La Chine regrette la décision de l’OMC sur les exportations chinoises de matières premières

Ajouté au 06/02/2012 par SHI Lei

La Chine a exprimé ses regrets après la décision rendue par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) concernant ses exportations de matières premières, a déclaré mardi le ministère chinois du Commerce.
La Chine a salué le soutien de l’OMC à sa demande d’appel sur des questions importantes relatives à cette affaire, dans le cadre d’un processus qui permet à l’organisation internationale de corriger des jugements erronés. Il est cependant regrettable que cette décision ait été maintenue, a annoncé le ministère dans un communiqué paru sur son site Internet.

En 2009, les Etats-Unis, l’Union européenne et le Mexique ont déposé une plainte devant l’OMC, estimant que les restrictions chinoises sur les exportations de neuf catégories de matières premières du pays, dont le zinc, le coke et le magnésium, ont entraîné une augmentation des prix sur le marché mondial, conférant un avantage déloyal aux producteurs chinois.

La Chine a pour sa part soutenu que ces restrictions ont été imposées dans le but de protéger l’environnement et les ressources épuisables, selon le communiqué.

En juillet 2011, l’OMC a rendu publique une décision selon laquelle les quotas d’exportation de la Chine enfreignaient les règles commerciales. La Chine a déposé deux mois plus tard une plainte demandant l’annulation de certaines dispositions de cette décision.

Un responsable du département des affaires juridiques du ministère a réitéré dans le communiqué que la Chine avait resserré la gestion des ressources énergivores et hautement polluantes au cours des dernières années.

“L’OMC doit non seulement soutenir le libre-échange, mais aussi permettre à ses membres de prendre des mesures nécessaires pour protéger l’environnement et les ressources naturelles”, souligne le communiqué.

La Chine évaluera attentivement la décision de l’OMC et continuera à renforcer la gestion scientifique des produits à base de ressources naturelles conformément aux règles de l’OMC afin de parvenir à un développement durable, ajoute le texte.

L’OMC a fait des préparations pour de possibles plaintes à propos d’autres produits issus des ressources naturelles, dont les terres rares, a confié mardi à l’agence de presse Xinhua un responsable du ministère sous couvert d’anonymat.