Les investisseurs étrangers restent à Chongqing

Ajouté au 23/04/2012 par SHI Lei

Plusieurs investisseurs étrangers majeurs ont exprimé leur volonté de continuer à investir à Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine, estimant que le récent remaniement des responsables municipaux n’a pas affecté leur confiance dans le climat commercial.

Le plus gros vendeur mondial de PC Hewlett-Packard (HP) a signé un accord cette semaine pour la mise en place d’une nouvelle usine de fabrication d’imprimantes et d’équipement d’imagerie à Chongqing, qui devrait produire 30 millions d’imprimantes à jet d’encre chaque année.

La fabrication des produits HP sera complétée par son contrat avec le géant taïwanais de l’électronique Foxconn Technology Group, qui considère également Chongqing comme un emplacement stratégique pour ses activités commerciales dans la partie continentale de Chine.

Lors d’une réunion mercredi avec Zhang Dejiang, le vice-premier ministre chinois qui vient d’être nommé secrétaire du PCC de Chongqing, la PDG d’HP Meg Whitman a souligné que Chongqing est une ville clé pour l’entreprise en Chine.

HP, qui a est présent à Chongqing depuis 2005, va renforcer sa relation de travail avec la ville, accroître les investissements et promouvoir le développement harmonieux de la coopération industrielle en matière d’informatique en nuage, des systèmes de sécurité et de la masse de données d’analyse et de traitement, a expliqué Mme Whitman.

Zhang Dejiang a remplacé Bo Xilai au poste de secrétaire du PCC de la ville, après une décision prise par le Comité central du Parti communiste chinois le 15 mars.

M. Bo étant soupçonné d’être impliqué dans de graves violations disciplinaires, le Comité central du PCC a décidé le 10 avril de suspendre sa participation au Comité central et au Bureau politique. La Commission centrale du PCC pour le contrôle de la discipline est en charge du dossier d’enquête.

L’épouse de Bo, Bo-Gu Kailai, et Zhang Xiaojun, leur aide à domicile, ont été transférés aux autorités judiciaires sur soupçons d’homicide.

Néanmoins, les entreprises étrangères à Chongqing affirment que les affaires restent inchangées, même si les investisseurs étaient généralement sensibles à la stabilité et à l’environnement politique.

Changan Suzuki Automobile Co., Ltd, une joint-venture avec le constructeur automobile japonais à Chongqing, a élargi sa base de production récemment, avec un investissement initial de 2,3 milliards de yuans (277 millions d’euros), qui devrait créer 3 000 emplois.

Sa capacité de production annuelle va grimper à 500 000 véhicules en 2016 lorsque l’expansion sera terminée, a indiqué le gestionnaire Lei Ming, ajoutant que sa capacité de production actuelle de 250 000 est « presque saturée ».

Lei Ming a déclaré que les dirigeants étrangers de son entreprise sont optimistes quant à la croissance de l’entreprise à Chongqing.

Lorsqu’il a rencontré une délégation de Wharf (Holdings) Limited, une société siégeant à Hong Kong, à Chongqing le 28 mars, Zhang Dejiang a assuré que la ville améliorera ses politiques afin d’optimiser l’environnement d’investissement et accroître son niveau de services, de manière à créer des conditions plus favorables pour les entreprises étrangères qui souhaitent investir sur place.

Le 4 avril, tandis qu’il rencontrait une délégation de producteurs pétroliers, Saudi Basic Industries Corporation, M. Zhang a déclaré que le développement de Chongqing se trouve à un stade critique et que la ville doit s’ouvrir davantage au monde pour créer un climat d’investissement sain pour les entreprises étrangères.