Le taux de change de l’euro repassé sous huit: perspective du commerce sino-européen

Ajouté au 30/05/2012 par SHI Lei

Le taux de change de l’euro en yuan est passé à 7,9980 le 23 mai, la première fois depuis dix ans au dessous de huit, enregistrant le niveau le plus bas depuis juin 2002. En même temps, le taux de change de l’euro en dollar a baissé de 1,1 % à 1,2684 le 23 mai en raison du retrait éventuel de la Grèce de la zone euro,

Le taux de change de l’euro en yuan repassé sous huit a mis en garde le commerce sino-européen contre l’incertitude dans le futur, d’autant que l’UE demeure un partenaire commercial principal de la Chine, et que la dépréciation de l’euro et la revalorisation accélérée du yuan exercent des influences incertaines sur le commerce sino-européen.

Les impacts de la dépréciation en continu de l’euro sont différents sur les différentes parties du commerce sino-européen, a indiqué Liu Xintao, membre du Comité d’instruction sur les transactions à terme de la Bourse des marchandises de Dalian. Dans les échanges en euro, la dépréciation de l’euro est défavorable pour l’exportation chinoise vers l’UE, mais favorable pour l’exportation de l’UE vers la Chine. Ces impacts pourraient aussi toucher les affaires en dollars.

En fait, selon des entreprises chinoises spécialisées dans les affaires avec l’UE, la dépréciation de l’euro, de toute l’ampleur qu’elle a prise, ne va pas beaucoup bloquer l’exportation chinoise, d’autant que l’euro n’est pas encore la devise principale employée dans les affaires internationales chinoises.

L’exportation chinoise vers l’UE porte surtout sur les produits à usage courante qui présentent une valeur rajoutée plutôt faible, mais dans l’autre sens, l’importation chinoise sur les produits qui présentent une haute valeur rajoutée aussi bien qu’une haute valeur technologique. La dépréciation de l’euro va certainement conduire vers le haut le coût de l’exportation chinoise, et les entreprises vont choisir le dollar qui recommence à se stabiliser dans les règlements transfrontaliers.

Visiblement, la dépréciation de l’euro est favorable pour l’exportation de l’UE, mais ce n’est pas toujours vrai du point de vue général, puisque ceci risque de causer un flux de capitaux dans les autres marchés comme aux Etats-Unis, et de créer des trous dans les marchés financiers européens.

Selon M. Liu, l’UE aura à faire un choix entre la liquidité abondante par l’émission de grosses masses de billets, et l’élévation à grande ampleur des taux d’intérêt, mais les deux options sont dangereuses pour l’UE puisqu’on en voit plus les défauts que les avantages.

Dans l’autre sens, la dépréciation de l’euro va assommer le pouvoir d’achat et les exportateurs européens en s’ajoutant à une dépression existante en demande.