Les projections de films francophones en Chine sont un succès !

Ajouté au 23/03/2012 par SHI Lei

La sélection des films francophones met en avant une richesse linguistique et cinématographique.
Samedi 17 mars, le Shanghai Culture Square a accueilli un représentant du Consulat belge, M. Christophe CARDON, pour la projection du film d’animation “Pic Pic André et ses amis”. A cette occasion, M. CARDON a rappelé la tradition belge dans le domaine de l’animation et de la bande dessinée, mais aussi l’influence surréaliste qui se dégage de ces courts métrages. Bien que décalé par rapport aux films d’animation dont le public chinois est familier, « Pic Pic André » a réussi à capter l’attention d’un public de tous âges.

 Le même jour, le film canadien, “Incendies “, a été présenté au Café Vienna par M. Eric PELLETIER, Consul adjoint au Consulat général du Canada, et le lendemain à Shanghai Culture Squarepar Mme Andrea CLARK-GRIGNON, Consule chargée des affaires politiques et économiques du Consulat général du Canada. Tous deux ont rappelé le succès international d’un film émouvant qui ramène l’histoire mondiale de la violence à un niveau très personnel et d’autant plus bouleversant. « Incendies » avait déjà été présenté au Festival du cinéma de Shanghai en 2011.

 

——————————————————————————–

Lundi 19 mars, c’est le film franco-belgo-tchadien “Un homme qui crie” qui a été projeté au Café Vienna.
Non seulement le film a montré une diversité linguistique où le français et l’arabe tchadien s’entremêlent dans les conversations, mais il a également évoqué le désir de mieux connaitre le contexte politique de cette région entre l’Afrique noire et l’Afrique du Nord. Les jeunes étudiants et professionnels ont ainsi découvert un univers de relations humaines bouleversées par les conflits armés. La projection a éveillé de vives émotions qui se sont traduites par un temps de silence, véritable temps de réflexion après le générique.

17ème Fête de la francophonie en Chine

Ajouté au 23/03/2012 par SHI Lei

Au mois de mars, en particulier du 17 au 25 mars 2012, les pays ayant le français en partage organisent la Fête de la francophonie. Pour cette 17ème édition, 27 pays proposent au public près d’une centaine d’événements (films, concerts, conférences, expositions, lectures, concours étudiants) dans plusieurs villes chinoises, et tout particulièrement à Pékin.

Les événements sont gratuits, ouverts à tous, et la plupart d’entre eux, les expositions et les films en particulier, sont traduits en chinois. Une fête placée sous le signe du dialogue, de la diversité et dédiée à la richesse de la francophonie pour une année particulière dans le contexte privilégié de l’Année de la langue française en Chine.

Initiées par les ambassades des pays membres ou observateurs de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), et relayées par des associations et institutions chinoises, ces manifestations sont autant d’occasions de rencontres, d’échanges et de regards croisés.

La programmation s’articule autour de trois thématiques principales : le cinéma, la musique et la littérature .

 

•Le cinéma
Les ambassades francophones et le réseau des Alliances françaises de Chine organisent le Festival du film francophone. Une sélection de longs et courts métrages de près de 30 pays francophones sera présentée au public.

Le festival aura lieu dans 15 villes chinoises : Canton, Chengdu, Chongqing, Dalian, Hangzhou, Jinan, Kunming, Nankin, Pékin, Qingdao, Shanghai, Shenyang, Tianjin, Wuhan et Xi’an. Les projections sont gratuites et les films seront projetés en version originale sous-titrée en chinois, ainsi qu’en français ou en anglais.

A Pékin, le Festival du film francophone se déroule du 3 au 31 mars, à l’Institut français de Chine, à l’ambassade de Pologne, à l’ambassade de Roumanie ainsi qu’à l’Alliance française de Pékin (site de l’Université des langues et cultures de Pékin- BLCU).

 

•La musique
Le réseau des Alliances françaises, les ambassades du Canada, de Suisse, de Belgique / Délégation Wallonie-Bruxelles, ainsi que les Bureaux du Québec en Chine vous invitent à une virée musicale aux quatre coins de la francophonie : MARS EN FOLIE 2012 !
Cette année, une formule sans précédent : neuf villes, quatre groupes, un ou deux concerts par lieu et un seul objectif : vibrer francophone aux rythmes des quatre continents !
Rendez-vous le samedi 24 mars au Yugong Yishan à Pékin pour voyager avec les mélodies envoûtantes de Simon Nwambeben (France/Cameroun, Classic Bitibak), la pop intimiste d’Alexandre Désilets (Canada, pop-rock), le funk endiablé de Manou Gallo (Belgique/Côte d’Ivoire, afro-beat/funk), et les rythmes vaudous de Mama Rosin (Suisse, zydeco/cajun créole).

D’autres animations musicales gratuites et ouvertes au public ponctueront cette fête et en particulier le concours de la chanson française qui, à travers sa demi-finale les 24 et 25 mars à l’auditorium de l’Institut français de Chine, motivera, sur les rythmes des années soixante en France, les meilleurs candidats issus des universités participantes.

 

•La littérature
Le thème de l’intime est à l’honneur cette année et les dix mots de la francophonie 2012 appartiennent à son champ lexical : âme, autrement, caractère, chez, confier, histoire, naturel, penchant, songe, transports . Ils seront déclinés poétiquement dans plusieurs événements dont l’exposition « Un moi, des mots » qui circulera dans les départements de français des universités, dans les Alliances françaises et à la médiathèque de l’Institut français de Chine à Pékin.

Le biographe Olivier Philipponnat viendra raconter la vie d’Irène Némirovsky, femme de lettres francophone au destin hors du commun.

Les lectures se succèderont à la médiathèque de l’Institut français de Chine, notamment autour de l’œuvre d’Aimé Césaire, poète et homme politique martiniquais, inlassable défenseur de l’humanisme africain.

La médiathèque s’animera autour de l’opération « Dis-moi, Ecris-moi, Joue-moi dix mots » pour un coin francophone, un atelier d’écriture et atelier théâtre.

On retrouvera le théâtre à travers les répétitions exceptionnellement ouvertes au public de la pièce d’Eric Emmanuel Schmitt, Le libertin , par la troupe du Théâtre des lanternes, au Lycée français international de Pékin (site de la maternelle).
A ne pas manquer, les autres rendez-vous francophonie organisés par le réseau des Alliances françaises de Chine : l’exposition « Les Angevins et le Canada », la conférence de Jean-Yves Bardin sur « Le graphisme à la française » et l’exposition de cartes postales humoristiques « Plonk et Replonk » des frères suisses Hubert et Jacques Froidevaux.

* * *

Moment fort de la programmation culturelle des ambassades francophones, cette 17ème édition s’inscrit dans la célébration de la diversité, du métissage, du partage et de l’émotion.

Lagarde insiste sur le rôle de premier plan de la Chine dans les discussions internationales

Ajouté au 23/03/2012 par SHI Lei

La Chine doit continuer à jouer un rôle de premier plan dans les discussions internationales relatives à la politique globale face aux perspectives moroses de l’économie mondiale, a déclaré dimanche à Beijing la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde.

Mme Lagarde a indiqué que la réussite de la Chine avait attiré depuis de nombreuses années l’attention mondiale du fait de sa croissance spectaculaire, de la création de 370 millions d’emploi, et pour avoir tiré de la pauvreté plus de 500 millions de personnes.

Face à la crise internationale, la Chine a de nouveau fait montre de leadership et su élaborer des politiques adéquates, a affirmé Mme Lagarde, lors du Forum sur le développement de la Chine qui s’est tenu dimanche dernier à Beijing sous l’égide du Centre de recherche sur le développement, groupe de réflexion relevant du Conseil des affaires d’Etat.

“L’économie mondiale aurait en effet été encore davantage mise à mal sans le dynamisme apporté à la croissance et à la stabilité par la Chine”, a-t-elle indiqué.

Par ailleurs, la Chine doit poursuivre ses efforts pour accélérer la transformation de son mode de développement économique.

Elle de plus a souligné les trois axes prioritaires de la Chine à savoir soutenir la croissance; continuer à faire basculer les moteurs de celle-ci afin de la rendre moins dépendante des exportations et des investissements, et davantage axée vers la consommation domestique; et améliorer le niveau de vie des ménages.

Quelles perspectives pour l’économie chinoise en 2012 ?

Ajouté au 23/03/2012 par SHI Lei

L’année 2012 devrait être marquée par une continuité des politiques mises en œuvre dans le contexte d’une croissance en léger ralentissement. Au cours de cette année qui verra la constitution de la nouvelle équipe dirigeante autour de l’actuel vice-président Xi Jinping, les autorités chercheront sans doute en premier lieu à assurer la stabilité de l’environnement économique pour faciliter cette transition, rendant la période peu propice au lancement de réformes d’envergure. Certains enjeux devraient cependant concentrer leur attention cette année, notamment l’ouverture du compte de capital, l’évolution des marchés immobiliers, la situation des finances locales ou encore la place de l’investissement public. En termes de conjoncture, selon les prévisions de la DG Trésor, la croissance devrait s’établir en 2012 à 8½%, après 9,2% en 2011, puis devrait rebondir légèrement en 2013 à 8¾%. La tendance au rééquilibrage de l’économie chinoise devrait progressivement se confirmer, la consommation prenant en 2013 le relai de l’investissement comme moteur principal de la croissance.  1 – L’année 2011 a été marquée par un ralentissement de la croissance en raison des mesures de stabilisation de l’activité et de l’affaiblissement de la demande extérieure
L’année 2011 a été marquée par un léger ralentissement de la croissance qui s’est élevée à 9,2% contre 10,4% en 2010.Ce ralentissement s’est affirmé tout au long de l’année comme l’ont révélé les chiffres trimestriels : la croissance en glissement annuel a été successivement de 9,7%, 9,5%, 9,1% et 8,9% au cours des quatre trimestres. Ainsi l’économie chinoise a enregistré une croissance inférieure à 9% au 4e trimestre 2011 pour la première fois depuis 2009.

Ce ralentissement est lié en premier lieu au contexte macroéconomique international. En effet, au plan intérieur, la demande domestique est restée très dynamique. La croissance est en effet restée tirée par l’investissement qui a crû de +23,8% en valeur par rapport à 2010. La croissance de la consommation s’est également maintenue, les ventes au détail ayant progressé de +17,6% sur l’ensemble de l’année 2011. En revanche, en 2011, les excédents commerciaux chinois sont en baisse de 26,4 Mds USD et s’élèvent à 155,1 Mds USD. Les exportations ont en effet progressé moins vite en valeur sur l’ensemble de l’année que les importations (+20,3% contre +24,9%). Cette évolution est principalement liée au ralentissement des exportations vers l’Union européenne (+14,4%) et les États-Unis (+14,5%) par rapport à celles à destination notamment des pays asiatiques (Asean : +23,1%).

Le gouvernement a réussi à contenir l’inflation.La maîtrise de la hausse des prix était l’objectif prioritaire que le gouvernement chinois s’était fixé pour 2011 lors de l’Assemblée nationale populaire de l’an passé. Alors qu’il avait fixé une cible de +4%, l’inflation moyenne a finalement atteint +5,4% en 2011. Au cours de l’année, l’inflation a augmenté jusqu’à +6,5% en glissement annuel en août, tirée par la composante alimentaire et notamment par le prix du porc. D’une part, la hausse des prix alimentaires mondiaux s’est répercutée fortement en Chine, et, d’autre part, des facteurs structurels (augmentation des salaires des agriculteurs, organisation inefficace du marché) ont exacerbé cette hausse. Les réponses de politique monétaire – la banque centrale a procédé à 12 hausses du taux de réserves obligatoires en 2010 et 2011 –, la reconstitution du cheptel porcin et la fin de l’effet des aléas climatiques, ainsi que les mesures prises pour assurer un meilleur fonctionnement des marchés agricoles – meilleur approvisionnement notamment – ont finalement conduit à une nette décélération de l’inflation en fin d’année, qui n’était plus que de +4,1% en glissement annuel en décembre.

Dans ce contexte les autorités ont manifesté leur volonté de réagir face au ralentissement de la croissance.Le Premier ministre Wen Jiabao a appelé le 25 octobre à un « réglage fin » de la politique économique. Le gouvernement a alors tiré parti de la diminution de l’inflation pour prendre des mesures ciblées de soutien aux secteurs les plus vulnérables, sans pour autant réorienter fondamentalement sa politique. Des mesures de soutien de politique monétaire et fiscale ont ainsi été prises en novembre pour aider les PME après la crise de Wenzhou. La banque centrale a par ailleurs décidé deux baisses de 50 pdb des ratios de réserve obligatoire en novembre 2011 et en février 2012, afin d’assouplir la politique monétaire et de soutenir l’activité.

 2 – L’année 2012 devrait voir ce ralentissement se poursuivre et la croissance atteindre 8½ %
Après la phase de ralentissement en 2011 qui se prolonge début 2012, les exportations chinoises devraient rebondir à partir de la mi-2012, tirées par une demande mondiale plus forte.Dans le scénario de référence de la DG Trésor, l’effet macroéconomique des tensions financières en zone euro devrait s’estomper à partir du second semestre 2012 et la demande mondiale, notamment en provenance des pays d’Asie, devrait rebondir également à compter du second semestre. Parallèlement, l’appréciation du yuan devrait être plus limitée en 2012, les autorités pouvant invoquer la réduction en 2011 des excédents courants. Les importations devraient demeurer dynamiques, en lien avec la hausse de la demande intérieure et la baisse des droits de douanes annoncée par le gouvernement le 7 mars à l’occasion de l’Assemblée populaire annuelle.

Au plan interne, on peut s’attendre à une continuité de la politique macroéconomique dans un contexte marqué par la transition politique et l’arrivée prochaine au pouvoir de la nouvelle équipe conduite par l’actuel vice-président Xi Jinping.La notion de « stabilité » était au cœur de la conférence annuelle de travail centrale sur l’économie du Parti communiste chinois, en décembre 2011. Comme l’an passé, le principe du maintien d’une politique budgétaire « proactive », ainsi que d’une politique monétaire « prudente » a été approuvé par l’Assemblée populaire nationale, le 5 mars 2012. Il est ainsi probable que la banque centrale continue sa politique d’assouplissement sélectif et procède à une ou deux baisses supplémentaires des ratios de réserve obligatoire. En effet le gouvernement a fixé un objectif de hausse de +14% de l’agrégat monétaire M2, ce qui laisse de la marge de manœuvre au vu de la tendance de 2011 (+13,6%) et de ce début d’année (+12,8% en janvier 2012). Le gouvernement s’est également donné une marge de manœuvre en matière de politique budgétaire, avec un objectif de déficit fixé à 800 Mds CNY, alors qu’il n’a été que de 519 Mds CNY (82 Mds USD) en 2011. Comme à l’accoutumée, et sans doute aussi pour des raisons d’affichage, les prévisions du gouvernement s’appuient sur des hypothèses très prudentes d’évolution des recettes budgétaires, avec un objectif de +9,5% qui semble bas au vu des objectifs et des perspectives de croissance nominale (l’an passé cet objectif avait été fixé à +8% alors que la hausse des recettes a finalement atteint +24,8%). Pour autant, les objectifs de politique monétaire et budgétaire du gouvernement indiquent que si un ajustement à la marge est possible, des mesures de relance semblent exclues.

Au final, l’activité ralentirait au 1er semestre 2012. La croissance serait, selon les prévisions de la DG Trésor, de 8½ % en 2012 (après 9,2 % en 2011), et s’établirait à 8¾ % en 2013, toujours au-dessus de la cible du gouvernement. Celui-ci a en effet fixé un objectif de croissance 7,5% à l’occasion de l’Assemblée nationale populaire, en baisse par rapport à l’objectif de 8% fixé pour 2011. Il faut souligner toutefois que l’objectif du gouvernement ne doit pas être compris comme une prévision : il est systématiquement dépassé. En revanche la baisse de cet objectif par rapport à l’année passée est significative. Il s’agit d’une prise en compte de la dégradation de l’environnement extérieur. Mais c’est également le signe manifeste, notamment à l’adresse des collectivités locales, du souhait d’une croissance plus équilibrée et plus durable.

Le principal aléa baissier de cette prévision concerne la situation de l’économie mondiale, et notamment européenne, et l’impact de son évolution sur les soldes courants chinois.Sous l’hypothèse de normalisation des marchés financiers, la croissance mondiale devrait redémarrer progressivement en 2012, portée par les efforts de reconstruction au Japon, le dynamisme de l’activité des pays émergents et le redressement graduel des moteurs privés dans les économies avancées. L’investissement privé devrait accélérer dans la plupart des économies avancées, les indicateurs fin 2011 montrant que les taux d’utilisation des capacités de production sont quasiment revenus à leur moyenne de long terme, et les marges des entreprises poursuivant leur rétablissement. La normalisation de l’environnement économique et financier serait alors propice à un rétablissement de la confiance et de la consommation des ménages, mais la baisse des taux de chômage demeurerait limitée. Le Fonds Monétaire International (FMI) a quantifié l’effet pour la Chine d’un scénario très pessimiste, où s’effondrerait la croissance de l’Union Européenne, qui absorbe 20 % des exportations chinoises : en l’absence de réaction budgétaire chinoise ceci aurait un impact de – 4 points de PIB sur la croissance chinoise. Le FMI estime cependant que la Chine dispose des marges de manœuvre budgétaire pour réagir et pourrait alors ramener cet impact à seulement -1 point de PIB grâce à des mesures de relance.

 3 – La tendance au rééquilibrage de l’économie chinoise devrait se confirmer
En raison de l’orientation, qui reste restrictive, de la politique monétaire, ainsi que de la stabilisation voire de la baisse des marchés immobiliers, il est probable que la croissance de l’investissement ralentisse en 2012.La conjoncture interne est ainsi toujours relativement dégradée début 2012 : ralentissement de la croissance de la masse monétaire, baisse des transactions et des prix immobiliers, incertitudes sur la conjoncture (malgré un léger rebond des indices PMI en janvier et février). En intégrant aussi le maintien des mesures administratives d’encadrement du marché immobilier et l’instauration progressive d’une taxe foncière, on peut s’attendre à ce que la croissance de l’investissement ralentisse en volume passe à +11% en 2012, puis à +8% en 2013, après 12% en 2011.

Parallèlement, la consommation devrait être soutenue par la croissance des salaires et l’urbanisation du pays, avec un effet accru en 2013.En 2010 et en 2011, le salaire minimum a été revalorisé, dans de nombreuses villes, de près de 20 % en moyenne, pour tenir compte de la hausse des prix à la consommation, notamment alimentaires. Dans plusieurs grandes entreprises, des mouvements sociaux ont également entrainé des augmentations de salaires. Ainsi, la croissance des salaires nominaux auraient accéléré depuis 2009 (+15 % en 2011 en première estimation, après 13,3% en 2010). En prévision, la dynamique des salaires devrait se poursuivre avec des croissances à deux chiffres (environ +15 % en 2012 et en 2013). D’abord, les hausses de salaires minimum et les mouvements sociaux devraient persister. Ensuite, l’épuisement progressif de « l’armée de réserve » en provenance des zones rurales devrait favoriser le pouvoir de négociation des salariés. Des signes de pénurie de main-d’œuvre sur les zones côtières apparaissent et la population en âge de travailler commence à diminuer.

Parallèlement, après une forte augmentation durant la décennie 2000-2010, le taux d’épargne des ménages n’augmenterait plus que légèrement en 2012 et se stabiliserait en 2013 à 42% du PIB. Les effets démographiques de cycle de vie devraient exercer une pression à la hausse sur le taux d’épargne. Toutefois, le plan santé lancé en 2009 devrait limiter la tendance haussière du taux d’épargne, notamment en 2013, en raison de sa montée en charge.

Au total, la consommation devrait devenir le principal moteur de la croissance à compter de 2013.En 2012, la consommation contribuerait à la croissance à hauteur de 4 pts de PIB contre 5 pts pour l’investissement. En 2013, ces chiffres s’inverseraient. La consommation deviendrait alors le plus fort contributeur à la croissance, pour la première fois depuis 2001. Le commerce extérieur aurait une contribution négative en 2012 (-½ pt, comme en 2011), et légèrement positive en 2013 (+¼ pt, contre plus d’un point en moyenne sur la période 2000-2008). En 2012, le rééquilibrage de la croissance conduirait ainsi à une baisse de l’excédent commercial. Ce dernier se stabiliserait en 2013, tout comme l’excédent courant (à respectivement 2½ pts et 3 pts de PIB). Le rééquilibrage interne s’amorcerait en 2013, avec la stabilisation de la part de la consommation dans le PIB. L’épargne globale de la Chine serait stable à 50 pts de PIB en 2012 et en 2013.

 4 – Plusieurs grands chantiers de politique économique devraient concentrer l’attention en 2012, bien que l’annonce de réformes majeures semble peu probable avant 2013.
Dans un contexte marqué par la réduction des excédents courants, les pressions haussières sur le taux de change pourraient s’atténuer.Alors que le taux de change s’est apprécié de 5% face au dollar en 2011, la stabilisation du solde courant que la DG Trésor prévoit à 2,5% en 2012 puis 3% en 2013 devrait conduire les autorités à ralentir l’appréciation du yuan, tout en continuant de flexibiliser son taux de change. Fin 2011, le taux de change du yuan a connu temporairement des pressions à la baisse, en lien avec des sorties de capitaux en raison d’un regain d’aversion pour le risque sur les marchés financiers internationaux. Les réserves de changes de la Chine ont ainsi diminué à deux reprises en novembre puis en décembre, pour s’établir à 3 181 Mds USD en fin d’année contre 3 274 Mds USD en octobre, d’après la State Administration of Foreign Exchange (SAFE, chargée de gérer les réserves de change et dont le directeur est l’un des Vice-Gouverneur de la PBoC). Il est probable que les autorités limitent l’appréciation du yuan en 2012 : les marchés des non deliverable forward n’anticipent ainsi une appréciation du yuan que de seulement 2% en 2012. En revanche, la banque centrale pourrait progresser dans la flexibilisation du taux de change. Ainsi, la bande de fluctuation quotidienne autour de se valeur pivot fixée par la SAFE pourrait être élargie, comme l’a suggéré à plusieurs reprises le Gouverneur de la banque centrale Zhou Xiaochuan. Par ailleurs la politique d’ouverture graduelle du compte de capital et d’internationalisation devrait se poursuivre. Ainsi, le 22 février, un rapport de la banque centrale présentant comment pourrait être relâché le contrôle des capitaux a été rendu public. Parallèlement, le planificateur central, la commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC – National Development and Reform Commission) a dévoilé, le 30 décembre 2011, un plan sur cinq ans visant à faire de Shanghai une place financière internationale en 2015, plan dont l’effectivité reste toutefois à confirmer.

Les évolutions des marchés immobiliers devraient être au cœur des préoccupations en 2012.Les prix des logements ont continué de baisser début 2012 dans 72 des 100 villes couvertes par l’indice China Real Estate Index System. Le Centre de prévision de la Chinese Academy of Social Sciences (CASS) estime que les prix immobiliers moyens en Chine baisseront de 5,3% en glissement annuel en 2012 du fait de l’évolution de la demande sur le marché et des politiques de contrôles, et en dépit de la croissance des revenus des ménages, de celle des prix du foncier et de l’urbanisation rapide. Cette stabilisation est voulue par le gouvernement central. Il est peu probable que le gouvernement revienne de manière générale sur les restrictions mises en place depuis 2010 sur le marché immobilier. En revanche, comme l’a suggéré Wen Jiabao à l’Assemblée populaire nationale, il semble possible qu’un réglage fin de ces politiques introduise plus de flexibilité dans les plus grandes villes.

L’impact de cette baisse sur l’investissement et le secteur de la construction devrait être partiellement compensé par la montée en puissance du programme de logements sociaux qui prévoit la construction de 36 millions de logement d’ici 2015. Alors que l’objectif était la mise en chantier de 10 millions de logements sociaux en 2011, selon les chiffres du Ministère du logement, la construction de 10,43 millions de logements avait été lancée, et que 4,32 millions avaient été construits. Pour autant, le Ministère du logement en décembre 2011 a également reconnu que la plupart des mises en chantier avaient été recensées selon une approche maximaliste ; il a suggéré que le nombre de mises en chantier réelles étaient plutôt de l’ordre de 7 millions. Si cette déclaration suggère un risque que les objectifs de construction soient revus à la baisse dans les années à venir, le nombre de logement en cours de construction, qui est le paramètre le mieux corrélé avec l’investissement, devrait néanmoins connaitre une progression soutenue en 2012. A l’occasion de l’Assemblée populaire nationale, les objectifs de construction de 5 millions de logements sociaux et de mise en chantier de 7 millions ont été adoptés, faisant ainsi passer le nombre de logements sociaux en cours de construction de 7 millions à environ 12 millions entre la fin 2011 et la fin 2012. Les autorités devront cependant également résoudre la question du financement de ce programme, alors que les moyens de certaines collectivités locales sont limités. Une contribution plus importante qu’en 2011 du gouvernement central a été annoncée, le budget consacré au logement progressant de 23% en 2012 pour atteindre 212 Mds CNY. Par ailleurs le Ministère des finances et la NDRC imposent que les émissions obligataires des collectivités locales soient destinées prioritairement au financement du logement social.

Les incertitudes persistent quant à la situation des finances des collectivités locales, et le gouvernement pourrait entamer une réflexion sur une réforme budgétaire et fiscale de grande ampleur.Le seul chiffre official actuellement disponible sur la situation des collectivités locales demeure celui d’un endettement de 10 700 Mds CNY (27% du PIB) fin 2010. Si le Premier ministre Wen Jiabao a affirmé lors de la conférence de travail annuelle du PCC que la dette des collectivités locales était dans l’ensemble « sûre et maîtrisable », la China Banking Regulatory Commission a indiqué qu’en 2012 elle s’efforcerait de « nettoyer » les finances locales. Jusqu’ici, les autorités ont surtout mis en place les conditions d’un refinancement de cette dette, les banques étant encouragées à étendre la maturité des prêts octroyés et des émissions d’obligations de collectivités locales ayant été autorisées. Pour autant une réforme de plus grande ampleur du cadre budgétaire des finances locales semble souhaitable. Le Premier ministre Wen Jiabao a déjà indiqué que les financements extrabudgétaires, notamment les Local government financing vehicles, devraient être intégrés désormais dans les budgets des collectivités locales. Par ailleurs, un mécanisme d’alerte sera mis en place concernant leur endettement. Ces mesures pourraient préfigurer une réforme plus importante du cadre des finances locales et de la relation entre le gouvernement central et les collectivités locales. A cet égard, l’extension à tout le pays de la taxe foncière expérimentée à Chongqing et à Shanghai pourrait constituer le début d’une réforme dans le sens d’une plus grande autonomie budgétaire des collectivités locales.

L’année 2012 pourrait enfin voir monter le débat sur la place des entreprises publiques dans l’économie chinoise.Dans son rapport China 2030 rédigé avec le Development Research Center – centre affilié au Conseil des affaires d’État – la Banque mondiale souligne la nécessité, pour le rééquilibrage de l’économie chinoise, de réduire l’épargne, l’investissement et la taille du secteur public, et notamment du poids des entreprises publiques dans l’économie. Le rapport recommande ainsi que ces dernières se recentrent sur la production de biens publics et que leur gestion s’appuie désormais sur des standards de transparence et de gouvernance internationaux. Selon ce rapport, cette réforme des entreprises publiques devrait également passer par une réforme du secteur financier pour que les grandes entreprises soient financées selon des mécanismes davantage orientés par le marché, l’augmentation de la pression concurrentielle sur les entreprises publiques, ou encore le versement par ces entreprises de dividendes plus conséquents au budget de l’Etat, permettant un renforcement des politiques éducatives et sociales au profit des ménages. Ces recommandations, qui pourraient susciter en 2012 de fortes résistances, semblent néanmoins être soutenues, dans une certaine mesure, par les autorités. Ainsi, le Premier ministre Wen Jiabao a indiqué, après la publication de ce rapport, que la promotion des investissements privés et la réforme des industries monopolistiques seraient les principales tâches inscrites à l’agenda économique de 2012. En cette année de transition politique, la tournure du débat, pour autant qu’il puisse être observable de l’extérieur, sera essentiel pour le positionnement de la nouvelle équipe dirigeante vis-à-vis de cet axe de réforme essentiel pour l’évolution du modèle de croissance chinois dans les années à venir.

Florent Mangin

Service économique régional de Pékin

Michaël Sicsic

Direction Générale du Trésor – Bureau diagnostic et prévision – international

 

FRANCOPHONIE – Une semaine de Français à Shanghai

Ajouté au 19/03/2012 par SHI Lei

C’est incontestable, la Fête de la francophonie devient un succès de plus en plus populaire et de nombreux événements sont désormais organisés en Chine. Dès ce samedi 17 mars 2012 et jusqu’à la fin du mois, près d’une centaine d’événements s’ouvrent à tous les amoureux du français et de la culture francophone. Lepetitjournal.com a sélectionné le meilleur du programme à Shanghai

Aujourd’hui, la francophonie représente une population de 220 millions de locuteurs, dans 75 pays différents. Depuis 1998, la Journée internationale de la francophonie a lieu chaque année le 20 mars. Ainsi, le 20 mars au centre de Changning et le 21 mars, au centre de Songjiang, l’Alliance française inaugure la fête avec “Le Coin français”, un rendez-vous pour découvrir les différentes facettes de la francophonie, autour d’un verre… De plus, les chambres de commerce francophones de Shanghai (CCIFC, Bencham, Swisscham et la Chambre du Canada) s’associent et organisent le 20 mars, à 18h30, un cocktail – networking (en français!) à l’Hôtel Sofitel Hyland.

Cependant, et c’est presque devenu une tradition, les célébrations à Shanghai, s’étendent sur plusieurs jours…

Musique et arts de la scène

Egalement le 20 mars à l’Alliance française, Mademoiselle et son orchestre seront en concert sur le campus de Wusong Lu. Le Chapelier toqué revient cette année encore à Shanghai et sera le 21 mars au Yuyintang, dans le cadre du JUE Festival. Enfin, le programme Mars en Folie ne change pas sa formule et propose à travers quatre concerts de partir à la découverte des nouveaux artistes francophones. Sur scène, le 29 mars au Mao Livehouse, Simon Nwambeben (France/Cameroun) et Mama Rosin (Suisse) ou à l’université de Tongji, Alexandre Desilets (Canada) et Manou Gallo (Belgique/Côte d’Ivoire).

Cinéma

Le 7ème art remporte évidemment un succès particulier auprès du public en Chine et de nombreux films de plusieurs pays francophones sont programmés à l’occasion du Festival du film francophone 2012. Notre coup de coeur: “Pic Pic, André et leurs amis”, film d’animation belge de 2001 et série culte au plat pays! Plusieurs dates à Shanghai et Nankin. A venir également, Le festival de cinéma français sur grand écran « SH 7ème Art » qui consacre cette année les films de Robert Bresson.  Une série de six films sera présentée à l’Université normale de Shanghai : “Les dames du bois de Boulogne”, “Un condamné à mort s’est échappé”, “Pickpocket”, “Au hasard Balthazar”, “Lancelot du lac” et “L’argent”, avec la participation de Xu Feng. Enfin, le JUE Festival diffuse également deux films français, le 25 mars au Center for the Contemporary Arts: “La Haine” de Mathieu Kassocitz et et “Microcosmos: le peuple de l’herbe” de Jacques Perrin.

Arts visuels et conférences

“Un moi, des mots” est une exposition construite autour des 10 mots de la francophonie en 2012, en hommage à Jean-Jacques Rousseau: âme, autrement, caractère, chez, confier, histoire, naturel, penchant, songe et transports. Elle se tient conjointement à Wuhan, Pékin, Nanjing, Shanghai et bien d’autres villes. A découvrir jusqu’au 30 avril. “Les angevins et le Canada” se tient également jusque fin avril et décline, en 20 panneaux l’histoire du Québec à travers ses pionniers, ses fondateurs, ses artistes… A découvrir au centre de Changning de l’Alliance française.

Rencontres théâtrales, concours de la chanson française, conférence “le graphisme à la française”, soirée dansante africaine… Bien d’autres activités sont à découvrir sur le site www.faguowenhua.com
Plus d’infos

Networking Semaine Francophone
CCIFC, Bencham, Swisscham et Chambre du Canada
20 Mars – 18h30
Sofitel Hyland
180 RMB – Inscription via SH-Event@ccifc.orgCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Inauguration de la Francophonie
20 Mars – 20h
Concert de Mademoiselle et son orchestre
Alliance française de Shanghai (Hongkou)
297, Wusong Lu (6F)
Entrée libre sur réservation
www.afshanghai.org

Concert La Chapelier toqué
21 Mars – 21h00
Yuyintang
851 Kaixuan Lu (croisement Yan’an Xi Lu)
80 RMB – http://juefestival.com/12/

Mars en Folie! (Belgique et Canada)
29 Mars -18h30
Université Tongji (Siping Lu)
1239 Siping Lu, Auditorium 129
Entrée libre sur réservation
http://www.afchine.org/spip.php?article220

Mars en Folie! (France et Suisse)
29 Mars – 20h
Mao Livehouse
308 Chongqing Nan Lu
Entrée libre sur réservation
http://www.afchine.org/spip.php?article220

Festival du film francophone
http://www.faguowenhua.com/saison-culturelle/fete-de-la-francophonie-2012/films-550/

SH 7ème Art
http://www.ambafrance-cn.org/Festival-SH-7eme-art-R-Bresson.html

JUE Festival
http://juefestival.com/12/

Un moi des mots
Jusqu’au 30 avril
Alliance française de Shanghai, Songjiang
58 Longteng Lu, 20-22
Entrée libre
http://www.dismoidixmots.culture.fr/

Les angevins et le Canada
Jusqu’au 30 avril
Alliance française de Shanghai, Changning
155, Wuyi Lu, 2F
Entrée libre
www.afshanghai.org

 

Youku s’offre Tudou, pour former un nouveau géant de l’internet en Chine

Ajouté au 19/03/2012 par SHI Lei

Youku et Tudou, les deux premiers sites chinois de partage de vidéo, ont fusionné pour former un nouveau géant de l’internet en Chine, ont annoncé mardi les deux compagnies cotées au Nasdaq. C’est Youku qui contrôlera la nouvelle entité, dont il détient 71,5%, et le Youtube chinois espère profiter de l’opération pour se remettre sur la voie des bénéfices. L’échange de titre entre les deux entités qui formeront désormais YoukuTudou devrait atteindre 1 milliard de dollars.

Tudou ne disparaîtra pas, et la plateforme restera indépendante, a précisé le PDG de Youku, mais la fusion permettra d’adopter un “développement vertueux du secteur”.

 

Louvre Hotels Groupe dévoile ses hotels Campanille co-brandés JinJiang Inn

Ajouté au 19/03/2012 par SHI Lei

Louvre Hotels Groupe, n° 2 de l’hôtellerie en Europe, dévoile mardi ses hôtels Campanille co-brandés JinJiang Inn, un des leaders du tourisme chinois.

Afin de bénéficier de la multiplication des échanges entre la France et la Chine dans le tourisme en particulier, Louvre Hotels Groupe et JinJiang Inn Co. ont signé en novembre dernier un partenariat pour améliorer l’accueil des touristes chinois en France et des opérateurs français en Chine.

Ce partenariat concerne 15 hôtels Campanile (2/3 étoiles) situés dans les cinq villes françaises les plus visitées par les touristes chinois: Paris, Bordeaux, Lyon, Marseille et Nice.

Ces établissements co-brandés présentent une double-enseigne à l’entrée; sont équipés de brochures et panneaux signalétiques en mandarin; disposent d’une assistance téléphonique en chinois pour les clients; intègrent un buffet de plats et produits chinois; mettent à disposition de leurs clients du thé vert et sont équipés de chaînes de télévision chinoises dans les chambres.

Selon le président de Louvre Hotels Groupe, Pierre-Frédéric Roulot, la Chine est une région stratégique présentant un fort potentiel de croissance dans le tourisme et dans les affaires, ce partenariat constitue une formidable opportunité de partager le savoir-faire entre les deux groupes.

“Louvre Hotels Groupe ambitionne de poursuivre son déploiement sur le marché chinois et d’ouvrir deux à cinq hôtels milieu et haut-de-gamme par an”, a-t-il déclaré.

Le PM chinois met en garde contre une nouvelle révolution culturelle si le pays ne promeut pas sa réforme politique

Ajouté au 19/03/2012 par SHI Lei

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a indiqué mercredi que la Chine avait non seulement besoin d’une réforme économique, mais également d’une réforme politique, en particulier de son système de direction du Parti communiste chinois et du gouvernement.

Les tragédies telles que la Révolution culturelle pourraient à nouveau se produire en Chine si le pays ne réussit pas à promouvoir sa réforme politique afin d’éliminer les problèmes dans la société, a indiqué mercredi le Premier ministre chinois Wen Jiabao lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion de clôture de la session parlementaire annuelle.

Sans des réformes plus approfondies, la Chine risque de perdre les résultats de la réforme et de l’ouverture acquis au cours des trois dernières décennies, car les nouveaux problèmes tels que la répartition inégale des revenus et la corruption ne sont toujours pas résolus.

“La réforme est entrée dans une phase critique”, a souligné M. Wen, ajoutant que les réformes devaient avancer, non pas stagner voire même reculer.

Chengdu ouvre la première ligne aérienne de fret de l’ouest de la Chine à Paris

Ajouté au 19/03/2012 par SHI Lei

Après l’ouverture de la ligne aérienne directe de Chengdu à Hong Kong par DHL, magnat postal express international, hier, la société Yangtze River Express a révélé son ouverture le 2 avril une ligne de transport des marchandises Pudong – Chengdu – Vatry – Luxembourg – Prague – Zhengzhou – Pudong. Avec Vatry situé à Paris, les produits de Chengdu seront transportés vers la France grâce à cette ligne. Cela est aussi la première ligne de fret de l’ouest de la Chine vers Paris. Des avions Boeing 747 assureront la liaison, avec trois vols par semaine. « Depuis ces deux dernières années, avec l’installation d’une série de nouvelles industries dans le Sud-Ouest, notamment le déplacement de l’industrie informatique et sa croissance à grande vitesse, le service postal express de Chengdu a connu un essor. Cela a attiré plusieurs magnats internationaux et a promu l’ouverture de nouvelles lignes aériennes de fret », indique Wu Dongming, directeur général de DHL-SINOTRANS.

Selon les données, fin décembre 2011, le tonnage de l’aéroport de Chengdu a atteint 406 000 tonnes, une hausse de 9,1 % par rapport à la même période de l’année précédente, dont 21 500 tonnes de marchandises internationales, soit une hausse de 118,4 % par rapport à l’année précédente. Depuis l’année dernière, des sociétés telles que Korea Air, Evergreen International Airlines, Air China Cargo et Yangtze River Express ont créé l’une après l’autre des lignes vers Chengdu ; le réseau aérien a été étendu aux villes européennes comme Amsterdam, Frankfort, Cologne, Varsovie, Milan et Prague.

Actuellement, Chengdu compte sept lignes directes internationales, 12 lignes internationales en partage de code. Selon le projet de Chengdu, en 2015, la ville possèdera 30 lignes directes internationales, y compris le fret aérien, et mettra en place le quatrième plus grand centre de logistique régionale, après Beijing, Shanghai et Guangzhou, ainsi qu’un centre de transbordement orienté vers l’Europe et l’Asie centrale.

Coopération franco-chinoise dans le domaine de la gestion intégrée des ressources en eau (12.03.12)

Ajouté au 19/03/2012 par SHI Lei

Dans le cadre du 6ème Forum mondial de l’eau, que la France accueille à Marseille du 12 au 17 mars 2012, M. Jean Leonetti, ministre des affaires européennes, a eu un entretien avec M. Chen Lei, ministre chinois des ressources en eau le 12 mars après-midi.
Les deux ministres se sont félicités de la qualité de la coopération menée depuis 2009 entre la Chine et la France en matière de gestion intégrée des ressources en eau. A la suite de cet entretien a été signé un accord sur la 2ème phase de la coopération franco-chinoise sur le bassin pilote du fleuve Hai. Cet évènement, tenu en présence de M. Chen Lei et de M. Serge Lepeltier, ambassadeur français en charge des négociations sur le changement climatique et ancien ministre de l’écologie, a rassemblé près de 280 participants.

L’accès à l’eau est devenu l’une des préoccupations majeures de la Chine. Elle ne possède en effet que 7 % des ressources en eau de la planète pour un cinquième de la population mondiale.

La localisation de ces ressources est par ailleurs inégale entre le Sud, l’Ouest et le Nord du Pays. La qualité de l’eau est menacée par la pollution issue des rejets industriels, urbains et agricoles.

Afin de faire face à ces défis, la Chine mène d’importants travaux d’infrastructures et modernise ses modes de gestion de l’eau.

Le Gouvernement chinois développe de nombreuses coopérations internationales, notamment avec l’Union européenne et en particulier avec la France.

Un accord a été signé le 21 Décembre 2009 entre le Ministère chinois des Ressources en Eau et le Ministère français chargé de l’Ecologie et du Développement Durable, pour développer des coopérations dans des domaines d’intérêt commun de la Gestion Intégrée et la Protection des Ressources en Eau.

Dans le cadre de cet accord, le bassin du Fleuve Hai, qui s’étend sur 318.000 km2 et couvre 4 Provinces (Hebei, Shanxi, Henan, Mongolie intérieure) et deux grandes Municipalités (Pékin et Tianjin), a été retenu pour y conduire un projet pilote de coopération entre les deux pays.

La réalisation de ce projet de coopération et d’assistance technique entre 2011 – 2015 vise les objectifs suivants :

•Apprendre mutuellement et échanger sur les expériences des deux pays en matière de gestion intégrée des ressources en eau par bassins,
•Échanger sur la politique et les mesures de protection et de restauration des écosystèmes aquatiques, ainsi que sur l’application de mécanismes « pollueur / payeur »,
•Expérimenter sur le bassin pilote le développement d’outils de gestion intégrée, des ressources en eau, adaptés au contexte tant du point de vue de modalités institutionnelles que des solutions techniques à apporter face aux grands enjeux de gestion du bassin.
Le projet vise en particulier à tester l’application en Chine de certains mécanismes de gestion de bassin, de lutte contre la pollution des eaux et de protection des écosystèmes aquatiques, mis en pratique en France depuis la Loi de 1964, ayant créé les Agences de l’eau.

Les partenaires du projet sont, pour la partie Chinoise, Le Ministère des Ressources en Eau, la Commission de Conservation des eaux de la Rivière Hai, ainsi que les Bureaux des Eaux de la Municipalité de Tianjin et de la Province de Hebei, et, pour la partie française, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL), les Instances du bassin Seine Normandie (AESN), le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP), Etablissement Public Territorial de Bassin Seine Grands Lacs et l’Office International de l’Eau (OIEau), qui assure la coordination technique du projet.

Phases de l’accord de coopération

Le projet se déroule en deux phases :

•Une première phase de coopération a permis, suite au protocole d’accord signé le 4 juillet 2011 à Pékin, de mieux connaitre des deux côtés le fonctionnement des institutions de bassin et les procédures et moyens qu’elles mettent en œuvre en France et en Chine.
Les missions des experts français en Chine ont ainsi permis d’établir un premier diagnostic du bassin de la Hai et d’apporter une formation à 70 homologues chinois du bassin sur les outils de gestion de bassin utilisés en France. Parallèlement, trois délégations chinoises ont été reçues dans le bassin Seine – Normandie.

•Une deuxième phase (avril 2012 – avril 2015) vient d’être lancée à l’occasion du Forum Mondial de l’Eau de Marseille, le 12 Mars 2012.
Cette deuxième phase permettra d’expérimenter sur le sous bassin de la Rivière Zou, certaines méthodes françaises dont la pertinence a été identifiée lors de la première phase, et qui portent notamment sur :

•La gestion de bassin, par la mise en place d’une planification générale pour la gestion intégrée du bassin de la rivière Zhou.
•Le développement technique, avec des propositions de solutions et mesures pour faire face à la pollution et à l’eutrophisation, pour la protection et la restauration des milieux aquatiques, la surveillance de la qualité de l’eau et un système d’alerte.
•Le renforcement des savoir-faire avec l’organisation de formations en Chine et en France.
Un programme pluriannuel d’actions concrètes sera établi conjointement afin de préciser des besoins d’expertises et de formation, de définir un calendrier de réalisation réaliste sur trois ans et de chiffrer les coûts de la coopération pour les deux parties.

 

 
Bassin de la Rivière Zhou
Le bassin de la Zou est de faible dimension (2200 km²) à l’échelle de la Chine, mais il est soumis à de forts enjeux. Tout d’abord, le réservoir Yuqiao (421 millions de m3), constitue la seule source d’eau superficielle pour alimenter la ville de Tianjin (11 millions d’habitants) en eau potable.

Le contexte hydro climatique ainsi que les effets du changement climatique tendent à soumettre ce bassin à de forts risques quantitatifs de pénuries d’eau. D’autre part, le réservoir ainsi que les rivières l’alimentant, présentent des pollutions importantes qui entrainent une forte eutrophisation mettant en péril les écosystèmes, mais également sa vocation d’alimentation en eau potable. Enfin, le bassin de la Zou présente la particularité d’être partagé, dans le découpage administratif de la Chine, entre la Province du Hebei et la municipalité autonome de Tianjin, ce qui rend difficile la mise en œuvre de gestion intégrée des hydro systèmes. Dans ce contexte, la République Populaire de Chine a choisi ce sous bassin pour bénéficier du projet de coopération avec la France afin d’œuvrer conjointement sur les modalités de gestion concertée ainsi que sur l’identification de solutions techniques à même de limiter la pollution et de garantir ainsi la durabilité des ressources en eau et la restauration écologique du fonctionnement des cours d’eau du bassin de la rivière Zou.

« Précédent Suivant »