Le spécialiste de la Chine Paul Jean-Ortiz nommé conseiller diplomatique de M. Hollande

Ajouté au 21/05/2012 par SHI Lei

Selon la tradition politique française, la diplomatie est un domaine spécial pour le président. Pour le traitement des affaires diplomatiques, le conseiller diplomatique et le ministre des Affaires étrangères jouent un rôle important pour le président. Le conseiller diplomatique est d’ailleurs considéré comme le décideur dans les coulisses.

La sélection du conseiller diplomatique reflète la tendance des politiques des affaires étrangères. Ces dernières cinq années, Jean-David Levitte, ancien ambassadeur de France aux États-Unis, était le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy à l’Élysée.

Maintenant, pour aider le nouveau président, le diplomate Paul Jean-Ortiz, âgé de 55 ans, directeur du département Asie et Océanie au ministère des Affaires étrangères, a été nommé conseiller diplomatique de François Hollande.

Spécialiste reconnu de la Chine, bilingue en mandarin, passionné par la civilisation chinoise dont il est un des meilleurs connaisseurs au Quai d’Orsay, Paul Jean-Ortiz est licencié ès lettres (chinois) et diplômé de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

Né le 19 mars 1957, il a passé l’essentiel de sa carrière en Asie. Il a notamment été troisième secrétaire à Pékin (1987-1988), consul général à Canton (1992-1993), deuxième secrétaire à Pékin (1993-1995), premier conseiller à Hanoï (1995-1997), ministre-conseiller à Pékin (2000-2005) puis à Madrid (2005-2009). Depuis septembre 2009, il est à la tête de la direction Asie et Océanie au Quai d’Orsay.

Pour le président qui n’est jamais venu en Chine, nommer un conseiller diplomatique spécialiste de la Chine reflète l’importance portée à la relation sino-française. Selon une analyse française, François Hollande veut rapidement combler ses lacunes sur la Chine.

Jacques Chirac est très connu en Chine grâce à son grand intérêt pour la culture chinoise. Nicolas Sarkozy a visité la Chine à six reprises pendant son mandat présidentiel. Mais François Hollande n’est encore jamais venu en Chine. Les analystes sont inquiets sur sa politique relative à la relation sino-française.

Après son élection, en seulement une semaine, il a rencontré l’ambassadeur de Chine en France et a nommé un spécialiste de la Chine comme conseiller diplomatique, des actions qui reflètent sa considération envers le pays.

« Les politiques de la diplomatie de M. Hollande vers la Chine ne sont pas une rupture avec celles de M. Sarkozy. Il va plutôt poursuivre les politiques de Nicolas Sarkozy », estime une analyse.

Selon un article publié par Le Point, François Hollande et le président chinois Hu Jintao pourront se rencontrer pour la première fois dans le cadre du sommet du G20, qui aura lieu le 18 juin à Los Cabos, au bord du Pacifique au Mexique.