Chine : le déséquilibre filles/garçons s’atténue mais reste inquiétant

Ajouté au 31/03/2012 par SHI Lei

Le problème notoire du fossé entre le nombre de nouveaux-nés garçons et filles en Chine s’est atténué pour la troisième année consécutive, soit la première diminution continue de ce déséquilibre en 30 ans, a rapporté jeudi le Quotidien du peuple.

Cependant, le ratio se situe toujours à un niveau inquiétant, et la Chine est confrontée à la difficile tâche de redresser le déséquilibre des naissances, selon le journal phare du Parti communiste chinois.

D’après un recensement mené par le Bureau d’Etat des statistiques, le ratio des naissances était de 117,78 garçons pour 100 filles en Chine en 2011, contre 119,45 garçons en 2009 et 117,94 en 2010.

Cette tendance témoigne de l’efficacité des mesures du gouvernement, notamment la lutte contre la détermination illégale du sexe durant la grossesse et contre les avortements sélectifs, a déclaré dans le journal Zhang Jian, responsable de la Commission nationale du planning familial et de la population (CNPFP).

Un ratio naturel se situerait entre 103 et 107 garçons pour 100 filles. En raison d’une mortalité plus élevée chez les garçons, un tel ratio atteindrait l’équilibre lorsque chaque génération arriverait à l’âge d’avoir des enfants.

Cependant, depuis les années 1980 en Chine, lorsque les échographies ont permis de distinguer le sexe des foetus, la proportion de garçons chez les nouveaux-nés est restée à un niveau élevé et a atteint un pic de 120,56 en 2008.

Selon des estimations, il y aura un surplus d’environ 24 millions d’hommes en âge de se marier en Chine en 2020.

Ce grave déséquilibre est non seulement un problème démographique, mais aussi un important problème social, a souligné M. Zhang.

Entre août 2011 et mars 2012, six départements gouvernementaux, dont la CNPFP et le ministère de la Santé, ont lancé une campagne contre les tests illégaux pour déterminer le sexe des nouveaux-nés et contre les avortements sélectifs.

Par ailleurs, des experts ont proposé comme solution fondamentale à ce problème de redoubler d’efforts pour promouvoir l’égalité des opportunités et de statut social pour les hommes et les femmes.