Ambassade de France : un séminaire sur l’Europe et sur les relations sino-européenne

Ajouté au 04/06/2012 par SHI Lei

Le 1er juin, à l’occasion de la fête de l’Europe en Chine, un séminaire a été organisé par l’ambassade de France en Chine.

A cette occasion, l’ambassadeur de France, Sylvie Bermann et le président de l’institut de recherches de l’Europe du China Institute of Contemporary International Relations (CICIR), Feng Zhongping, ont discuté de la crise financière de l’Europe, du statut de l’UE et des relations sino-européennes.

Actuellement, la crise des dettes de la Grèce est un sujet grave et qui est suivi de près par le grand public. L’ambasseur de france a révélé que tous les organes de l’UE ont fait des efforts pour résoudre les problèmes de la Grèce et qu’ il y a déjà eu des progrès significatifs. En avril dernier, des mesures ont été adoptées sur l’aménagement de l’économie et de la monnaie, proposées par les chefs de gouvernement de 25 pays de l’Union européenne. De nombreux efforts ont été consentis au sein de l’UE pour garder la Grèce dans la zone euro. Selon Madame Bermann, la crise signifie à la fois un danger et une opportunité, elle est convaincue que les difficultés permettront à l’Europe d’aller plus loin et d’être plus fort.

Pour le professeur Feng Zhongping, pour pouvoir sortir de la crise, trois points sont importants pour l’Europe. D’abord, il faudrait mener une réforme structurelle, dont la réduction du bien-être et le relâchement du marché du travail. Deuxièmement, adopter une politique de restriction. Enfin, continuer de mettre l’accent sur la capacité d’innovation, comme l’économie verte et l’économie bas carbone, afin de garder une compétitivité dans l’économie mondiale.

Les relations bilatérales Chine – UE sont également un vif sujet largement évoqué pendant cette journée. Selon le professeur Feng, les relations sino-européennes ne devraient pas s’arrêter simplement à des relations de commerce et de transaction, mais devraient être aussi un partenariat dans les affaires internationales et dans le développement durable.

Les coopérations sino-européennes sont très étroites dans le domaine de la science, de l’éducation, de l’urbanisation, de l’environnement et de la sécurité de l’énergie, et ces relations de coopération vont continuer et se renforcer dans le futur, a fait remarquer Mme Sylvie Bermann.

Au cours de ce séminaire, M.Feng a également commenté la puissance douce de l’Europe, en notant que l’UE ne cesse de s’élargir et est une force d’exemple pour tous. Le système de coopération sécuritaire est remarquable et exerce une l’influence de plus en plus importante dans le monde. L’Europe est par ailleurs un laboratoire mondial, qui fait des expérimentations via un système de coopération régionale, ce qui nous permet d’en tirer une bonne leçon et d’acquérir des expériences précieuses.

 

France: la Chine est la dixième source d’investissements étrangers

Ajouté au 04/06/2012 par SHI Lei

Selon les statistiques fournies par l’AFII (Agence française pour les investissements internationaux), les entreprises chinoises ont investi dans vingt-trois projets français en 2011, dont seize projets de production (dont quatre d’entres eux dans le domaine des nouvelles énergies). La Chine demeure le premier pays asiatique et le dixième pays étranger d’investissement pour la France.

Actuellement, plus de 6000 Français travaillent dans des entreprises chinoises implantées sur le territoire français. En 2011, ces entreprises chinoises ont créé 696 emplois

Suivant de près l’Allemagne et la Grande Bretagne, la France est le troisième pays européen pour les investissements chinois, avec comme taux de projets : la France 13%?l’Allemagne 15% et la Grande Bretagne 14%. En 2011, 75% de l’investissment chinois en France se trouvait dans les domaines notamment des nouvelles energies, des produits agricoles, des produits électroniques et de l’industrie chimique.

Selon les statistiques récemment données par l’AFII, fin février 2012, 150 entreprises chinoises au ont investi en France.

Chine : les investissements à l’étranger devraient atteindre 500 milliards de dollars d’ici 2015

Ajouté au 04/06/2012 par SHI Lei

Les investissements à l’étranger des entreprises chinoises devraient atteindre 500 milliards de dollars d’ici 2015, a estimé mercredi Chen Zanyun, un haut fonctionnaire du ministère chinois du Commerce.

Les revenus générés par les projets contractés à l’étranger achevés ont dépassé le seuil des 100 milliards de dollars à la fin de l’année 2011, avec un taux de croissance annuelle de plus de 20% pour la huitième année consécutive, a fait savoir Chen Zanyun.

En outre, le volume des contrats a connu une croissance annuelle de plus de 10% durant 11 années consécutives et a dépassé les 100 milliards de dollars en 2011.

“Les entreprises chinoises vont de l’avant et promeuvent une situation gagnant-gagnant en créant des emplois et formant les talents locaux”, a-t-il ajouté.

En 2011, les investissements à l’étranger des sociétés chinoises ont atteint 320 milliards de dollars, tandis que le total de leurs actifs s’élevait à 1 600 milliards de dollars, selon les statistiques du ministère.

Lafite s’engage dans la protection de son image en Chine

Ajouté au 04/06/2012 par SHI Lei

La contrefaçon généralisée du grand cru Château Lafite en Chine a contraint son producteur à lancer une campagne de lutte contre les produits contrefaits dans le pays, après que le prix des Lafite ait chuté l’an dernier.

Michel Négrier, Directeur export des Domaines Baron de Rothschild Lafite, a déclaré vendredi au China Daily que le groupe avait embauché des professionnels du droit pour lutter contre les produits contrefaits.
Un distributeur exclusif, ASC Fine Wines, et l’introduction d’un sceau d’authentification permettront également aux consommateurs chinois d’identifier un authentique Lafite.

L’année dernière, ce vignoble réputé a exporté 11 millions de bouteilles de Lafite, dont 1,5 million vers la Chine, son plus grand marché en Asie.

Seules 200 000 bouteilles du vin emblématique du groupe, le Château Lafite Rothschild, qui est considéré comme un produit haut de gamme parmi les toutes les appellations produites par Lafite, sont produites chaque année, mais selon des articles de presse, 600 000 bouteilles de vin ont été vendues en Chine l’année dernière.

« Il est difficile d’évaluer le nombre de bouteilles de Lafite de contrefaçon », a déclaré M. Négrier, lors d’un voyage Beijing destiné au lancement officiel du micro-blog de la marque, avant d’assister à une dégustation de vin.

Il estime qu’il est impossible de mesurer l’ampleur des transactions portant sur de faux vins de Lafite à partir de seuls chiffres. Le nombre supplémentaire des vins négociés vient peut-être de stocks constitués lors des années précédentes.

Les importations de vins étrangers ont considérablement augmenté en Chine ces dernières années, les consommateurs passant progressivement du traditionnel alcool blanc chinois au vin.

Convoitant le potentiel de plus en plus élevé du marché pour le vin rouge, les Domaines Baron de Rothschild Lafite ont ouvert en 2009 un vignoble dans la péninsule de Penglai, dans la Province du Shandong, en partenariat avec CITIC, une société d’investissement appartenant à l’Etat.

Bien que le prix des Lafite ait diminué depuis la fin de l’année dernière, il reste encore relativement élevé, a dit Wang Jiaqi, Directrice du développement commercial à la Bourse aux Vins de Shanghai.

Le Rapport annuel 2012 sur le marché d’investissement dans le vin a montré que le prix des vins fins de haut de gamme a connu une adaptation sur le long terme et un déclin l’année dernière. Cependant, ils vont revenir à une tendance à la hausse cette année, avec un taux de croissance annuel de plus de 15 %.

Le prix du Château Lafite Rothschild, qui a culminé entre 2009 et 2010, a diminué de manière significative l’année dernière.

Le Lafite est le vin rouge le plus échangé à la Bourse, représentant de 20 à 30 %, a dit Mme Wang. Des vins Lafite échangés en bourse, seuls 40 % sont destinés à la consommation.

« La baisse des prix a réduit les bulles et fait revenir le marché à une situation plus rationnelle », a-t-elle dit. « Mais Lafite est encore l’une des marques de vins étrangers les plus fortes, et la première marque à laquelle la plupart des consommateurs chinois pensent ».

La demande en vins haut de gamme lors des banquets d’affaires est si forte que leur prix restera élevé, dit-elle.

Mme Wang estime qu’un bon moyen de protéger la marque est de s’assurer que les consommateurs chinois en savent davantage sur le vin.

Lin Libo, éditrice exécutive et directrice générale de La Revue du Vin de France, édition chinoise d’une célèbre revue française consacrée au vin, est d’accord sur l’importance de la promotion de la culture du vin dans le pays.

« Il y a des faux Moutai, une liqueur renommée, en Chine. Mais nombre de consommateurs ont appris à faire la différence au fil des ans. Plus ils en sauront, et moins ils auront de risques d’être trompés par des vins de contrefaçon », a-t-elle dit.

 

L’entretien de Laurent Fabius avec Kong Quan

Ajouté au 04/06/2012 par SHI Lei

Hier après-midi, Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a rencontré Kong Quan, ambassadeur de Chine en France, au Quai d’Orsay.

Kong Quan a félicité Laurent Fabius pour sa prise de fonctions, tout en transmettant les meilleurs vœux de Yang Jiechi, le ministre chinois des Affaires étrangères. D’après M. Kong, ces dernières années, la relation sino-française a connu un développement durable, stable et rapide, les échanges et les coopérations dans la politique, l’économie, le commerce et la culture n’ont cessé de se renforcer, la coopération non gouvernementale est devenue de plus en plus animée, les deux pays ont mis en place des coordinations dans les affaires internationales, notamment le G20 et la gouvernance globale. La Chine attache une grande importance à la relation sino-française. Elle est disposée à renforcer de manière plus poussée le dialogue politique, à élargir et à approfondir la coopération dans tous les domaines, sur la base de l’égalité, des bénéfices mutuels et du respect mutuel, avec pour objectif l’établissement d’un nouveau type de partenariat stratégique caractérisé par la confiance et les avantages mutuels, la maturité et la stabilité, adaptée au monde entier, dans le but de réaliser un meilleur développement de la relation sino-française sur la base existante.

Selon Laurent Fabius, la France et la Chine sont deux grands pays influents dans le monde. À l’époque actuelle, il est nécessaire de développer de manière plus poussée la relation amicale sino-française et d’approfondir les avantages mutuels et les coopérations. Les résultats de la coopération bilatérale sont satisfaisants. La France est disposée à s’efforcer avec la Chine de stabiliser la relation commerciale bilatérale, accélérer le développement global de la relation sino-française pour que la coopération non gouvernementale porte des fruits plus concrets.

M. Fabius a demandé à M. Kong de transmettre ses salutations cordiales à Yang Jiechi.

Selon des rapports, Kong Quan est le premier ambassadeur étranger en France rencontré par M. Fabius depuis sa prise de fonctions.