François Hollande en Chine: 37 heures pour relancer les exportations françaises et les relations diplomatiques

Ajouté au 25/04/2013 par SHI Lei

Le président français François Hollande est arrivé jeudi 25 avril en Chine pour une visite de 37 heures marquée par une double priorité: relancer les exportations françaises pour réduire un déficit commercial abyssal et nouer une relation personnelle avec la nouvelle direction chinoise.

Ces deux priorités seront clairement exprimées dès les premières heures de la visite. Avant même de retrouver le nouveau numéro un chinois, Xi Jinping, le chef de l’Etat français s’entretiendra avec la soixantaine de patrons qui l’accompagnent et visitera l’usine construite quatre ans plus tôt à Pékin par une entreprise française, Bernard Controls.

Cette ETI (entreprise de taille intermédiaire) qui fabrique des servomoteurs destinés à l’industrie nucléaire, pétrolière ou gazière, est l’exemple même des entreprises dont la France entend promouvoir la présence sur les marchés extérieurs. PME et ETI font déjà la force de l’économie allemande.

Relation historique

Le volet politique de la visite débutera ensuite avec l’accueil officiel du président français par Xi Jinping avec tout le faste d’une visite d’Etat, la première réservée à un dirigeant occidental à Pékin depuis l’arrivée de la nouvelle direction chinoise à la tête de l’Etat, il y a cinq semaines.

Celle-ci entend ainsi souligner une nouvelle fois l’étroitesse du lien qui unit les deux capitales –en dépit des aléas de la relation et des crispations autour de la question des droits de l’Homme– depuis que la France du général de Gaulle a, la première parmi les grandes nations, reconnu la République populaire de Chine, le 27 janvier 1964.

Dès jeudi, les deux dirigeants se verront pendant près de cinq heures, au cours d’entretiens “restreints” et “élargis”, d’une déclaration conjointe, d’interventions devant un forum économique et d’un dîner d’Etat.

Nouer un “lien personnel”

Il s’agit de nouer un “lien personnel” et une “relation de confiance entre eux”, explique-t-on de source française, précisant que la partie chinoise a tenu à ajouter à ce programme un déjeuner qui réunira les deux couples présidentiels vendredi. François Hollande, qui est accompagné de huit ministres, s’envolera ensuite pour Shanghai, la capitale économique de la Chine.