Les règlements transfrontaliers en RMB vont se développer

Ajouté au 04/01/2012 par SHI Lei

La Chine s’apprête à autoriser davantage d’entreprises de la partie continentale du pays à effectuer les règlements des transactions transfrontalières en RMB et à renforcer la coopération monétaire avec la Russie, a déclaré 16 décembre une haute fonctionnaire de la Banque populaire de Chine (PBOC).

« Nous allons élargir la liste des entreprises autorisées à régler les transactions commerciales transfrontalières en RMB afin de promouvoir davantage le flottement international de la devise », a rapporté Jin Mei, directrice générale adjointe de la division politique monétaire de la banque centrale. A l’heure actuelle, la banque centrale autorise près de 60 000 entreprises nationales à régler les exportations transfrontalières en RMB. « Le développement de l’utilisation du RMB au niveau interna », a ajouté Jin.

Elle a tenu ces propos lors d’une conférence sur la promotion des entreprises organisée à Beijing par Sberbank Rossii OAO, le plus grand prêteur commercial russe en termes d’actifs.

Les règlements en RMB représentant moins de 5 % du volume total des opérations entre les deux pays, le règlement des transactions sino-russes en devises nationales offre un énorme potentiel de croissance, a-t-elle précisé.

« Bien qu’actuellement le rouble soit encore la monnaie la plus utilisée pour les règlements effectués en devises nationales entre la Chine et la Russie, la valeur des règlements en yuans augmente de façon spectaculaire. »

Selon Jin, la valeur des règlements en yuans entre les deux pays a été multipliée par huit, à 1,7 milliards de yuans (226 millions de dollars), sur les dix premiers mois de l’année par rapport à la même période 2010.

« Actuellement, il n’existe pas d’obstacle au règlement des échanges transfrontaliers sino-russes en yuans. »

Mais l’insuffisante convertibilité du RMB et le nombre relativement faible d’entreprises autorisées à régler les transactions dans cette monnaie ont limité le volume des transactions réglées en devises nationales entre les deux pays, a déclaré Sergey Tsyplakov, représentant commercial de la Fédération de Russie en Chine.

« En outre, des deux côtés de la frontière, la majorité des entreprises n’ont pas pris encore l’habitude d’effectuer leurs règlements en roubles et en yuans », a relevé Tsyplakov, avant d’ajouter que les traders étaient réticents à garder la monnaie russe du fait de ses importantes variations de change.

Depuis la crise financière mondiale en 2008, la Chine et la Russie ont demandé un recours de moins en moins important au dollar pour le commerce international et les investissements. Les deux parties souhaitent une accélération des échanges afin de promouvoir leur propre monnaie à un niveau international.

Fin novembre, selon les données de la PBOC, la Chine avait réglé des transactions transfrontalières en yuans, pour un montant évalué à 2,4 milliards de yuans, avec 175 pays et régions. Hong Kong et Singapour ont participé à la plupart des règlements.

Selon Tsyplakov, 2011 est une étape importante pour la relation bilatérale, et le volume des échanges commerciaux entre les deux économies devrait atteindre les 78 milliards de dollars sur l’année. « Au cours des sept premiers mois, il a augmenté de 44 % en glissement annuel. »

En juin, les dirigeants des deux pays avaient annoncé des programmes destinés à augmenter le volume du commerce bilatéral afin qu’il atteigne les 100 milliards de dollars en 2015 et les 200 milliards en 2020. « La coopération monétaire entre les deux pays pourrait faciliter le commerce transfrontalier, et la coopération entre les institutions financières doit également jouer un rôle important dans ce domaine, » a déclaré Tsyplakov.