La visite du président chinois en Europe promeut l’amitié, la coopération et les résultats "gagnant-gagnant"

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

La visite d’Etat du président chinois Hu Jintao en Autriche et sa participation au sommet du G20 à Cannes en France ont permis de promouvoir l’amitié, la coopération ainsi que les initiatives visant à aboutir à des résultats “gagnant-gagnant”, a déclaré vendredi le ministre des Affaires étrangères chinois Yang Jiechi à l’issue du sommet.

Lors de ce déplacement de six jours qui a pris fin vendredi, M. Hu a participé à plus d’une quarantaine d’activités. M. Yang, qui l’accompagnait, a parlé de visite “diversifiée en forme”, au “contenu riche”, ayant débouché sur des “résultats fructueux”.
DEVELOPPEMENT DE LA COOPERATION

Lors du sommet de deux jours à Cannes, M. Hu a prononcé un discours intitulé “Promouvoir la croissance grâce à une coopération ‘gagnant-gagnant'”, lors duquel il a exposé les propositions de la Chine pour faire face à la crise financière mondiale.

Le président a notamment appelé à rechercher des moyens de parvenir à des “résultats gagnant-gagnant” par le biais de la coopération, à améliorer la gouvernance dans le cadre de la réforme, à oeuvrer pour le progrès par le biais de l’innovation, et enfin à promouvoir la prospérité commune à travers le développement.

Lors du sommet, M. Hu a également annoncé qu’afin d’aider davantage les pays les moins développés, la Chine, dans le cadre de la coopération Sud-Sud, lèverait intégralement les droits de douane jusqu’à 97% des articles tarifaires d’exportations vers la Chine en provenance des pays les moins développés ayant des relations diplomatiques avec la Chine.

Il a également eu des échanges de vue approfondis avec les dirigeants d’autres pays sur la question de la dette souveraine européenne, soulignant que l’économie mondiale ne pourrait se relever que si l’Europe restait persuadée, comme l’est la Chine, qu’elle avait complètement la capacité de résoudre ses problèmes de dette.
RECHERCHE DE RESULTATS “GAGNANT-GAGNANT”

Outre son appel au renforcement de la coopération “gagnant-gagnant” dans son discours, M. Hu a participé, dès son arrivée à Cannes, à diverses rencontres bilatérales tenues en marge du sommet, lors desquelles il a échangé des points de vue, avec des dirigeants d’autres pays et d’organisations internationales, sur les relations bilatérales, sur la situation économique du monde, ainsi que sur des questions régionales et internationales d’intérêts communs, dans le but de chercher des solutions “gagnant-gagnant” et de faire de ce sommet un succès.

Lors de sa rencontre avec le président français Nicolas Sarkozy, M. Hu a discuté avec le chef d’Etat français de mesures destinées à promouvoir les relations sino-françaises et des moyens de faire en sorte que le sommet de Cannes débouche sur des résultats positifs.

Lors de ses entretiens avec le président russe Dmitri Medvedev et la présidente brésilienne Dilma Rousseff, qu’il a rencontrés de façon séparée, M. Hu a mis l’accent sur le développement de la coopération entre les pays du groupe BRICS, à savoir le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, tout en s’engageant à approfondir les relations sino-russes et sino-brésiliennes.

A Cannes, M. Hu a également rencontré le président américain Barack Obama et les dirigeants de l’Allemagne, du Japon, de l’Afrique du Sud, du Royaume-Uni et d’autres pays, ainsi que le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde et le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) Pascal Lamy.

Selon M. Yang, le sommet de Cannes est parvenu à un résultat positif et équilibré grâce aux efforts conjoints de la Chine et d’autres parties prenantes.
RENFORCEMENT DU PARTENARIAT

Concernant la visite d’Etat de M. Hu en Autriche, M. Yang a indiqué que cette visite revêtait une grande importance du fait que l’année 2011 était celle du 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l’Autriche. Au cours de son séjour, le président chinois s’est entretenu avec son homologue autrichien Heinz Fischer. Il a également rencontré le Premier ministre Werner Faymann ainsi que la présidente du Conseil national (chambre basse du Parlement autrichien) Barbara Prammer.

Sept accords de coopération bilatérale dans les domaines de la finance, de la culture, de la protection de l’environnement et de l’énergie renouvelable ont été signés lors de la visite de M. Hu, a fait savoir le ministre chinois des Affaires étrangères.

Il a ajouté que les dirigeants des deux pays étaient parvenus à un consensus important sur le renforcement de la coopération pragmatique et le développement des relations bilatérales. Sur ce point, le président chinois a défini quatre objectifs, à savoir le renforcement du partenariat politique fondé sur l’égalité et la confiance mutuelle, l’élargissement des relations mutuellement bénéfiques dans le domaine économique et commercial, la promotion des échanges et de la coopération humanitaires, ainsi que l’approfondissement de la coopération multilatérale pour la paix et le développement.

Pour leur part, les dirigeants autrichiens se sont déclarés en complet accord avec M. Hu. Ils ont affirmé que l’Autriche était désireuse de maintenir un contact étroit avec la Chine pour renforcer la coopération bilatérale dans les secteurs de l’économie et du commerce, de la culture, des sciences et technologies, et du tourisme, ainsi que pour promouvoir la communication et la coordination entre les deux pays sur les questions multilatérales afin de faire progresser le partenariat de cooperation amicale sino-autrichien à un stade plus avancé, a fait savoir M. Yang.

Finalement, cette visite de M. Hu en Europe, qui visait à renforcer le partenariat, promouvoir la coopération et rechercher des résultats “gagnant-gagnant”, a été qualifiée par M. Yang de succès complet.

Les Etats-Unis rechercheront des marchés pour leurs exportations à l’occasion d’une réunion avec la Chine

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

De hauts responsables américains ont déclaré vendredi qu’ils allaient explorer différentes possibilités pour l’exportation des produits américains au cours des négociations commerciales bilatérales de haut niveau qui se tiendront plus tard dans le mois courant en Chine.

“Notre objectif est de trouver de nouveaux marchés pour les exportations américaines”, dans le but de stimuler la croissance économique et, idéalement, de doubler les exportations américaines d’ici à la fin de 2014, a déclaré le secrétaire au Commerce John Bryson dans un communiqué définissant les objectifs américains pour la 22e réunion de la Commission conjointe sino-américaine sur le commerce (JCCT).

Le représentant pour le Commerce Ron Kirk a précisé que des questions telles que les droits de propriété intellectuelle, les investissements et l’innovation feront également l’objet de discussions lors de cette réunion, qui est “un événement crucial pour permettre à nos relations commerciales bilatérales d’avancer dans la bonne direction”.

Le secrétaire à l’Agriculture Tom Vilsack a estimé que “les partenariats avec un marché en pleine croissance tel que la Chine font partie intégrante de la puissance de l’économie américaine dans les décennies à venir”.

Etabli en 1983, la JCCT représente un forum essentiel pour s’adresser aux questions commerciales bilatérales et promouvoir les opportunités commerciales entre les deux pays.

Foire de Canton : légère augmentation des exportations sur fond de crises européenne et américaine

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

La foire de Canton, la plus grande foire commerciale de Chine, a rapporté une légère croissance des exportations, malgré les dettes persistantes et les crises financières en Europe et aux Etats-Unis.

Des accords d’exportation d’une valeur de 37,9 milliards de dollars ont été signé lors de la 110e foire de Canton, en hausse de 3% par rapport à la session précédente qui s’est déroulée au premier semestre de l’année, selon Liu Jianjun, porte-parole de la foire.

La foire a attiré un record de 209 175 clients, en hausse de 1% par rapport à la session précédente.

La foire a vu une forte demande de commandes d’exportation venant des économies émergentes comme l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine.

Cependant les demandes des deux grands importateurs de la Chine, à savoir l’Europe et les Etats-Unis, ont réduit respectivement de 19% et 24%, en raison des crises de la dette en Europe et du taux de chômage élevé aux Etats-Unis.

M. Liu a indiqué que 88% des commandes seraient satisfaites dans les six prochains mois, indiquant que les exportateurs restaient réticents à conclure des contrats à long terme.

“Cela reflète la prudence dans le marché international, les commerçants n’osant pas passer des commandes à long terme,” a déclaré M. Liu. “Nos exportateurs ne veulent pas non plus gérer des commandes à long-terme, car ils s’inquiètent des fluctuations des coûts des matériaux et du taux de change.”

La 110e foire de Canton, qui s’est ouverte le 14 octobre dans la ville méridionale de Guangzhou, s’est achevée vendredi.

Départ d’un haut fonctionnaire du PCC pour le Forum Chine-Europe et une tournée en Afrique

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Liu Yunshan, le directeur du département de la Communication du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a quitté samedi Beijing pour participer à la deuxième session du 2e Forum des partis politiques de haut niveau Chine-Europe à Bruxelles, la capitale de la Belgique.

Le forum, considéré comme une importante plate-forme permettant aux dirigeants chinois et européens d’échanger leurs points de vue sur les idées et les objectifs du développement, vise à renforcer la confiance mutuelle et la coopération entre la Chine et l’Europe. La première session de ce forum s’est tenue en mai à Beijing et dans la ville portuaire de Tianjin (nord de la Chine).

Après le forum, M. Liu devrait effectuer une visite amicale en Ethiopie, en Tanzanie et au Zimbabwe sur l’invitation respective du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien, du Parti révolutionnaire de Tanzanie et de l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique.

La Chine cherche à élargir le fonds de Développement Chine-Afrique

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

La Chine examine actuellement les moyens d’attirer davantage d’investisseurs dans son fonds de Développement Chine-Afrique, le plus grand fonds en actions du pays concentré sur les investissements en Afrique, a indiqué samedi Wang Yuan, économiste en chef de la Banque de Développement de Chine (BDC).

“Le gouvernement chinois a l’intention d’élargir le fonds, et notre banque est l’unique investisseur, donc, nous espérons trouver des partenaires pour investir dans le fonds”,a expliqué Wang Yuan.

Etant l’une des banques chinoises qui octroient des prêts en devises étrangères, la BDC a accordé des prêts d’environ sept milliards de dollars à plus de 30 pays africains fin septembre, a-t-elle précisé.

Le fonds de Développement Chine-Afrique, le principal véhicule d’investissement en Afrique, a été établi en 2007, un an après le Sommet de coopération Chine-Afrique à Beijing, au cours duquel le président chinois Hu Jintao s’est engagé à établir ce fonds en tant que l’une des huit mesures pour promouvoir les relations Chine-Afrique.

Le fonds se concentre principalement sur les investissements en actions dans les entreprises chinoises qui ont développé leurs activités en Afrique ou envisagent d’investir dans ce continent.

Total investit 30 millions d’euros dans la construction d’une usine dans le nord de la Chine

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Le Groupe énergétique international Total a investi 30 millions d’euros dans la construction d’une usine de lubrifiants d’une capacité annuelle maximum de 200 000 tonnes métriques dans le nord de la Chine.

La société et des responsables locaux ont annoncé vendredi que cette usine, localisée dans la ville portuaire de Tianjin, devrait entrer en service début 2013 et serait l’une des plus grandes unités de production de lubrifiants de Total dans le monde.

L’usine va fabriquer divers lubrifiants pour les automobiles, les motos, les “Original Equipment Manufacturer” (OEM) et les avions. Les produits seront principalement vendus dans les régions du nord et de l’ouest de la Chine.

“La Chine est l’un des plus grands marchés de lubrifiants de Total dans le monde. Ce nouvel investissement à Tianjin est une initiative stratégique pour étendre la présence de fabrication de lubrifiants de Total”, a indiqué Jacques de Boisseson, le représentant général de Total en Chine, sur le site Internet de l’entreprise.

Total, dont le siège se trouve à Paris, en France, est la cinquième plus importante société pétrolière et gazière internationale cotée du monde et opère dans plus de 130 régions et pays. Elle est entrée sur le marché chinois il y a plus de 30 ans et possède plus de 30 filiales en Chine.

La nouvelle ambassade de France opérationnelle à Pékin

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Après une soirée d’ouverture réussie, les services de l’ambassade ont investi la nouvelle “maison de la France” de Liangmaqiao, à Pékin. “Un évènement historique” pour les relations entre les deux pays. Vidéo et entretiens.

Après l’inauguration de l’ambassade en avril dernier par Nicolas Sarkozy et la soirée d’ouverture organisée le 28 octobre, les différents services diplomatiques et consulaires déménagent en cette fin de semaine.

Un projet de longue date

Cette nouvelle “maison de la France” est l’aboutissement de plusieurs dizaines d’années de projets, puisque depuis la reconnaissance de la Chine Populaire par la France en 1964, elle était “temporairement” domiciliée à Sanlitun. Le chantier, où ont travaillé entreprises françaises et chinoises, a finalement été ouvert en mars 2009, et livré avec plusieurs mois de retard.

Le site de Liangmaqiao, district du Chaoyang, dans le nouveau quartier diplomatique de la capitale chinoise a permis la construction d’un lieu “à l’image de l’ambition française en Chine”, sur un vaste terrain de 20 000 m².

Son architecture n’a pas “vocation à démontrer le savoir-faire technique de la France”, précise Alain Sarfati, mais à créer un “lieu accueillant et donc ouvert, mais néanmoins une construction qui doit permettre l’intimité d’une concertation”.

A la croisée des cultures

Sylvie Bermann, ambassadeur de la France en Chine, a insisté sur la volonté d’allier les traditions culturelles et architecturales des deux pays dans la conception du projet. La nouvelle ambassade abrite un grand nombre d’œuvres d’artistes chinois et français, dont Fan Zeng, Zao Wou-ki, Chu Teh-chun, T’ang Haywen, Li Chevalier,Vincent Lamouroux et Jean-Bernard Métais.

Certains d’entre eux étaient d’ailleurs présents lors de la soirée d’ouverture, le 28 octobre, à l’occasion de laquelle ont été présentés plusieurs performances artistiques placées sous le signe de l’échange culturel.

A cet occasion, Sylvie Bermann, ambassadeur de France en Chine et l’architecte Alain Sarfati nous ont commenté la dimension symbolique du projet :

Qui dit nouvelle ambassade dit nouvelle adresse pour tous les services aux français: 60 Tianzelu, Liangmaqiao, 3ème quartier diplomatique, Chaoyang Disctrict, 100600 Beijing

… et un nouveau numéro de téléphone : (+86 10) 85 31 20 00.

A noter : les services consulaires sont fermés jusqu’au Lundi 7 novembre pour cause de déménagement.

 

Le président chinois appelle le G20 à faire front commun pour promouvoir la croissance et la stabilité financière

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Le président chinois Hu Jintao a appelé jeudi les grandes puissances économiques du monde à travailler de concert pour promouvoir la croissance et la stabilité financière.

“Il est vital que nous parvenions ensemble à atteindre un niveau de réflexion plus englobant. Nous devons transcender nos désaccords sur les questions particulières, dépasser les considérations à court terme, et chercher ensemble des moyens de surmonter la crise et de soutenir le développement”, a indiqué le président Hu lors du sommet du G20, qui s’est ouvert jeudi à Cannes dans le sud de la France.

“En ce moment critique, le G20 doit travailler à résoudre les problèmes essentiels, relancer la confiance des marchés, désamorcer les risques et relever les défis de la croissance économique et de la stabilité financière mondiale”, a déclaré M. Hu.

Le sommet du G20, qui est le plus important forum sur la coopération économique internationale, doit préserver un esprit d’entraide dans l’adversité et marcher dans la voie d’une coopération mutuellement profitable entre les Etats, at-il ajouté.

“La situation économique mondiale actuelle exige toute notre attention”, a déclaré M. Hu, rappelant que la reprise économique mondiale était encore entachée d’instabilité et d’incertitudes, et était chaque jour confrontée à de nouveaux risques et à de nouveaux défis.

Certaines grandes économies connaissent un ralentissement économique, et certains pays sont confrontés à de graves problèmes de dette souveraine, a rappelé M. Hu.

Il a également mentionné la volatilité des marchés financiers internationaux, et une forte pression inflationniste sur les marchés émergents.

M. Hu a présenté une proposition en cinq points sur les moyens de surmonter la crise pour les pays du G20.

Premièrement, les pays doivent préserver leur croissance, tout en veillant à ne pas déséquilibrer leur économie. Étant donnés les risques graves auxquels l’économie mondiale fait face et la volatilité persistante des marchés, assurer la croissance et promouvoir la stabilité doit être une priorité absolue, a-t-il indiqué.

“Nous devons introduire de nouvelles mesures, des mesures fortes, afin de nous assurer que les politiques fiscales et monétaires sont pleinement appliquées, et que les financements débloqués pour résoudre la crise sont effectivement injectés dans l’économie pour stimuler la production et l’emploi”, a souligné le chef de l’Etat chinois.

En second lieu, les pays du G20 doivent faire front commun et envoyer un signal fort au monde, pour répondre à la panique globale et au manque aigu de confiance dans les marchés, a déclaré M. Hu.

Il a exhorté les membres du G20 à renforcer leur coordination et à se consulter plus fréquemment, à s’attaquer aux problèmes de la dette souveraine, à réguler les flux de capitaux transfrontaliers, à mettre sous contrôle la fluctuation des prix des produits de base, à alléger la pression inflationniste mondiale, et à s’assurer que les politiques économiques des différents pays ne s’annulent pas réciproquement.

Troisièmement, a continué M. Hu, la gouvernance économique mondiale devrait être réformée et améliorée.

La crise financière internationale a mis en évidence les lacunes existant dans le système de gouvernance économique mondiale, a déclaré le président chinois.

“Des efforts importants doivent être faits pour réformer et améliorer le système monétaire international, le système commercial international et le mécanisme de tarification des matières premières”, a-t-il indiqué.

Il a demandé la poursuite des réformes du Fonds monétaire international, appelant à une application plus étendue des Droits de tirage spéciaux (DTS), à une réforme du panier monétaire du FMI, et à une révision du système de la monnaie de réserve internationale.

M. Hu a mis en garde contre le protectionnisme commercial et a appelé à des efforts pour freiner la spéculation, afin de stabiliser les prix des produits de base ainsi que l’équilibre de l’offre et de la demande.

Quatrièmement, c’est par l’innovation que les pays doivent s’efforcer de progressser, a déclaré M. Hu.

“L’innovation est une source inépuisable de progrès pour l’humanité. Si nous voulons surmonter la crise, nous devons faire oeuvre de pionniers”, a-t-il dit.

“Nous devons approfondir notre réflexion et améliorer nos méthodes pour faire progresser le développement économique et social ; il est importons que nous parvenions à établir un équilibre dans les relations entre le gouvernement et le marché, entre le travail et le capital, entre la production et la consommation, et entre l’équité et l’efficacité”, a-t-il souligné.

Cinquièmement, les pays du G20 se doivent d’aider les économies en voie de développement à progresser, a dit M. Hu.

En dernière analyse, le principal goulet d’étranglement du développement économique mondial est l’incapacité des pays en voie de développement à atteindre un développement complet, a déclaré M. Hu

Le déséquilibre entre pays développés et pays en développement a engendré un cercle vicieux où le sous-développement conduit à l’arriération, et l’arriération entrave à son tour le développement, empêchant ainsi une croissance soutenue et régulière de l’économie mondiale, a-t-il précisé.

“Nous devons aider les pays émergents à mieux faire entendre leur voix et à prendre une part accrue à la gouvernance économique mondiale, et créer un environnement institutionnel propice à leur développement”, a déclaré le président chinois.

M. Hu a affirmé que la Chine s’engageait à offrir une aide accrue aux autres pays en voie de développement.

Ainsi, entre 2010 et 2012, la Chine injectera en Afrique près de 10 milliards de dollars, sous forme de prêts à taux préférentiels, somme qui sera pour l’essentiel consacrée au développement des infrastructures, a-t-il dit.

Entre 2011 et 2015, la Chine lancera également 200 projets d’infrastructure dans le domaine des énergies propres et de la protection de l’environnement dans d’autres pays en développement, a annoncé le président Hu.

La Chine accordera enfin une exemption totale de droits de douane sur 97% des exportations vers la Chine en provenance des pays les moins développés avec lesquels elle a des relations diplomatiques, a-t-il ajouté.

Le sommet du G20, qui a commencé jeudi, doit concentrer ses efforts sur les moyens de promouvoir une croissance forte, durable et équilibrée de l’économie mondiale, ainsi que sur les problèmes relatifs à la gouvernance mondiale, au développement et à la régulation des flux financiers.

Le bloc du G20, créé en Septembre 1999, a été conçu pour réunir les principales économies industrialisées et en développement dans le monde, afin de discuter des problèmes clés de l’économie mondiale.

La Chine augmentera ses importations de la zone euro en crise

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

La Chine augmentera délibérément ses importations des pays de la zone euro à l’avenir, afin de les aider à se remettre de leur crise de la dette, a déclaré jeudi soir à Cannes le ministre chinois du Commerce Chen Deming.

“Chaque année nous organisons toutes sortes de groupes d’achat de petites, moyennes et grandes entreprises pour l’Europe, et dorénavant nous porterons une attention spéciale aux pays de la zone euro”, a déclaré le ministre chinois dans une conférence de presse en marge du sommet de deux jours des dirigeants du Groupe des Vingt (G-20).

Le sommet du G-20, présidé cette année par la France, a lieu dans la ville française de Cannes.

Ce sommet doit chercher à dégager un consensus et une coopération entre les grandes économies développées et en développement, pour renforcer les réglementations financières mondiales, réformer le système monétaire international et stimuler la croissance économique mondiale.

Toutefois, l’assombrissement des perspectives économiques et la confusion alimentée par l’appel surprise du Premier ministre grec George Papandreou à un référendum sur le nouveau paquet d’aides à Athènes a propulsé la crise de la dette dans la zone euro sur le devant de la scène lors du sommet de cette année.

 

Le groupe Publicis poursuit ses achats en Chine

Ajouté au 07/11/2011 par SHI Lei

Publicis (+0,58% à 34,5 euros) a annoncé l’acquisition de l’agence numérique chinoise Wangfan, sa quatrième acquisition en Chine depuis le début de l’année. Son portefeuille de clients inclut Puma et Shanghaï General Motors, ainsi qu’un large éventail d’entreprises chinoises et internationales. Wangfan rejoindra Publicis Modem Shanghaï, la division numérique de Publicis Shanghaï, dont elle prendra le nom. Cette acquisition demeure soumise à l’approbation des autorités compétentes.

Publicis Groupe a pour ambition de doubler de taille en Chine entre 2010 et 2012. Selon sa filiale d’achat d’espace publicitaire, ZenithOptimedia, les dépenses publicitaires ont augmenté de 25,3% en Chine en 2010 et le taux de croissance devrait se maintenir à deux chiffres d’ici à fin 2013. Le marché devrait notamment bénéficier du dynamisme de la publicité sur Internet, dont la part des dépenses passera de 18% environ en 2010 à 25% fin 2013.

« Précédent Suivant »