France / présidentielle : grandes propositions des principaux candidats en matière de politique étrangère

Ajouté au 23/04/2012 par SHI Lei

Le premier tour de l’élection présidentielle française 2012 se tiendra le dimanche 22 avril, alors que les opérations de vote débutent en fait samedi dans une partie de l’outre-mer ainsi que pour les Français vivant sur le continent américain. Dix candidats sont en lice pour le scrutin.

Nous proposons ci-dessous les principales propositions en matière de politique étrangère des cinq candidats en tête dans les intentions de vote, à savoir Nicolas Sarkozy (Union pour un mouvement populaire, UMP), François Hollande (Parti socialiste, PS) , Marine Le Pen (Front National, FN), Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), et François Bayrou (Mouvement démocratique, MoDem).

Nicolas Sarkozy est opposé à la remise en cause du statut de membre permanent au Conseil de sécurité des Nations unies de la France et de son droit de veto. Il est par ailleurs attaché à la poursuite de l’aide aux pays en développement et à la création d’une agence de coopération technique internationale. Il prône également la fusion du G8 et du G20 en une nouvelle instance formelle ainsi que la création d’une organisation mondiale de l’environnement.

Le Parti socialiste est favorable à une réforme de l’ONU et à un élargissement du Conseil de sécurité, en y préservant le siège et le droit de veto de la France. Il défend également une aide accrue aux pays en développement et de la rive sud de la Méditerranée et prône la relance de la francophonie. Il se déclare aussi en faveur de nouvelles négociations entre Israël et la Palestine, avec un soutien à la reconnaissance internationale de la Palestine. Enfin, il souhaite la mise en place d’une véritable gouvernance de la mondialisation autour du G20, des organisations régionales et des Nations unies ainsi que la création d’une organisation mondiale de l’environnement.

Marine Le Pen défend quant à elle la formation d’une Union paneuropéenne incluant la Russie et la Suisse et respectant le statut de neutralité, le droit national et la fiscalité nationale, pour que les Etats retrouvent la maitrise de leurs frontières. Elle se dit favorable à la formation d’un Etat palestinien, tout en assurant à la sécurité d’Israël. Enfin, elle souhaite la sortie du commandement intégré de l’OTAN.

Au Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon défend une réforme de l’ONU et l’établissement d’une nouvelle hiérarchie des normes internationales, fondée sur la primauté des normes sociales et environnementales et est favorable à la création d’un Tribunal international de justice climatique sous l’égide de l’ONU. Le candidat prône une Europe laïque, indépendante, de paix et de solidarité internationale qui s’engage pour défendre le droit des peuples, notamment palestinien, et mettre fin aux ingérences impérialistes. Enfin, il souhaite la reconnaissance de l’État de Palestine par la France et par l’UE ainsi que le retrait de la France de l’OTAN.

Le MoDem de François Bayrou veut quant à lui l’organisation d’un sommet UE-Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) pour aider les pays émergents à sortir de la pauvreté. En ce qui concerne l’Europe, François Bayrou prône une répartition équilibrée des compétences entre les institutions communautaires et les Etats membres avec un mécanisme de coresponsabilité, notamment sur les sujets économiques et budgétaire. Il se dit également opposée à l’abandon du droit de veto au Conseil de sécurité des Nations Unies.