’une seule Chine.

Mme Leuthard, en visite de travail en Chine, a également indiqué que les deux pays pourraient renforcer leur coopération dans les domaines des finances, de l’éducation, de la culture, de la protection de l’environnement, du tourisme et des affaires internationales.

Meeting à Nanjing à l’occasion du 65ème anniversaire de la victoire de la guerre du peuple chinois contre l’agression japonaise

Ajouté au 23/08/2010 par SHI Lei

Le 15 août marque le 65ème anniversaire de la victoire de la guerre du peuple chinois contre l’agression japonaise. Dimanche matin, un meeting pacifique a eu lieu à Nanjing, la capitale de la province du Jiangsu en Chine de l’Est. Quelques 300 personnes y ont participé et parmi lesquelles figuraient notamment des parents de victimes des travailleurs détournés pendant la guerre au Japon pour le travail forcé, des amis japonais et les représentants de divers milieux de Nanjing.

Le meeting a eu lieu dans le Parc de paix situé au sein du Monument commémoratif des victimes du Grand Massacre de Nanjing. Le massacre perpétré par l’armée d’agression japonaise a coûté le vie de quelques 300 000 Chinois. Le directeur du Monument commémoratif des victimes du Grand Massacre de Nanjing, Zhu Chengshan, a déclaré à cette occasion que ce meeting pacifique traduit notre aspiration à la paix et notre volonté de lutter contre la guerre. La paix mondiale durable sera réalisée tant que nous gardons fermement dans l’esprit l’histoire et nous sommes attachés au principe de tirer les leçons du passé et de nous tourner vers l’avenir, a-t-il affirmé.

Un moteur de recherche du gouvernement chinois

Ajouté au 23/08/2010 par SHI Lei

Fruit de la collaboration des deux entreprises d’État, China Mobile et l’agence de presse Xinhua News, ce moteur de recherche viendra s’aligner face au leader Baidu ainsi que Google.

La Chine vient de franchir une nouvelle étape dans ses velléités de contrôle de l’Internet. L’opérateur China Telecom et l’agence de presse Xinhua News, deux entreprises appartenant à l’État chinois, ont annoncé qu’elles s’associaient pour créer un nouveau moteur de recherche.

China Telecom est le principal opérateur de téléphonie du pays tandis que Xinhua News est la voix officielle du Parti communiste chinois.

Un moteur par défaut pour les internautes chinois ?

Ce nouveau moteur de recherche, dont le nom et la date d’entrée en service ne sont pas encore connus, va tenter de s’imposer face à Baidu, le N°1 chinois avec 60,5% de part de marché et Google avec 37,6% (source StatCounter mois d’août).

Un défi de taille qui va demander des moyens importants et peut être inciter le gouvernement à prendre certains raccourcis en imposant par exemple l’usage de ce moteur à tous les corps d’État et dans les entreprises nationales, à commencer par China Telecom et ses 508 millions d’abonnés.

On imagine en outre qu’il est assez probable qu’un filtrage du contenu sera de rigueur.

Une haute responsable rencontre la nouvelle coordinatrice en Chine de l’ONU

Ajouté au 23/08/2010 par SHI Lei

Chen Zhili, vice-présidente du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN, le parlement chinois), a rencontré vendredi la nouvelle coordinatrice résidente des Nations unies en Chine, Renata Lok Dessallien.

Chen Zhili, vice-présidente du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN, le parlement chinois), a rencontré vendredi la nouvelle coordinatrice résidente des Nations unies en Chine, Renata Lok Dessallien.

Renata Lok Dessallien est entrée en fonction en mai 2010 en succédant Khalid Malik, dont le mandat s’est terminé en avril. Elle est aussi la nouvelle représentante en Chine du Programme de l’ONU pour le développement.

Plus tôt vendredi, Chen Zhili a également rencontré à Beijing une délégation du Parlement européen.

Dirigée par Monika Hohlmeier, membre du parlement et ancienne ministre de l’Education de l’état fédéral allemand de Bavière, la délégation s’est entretenue avec Mme Chen sur les liens entre la Chine et l’Europe ainsi que sur la coopération sino-allemande dans le domaine de l’éducation.

18e Congrès International d’Esthétique à Beijing

Ajouté au 16/08/2010 par SHI Lei

Le 18e Congrès International d’Esthétique se tient du 8 au 13 août à Beijing dans l’Université de Pékin.

Ayant pour thème la “diversité de l’esthétique”, le congrès regroupera plus de 800 universitaires venus de plus de 60 pays pour partager leurs vues philosophiques sur l’esthétique, a annoncé Gao Jianping, secrétaire général de la Société internationale d’esthétique (IAA), lors d’une conférence de presse lundi.

Dix sujets sont traités lors du congrès, y compris les esthétiques occidentale et non-occidentale, la définition de l’art et l’analyse des concepts de l’art.

“Le congrès est une occasion excellente pour les universitaires chinois de comprendre les derniers développements de l’esthétique dans d’autres pays. Il nous permettra en même temps de présenter les concepts esthétiques chinois au reste du monde”, a indiqué Ye Lang, directeur du Centre de l’esthétique et de l’éducation esthétique de l’Université de Pékin.

Le congrès comprend des groupes de discussions sur l’art chinois, l’éducation artistique et l’esthétique de la danse.

Le Congrès International d’Esthétique a eu sa première session à Berlin en 1913. Il était à l’origine un club d’universitaires de l’esthétique occidentale.

Le congrès tri-annuel est devenu le plus grand événement académique du monde pour les spécialistes de l’esthétique. Sa 17e session a eu lieu à Ankara en Turquie en 2007.

Des pirates informatiques utilisent des addresses IP chinoises pour lancer des attaques

Ajouté au 16/08/2010 par SHI Lei

Bien que des cyberattaques aient été fréquemment constatées dans tout le pays, la Chine n’est pas pour autant l’hôte d’un vaste réseau de pirates informatiques malintentionnés, car de nombreuses attaques en apparence originaires de Chine proviennent en fait de pays étrangers, d’après les analystes.

« C’est très compliqué de localiser l’origine exacte d’une attaque », a dit un participant à la 9e Conférence Xcon, une réunion annuelle destinée aux analystes chevronnés de la cyber-sécurité, qui s’est tenue à Beijing.

Les menaces sur la sécurité d’internet sont en augmentation, et la prise de conscience du piratage informatique par le public s’est développée.

En 2009, par exemple, 75% des entreprises mondiales ont connu de graves cyberattaques, qui ont causé des pertes individuelles d’au moins 2 millions de Dollars US, d’après le rapport 2010 de Symantec.

Compliquant les choses pour le gouvernement chinois, des sites internet et des moteurs de recherche du monde entier –de Google à Optus en passant par le site officiel de la République de Corée– se sont plaints avec force que les pirates informatiques étrangers en cause conduisaient à des ordinateurs situés en Chine, ce qui fait que les victimes ont cru que ces attaques provenaient effectivement de Chine.

« Par exemple, nous pouvons avoir un pirate informatique aux Etats-Unis ; il peut attaquer d’abord un ordinateur en Chine, et ensuite utiliser l’adresse IP chinoise pour attaquer un ordinateur en Australie, et ainsi de suite », a dit un consultant.

Cette façon de faire est bien connue dans les cercles de la cyber-sécurité, a-t-il ajouté, mais le grand public n’en est pas conscient dans une grande mesure.

Les pirates peuvent lancer des paquets d’attaque à partir de fausses adresses IP pour se rendre inrepérables, ou trouver des « friteuses » servant de tremplins pour se livrer à une prise de contrôle à longue distance.

Une « friteuse » est un ordinateur qui comporte des failles de sécurité et qui est déjà sour le contrôle d’un pirate informatique, en général par le biais de moyens détournés. En d’autres mots, utiliser une « friteuse » pour attaquer, c’est comme utiliser une arme à feu enregistrée sous le nom d’une autre personne avant de presser la détente.

Ce genre d’attaque est habituellement appelé Distributed Denial of Service (DDOS, attaque par déni de service), et c’est « très simple d’un point de vue technique, avec des instruments d’attaque qui existent déjà et sont disponibles », a dit le consultant.

Nul besoin de techniques avancées pour conduire des attaques DDOS, « tant que vous avez assez d’argent pour acheter des friteuses en grand nombre et les contrôler », a dit Sun Bing, chercheur en sécurité de l’information à Beijing, qui a participé à la conférence.

D’après l’Equipe Technique Nationale Chinoise de Réponse Technique pour les Réseaux Informatiques, plus de un million d’adresses IP chinoises étaient sous contrôle étranger en 2009.

En janvier dernier, Google avait annoncé qu’il quittait le marché continental chinois, citant les cyberattaques comme une des raisons principales pour « reconsidérer la faisabilité » de ses activités commerciales.

Un médicament traditionnel chinois réussit pour la première fois des tests cliniques stricts aux Etats-Unis

Ajouté au 16/08/2010 par SHI Lei

Un médicament traditionnel chinois destiné à traiter des maladies cardiovasculaires a été reconnu sûr et efficace par l’Administration américaine des aliments et des médicaments (U.S. Food and Drug Administration, FDA) et pourrait être lancé sur le marché aux Etats-Unis en 2013, a déclaré samedi une compagnie pharmaceutique.

Le médicament composé, portant le nom de Compound Danshen Dripping Pill, de la Tasly Pharmaceutical basée à Tianjin, a passé la phase II de tests cliniques menés par la FDA en juillet, une étape importante en vue de la mise sur les marchés américain et européen, a déclaré le président de la compagnie Yan Xijun lors d’une conférence de presse à Beijing.

Les tests cliniques de ce médicament composé d’extraits de plantes se sont déroulés dans 15 centres d’essai aux Etats-Unis au cours des trois dernières années et ont “généré des résultats positifs”, a indiqué Yan.

D’un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de yuans (environ 148 millions de dollars) sur le marché intérieur en 2009, le médicament était le premier médicament traditionnel chinois à passer la phase II de tests cliniques de la FDA, connue pour sa rigueur dans les approbations de médicaments.

L’administration a permis l’entrée du médicament chinois dans la phase III de tests.

La phase II de tests cliniques examine notamment l’efficacité du médicament ainsi que ses effets secondaires et ses risques, et la phase III comprend des tests plus approfondis.

Une fois la phase III accomplie, une compagnie pharmaceutique peut donc demander l’approbation de la commercialisation de son médicament aux Etats-Unis auprès de la FDA.

Selon M. Yan, la compagnie Tasly, qui est cotée à la bourse de Shanghai, va construire 50 à 70 centres d’essais cliniques dans le monde d’ici un an ou un an et demi pour la phase III de tests cliniques. Il espère voir l’entrée de son médicament sur les marchés américain et mondial d’ici trois ans.

Le médicament composé Compound Danshen Dripping Pill est en principe utilisé pour traiter l’angine de poitrine et les maladies cardiovasculaires. Dans le monde, plus 10 millions de malades souffrant de ces maladies prennent ce médicament chaque année.

L’utilisation du médicament chinois a été déjà approuvée par les autorités sanitaires du Canada, de la Russie, de la République de Corée, du Vietnam, de Singapour et de certains pays africains.

La Chine et la Suisse célèbrent le 60e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques

Ajouté au 16/08/2010 par SHI Lei

La Chine et la Suisse ont célébré le 60e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques lors d’une réception à Beijing samedi.

La Chine est devenue la 2e plus grande partenaire commerciale de la Suisse en Asie pendant les six dernières décennies, a affirmé Liu Qi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), à l’occasion de la réception.

En tant que chef du comité du PCC pour la municipalité de Beijing, Liu Qi a ajouté que Beijing cherchait un partenariat amical avec les gouvernements locaux suisses, la Suisse étant un partenaire important de la Chine sur le continent européen.

La Chine attache une grande importance au développement des relations amicales avec la Suisse, a indiqué Liu Qi, ajoutant que son pays espérait profiter du 60e anniversaire pour renforcer la confiance politique mutuelle et la coopération avec la Suisse dans divers domaines.

Doris Leuthard, présidente de la Confédération Helvétique et chef du Département fédéral des Affaires économiques, a affirmé que les relations Chine-Suisse se sont profondément développées depuis l’établissement des relations diplomatiques.

Mme Leuthard a indiqué que les deux économies sont complémentaires et que la coopération dans divers domaines tels que l’environnement, les équipements et les services financiers est mutuellement profitable.

Avant la réception, Liu Qi s’est entretenu avec Mme Leuthard et les deux parties ont échangé leurs points de vue sur les relations bilatérales.

L’un des premiers pays occidentaux à reconnaître la République populaire de Chine, la Suisse a établi des relations diplomatiques avec la Chine le 14 septembre 1950.

Nombre de visites de haut niveau se sont effectuées cette année entre les deux pays pour fêter le 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatique sino-suisses. Parmi elles, la visite en janvier du vice-Premier ministre chinois, Li Keqiang, en Suisse, la visite en juin de la ministre des Affaires étrangères suisse, Micheline Calmy-Rey, en Chine, et la visite en juillet du président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine (APN, parlement chinois), Wu Bangguo, en Suisse.

Mme Leuthard effectue sa visite de travail en Chine du 10 au 15 août, à l’invitation du président chinois Hu Jintao.

Expo 2010 de Shanghai : 40 millions de visiteurs

Ajouté au 16/08/2010 par SHI Lei

Le 40 millionième visiteur a franchit samedi matin exactement à 10h12 le tourniquet du parc de l’Exposition universelle de Shanghai, indique le Bureau de coordination de l’Expo.

La confiance mutuelle dans les relations sino-UE soulignée

Ajouté au 03/08/2010 par SHI Lei

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Yang Jiechi, a indiqué dimanche à Vienne que la confiance, le soutien et la coopération étendue étaient nécessaires dans le développement des relations entre la Chine et l’Union européenne.

M. Yang a tenu ces propos lors d’un entretien avec son homologue autrichien Michael Spindelegger, durant lequel ils ont échangé des points de vue sur les relations sino-européennes.

La Chine et l’Union européenne, soit le plus grand pays en développement et le plus important bloc de pays développés du monde, constituent également deux des plus importantes économies du monde, a indiqué M. Yang, actuellement en visite en Autriche. Les deux parties n’ont jamais eu de conflit d’intérêt fondamental, et n’ont pas de querelle historique en suspens, et elles partagent d’énormes intérêts communs dans le traitement du changement climatique global, dans les efforts destinés à faire progresser l’économie mondiale vers une reprise rapide et dans l’amélioration de la gestion globale, a indiqué M. Yang.

La Chine et l’Europe jouent un rôle important dans la promotion de la paix et du développement mondiaux, a ajouté le ministre chinois.

La Chine et l’Europe sont actuellement dans leur propre phase de développement vitale. Avec une situation témoignant de changements profonds et de défis mondiaux de toutes sortes en constante complication, les relations entre la Chine et l’Europe nécessitent une confiance mutuelle, du soutien et une coopération étendue, a-t-il souligné.

La Chine attache une grande importance au développement du partenariat stratégique global avec l’UE et est disposée à déployer des efforts conjoints avec l’UE dans trois secteurs afin de promouvoir le partenariat, a déclaré M. Yang.

Premièrement, maintenir les visites et contacts de haut niveau, en renforçant la confiance politique mutuelle.

Deuxièmement, renforcer la communication entre Parlements, partis et peuples, en consolidant l’opinion publique et la base sociale dans le développement des relations sino-UE.

Troisièmement, faire progresser globalement la coopération pragmatique, particulièrement dans les domaines du commerce, des hautes et des nouvelles technologies, de l’économie verte, en oeuvrant de concert pour lutter contre le protectionnisme commercial, dans le but de parvenir à une situation mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant.

La 13e réunion entre les dirigeants chinois et de l’UE, envisagée par les deux parties et prévue pour octobre, constitue une opportunité importante pour définir les futures relations sino-UE, a indiqué M. Yang, ajoutant que la Chine aimerait renforcer la communication de l’UE, pour que la réunion débouche sur des résultats positifs.

M. Spindelegger a indiqué pour sa part que l’Autriche était disposée à jouer un rôle actif dans le renforcement du développement des relations sino-UE.

« Précédent Suivant »