UE/Chine : vers une intensification de leur coopération en matière d’éducation, de culture, de jeunesse et de recherche

Ajouté au 31/10/2011 par SHI Lei

L’Union européenne (UE) et la Chine s’apprêtent à intensifier leur coopération en matière d’éducation, de culture, de jeunesse, de recherche et de multilinguisme, a annoncé la Commission européenne dans un communiqué.

Les deux parties se prépare au lancement d’un dialogue interpersonnel dans ces domaines, dont l’objectif est d’approfondir la compréhension et de renforcer la confiance mutuelle en facilitant les échanges entre les deux partenaires stratégiques, et ce dans un nouveau cadre de coopération qui sera officiellement lancé avant la fin de l’année, selon le communiqué.

Le nouveau dialogue interpersonnel de haut niveau UE-Chine représentera un “troisième pilier” dans les relations entre les deux partenaires. Il s’appuiera sur deux accords de coopération précédents, le dialogue économique et commercial de haut niveau (“premier pilier”) et le dialogue stratégique de haut niveau (“deuxième pilier”).

Le dialogue interpersonnel bénéficiera du même statut que les autres accords et possèdera une structure souple dont l’incidence financière sera très faible. Sa première réunion officielle aura lieu en 2012.

La commissaire européenne chargée de la Culture, Mme Androulla Vassiliou, se trouve actuellement en Chine pour mettre la dernière main aux préparatifs du lancement dudit dialogue.

“Ce nouveau pilier de la coopération portera les relations sino-européennes à un niveau plus élevé. Il ouvrira la voie à un dialogue sur un large éventail de sujets et apportera, par là même, de réels avantages à la fois aux citoyens européens et chinois. Il marquera une avancée très importante dans les relations UE-Chine”, a commenté la commissaire Vassiliou.

 

Le 4e Festival du Film de l’UE en Chine se déroulera en novembre

Ajouté au 14/10/2011 par SHI Lei

Le 4e Festival annuel du Film de l’Union européenne (UE) en Chine de déroulera du 1er au 30 novembre à Beijing et dans deux autres grandes villes chinoises, a-t-on appris mercredi durant une conférence de presse.

Le festival du film, organisé par la délégation de l’UE en Chine avec l’aide de l’ambassade de Pologne, invitera les 27 pays membres de l’UE à projeter un film récent et populaire.

Selon l’ambassadeur de l’UE en Chine, Markus Ederer, de plus en plus de Chinois s’intéressent aux films européens. L’événement avait attiré 5 000 cinéphiles en 2008 et 13 000 en 2010.

Le festival présentera une bonne opportunité pour le peuple chinois d’apprécier les films de l’UE et de découvrir leur développement. Ceci aidera les spectateurs chinois à mieux comprendre la culture européenne.

Lors du festival, les Chinois pourront voir le film français “The Piano Tuner”, “Aching Hearts” (Danemark), “20 Cigarettes” (Italie) et “Beauty and the Pararazzo” (Portugal). Tous les films seront projetés en version originale sous-titrée en anglais et chinois.

 

La Chine confirme sa participation à l’Exposion universelle de 2015

Ajouté au 10/10/2011 par SHI Lei

La Chine a confirmé sa participation à l’Exposition universelle de 2015 à Milan, en Italie, et a commencé ses préparatifs pour cet événement, a annoncé vendredi le Conseil pour la promotion du commerce international de Chine (CPCIC).

La Chine est prête à partager ses expériences en matière de production alimentaire et de développement durable, et à forger des liens avec les autres participants du secteur de l’industrie alimentaire, a indiqué Wan Jifei, président du CPCIC

L’Exposition universelle de 2015, ayant pour thème “Nourrir la planète, Energie pour la vie”, se concentrera sur la tradition, la créativité et les innovations dans le secteur alimentaire. Elle aura lieu du 1er mai au 31 octobre à Milan.

La Chine a lancé son premier module de station spatiale

Ajouté au 10/10/2011 par SHI Lei

La Chine a lancé jeudi avec succès son premier module de station orbitale, qui lui servira à s’entraîner dans le cadre d’un programme visant à la doter d’un habitat spatial permanent à l’horizon 2020.

La fusée Longue Marche 2F avec à son bord le vaisseau Tiangong-1, dont le nom signifie “palais céleste”, a décollé comme prévu juste après 21H15 (13H15 GMT) depuis le base de Jiuquan (nord-ouest), dans le désert de Gobi.

Ce lancement est intervenu à deux jours de la Fête nationale chinoise, célébrée le 1er octobre.

Le président Hu Jintao était présent pour l’occasion au Centre de contrôle des vols spatiaux de Pékin. Les autres hauts responsables communistes de la Chine, dont le Premier ministre Wen Jiabao et le vice-président Xi Jinping, ont également assisté au décollage.

Dix minutes environ après la mise à feu de la fusée, Tiangong-1 s’est séparé sans problème de son véhicule transporteur, à une hauteur de 200 kilomètres au-dessus de la Terre, a annoncé l’agence Chine nouvelle.

Puis le module a déployé ses deux panneaux solaires, a indiqué l’agence officielle.

Moins de trente minutes après le décollage du lanceur, le commandant en chef des programmes spatiaux habités chinois, Chang Wanquan, a déclaré que le lancement de Tiangong-1 était un “succès”.

La chaîne d’information de la télévision d’Etat CCTV a consacré une soirée spéciale à la mise en orbite du module.

L’an dernier, la Chine avait profité de la date de la fête nationale pour envoyer une sonde lunaire, Chang’e 2. Ce lancement faisait également partie du programme des vols spatiaux habités: entamé il y a 20 ans, il a permis à la Chine de devenir en 2003 le troisième pays du monde, après l’URSS et les Etats-Unis, à envoyer des hommes dans l’espace.

Prototype dont la durée de vie prévue dans l’espace est de deux ans, Tiangong-1 devrait accueillir d’ici un mois Shenzhou VIII, un vaisseau inhabité pour le premier rendez-vous spatial chinois, puis successivement deux vaisseaux avec au moins un spationaute à leur bord, Shenzhou IX et Shenzhou X.

Tiangong-1 doit rejoindre une orbite à 350 km d’altitude, plus élevée que celle de l’ISS (station spatiale internationale), qui sera ensuite abaissée à 343 km pour son rendez-vous avec Shenzhou VIII.

La technologie des amarrages spatiaux est difficile à maîtriser parce que les deux vaisseaux, placés sur une même orbite et évoluant à quelque 28.000 km/h autour de la Terre, doivent se rapprocher très progressivement avant de s’unir.

Comme pour son premier vol spatial habité, la Chine se trouve pour son futur premier rendez-vous spatial dans une phase de rattrapage technologique en reproduisant des expériences réalisées par les Américains et les Russes dans les années 1960.

“Les Chinois utilisent des systèmes d’amarrage qui sont identiques aux systèmes russes puisque le programme Shenzhou est hérité à l’origine de technologies de type Soyouz”, a expliqué à l’AFP Isabelle Sourbès-Verger, spécialiste du programme spatial chinois au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Avant de construire à l’échéance de 2020 une station orbitale comme la station russe Mir ou l’ISS dans laquelle un équipage peut vivre en autonomie durant plusieurs mois, la Chine devrait effectuer d’autres essais après que Tiangong-1 eut quitté son orbite en 2013.

“Si les Chinois démontrent qu’ils ont une capacité d’amarrage qui fonctionne correctement, cela les met en position potentielle de pouvoir un jour prétendre à accéder à la Station spatiale internationale”, selon Mme Sourbès-Verger.

Mais, pour l’expert australien Morris Jones, “les plus grands problèmes des Chinois pour participer à l’ISS sont d’ordre politique. Les Etats-Unis y sont fortement opposés”.

 

A la recherche d’un nouveau chapitre dans les relations sino-libyennes (COMMENTAIRE)

Ajouté au 19/09/2011 par SHI Lei

La reconnaissance officielle du Conseil national de transition (CNT) libyen par la Chine comme autorité dirigeante et représentant du peuple libyen est une décision mature prise au bon moment par la partie chinoise.

La Chine et la Libye travaillent ensemble en faveur d’une transition douce et du développement des relations bilatérales.

A présent, la situation en Libye n’est pas stabilisée, et on ne sait toujours pas où se cache Mouammar Kadhafi. Mais ce qui est clair c’est que le CNT contrôle la majeure partie de la Libye et a commencé à prendre le pouvoir et à assumer les responsabilités administratives.

La décision de la Chine se base sur sa politique étrangère indépendante de paix et le principe de respect du choix des Libyens.

La politique chinoise sur la Libye ne cherche pas à satisfaire ses propres intérêts mais est entièrement consacrée aux intérêts des relations bilatérales ainsi qu’à la paix, la stabilité et au développement de la région dans son ensemble.

Depuis que les troubles ont éclaté en Libye, la Chine a tenté d’apaiser les conflits, a maintenu la communication et les contacts avec la communauté internationale et a appelé à une solution pacifique.

Les relations d’amitié et de coopération entre la Chine et la Libye doivent se développer sur la base de l’amitié entre les deux peuples et les intérêts communs des deux pays.

Quels que soient les changements au niveau des autorités libyennes au pouvoir, des efforts doivent être déployés pour faire en sorte que le vide ne s’installe pas dans les relations bilatérales et que la coopération amicale et les échanges continuent sans interruption.

La Chine soutient la reconstruction politique et économique de la Libye et est prête à jouer son rôle dans le processus de reconstruction.

De son côté, le leadership du CNT s’est dit “ravi” de la décision de la Chine de reconnaître son statut.

En réponse, le CNT a publié un communiqué en trois points: respecter strictement tous les traités et accords existants entre les deux pays; adhérer fermement à la politique d’une seule Chine; accueillir la participation de la Chine dans la reconstruction du pays et promouvoir de concert le développement stable et durable des relations bilatérales.

 

Coopération sino-africaine : l’intérêt des populations locales au coeur des actions chinoises en Afrique

Ajouté au 14/09/2011 par SHI Lei

Autoroutes, ponts, grands théâtres, raffineries, usines et autres infrastructures ont émergé sur le continent africain grâce à l’assistance chinoise.

La coopération économique entre la Chine et l’Afrique a porté ses fruits : 2 000 km de voies ferrées et 3 400 km d’autoroutes ont été construits ces dernières années sur le continent africain, et dans le même temps, une centaine d’écoles, une soixantaine d’hôpitaux et une trentaine de centres de lutte contre le paludisme ont été offerts clé-en-main aux pays africains.

Les entreprises chinoises apportent leur contribution à la construction de leur pays d’accueil et assument leurs responsabilités sociales en s’efforçant d’améliorer le quotidien des populations locales tant que faire se peut, tout en respectant les us et coutumes du pays.
PAS DE PLUS BEAU CADEAU QUE L’EDUCATION
Lundi matin vers 6 h 30, cartable au dos, James Mwangi, 13 ans, prend le chemin de l’école primaire Mcedo-Beijing construite sur le financement du gouvernement chinois, d’un pas rapide et décidé. Avant de fréquenter cette école située au coeur du quartier bidonville de Mathare dans la capitale kenyane Nairobi, Mwangi passait son temps avec ses frères à collecter des déchets recyclables.

Ce jeune garçon déclare que pour lui, le plus beau cadeau, c’est d’avoir la chance d’aller rejoindre les bancs de l’école, car grâce à l’éducation, dit-il, il pourra réaliser son rêve de sortir sa famille du bidonville.

L’école Mcedo-Beijing donne aux enfants comme Mwangi l’espoir d’un avenir meilleur en leur permettant d’acquérir un bagage de connaissances. Les élèves scolarisés dans cette école sont pour la plupart des orphelins et des enfants issus de familles pauvres ou de familles monoparentales.

Mary Wangeci, une mère d’élèves, a avoué que l’école avait été une bouée de secours pour elle, car elle l’a aidée à extraire ses quatre filles adolescentes de la vie dans la rue. “Avant la création de cette école, mes quatre filles étaient dans la rue, elles reniflaient de la colle en compagnie de filles et de garçons plus âgés. Il était difficile de les sortir de ces conditions d’existence, mais grâce à Dieu, elles ont enfin accepté d’aller à l’école primaire Mcedo-Beijing”, s’est réjouie Mme Wangeci.

“Qui sait si un jour le dirigeant de ce pays et même les meilleurs cerveaux ne seront pas issus de l’école Mcedo-Beijing”, a-t-elle lancé.

Autre action en faveur de l’éducation, au Maroc cette fois, le groupe chinois ZTE Corporation a investi plus de 6 000 dollars pour la rénovation de l’école Moulay Idriss II de Casablanca.

Et dans le centre du Togo, le Complexe sucrier d’Anié développé par la Société sino-togolaise (SINTO) a construit, sans contrepartie, une école primaire pour la population résidant dans les environs du réservoir du complexe sucrier et a fait don de cartables et diverses fournitures scolaires aux 4 écoles primaires de la ville d’Anié.

Mais les actions de la société SINTO ne se limite pas au domaine éducatif. L’entreprise participe régulièrement à des activités caritatives organisées par des organisations locales. A la veille du Nouvel an 2009, le Complexe sucrier d’Anié a porté secours aux sinistrés des inondations d’Atakpamé, dans le centre du pays, avec des dons s’élevant au total à près d’un million de francs CFA. Et en 2010, le réservoir du complexe sucrier a été agrandi grâce aux innovations techniques, et commence à fournir de l’eau potable aux habitants de la ville d’Anié.
ZERO DOMMAGE A L’ENVIRONNEMENT
Sur le site de CPP (China Petroleum Pipeline) à D’Jermaya au Tchad, le personnel de CPP a réussi à faire passer un tronçon du pipeline entre deux arbres très rapprochés sans les abîmer, parce que l’entreprise a bien conscience que pour les habitants de cette agglomération, tout élément de la nature est un trésor sacré.

Pour enterrer le pipeline dans l’espace de 5 mètres de large entre les deux arbres, tout en évitant de les toucher, la société chinoise a modifié le plan et la méthode d’exécution des travaux. Le pipeline a été enterré plus profondément, et l’évacuation de la terre s’est faite en restant à bonne distance des deux arbres. Toutes les opérations – déplacement du pipeline, soudage, remblai, etc – ont été exécutées manuellement, le tout sous un soleil de plomb.

“Lors des travaux de pose du pipeline, nous ressentons une grande responsabilité en termes de protection de cet environnement vulnérable, parce que nous avons constaté que les Tchadiens sont profondément attachés à la nature et ses richesses”, a expliqué M. Wang Bo, chef du département environnement et sécurité de CPP.

La bonne planification et son application rigoureuse sont une garantie pour la protection de l’environnement. “Zéro dommage à l’environnement, c’est notre objectif”, a ajouté M. Wang.

Galen Jones, inspecteur général canadien chargé de la protection de l’environnement sur les champs pétrolifères, et qui a déjà travaillé sur plusieurs sites différents, estime que le chantier pris en charge par la CPP se classe parmi les meilleurs au niveau mondial en termes de normes environnementales.

“Cette société pétrolière chinoise se fixe des critères très élevés en matière de protection de l’environnement et les applique avec rigueur. C’est “zéro trace” avant l’entrée en production. Et je suis certain qu’après la mise en service des champs pétrolifères, cet acquis ne lui fera pas défaut”, affirme Galen Jones.

 

DES MISSIONS MEDICALES CHINOISES AU SERVICE DES POPULATIONS AFRICAINES
Au Cameroun, une nouvelle équipe médicale chinoise, composée de 38 nouveaux arrivés et 7 membres de l’ancienne mission qui ont choisi de continuer avec un nouveau mandat, a été accueillie le 9 juillet 2010 lors d’une cérémonie tenue à Yaoundé, en présence du ministre camerounais de la Santé publique, André Mama Fouda, et de l’ambassadeur de Chine, Xue Jinwei.

C’est la 15e mission médicale chinoise qui doit séjourner deux ans dans ce pays d’Afrique centrale. Cette équipe médicale exercera dans trois hôpitaux construits avec le concours du gouvernement chinois : l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé, les hôpitaux de district de Mbalmayo près de la capitale camerounaise et de Guider, dans le nord. Pour le ministre de la Santé publique, la coopération médicale chinoise est très appréciée par la population camerounaise. Au fil du temps, elle s’est fait “une véritable réputation d’efficacité et de célérité”, s’est-il félicité.

Depuis l’arrivée de la première équipe médicale chinoise en Afrique à l’invitation du gouvernement algérien en avril 1963, la Chine a déjà envoyé, jusqu’en décembre 2010, un total de 18 000 médecins chinois dans 46 pays africains. Les missions médicales chinoises ont soigné plus de 200 millions de malades et formé des dizaines de milliers de confrères africains. Actuellement, plus d’un millier de médecins chinois travaillent dans 41 pays africains dans le cadre de l’assistance médicale chinoise à l’Afrique.

Au Togo, en avril 2010, le président togolais Faure Gnassingbé a inauguré le centre hospitalier régional de Lomé-Commune, construit avec l’aide chinoise et équipé de matériel moderne pour un montant de 4,364 milliards de francs CFA, dans la banlieue nord Kégué de la capitale togolaise. Ce nouveau centre hospitalier est le deuxième construit au Togo avec l’aide de la Chine.

La construction de ce centre “constitue un maillage de proximité permettant de répondre aux besoins de la population de la Commune de Lomé en matière de soins de santé de qualité”, a indiqué le ministre d’Etat, ministre de la Santé publique, Komlan Mally.

En Côte d’Ivoire, des moyens sanitaires ont aussi été renforcés grâce à la coopération sino-ivoirienne. En collaboration avec le ministère ivoirien de la Santé, le gouvernement chinois a créé à Abidjan un centre de recherche et de lutte contre le paludisme. Pour les autorités ivoiriennes, ce centre qui ambitionne de faire reculer le paludisme dans le pays est venu à point nommé et devrait contribuer à l’amélioration de l’état de santé des populations.

La Chine et l’Afrique abordent ensemble le développement rural

Ajouté au 05/09/2011 par SHI Lei

Des hauts fonctionnaires de Chine et des pays africains se sont réunis pour un séminaire à Beijing afin de discuter du développement rural et de la croissance économique.

Le séminaire de sept jours s’est ouvert dimanche, attirant des représentants venus de la Chine et de 11 pays africains pour échanger leurs points de vue et expériences concernant le thème du séminaire “l’agriculture et le développement rural”.

Justin Lin Yifu, économiste en chef et premier vice-président de la Banque mondiale, a indiqué, lors de la cérémonie d’ouverture du séminaire, que les pays africains devaient apprendre les expériences chinoises dans l’élaboration d’une série de politiques pour promouvoir son développement agricole et rural, car ces politiques ont également aidé la croissance économique du pays.

Hu Jinglin, assistant du ministre des Finances, a indiqué que l’approfondissement de la coopération agricole entre la Chine et l’Afrique pourrait aider à renforcer la sécurité céréalière du monde.

La Chine a jusqu’ici lancé 142 projets de coopération agricole avec 14 pays africains. En outre, elle a envoyé 104 agronomes dans 33 pays africains pour former plus de 4 200 techniciens agricoles locaux.

La Chine appelle à renforcer la coopération entre l’ouest du pays et les pays asiatiques et européens

Ajouté au 01/09/2011 par SHI Lei

 Le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang a appelé mercredi à promouvoir les échanges et la coopération entre les provinces et les régions autonomes de l’ouest de la Chine et les pays asiatiques et européens.

“J’espère que les opportunités offertes par la première Exposition Chine-Eurasie pourront être saisies pour porter à un niveau supérieur le commerce et les investissements entre la région de l’ouest de la Chine, en particulier la région autonome ouïgoure du Xinjiang, et les pays asiatiques et européens”, a déclaré Li Keqiang.

Le vice-Premier ministre chinois s’est ainsi exprimé lors de ses entretiens respectifs avec le président pakistanais Asif Ali Zardari et le vice-Premier ministre kazakh Aset Isekeshev, actuellement en visite à Urumqi, capitale du Xinjiang, pour assister à la première Exposition Chine-Eurasie qui se tiendra du 1er au 5 septembre dans la ville.

Durant sa rencontre avec M. Zardari, le vice-Premier ministre chinois a fait l’éloge de l’amitié à l’épreuve du temps entre la Chine et le Pakistan, assurant que la Chine a toujours attaché une grande importance à ses relations avec le Pakistan dans une perspective stratégique et à long terme.

La Chine travaillera avec la partie pakistanaise pour mettre en place une coopération mutuellement avantageuse dans les secteurs du commerce, des investissements, de l’énergie et des ressources, des infrastructures et des finances, a fait remarquer M. Li.

Le président pakistanais a déclaré pour sa part que son pays allait continuer de consolider la coopération avec la Chine en matière politique et économique et dans les affaires régionales et internationales afin de faire progresser l’amitié entre le Pakistan et la Chine.

Au cours de son entretien avec M. Isekeshev, le vice-Premier ministre chinois a évoqué les succès des visites mutuelles effectuées par les chefs d’Etat des deux pays cette année, soulignant que le partenariat Chine-Kazarkhstan se trouvait à un nouveau point de départ.

M. Isekeshev a indiqué que le Kazakhstan et la Chine étaient de bons voisins qui se faisaient mutuellement confiance et que son pays était prêt à renforcer la coopération avec la Chine dans les domaines commercial et technologique afin de porter les relations bilatérales à un nouveau niveau.

Rencontre du président chinois avec la directrice générale de l’Unesco

Ajouté au 15/08/2011 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a rencontré Irina Bokowa, la directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), ce jeudi à Shenzhen, dans la province du Guangdong. Ils ont tous les deux exprimé leur volonté de renforcer leur coopération.

Lors de sa visite en Chine, Irina Bokowa participera à la cérémonie d’ouverture de la 26e Universiade, qui se tiendra à Shenzhen du 12 au 23 août.

Le président chinois offre ses vœux de succès à l’Universiade de Shenzhen

Ajouté au 15/08/2011 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a rencontré le 11 août à Shenzhen, dans la province du Guangdong, George Killian, président de la Fédération internationale du sport universitaire.

L’organisation de l’Universiade contribuera à promouvoir la pratique des disciplines olympiques en Chine et offrira une importante plateforme d’échanges aux étudiants du monde entier, a indiqué M. Hu. Tout est fin prêt pour accueillir l’ouverture de l’Universiade de Shenzhen. Le président chinois souhaite le plein succès de la 26e Universiade.

George Killian a fait l’éloge de l’importance accordée par la Chine au développement du sport auprès des jeunes et a exprimé son intention de renforcer les échanges et la coopération avec le pays pour promouvoir l’essor du sport universitaire international.

« Précédent Suivant »