Cai Fangbai : la relation sino-européenne progresse et se transforme

Ajouté au 06/02/2012 par SHI Lei

A l’invitation du Premier ministre chinois Wen Jiabao, la chancelière allemande Angela Merkel a commencé sa visite en Chine le 2 février. Dans le cadre de la précarité de l’économie mondiale et la persistance de la crise européenne, cette visite a des significations spéciales pour réagir conjointement aux conflits, approfondir la coopération entre la Chine et l’Allemagne, et promouvoir le développement de la relation sino-européenne.

En 2011, la situation internationale a connu des changements compliqués et des fluctuations imprévues, mais la relation sino-européenne va à l’encontre de cette tendance et progresse en évoluant.

Le président chinois Hu Jintao, le Premier ministre Wen Jiabao et les autres dirigeants chinois sont allés en Europe, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et les autres dirigeants des pays européens se sont rendus en Chine. Les visites mutuelles de haut niveau ont été fréquentes en 2011.

En outre, la deuxième réunion du Dialogue stratégique UE-Chine, le Forum des partis politiques de haut niveau entre la Chine et l’Europe, et les dialogues dans tous les milieux se sont déroulés avec succès. Surtout en juin dernier, la première session des consultations intergouvernementales Chine-Allemagne a eu lieu en Allemagne, ce qui manifeste la forte volonté des deux parties d’approfondir la confiance mutuelle et la coopération.

La France a bâti un partenariat global stratégique sino-français de type nouveau, mature, stable, basé sur la confiance mutuelle et les bénéfices réciproques, et tourné vers le monde ; le Royaume-Uni espère également établir un partenariat économique et commercial basé sur une coopération mutuellement avantageuse tous azimuts ; des pays de l’Est européen ont déjà établi un partenariat stratégique avec la Chine. Toutes ces relations vont promouvoir la coopération pragmatique sino-européenne et la consultation sur les grands évènements internationaux.

Au milieu de l’économie, la Chine et l’UE sont devenus les plus grands partenaires commerciaux mutuels. Le volume commercial entre les deux partis a dépassé 560 milliards de dollars. L’UE remplace le Japon et devient la plus grande source d’importation. Les investissements chinois dans les pays de l’UE ont attient à 4,2 milliards de dollars, soit une augmentation de 94,1%.

En même temps, les échanges humains entre la Chine et l’Europe ont marqué également des progrès importants. L’Année de la jeunesse UE-Chine représente la plus grande activité en matière d’échanges culturels depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux parties. La Chine et plusieurs pays européens organisent beaucoup d’activités cultures et renforcent la compréhension mutuelle.

Evidemment, l’Europe ressent des pressions et des impacts du développement rapide de la Chine. Donc des divergences et des frictions sont tout à fait normales. Et si les deux parties peuvent rejeter les préjugés idéologiques et prendre en considération les sollicitudes importantes, l’espace du développement de la relation sino-européenne est vaste.

En 2012, la relation entre la Chine et l’Europe va rencontrer de nouvelles opportunités et conflits. La visite de la chancelière allemande Angela Merkel ouvre le rideau des visites mutuelles de haut niveau entre les deux parties. Je suis convaincu qu’à travers les mécanismes variés et les dialogues entre les dirigeants chinois et européens, le partenariat stratégique complet va certainement arriver à une nouvelle phase.

Cai Fangbai, ancien ambassadeur de Chine en France, et chercheur-expert sur l’UE au Fondation des études internationales de la Chine