Coopération franco-chinoise dans le domaine de la gestion intégrée des ressources en eau (12.03.12)

Ajouté au 19/03/2012 par SHI Lei

Dans le cadre du 6ème Forum mondial de l’eau, que la France accueille à Marseille du 12 au 17 mars 2012, M. Jean Leonetti, ministre des affaires européennes, a eu un entretien avec M. Chen Lei, ministre chinois des ressources en eau le 12 mars après-midi.
Les deux ministres se sont félicités de la qualité de la coopération menée depuis 2009 entre la Chine et la France en matière de gestion intégrée des ressources en eau. A la suite de cet entretien a été signé un accord sur la 2ème phase de la coopération franco-chinoise sur le bassin pilote du fleuve Hai. Cet évènement, tenu en présence de M. Chen Lei et de M. Serge Lepeltier, ambassadeur français en charge des négociations sur le changement climatique et ancien ministre de l’écologie, a rassemblé près de 280 participants.

L’accès à l’eau est devenu l’une des préoccupations majeures de la Chine. Elle ne possède en effet que 7 % des ressources en eau de la planète pour un cinquième de la population mondiale.

La localisation de ces ressources est par ailleurs inégale entre le Sud, l’Ouest et le Nord du Pays. La qualité de l’eau est menacée par la pollution issue des rejets industriels, urbains et agricoles.

Afin de faire face à ces défis, la Chine mène d’importants travaux d’infrastructures et modernise ses modes de gestion de l’eau.

Le Gouvernement chinois développe de nombreuses coopérations internationales, notamment avec l’Union européenne et en particulier avec la France.

Un accord a été signé le 21 Décembre 2009 entre le Ministère chinois des Ressources en Eau et le Ministère français chargé de l’Ecologie et du Développement Durable, pour développer des coopérations dans des domaines d’intérêt commun de la Gestion Intégrée et la Protection des Ressources en Eau.

Dans le cadre de cet accord, le bassin du Fleuve Hai, qui s’étend sur 318.000 km2 et couvre 4 Provinces (Hebei, Shanxi, Henan, Mongolie intérieure) et deux grandes Municipalités (Pékin et Tianjin), a été retenu pour y conduire un projet pilote de coopération entre les deux pays.

La réalisation de ce projet de coopération et d’assistance technique entre 2011 – 2015 vise les objectifs suivants :

•Apprendre mutuellement et échanger sur les expériences des deux pays en matière de gestion intégrée des ressources en eau par bassins,
•Échanger sur la politique et les mesures de protection et de restauration des écosystèmes aquatiques, ainsi que sur l’application de mécanismes « pollueur / payeur »,
•Expérimenter sur le bassin pilote le développement d’outils de gestion intégrée, des ressources en eau, adaptés au contexte tant du point de vue de modalités institutionnelles que des solutions techniques à apporter face aux grands enjeux de gestion du bassin.
Le projet vise en particulier à tester l’application en Chine de certains mécanismes de gestion de bassin, de lutte contre la pollution des eaux et de protection des écosystèmes aquatiques, mis en pratique en France depuis la Loi de 1964, ayant créé les Agences de l’eau.

Les partenaires du projet sont, pour la partie Chinoise, Le Ministère des Ressources en Eau, la Commission de Conservation des eaux de la Rivière Hai, ainsi que les Bureaux des Eaux de la Municipalité de Tianjin et de la Province de Hebei, et, pour la partie française, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL), les Instances du bassin Seine Normandie (AESN), le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP), Etablissement Public Territorial de Bassin Seine Grands Lacs et l’Office International de l’Eau (OIEau), qui assure la coordination technique du projet.

Phases de l’accord de coopération

Le projet se déroule en deux phases :

•Une première phase de coopération a permis, suite au protocole d’accord signé le 4 juillet 2011 à Pékin, de mieux connaitre des deux côtés le fonctionnement des institutions de bassin et les procédures et moyens qu’elles mettent en œuvre en France et en Chine.
Les missions des experts français en Chine ont ainsi permis d’établir un premier diagnostic du bassin de la Hai et d’apporter une formation à 70 homologues chinois du bassin sur les outils de gestion de bassin utilisés en France. Parallèlement, trois délégations chinoises ont été reçues dans le bassin Seine – Normandie.

•Une deuxième phase (avril 2012 – avril 2015) vient d’être lancée à l’occasion du Forum Mondial de l’Eau de Marseille, le 12 Mars 2012.
Cette deuxième phase permettra d’expérimenter sur le sous bassin de la Rivière Zou, certaines méthodes françaises dont la pertinence a été identifiée lors de la première phase, et qui portent notamment sur :

•La gestion de bassin, par la mise en place d’une planification générale pour la gestion intégrée du bassin de la rivière Zhou.
•Le développement technique, avec des propositions de solutions et mesures pour faire face à la pollution et à l’eutrophisation, pour la protection et la restauration des milieux aquatiques, la surveillance de la qualité de l’eau et un système d’alerte.
•Le renforcement des savoir-faire avec l’organisation de formations en Chine et en France.
Un programme pluriannuel d’actions concrètes sera établi conjointement afin de préciser des besoins d’expertises et de formation, de définir un calendrier de réalisation réaliste sur trois ans et de chiffrer les coûts de la coopération pour les deux parties.

 

 
Bassin de la Rivière Zhou
Le bassin de la Zou est de faible dimension (2200 km²) à l’échelle de la Chine, mais il est soumis à de forts enjeux. Tout d’abord, le réservoir Yuqiao (421 millions de m3), constitue la seule source d’eau superficielle pour alimenter la ville de Tianjin (11 millions d’habitants) en eau potable.

Le contexte hydro climatique ainsi que les effets du changement climatique tendent à soumettre ce bassin à de forts risques quantitatifs de pénuries d’eau. D’autre part, le réservoir ainsi que les rivières l’alimentant, présentent des pollutions importantes qui entrainent une forte eutrophisation mettant en péril les écosystèmes, mais également sa vocation d’alimentation en eau potable. Enfin, le bassin de la Zou présente la particularité d’être partagé, dans le découpage administratif de la Chine, entre la Province du Hebei et la municipalité autonome de Tianjin, ce qui rend difficile la mise en œuvre de gestion intégrée des hydro systèmes. Dans ce contexte, la République Populaire de Chine a choisi ce sous bassin pour bénéficier du projet de coopération avec la France afin d’œuvrer conjointement sur les modalités de gestion concertée ainsi que sur l’identification de solutions techniques à même de limiter la pollution et de garantir ainsi la durabilité des ressources en eau et la restauration écologique du fonctionnement des cours d’eau du bassin de la rivière Zou.