"J’attendrais la prochaine coopération avec des cinéastes chinois"–Interview du réalisateur français Phillipe Muyi

Ajouté au 30/05/2012 par SHI Lei

A l’occasion de la signature par les producteurs chinois et français du projet de film YEYING , « le promeneur d’oiseau » lors du 65ème festival de Cannes, son réalisateur Philipe Muyi a été interviewé par un correspondant de l’Agence de Presse Xinhua.

Xinhua: Pourquoi vous avez une idée de produire le film Yeying ?

Philippe Muyi: Après le film « Le Papillon » , réalisé en 2002 avec des cinéalistes chinois et obtenu un grand succès, tant en France qu’à l’international (il a été vendu dans plus de 25 pays, dont le Japon, Singapour, Taïwan) et qui bénéficie, en Chine, d’ une grande notoriété auprès des amateurs de cinéma français, j’ai pensé qu’il y avait une histoire spécifiquement chinoise à raconter. La relation entre un grand-père paysan et une petite fille citadine d’aujourd’hui, le contraste entre leurs deux modes de vie, la grande beauté des paysages chinois m’ont semblé constituer les ingrédients pour une comédie pleine d’émotion, destinée à un large public familial. De cette réflexion est né « Le promeneur d’oiseau », le récit d’un voyage plein de surprises entre Pékin et Yangshuo, en passant par Guilin et les villages Dong. J’ai écrit ce scénario à Pékin, après plusieurs voyages de repérages effectués dans le Guangxi. Cette brochure est une évocation visuelle de ce que sera le film, que je souhaite drôle, émouvant, très beau et très positif.

Il a ajouté que « Le Promeneur d’oiseau » serait un film trans- générationnel, destiné à un large public familial, allant des grands-parents aux petits enfants. Le film sera tourné à Beijing, Guangxi et à Paris et la post-production en France. Le film sera ouvert au public en mars 2013.

Xinhua: Après « Le Promeneur d’oiseau », Qu’est que vous en pensé de votre nouveau film ?

Philippi Muji: J’aime bien la Chine et j’ai fait depuis l’ année 2 000 plusieurs voyages en Chine et j’attendrais encore une coopération avec des cinéastes chinois sur un film familial. Dans quatre de mes films, j’ai mis en scène des enfants et j’ai eu plaisir à le faire. Je considère qu’il n’y a pas assez de films « familiaux », que parents et enfants peuvent voir ensemble et je suis persuadé que le cinéma a, vis-à-vis des enfants, une réelle responsabilité: celle de transmettre les valeurs humaines qui devront les accompagner durant toute leur vie d’adulte. Telle est mon ambition, artistique et morale.