L’UE lance une nouvelle enquête contre les subventions sur les panneaux solaires chinois

Ajouté au 03/12/2012 par SHI Lei

L’Union Européenne a annoncé jeudi le lancement d’une enquête à l’encontre des fabricants chinois de panneaux solaires photovoltaïques.

Cette décision intervient un jour après que la Commission américaine du commerce international ait décidé que les importations de cellules et modules photovoltaïques en provenance de Chine ont nui à l’industrie américaine de l’énergie solaire.

Selon un analyste, cette décision va conduire à une guerre commerciale sur le marché mondial des énergies renouvelables, entravant le développement des technologies de l’énergie solaire.

L’enquête lancée par l’UE pour déterminer si le Gouvernement chinois accorde ou non des subventions aux fabricants de panneaux solaires vient après qu’une autre enquête européenne distincte se soit penchée sur les accusations portées contre les entreprises chinoises à qui il est reproché de vendre des cellules solaires photovoltaïques sur le marché européen à des prix inférieurs aux coûts, une pratique connue sous le nom dumping.

L’enquête anti-subventions concerne une somme de 21 milliards d’Euros (27 milliards de Dollars US), ce qui en fait la plus grande enquête de ce type lancée par la Commission Européenne, organe exécutif de l’Union Européenne.

La commission a débuté son enquête le 6 septembre dernier, afin de déterminer si les fabricants chinois ont vendu des panneaux solaires sur le marché de l’UE en dessous de leur prix.

Les deux enquêtes lancées en Europe trouvent leur origine dans des plaintes formulées par UE ProSun, un groupe de l’industrie solaire dirigé par la société allemande SolarWorld AG.

La nouvelle enquête anti-subventions aura une durée de 13 mois, après quoi une décision sera rendue. La Commission aura alors neuf mois pour décider si elle imposera ou non des mesures anti-subventions.

Un jour avant l’annonce de l’UE, les Etats-Unis avaient de leur côté déjà déclaré qu’ils allaient imposer des droits punitifs allant jusqu’à 250% du coût des panneaux solaires photovoltaïques importés de Chine au cours des cinq prochaines années.

Ces droits de douane, cependant, ne seront pas imposés aux modules solaires qui sont assemblés en Chine à partir de cellules achetés dans un pays tiers.

Le Département américain du Commerce prévoit officiellement de signer cet ordre le 30 novembre prochain.

TrinaSolar Ltd, l’un des plus grands producteurs de panneaux solaires en Chine, a dit qu’il était en train d’évaluer la décision américaine, notant qu’il a le droit d’interjeter appel.

« Nous espérons que le marché mondial pourra continuer à être ouvert et que tout le monde pourra avoir les moyens d’avoir de l’énergie solaire verte dans un proche avenir », a déclaré Miao Liansheng, Président de Yingli Green Energy Holding.

« Nous sommes très déçus de la décision américaine, qui va ralentir le processus de mise à niveau des technologies utilisées dans l’industrie solaire mondiale et conduire à une diminution des investissements dans l’énergie solaire aux Etats-Unis », a déclaré Gao Jifan, Président de la société.

La Chine procède déjà de son côté à une enquête sur le polysilicium en provenance des États-Unis, et la dernière annonce américaine pourrait « contraindre le Gouvernement chinois à continuer d’exercer des représailles contre les exportations américaines ou à déposer une nouvelle plainte contre les Etats-Unis devant l’Organisation Mondiale du Commerce au sujet de leurs propres subventions vertes », a déclaré Scott Lincicome, un avocat spécialisé en commerce international au sein du cabinet d’avocats White & Case LLP. Lincicome, qui est également l’auteur d’un récent rapport rédigé pour le Cato Institute sur la politique menée par les États-Unis sur les droits compensateurs.

« Ces droits, litiges et incertitudes sont précisément ce dont cette industrie solaire en difficulté -aux États-Unis, en Chine et ailleurs- n’a pas besoin », a-t-il dit.

Selon Aaron Chew, analyste en énergies renouvelables au sein du Groupe Maxim, une banque d’investissements et de gestion d’actifs de New York, une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ne pourrait que nuire grandement à l’industrie solaire.

« Que l’on parle de fabricants de modules ou d’installateurs de panneaux solaires aux Etats-Unis, en Europe ou en Chine, il est évident que personne ne veut d’une guerre commerciale », a déclaré M. Chew.

« Finalement, l’énergie solaire doit voir son prix baisser. Cette guerre commerciale va empêcher le solaire de faire des progrès ».