RSS Hollande entame au pas de charge son dernier jour en Chine

Ajouté au 26/04/2013 par SHI Lei

Après une visite privée dans la matinée de la Cité interdite, le président français doit s’entretenir avec les dirigeants du nouveau gouvernement communiste.

François Hollande a entamé au pas de charge vendredi le deuxième et dernier jour d’une visite d’État en Chine qu’il a mise au service de son combat pour l’emploi, un enjeu devenu brûlant alors que le chômage vient de battre son record de janvier 1997. Venu convaincre les autorités chinoises d’ouvrir davantage leur gigantesque marché aux produits français, le président a réitéré à Pékin son objectif de faire reculer le chômage d’ici fin 2013, une mission impossible selon de nombreux économistes du fait d’une croissance économique nulle.

Après une visite privée dans la matinée de la Cité interdite, siège du pouvoir impérial chinois durant plus de cinq siècles, François Hollande effectuera une dernière série d’entretiens avec les dirigeants du nouveau gouvernement communiste. Le président commencera par le Premier ministre Li Keqiang, puis sera reçu par le président de l’Assemblée nationale populaire de Chine Zhang Dejiang.
Risques sanitaires

Touche glamour attendue par la presse chinoise et française, François Hollande et Valérie Trierweiler déjeuneront avec le président chinois Xi Jinping et sa femme, Peng Liyuan, une chanteuse populaire élevée au grade de général, qui par sa médiatisation et son goût de la lumière, a bouleversé le rôle dévolu aux premières dames chinoises.

François Hollande s’envolera ensuite en début d’après-midi pour Shanghai où il doit inaugurer une école d’ingénieurs puis débattre avec ses étudiants sur le rôle de la France et de la Chine dans le monde. Prévue de longue date, sa visite des nouveaux locaux de l’institut Pasteur prendra une dimension particulière du fait des inquiétudes liées à la propagation du virus H7N9 qui a fait 23 morts en Chine et contaminé 109 personnes.

François Hollande, qui avait promis à la presse chinoise jeudi qu’il était prêt à manger “autant de poulets qu’il le faudrait” pour témoigner de sa confiance face aux craintes d’épidémie, devra peut être trouver un ton grave pour évoquer les risques sanitaires qui menacent le pays. Plusieurs pays d’Asie ont en effet renforcé jeudi le dépistage de la grippe H7N9 dans les aéroports auprès de passagers en provenance de Chine, après l’apparition du virus mortel à Taïwan.

François Hollande terminera son voyage en Chine par un discours à la communauté française de Shanghai avant de s’envoler dans la nuit pour Paris.