Durant l’année du Dragon, l’évolution de l’économie chinoise devrait être un facteur rassurant pour l’économie mondiale

Ajouté au 03/02/2012 par SHI Lei

Aujourd’hui, avec les célébrations du nouvel an chinois, commence l’année lunaire du Dragon. Le dragon est un symbole de chance, de force et de dynamisme dans la culture chinoise, à la différence de l’image plus sombre qu’il véhicule dans le monde occidental.

Au cours d’une nouvelle année qui s’annonce placée sous le signe de la vitalité, la Chine s’efforcera, dans l’esprit de courage et de persévérance qui caractérise le dragon chinois, de trouver un équilibre entre la croissance économique et la restructuration d’une économie de plus en plus orientée vers l’exportation.

Dans un contexte de récession de l’économie mondiale et de crise de la dette dans la zone euro, la Chine est parvenue à maintenir un taux de croissance de 9,2% en 2011, un chiffre bien supérieur à la croissance des autres puissances économiques du monde.

Il faut souligner que tout en maintenant un taux de croissance élevé, la Chine a commencé à corriger les déséquilibres de son modèle de croissance en le faisant évoluer vers un modèle plus équilibré et plus durable, dans lequel la consommation contribue davantage à la croissance du PIB chinois que par le passé.

Les derniers chiffres rendus publics par le Bureau national des statistiques de Chine ont révélé que l’investissement et la consommation avaient contribué respectivement à hauteur de 54,2% et 51,6% à la croissance du PIB chinois en 2011, tandis que les exportations nettes ont enregistré une croissance négative de 5,8%.

A cela s’ajoute la performance de la vente de détail, un important indicateur des dépenses des consommateurs, qui a augmenté de 18,1% en décembre par rapport à la même période l’année dernière, dépassant la hausse de 17,3% enregistrée en novembre.

Ces chiffres sont une preuve éclatante que les efforts de la Chine pour restructurer son économie, qui comptait trop lourdement sur les exportations, ont porté leurs fruits en 2011, à l’occasion de la première année du 12e Plan quinquennal chinois.

Si une demande intérieure plus forte parvient à s’installer de manière durable en Chine, elle pourra non seulement renforcer les capacités de la Chine à se protéger de la crise financière mondiale, mais également insuffler une nouvelle impulsion à l’économie mondiale.

En effet, un marche intérieur chinois davantage orienté vers la consommation aura tendance à acheter davantage de produits et de services en provenance de toutes les industries du monde, contribuant ainsi à soutenir la création d’emplois et le dynamisme économique local aussi bien qu’international.

En outre, si l’énorme marché chinois consomme davantage, ses 1,3 milliard d’habitants signifient de toute évidence plus d’exportations et plus d’opportunités d’investissement pour les autres pays.

La Chine, dans l’esprit du dragon chinois, est prête à travailler de concert avec le reste du monde et à faire preuve de courage pour dire adieu à son ancien modèle économique, afin de mieux surmonter les difficultés apportées par la récession de l’économie mondiale.