La Chine exporte des porcelaines pour le soixantième anniversaire du règne de la reine d’Angleterre

Ajouté au 10/02/2012 par SHI Lei

Un total de 55 100 articles en porcelaine ont été récemment exportés de la province du Hebei dans le nord de la Chine vers la Grande-Bretagne pour le soixantième anniversaire du règne de la reine d’Angleterre.

Conçus sur mesure par la famille royale britannique, les articles en porcelaine, comprenant des assiettes en porcelaine sur lesquelles figure le portrait de la reine et des tasses en porcelaine blanche, ont été produits dans la ville de Tangshan et ont une valeur totale de 337 500 dollars, a indiqué lundi le Bureau de l’inspection et de la quarantaine d’import-export de la province du Hebei.

La ville de Tangshan, connue comme la “capitale de la porcelaine du nord de la Chine”, est réputée pour sa porcelaine de haute qualité. Les porcelaines fabriquées dans la ville sont exportées vers les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie.

 

Cai Fangbai : la relation sino-européenne progresse et se transforme

Ajouté au 06/02/2012 par SHI Lei

A l’invitation du Premier ministre chinois Wen Jiabao, la chancelière allemande Angela Merkel a commencé sa visite en Chine le 2 février. Dans le cadre de la précarité de l’économie mondiale et la persistance de la crise européenne, cette visite a des significations spéciales pour réagir conjointement aux conflits, approfondir la coopération entre la Chine et l’Allemagne, et promouvoir le développement de la relation sino-européenne.

En 2011, la situation internationale a connu des changements compliqués et des fluctuations imprévues, mais la relation sino-européenne va à l’encontre de cette tendance et progresse en évoluant.

Le président chinois Hu Jintao, le Premier ministre Wen Jiabao et les autres dirigeants chinois sont allés en Europe, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et les autres dirigeants des pays européens se sont rendus en Chine. Les visites mutuelles de haut niveau ont été fréquentes en 2011.

En outre, la deuxième réunion du Dialogue stratégique UE-Chine, le Forum des partis politiques de haut niveau entre la Chine et l’Europe, et les dialogues dans tous les milieux se sont déroulés avec succès. Surtout en juin dernier, la première session des consultations intergouvernementales Chine-Allemagne a eu lieu en Allemagne, ce qui manifeste la forte volonté des deux parties d’approfondir la confiance mutuelle et la coopération.

La France a bâti un partenariat global stratégique sino-français de type nouveau, mature, stable, basé sur la confiance mutuelle et les bénéfices réciproques, et tourné vers le monde ; le Royaume-Uni espère également établir un partenariat économique et commercial basé sur une coopération mutuellement avantageuse tous azimuts ; des pays de l’Est européen ont déjà établi un partenariat stratégique avec la Chine. Toutes ces relations vont promouvoir la coopération pragmatique sino-européenne et la consultation sur les grands évènements internationaux.

Au milieu de l’économie, la Chine et l’UE sont devenus les plus grands partenaires commerciaux mutuels. Le volume commercial entre les deux partis a dépassé 560 milliards de dollars. L’UE remplace le Japon et devient la plus grande source d’importation. Les investissements chinois dans les pays de l’UE ont attient à 4,2 milliards de dollars, soit une augmentation de 94,1%.

En même temps, les échanges humains entre la Chine et l’Europe ont marqué également des progrès importants. L’Année de la jeunesse UE-Chine représente la plus grande activité en matière d’échanges culturels depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux parties. La Chine et plusieurs pays européens organisent beaucoup d’activités cultures et renforcent la compréhension mutuelle.

Evidemment, l’Europe ressent des pressions et des impacts du développement rapide de la Chine. Donc des divergences et des frictions sont tout à fait normales. Et si les deux parties peuvent rejeter les préjugés idéologiques et prendre en considération les sollicitudes importantes, l’espace du développement de la relation sino-européenne est vaste.

En 2012, la relation entre la Chine et l’Europe va rencontrer de nouvelles opportunités et conflits. La visite de la chancelière allemande Angela Merkel ouvre le rideau des visites mutuelles de haut niveau entre les deux parties. Je suis convaincu qu’à travers les mécanismes variés et les dialogues entre les dirigeants chinois et européens, le partenariat stratégique complet va certainement arriver à une nouvelle phase.

Cai Fangbai, ancien ambassadeur de Chine en France, et chercheur-expert sur l’UE au Fondation des études internationales de la Chine

 

Ouverture de l’Année du dialogue interculturel Chine-UE à Bruxelles

Ajouté au 03/02/2012 par SHI Lei

L’Union européenne (UE) et la Chine ont ouvert mercredi leur année du dialogue interculturel afin d’améliorer l’entente mutuelle et la coopération culturelle.

“La Chine et l’Europe ne doivent pas seulement s’entre-aider politiquement et économiquement, elles devraient également viser haut dans le domaine de la coopération culturelle”, a déclaré le ministre chinois de la Culture Cai Wu.

La coopération culturelle ainsi que les échanges politiques et économiques seront les trois piliers des relations Chine-Europe, a déclaré M. Cai.

Androulla Vassiliou, commissaire européen pour l’Education, la Culture, le Multilinguisme et la Jeunesse, a salué le succès du lancement de l’événement à l’occasion de la cérémonie d’ouverture.

L’Europe est prête à travailler avec la Chine pour renforcer la compréhension entre leurs deux peuples et contribuera à maintenir et promouvoir la diversité de la culture mondiale, a-t-elle dit.

La Chine a lancé le programme de l’Année culturelle chinoise dans les pays tels que la France et l’Italie. En plus de l’Année du dialogue interculturel Chine-UE, la Chine a également lancé l’Année culturelle en Allemagne plus tôt cette année.

Les Pékinois ont passé la première journée de l’année du dragon à faire des achats et du tourisme

Ajouté au 03/02/2012 par SHI Lei

Plus de 1,16 million de personnes ont affronté le froid pour se rendre lundi dans les foires du temple et autres sites touristiques dans la capitale chinoise lors de la première journée de l’année du dragon, selon les autorités touristiques de la ville.

La Commission municipale du tourisme a indiqué mardi que les foires du temple, qui associent des activités récréatives et artistiques, et un marché, étaient l’un des lieux les plus prisés par les habitants locaux et les touristes lors de la première journée des vacances de la Fête du printemps.

Les sports d’hiver et les sources d’eau chaude ont également généré lundi 3,05 millions de yuans (plus de 480 000 dollars) de recettes à Beijing.

La Commission du commerce de la ville a indiqué que les ventes totales de 120 principaux centres commerciaux et marchés avaient atteint 540 millions de yuans lors de la première journée de l’année du dragon, en hausse de 15,2% en glissement annuel.

En outre, les revenus du secteur de la restauration ont également progressé mardi de 20% en base annuelle pour atteindre 19,26 millions de yuans.

La veille du Nouvel An lunaire, le président chinois Hu Jintao s’est rendu dans le centre commercial de Qianmen, au sud de la place Tiananmen.

Hu Jintao a ensuite inspecté toute la rue à bord d’un tramway et a exhorté les responsables de la municipalité de Beijing à développer le secteur des services dans la ville afin de satisfaire aux besoins matériels et culturels de la population.

Les dirigeants chinois assistent à une réception à la veille du Nouvel An chinois

Ajouté au 03/02/2012 par SHI Lei

Les hauts dirigeants chinois ont assisté samedi à une réception célébrant la Fête du Printemps, ou le Nouvel An chinois qui tombera le 23 janvier cette année.

La réception s’est tenue en présence de tous les membres du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), à savoir le président chinois Hu Jintao, le président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) Wu Bangguo, le Premier ministre Wen Jiabao, le président du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC, organe consultatif suprême) Jia Qinglin, ainsi que les autres dirigeants Li Changchun, Xi Jinping, Li Keqiang, He Guoqiang et Zhou Yongkang.

Hu Jintao, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, a adressé ses meilleurs voeux au peuple chinois en Chine et à l’étranger ainsi qu’aux amis étrangers de la Chine, au nom du Comité central du PCC et du Conseil des affaires d’Etat (gouvernement central).

Le Premier ministre Wen a à cette occasion prononcé un discours, évoquant le bon démarrage du pays pour le 12e Plan quinquennal (2011-2015) malgré des temps austères en raison de la situation économique internationale.

Il a également affirmé que le gouvernement allait maintenir la stabilité des prix, une croissance économique rapide et l’accélération de la transformation du mode de développement. Dans le même temps, il poursuivra le réajustement de la structure économique du pays dans le but de favoriser son développement durable. Le gouvernement s’engage également à accorder davantage d’importance au niveau de vie du peuple en le laissant partager les fruits de la réforme.

“Nous allons faire face à des défis encore plus importants durant cette nouvelle année” a déclaré Wen. “Nous avons la volonté, la détermination, le courage et la capacité pour surmonter toutes les difficultés. Nous avons confiance dans la réussite de notre mère-patrie et dans son avenir brillant”, a-t-il souligné.

M. Wen a appelé à fournir d’excellents résultats dans le but de placer le pays sur un terrain solide pour accueillir le 18e Congrès national du PCC.

Le Nouvel An lunaire chinois, ou la Fête du Printemps, est la plus grande fête traditionnelle chinoise.

La visite de Jia Qinglin contribue à promouvoir l’amitié et la coopération entre la Chine et l’Afrique

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

La visite de M. Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) à Addis Abeba, a contribué à renforcer l’amitié et la coopération entre la Chine et l’Union africaine et l’Ethiopie, a déclaré lundi le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi.

Lors de son séjour à Addis Abeba, M. Jia a effectué une visite officielle en Ethiopie et assisté à la cérémonie d’ouverture du 18e sommet de l’Union africaine (UA).

Au cours de ses entretiens avec plusieurs dirigeants africains en marge du sommet de l’UA, le dirigeant chinois a expliqué la politique de la Chine sur l’Afrique et avancé des propositions pour renforcer les relations sino-africaines, a indiqué M. Yang.

Selon le chef de la diplomatie chinois, la visite de M. Jia rêvait d’une importance profonde pour l’approfondissement d’un nouveau type de partenariat stratégique entre la Chine et l’Afrique, et le renforcement de l’unité et de la coopération entre les pays en développement.

APPROFONDIR L’AMITIE TRADITIONNELLE ET LA CONFIANCE POLITIQUE

M. Jia a précisé à plusieurs reprises que la compréhension mutuelle, le respect mutuel, le soutien mutuel, les bénéfices mutuels et la coopération gagnant-gagnant est la source de l’amitié et la pière angulaire de leurs relaions, note M. Yang.

La Chine respecte également le choix de l’Afrique de sa voie de développement, ses efforts pour résoudre les questions régionales par ses propres moyens, ajoute Yang.

Dans son discours prononcé à l’ouverture du sommet de l’UA, M. Jia a dit que l’UA est devenue une force importante pour la paix, la stabilité et le développement en Afrique et dans le monde, grâce à sa croissance au cours des dix dernières années.

Il s’est dit convaincu que l’Afrique ferait plus de progrès en renforçant sa unité.

Plusieurs dirigeants africains estiment que dans le développement de l’Afrique, la Chine restera toujours un partenaire de confiance, a expliqué M. Yang.

TRACER L’AVENIR DES RELATIONS SINO-AFRICAINES

La montée des pays en développement dans son ensmeble est une tendance historique irrésistible”, a dit M. Jia.

Dans le domaine politique, il a proposé de renforcer les échanges de haut niveau avec les pays africains, d’établir un dialogue stratégique, de partager les expériences de gouvernance, et de renforcer la compréhension et la confiance mutuelles.

Dans le domaine économique, Jia a proposé de renforcer la coopération économique pratique, promettant de continuer de fournir de l’aide à l’Afrique sans conditions politiques.

Sur les questions internationales, la Chine soutient fermement les efforts des pays africains pour défendre leur souveraineté et l’indépendance, pour résoudre les questions africaines par leurs propres moyens, et le choix des pays africains de leur voie de développement, a souligné Jia.

RENFORCER LA COOPERATION ECONOMIQUE ET COMMERICALE

La coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Afrique s’est développée rapidement au cours des dernières années et a apporté de bénéfices aux deux parties.

M. Jia a dit que la Chine était prête à renforcer ses échanges et coopération avec les pays africains dans les domaines de l’agriculture, des infrastructures, de la formation, des finances sur la base d’égalité, de bénéfice mutuel et de développement en commun.

Les dirigeants africains pensent unamines que la coopération économique et commerciale sino-africaine a joué un rôle important dans le développement économique local et l’amélioration des conditions de vie de la population locale, a dit Yang.

La 5e réunion ministérielle du Forum de coopération Chine- Afrique aura lieu cette année en Chine, a dit Yang, soulignant que la Chine saisira cette occasion pour approfondir la coopération pratique sino-africaine dans divers domaines.

Amitié sino-africaine: une coopération en expansion constante

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

Les relations d’amitié entre la Chine, le plus grand pays en développement, et le continent africain, qui regroupe le plus grand nombre de pays en voie de développement, ont plus de 60 ans d’histoire. Elles influent sur la vie de plus de 2,3 milliards de personnes.

Le Centre de conférences du siège de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba, perçu par beaucoup comme un véritable monument à la longue amitié sino-africaine, a été inauguré à la veille de l’ouverture, samedi, du 18e sommet de l’UA.

Cet édifice de 20 étages, financé et construit par la Chine, culmine à 100 mètres au-dessus de la capitale éthiopienne.

Lors de la cérémonie d’inauguration, Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), a déclaré que ce complexe architectural abritant le nouveau siège de l’UA était un cadeau du gouvernement et du peuple chinois, ainsi qu’un symbole des relations d’amitié entre la Chine et l’Afrique.

UNE COOPÉRATION ÉCONOMIQUE ET COMMERCIALE EN EXPANSION RAPIDE

La coopération économique et commerciale constitue la principale force motrice de la coopération entre la Chine et le continent africain. Elle est d’autant plus importante que les pays développés, destinataires traditionnels des exportations chinoises et africaines, font actuellement face avec difficulté à la crise économique mondiale et aux conséquences de la crise de la dette européenne.

La création du Forum sur la Coopération Chine-Afrique (FCCA) en 2000 a donné une impulsion essentielle aux relations économiques et commerciales entre les deux parties, des relations qui se développent depuis à une vitesse sans cesse croissante. Le commerce bilatéral est passé de 10,6 milliards de dollars en 2000 à 160 milliards en 2011. Les investissements chinois en Afrique, qui étaient initialement de l’ordre de quelques dizaines de millions de dollars, ont dépassé les 10 milliards de dollars.

La Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Afrique, selon le ministère chinois du Commerce.

Dans le même temps, l’Afrique est devenue l’une des principales destinations des investissements chinois. Plus de 2 000 entreprises chinoises investissent sur le continent, pour un montant total qui a d’ores et déjà dépassé les 40 milliards de dollars.

La Chine a en outre facilité l’accès des produits africains sur son marché. Lors du sommet du G20, qui s’est tenu à Cannes en Novembre 2011, le président chinois Hu Jintao a déclaré que la Chine allait exempter de droits de douane 97% des exportations en provenance des pays les moins avancés (PMA) ayant des relations diplomatiques avec la Chine.

Les PMA sont définis par les Nations Unies comme les pays dont le revenu par habitant n’atteint pas 745 dollars par an. Ils comptent 33 pays d’Afrique, 14 pays d’Asie, et Haïti.

La Chine a de fait déjà importé des produits africains à tarif douanier zéro à hauteur de 1,32 milliard de dollars entre 2005 et juin 2010, selon un Livre Blanc publié en 2010 par le gouvernement chinois sur la coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Afrique.

Par ailleurs, la Chine a contribué à mettre en place des zones spéciales de coopération économique et commerciale en Zambie, sur l’île Maurice, au Nigeria, en Egypte et en Ethiopie, injectant 250 millions de dollars dans la construction d’infrastructures dans ces pays.

La Chine est non seulement un partenaire commercial de l’Afrique, mais elle participe également de manière active au renforcement de la durabilité du développement de l’Afrique, en aidant les pays du continent à améliorer leurs secteurs éducatif, agricole et environnemental.

Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, au cours des années scolaires 2010 et 2011, le gouvernement chinois a offert 5.710 bourses d’études aux pays africains, dépassant deux ans avant la date prévue l’objectif de 5.500 bourses auquel la Chine s’était engagée lors de la conférence ministérielle du FOCAC en 2009.

Afin d’accélérer la coopération scientifique et technologique entre la Chine et l’Afrique et de faciliter le renforcement des capacités technologiques dans les pays africains, la Chine a également lancé le Programme de partenariat scientifique et technologique Chine-Afrique (CASTEP) en Novembre 2009.

En vertu de ce programme, 100 projets conjoints en matière de recherche scientifique et technologique seront menés sous forme de dons d’équipements, de cours de formation technique et d’ateliers, d’activités de diffusion de la technologie, et de recherches conjointes. En outre, 100 stagiaires post-doctoraux africains pourront venir mener des recherches scientifiques en Chine avec l’aide financière du gouvernement chinois.

L’agriculture est l’un des domaines qui témoignent le mieux du dynamisme de la coopération sino-africaine. De 2007 à 2009, la Chine a envoyé 104 experts agricoles compétents vers 33 pays africains, a créé des centres de technologie agricole dans 14 pays africains, et a décidé d’en construire 10 autres, a déclaré Lu Shaye, directeur général du Département des affaires africaines du ministère chinois des Affaires étrangères.

Depuis 2009, la Chine a envoyé 16 groupes d’experts agricoles en Afrique et formé 874 experts agricoles africains, selon M. Lu.

Dans le domaine multilatéral, la Chine a participé activement au Programme spécial pour la sécurité alimentaire de l’Organisation des Nations Unies (FAO). Elle a envoyé plus de 700 agronomes dans huit pays africains. Outre l’envoi de professeurs pour faire des recherches dans les universités et les institutions africaines, la Chine a également construit des centres de démonstration et de formation aux techniques agricoles, et a dépêché des experts de terrain dans les campagnes.

Au Zimbabwe, la construction d’un tel centre a commencé en octobre 2009 au sein du Collège d’agriculture de Gwebi, dans la banlieue de Harare. Le centre est appelé à devenir une plaque tournante de la recherche en matière de hautes technologies agricoles, et devrait s’imposer comme une institution essentielle en matière de démonstration, de formation technique et de développement durable dans le pays.

Au Malawi, les entreprises chinoises et le Fonds de développement Chine-Afrique ont investi conjointement dans un programme de culture du coton. Une fois terminé, le programme aidera plus de 50.000 agriculteurs locaux à accroître leur production et leur capacité de traitement du coton.

Au Nigeria, beaucoup de progrès ont été réalisés grâce au concours des experts chinois travaillant en partenariat avec les agriculteurs locaux dans 36 Etats du pays. La coopération couvre la pêche, l’élevage, la production et le traitement des produits agricoles.

Alhaji Bello Gidado, coordinateur du Programme de coopération Sud-Sud / Chine-Nigeria, a indiqué que les experts chinois et leurs centres de services agricoles à travers le Nigeria avaient permis de stimuler le progrès technologique, d’améliorer la production et de maximiser les revenus.

La protection environnementale est un autre secteur dans lequel les liens étroits entre la Chine et les pays africains prennent tout leur sens, dans la mesure où ils sont tous également confrontés au défi de la dégradation de l’environnement.

Dans un village de l’Etat nigérian de Kano, les scientifiques chinois ont travaillé avec leurs homologues nigérians à la mise en place d’une base de recherche sur la lutte contre la désertification. Ils effectueront des expériences de reboisement et de lutte contre la désertification, en espérant pouvoir développer une agriculture d’abri-ceintures et mettre en place des industries tirant profit du sable, afin de restaurer l’écologie locale et de stimuler la croissance économique.

Des projets du même type sont également en cours dans plusieurs autres pays désertiques, dont le Kenya, l’Egypte, l’Algérie et le Niger.

Par ailleurs, afin d’améliorer les capacités d’adaptation des pays africains au changement climatique, la Chine a lancé 100 projets d’énergie propre, dont l’énergie solaire, le biogaz et des projets de petites centrales hydroélectriques en Afrique, a fait savoir M. Lu lors d’une session du Forum de réflexion Chine-Afrique d’octobre 2011.

M. Lu a déclaré que la Chine avait élaboré des projets adaptés à chaque pays, et s’était accordée sur le lancement d’études préliminaires sur ces projets avec 11 pays, dont l’Ethiopie et le Mozambique.

UNE AIDE RAPIDE EN TEMPS DE CRISE

Les liens d’amitié et de coopération entre la Chine et les pays africains se sont avérés particulièrement solides lorsque la Corne de l’Afrique et les régions voisines ont été touchées par une grave sécheresse suivie d’une famine de grande envergure en 2011, une catastrophe humanitaire qui a menacé des millions de vies.

A la fin d’octobre 2011, la Chine a fourni une aide alimentaire d’une valeur totale de 443,2 millions de yuans (69,58 millions de dollars) à la Corne de l’Afrique et aux régions voisines, selon le ministère chinois des Affaires étrangères.

La Chine a tout d’abord annoncé, fin juillet, une première aide de 90 millions de yuans (14 millions de dollars) ; le 15 août 2011, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a ensuite déclaré que la Chine allait offrir une aide alimentaire supplémentaire de 353,2 millions de yuans (55,28 millions de dollars) à l’Ethiopie et à d’autres pays africains frappés par la sécheresse.

C’est le don de céréales le plus important offert à des pays étrangers par le gouvernement chinois depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949.

Ce don exceptionnel n’est que la dernière preuve en date de l’aide continue apportée par la Chine à l’Afrique. Dès 1956, la Chine a commencé à aider les pays africains par divers moyens, allant de la construction d’infrastructures à l’aide médicale.

Durant les dernières années, la Chine a non seulement aidé les pays africains à construire des écoles, des hôpitaux, des ponts et d’autres projets importants, mais elle a également envoyé de nombreux experts agricoles, des professionnels médicaux et des bénévoles pour former près de 30.000 personnes.

Selon le Livre Blanc publié par le gouvernement chinois, la Chine a accordé 256,29 milliards de yuans (38,54 milliards de dollars) d’aide à des pays étrangers, dont 106,2 milliards de yuans en subventions, 76,54 milliards de yuans en prêts sans intérêt et 73,55 milliards de yuans en prêts avec intérêts ; l’Asie et l’Afrique représentent 80% des bénéficiaires de ce montant.

“Afin d’aider les pays africains à atteindre indépendance économique et développement durable, le gouvernement chinois a apporté à l’Afrique un soutien indéfectible par tous les moyens à sa disposition, contribuant ainsi largement au développement socio-économique de l’Afrique, au bénéfice de tous les peuples africains”, a noté M. Jia.

Grâce à la bonne volonté et aux efforts communs de la Chine et de l’Afrique, la relation unique qui existent entre elles ne pourra que connaître un avenir encore meilleur.

Sommet de l’UA: un responsable chinois fait cinq propositions pour le développement des relations sino-africaines

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

“Le renforcement de la solidarité et de la coopération entre la Chine, le plus grand pays en développement et l’Afrique, continent qui regroupe le plus de pays en développement, revêt une signitifcaiton maheure pour la paix, la stabilité et le développement dans le monde”, a déclaré Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), à l’occasion de l’ouverture de la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba (capitale de l’Ethopie).

M. Jia a fait cinq propositions pour le développement des relations sino-africaines.

Premièrement, il convient d’oeuvrer activement au rayonnement de l’amitié traditionnelle sino-africaine. Richesse commune de la Chine et de l’Afrique, cette amitié est la base de la confiance mutuelle stratégique et la force motrice du développement des relations sino-africaines.

Deuxièmement, il nous faut intensifier les concertations et la coopération sur les questions internationales et régionales. La Chine soutiendra fermement les efforts des pays africains pour défendre leur souveraineté et indépendance, pour trouver des solutions africaines aux problèmes africains, et pour choisir librement leur voie de développement.

Troisièmement, il importe d’élever effectivement le niveau de la coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Afrique. Sur la base de l’égalité, du bénéfice mutuel et du développement commun, ses échanges et sa coopération avec les pays africains dans les domaines de l’agriculture, des infrastructures, de la formation et de la finance.

Quatrièmement, il convient de développer vigoureusement les échanges entre les peuples chinois et africains. Nous devons renforcer les échanges et la coopération entre les organisations non gouvernementales, les institutions académiques, les médis et les établissements d’enseignement supérieur chinois et africains, encourager les contacts entr les jeunes et développer activement diverses formes d’échanges culturels.

Cinquièmement, il importe de renforcer le mécanisme du FCSA (Forum sur la Coopération sino-africaine). Nous devons continuer à travailler sans cesse dans un esprit innovant pour renforcer la planification stratégique et la construction institutionnelle du Forum afin de l’adapter à l’évolution de notre époque.

M. Jia Qinglin est l’invité d’honneur au sommet de l’UA.

Message de félicitations du président chinois Hu Jintao à la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine

Ajouté au 02/02/2012 par SHI Lei

Voici le message de félicitations du Président de la République populaire de Chine Hu Jintao à la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine.

“A la Conférence de l’Union africaine

A l’occasion de l’ouverture de la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine (UA), je voudrais exprimer, au nom du gouvernement et du peuple chinois et en mon nom personnel, mes vives félicitations.

La création de l’UA a été un événement historique pour l’unité, la coopération, le renouveau et le développement des pays africains. Depuis sa naissance il y a dix ans, l’Union africaine a déployé de grands efforts en matière de construction institutionnelle et de renforcement des capacités et joué un rôle capital dans la préservation de la paix et de la stabilité en Afrique et dans la promotion du développement socio-économique et du processus d’intégration du continent, devenant ainsi une organisation régionale très influente au monde. Nous sommes convaincus que sous la conduite de l’UA, les pays et les peuples d’Afrique, en faisant preuve de solidarité et d’innovation, continueront à avancer courageusement sur la voie qui les mène à l’unité et à la puissance.

La Chine et l’Afrique sont liées par une amitié très ancienne. Depuis le début du nouveau siècle, leurs relations ont connu sur tous les plans un développement rapide et en profondeur. L’établissement et le développement du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) et du nouveau partenariat stratégique sino-africain ont donné une formidable impulsion aux échanges et à la coopération entre les deux parties dans les domaines politique, économique, commercial et culturel. La Chine et l’Afrique ont ainsi vu leur confiance politique mutuelle se consolider, leurs liens d’intérêt se resserrer et leurs peuples se rapprocher davantage. La Chine est depuis toujours un bon ami, un bon partenaire et un bon frère de l’Afrique. Consolider et renforcer sans cesse la solidarité et la coopération sino-africaines en vue d’un progrès et d’un développement partagés, c’est pour elle une pierre angulaire de sa politique extérieure et un choix stratégique ferme et de long terme. A l’avenir, la Chine continuera à travailler main dans la main avec l’Afrique pour faire accéder le nouveau partenariat stratégique sino-africain à des niveaux plus élevés et à des domaines plus vastes et pour contribuer davantage à la paix et au développement en Afrique et dans le monde.

Je souhaite plein succès à la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine !

Que l’amitié sino-africaine soit éternelle et progresse sans cesse au fil du temps !

Hu Jintao

Président de la République populaire de Chine

Le 29 janvier 2012.”

Weibo fait dialoguer le monde entier avec la Chine

Ajouté au 13/01/2012 par SHI Lei

Quand Skyler Wiet s’est inscrit sur Sina Weibo, le service de micro-blogging chinois, il y a déjà plusieurs mois de cela, il avait plus d’une raison pour le faire.

« Tant mon grand intérêt pour la Chine que pour les médias sociaux ont joué un rôle », a t-il dit.
« Salut la Chine ! Et si on essayait de se connaître un peu mieux l’un l’autre ? ».

Ce fut le premier message posté sur Weibo par ce conseiller en politiques publiques à New York, et il explique mieux pourquoi un nombre croissant d’étrangers utilisent Weibo.

Pour Skyler, qui étudie le mandarin, rejoindre des conversations sur des canaux de médias sociaux chinois le rapproche des Chinois.

« C’est passionnant, en particulier quand ils comprennent mon chinois. Ca peut aussi être source d’ouverture d’un côté comme de l’autre de voir comment les Chinois réagissent à un évènement international, et de découvrir qu’il y a en Chine quelqu’un comme Feng Jie (un bloggueur qui compte 1,4 million de suiveurs sur Weibo), ce qui n’est guère différent des célébrités de la toile et et des vedettes de la réalité qui ont émergé dans d’autres parties du monde », a ajouté Skyler.

D’après Sina Weibo, le site compte aujourd’hui près de 450 000 utilisateurs aux Etats-Unis, sur un total de 250 millions à la fin novembre dernier. Il n’y a pas de données officielles sur la nationalité des utilisateurs aux Etats-Unis, qui peuvent très bien être des citoyens américains, des étudiants chinois ou des ressortissants d’autres pays.

Le nombre des utilisateurs d’internet en Chine a atteint 450 millions au début de l’année, soit plus que la population entière des Etats-Unis, et ce chiffre devrait encore augmenter.

Kenneth Wisnefski, fondateur et PDG de WebiMax, une entreprise d’optimisation de moteurs de recherche américaine, dit que Sina Weibo suit le même modèle de développement que Twitter, a qui il a fallu près de deux ans pour être totalement accepté avant de devenir la plateforme de médias sociaux dominante qu’elle est aujourd’hui.

Autre phénomène notable, c’est que de plus en plus de personnages en vue sur le plan international, comme le milliardaire philanthrope Bill Gates, la Directrice du Fonds Monétaire International Christine Lagarde ou l’acteur Tom Cruise, sont devenus des utilisateurs de Weibo.

Les utilisateurs de Weibo à l’étranger utilisent ce service pour toucher le public chinois. Quant aux célébrités, leur raison est fort simple : faire la publicité de leurs activités ou d’eux-mêmes en Chine.

Ainsi Bill Gates est-il un utilisateur populaire de Weibo, qui compte actuellement 2,19 millions de suiveurs.

Quant à Christine Lagarde, elle a ouvert un compte sur Weibo au début de novembre dernier, et son premier message fut : « Bonjour Sina Weibo, je suis impatiente de partager des nouvelles ici. Christine Lagarde, Directrice Générale, FMI ».

A la fin de la première journée, le compte de Mme Lagarde avait attiré près de 40 000 suiveurs et plus de 1 000 commentaires. Elle possède aujourd’hui 150 000 suiveurs.

Mais le site a également aidé certains hommes politiques, comme le maire de San Francisco Ed Lee, un sino-américain, à toucher un public chinois lors des dernières élections municipales.

Le jour des élections en novembre de l’année dernière, Ed Lee a posté des messages pour chercher du soutien. Un peu plus tard dans la journée, le premier sino-américain élu maire postait un message à l’intention de ses suiveurs sur le site, disant « Merci San Francisco ! ».

Skyler Wiet, qui travaille sur des projets de recherche sur les plateformes de médias sociaux chinois, dit que c’est un investissement intelligent et un outil puissant pour comprendre ce qu’une énorme partie de la population mondiale pense.

« Mais par dessus tout, je pense que toute personne qui commence à fréquenter les canaux de médias sociaux chinois se rendra assez vite compte à quel point c’est intéressant », a t-il finalement ajouté.

 

« Précédent Suivant »