France : la Poste émettra la timbre du dragon pour le Nouvel An chinois

Ajouté au 09/12/2011 par SHI Lei

La Poste française a déclaré mardi qu’elle émettrait le 6 janvier prochain un bloc de 5 timbre du dragon d’une valeur de trois euros pour fêter le Nouvel An chinois.

Le bloc est créé par l’artiste d’origine chinoise Li Zhongyao et sera vendu en avant-première à Paris le vendredi 6 janvier 2012 de 9h00 à 18h00 et le samedi 7 janvier 2012 de 10h00 à 18h00, au “Carré d’Encre”, 13 bis rue des Mathurins, dans le 9e arrondissement de Paris.

Officiellement, les timbres seront en vente à partir du lundi 9 janvier 2012 dans les bureaux de poste.

Le 23 janvier 2012 s’ouvre l’Année du dragon, 5e signe dans le cycle du calendrier chinois.

Le calendrier chinois, dont le premier date de près de 3.000 ans avant notre ère et est instauré par l’Empereur Huangdi, suit à la fois un rythme solaire et lunaire.

Sylvie Bermann : les investissements chinois en France sont bienvenus

Ajouté au 09/12/2011 par SHI Lei

Le 7 décembre, Mme Sylvie Bermann, ambassadeur de France en Chine, a accordé une interview exclusive à China.org.cn sur les relations sino-françaises, le changement climatique, l’élection présidentielle 2012 en France, etc.
China.org.cn :Durant votre carrière professionnelle, vous avez eu un lien très étroit avec la Chine, et vous avez une connaissance profonde du pays. Après avoir occupé les fonctions d’ambassadeur de France en Chine pendant environ neuf mois, trouvez-vous la Chine différente de celle que vous avez connue dans le passé ?

Sylvie Bermann :Oui, la Chine est extrêmement différente. Je crois que son évolution a été beaucoup plus considérable que dans n’importe quel autre pays au monde, pendant un laps de temps relativement court. Il y a une formidable énergie en Chine, avec non seulement une très forte croissance économique, de villes entièrement transformées, mais également une société extrêmement dynamique et tournée vers l’avenir.

China.org.cn :En tant qu’ambassadeur, avez-vous des objectifs spécifiques à atteindre durant votre mandat ?

Sylvie Bermann :Nous avons avec la Chine un partenariat stratégique global, il est important de le développer dans tous les domaines. Dans le domaine politique, naturellement, et cette année nous avons eu un record de visites au plus haut niveau et de visites de niveau ministériel, donc je voudrais consolider cela. Je voudrais également, dans le domaine économique, renforcer nos liens, sans doute les rééquilibrer également ; je crois qu’il est important qu’au-delà des grands contrats sur l’aéronautique, le nucléaire et le ferroviaire, nous puissions développer d’autres domaines plus nouveaux, par exemple celui du développement durable, de la protection de l’environnement, des services, de la santé. Sur le plan culturel aussi, puisque la France et la Chine sont deux grands pays culturels. Nous avons par exemple chaque année au printemps le festival Croisements, qui est le plus grand festival français dans le monde. Je voudrais donner encore plus de visibilité à ce festival, et qu’il soit présent dans plusieurs villes en Chine.

China.org.cn :Vous venez d’évoquer le festival Croisements, pourriez-vous nous révéler quelques temps forts à attendre en 2012 ?

Sylvie Bermann :Ce sera d’abord le panorama du cinéma, que nous espérons organiser autour de stars ; nous ne les avons pas encore choisies, mais je pense que cela sera un moment important. Par ailleurs, il y a maintenant quelque chose qui est devenu rituel, c’est le festival Photospring Caochangdi avec Arles, puisqu’il s’agit d’une délocalisation du plus grand festival de photographie dans le monde. Il y aura également du cirque, de la musique baroque, une coproduction intéressante avec Yasmina Reza, qui est un écrivain très connu actuellement en France et dans le monde : elle a monté des pièces à New York et à Londres qui ont eu beaucoup de succès. Cela s’appellera « L’homme qui rit », certainement au Théâtre national de Pékin. Nous aurons beaucoup d’événements, et j’espère qu’ils auront un succès encore plus grand que l’année dernière.

China.org.cn :Cette année est l’année de la langue chinoise en France et de la langue française en Chine. Vous-même avez suivi des études de chinois, pouvez-vous nous parler du développement de la langue chinoise en France ?

Sylvie Bermann :Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a là aussi de grands changements, puisque lorsque j’ai appris le chinois en France, on ne pouvait le faire qu’au niveau de l’université, à l’Institut des langues orientales et dans une école privée. Maintenant, je crois que dans beaucoup de lycées de France, pas seulement à Paris, on peut apprendre le chinois. Je sais qu’il y a un vif intérêt des élèves pour cette langue, parce que les meilleurs élèves choisissent aujourd’hui d’apprendre le chinois. On considère que c’est une langue difficile et donc structurante, et je pense que la Chine fait rêver les jeunes.

China.org.cn :Le microblog Weibo de l’ambassade de France en Chine est suivi actuellement par 140 000 fans, et beaucoup de départements du gouvernement chinois publient aussi leurs dernières informations sur cette plateforme. Que pensez-vous de ce nouveau mode de communication entre les organismes officiels et le grand public ?

Sylvie Bermann :Il s’agit d’une excellente méthode interactive, qui permet de s’exprimer un peu plus librement que dans des circonstances très officielles, ou même dans des journaux ou lors de conférences de presse. C’est un échange rapide et spontané.

China.org.cn :La crise de la dette européenne continue dans la zone euro. Quelles sont les mesures envisagées par la France pour améliorer la situation ?

Sylvie Bermann :La France a été très active, il y a non seulement des mesures de rigueur budgétaire qui ont été prises dans le pays, mais surtout, le président de la République française a été très actif dans le cadre européen avant le G20, ainsi que durant le Sommet de Cannes. Aujourd’hui encore, dans ses rencontres avec la chancelière allemande Angela Merkel, des solutions sont recherchées, qui vont vers davantage de discipline budgétaire et de solidarité entre les Etats, avec un rôle pour les institutions européennes. Si un pays a été dynamique dans la recherche de solutions, c’est bien la France.

China.org.cn :Selon vous, quel rôle jouera la Chine dans le sauvetage de la crise ?

Sylvie Bermann :La Chine a un rôle très important parce que nous sommes dans une époque de mondialisation, et donc d’interaction entre les différentes économies. Un ralentissement économique en Europe ou aux Etats-Unis a des conséquences en Chine, ce qui fait que la relance est dans l’intérêt également de la Chine. Je pense donc que la Chine peut jouer un rôle important, en rééquilibrant aussi cette croissance et en contribuant au mécanisme mis en place par l’Union européenne.

China.org.cn :Dans ce contexte, quels sont vos conseils pour les entreprises chinoises qui envisagent d’investir en France ?

Sylvie Bermann :Les investissements chinois en France sont bienvenus, d’autant plus qu’ils sont créateurs d’emplois. Mon premier conseil serait de prendre contact avec un service établi à l’ambassade, qui s’appelle l’AFI (Agence pour les financements internationaux), qui aide ces entreprises. La France peut constituer une plateforme en Europe, parce qu’elle se trouve au centre et qu’il est possible à partir de la France de rayonner dans le reste de l’Union européenne et dans les pays d’Afrique du Nord. Par ailleurs, nous avons pris un certain nombre de mesures incitatives, en particulier dans le domaine fiscal, avec notamment un crédit d’impôt recherche.

China.org.cn :La conférence des Nations Unies sur le changement climatique se déroule actuellement à Durban. Comment la France, frappée par la crise de la dette, va rendre efficaces les mesures décidées lors de la conférence de Cancún, pour obtenir des résultats équilibrés et tangibles dans la mise en œuvre de la feuille de route de Bali, tout en respectant les principes de responsabilités communes, mais différenciées ?

Sylvie Bermann :La France est effectivement attachée à ces principes et jouera son rôle, elle respectera ses engagements. C’est déjà le cas, puisqu’une grande partie de l’aide au développement française est consacrée au développement durable. Mais l’Union européenne, qui a pris beaucoup d’initiatives et qui a des dispositions contraignantes, ne peut régler seule un problème qui est par essence international, d’autant plus que l’UE cause aujourd’hui 11% des émissions de CO2, alors que la Chine représente 24%, les Etats-Unis 18%. Nous devons certes adopter des mesures, mais il faut également que les pays émergents acceptent de prendre des engagements.

China.org.cn :Quelles sont vos attentes pour cette conférence de Durban ? Croyez-vous à un accord global ?

Sylvie Bermann :Ce serait bien en effet qu’il y ait un accord global, l’Union européenne a fait une proposition intéressante sur la reconduction du Protocole de Kyoto sur une deuxième période, en contrepartie d’un accord global à conclure d’ici à 2020, contraignant pour l’ensemble des pays concernés.

China.org.cn :Que fera la France pour aider les pays en développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre ?

Sylvie Bermann :Une grande partie de notre aide au développement est consacrée à cela, et que nous avons des coopérations avec plusieurs pays sur les questions relatives à l’eau et à la forêt. La France est très active dans ces domaines et elle contribue aux différents fonds mondiaux.

China.org.cn :Pourriez-vous nous présenter quelques projets de coopération dans ce domaine entre la Chine et la France ?

Sylvie Bermann :Nous avons des coopérations en ce qui concerne la forêt et l’eau. Dans le domaine de l’eau, nous allons avoir à Marseille en début d’année prochaine un forum de l’eau, et il y aura une coopération franco-chinoise pour le bassin du fleuve Hai, avec une présentation commune de cette initiative.

China.org.cn :J’ai entendu dire que vous recevez un ministre par semaine, est-ce vrai ?

Sylvie Bermann :Cela a été vrai pratiquement depuis mon arrivée, cela s’est un peu calmé maintenant, car on arrive vers la période hivernale. Je crois que nous avons battu des records cette année, il y eu 2 visites présidentielles et 19 visites ministérielles en neuf mois, ainsi que 31 visites officielles. Je pense que cela reflète la qualité et l’intensité des relations entre la France et la Chine. Il y avait évidemment l’aspect bilatéral, ainsi que celui de la préparation du G20, puisque beaucoup de ministres sont venus ici dans ce cadre, notamment les ministres des Finances, de l’Agriculture et du Travail. Nous avons eu une préparation intensive dans le cadre franco-chinois. L’année prochaine, il n’y aura plus le G20, mais il y aura d’autres occasions de visites et de rencontres, bien sûr.

China.org.cn :Pourriez-vous résumer en quelques mots clés les relations sino-françaises de cette année ?

Sylvie Bermann :Nos relations sont d’une grande proximité et d’une grande intensité. Pour les résumer en un mot, elles sont excellentes.

China.org.cn :L’élection présidentielle française aura lieu l’an prochain, quelles sont les perspectives d’avenir pour les relations sino-françaises ?

Sylvie Bermann :Les relations sino-françaises, ou franco-chinoises pour nous, reposent sur des fondamentaux très solides et une amitié très ancienne, avec une certaine solidarité ; nous sommes membres du Conseil de sécurité de l’ONU, et cela suppose des responsabilités communes pour le maintien de la paix dans le monde. Il y a d’autres enceintes où nous participons et nous avons un rôle important, donc les relations franco-chinoises resteront d’un niveau très élevé. Je ne pense pas que le résultat des élections puisse avoir une influence sur la qualité de nos relations.

La Chine devrait dominer le marché du e-commerce

Ajouté au 09/12/2011 par SHI Lei

La Chine devrait supplanter les Etats-Unis et occuper la première place mondiale sur le marché du e-commerce en 2015, indique un rapport publié en novembre par Boston Consulting Group (BCG).

Selon le rapport, le marché du e-commerce en Chine devrait se développer à un taux de croissance annuel de 33 % pour atteindre plus de 2 trillions de yuans (314 milliards de dollars) en valeur de transaction en 2015, et le nombre d’ acheteurs en-ligne passera à 329 millions sur cette même période.

La Chine enregistrait 485 millions d’internautes à la fin du mois de juin dernier, dont 142 millions sont des acheteurs en-ligne, selon les chiffres publiés par le China Internet Network Information Center.

“Un Internet abordable et largement accessible dans tout le pays, lié à la croissance rapide du nombre de e-consommateurs chinois et au coût relativement faible de la logistique, sont les moteurs de la croissance de l’industrie du e-commerce en Chine”, a déclaré Waldemar Jap, un des partenaires du groupe BCG basé à Kong-Hong et un des principaux auteurs du rapport.

En 2006, moins de 10 % de la population urbaine en Chine effectuait ses achats en ligne. Ce chiffre avait augmenté de 23 % entre 2006 et 2010 et doublera pour atteindre les 44 % en 2015, estime BCG.

“Il y aura 30 millions de primo-acheteurs chinois en moyenne chaque année jusqu’en 2015, portant ainsi le nombre total d’acheteurs en-ligne à 329 millions”, rapporte Jap.

En outre, le marché de l’e-commerce, de 3,3 % actuellement, représentera 7,4 % de la valeur totale de la vente de détail en Chine en 2015, précise le rapport.

“Aux Etats-Unis, il a fallu attendre 10 ans pour atteindre cette croissance”, rappelle Jap.

Les ventes de biens de consommation ont bondi de 17,2 % en glissement annuel, à 1,65 trillions de yuans en octobre 2011, alors que les ventes sur les 10 premiers mois de l’année ont atteint les 14,74 trillions de yuans, soit une hausse de 17 % par rapport à l’année précédente, a annoncé le Bureau National des Statistiques.

Selon le rapport de BCG, en Chine le e-commerce a bénéficié de coûts de transport faibles, mais a été entravée par des infrastructures de prestation inadéquates ont freiné son développement. Ce qui a poussé les acheteurs en ligne à estimer que les livraisons de commandes représentaient une de leurs principales préoccupations.

Aujourd’hui, le coût logistique du e-commerce en Chine permet d’expédier un colis d’1 kg pour 1 dollar, contre 6 dollars aux États-Unis.

Selon Youchi Kuo, un directeur de projet du Centre chinois pour les consommateurs de BCG, le groupe basé à Hong Kong, certains groupes de e-commerce chinois tels que Taobao.com et 360buy.com ont déjà répondu aux préoccupations des consommateurs sur la prestation en investissant massivement à l’échelle nationale dans les centres de distribution.

Alibaba Group Holding SA, maison mère de Taobao.com, a annoncé en début d’année que pour améliorer sa logistique, il investirait entre 20 milliards et 30 milliards de yuans sur les trois à cinq prochaines années dans la mise en place d’un réseau national d’entrepôts.

“Les acheteurs en ligne chinois ne sont pas seulement préoccupés par les coûts ou les risques de dommages encourus lors de la livraison. Un incroyable 45 % des consommateurs interrogés ont déclaré craindre que leurs achats ne soient échangées contre des contrefaçons au cours du transport”, a déclaré Kuo.

Le rapport du BCG tire ses conclusions d’une enquête menée auprès de 4 000 acheteurs en ligne chinois.

La Chine s’engagera activement dans la coopération avec l’Europe

Ajouté au 09/12/2011 par SHI Lei

La Chine s’engagera plus activement en matière de coopération avec la Pologne, l’Italie et la Turquie, a promis lundi à Bonn le ministre chinois des Affaires étrangères, Yang Jiechi, lors de ses rencontres avec ses homologues de ces trois pays.

Le chef de la diplomatie chinoise a mené ces entretiens en marge de la conférence internationale sur l’Afghanistan qui se tenait à Bonn, en Allemagne de l’Ouest.

Notant le rôle actif que joue la Pologne au sein de l’Union européenne (UE) et en Europe de l’Est, M. Yang a indiqué que la Chine attachait une grande importance aux relations bilatérales avec la Pologne et qu’elle entendait promouvoir davantage cette coopération à l’avenir.

La Chine soutient activement l’UE qui prend des mesures pour juguler l’actuelle crise de la dette souveraine et se joint à la Pologne pour renforcer la coopération entre la Chine et l’UE, a assuré Yang Jiechi.

De son côté, le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, a exprimé sa volonté d’intensifier les communications bilatérales à un haut niveau et de coopérer avec la Chine en jouant un rôle constructif pour fortifier les relations entre la Chine et l’UE.

Les deux hommes ont également confirmé que Beijing et Varsovie étaient déterminés à continuer de contribuer à la reconstruction pacifique de l’Afghanistan.

Par ailleurs, au cours de son entretien avec son homologue italien Giulio Terzi di Sant’Agata, M. Yang a fait l’éloge des relations sino-italiennes, qui, selon lui, peuvent servir d’exemple aux autres pays de l’UE en termes de partenariat stratégique.

La Chine se réjouit de la position de Rome concernant la politique d’une seule Chine, a relevé le ministre chinois, qui a aussi appelé à lever les obstables qui entravent les relations sino-européennes.

Il s’est dit convaincu que le gouvernement italien était en mesure de surmonter la crise de la dette qui secoue la zone euro grâce à ses propres efforts et grâce au soutien de la communauté internationale. Il a également confirmé que la Chine augmenterait ses importations en provenance d’Italie et qu’elle encouragerait les entreprises chinoises à investir en Italie.

En outre, le gouvernement chinois pense que l’UE a la volonté et la capacité de surmonter ses difficultés fiscales et de maintenir la stabilité et la croissance économiques, a ajouté le responsable chinois.

M. Giulio Terzi, quant à lui, a donné à son interlocuteur des détails sur les mesures prises par le gouvernement italien pour enrayer la crise de la dette. Il a précisé que son pays souhaitait renforcer le partenariat stratégique et la coopération avec la Chine dans les domaines politique, économique, commercial, scientifique et technologique, et contribuer davantage au resserrement des liens entre la Chine et l’UE.

Enfin, lors de la rencontre de M. Yang avec son homologue turc M. Davotuglu, les deux ministres ont exprimé leur désir d’intensifier la coopération déjà en marche dans divers domaines. Ils ont aussi procédé à un échange de points de vue sur un large éventail de questions internationales et régionales d’intérêt commun.

Groupe de travail R&D : les structures conjointes franco-chinoises de recherche

Ajouté au 09/12/2011 par SHI Lei

Pour sa dernière réunion en 2011, le groupe de travail R&D revient sur la convention des structures publiques conjointes franco-chinoises de recherche qui a eu lieu les 28 et 29 novembre 2011 à l’Ambassade de France à Pékin.
Agenda
Jeudi 15 décembre 08:30-10:30 :

Cet événement aura permis d’identifier et de rencontrer l’ensemble de ces structures, au nombre de 34 sur tout le territoire chinois. En parallèle, une consultation a été entreprise par le service scientifique de l’ambassade pour identifier de la même manière les acteurs privés de la recherche franco-chinoises en ciblant les entreprises françaises ayant des activités de R&D. Cette réunion sera donc l’occasion de vous présenter ces structures et de réfléchir ensemble aux possibilités de coopération entre centres privés et plateformes publiques.

Les intervenants de cette réunion seront M. Philippe ARNAUD, attaché scientifique à l’Ambassade, qui présentera une vue d’ensemble des plateformes publiques, et M. Floryan DECAMPO, directeur français du laboratoire E2P2 à Shanghai. Ce laboratoire a la particularité d’être la première unité mixte internationale (UMI) du CNRS en Chine, et de regrouper tant des acteurs publics (CNRS, ENS de Lyon, East China Normal University de Shanghai) que privés (Rhodia). M. DECAMPO pourra donc partager les enjeux d’une telle unité et la manière dont Rhodia a pris place cette collaboration.

Les intervenants sont par ailleurs invités à réfléchir à des thèmes qu’ils souhaiteraient voir abordés dans le cadre du groupe de travail en 2012. Une concertation sera réalisée en fin de séance.

Date : Jeudi, 15 décembre 2011
Horaire : 8h30-10h30
Lieu : CCIFC Beijing : La salle de réunion au 5ème étage.
Langue : Français
Frais : Gratuit. Réservé exclusivement aux membres de la CCIFC.

Allocution de l’Ambassadeur de France à l’occasion de l’ouverture du forum d’affaires « Kunming ville d’avenir »

Ajouté au 02/12/2011 par SHI Lei

Vendredi 25 novembre 2011, Grand Park Hotel
Monsieur le Vice-Maire de Kunming,
Monsieur le Directeur Général adjoint du MOFCOM du Yunnan,
Monsieur le Vice-Président du CCPIT du Yunnan,
Monsieur le Consul Général de France à Chengdu,
Madame la Présidente de la CCIFC,
Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureuse d’être aujourd’hui avec vous à Kunming, dans la ville du printemps éternel, pour participer à ce forum d’affaires organisé par le service commercial de notre ambassade (Ubifrance), les autorités de la province du Yunnan et de la municipalité de Kunming et la Chambre de Commerce et d’Industrie française en Chine (CCIFC).

Tout d’abord, je voudrais saluer la Municipalité de Kunming et ses dirigeants qui nous accueillent aujourd’hui : on ne pouvait pas mieux choisir que cette ville pour accueillir une telle opération : en effet, Kunming est engagée dans un formidable effort de développement « vert », de modernisation et d’ouverture sur le monde et dont les derniers résultats sont particulièrement impressionnants et positifs, puisqu’on a atteint un taux de croissance annuel du PIB à deux chiffres. Je voudrais donc féliciter ici tous les acteurs publics et privés, les administrations comme les entreprises et les employés comme les dirigeants, pour cette belle réussite économique.

Je souhaite également remercier chacune des 20 sociétés françaises, et en particulier les 3 sponsors Veolia Water Chine du Sud, Lafarge Yunnan et FerroAtlanticaet confirmer auprès des autorités et entreprises chinoises leur vif intérêt pour le marché du Yunnan et de Kunming.

La France et Kunming entretiennent d’excellentes relations dans les domaines politiques, économiques, commerciaux et culturels. Je voudrais saluer quelques sociétés françaises qui ont fait le choix stratégique de s’implanter ici :

•Alstom travaille avec le métro de Kunming sur les lignes 1 et 2 (contrat de signalisation) et se positionne sur le projet de tramway de la ville ainsi que sur les projets de production énergétique et de transmission-distribution ;
•Carrefour a déjà ouvert 7 hypermarchés à Kunming et 1 autre à Qujing ;
•Citelum et la Mairie de Kunming installent un nouveau système d’éclairage public qui permet de réduire la consommation d’énergie ;
•FerroAtlantica vient de lancer la production de ferro-alliages dans la ville de Mangshi ;
•Lafarge est le premier investisseur français dans le Yunnan et le producteur de ciment le plus important ;
•Thales produit des équipements optiques en partenariat avec Norinco ;
•Veolia assure la production et la distribution d’eau potable à Kunming en partenariat avec Kunming Water Group.
En 1910, il y a 100 ans, la France et le Yunnan ont construit ensemble la ligne de chemin de fer qui relie Kunming à Hanoi. Je forme le vœu que la France, le Yunnan et Kunming intensifient leur coopération au cours des 100 prochaines années !

Dans le cadre du 12ème Plan Quinquennal 2011-2015 et du « Projet Gateway » approuvé cette année par le Conseil des Affaires d’Etat, je vois des perspectives très favorables pour les entreprises françaises et chinoises, notamment dans :

•les énergies nouvelles et propres ;
•la construction d’infrastructures à forte efficacité énergétique
•l’éco-tourisme
•l’agriculture biologique et la biodiversité
Je souhaite aussi saluer l’action dans le Yunnan de l’Agence française de Développement qui a réalisé de nombreux projets avec les autorités chinoises pour la construction d’un parc d’éoliennes, d’autoroute, de routes secondaires et d’une ligne de chemin de fer entre Dali et Lijiang. Elle participe actuellement à un programme de reforestation qui est d’autant plus important depuis que le Yunnan a été désignée « province pilote low-carbon » par la NDRC en 2010.

Depuis l’ouverture du Consulat Général de France en 2005, le gouvernement français souhaite vivement renforcer ses liens, et ses investissements, avec Kunming et le Yunnan, qui font l’objet, sur le plan du développement économique et de l’aménagement du territoire, d’une grande attention du gouvernement central de Pékin. Vous pouvez donc compter sur mon engagement, ma détermination et ma disponibilité, ainsi que sur ceux des différents services français en Chine, pour vous aider à la réalisation de vos projets d’implantation et/ou de coopération.

Je souhaite beaucoup de succès à « Kunming ville d’avenir » et vous remercie de votre attention./.

 

Semaine de cinéma français de Hangzhou

Ajouté au 02/12/2011 par SHI Lei

La Ville de Hangzhou, l’Alliance française de cette ville et les cinémas StarLights organisent, en collaboration avec l’Ambassade de France et le Consulat général à Shanghai, la 3ème édition de la Semaine du cinéma français de Hangzhou, du 3 au 11 décembre 2011.
Agenda
Samedi 3 décembre 19:00-20:30 : Hangzhou
Inauguration en présence d’Eric Riewer, représentant de l’Ecole des Gobelins
“Courts-métrages des Gobelins” : 1h15mn
Lieu : Cinéma CINYO

Dimanche 4 décembre 16:00-18:00 : Hangzhou
“Kirikou et la sorcière” Michel Ocelot – 1998 – Film d’animation – 1h10

En présence d’un professeur de l’Ecole pour enfants Freinet
Lieu : Cinéma XINHUA

Plus de dates
Lundi 5 décembre 16:00-18:30 : Hangzhou
“Kippour”
Amos Gitai – 2000 – Film d’action – 2h30
Lieu : Cinéma XINHUA

Mardi 6 décembre 16:00-18:00 : Hangzhou
“Cléo de 5 à 7” Agnès Varda – 1962 – Drame – 1h30
Lieu : Cinéma XINHUA

Mercredi 7 décembre 16:00-18:00 : Hangzhou
“Courts-métrages des Gobelins” Sélection 2011 – 1h15mn
Lieu : Cinéma XINHUA

Jeudi 8 décembre 16:00-19:00 : Hangzhou
“La graine et le mulet” d’Abdellatif Kechiche – 2007 – Comédie dramatique – 2h31
Lieu : Cinéma Xinhua

Vendredi 9 décembre 16:00-18:00 : Hangzhou
“10ème chambre, instants d’audience” Raymond Depardon – 2004 – Documentaire – 1h35
Lieu : Cinéma XINHUA

Vendredi 9 décembre 19:00-21:30 : Hangzhou
“Kippour” Amos Gitai – 2000 – Film d’action – 2h30
Lieu : Cinéma CINYO

Samedi 10 décembre 16:00-18:00 : Hangzhou
“Kirikou et les bêtes sauvages” Michel Ocelot – 2005 – Film d’animation – 1h15
Lieu : Cinéma XINHUA

Samedi 10 décembre 19:00-21:00 : Hangzhou
Clôture en présence d’Yves Lavandier, réalisateur de “Oui, mais” – 2001 – Comédie – 1h44.
Lieu : Cinéma CINYO

 Un film français sera diffusé tous les jours dans deux cinémas de la ville durant 9 jours. Au programme : Ocelot, Depardon, Gitai, Mouret, Kechiche, Honoré, Varda,… Documentaires, drames, comédies, pour adultes et enfants.

L’inauguration du festival aura lieu le 3 décembre à 19h00 au cinéma Cinyo, avec la projection / rencontre autour d’une sélection de courts-métrages des Gobelins, en présence d’Eric Riewer, directeur du département animation de cette école de cinéma parisienne.

La clôture se déroulera le 10 décembre à 19h00 autour de la projection de “Oui, mais” d’Yves Lavandier, en sa présence.

Le 4 décembre à 16h00 au cinéma Xinha, l’Ecole pour enfants Freinet présentera en outre le film “Kirikou et la sorcière” de Michel Ocelot.

Les précédentes éditions de la Semaine de Cinéma de Hangzhou, axées également sur la diffusion de films d’auteurs français, avaient attiré plus de 1.300 personnes et de nombreux médias. Un public varié (francophone et non francophone) et quelques associations cinéphiles de la ville (fan du cinéma français, notamment de Varda et de Godard) avaient pu rencontrer en 2010 Amos Gitai, à l’issue de la projection de son film “Free Zone”.

Semaine de Cinéma français de Hangzhou

dates : du 3 au 12 décembre 2011
Lieux :Cinémas Cinyo et Xinhua
Organisateurs principaux :Département Animation de la Ville de Hangzhou, Ambassade de France en Chine, Consulat général de France à Shanghai, Alliance française de Hangzhou, StarLights, Chifran.
Partenaires : Gobelins, Ecole Freinet .

 

Suivant »