Les sociétés d’Internet sont pressées de prévenir les rumeurs en ligne en Chine

Ajouté au 13/04/2012 par SHI Lei

La Société Internet de Chine a demandé dimanche aux entreprises d’Internet du pays de renforcer l’autodiscipline et d’empêcher la diffusion de rumeurs en ligne.

La propagation de rumeurs en ligne est devenue une nuisance qui viole gravement les intérêts des gens, la sécurité nationale et la stabilité sociale, a déclaré la Société dans une proposition écrite.

Les entreprises d’Internet devraient prendre des mesures efficaces pour résister aux rumeurs en ligne en respectant de manière stricte les lois et règlements du pays ainsi que les règles d’autodiscipline de l’industrie, a-t-elle indiqué.

Les autorités chinoises ont fermé 16 sites Web pour « fabrication ou propagation de rumeurs en ligne », en particulier par des messages sur les microblogs.

Depuis la mi-février, la police de Beijing a arrêté 1 065 suspects et supprimé plus de 208 000 messages « nocifs » en ligne dans le cadre d’une campagne nationale intensive de lutte contre les crimes liés à Internet.

Les deux principaux portails Internet de la Chine, www.sina.com et www.qq.com, ont été critiqués et sanctionnés par les autorités d’administration de l’information par Internet pour avoir permis la diffusion de rumeurs en ligne et d’autres informations illégales.

Les fonctions de commentaires des sites de microblogs des deux portails, weibo.com et t.qq.com, ont également été suspendues pendant quatre jours afin d’éradiquer les rumeurs et toute autre information illégale qu’elles diffusaient.

Les compagnies d’Internet devraient renforcer l’éducation en éthique professionnelle chez leurs employés et améliorer leur capacité à distinguer les rumeurs en ligne, a indiqué la proposition.

Les compagnies doivent également se conformer à la règle du gouvernement d’authentifier la véritable identité et de bien protéger les informations personnelles des internautes, peut-on y lire.