Les trains à grande vitesse remodèlent le paysage des transports du pays

Ajouté au 17/01/2011 par SHI Lei

Le réseau ferré à grande vitesse en expansion rapide va accentuer la pression sur les routes du pays lors de la prochaine période de vacances et son pic de circulation, et cela a d’ores et déjà contraint des compagnies aériennes à abandonner des dessertes à courte distance, ont annoncé mardi des responsables.

Quelque 5 149 km de voies à grande vitesse ont été mises en service l’année dernière, poussant la longueur du réseau à 8 358 km, le plus long du monde, a dit le Ministère des Chemins de Fer.

Mais l’ouverture de plus de liaisons à grande vitesse a eu aussi pour conséquence de faire baisser le nombre de trains réguliers pour les voyageurs à budget serré lors de la prochaine période de vacances du Nouvel An, a dit mardi le porte-parole du Ministère des Transports He Jianzhong.

Le Ministère des Chemins de Fer a en effet ajouté des services de luxe sur ses trains à grande vitesse sur plusieurs dessertes, espérant ainsi fournir un service plus diversifié.

Par exemple, un service couchettes de luxe a été ajouté entre Shanghai et Chengdu, la capitale de la province du Sichuan, avec des billets pouvant coûter jusqu’à 2 330 Yuans (352 Dollars US).

Mais de nombreux voyageurs n’ont pas les moyens d’acheter ces billets, ce qui cause un gaspillage de capacités de transport.

D’après un article publié mardi dans l’Oriental Morning Post de Shanghai, des centaines de couchettes molles sur les trains à grande vitesse entre Chengdu et Shanghai vont rester vides, bien que des billets moins chers aient tous été vendus.

D’après He Jianzhong, la situation de cette année a poussé de nombreux voyageurs, qui avaient l’habitude de rentrer chez eux en trains ordinaires du fait du prix bon marché des billets, à recourir aux bus à longue distance.

Et ce trafic supplémentaire va accentuer la pression sur le système de transport routier durant la période de pic des voyages, a dit M. He.

Le Wikileaks de Wenzhou inspire les autorités

Ajouté au 17/01/2011 par SHI Lei

Le gouvernement de la ville de Wenzhou, dans la province du Zhejiang, lutte contre la corruption avec l’aide d’un forum en ligne surnommé le Wikileaks local.

Les dénonciateurs utilisent le site 703804.com pour exposer les actes répréhensibles présumés des fonctionnaires.

Avec ses milliers de messages sur les problèmes politiques et sociaux et ses 150 000 visites quotidiennes, le site attire non seulement les résidents, mais aussi les responsables des agences gouvernementales.

Certains messages sur 703804.com (dont la prononciation est similaire au mot « discussion » dans le dialecte de Wenzhou) ont fait éclater plusieurs scandales depuis la création du forum en 2001, et des fonctionnaires incriminés ont été réprimandés ou transférés.

En novembre dernier, un utilisateur a affirmé que sept personnes âgées représentant une communauté de soixante foyers avaient été battues pour avoir accusé un promoteur immobilier d’enfreindre leurs droits. Le gouvernement a exigé une enquête scrupuleuse qui a conduit à l’arrestation de quatre suspects.

Pourtant, les relations entre le site et le gouvernement n’ont pas toujours été si cordiales. 703804.com a été considéré comme un fauteur de troubles pendant de nombreuses années.

Le site a souvent été interdit durant ses deux premières années d’existence après avoir impliqué le gouvernement dans des affaires de fraude financière ou d’activités illégales, explique Ye Zhe, l’un des fondateurs. Afin de pouvoir continuer à opérer, Ye a dû fréquemment déménager ses serveurs dans l’ensemble du pays, et même se faire héberger à l’étranger entre 2003 et 2005.

En 2005, le site a publié un article révélant que Shen Nuo, un officier de police de la ville, avait fui la scène d’un accident qu’il avait causé avec un véhicule muni d’une fausse plaque d’immatriculation. D’autres sites web et médias nationaux ont repris l’affaire et de nombreux internautes ont exprimé leur colère. Leur ferveur n’a pu être calmée jusqu’à ce que le Bureau de sécurité publique de Wenzhou punisse Shen.

Le site a été victime de cyberattaques suite à l’incident. Huang Xuemin, un autre fondateur du site, a rencontré des responsables gouvernementaux de haut rang, mais leurs discussions ont vite tourné à l’acrimonie, Huang appréciant peu le ton interrogatif de ses interlocuteurs.

Un tournant décisif a eu lieu durant l’été 2005. La police et les fondateurs sont parvenus à un consensus, et ont décidé que la solution était d’adresser les problèmes publiés plutôt que d’interdire le site.

Le sujet le plus populaire du forum concerne à présent les suggestions faites à Chen Derong, le chef du Parti communiste à Wenzhou, depuis qu’il a pris ses fonctions l’an dernier.

« Je visite le site quotidiennement. Lorsque je découvre un problème, j’appelle le département compétent à le résoudre ou à le transmettre à l’échelon supérieur », affirme Ke Binxiang, directeur adjoint de la publicité du district de Longwan.

Certains internautes ont émis des craintes que le site perde son indépendance, mais ses administrateurs jurent qu’ils ne sauraient être « achetés » par les campagnes de communication officielles.

Ce …

Chine/Europe : renforcement de la coopération en matière d’indications géographiques

Ajouté au 17/01/2011 par SHI Lei

Moutai, la marque la plus connue d’eau de vie chinoise, commence à se réjouir de sa popularité mondiale, six ans après son entrée dans les boutiques hors taxes internationales, grâce au réseau marketing de son partenaire français la Maison Camus, la cinquième grande maison de cognac.

Un bel exemple de coopération commerciale. Feng Liming, le directeur du bureau de représentation de la Maison Camus à Beijing, a également attribué cette réussite à la stratégie de “l’appellation d’origine de Moutai”, lors de la Conférence croisée France-Chine 2011, sur la Culture alimentaire et l’Indication géographique, organisée mercredi dans la capitale chinoise.

Sun Dawei, vice-directeur de l’Administration générale du Contrôle de qualité, de l’Inspection et de la Quarantaine en Chine, a fait remarquer, par la même occasion, que la Chine accordait une attention particulière à la coopération et aux échanges internationaux dans le domaine de l’indication géographique.

Aujourd’hui, Moutai fait partie des 1 170 produits d’indication géographique protégés par l’administration chinoise. Parmi ces produits, deux viennent de l’étranger, le Cognac de France et le Whisky d’Ecosse.

La Chine et l’Europe ont lancé en 2006 un projet de reconnaissance réciproque de dix produits sous le signe de la qualité et de l’origine.

Selon Wang Zhongmin, directeur de l’Institut de Standardisation de Chine, ce projet permet de protéger, sur le marché européen, les produits d’appellation d’origine chinoise contre les fraudes.

Sur le plan de l’économie nationale, le système chinois d’indication géographique, créé il y a une dizaine d’années, contribue largement à la protection des produits traditionnels locaux, notamment pour les produits agro-alimentaires, et au développement territorial, a-t-il ajouté.

Les dernières statistiques de l’administration montrent que le rendement de ces produits ont augmenté en moyenne de 20% après l’obtention de l’indication géographique.

La visite en Europe du Premier ministre chinois est un grand succès : vice-ministre des AE

Ajouté au 17/01/2011 par SHI Lei

La visite du vice-Premier ministre chinois Li Keqiang dans trois pays d’Europe a démontré la progression de la confiance, de la coopération et de la compréhension mutuelles, a déclaré jeudi la vice-ministre chinoise des Affaires étrangères Fu Ying.

M. Li est revenu à Beijing jeudi après-midi après s’être rendu en visite en Espagne, en Allemagne et en Grande-Bretagne, à l’invitation des gouvernements de ces pays.

Cette tournée du vice-Premier ministre chinois a eu lieu alors que les conséquences profondes de la crise financière internationale continuent de sévir, que la reprise économique mondiale reste confrontée à des incertitudes, et que l’Europe traverse une passe difficile en raison de ses problèmes de dette souveraine, a commenté Mme Fu.

Ces visites ont été un grand succès et ont donné un coup d’envoi énergique au développement des relations entre la Chine et l’Europe en 2011, a dit Mme Fu.

UNE COMPREHENSION MUTUELLE RENFORCEE

M. Li a déclaré lors de ses visites que la Chine était un partenaire stratégique de ces trois pays, et partageait avec eux des intérêts communs étendus, a rapporté la vice-ministre des Affaires étrangères. Présentant le développement de la Chine comme une opportunité pour les pays d’Europe, M. Li a également déclaré que leur prospérité et leur stabilité étaient synonymes d’opportunités pour la Chine.

La Chine souhaite travailler de concert avec ces trois pays pour faire face aux défis et rechercher un développement commun, a déclaré M. Li, cité par Mme Fu.

DES RELATIONS ECONOMIQUES ET COMMERCIALES RENFORCEES

Au cours de ses visites, M. Li a observé les nouveaux développements de ces trois pays en matière d’exploration énergétique et d’innovation scientifique et technologique, et signé avec eux des accords de coopération en matière d’énergie et de ressources, d’aviation, de télécommunications, de finances, de machines, et de tourisme, a dit Mme Fu.

Dans la mesure où l’économie de la Chine et celle de l’UE sont très complémentaires, M. Li a noté le grand potentiel de la technologie de pointe européenne combinée à l’immense marché de la Chine.

M. Li a appelé les deux parties à consolider leurs relations de coopération traditionnelles, à explorer de nouveaux domaines de coopération, à développer de grands projets et à produire de nouveaux noyaux de coopération. Il a également exprimé l’espoir que les deux parties renforceraient leur coopération technologique et exploreraient ensemble des marchés tiers pour dégager des bénéfices mutuels et parvenir à une solution gagnant-gagnant pour tous.

DES ECHANGES CULTURELS INTENSIFIES

Saluant leur longue tradition historique et culturelle respective, M. Li a déclaré que ces trois pays et la Chine avaient un grand potentiel d’échanges culturels, un facteur constructif pour renforcer la coopération mutuellement bénéfique.

Il a également appelé les deux parties à poursuivre l’intensification de ces échanges culturels et à consolider encore le rôle de l’opinion publique dans leurs relations.

UNE COMMUNICATION ET UNE COORDINATION INTENSIFIEES

Au cours de sa visite, M. Li s’est entretenu de manière complète et approfondie avec les dirigeants de ces trois pays sur des questions internationales et régionales telles que la situation économique, le Groupe des 20, les négociations mondiales du cycle de Doha, les changements climatiques, les dossiers nucléaires de la péninsule coréenne et de l’ran, la lutte contre le terrorisme et celle contre la prolifération nucléaire.

Les relations entre la Chine et ces trois pays ne sont plus uniquement bilatérales mais aussi mondiales, a dit M. Li.

LA RECONNAISSANCE DU SUCCES ET DU CONCEPT DE DEVELOPPEMENT DE LA CHINE

Au cours de sa visite, M. Li a également présenté aux Européens les principaux succès réalisés par la Chine au cours des plus de 30 années écoulées depuis l’adoption de sa politique de réforme et d’ouverture en 1978, ainsi que sa stratégie de développement pour l’avenir, a indiqué Mme Fu.

Selon les termes de M. Li, la voie de développement de la Chine est une voie pacifique, coopérative et harmonieuse, ce qui est conforme aux tendances mondiales et à sa situation nationale.

Toutefois, la Chine reste un pays en développement, et a encore beaucoup de chemin à parcourir avant de parvenir à la modernisation.

La Chine poursuivra sa politique de réforme et d’ouverture, appliquant le principe du “peuple d’abord”, accélérera sa restructuration économique, et réalisera un développement durable, a dit M. Li.

Les trois pays européens ont de leur côté tous affirmé que le développement de la Chine était une contribution très importante pour la paix et le développement dans le monde entier, promettant de s’impliquer davantage encore dans l’avenir du développement de la Chine.

Les relations entre la Chine et ces trois pays, ainsi que l’ UE dans son ensemble, ont une opportunité historique à saisir dans cette nouvelle ère, a dit Mme Fu, appelant les deux parties à renforcer leur compréhension mutuelle, à approfondir leur coopération pragmatique et leurs échanges culturels.

Le froid glacial se poursuit dans le sud de la Chine

Ajouté au 17/01/2011 par SHI Lei

Le Centre météorologique national de Chine a annoncé mardi que le temps glacial, accompagné de pluie verglaçante, continuerait à frapper le sud de la Chine pendant les trois jours à venir, aggravant davantage la situation des transports de la région.

Le Centre a maintenu mardi son alerte jaune pour les températures glaciales dans le sud du pays, incluant les provinces du Guizhou, du Yunnan, du Hunan et du Jiangxi, et la région autonome Zhuang du Guangxi.

Par ailleurs, le centre et l’ouest du Guizhou et certaines parties du Hunan seront aussi affectés par des chutes de pluies verglaçantes ces trois prochains jours, a prévu le Centre dans un communiqué sur son site Internet.

Des chutes de neige et de neige fondue devraient affecter le Sichuan, le Guizhou, le Yunnan, la région autonome ouïgoure du Xinjiang et le nord-est de la Chine sur la même période.

Le temps glacial persistant a fait des ravages dans le sud de la Chine, perturbant la circulation et endommageant les installations électriques.

Le ministère chinois de l’Agriculture a souligné qu’il assurerait un approvisionnement stable des produits agricoles malgré le temps glacial, alors que la fête traditionnelle la plus importante du pays approche.

Le ministère a exhorté les autorités locales à faire tous les efforts nécessaires pour garantir la production agricole, via une note sur son site Internet, alors que le temps glacial menace un approvisionnement abondant lors de la période cruciale de la fête du Printemps.

La Chine ébahit le monde avec sa technologie

Ajouté au 10/01/2011 par SHI Lei

La Chine a étonné le monde avec sa technologie et ses exploits techniques en 2010, quand elle a achevé plusieurs projets monumentaux aussi hauts dans le ciel que profonds dans les mers mais aussi entre les deux.

La Chine a accompli l’année dernière 15 lancements réussis vers l’espace, y compris celui de sa deuxième sonde lunaire, Chang’e-2, qui déterminera un emplacement destiné au premier alunissage du pays autour de 2013.

Les lanceurs Longue Marche ont également placé cinq satellites de navigation de type Beidou en orbite. Ces lancements faisaient partie du plan du pays destiné à constituer un réseau de 12 satellites de navigation Beidou couvrant la région Asie Pacifique avant 2012. Le système comptera 35 satellites de navigation d’ici 2020, quand il rivalisera avec le système de positionnement global des Etats-Unis (GPS).

Au sol, la Chine est devenue un acteur puissant de l’industrie ferroviaire à grande vitesse au niveau mondial en 2010, par l’innovation sur des technologies précédemment importées d’Allemagne, de France et du Japon.

Le ministère des chemins de fer a annoncé que le réseau ferroviaire à grande vitesse de la Nation a atteint l’année dernière 7 531 kilomètres, devenant plus long que n’importe quel autre réseau de n’importe quel autre pays.

La vitesse commerciale élevée des trains chinois est devenue la plus rapide du monde avec 380 km/h depuis que le train à grande vitesse Shanghaï-Hangzhou a été mis en service en octobre.

Il a battu de nouveaux records de vitesse opérationnelle par deux fois en 2010. En septembre, un train rapide de fabrication chinoise a atteint 416.6 km/h sur la voie à grande vitesse Shanghaï-Hangzhou. Deux mois plus tard, un train roulant sur la voie ferrée à grande vitesse Beijing-Shanghai, longue de 1 318 km, a atteint 486,1 km/h.

Les sources venant de la CSR Corp Ltd, un important fabricant domestique de trains, ont indiqué en décembre qu’un train expérimental était en développement, qui viserait à surpasser les 574,8 km/h, record établi en 2007 par un TGV français spécialement aménagé.

Le pays a également accompli de grandes réalisations en mer profonde, devenant le cinquième pays à développer la technologie de plongée profonde capable d’aller au-delà de la limite des 3.500 mètres.

Le Jiaolong, submersible développé en Chine, a planté un drapeau chinois sur le fond de la mer de Chine méridionale pendant une plongée à 3.759 mètres de profondeur en juillet.

Le bâtiment, conçu pour atteindre une profondeur de 7.000 mètres et pour fonctionner dans la majeure partie des océans de la planète, est considéré comme le seul sous-marin au monde qui peut théoriquement atteindre ces profondeurs. Le Shinkai 6500 japonais peut plonger 6.500 mètres. Les trois autres pays maitrisant la technologie de plongée en eaux profondes sont les Etats-Unis, la France et la Russie.

Et 2010 a aussi été l’année où la Chine a rattrapé les Etats-Unis en développant l’ordinateur géant le plus rapide au monde.

Le Tianhe-1A peut exécuter 2.507 trillions de calculs par seconde et est 29 millions de fois plus rapide que les ordinateurs géants les plus anciens.

En outre, le niveau d’eau du plus grand projet hydro-électrique, le Barrage des Trois Gorges, a grimpé jusqu’à 175 mètres en octobre 2010, lui permettant de produire de l’électricité à sa capacité maximum.

Cette série de méga-projets a été rendue possible par les gigantesques dépenses du pays en recherche et développement.

Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques basée à Paris (OCDE), les investissements de la Chine dans l’innovation ont presque doublé de 34 milliards d’euros (44.56 milliards de Dollars US) en 2006 à 65.7 milliards d’euros en 2009.

Les dépenses du pays pour l’innovation se développent maintenant au rythme de 25,5% par an, comparé à une baisse de 4% aux Etats-Unis en 2009. La croissance des économies européennes importantes, telles que l’Allemagne et la France, est restée à une décimale.

De plus grandes sommes encore ont été versées dans le développement des infrastructures. 700 milliards de yuan environ (105 milliards de Dollars US), tel a été le budget pour la construction ferroviaire à grande vitesse en 2010, a indiqué l’ingénieur en chef du Ministère des chemins de fer He Huawu.

Mais les percées ne sont pas simplement le résultat de dépenses accrues. La Chine, au cours de ces dernières années, s’est transformée d’un pays qui importe des technologies en un pays qui compte dans l’innovation. Elle est maintenant en lice pour des projets ferroviaires à grande vitesse outre-mer – même aux Etats-Unis, qui dominent le monde en matière de technologie ferroviaire de fret mais n’ont presque aucune expertise du rail à grande vitesse.

« Cela montre bien à quel point et combien rapidement la technologie a été adoptée par les entreprises chinoises, qui traditionnellement ne pouvaient seulement être concurrentielles avec les prix pour faire des offres dans le domaine du chemin de fer et d’autres projets d’infrastructures de base dans les pays en voie de développement », a rapporté l’Associated Press.

Le ministère des chemins de fer a commencé par la stratégie de « l’innovation sur la base de technologies importées pour constituer notre propre système », avait dit plus tôt M. He du ministère.

Le ministère avait déposé 947 demandes de brevet dans le pays à la date de mars 2010 et avait également commencé à déposer des demandes de droits de propriété intellectuelles à l’étranger.

Wang Mengshu, professeur au centre de recherches sur les tunnel et l’ingénierie souterraine à l’université Jiaotong de Beijing et membre de l’Académie Chinoise de Technologie, pense que « La Chine a la technologie des chemins de fer à grande vitesse la plus avancée ».

Les plans du Ministère pour les chemins de fer prévoient de prolonger le réseau à plus de 120.000 kilomètres d’ici 2020. Environ 16.000 kilomètres proviendront de la construction de nouvelles voies à grande vitesse. La Chine a lancé trois vaisseaux spatiaux équipés et deux ont atteint les navettes spatiales lunaires ces dernières années. Elle vise à établir une station spatiale d’ici 2020, et lancera deux vaisseaux spatiaux – Tiangong-1 et Shenzhou VIII – en 2011 pour paufiner sa technologie d’amarrage. Sun Jiadong, le concepteur en chef du programme Beidou, avait dit plus tôt lors d’un entretien « la montée en puissance de la Chine comme grande économie et ses avancées technologiques ont jeté les fondements pour que nous poursuivions nos progrès en matière de technologie aérospatiale… Il est important de trouver notre propre chemin d’exploration basé sur la propre situation de la Chine ».

Essor du micro-blog, déclin des réseaux sociaux

Ajouté au 10/01/2011 par SHI Lei

En 2010, l’industrie chinoise des nouveaux médias a connu un développement fulgurant. Mais comme tout nouveau phénomène, les incertitudes et défis ne manquent pas.

Les micro-blogs

A une époque où les internautes se désintéressent des articles longs et où les célébrités cherchent à rester perpétuellement sous les projecteurs, le micro-blog est l’outil rêvé.

Concis et pratiques, les micro-blogs ont connu un véritable boom l’an dernier en Chine. Le nombre d’inscrits sur le populaire portail sina.com.cn a presque doublé en six mois. Les trois autres principaux portails Web, sohu.com, qq.com et 163.com, n’ont pas tardé à créer leur propre service.

Les moteurs de recherche

La position dominante de Baidu est convoitée par plusieurs rivaux, notamment sohu.com, Bing de Microsoft et goso.cn du Quotidien du peuple, le journal du Parti communiste de Chine.

Xinhua prépare le lancement d’un moteur de recherche en partenariat avec China Mobile, le leader des réseaux de téléphonie mobile dans le pays. Goso et Xinhua ont un avantage pour fournir du contenu, tandis que Bing possède une grande avance en matière de technologie et de fonds.

L’Internet des objets

L’IdO fait référence à un réseau de biens réels munis de capteurs micro-puce reconnus sur Internet pour fournir des services en ligne interactifs.

Désigné « industrie stratégique émergente » en 2009, l’IoD dispose depuis mars dernier d’un centre de recherche à Shanghai. Cependant, certains experts estiment qu’un développement à grande échelle prendra beaucoup de temps.

Les « nègres » du web

Appelés wang lo shui jun en chinois, ils écrivent des articles ou commentaires à la demande de groupes de relations publiques, afin d’influencer le public selon leurs objectifs.

Les achats groupés

Les sites de vente en ligne ont connu un essor rapide en 2010 lorsque Wang Xing, fondateur du site similaire à Twitter « fanfou.com », a établi meituan.com, le premier site d’achats groupés de la partie continentale de Chine.

Ce modèle au potentiel très lucratif fait des émules. On comptait en juillet environ 900 sites similaires, selon la société pékinoise d’analyse Internet Analysys International.

Les réseaux sociaux

Au second semestre 2010, les réseaux sociaux chinois ont entamé une phase de déclin et plusieurs petits sites ont fermé. Même le leader du marché kaixin001.com a enregistré moins de visites.

La vérité embarrassante est que nombre d’internautes chinois ne saisissent pas l’essence des réseaux, préférant les utiliser exclusivement pour jouer à dérober des légumes des potagers virtuels de leurs amis.

En outre, beaucoup se déclarent intéressés par les informations personnelles d’autrui, tout en étant peu disposés à livrer des détails sur eux-mêmes.

L’opinion publique

En 2010, le gouvernement s’est mis à recueillir les avis des membres du public sur Internet ou les a invités à faire part de leurs préoccupations.

Pourtant, pas moins de 78,5% de 450 000 internautes chinois interrogés se déclarent insatisfaits des sites gouvernementaux. Ils se plaignent des retards de mise à jour et du fait que les messages du public sont souvent ignorés. Nombre de services et pages se révèlent en outre inaccessibles.

Livre blanc: davantage de Chinois pensent que la corruption décline

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Une enquête gouvernementale montre que 83,8% des Chinois pensent que la corruption a décliné “dans une certaine mesure” en 2010, indique un livre blanc sur la lutte anti-corruption en Chine publié mercredi à Beijing.

L’enquête a été menée par le Bureau national des Statistiques (BNS), selon le livre blanc, intitulé “les Efforts de la Chine pour Lutter contre la Corruption et Etablir un Gouvernement Intègre”, et publié par le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat.

Le pourcentage était de 68,1% en 2003, ajoute le livre blanc en citant l’enquête du BNS.

Selon l’enquête, entre 2003 et 2010, le taux de satisfaction des citoyens chinois quant à la lutte contre la corruption et à l’établissement d’un gouvernement intègre a régulièrement augmenté, passant de 51,9% à 70,6%.

La lutte contre la corruption et l’établissement d’un gouvernement intègre sont liés au développement national de la Chine, aux intérêts fondamentaux de l’immense majorité du peuple chinois, à l’égalité sociale, à la justice, à l’harmonie et à la stabilité, selon le livre blanc.

C’est la position constante du Parti communiste chinois (PCC) et du gouvernement chinois de punir résolument et de prévenir efficacement la corruption, et de s’efforcer de construire un gouvernement intègre.

Depuis le début du 21e siècle, la Chine a mis davantage en avant la lutte contre la corruption et l’établissement d’un gouvernement intègre, indique le libre blanc.

Le Bureau national de Prévention de la corruption de Chine a été établi pour assumer la responsabilité globale de la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, selon le livre blanc.

Livre blanc : le combat contre la corruption est prioritaire pour le PCC

Ajouté au 04/01/2011 par SHI Lei

Le Parti communiste chinois (PCC) a toujours considéré comme prioritaire le combat contre la corruption et l’édification d’un gouvernement intègre, indique mercredi le Livre blanc publié par le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat, (le gouvernement chinois).

Particulièrement depuis l’adoption de la politique de réforme et d’ouverture vers l’extérieur en Chine, le Comité central du PCC a formulé une série de stratégies, de principes et de politiques relatifs au combat contre la corruption, fait savoir le Livre blanc, intitulé “les Efforts de la Chine pour Lutter contre la Corruption et Etablir un Gouvernement Intègre”.

Le gouvernement chinois organise chaque année une conférence de travail sur la construction d’un gouvernement intègre pour faire des agencements dans le système du gouvernement.

Le soutien du public et sa participation constituent une base importante du succès du combat contre la corruption et de l’édification d’un gouvernement intègre, selon le document.

En Chine, les principaux organes chargés de combattre la corruption et d’établir un gouvernement intègre sont les organes du Parti chargés de l’inspection disciplinaire, les organes judiciaires d’Etat, les organes de supervision et d’audit du gouvernement, ainsi que le Bureau national de prévention de la corruption.

Ces organisations exercent des fonctions différentes et sont indépendantes dans l’exercice de leurs devoirs, tout coopérant entre elles.

Ces dernières années, ces organisations ont pris des mesures strictes pour améliorer les standards, l’éducation, la gestion et la supervision du personnel pour la mise en application de la loi et des disciplines, selon le Livre blanc.

Peugeot voit la Chine en rose

Ajouté au 27/12/2010 par SHI Lei

Chine est l’avenir de l’automobile. Cette fois c’est Peugeot qui le confirme, via la voix de Timothy Zimmerman, le directeur général de la marque au Lion en Chine.

Cité par le Wall Street Journal, ce dernier a indiqué qu’à l’horizon 2015, le groupe vendrait autant de véhicules dans l’empire du Milieu qu’il n’en écoule actuellement en France.

« Précédent Suivant »